Jeudi matin à Angoulême, Shelton nous en parle…

Emotion du premier jour de festival, surtout pour les trois étudiants qui découvrent cet évènement et qui réalisent aussi leur premier reportage… Il faut avouer qu’ils commencent très fort avec une rencontre avec Davy Mourier dont certains donneront, n’en doutons pas, leur version des faits… Pour eux, tous sans exception, c’est l’un des temps forts du festival car Davy Mourier est une vedette, une personne qu’ils suivent régulièrement, qu’ils ont lue, écoutée, regardée… C’est le grand touche-à-tout de la vidéo au jeu de société… Ils voulaient tous l’interviewer…

Mais quand nous arrivons à Angoulême, tout est bloqué, il y a des CRS partout, on a l’impression d’une ville touchée par une catastrophe, un attentat, un accident… On réalise immédiatement que l’on va être très en retard…

En fait, c’est juste une visite impromptue du président de la République. Cet évènement dans l’évènement va quelque peu perturber notre journée avec les manifestations que cela va provoquer contre la loi sur les retraites ou avec une quantité non négligeable de Gilets jaunes, avec ceux qui vont tenter de bloquer l’Hôtel de ville… mais nous allons tenter de nous en sortir…

Immédiatement, comme je connais bien Angoulême, on s’écarte de centre névralgique, on pose le gros du groupe et qui va rejoindre à pied le lieu des interviews et on cherche à se garer ailleurs ce qui finira par se faire pas si mal car dans une zone gratuite…

Au bilan, presque tous les étudiants arrivent deux minutes avant Davy Mourier, lui aussi retardé. La rencontre se passe bien avec deux petits bémols. Alice est frustrée car elle ne sentait pas très à l’aise et n’a pas pu poser les questions qu’elle voulait poser à Davy. Elle s’en veut et il faudra qu’elle se rattrape dans une autre rencontre tandis que Tom, l’un des chauffeurs, arrive trop tard pour cette rencontre… Heureusement pour lui, il rencontrera plus tard Davy et pourra lui poser sa question et même faire un selfie, vous savez ce truc incroyable que tout le monde veut faire quand il rencontre un people… N’y voyez aucune moquerie particulière pour ces us et coutumes que je respecte…

Tom va avoir immédiatement l’occasion de se mettre en action car à peine il arrive en salle de presse de Delcourt qu’on lui dit de se mettre dans le salon du directeur pour interviewer en anglais dans le texte un certain Charlie Adlard… Pas d’échauffement et le voilà transformé en journaliste international !

Quant à Emmanuel Macron, nous ne le croiserons pas et je ne suis pas certain d’ailleurs qu’il ait voulu rencontrer des festivaliers, des journalistes et même des auteurs… Il est dans son monde, il est bien venu à Angoulême et les auteurs restent mécontents et ils vont avoir plusieurs occasions de s’exprimer…

Mercredi 29 janvier, le festival de Shelton…

Dès l’arrivée à Angoulême, il faut avouer que nous avons plongé dans une ambiance légèrement morose… Enfin, disons pour ne pas dramatiser tout, que l’on a glissé dans une teinte grise et que la pluie qui ne nous a guère quittés durant tout le festival n’était pas la seule responsable… Depuis de longues semaines, on parlait du statut des auteurs, de leurs difficultés, d’un véritable raz le bol, on attendait une manifestation médiatique… Bref, la tension était d’autant plus palpable que le festival allait être le lancement officiel de l’Année de la BD…

Si on cumule à cela les problèmes de circulation, les choix plus ou moins heureux de la municipalité d’Angoulême, la venue surprise du président de la République et de ses nombreux CRS qui ont envahi la ville, les manifestations contre les retraites et celle des Gilets jaunes… on comprendra bien que l’ambiance ne fut pas que festive durant ces quatre jours de festival…

Cela ne signifie pas non plus, loin de là, que ce fut un mauvais festival car ce serait oublier quelques magnifiques rencontres, des expositions de qualité et une bande dessinée qui continue d’enrichir notre culture et qui ne cesse de nous surprendre… et n’est-ce pas cela que le bonheur des bulles…

Je vais donc essayer à travers la narration de « mon » festival de vous partager quelques temps forts, coups de cœur et parfois même coups de gueule !

Pour moi, le mercredi a d’abord été celui du voyage et 6 heures de route sous la pluie c’est quand même toujours un peu pénible. On arrive fatigué et il faut un léger temps d’adaptation avant de plonger dans l’ambiance festival. Dès que l’équipe entière – cette année 3 étudiants, Sarah, Alice et Tom, 2 anciens étudiants, Yannis et Alexis – est accréditée, on se partage les expositions. Le mercredi après-midi, traditionnellement, les expositions sont ouvertes à la presse avec souvent une visite guidée par commissaires et auteurs… Pas toujours simple de choisir quand certains auteurs ne nous sont pas connus mais tant bien que mal on tente de satisfaire chacun…

Je retiendrai l’exposition consacrée à Nicole Claveloux qui est une véritable surprise et aussi une dernière car l’hôtel Saint-Simon qui l’abrite ne devrait plus être un lieu d’expositions l’année prochaine car trop vétuste dit-on… Après, ce sera la cathédrale Saint-Pierre et les planches originales de Marc Jailloux. Il faut dire que son album consacré chez Glénat au premier pape, Saint-Pierre, ne pouvait qu’être mis à l’honneur dans cet auguste lieu… Nous aurons la chance de pouvoir rencontrer Marc Jailloux pour en parler durant le festival…

Enfin, première interview du festival avec la rencontre avec Etienne Oburie, dessinateur d’un album sur Simone Veil qui va sortir chez Steinkis. Pourquoi déjà une rencontre avec auteur, tout simplement parce qu’Etienne est l’un de ces auteurs qui vit à Angoulême et donc autant en profiter quand tout est encore calme et paisible…

Comme le voyage commence à se faire ressentir avec une fatigue qui me gagne – les plus jeunes peuvent encore avoir de l’énergie mais les vieux se protègent – on décide de ne pas aller à l’inauguration officielle – on y est juste entassé pour écouter quelques discours souvent peu pertinents – et on prend la direction du gîte. Quand on est huit à loger ensemble, que les moyens financiers sont limités, on se retrouve toujours assez loin du centre-ville. Notre gîte est à 40 minutes du centre du festival et nous allons donc faire ce voyage deux fois par jour avec deux voitures et chercher de la place pour se garer parfois avec difficulté…

Le lieu de vie est finalement très sympathique et le soir, on a de beaux échanges sur les expositions visitées par les uns et les autres, on se partage les rencontres du lendemain et les jeunes connaissent leurs premières inquiétudes en imaginant que demain ils seront parfois seuls face à des auteurs qu’ils ne connaissent pas…

Shelton rencontre Fanny Vella à Angoulême…

Un festival, surtout quand il s’agit du festival international de la bande dessinée d’Angoulême, c’est avant tout un lieu de rencontres, de partages, de découvertes, de surprises… Ce n’est pas toujours facile à partager avec vous car pas de photo spectaculaire, de texte dithyrambique ni de grands effets… Et, pourtant, ces petits instants sont riches, porteurs d’humanités et ils peuvent, sinon changer la vie et le monde, au moins lui donner une petite teinte de couleur dans l’instant, une senteur paisible, une onde positive que l’on ressent quelques instants…

Je devais, samedi matin, recevoir Fanny Vella, une instagrameuse, mais cette dernière n’était pas accréditée « auteur » et donc son accès à la salle de presse était improbable pour ne pas dire impossible… Les contacts de départ avec les responsables presse ne laissaient pas beaucoup d’espoirs et on nous conseillait plutôt d’aller faire cela dans un bar dans le brouhaha pas très radiophonique que l’on imagine très bien…

En quinze minutes, avec des sourires, des explications, de la conviction et des interlocuteurs humains et curieux, on finit par trouver une solution et Fanny Vella sera bien reçue en salle de presse, comme il se doit…

On est presque tous là autour d’elle – en fait ce devait être impressionnant d’être interviewée devant témoins – et c’est une très belle rencontre avec une autrice illustratrice convaincue, convaincante et sympathique qui nous explique pourquoi elle s’attaque à la violences faites aux femmes, aux questions de couple, aux féminicides, à l’éducation des enfants…

Son livre, sa bédé, Le seuil, vient de sortir et c’est pour cela que l’on n’avait rien prévu avec elle, on n’a pas lu son travail mais, heureusement, Audrey, elle, la suivait sur Instagram…

Et voilà, un de ces premiers coups de cœur, de ces petites fleurs, de ces grandes étoiles qui enrichissent le festival d’Angoulême quand on reste disponible à l’imprévu…

Vendredi et samedi de Yannis à Angoulême…

Yannis aborde synthétiquement son vendredi et son samedi de festival…

« Les deux journées passées ont certainement été les plus intenses du festival. Malgré la fatigue et la foule qui s’accumulent, de nombreuses rencontres ont été rendues possibles, par exemple avec Boulet et Aseyn le vendredi autour de leur dernière création, Bolchoï Arena. L’occasion de se plonger dans cette œuvre de science-fiction à l’atmosphère si particulière.

En fin d’après-midi, nous avons tous suivi l’auteur Gess à la manifestation organisée par les auteurs autour de leur statut. En signe de protestation, la statue d’Hergé a été transformée et des axes de passages bloqués pour communiquer avec les festivaliers. L’expression d’un ras-le-bol qui s’accumule depuis des années sur un statut imprécis, peu voir sous-payé.

Samedi, la journée a également été riche en rencontre. Pour ma part, on peut citer l’interview d’Arthur de Pins, que j’ai pu réaliser avec Tom et Alice. Nous avons pu discuter autour de Zombillénium, dont le cinquième tome est en cours de production…

Le vendredi de Sarah à Angoulême…

Troisième jour de festival, c’était déjà vendredi… Sarah vous en dit quelques mots… »

« Nous avons visité l’exposition Pierre Feuille Ciseaux qui travaille sur de nouvelles formes de BD. C’est une résidence d’artistes qui travaillent sur l’expérimentation. Le travail s’effectue donc avec des artistes venant de différents horizons qui se réunissent durant quelques jours afin de confronter et d’explorer autour de la bande dessinée.

Les résultats sont donc présentés lors de l’exposition non sous le format de livre.

Après cette exposition, je suis allée faire l’interview du Sud-coréen qui se nomme Q-HA, dessinateur de la BD No Ryang dans la collection consacrée aux grandes batailles navales chez Glénat. Interview assez spéciale puisque nous sommes accompagnés d’une interprète.

Nous avons essayé d’avoir un échange avec lui sur la BD en France et en Corée du Sud pour avoir son avis. Cela nous a donc permis de découvrir que la BD en Corée du Sud a effectué un boom il y a seulement quelques années et que celle-ci est surtout exploitée numériquement en lecture sur tablette. D’où le fait que ce dessinateur ait un dessin très précis, ultra détaillé, à la limite du réel en effet Q-HA nous explique que régulièrement suite à ce format numérique il n’exploite pas autant de planches/pages que peuvent effectuer certains dessinateurs français sur des éditions de 200 pages. Il nous a dit être très content d’avoir encore pu être présent en France pour présenter son travail au festival surtout que cela lui permet de rencontrer un public plus diversifié qu’en Corée du Sud car les principaux lecteurs y sont des enfants.

Pour finir j’ai décidé de lui demander son avis sur le fait que l’art Sud coréen est en train de se répandre dans le monde entier. J’ai donc fait un rapprochement avec le cinéma et le réalisateur que j’adore depuis plusieurs années Bong Joon Ho qui a reçu la palme d’or cette année au festival de Cannes pour son film Parasite. Pour lui cela est très gratifiant que le monde ouvre les yeux sur l’art de son pays et il trouve cela justifié étant donné les ressorts créatif que peuvent offrir cette culture et les artistes.

Première journée de festival à Angoulême pour toute l’équipe…

Le jeudi, première journée du festival au sens propre, fut d’abord une journée de tension. Certes, il fallait se lancer dans l’exercice délicat des interviews mais il a fallu gérer la situation exceptionnelle de la ville envahie par des centaines de CRS… EN effet, monsieur Macron s’est rendu à Angoulême et ce fut un grand bazar tout au long de la journée…

Pour nous, notre « métier » de journaliste a commencé sur les chapeaux de roues avec l’interview de Davy Mourier !

Nous sommes énormément stressés car c’est la première fois que nous allons faire une interview et surtout nous l’admirons grandement ce qui n’aide pas à nous détendre. Nous nous installons donc et le voilà qui arrive sort son téléphone à la recherche de Pokémon. Avant tout il reste très simple et à notre disposition pour discuter ensemble. On aborde énormément de sujets avec lui ce qui paraît normal lorsque l’on a Davy Mourier avec nous puisqu’il est polyvalent dans son travail. On repart tous contents d’avoir au moins pu le voir même si nous sommes un peu déçues d’avoir laissé le stress nous surpasser.

Toute cette journée nous a plongés dans les interviews avec nos premières expériences, une journée très chargée. Tom a pu commencer avec une interview en anglais du grand Charlie Adlard, dessinateur connu du grand public pour The Walking Dead. Tom en retire une très bonne expérience : avoir pu parler avec un tel homme et surtout avoir relevé le défi de réaliser cet exercice en anglais, chose pas facile lorsque ce n’est pas notre langue maternelle, était visiblement très enrichissant.

Enfin, nous avons interviewé le coloriste de Trolls de Troy, Claude Guth. Métier peu connu, nous avons, posé toutes les questions nécessaires pour comprendre ce métier et ses spécificités. Claude Guth était vraiment content de pouvoir nous parler de son travail qui le passionne énormément. L’échange a plutôt été fluide ce qui nous a permis de nous mettre un peu plus à l’aise qu’en début de journée et donc de pouvoir instaurer un échange. Il est d’ailleurs le seul coloriste – non, éclairagiste, puisqu’il se qualifie ainsi – que nous allons rencontrer sur ce festival. Cela a rendu cette discussion d’autant plus importante pour avoir l’opportunité de parler à un professionnel de la couleur et mettre en valeur ce métier oublié, parfois même évincé de la première de couverture.

Puis, les rencontres se sont enchainées à grande vitesse…

Nicole Claveloux avec Alice et Sarah…

Alice et Sarah vous parle de Nicole Claveloux, une femme à qui était consacrée une exposition visité le mercredi à Angoulême, à l’occasion du festival international de la BD…

« Dès le premier jour, nous nous retrouvons plongées dans une exposition sur Nicole Claveloux, « Quand Okapi rencontre métal hurlant ».

Nous en avons pris pleins les yeux ! Une artiste qui a beaucoup à offrir visuellement grâce à sa pratique pluridisciplinaire. Elle ne se met pas vraiment de contraintes ou de barrières mais, justement, nous fait part de sa fantaisie au travers de ses différents travaux.

On peut dire que son travail est éclectique : tantôt elle décide de gérer la couleur d’une certaine manière alors que tantôt elle n’en met pas du tout. Tantôt elle utilise une technique plutôt traditionnelle dans le domaine de la bande dessinée (encrage à l’encre de Chine et couleur à la gouache), tantôt elle va développer des techniques de peintre.

Elle jongle donc entre les techniques et les styles. On peut voir dans certains travaux un style onirique, saupoudré de surréalisme et de psychédélisme. Elle nous transmet au travers de ses illustrations son imaginaire et nous emporte dans sa vision des choses et dans son monde.

Les sujets traités ne sont pas du tout les mêmes : autant ses BD pourraient correspondre à la jeunesse autant certaines sont sans ambiguïté pour adultes. Nous avons aussi pu remarquer l’humour assez noir, sinistre de certaines de ces BD.

Alors que le premier étage de l’exposition témoignait de sa technique graphique, le second palier nous montrait son approche des sens, de la sensualité, de la puberté, la découverte du corps et l’expression de la sexualité. Un travail surprenant aux vues de l’exploitation du classique littéraire « La Belle au Bois Dormant » étonnamment, ou pas, déconseillé aux moins de 18 ans… »

Exposition Jean Frisano à Angoulême…

Yannis raconte son mercredi au festival international de la BD d’Angoulême…

« Comme chaque année, plusieurs expositions sont ont lieu au festival d’Angoulême. Tom et moi-même avons pu visiter deux d’entre-elles. La première, intitulée « Jean Frisano, de Tarzan à Marvel, l’Amérique Fantasmée », se concentrait sur les différentes créations de l’auteur français dont la variété est impressionnante.

En effet, Frisano a consacré sa carrière à un éventail de style qu’on ne peut pas limiter aux super-héros Marvel. La science-fiction, le western et les récits de guerre sont également des genres qu’il a pu expérimenter dans les éditions Lug à partir de 1968. L’exposition présente de nombreuses planches aux formats variés qui retracent l’histoire de l’auteur à l’origine des couvertures les plus cultes du magazine Strange.

Un hommage rendu à un travailleur de l’ombre à la carrière vertigineuse. »

A la découverte de Nicole Claveloux…

A Angoulême, du moins lors du festival international de la bande dessinée, le mercredi est traditionnellement consacré à la visite des exposition pour la presse. On ne s’est donc pas fait prier et chacun a pris le temps de visiter une, deux ou même trois expositions…

C’est avec beaucoup de plaisir et de bonheur que je me suis promené dans l’univers de Nicole Claveloux dans l’Hôtel Saint-Simon dont c’est là une des dernière utilisation comme lieu d’exposition… Il semblerait que la ville ne puisse pas ou ne veuille pas mettre le bâtiment aux normes…

Mais revenons-en à l’art de Nicole Claveloux qui a su me toucher profondément… Un pur moment de bonheur…

Présentation de l’équipe : Alexis

Et c’est maintenant au tour d’Alexis de se mettre sous le feu de la rampe…

Bonjour à tous, je suis un ancien étudiant de Michel Bonnet et aujourd’hui tout comme il y a 3 ans je suis ici pour vous partager mon point de vue sur mon aventure à Angoulême ! J’ai 25 ans et je travaille dans le secteur de la réalité virtuelle.

Pour ma part j’apprécie énormément l’humour décalé et les thrillers intenses. Ces critères me permettent pleinement d’apprécier Jean Doux et le mystère de la disquette molle de Philippe Valette et ZaiZaiZaiZai de Fabcaro.

Dans la vie je suis plutôt en retrait, je ne suis pas du genre à porter une discussion. Faire des interviews de retrouve donc dans ma liste de défi positif que je m’inflige avec bonheur.

Je vous souhaite de bonnes lectures !