Caroline prend la direction d’Ekhö guidée par Christophe Arleston…

Michel nous avait prévenu, parfois, les choses ne se passent pas comme prévu. J’attendais Christophe Arleston – scénariste – et Alessandro Barbucci – dessinateur – de la série Ekhö. Finalement, seul le scénariste s’est présenté devant mon micro…

Quand on écoute Arleston on comprend que « Ekhö » n’est pas une simple histoire de fantaisie. C’est avant tout le fruit d’une véritable histoire d’amitié entre Arleston et Barbucci. Ce sont deux amis de longue date qui ont écrit cette BD ensemble, du début à la fin. Ce n’est pas juste un  scénariste qui donne son histoire à un dessinateur. Ekhö, c’est la volonté d’Arleston d’écrire une histoire qui se déroule à New-York et l’insistance de Barbucci de dessiner une BD heroic-fantasy écrite par Arleston. Ils ont pensé ensemble les personnages et leur univers. Fourmille est une femme forte et libre, alors que Yuri est plus âgé et plus « sage ». A eux deux ils emmènent les auteurs dans leur monde et non l’inverse. Ils se laissent porter par ce que vivent les personnages et leurs évolutions. D’ailleurs la relation entre Fourmille et Yuri continuera jusqu’à ce qu’Arleston et Barbucci en aient fait le tour et qu’ils aient fini de raconter toute leur histoire.

Comme chaque tome explore aussi une ville particulière, beaucoup de lecteurs se demandent où ils devront suivre les héros – les auteurs aussi – après Paris, Londres, New-York, Rome, Barcelone, Hollywood… Et chacun y va de son hypothèse, si on était à Londres au lieu de Saint-Malo, on pourrait même parier sur la prochaine destination… Tokyo, Hong-Kong… Du coup – scoop – on peut le dire, il se déroulera en Afrique Noire ! Car Arleston veut évoquer certains sujets qui lui tiennent à cœur !Arleston – qui n’est pas là que pour faire rire – veut à travers ses histoires, parler de l’actualité, de sa vision humaniste du monde, démonter les clichés erronés qui sont encore véhiculés, participer à la destruction des croyances qu’on pourrait avoir sur certaines populations… Surtout quand il s’agit de ce continent et des pays Africains, d’ou son prochain tome avec cette destination que peu envisageaient…

Il veut remettre de l’ordre dans le monde des valeurs, avec des messages subtilement dissimulés dans ses BD, par le biais des situations, des personnages rencontrés et des dialogues, toujours finement ciselés chez lui.

C’est avec passion qu’il parle de son amitié et de sa collaboration avec Barbucci, du choix de son personnage principal, une femme. Pourquoi une femme comme Fourmille ? Entre autre parce qu’il aime comment Barbucci dessine les femmes, qu’elles soient fortes, sensuelles, sensibles ou volatiles…

La touche humoristique d’Ekhö souligne la joie de vivre de Christophe Arleston qui est un homme plein de vie, passionné par la bande dessinée et doté d’une grande bonté…  Ce fut pour moi une très belle rencontre. Merci !

Anton visite la ville d’Ys en compagnie d’Annaïg…

En ce deuxième jour du festival Quai des bulles 2018 de St Malo, la rigueur était de mise. Nous ne pouvions plus nous reposer sur nos excuses de débutants et devions rendre un travail « simili » professionnel.

Mon interview la plus marquante de la journée fut celle d’Annaïg. Jeune auteure d’origine Bretonne, qui publie cette année une nouvelle bande dessinée qui lui  tient à cœur : Ys.

Ys c’est avant tout une légende, un conte Breton raconté par monts et par vaux, connu de tous. Annaïg y a cependant ajouté son grain de sel pour que celui-ci soit cependant plus en phase avec ses idéaux car « Tout est politique ». Il était en effet important pour elle de dépoussiérer cette histoire pour la remettre au gout du jour. Si la morale lui plaisait ce n’était pas foncièrement le cas de tous les personnages beaucoup trop stéréotypés inscrits dans des logiques patriarcales voir même des dogmes chrétiens.

Après « De ligne en ligne », son précèdent album qui se déroule dans un univers très urbain, la scénariste a souhaité revenir à ses origines dans une histoire plus proche de l’univers Antique. Ys mêle habilement la fuite d’une princesse désireuse de créer un monde plus juste et le destin d’un roi rattrapé par les obligations religieuses d’une société en pleine évolution.

De cette démarche, il ressort un ouvrage qui sait habilement jongler entre engagement et accessibilité. À mettre entre toutes les mains Ys séduira tant les plus jeunes avec son histoire et ses couleurs mais également les lecteurs aguerris qui sauront y déceler des idéaux très modernes.

Ce combat de l’ouvrage beau, bon et pertinent, Annaïg le partage avec son conjoint, Loïc Sécheresse, dessinateur de l’album. C’est un style tout en vagues et en volupté qu’il a su appliquer à cette œuvre pour lui donner une mouvance, une narration dynamique. Ses couleurs chatoyantes et les ambiances lumineuses sur les paysages simili Bretons vous transporteront dans un univers intense au parfum d’aventures.

Ys est plus que jamais une œuvre à partager sans modération tant pour se détendre qu’en apprendre sur le monde d’aujourd’hui.

Durant l’entretien, je n’ai pas vu passer le temps et j’ai pu apprécier de dialoguer avec une autrice de qualité, ferme sur sa position et heureuse de parler de son ouvrage… En sortant de cette rencontre, j’étais comme sur un petit nuage…

Roxane rencontre Loïc Clément à Saint-Malo…

L’enfance, un thème essentiel pour Loïc Clément. C’est dans son enfance que le scénariste puisse son inspiration. Il traite de sujets personnels lui tenant à cœur et qu’il souhaite faire partager au public.« Chaque jour Dracula » est un livre traitant du harcèlement scolaire. Il connaît cette situation car il l’a subie durant son enfance. Il travaille sur ce thème avec beaucoup de profondeur tout en adoptant un ton enfantin. Il adapte donc cette thématique grave et peu traitée sur le fond. Il s’adresse à l’enfant pour lui faire comprendre tenants et aboutissants. Dans sa fiction, le scénariste s’adresse non seulement aux victimes pour leur permettre de comprendre leur situation mais aussi aux bourreaux pour leur faire comprendre leurs actions. Un livre à utiliser le plus souvent possible avec les enfants !

« Chronique de l’île perdue » aborde quant à lui le thème des rêves enfantins et des relations entre frères. Ici, on suit l’histoire de deux frères échoués sur une île mystérieuse où ils vont être confrontés à leurs peurs, leurs erreurs et à la rédemption ! Leur but sera de se retrouver et de grandir. Cette bédé touche à nouveau des sujets chers à Loïc notamment celui des relations au sein d’une fratrie.Nous retrouverons ainsi Loïc Clément dans de prochains ouvrages traitant de l’écologie ou encore du deuil et des fantômes. Tout un programme qu’il a présenté sans manière montrant son accessibilité totale…

La TAIS à Saint-Malo, jour 4

Ce début de journée fut décidément bien difficile pour certains. Le lever fut délicat : réveil plus tôt et temps de mise en route plus long que les jours précédents. Après avoir tenté d’émerger grâce à une tasse de café ou bien une bonne douche, la TAIS est enfin prête à partir en direction de la cité corsaire.La journée débuta tôt et fort en enchaînant pas moins de 7 interviews le matin. Cette fois-ci c’est avec plus de confiance que certains commencèrent le travail mais d’autres gardaient quand même une petite boule au ventre. C’est Michel qui ouvrit le bal avec Emile Bravo. L’une des rencontres la plus attendue arriva enfin. Effectivement certains étudiants étaient impatients de rencontrer la scénariste de « Moi en double », Navi. Son interview fut donc menée avec beaucoup de plaisir par Sarah, Chloé et Nathan.Pour la pause méridienne, nous décidâmes de profiter de la vue que nous offraient les remparts pour manger face à la mer. Ce repas a été ponctué par le combat de Michel pour défendre son gâteau et les cris du cœur d’Anton aux mouettes.Une fois le ventre bien rempli nous nous concentrâmes à nouveaux sur nos artistes. L’après-midi nous réserva quelques moments mémorables comme le baptême du feu de Chloé avec son interview de Davy Mourier, lui aussi très attendu, la rencontre d’une Sarah surexcitée avec Zelba, et enfin « l’énorme cafouillage » de Roxane avec Bastien Quignon au grand dam de Nathan.Ce quatrième jour fut aussi synonyme de dédicaces et d’achats. Certains se sont battu jusqu’à la mort pour avoir un dessin de leurs artistes préférés. Bon, peut être pas jusque là mais le plaisir de la rencontre fut quand même au rendez-vous !Nous quittâmes donc Quai des bulles pleins de souvenirs et d’expériences. Et pour finir en beauté, nous célébrâmes cette fin de séjour autour d’une bonne raclette qui finit d’achever les plus fatigués d’entre nous. Pour les derniers survivants de la promo, il s’agit désormais de finir les articles et de pouvoir enfin sombrer dans un sommeil bien mérité…

Vous comprenez maintenant pourquoi ce compte-rendu quotidien n’est pas arrivé plus tôt… Non ?

Roxane affronte Conan à la loyale… à Saint-Malo !

Cinq minutes à chercher, cinq minutes à tourner en rond, cinq minutes de retard. Non décidément je n’étais pas sereine. Interviewer Benoît Cousin, l’éditeur de la série Conan était le moment que j’attendais à St Malo depuis le lancement du projet Quai des Bulles à Chalon. Mais, heureusement, Benoît Cousin arriva avec cinq minutes de retard. L’interview peut commencer sans que je l’aie fait attendre…

L’éditeur ? On se soucie surtout de l’illustrateur, éventuellement du scénariste, voire du coloriste…  Mais l’éditeur ? On ne connait rien sur lui et son nom s’efface de notre mémoire instantanément… D’ailleurs, à quoi peut bien servir un éditeur comme Benoît Cousin ? Il fait parti du pôle éditorial de la nouvelle série Conan. Les deux autres membres sont Jean-David Morvan, l’instigateur de ce projet et Patrice Louinet le spécialiste international de Robert Howard le créateur originel de Conan. Son rôle spécifique, en tant qu’éditeur, est de trouver les dessinateurs, les scénaristes, en somme les bonnes combinaisons de créateur pour que la création de chaque tome soit réussie, que la lecture fonctionne et que les lecteurs s’y retrouvent…

Passionné de littérature de genre, il est intarissable sur Conan. Il m’expliqua les enjeux et les objectifs de la réadaptation française de cette œuvre de 1932. Avec beaucoup d’honnêteté et de réalisme, il expliqua qu’un des enjeux était économique. En effet, le personnage de Conan possède déjà une communauté de fans fidèles prêts à acheter cette nouvelle série. De plus, Conan s’inscrit dans les goûts culturels actuels : Games of Thrones, Viking, Seigneur des anneaux, Harry Potter… Ainsi les éditions Glénat s’assurent une base d’acheteurs solide et peuvent se permettre de se lancer dans leur ambitieux projet.

Effectivement, ils ont décidé d’explorer les différents traits et aventures de Conan décrits par les écrits de Robert Howard.  Les gens sont habitués à la représentation budibuilder de Schwarzenegger dans le film culte de John Milius. Ici, les éditions Glénat désirent offrir une vision nouvelle et plus profonde du personnage jusque là laissée au rang de montagne de muscle sans cervelle dans l’imaginaire collectif. Chaque tome montre une nouvelle facette de Conan sous la plume d’un artiste diffèrent. D’un style cartoonesque à un style plus brut, le personnage reste toutefois le même : le barbare sauvage et félin, le guerrier impitoyable et indomptable.

Toutefois, malgré le parti pris audacieux et engagé, certains fans de Conan ne semblent pas prêts à accepter de voir l’image de leur héros évoluer. En effet, Benoît Cousin a dû se rendre compte qu’adapter un personnage culte c’est aussi se frotter aux «gardiens du temple» comme il le dit. Ce sont ces fans qui n’acceptent aucune autre représentation que celle qu’ils connaissent. Mais malgré le manque d’ouverture d’esprit de certain, d’autres se montrent au contraire agréablement surpris de découvrir «un autre» Conan !

Nouveau projet phare de l’année 2018 pour Glénat, la série Conan ne semble pas prête de s’arrêter, pour mon plus grand plaisir. Et il nous reste plus qu’à attendre novembre prochaine pour la sortie du prochain Conan au sous-texte apparemment plus érotique. »

Chloé reçoit Davy Mourier…

16h50 : interview avec Davy Mourier dans 10 minutes, le stress monte.
[En fait, Chloé est liquéfiée]

16h55 : Davy arrive. Le matériel n’est pas tout à fait prêt, les caméramans ne sont pas là, mon binôme est toujours occupé avec une autre interview. Stress maximal.
[Pour être précis, c’est la paralysie totale]

17h : Nous finalisons l’installation du matériel avec l’aide de Davy pour le micro-cravate. Anton, mon compagnon d’interview n’est toujours pas là et je le maudis intérieurement de me laisser seule même si je sais que ce n’est en aucun cas sa faute.
[Heureusement, un médecin n’est pas là pour prendre la tension de Chloé, le résultat ne serait même pas répertorié dans le manuel du bon toubib]

17h04 : Je commence donc l’interview, seule. Je suis heureuse de rencontrer cet auteur que je connais depuis que j’ai 13 ans notamment grâce à la série Nerdz et aussi à ces vidéos. Mais je suis quelque peu mal à l’aise car rien ne semble se passer comme prévu.
[Certains diraient que Chloé est blanche, d’autres ne la voient même plus]

17h06 : Anton arrive finalement, ce qui me rassure et me redonne confiance. Nous poursuivons l’interview dans une ambiance détendue. Nous discutons avec lui de sa nouvelle BD « Cuba », mais aussi de « la Petite Mort », « Relation Cheap » et surtout de lui. Davy Mourier est très drôle et bienveillant dans ses réponses. Son attitude a réussit à me mettre à l’aise et m’a permis de mener l’interview de manière naturelle. Malgré un léger bafouillage sur une question, tout se passe bien et Anton et moi parvenons à lui poser pleins de questions et à rebondir sur les explications de l’auteur.
[La pulsation cardiaque est redevenue normale, juste un peu de bien-être l’habite]

17h28 : Fin de l’interview. Mon premier sentiment est la satisfaction : satisfaction d’avoir eu la chance de rencontrer une personne intéressante, amusante, humaine et qui a su répondre en tout point à mes attentes. Satisfaction aussi d’avoir réussi à dépasser mon angoisse et d’avoir pu passer un plaisant moment en compagnie de Davy Mourier.

Quel festival Quai des bulles pour la Tais !

Juste pour vous donner envie de venir écouter régulièrement ces entretiens avec des auteurs de bandes dessinées, voici les auteurs que nous avons rencontrés… Dans l’ordre chronologique d’apparition…

Boulet et Aseyn, Chapron, Lereculey, Jean-Louis Mourier,Carole Maurel, Anaïs Bernabé, Picaud, Franck Bonnet, Marwan Kahil,Jack Lemonnier et Eddy Simon, Benoît Cousin, Hamon et Zako, Émile Bravo, Fabien Toulmé, Joël Alessandra, Navie et Audrey Lainé, Stéphane Duval, Mathou, Richard Guérineau, Panaccione, Fab Caro, Marko, Jung,Geoffroy Monde, BEKA, Zelba, Raphaël B, Christophe Arleston, Annaïg, Etienne Wilhem, Frichet, Gomès, Fabien Velhmann et Gwenn de Bonneval, Loïc Clément, Davy Mourier, Jean-Michel Arroyo,Sébastien Grenier, Pascal Quignon, Zeina Abirached…

Soit trente huit interviews de 6 à 33 minutes… Sans compter deux rencontres sur stand… Ok, nous étions une équipe de neuf… mais quand même. Beau travail et des étudiants sérieux, concentrés, attentifs, respectueux des auteurs, des attachés de presse et des bénévoles du festival… Merci à tous !!!

Anton, Troll de la promotion, rencontre un Orc sur les bords de la Manche…

Ce troisième jour à St Malo, même si stressant, fut pour moi l’occasion de rencontrer un auteur passionnant.  En effet après deux jours de travail plus que modéré il était temps de se retrousser les manches et de commencer les interviews.

J’ai pour ma part effectué celle avec Jérôme Lereculey, Malouin de naissance et illustrateur émérite de la bande dessinée Wollodrin, scénarisée par son ami David Chauvel.

Dans cette série de 10 tomes d’heroic-fantasy, on suit l’histoire de Nains, d’Hommes, d’Elfes et de ses héros favoris : les Orcs ! Ces humanoïdes à la peau verte sont bien trop souvent relayés au rang de simples méchants sans cœur et il était donc important pour les deux auteurs de les réhabiliter et de leur donner une histoire à la hauteur de leur musculature.

Si le cadre du récit est très comparable à un univers Tolkiennien, plusieurs points divergent totalement. Les elfes ne sont plus de simples humains aux oreilles pointus et toutes les races sont traitées de manière bien moins manichéenne comme des peuples luttant pour survivre dans un monde en guerre.

David et Jérôme se connaissaient depuis longtemps et ils avaient déjà eu l’occasion de travailler ensemble auparavant. Wollodrin a été pour eux un moyen de concrétiser enfin leurs rêves d’heroic fantasy.  Pendant ses 8 années de parution Jérôme a pu s’essayer à une nouvelle technique d’encrage. Il a ainsi évolué du feutre vers la plume et le pinceau, lui permettant un toucher plus sensible et plus précis. Si le premier album fut quelque peu laborieux il lui a néanmoins permis de perfectionner sa technique et de dompter, comme il le désirait, son encre farouche. Avec la permission du scénariste, Jérôme a ainsi pu exprimer sa créativité à travers cette série pour lui donner une vraie patte personnelle.

À l’image des nains, l’illustrateur est très bavard pendant ses phases de création et partage régulièrement ses problématiques avec son entourage, ses enfants dont il s’inspire d’ailleurs parfois…

La rencontre de cet artiste à grandeur humaine me donna envie de m’intéresser à la suite de son œuvre, envie que j’espère vous avoir communiquée.

Nathan joue dans l’univers de Bolchoï Arena avec Boulet et Aseyn…

“Ne me parlez pas de Ready Player One ! Tout le monde m’en parle ! “

Nous avons débuté notre série d’interviews de la journée par Boulet et Aseyn. Ils viennent de sortir le premier tome d’une nouvelle aventure de science fiction, Bolchoï Arena.

Boulet se présente avec un sweat shirt arborant le logo du Bolchoï, l’univers virtuel tout droit sorti des méandres de son esprit. Le thème de la réalité virtuelle a le vent en poupe en ce moment. Mais il nous met en garde : “Ne me parlez pas de Ready Player One ! Tout le monde m’en parle ! “ Il est, en effet, difficile de ne pas faire le rapprochement entre la nouvelle production hollywoodienne signée Spielberg, peignant aussi un monde futuriste agrémenté d’un jeu de réalité virtuelle omniprésent, sorti aussi cette année dans les salles obscures.

Mais cet univers, cela fait 5 ans que Boulet l’a pensé et créé, nous dit-il, le sourire aux lèvres. Avant même que le projet ne soit totalement sur les rails, il avait déjà une panoplie de produits dérivés. C’est là sa façon de travailler; créer tout un univers aussi étendu et complet  que le Bolchoï est complexe.

Boulet invente sa fiction tout en la dessinant, il fait des story-boards, se projette. Trouver un dessinateur pour sa création n’a donc pas été une chose aisée. Car après tout, cela revient à laisser partir son bébé. Mais c’est aussi lui apporter un nouveau regard. Et puis après tout, “il ne sait pas dessiner les vaisseaux !”

C’est donc Aseyn qu’il a choisi pour l’aider dans cette aventure “en trois tomes au minimum”. Ils se connaissent bien… En fait, Boulet a découvert devant nous qu’Aseyn était d’origine bourguignone comme lui… Aseyn apporte au récit (en plus de ses vaisseaux ) un dessin fin et rappelant des mangas tels que Otome et Shiro mais surtout une palette pastel de bleu, pêche et de rose. Un ensemble très doux qui nous plonge dans un univers futuriste certes, mais qui vibre d’une science-fiction des années 80 qui nous fait rêver…

Retrouvez bientôt notre rencontre complète avec Boulet et Aseyn !

Sarah tremble mais ne rompt pas face à Carole Maurel…

On l’attendait depuis quelques jours après avoir lu « Collaboration Horizontale » et dès que l’on avait eu la confirmation de notre rendez-vous. Si le stress gagnait peu à peu mon estomac, la joie, quant à elle, commençait à me submerger jusqu’aux oreilles…

Je scrutais longuement chaque personne qui franchissait la porte de la salle de presse et enfin j’entendis Michel me dire c’était bien elle, qu’elle arrivait, Carole MAUREL !

Je sentis le stress former une grosse boule en moi au fur et à mesure qu’elle avançait mais, aussi étonnant que cela puisse être, et je ne m’y attendais pas, la dessinatrice était aussi stressée que moi. (Sourires partagés)

L’intimidation restait palpable, après une grande bouffée d’air et en balbutiant un peu, je me lançais encourager du regard par Michel et Caroline…

Mais comment en est-elle arrivée à ce stade ? Et bien pour la petite histoire, c’est après 7 ans dans le monde de l’audiovisuel et du graphisme qu’elle se fait découvrir lors d’un concours. Et là débute son aventure dans le monde de la Bande dessinée.

Les histoires qu’elle illustre sont pour la plupart destinées à un public adulte, des histoires drôles, d’amours ou encore de société.

On retrouvera une diversité thématique qu’elle utilisera  pour nous transporter dans son univers. Ses dessins seront traités avec des couleurs qui accompagnent ses personnages et leurs mondes, des couleurs qui participent à l’histoire, choix auquel elle tient. On retrouvera aussi dans ses dessins, des représentations très expressives notamment dans « Collaboration horizontale », ce qui nous permettra de traverser les pages du livre et de partager les sentiments des personnages.

Alors n’oublions pas de parler du petit dernier « Eden », véritable petit délice qui s’adresse à un public adolescent mais s’accorde très bien avec un public plus large. Classe sociale, injustice et choix sont les mots qui illustrent parfaitement cette histoire. Je ne vais pas vous en dire plus car si vous aimez aventure et anticipation, je vous invite à vous y plonger rapidement. Pour ce projet Carole et son scénariste, Fabrice Collin, ont choisi de vous narrer cela dans un diptyque.