Le samedi matin, Shelton était encore à Angoulême…

Ce samedi de festival va certainement être la journée la plus chargée en rendez-vous mais aussi en émotions car ce sera le jour où nous aurons un second malaise d’une d’entre nous avec un passage à l’hôpital d’Angoulême ce qui ne sera pas sans perturber quelque peu l’organisation de la journée sans compter trois changements d’horaire, un oubli d’ordinateur dans la salle presse… Bref, une journée qui aurait pu basculer dans le très pénible et qui va, finalement, rester une belle journée avec de très nombreuses rencontres bien sympathiques… Restons donc sur cet aspect positif…

Tout va donc commencer par la seconde rencontre avec Marc Jailloux mais cette fois-ci pour parler d’Alix, le célèbre personnage créé par Jacques Martin en 1948 ! Marc Jailloux se souvient d’avoir eu un choc émotionnel en lisant l’album Le dernier Spartiate (1967) mais si mes souvenirs sont bons c’est album suivant, Le tombeau étrusque (1968) qui a été mon premier Alix. Dans les années qui ont suivi, je me suis mis à compléter ma collection, à lire toute la série, à attendre les nouveautés avec une certaine fidélité. Par contre, je n’ai jamais rencontré Jacques Martin alors que je vais interviewer plusieurs fois de nombreux auteurs qui ont travaillé avec lui comme Jean Pleyers, Gilles Chaillet, André Juillard, ainsi que ceux qui ont travaillé sur les prolongements de la série comme Rafael Morales, Christophe Simon, François Corteggiani… Voilà, avec cette rencontre avec Marc Jailloux je ne boucle pas le dossier mais je continue de suivre Alix dans ces aventures même si cette série reste une des séries que je n’aurai pas réussi à transmettre ni à mes enfants ni à mes étudiants…

La rencontre se déroule très bien et place sur orbite cette grande journée… Dès que j’ai terminé, je regagne la salle de presse où je dois recevoir Fanny Vella, jeune autrice dont j’ai déjà parlé… Dans sa bande dessinée, Le seuil, elle raconte la fin d’une relation toxique, c’est-à-dire le moment où une femme va pouvoir redevenir elle-même, libre… C’est tiré/inspiré de sa propre vie et elle parle de tout cela avec simplicité, humanisme et émotion… Une très belle rencontre qui restera gravée dans la tête et le cœur de tous ceux qui sont là autour de la table durant l’interview…

Je vais rester en salle de presse pour recevoir Stéphane Tamaillon et Priscilla Horviller pour leur album La baronne du jazz, un ouvrage qui retrace l’existence fantasque d’une femme surprenante, la baronne Pannonica… Cette femme qui aurait pu être simplement une baronne soucieuse de son rang, de sa société, qui a eu six enfants… va devenir une sorte de muse du jazz new-yorkais et c’est absolument fascinant… Je ne connaissais pas son existence mais cette bande dessinée doit être lue par tous les amateurs de jazz et tous les curieux de ces grands destins humains… Les auteurs sont adorables et c’est une très belle rencontre…

Pendant ce temps-là, Tom est parti vers le stand Casterman où il va avoir l’occasion de rencontrer et interviewer Luc Jacamon, dessinateur de la série Le tueur, une série qui après une pause redémarre… Un nouveau cycle où le Tueur devient une sorte d’agent très spécial des services français d’espionnage… Tout un programme pour Tom qui est devenu en quelques semaines de lecture un adepte de la série… C’était une grosse attente du festival pour lui et il repart avec une magnifique dédicace qui le comble de toute évidence…

Pour moi, la matinée se termine avec un petit pincement au cœur. Je rencontre Pica, le dessinateur de la série Profs. J’ai connu Pierre Tranchand il y a très longtemps car je l’ai fait venir à Chalon-sur-Saône en 2000 pour des interventions dans des classes avec lesquelles on avait travaillé sur la série Croco et Fastefoude… Depuis, bien sûr, il y a eu le succès énorme de profs et plus tristement, il y a eu son AVC qui le laisse très affaibli. Il a laissé le dessin de Profs à Simon Léturgie depuis le tome 18… mais cette rencontre à Angoulême permet d’évoquer les vingt ans d’une série atypique dont le succès en a surpris plus d’un… Aucun éditeur ne voulait de la série à sa création !

Et c’est bien durant cette matinée que l’une d’entre nous « visitera » les urgences de l’hôpital d’Angoulême… Heureusement, tout se finira bien, comme dans les BD !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>