Littérature => Arabe (193 livres critiqués)


Début Précédente Page 4 de 4

couverture

Aux Etats-Unis d'Afrique de Abdourahman A. Waberi

critiqué par StellaMaris - (57 ans)

Et si l'on changeait tout ?

8 etoiles
C’est à une volte-face intellectuelle que nous invite le dernier roman d’Abdourahman Waberi, Aux Etats-Unis d’Afrique. Dans ce livre, le continent africain est décrit comme une prospère fédération, riche d’autant de mégalopoles qu’elle compte d’Etats, dotée de savants mondialement reconnus, d’artistes célèbres dont les œuvres s’arrachent à prix d’or etc. Sa capitale est Asmara, située...

couverture

Partir de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Bachy - (55 ans)

Emigration

9 etoiles
Tahar Ben Jelloun situe la trame de son roman à Tanger dans les années 1990. La ville est gangrenée par le chômage, la prostitution, la corruption et les trafics en tout genre. Le lieu est un parfait observatoire des rêves d'une Espagne située à 14 petits kilomètres. Au café Hafa, Azel – Azz El Arab...

couverture

La réclusion solitaire de Tahar Ben Jelloun

critiqué par FROISSART - (St Paul - 71 ans)

La lecture de Patryck Froissart

10 etoiles
Titre : La réclusion solitaire Auteur : Tahar Ben Jelloun Editeur : Denoël (1976 – Paris) Ce petit roman est un long cri de souffrance, un délire poétique d’une douloureuse intensité, d’une trouble profondeur, où se diluent les événements, où se dissolvent les repères narratifs. Le narrateur, qui s’exprime à la première personne, est un immigré marocain dans la...

couverture

Cunéiforme de Kader Abdolah

critiqué par Diane49 - (St-Eustache - 64 ans)

Notes sur l'Irak

8 etoiles
Le jeune Aga Akbar, cadet de 7 enfants et fils illégitime d'un noble persan, est sourd-muet. Il communique dans un langage de signes rudimentaire, mais souffre de ne pas pouvoir exprimer ses pensées, ses sentiments. Ne sachant comment lui enseigner l'alphabet persan, son oncle lui demande de recopier une inscription en écriture cunéiforme veielle de...

couverture

L'attentat de Yasmina Khadra

critiqué par Cuné - (51 ans)

Quand tout bascule

8 etoiles
Amine est de nationalité Israélienne, Arabe de naissance. A Tel-Aviv, c'est un chirurgien renommé qui a une vie dorée, avec une épouse qu'il adore depuis 15 ans. Le jour où elle se fait exploser dans un MacDonald bondé, tuant 17 personnes dont 11 enfants, il refuse d'y croire. Pourtant c'est la vérité, sa femme était...

couverture

Harraga de Boualem Sansal

critiqué par Clarabel - (43 ans)

Un beau roman, une belle histoire...

8 etoiles
"Harraga" signifie "brûleur de routes", autrement dit l'exilé de son plein gré, qui quitte sa famille, sa ville, son village et son pays pour un ailleurs plus mirifique. Le Maroc, l'Espagne, la France, l'Angleterre... les "harragas" sont prêts à tous les riques pour atteindre l'eldorado et fuir l'Algérie qui saigne, souffre et n'offre plus rien....

couverture

Et le coucou, dans l'arbre, se rit de l'époux de Percy Kemp

critiqué par Idelette - (55 ans)

Comme une farce qui finit dans la tragédie grecque

10 etoiles
Micha ? Jonathan ? (on apprend son nom, au bout d'un tiers du livre, et il n'arrête pas d'avoir de nouvelles identités, des "couvertures" !) veut se suicider, lui qui a tellement et horriblement trucider. Il n'en peut plus, il en a trop fait, il en sait trop, mais voilà, à l'idée d'être découvert, mort,...

couverture

Le livre des illuminations de Ǧamāl al- Ġīṭānī

critiqué par Fonfon - (70 ans)

illumination du lecteur

10 etoiles
ça a déjà existé 2 ou 3 fois dans ma vie de lecteur: un livre qui vous "prend" avec un telle intensité qu'il y a alors un avant et un après le livre. Celui-ci est de ce cru une fois que l'on a fait l'effort de rentrer dedans. L' alchimie de spiritualité, de marxisme et...

couverture

Couloir n° 6 : Carnets de prison de Sayyed Ibrāhīm Nabavī

critiqué par Saule - (Bruxelles - 53 ans)

La prison en Iran

6 etoiles
Nabavi est un journaliste réputé en Iran. Des articles un peu trop satiriques sur le régime lui vaudront un passage à l'ombre, ce dont il tire profit pour rédiger un carnet de prison sous forme de lettres à sa femme. Notons qu'il destinait ce carnet à être publié. Plutôt que d'aller dans la section des...

couverture

Les amandiers sont morts de leurs blessures de Tahar Ben Jelloun

critiqué par MOPP - (82 ans)

Un chant de mémoire

9 etoiles
Ce romancier-poète marocain a obtenu le prix GONCOURT en 1987 pour "La nuit sacrée". Ici il nous présente des poèmes sur la mort, sur le devenir du monde et des hommes. Il s'interroge aussi à propos de l'écriture. Le titre du recueil tire son nom du titre d'un poème en prose dont voici un extrait : "Le jour s'est...

couverture

Miramar de Naguib Mahfouz

critiqué par Giny - (Casablanca - 31 ans)

Miramar....Simplement époustouflant!

10 etoiles
Miramar: lieu de l'action et pension délabrée d'Alexandrie, anciennement célèbre aux temps des colons anglais.... Titre évocateur qui annonce la saveur amère qui se dégage de la lecture de ce livre. 7 personnages se partagent la vedette: Amir Wagdi, l'intellectuel vieillissant, Marianna, vestige de la colonisation anglaise et tenancière de la pension, Tolba Marzuq,aristocrate méprisant...

couverture

Les enfants des rues étroites de Abdelhak Serhane

critiqué par Biblio - (52 ans)

retour au pays...

8 etoiles
Dans les enfants des rues étroites, Abdelhak Serhane relate chaque fois de manière parallèle sa vision du Maroc devenu indépendant. Il dénoncé ainsi le pouvoir patriarcal omniprésent et par conséquent le sort peu amène réserve aux femmes qui en découle mais aussi d’autres fléaux comme le chômage, la corruption endémique des fonctionnaires,...

couverture

Haras de femmes de Amin Zaoui

critiqué par Biblio - (52 ans)

famille - religion - désert...

5 etoiles
Hager la narratrice raconte l’histoire de sa famille proche : son père a quitté le village et qui s’est installé dans le désert où il a découvert une pièce sacrée et a fondé une nouvelle religion basée sur la femme et son sexe Hager évoque en plus de celles de ses parents les aventures et mésaventures...

couverture

Le Nez sur la vitre de Abdelkader Djemaï

critiqué par Léonce_laplanche - (Périgueux - 82 ans)

Dommage !

6 etoiles
Voici un petit opuscule dont le sujet est une histoire simple et dramatique. Le texte y est rédigé à la troisième personne, et il est difficile de savoir s'il existe un lien entre les personnages et l'auteur, ou s'il s'agit d'une pure fiction. Un père d'origine algérienne quitte en autocar le sud de la...

couverture

Les raisins de la galère de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Mademoiselle - (31 ans)

Une "beur en colère"

8 etoiles
Ce roman raconte la vie de Nadia, française d'origine algérienne, de ses 10 ans jusqu'à ses 25 ans, du début des années 80 aux années 90. Nadia parle de sa vie, de ses désirs, des voisins, des jalousies, des traditions et de sa mère superstitieuse. Elle raconte aussi son déchirement entre deux cultures, elle qui...

couverture

Les ailes brisées, suivi de « Satan » de Kahlil Gibran

critiqué par Sahkti - (Genève - 45 ans)

A propos de Satan

3 etoiles
Ne réalises-tu pas que tu mourrais de faim si je venais à disparaître? Que ferais-tu demain si tu me laissais mourir aujourd'hui? Quelle vocation poursuivrais-tu si mon nom s'évanouissait? Depuis des décennies tu as parcouru ces villages et mis les gens en garde afin de leur éviter de tomber entre mes mains. Ils ont acheté...

couverture

Le dernier ami de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Bachy - (55 ans)

Amitié trahie

8 etoiles
Il s’agit de l’histoire d’une amitié. Celle qui unit Mamed et Ali de l’adolescence à la maturité durant une trentaine d’années, au lendemain de l’indépendance du Maroc. On dirait qu’ils ont tout vécu ensemble : les émois, l’éveil à la sensualité, la drague, les films goûtés en commun, puis la découverte de la politique et...

couverture

L'écrivain de Yasmina Khadra

critiqué par Renald - (59 ans)

Destin d'écrivain

10 etoiles
A 9 ans le jeune Mohamed Moulesselhoul est envoyé par son père à l’école militaire des cadets d'El Mechouar en Algérie. C’est par cette scène que commence le livre de Yasmin Khadra. Pour l’enfant c’est une rupture totale. Il quitte sa famille et se retrouve avec d’autre enfants orphelins ou abandonnés. Il va subir la...

couverture

Dis-moi le paradis de Boualem Sansal

critiqué par Sahkti - (Genève - 45 ans)

Par amour pour l'Algérie

7 etoiles
"Dis-moi le paradis" est le troisième roman de Boualem Sansal. L’histoire du Bar des Amis, un endroit chaleureux et bruyant, à Bal-el-Oued. Ammi Salah, le gérant, est un ancien fellagha qui aime cette atmosphère trépidante, ce monde qu’on refait sans arrêt et cette Algérie qu’on critique aussi fort que ce qu’on peut l’aimer. Dans le...

couverture

Les échelles du Levant de Amin Maalouf

critiqué par Sibylline - (Normandie - 68 ans)

Hymne à la tolérance

8 etoiles
Tout d’abord, ce livre est UN Amin Maalouf, c'est-à-dire un récit rapporté avec le brillant talent de conteur de cet auteur. Si vous aimez que l’on vous raconte des histoires, si vous aimez (comme moi, parfois) vous contenter de vous laisser emporter par un récit habile et sans faiblesse à travers les époques, les...

couverture

Là d'où je viens de Jamal Mahjoub

critiqué par Sahkti - (Genève - 45 ans)

Un homme se découvre

7 etoiles
On pourrait penser que Yasin et Jamal ne font qu’un tant leurs repères biographiques se ressemblent. Le Soudan natal, l’Angleterre, le Danemark, l’Europe. Jamal Mahjoub affirme pourtant qu’il ne s’agit pas d’une œuvre autobiographique. Yasin est soudanais, il vit en Angleterre et a épousé une danoise. Celle-ci souhaite divorcer et conseille à Yasin de prendre l’air...

couverture

Cappuccino à Ramallah : Journal de guerre de Souad Amiry

critiqué par Tistou - (62 ans)

Journal de Guerre

7 etoiles
Pour qui veut se faire peur avec la réalité proche orientale, et plus spécifiquement palestino-israelienne. Peur car ces petites nouvelles, ou plutôt tranches de vie, toutes datées entre le 17 novembre 2001 et le 26 septembre 2002 (c\'est à dire les premières incursions israéliennes autour du siège de l\'Autorité Palestinienne), laissent à penser que si...

couverture

La ceinture de Ahmed Abodehman

critiqué par Denwall - (Paris - 37 ans)

Un rayon de soleil

8 etoiles
Ahmed Abodehman nous fait voyager dans son village natal, du temps de sa jeunesse. "La ceinture" c'est l'Arabie Saoudite vue autrement: avec ses coutumes et ses populations. "La ceinture" c'est aussi une jolie fable sur l'Homme et ça fait plaisir à lire de nos jours. Enfin un roman qui sort de l'ordinaire. Le côté autobioagraphique...

couverture

Cousine K de Yasmina Khadra

critiqué par Moineau - (44 ans)

Fatalité

7 etoiles
Dans la 1ère partie, le narrateur nous livre des bribes de souvenirs d'enfance. Il a souffert de l'indifférence de sa mère à son égard et de la préférence de celle-ci pour son frère. " [...] l'aveugle n'est pas celui qui ne voit pas, mais celui qu'on ne voit pas; il n'est pire cécité que de...

couverture

Le rocher de Tanios de Amin Maalouf

critiqué par Vigno - (67 ans)

La Montagne de Tanios

9 etoiles
« Dans le village où je suis né, les rochers ont un nom. Il y a le Vaisseau, la Tête de l'ours, l'Embuscade, le Mur, et aussi les Jumeaux, encore dits les Seins de la goule. Il y a surtout la Pierre aux soldats ; c'est là qu'autrefois on faisait le guet lorsque la troupe...

couverture

Allah superstar de Y. B.

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Le délire très contrôlé de Y.B.

9 etoiles
L’auteur qui se cache sous les initiales Y.B. est un journaliste échappé d’Algérie "c’est plus le genre de pays que tu as plus envie de mourir pour lui que vivre dedans". Dans la foulée, j’ai lu une méchante critique sur ce bouquin, dans une revue intitulée "Hermaphrodite" qui a eu les honneurs du Magazine Littéraire...

couverture

Les hirondelles de Kaboul de Yasmina Khadra

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

A Kaboul, il n'y a pas d'amour heureux

10 etoiles
C'est le second roman de Yasmina Khadra qui me passe entre les mains. Je rappelle que derrière ce pseudonyme féminin se cache Mohammed Moulessehoules, ancien militaire algérien. L'auteur quitte la sanglante Algérie qu'il nous a fait découvrir à l’aide de polars graves et humoristiques à la fois, pour s'introduire dans la vie quotidienne de deux couples qui...

couverture

Double blanc de Yasmina Khadra

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Polar sur la corruption meurtrière dans l'Algérie actuelle

9 etoiles
La littérature policière n’est plus l'apanage des pays industrialisés. Grâce à ce roman rédigé par Yasmina Khadra (un pseudo féminin pour cet ex-officier de l’armée algérienne, exilé sous d'autres cieux, dont le nom véritable est Mohammed Moulessehoul), le lecteur de roman noir y trouvera son compte tout en s’enrichissant d'une page de la situation politique...

couverture

Les Mille et une Nuits ; Ali Baba et les quarante voleurs de Anonyme

critiqué par Lolita - (Bormes les mimosas - 33 ans)

Une conte des mille et une nuits

8 etoiles
Lors d'une fête à Schiraz en Perse, un jeune Indien se présente devant le roi accompagné d'un cheval doté d'un étrange pouvoir. En tournant une cheville près du cou du cheval, celui-ci emmène son cavalier à n'importe quel endroit sur Terre en très peu de temps. Conquis, le roi est près à céder la main...

couverture

Harrouda de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Vigno - (67 ans)

Harrouda, un roman protéiforme

8 etoiles
« Harrouda », le premier roman de Tahar Ben Jelloun, est publié en 1973. Ce roman fait scandale à l'époque parce qu'il aborde la sexualité de façon très explicite et souvent du point de vue des femmes, ce qui semble plutôt révolutionnaire dans la société marocaine des années 1970. Ce roman-poème comprend cinq parties, qui ne...

couverture

Morituri de Yasmina Khadra

critiqué par Pegase - (Laval - 60 ans)

Alger ou le désenchantement

6 etoiles
"Alger est un malaise, on y crève le rêve comme un abcès"; Llob est commissaire de police à Alger... enfin il essaie. Avant, il était le bon flic de quartier, apprécié et estimé. Depuis les derniers évènements, comme tous ses collègues intègres, il est un homme à abattre. Celui qui passe un bon quart d'heure à faire...

couverture

La belle du Caire de Naguib Mahfouz

critiqué par Jules - (Bruxelles - 74 ans)

La corruption et l'arrivisme

8 etoiles
Quatre jeunes étudiants de l’université du Caire discutent en marchant. Ils sont très différents tous les quatre, mais sont amis. Le premier est socialiste, le second traditionaliste, le troisième aime la vie et la pensée positiviste d’Auguste Comte. Le quatrième, Mahgoub al-Dayim fait celui qui n'est concerné par rien et sa réponse la plus courante aux...

couverture

Le fleuve détourné de Rachid Mimouni

critiqué par Vigno - (67 ans)

Le règne des suborneurs

8 etoiles
« Il n'est pas facile, dans ce pays, d'être Administrateur. C'est un poste qui exige beaucoup de qualités. Il faut faire montre d'une grande souplesse d'échine, de beaucoup d'obséquiosité, d'une totale absence d'idées personnelles de manière à garder à ses neurones toute disponibilité pour accueillir celles du chef. Il faut surtout se garder comme de...

couverture

La Chronique du pou vert de Issa Aït Belize

critiqué par Persée - (La Louvière - 68 ans)

Un raout pour votre mois d'août

8 etoiles
Jubilate, exultate !… A goûter la phrase jubilatoire de Issa Aït Belize, revigorante comme un thé à la menthe dont le miel et la fleur d’oranger ne gâchent en rien la troublante amertume, nous voici entraînés dans un époustouflant raout. Car c’est toute la création - excusez du peu ! - que l'auteur met en scène,...

couverture

Impasse des deux palais de Naguib Mahfouz

critiqué par Schaschlick - (Bruxelles - 45 ans)

Plongée au coeur du Caire ancien

8 etoiles
Naguib Mahfouz, prix Nobel de Littérature, a tout pour séduire: l'intrigue, les personnages hauts en couleurs et si réalistes, le décor qui sent bon les épices et où avec un peu d'imagination on pourrait presque entendre les foules qui se rassemblent dans les souks. Mais il peut aussi faire abandonner les lecteurs avant la fin,...

couverture

Cette aveuglante absence de lumière de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Francesco - (Bruxelles - 74 ans)

L'enfer marocain

8 etoiles
L'histoire de ce roman est basée sur le témoignage d'un ancien prisonnier du bagne de Tazmamart au Maroc. Le narrateur qui parle toujours à la première personne nous raconte comment lui et ses camarades candidats sous-officiers de l'Académie Militaire ont été arrêtés pour avoir participé au coup d'état du 10 juillet 1971 contre le roi Hassan...

couverture

Le Premier Siècle après Béatrice de Amin Maalouf

critiqué par Acque - (Italie - 39 ans)

Entre peurs et croyances populaires

6 etoiles
Ce livre nous présente le désir de l'homme d'avoir une descendance masculine portée à son paroxysme. Les filles se font de plus en plus rares. Encore une fois ici on voit comment nos désirs peuvent être néfastes pour l'humanité. Le monde à la recherche de sa " féminité " perdue : est-ce peut-être un " prétexte "...

couverture

Le Prophète de Kahlil Gibran

critiqué par Leura - (-- - 68 ans)

Un sommet de la littérature du 20e siècle

10 etoiles
« Le Prophète » est plus qu'un livre. C'est un cadeau offert à l’humanité toute entière. Dans un langage très poétique, l’auteur relate le testament spirituel d'Almustapha au peuple d’Orphalèse. L’amour, le mariage, les enfants, le don, la prière, le travail, la joie, la tristesse, la liberté, les lois, le bien et le mal, le plaisir, la...

couverture

A quoi rêvent les loups de Yasmina Khadra

critiqué par Jules - (Bruxelles - 74 ans)

A lire pour comprendre l'engrenage

8 etoiles
Dans la rue, un jeune intégriste doit accomplir son premier meurtre sur un magistrat qui représente le pouvoir civil, donc haï ! Tuer de loin est assez facile mais, au révolver, face à l’homme à abattre, qui vous regarde, c'est tout autre chose ! " Le magistrat a cru déceler, dans mon hésitation, la chance...

couverture

Labyrinthe des sentiments de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Dada - (Bruxelles - 43 ans)

Un livre à lire et à relire

8 etoiles
Un petit bijou pour les amateurs de Tahar Ben Jelloun. Du pur, du vrai, du 100 % ! Une œuvre poétique à l’extrême qui peut bien sûr paraître très difficile d’accès pour ceux qui n’ont pas encore découvert l'œuvre de cet auteur marocain si particulier ; toutefois les bienheureux qui en sont friands se régaleront !...

couverture

L'enfant de sable de Tahar Ben Jelloun

critiqué par Caliméro - (Bruxelles - 44 ans)

L'enfant

6 etoiles
Conte proche de la réalité - car inspiré d’un fait réel – " l'Enfant des sables " relate l’histoire d'une femme élevée comme un homme, élevée EN homme. L’Enfant des sables, c'est l'histoire d’Ahmed, huitième enfant d'un couple ayant déjà 7 filles. Comble de malheur, honte sur la famille, c'est encore une fois une fille. Le...

couverture

Le télescope de Rachid de Jamal Mahjoub

critiqué par Spin Gourmet - (BRUXELLES - 44 ans)

Un monde coloré et lumineux

10 etoiles
« Le monde se faisait plus grand, plus coloré, plus animé et plus lumineux que ce qu’il avait connu. » XVIIe siècle en Afrique. Rachid al-Kenzy est le fils illégitime d'un riche négociant et d'une esclave. Le destin l’a contraint à s’engager dans une mission secrète et périlleuse afin de sauver sa vie. Le dey le...

couverture

Le Périple de Baldassare de Amin Maalouf

critiqué par Sorcius - (Bruxelles - 49 ans)

A la poursuite d’un mirage

6 etoiles
Baldassare Embriaco est un homme paisible, fortuné, aux ancêtres prestigieux mais déchus, qui avance dans la vie sans y prendre garde, en laissant les jours se succéder aux autres et se ressembler chaque année un peu plus. À quarante ans, sa vie est on ne peut plus banale. Et puis un jour, tout va basculer, à...