Littérature => Sud-américaine (412 livres critiqués)


Page 1 de 9 Suivante Fin

couverture

Le feu secret de Fernando Vallejo

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

La jeunesse colombienne de Fernando Vallejo dans un Medellin violent et sensuel

8 etoiles
Fernando Vallejo a écrit une saga autobiographique en six volumes. "Le Feu secret" est le deuxième tome, mais peut tout à fait se lire sans avoir lu le précédent. De plus cette oeuvre n'a pas encore été traduite dans son intégralité en France. Comme il l'explique dans son roman, Fernando Vallejo n'aime pas les récits avec...

couverture

Cap Horn de Francisco Coloane

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 67 ans)

Récits de l'extrême

9 etoiles
C'est à ce recueil publié en 1941, auquel il faudra ajouter plus tard, dans la même veine, "Tierra del Fuego", que l'auteur chilien doit sa notoriété. Qu'elles soient cruelles ou poignantes ou les deux à la fois, maritimes ou le plus souvent terrestres, ce sont des histoires dures, pour la plupart, que nous raconte Coloane, des...

couverture

Terre pourpre de William H. Hudson

critiqué par Falgo - (Lauris - 77 ans)

Une découverte

10 etoiles
Anglais né en Argentine, William Henry Hudson a publié ce roman en 1885. Il s'agit de la chronique, inventée mais également tirée de la vie de l'auteur, des errances d'un dénommé Richard Lamb dans l'Uruguay, "La Bande Orientale", du XIX° siècle. Quittant Montevideo le héros parcourt à cheval de larges parties de ce pays plus...

couverture

Les terres du bout du monde de Jorge Amado

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 67 ans)

"terres, argent, cacao et mort"

8 etoiles
"Les terres du bout du monde" relate la guerre sans merci à laquelle se sont livrés des hommes, au début du siècle dernier, pour conquérir sur la forêt vierge du sud du Nordeste brésilien, d'immenses terres aux fins de les transformer en plantations de cacaoyers. Conquête sanglante s'il en fut, au mépris de toute vie,...

couverture

Les Hortenses de Felisberto Hernández

critiqué par Sentinelle - (Bruxelles - 47 ans)

La folie ordinaire

8 etoiles
Felisberto Hernández fut pendant de nombreuses années un pianiste qui gagnait sa vie en jouant notamment dans les salles de cinéma muet. Ses difficultés matérielles et sa carrière de pianiste trouvent un écho persistant dans ses récits, tant nous retrouvons à plusieurs reprises ce personnage de pianiste (toujours écrit à la première personne) en difficultés...

couverture

F : L'histoire de la femme qui devait tuer Orson Welles de Mélanie Fusaro, Antônio Xerxenesky

critiqué par Lucia-lilas - (50 ans)

F

8 etoiles
« A vingt-cinq ans, avoue Ana, je pensais avoir déjà vu beaucoup de choses dans la vie. J’avais assisté à une décapitation, deux pendaisons, une castration, trois chutes mortelles, une tête détruite par un tir de fusil… » Ana est tueuse à gages. Oui, c’est sa spécialité, elle est très douée pour ça et elle...

couverture

Le voyage d'Octavio de Miguel Bonnefoy

critiqué par Débézed - (Besançon - 69 ans)

Odyssée vénézuélienne

6 etoiles
« Dans le port de La Guaira, le 20 août 1908, un bateau en provenance de La Trinitad jeta l’ancre sur les côtes vénézuéliennes sans soupçonner qu’il y jetait aussi une peste qui devait mettre un demi-siècle à quitter le pays ». C’est dans ce petit port qu’Octavio est né, il réside dans l’église construite...

couverture

Le vieux gringo de Carlos Fuentes

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Un Américain au Mexique

7 etoiles
Un vieil Américain de la frontière a l'idée de finir sa vie au Mexique. L'idée semble évidemment étrange à tout le monde, d'autant plus que son pays d'accueil est pris par une Révolution collectiviste. Ce n'est pas de bon augure quand on vient d'un pays aussi libéral. Pourtant, il prend prétexte de rejoindre les troupes...

couverture

Tes pieds je les touche dans l'ombre de Pablo Neruda

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

Et je marche dans la forêt entouré d’éléphants blessés

8 etoiles
On ne présente plus le grand poète chilien Pablo NERUDA (1904-1973) sans doute un des plus célèbres poètes du XXe S. M. Jacques ANCET nous propose ici une traduction très poétique de ce recueil bilingue posthume, composé d’inédits de du poète retrouvés par la fondation Pablo NERUDA. Comme souvent avec ce type de livres, et bien...

couverture

Un petit roman lumpen de Roberto Bolaño

critiqué par Aaro-Benjamin G. - (Montréal - 47 ans)

Dérive énigmatique

8 etoiles
En courts chapitres, ce roman raconte l'histoire d'une adolescente italienne et de son jeune frère, qui deviennent orphelins lorsque leurs parents meurent dans un accident d'automobile. Seuls et sans repères, les deux abandonnent l'école et passent le temps à regarder des talk-shows et des films pornographiques. Ils se contentent d'emplois peu rémunérés: Bianca à un...

couverture

L'amant japonais de Isabel Allende

critiqué par Ddh - (Mouscron - 75 ans)

Une saga incroyable

9 etoiles
Ichimei est l'amant japonais d'Alma. Un amant ? Oui, mais occasionnel car Alma est particulière. Une saga qui visite les graves soucis que peuvent vivre les Juifs qui ont pu éviter l'extermination durant la deuxième guerre mondiale et les Japonais vivant aux Etats-Unis à la même période. Sans oublier les difficultés rencontrées par les jeunes face aux...

couverture

Boomerang de Daniel Chavarría, Justo E. Vasco

critiqué par Falgo - (Lauris - 77 ans)

Très original

6 etoiles
Tout le livre tourne autour de la découverte par un pêcheur cubain d'anciennes pièces d'or de très grande valeur. Bien entendu ce trésor attire la convoitise de plusieurs "experts" ou "profiteurs ", sans compter celle du découvreur originel. On assiste donc aux efforts de celui-ci pour valoriser à un prix "réel" sa découverte, comme à...

couverture

La pirouette de Eduardo Halfon

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 67 ans)

Une quête...mais laquelle?

7 etoiles
Ce récit est celui d'une rencontre et d'un voyage ou plutôt d'une quête qui nous mène, aux côtés du narrateur, des moiteurs de l'Amérique centrale à l'hiver de Belgrade, au-devant de la culture tsigane. Dans le cadre du festival d'Antigua Guatemala, Edouardo et sa compagne Lia font la connaissance d'un brillant pianiste classique serbe, Milan Rakic....

couverture

La couleur de la peau de Ramón Díaz Eterovic

critiqué par Ludmilla - (Chaville - 61 ans)

Le problème des immigrés…

8 etoiles
…péruviens au Chili. Ramon Diaz Eterovic a écrit une série de romans policiers où l’on retrouve les mêmes personnages, le personnage principal étant le détective privé Heredia. Un des livres de cette série ayant été retenu pour le prix CL 2016, j’ai lu « La couleur de la peau » pour découvrir l’univers de Heredia :...

couverture

Monsieur le Président de Miguel Ángel Asturias

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Chronique d'une dictature ordinaire

8 etoiles
Miguel Angel Asturias romance la réalité d'une dictature. Elle ressemble à s'y méprendre à celle de son pays, le Guatemala. Monsieur le Président a tous les droits, les plus sanguinaires, et se fait passer, sans honte aucune, pour un surhomme. Les amours et sentiments positifs sont amenés à être contrariés par la vérité d'Etat, dont...

couverture

La fosse aux ours de Esteban Bedoya

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Des histoires sud-américaines sensuelles et envoûtantes

8 etoiles
Ce recueil de nouvelles est totalement envoûtant. Le lecteur a le sentiment de lire des mythes sud-américains qui entremêlent le monde des hommes à celui des animaux. A ces deux univers qui s'entrelacent s'ajoutent le fantastique et la sensualité. Le lecteur est donc confronté à des histoires au fort tempérament qui se lisent avec...

couverture

Voyage de la mort et autres poèmes de Tomàs Alva Negri, Fernando Maza (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (42 ans)

Poésie imprégnée d'une foi catholique poignante, où la nature est à la fois le don et le signe de Dieu

9 etoiles
Cette petite plaquette bilingue, accompagnée d’encres très joliment imprimées et mises en valeur, est une anthologie constituée de quelques poèmes extraits de 3 recueils écrits entre 1977 et 1984 par l'écrivain argentin Tomas Alva Negri. L’écriture et la tonalité des poèmes (sans doute aussi le choix du traducteur) suscitent un fort sentiment de cohérence et...

couverture

La colline de l'ange de Reinaldo Arenas

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

UN PASTICHE HALLUCINANT ET HALLUCINÉ!

4 etoiles
La Havane, île de Cuba, nous sommes au tout début du XIXe Siècle et l’île est sous la domination de l’Espagne. Don Candido de Gamboa y Lanza comte de la Maison Gamboa, aristocrate de la haute société et grand propriétaire terrien et trafiquant d’esclaves noirs, père de quatre filles et... d’un fils, Leonardo, avec qui...

couverture

Après l'orage de Selva Almada

critiqué par Débézed - (Besançon - 69 ans)

Huis clos à ciel ouvert

8 etoiles
Le révérend, chrétien convaincu jusqu’au tréfonds de son âme et orateur fascinant, parcourt les campagnes arides de l’Entre Rios et du Chaco en Argentine pour apporter la bonne parole aux populations éloignées de tout même de la foi, il préfère cette vie errante et lucrative car il est payé grassement pour ses prêches qui incitent...

couverture

Le héros discret de Mario Vargas Llosa

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Deux intrigues sombres au Pérou

8 etoiles
Ce roman nous livre deux histoires qui se situent au coeur de Lima. Elles s'avèrent sombres, mouvementées, rudes, et délivrent les relations épiques qui tissent la vie locale. D'une part, un chef d'entreprise est soumis à des menaces, chantages et autres intimidations, provenant vraisemblablement de la mafia. Il décide de mener de front une contre-offensive,...

couverture

Et nous irons tous en enfer de Fernando Vallejo

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

La haine de la mère

8 etoiles
Comme tous les romans de Fernando Vallejo traduits en français, nous nous trouvons dans une sorte de récit autobiographie complètement déjanté où le narrateur et l'auteur semblent se confondre. Ici, le narrateur s'en prend à la famille, à SA famille, où le père n'était que la servante de sa mère, démon reproducteur (vingt-cinq enfants), autoritaire...

couverture

Le boxeur polonais de Eduardo Halfon

critiqué par Merrybelle - (PACA - 54 ans)

69752

10 etoiles
Eduardo Halfon est né en 1971 au Guatemala.Né de grands-parents juifs du Liban, Egypte, Syrie et de Pologne. A 12 ans, il quitte le Guatemala pour suivre sa scolarité aux Etats-Unis et devient ingénieur. A 24 ans, "desubicado", il rentre au pays. Oubliés la langue, le pays, exerçant un métier qu'il n'aime pas, il se lance...

couverture

Les nuits de laitue de Vanessa Barbara

critiqué par Alma - (- ans)

C’est une maison jaune accrochée à la colline…….

8 etoiles
C’est dans une maison jaune accrochée à la colline que vit Otto, « veuf silencieux, résigné et consciencieux », seul depuis la mort d’Ada, celle avec qui il partageait sa vie depuis 50 ans . Ada , figure centrale du quartier, dépositaire des secrets de ses familles, dont elle faisait la chronique...

couverture

La maison des belles personnes de Gabriel Rolón

critiqué par Marvic - (Normandie - 58 ans)

Enquête sous analyse

7 etoiles
Pablo Rouviot, "star des psychanalystes" de Buenos Aires, ne s'attend pas, en acceptant de recevoir Paula Vanussi dans son cabinet, à se retrouver au cœur d'une enquête aussi difficile que douloureuse. Paula est la fille de Roberto Vanussi, riche homme d'affaires plus ou moins douteuses, dont le corps vient d'être retrouvé. Assassiné par son propre fils,...

couverture

Opération massacre de Rodolfo Walsh

critiqué par Lectio - (67 ans)

Sombre Argentine

8 etoiles
Philosophe de formation, Rodolfo WALSH consacre sa carrière au journalisme. Péroniste il mène une enquête approfondie sur cette période du début juin 1956 lorsque les généraux TANCO et VALLE se soulèvent contre le gouvernement qui destitua PERON en 1955. Dans l'illégalité totale l'insurrection fut étouffée. L'investigation du journaliste porte sur l'assassinat d'un groupe de civils...

couverture

Pas de lettre pour le colonel de Gabriel García Márquez

critiqué par Raul - (30 ans)

Qu’est-ce que vaut la dignité devant la faim?

8 etoiles
J'avais déjà lu ce roman il y a longtemps. Il s'agit d'un colonel qui attend sa pension de retraite depuis une quinzaine d’années. Tous les vendredis, il se rend à la poste dans l’espoir qu’arrive la lettre qui le délivrera de cette attente interminable et le récompensera de sa patience. Cet auteur a gagné le...

couverture

Le général dans son labyrinthe de Gabriel García Márquez

critiqué par Fanou03 - (* - 41 ans)

Le voyage sans retour

7 etoiles
Usé par sa vie militaire et aventureuse, malade, le général Simon Bolivar annonce qu'il se retire de la vie publique et qu'il souhaite s’embarquer pour l’Europe afin d’y finir ses jours. Il quitte alors Bogota pour se rendre sur la côte colombienne, accompagné de ses derniers fidèles et de sa garde rapprochée. Mais, rongé par...

couverture

Le rêve du retour de Horacio Castellanos Moya

critiqué par Agnesfl - (Paris - 52 ans)

L'obsession du pays natal

6 etoiles
C'est l'histoire d'un journaliste salvadorien résidant à Mexico qui atteint d'une colite nerveuse très douloureuse va consulter Don Chente, un médecin à la retraite homéopathe et acupuncteur. Le héros utilise le je, et rêve de retourner à San Salvador et de quitter sa femme et sa fille. D'autant plus que son épouse lui a annoncé...

couverture

Le bonheur des familles de Carlos Fuentes

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Les anecdotes des familles mexicaines

8 etoiles
Par cette série de fragments, Carlos Fuentes nous décrit les Mexicains, leur environnement familial, sentimental, religieux, pour l'essentiel. Le but semble bien en être de nous livrer les caractéristiques de la société mexicaine. Cette mosaïque, cette sorte de sociologie pointilliste, font ressortir des tendances à l'amour-passion, à la méditation, bénéfique ou violente, à la colère,...

couverture

Tereza Batista de Jorge Amado, Calasans Neto (Dessin)

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

encore un chef-d'oeuvre du romancier brésilien

10 etoiles
On suit dans ce long roman la vie de Tereza Batista, vendue à onze ans par sa mère et bientôt violée par le Capitão, qui porte en collier les anneaux de toutes les filles qu'il a déflorées de force, et à qui elle sert longtemps d'esclave dans le Nordeste brésilien. Poussée à bout, elle le...

couverture

Coupable vous êtes de Lorenzo Lunar

critiqué par Reginalda - (lyon - 50 ans)

Une galerie de portraits pour démasquer l'hypocrisie

7 etoiles
Santa Clara est la ville de province cubaine où officie Leo Martin à qui il va être donné l'occasion d'élucider le meurtre à coup de marteau d'un proxénète. Bien entendu, on suit avec intérêt les déambulations du flic dans la faune interlope de Santa Clara, mais le livre est trop rapide, trop court pour qu'on...

couverture

Le jeu de Ripper de Isabel Allende

critiqué par Pascale Ew. - (49 ans)

Un thriller à la sauce Allende

7 etoiles
Une série de meurtres sont perpétrés de manière rituelle et pourtant différentes, laissant derrière eux un message caché qu'un club de jeunes tente de déchiffrer en communiquant par internet. Amanda Martin en est la meneuse. Elle est secondée par son grand-père. Sa maman, Indiana Jackson, est une sorte de guérisseuse ésotérique (utilisant aussi bien les...

couverture

D'amour et de désolation de Gabriela Mistral

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

Et je les ai perdus, sans un cri d'agonie...

8 etoiles
Bien avant le grand poète Pablo NERUDA il y avait déjà au Chili… Gabriela MISTRAL (Lucila GODOY ALCAYAGA 1889-1957), aujourd’hui totalement tombée dans l’oubli, cette institutrice, puis diplomate, donna pourtant à la poésie de son pays, ses premières lettres de noblesse et son premier Prix Nobel de Littérature. M. Claude COUFFON nous offre donc ici...

couverture

L'oranger de Carlos Fuentes

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Nouvelles des Amériques

9 etoiles
Carlos Fuentes consacre cinq nouvelles consacrées à l'Amérique latine, à ses relations avec la conquête espagnole principalement. Les souvenirs d'un mort récent à la venue des conquistadores, les témoignage de deux enfants de l'un de ces derniers partageant le même prénom, la conquête de l'Espagne par Rome racontée par un témoin de l'époque, les vacances...

couverture

Naufragés de Fernando Monacelli

critiqué par Cristina21 - (43 ans)

Bouleversant !

8 etoiles
Présentation de l'éditeur Enquête familiale bouleversante et réflexion troublante sur la maternité, Naufragés est aussi une magnifique évocation de l'Argentine contemporaine, le portrait d'un pays marqué par les cicatrices du passé, qui se cherche un futur. Vingt-cinq ans après la guerre des Malouines, le cadavre gelé d'un soldat est découvert sur un canot de sauvetage en Antarctique....

couverture

Les lance-flammes de Roberto Arlt

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Un roman coup de poing d'un des plus grands auteurs argentins du XXème siècle.

8 etoiles
Roberto Arlt est une figure emblématique de la littérature argentine du vingtième siècle. Il est régulièrement opposé à Borges, son contemporain, et est resté connu surtout sur le continent sud-américain. Il possède de grandes qualités d'écriture et fait penser à Céline parfois. Les éditions Belfond ont eu bien raison de rééditer ce roman majeur, qui...

couverture

La plus limpide région de Carlos Fuentes

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Un tourbillonnant roman social

7 etoiles
Ce roman a pour but, ambitieux, de retracer one saga social dans le Mexique des années 1940 et 1950, à l'heure où ce pays vit des remous politiques à répétition, tiraillé entre une bourgeoisie désireuse de garder ses positions et acquis et les classes populaires, zapatistes, soutenant une réforme agraire et davantage de redistributions de...

couverture

L'ancêtre de Juan José Saer

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 67 ans)

Remarquable et fascinant: un chef d'oeuvre

10 etoiles
"L'ancêtre" de Juan José Saer, l'un des plus grands écrivains argentins du XXème siècle, est un de ces textes rares comme on en lit peu, un texte dont j'ai d'abord envie de souligner la haute tenue, tant sur le plan de la pénétration de l'analyse, de la profondeur de la réflexion que sur celui de...

couverture

Nid de vipères de Edyr Augusto

critiqué par Joanna80 - (Amiens - 60 ans)

vengeance et corruption

8 etoiles
Présentation de l'éditeur : Castanhal, dans l'État du Para, au nord du Brésil. Afin de lui extorquer sa scierie, Wlamir Turvel, trafiquant ambitieux, tabasse Alfredo Pastri, puis viole sa femme sous les yeux de leurs enfants, Isabela et Fred. Ceux-ci jurent de venger leurs parents. Mais des années plus tard, Fred a tourné la page et...

couverture

Bioy de Diego Trelles Paz

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 37 ans)

Violence péruvienne

8 etoiles
Présentation de l'éditeur Lima, années 80. Alors que l'Etat et la guérilla du Sentier Lumineux se livrent une guerre sans merci, Elsa, une jeune militante communiste, est soumise aux viols et à la torture des militaires. Parmi eux, Bioy, jeune caporal tétanisé par ce déchaînement de violence. Lima, années 2000. Bioy est désormais à la tête d...

couverture

Iguana, iguana de Arnaldo Calveyra

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Le regard d'un poète sur la fugacité du temps

8 etoiles
Ce court livre a tout pour décontenancer son lecteur. Des nouvelles ? Des chroniques ? Des poèmes en prose ? A mon sens, on penche davantage pour la dernière possibilité. Arnaldo Calveyra possède une langue poétique, merveilleuse et mystérieuse. Le lecteur doit entrer dans le langage de cet homme talentueux qui raconte le monde qui...

couverture

Des oiseaux plein la bouche de Samanta Schweblin

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Des univers où l'absurde et le bizarre deviennent la norme

8 etoiles
Samanta Schweblin sait bâtir des univers inconfortables, dérangeants et surprenants. Elle heurte son lecteur et n'a aucune limite. Dans ces nouvelles vives et accrocheuses, elle saisit l'attention du lecteur dès la première ligne et ne nous laisse aucune seconde de répit. Déjà, j'aurais dû me méfier en regardant la couverture de ce recueil de nouvelles....

couverture

Santa Evita de Tomás Eloy Martínez

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Les pérégrinations du cadavre d'Evita

7 etoiles
Le personnage principal de roman est le cadavre d'Evita ! Eh oui, à sa mort, son pauvre corps embaumé a été enlevé et ballotté à travers le monde, sans compter que deux copies en cire auraient été faites, baladées un peu de partout et auraient semé le trouble tant le résultat était fidèle au véritable...

couverture

Sept nuits d'insomnie de Elsa Osorio

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Un vrai talent de conteuse

8 etoiles
Elsa Osorio possède un véritable talent pour donner vie à des scènes en quelques pages, plongeant ainsi, dès les premiers mots, son lecteur dans ses nouvelles. Elle parvient à intriguer en laissant planer le doute et en forçant ainsi le lecteur à se concentrer pour récupérer le maximum d'informations afin de donner du sens à...

couverture

Les enfants disparaissent de Gabriel Báñez

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Un roman passionnant et mystérieux qui rappelle l'atmosphère des meilleurs films de Night Shyamalan

8 etoiles
Un vieil homme en fauteuil roulant est passionné par les montres et les horloges, il aime aussi battre ses propres records temporels dans ses courses en fauteuil et se voir acclamé par les enfants. Il passe ses journées à chercher des stratégies pour rouler plus vite, c'est un combat contre le temps qu'il mène. Mais...

couverture

Les réputations de Juan Gabriel Vásquez

critiqué par Tanneguy - (Paris - 77 ans)

Les caricatures ont parfois des conséquences dramatiques...

8 etoiles
Javier Mallarino est un caricaturiste renommé en Bolivie et reçoit un hommage remarquable à l'occasion des quarante années pendant lesquelles il exercé son art dans un des quotidiens célèbre à Bogota (Colombie). Il se penche avec fierté, et avec quelque indulgence sur les résultats de certaines de ses caricatures. Mais il est rattrapé par les conséquences...

couverture

Le conscrit de Martín Kohan

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Un roman qui fait froid dans le dos

8 etoiles
"Le carnet de notes était ouvert, au milieu de la table. Il n'y avait qu'une seule phrase écrite sur les deux pages que l'on pouvait voir. Elle disait : "A partir de quel âge un enfant peut-il être torturé ?" C'est ainsi que commence ce roman que l'on ne parvient pas à poser tant il...

couverture

Traité culinaire à l'usage des femmes tristes de Héctor Abad Faciolince

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

du couple

10 etoiles
Ce n'est pas un roman, mais une suite de petites chroniques où l'auteur veut battre en brèche l'idée du bonheur obligatoire auquel on voudrait en particulier contraindre les femmes : "mais d'où as-tu sorti qu'il est interdit d'être triste ?" écrit-il en s'adressant à une lectrice. Oui, André Gide nous le rappelle dans la phrase...

couverture

Le cahier de Maya de Isabel Allende

critiqué par Monocle - (tournai - 57 ans)

On m'a donné le prénom de Maya

5 etoiles
Maya était pourtant une petite fille sage, gaie et vive, entourée de l'affection des siens et voilà qu'à l'âge de l'adolescence elle sombre dans l'alcool, la délinquance et la drogue. Elle devra se réfugier à Chiloé, petite île du Chili, au sud du monde où elle pourra échapper à son passé....

couverture

Légendes du Guatemala de Miguel Ángel Asturias

critiqué par Veneziano - (Paris - 39 ans)

Des mythes métissés

7 etoiles
Cet écrivain réputé nous livre les représentations mythiques de son pays, qui ont pour intérêt de mêler l'ensemble de ses racines, amérindiennes et chrétiennes, la végétation et le climat y ayant leur importance. Le style employé est sec, et recouvre pourtant une certaine emphase, pour narrer ces récits brefs, de quelques pages, où le surnaturel...