Le Déchronologue de Stéphane Beauverger

Le Déchronologue de Stéphane Beauverger

Catégorie(s) : Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par CC.RIDER, le 12 mars 2011 (Inscrit le 31 octobre 2005, 63 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (24 361ème position).
Visites : 3 448 

Aventures maritimes, uchronie et science-fiction...

Au XVIIème siècle, le capitaine Henri Villon, français et huguenot rescapé du siège de La Rochelle, est un écumeur des mers qui passe son temps à tailler des croupières aux papistes espagnols et à tenter de faire fortune dans le commerce des maravillas, ces anachroniques « merveilles » ou nouveautés venues du futur telles la quinquina, les pistolets automatiques, les magnétophones, radios, piles, conserves, juke-box et autres baladeurs. Certaines peuplades des îles auraient accès aux créations d'un autre temps et s'en serviraient pour asseoir leur puissance. Ainsi en sera-t-il des Indiens, puis des Targui et finalement des Americanos, arrivés tout droit de l'avenir à bord d'un monstrueux Léviathan des mers capable de tout détruire sur son passage. A la tête de sa flottille de bois et disposant de l'arme secrète du « Déchronologue », des canons capables de tirer du temps et de renvoyer un ennemi dans les ténèbres du passé, Villon arrivera-t-il à sauver la Caraïbe du danger mortel représenté par ces cruels envahisseurs ?
Un roman d'aventures navales dans le monde des Pirates des Caraïbes relevé d'une bonne pincée d'uchronie. Un cocktail détonant qui aurait pu donner quelque chose de tout à fait extraordinaire. Les personnages hauts en couleurs et les situations épiques n'y manquent pas. Malheureusement la lecture de cet opus est rendue difficile du fait de chapitres classés dans le désordre, ce qui peut perturber un lecteur inattentif. De plus, le style est relativement lourd et même parfois indigeste avec moult répétitions, redîtes, aller et retour répétitifs (scènes de tavernes et de batailles navales repris tels des refrains ad lib...) qui peuvent lasser et même donner l'impression d'un texte peu digeste, ce qui est un comble pour un registre qui se doit d'être enlevé et plein de suspens (Rien à voir avec l'excellent « Pirates » de Michael Crichton). Ce livre s'est pourtant vu décerner le Prix Européen Utopiales 2009 puis le Grand Prix de l'Imaginaire 2010 par des jurys sans doute plus indulgents.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Une intéressante découverte

8 étoiles

Critique de Cédelor (Paris, Inscrit le 5 février 2010, 49 ans) - 27 avril 2017

Belle écriture, construction par chapitres originale, intrigue lente, côté historique de l’histoire très bien documenté et passionnant à suivre, côté science-fiction aussi agréable à suivre mais d’un ton plus classique, personnages attachants, dialogues crédibles, quelques invraisemblances.

Voici en quelques mots le résumé de mon sentiment à ma lecture du Déchronologue, roman que j’ai beaucoup aimé lire, quoique ça m’ait pris du temps à le finir. J’ai découvert une part de l’aventure humaine dans un lieu (les Caraïbes) et un temps (contemporain de l’époque de Richelieu et suivant, années 1620 – 1650), celui des premiers temps de l’installation des premières colonies européennes sur les îles et côtes de l’Amérique, le Nouveau Monde d’alors. Tout cela m’était méconnu et c’est avec fascination que j’ai découvert cet aspect du livre, celui des pirates, des conquistadors espagnols, des corsaires, de la lutte entre les puissances européennes pour s’approprier le plus de territoires pour le compte de leurs rois respectifs, des indiens qui devaient cohabiter avec ces étrangers venus les envahir. Oui, à le lire, ce fut une époque bien misérable, dure et cruelle que celle-ci, pour ceux qui vivaient dans ces colonies. L’auteur a pris le parti de la retranscrire de façon réaliste, et on peut croire qu’il y a réussi, au vu de toutes les références qu’il cite à la fin de son ouvrage, pour montrer qu’il s’est bien documenté pour son bouquin.

Plaquer une intrigue SF sur ce décor n’allait peut-être pas de soi, et si c’est bien une histoire de pirates que l’auteur nous offre, c’est aussi une histoire de voyage dans le temps, de vaisseaux spatiaux, d’êtres venus d’ailleurs, de machines fantastiques, finalement d’une facture classique. La plus intéressante idée est celle d’avoir introduit peu à peu des objets modernes, venus du futur, dans une société qui ne connaissait que le canon, la lampe à huile et la longue-vue en termes de « modernité » et d’en observer l’impact sur les gens. C’est réussi, je trouve.

La difficulté en est encore rehaussée par la construction désordonnée des chapitres, qui ne suivent pas chronologiquement, ce qui paraît logique pour un roman qui s’intitule « Le Déchronologue », justement. L’exercice était périlleux et finalement gagné. Il faut bien suivre, car chaque chapitre ne fait pas immédiatement suite à celui qui le précède mais à un autre, lu beaucoup plus tôt, ou pas encore lu ! Mais j’ai fait confiance à l’auteur en lisant dans le désordre qu’il a ordonné. Pour savoir si ce découpage « déchronologique » des chapitres est véritablement maîtrisé, il aurait fallu le relire en suivant cette fois les chapitres dans l’ordre de leurs numéros, mais je n’ai pas voulu m’y coller, préférant passer à un autre livre.

Enfin, c’est raconté à la première personne par le personnage principal, le capitaine Henri Villon d’un bout à l’autre (ou presque), et il faut dire que l’écriture est belle à lire, bien maîtrisée, ce qui ajoute au plaisir de lecture. Seulement, il faut être patient car si l’histoire avance bien, elle avance en prenant son temps. Là, ce sera selon le tempérament de chacun d’apprécier ou non. Pour ma part, j’ai apprécié, et je remercie Stéphane Beauverger, dont c’est le premier livre que je lis de lui, de m’avoir fait plaisir en m’offrant une histoire qui m’a bien dépaysé et fait rêver.

Au final, sans être un chef d’œuvre, un très bon livre de SF aux côtés historiques réalistes, qui plaira aux amateurs de pirateries, de conquistadors, de l’Histoire et de beaux écrits !

Intéressant et étonnant

6 étoiles

Critique de Isad (Occitanie, Inscrite le 3 avril 2011, 61 ans) - 21 août 2011

Nous sommes tout d’abord dans le monde traditionnel des pirates. Mais peu à peu, des éléments étrangers à cet univers apparaissent et leur nombre s’accroit jusqu’à l’uchronie. Les temps sont un peu mélangés mais une délicieuse étrangeté nous saisit. L’effort pour suivre le fil n’est pas du tout insurmontable et participe même au plaisir de la lecture.

Nous sommes au XVIIe siècle et nous suivons le périple du pirate français Henri Villon dans la mer des Caraïbes avec des intrigues politiques pour faire face aux espagnols qui occupent les Terres. Le temps se décale et des objets technologiques venus du futur se vendent en contrebande.
Arcadio, indien qui a aidé Villon à survivre dans les geôles espagnoles veut délivrer son peuple de la présence des envahisseurs qui le dénaturent et il attend la réciproque.
Une histoire d’amour avec une visiteuse de l’avenir rendra Villon malheureux mais le cours du temps rentrera cependant dans l’ordre lors d’une apothéose finale.

IF-0509-3447

Henri Villon va mourir

9 étoiles

Critique de Flykillerman (chez Antihuman, Inscrit le 4 mai 2011, 7 ans) - 21 août 2011

Très belle surprise que ce roman.
Mêlant l'aventure et la science-fiction, Beauverger nous fait voyager dans les Caraibes du XVII ème siècle, mais aussi à travers le temps (sur quelques années).

Totalement décousu car les chapitres sont dans le désordre (mais on s'y retrouve facilement si on a un minimum de mémoire), le roman nous dévoile la fin très tôt. En fait dès la première phrase: Villon va mourir "bientôt".

Mais c'est ailleurs qu'il faut aller chercher son bonheur. Chaque chapitre nous en donne un peu plus (ahh les maravillas !!!) et Henri Villon est un personnage vraiment poignant malgré ses déboires...

Très bonne découverte.

S.Beauverger, un auteur "français" qui plus est, à suivre...

Une petite déception

7 étoiles

Critique de Thibaut (, Inscrit le 14 avril 2011, 48 ans) - 21 avril 2011

C'est vrai que j'attendais énormément de ce roman. Un livre sur la piraterie qui mélange des éléments de science-fiction et de piraterie, c'était pour moi "l'île au trésor" qui rencontre "la machine à remonter le temps". Même si c'est un beau roman d'aventures navales et que certains personnages ont une truculence irrésistible, la déception est là.

Oui c'est avec regrets que j'ai fini ce livre...

En premier lieu, le roman n'est pas évident à lire (car il n'est pas très explicatif ), or le fait qu'il ne soit pas organisé chronologiquement était une bonne idée au départ mais renforce cette difficulté en fin de compte.
Je suis donc resté sur ma faim: c'est vrai que l'univers de la piraterie est assez alléchant, fidèle et intéressant mais les aspects science-fiction sont très flous et à force de vouloir garder le suspense on se perd dans ce flou.
On aurait aimé savoir le pourquoi du comment de ces mélanges temporels ; enfin de trouver une explication raisonnable à tous ces phénomènes même si elle reste très esquissée.

rendez-vous manqué

4 étoiles

Critique de Fanou03 (*, Inscrit le 13 mars 2011, 45 ans) - 2 avril 2011

Tout a fait d'accord avec la critique de CC.RIDER. Ce roman m'avait paru prometteur et pour moi il est dommage que l'auteur n'ait pas su exploiter avec plus d'élégance un univers et une situation pourtant riche en rebondissement. Les deux prix décernés à l'ouvrage me laissent dubitatif, car bien que se lisant sans déplaisir, le récit ne restera pas dans les annales.

Forums: Le Déchronologue

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Déchronologue".