Les dernières critiques éclair

Page 1 de 7 Suivante Fin

sans couverture

Dialogues d'exilés de Bertolt Brecht

critiqué par Catinus - (Liège - 69 ans)
8 etoiles
Impressionnant !
Finlande, 1940 au tout début du conflit. Deux exilés allemands se rencontrent par hasard au buffet de la gare à Helsingfors. Ziffel, intellectuel qui se dit chimiste et Kalle, ouvrier très impliqué dans le combat syndical. Le temps de...

sans couverture

La confusion des sentiments de Stefan Zweig

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 41 ans)
9 etoiles
Une relation maître-discipline singulière
Le narrateur se souvient d'un ancien épisode marquant de sa vie. Etudiant, ayant perdu le goût des études, il retrouve une appétence pour la littérature en assistant au cours d'un homme qui le passionne tant il est habité par son...

sans couverture

My absolute darling de Gabriel Tallent

critiqué par Psychééé - (33 ans)
6 etoiles
L'enfer au quotidien
Bouleversant et poignant, My absolute darling décrit l'emprise néfaste qu'un père survivaliste et possessif exerce sur sa fille de 14 ans, élevée à la dure et maltraitée. Dans leur maison reculée dans les bois de la côte Nord de la...

sans couverture

Le train des orphelins, Tome 1 : Jim de Philippe Charlot (Scénario), Xavier Fourquemin (Dessin)

critiqué par Mimi62 - (Plaisance-du-Touch (31) - 68 ans)
9 etoiles
Une BD bien construite sur un thème historique peu connu
Un thème historique méconnu portant sur le "déplacement" d'enfants vers l'ouest des Etats-Unis. L'objectif était tout à la fois de sortir de la rue ces enfants abandonnés ou orphelins, de leur offrir un foyer accueillant où se développer ainsi que...

sans couverture

Une joie féroce de Sorj Chalandon

critiqué par Marvic - (Normandie - 62 ans)
8 etoiles
La dame au camélia
Jeanne Hervineau est libraire. Elle mène une vie assez solitaire, mariée à Matthew, homme peu loquace, égocentré, toujours en rendez-vous ou en déplacement. La mort de leur petit garçon a agrandi le fossé entre eux. L’annonce d’une tumeur cancéreuse va...

sans couverture

Les Suprêmes chantent le blues de Edward Kelsey Moore

critiqué par Fanou03 - (* - 45 ans)
7 etoiles
Heuresement que la musique est là quand le coeur n'y est pas
J'ai passé un très agréable moment de lecture avec les "Suprêmes", même si la mélancolie de nos vies baigne cet émouvant roman de Edward Kesley Moore. D’abord parce que les personnages principaux sont soient au crépuscule de leur vie, soit...

sans couverture

Le Guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 41 ans)
9 etoiles
Le crépuscule d'une époque
Il est des romans qui intimident tant ils sont célèbres et considérés comme des classiques. Je me suis enfin lancé dans la lecture de roman et je ne le regrette absolument pas. Je me demande même pourquoi j'ai tant attendu...

sans couverture

La maison du silence de Orhan Pamuk

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)
7 etoiles
Portrait d’une société divisée
Orhan Pamuk n’a pas encore passé le cap de la trentaine au moment où ‘La maison du silence’ est publié en Turquie. Bien qu’à ce stade sa maîtrise de l’art et son style semblent moins affirmés qu’ils ne le seront...

sans couverture

Les Suprêmes chantent le blues de Edward Kelsey Moore

critiqué par Tistou - (64 ans)
8 etoiles
Suite des « Suprêmes »
Plainview, Indiana. J’ai cherché, il y a bien un Plainville, Indiana, mais pas de Plainview. Zut alors ! Aucune chance d’aller rencontrer sur place Clarice, Odette et Barbara Jean, le trio de quinquagénaires afro-américaines qui ont passé leur vie là,...

sans couverture

Hanna était seule à la maison de Carin Gerhardsen

critiqué par Mimi62 - (Plaisance-du-Touch (31) - 68 ans)
7 etoiles
Un fait mineur qui prend de l'importance
Deux meurtres, l'un sur un ferry, l'autre dans un jardin public provoquent deux enquêtes totalement indépendantes. Les intrigues, les événements sans rapports s'ajoutent les uns aux autres au fil des pages.L'incompréhension se présente à tous les détours : aucune identification...

sans couverture

Pierrette de Honoré de Balzac

critiqué par Cédelor - (Paris - 49 ans)
9 etoiles
Impressionnant, mais non exempt de défauts
Encore un court récit impressionnant de Balzac ! Une écriture facile, profonde, fine, d'une lucidité et d'une élaboration stupéfiante. Certes, cela a ses défauts, la grand-mère qui devient riche à point nommé pour secourir sa petite fille, la maladie de...

sans couverture

Erectus de Xavier Muller

critiqué par Koudoux - (SART - 56 ans)
10 etoiles
Une terrifiante épidémie
Ce roman «d'anticipation» part d'un fait qui s'est avéré réel, au cours de leur évolution des animaux ont régressé. Ce phénomène a été découvert sur des fossiles. Il explique que le résultat de la cupidité des grands laboratoires engendre une catastrophe...

sans couverture

Le Club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia

critiqué par Elko - (Niort - 44 ans)
8 etoiles
L'optimisme en cautère
Michel est un lycéen qui grandit sur la rive gauche parisienne. Sa vie se partage entre son insatiable appétit de lecture et ses héroïques parties de babyfoot. Au moment où il est confronté simultanément aux tumultes de l’adolescence et aux...

sans couverture

Économie du bien commun de Jean Tirole

critiqué par Veneziano - (Paris - 43 ans)
10 etoiles
Problèmes économiques contemporains
Ce grand économiste, mondialement réputé et titulaire du prix Nobel dans sa discipline, décortique pour le grand public les grands débats contemporains qui animent la production de biens et services, leur distribution et leurs échanges. Il commence son propos par...

sans couverture

Neuf parfaits étrangers de Liane Moriarty

critiqué par Luciechat60 - (Thuin - 60 ans)
4 etoiles
Neuf parfaits étrangers
J'ai apprécié ses livres précédents et suis très déçue de celui ci. Je me suis ennuyée, ce livre est vide, il y a beaucoup de répétions et je n'ai vraiment pas été captivée....

sans couverture

Les enfants de cendres de Kristina Ohlsson

critiqué par Incertitudes - (36 ans)
8 etoiles
Encore une excellente romancière suédoise
Kristina Ohlsson n'est pas flic à l'origine mais elle collabore avec eux et son polar transpire le vécu. Cette histoire de bébés kidnappés et tués, c'est probable que ça se soit déjà passé en Suède et elle décrit bien l'impact...

sans couverture

La mémoire assassine de Simone Van der Vlugt

critiqué par Mimi62 - (Plaisance-du-Touch (31) - 68 ans)
7 etoiles
Un bon polar psychologique au plat pays
Un polar psychologique dont le fond porte sur les mécanismes de la mémoire, de la culpabilité, de l'erreur judiciaire. Le déroulement est bien articulé et petit à petit un doute surgit, maltraité par les différents événements. Nos doutes se font de...

sans couverture

La possibilité d'une île de Michel Houellebecq

critiqué par Obriansp2 - (50 ans)
3 etoiles
Moyen
Michel Houellebecq ; c’est la grande star de la littérature moderne française. A chaque sortie de bouquin, il passe sur chaque chaine de télévision. Il visite chaque émission de télévision. Que d’honneur ! Après, il écrit bien. C’est une bonne...

sans couverture

Ce qu'il faut de nuit de Laurent Petitmangin

critiqué par Marvic - (Normandie - 62 ans)
9 etoiles
Père pour le meilleur et pour le pire
C’est l’histoire d’un père. Un père qui vit seul avec ses deux fils, depuis la mort de sa femme. Il appréhendait son départ, doutant de sa capacité à rendre ses fils heureux sans leur mère. Mais après des mois passés...

sans couverture

Le Curé de Tours / Pierrette de Honoré de Balzac

critiqué par Cédelor - (Paris - 49 ans)
8 etoiles
Clairvoyant, réaliste et difficile Balzac
Ah, on retrouve là, avec ce court roman, tout ce qui fait qu’on aime Balzac ! C’est-à-dire encore une fois, sa capacité à savoir discerner et analyser la complexité des rapports sociaux et les ressorts des influences plus ou moins...

sans couverture

Geisha de Arthur Golden

critiqué par Psychééé - (33 ans)
7 etoiles
La vie d'une geisha
Ecrit sous la forme de mémoires, ce récit permet de nous plonger dans le quotidien d’une geisha dans le Japon des années 30. Ces dames de compagnies raffinées divertissent une clientèle très aisée. A travers l’expérience de Sayuri, vendue par...

sans couverture

La Fortune des Rougon de Émile Zola

critiqué par Veneziano - (Paris - 43 ans)
9 etoiles
La matrice des Rougon-Macquart
C'est à Aix-en-Provence que commence la saga des Rougon-Macquart, Silvère Mouret se liant de Miette, au début de Second Empire. L'union ne survit pas au drame de la résistance au coup d'Etat de 1851, le drame se poursuivant par la...

sans couverture

Âme brisée de Akira Mizubayashi

critiqué par Frunny - (PARIS - 55 ans)
10 etoiles
"A la mémoire d'un ange" (Alban Berg)
Akira Mizubayashi (1951- ) est un écrivain japonais d'expression japonaise et française. "Âme brisée" parait en 2019 et reçoit le Prix des libraires 2020 et le Prix de L'Algue d'Or 2020. Tokyo 1938.Yu -...

sans couverture

Nickel Boys de Charles Recoursé, Colson Whitehead

critiqué par Pascale Ew. - (53 ans)
10 etoiles
Le combat d'une vie
Elwood est un jeune garçon noir de Floride intelligent et bien élevé. Ses parents l’ont abandonné à sa grand-mère et il rêve d’intégrer une université. Mais dans les années soixante, le racisme continue de faire rage et son venin envahit...

sans couverture

Les Suprêmes de Edward Kelsey Moore

critiqué par Tistou - (64 ans)
8 etoiles
Plainview, Indiana
J’ai cherché, il y a bien un Plainville, Indiana, mais pas de Plainview. Zut alors ! Aucune chance d’aller rencontrer sur place Clarice, Odette et Barbara Jean, le trio de quinquagénaires afro-américaines qui ont passé leur vie là, en Indiana,...

sans couverture

Lait et miel de Rupi Kaur

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 54 ans)
6 etoiles
Plaidoyer féministe
Qualifié de recueil poétique, "Lait et miel" me semble plutôt un recueil de pensées, une sorte de journal intime, duquel on a assemblé les phrases les plus touchantes. Né de phrases publiées sur les réseaux sociaux par Rupi Kaur, cet...

sans couverture

Impact de Olivier Norek

critiqué par Marvic - (Normandie - 62 ans)
8 etoiles
L'écologie radicale
Nathan Modis est capitaine à la Direction Régionale de la Police Judiciaire le célèbre 36, chargé d’aller chercher une profileuse efficace Diane Meyer, jeune femme souffrant, entre autres phobies, d’agoraphobie. Dès son arrivée au Bastion, le directeur de la PJ...

sans couverture

Les Suprêmes chantent le blues de Edward Kelsey Moore

critiqué par Marvic - (Normandie - 62 ans)
6 etoiles
Dommage...
Grand jour pour Miss Béatrice qui épouse Forrest Payne. Grand jour aussi pour la population de Plainview de voir le mariage de ces octogénaires ennemis de toujours, elle bigote très vindicative et lui propriétaire d’un club Pink Slipper club. Une...

sans couverture

Moon palace de Paul Auster

critiqué par Romur - (Viroflay - 47 ans)
7 etoiles
De New-York au far West
Marco Fogg, orphelin, étudiant fauché à New York. Comme souvent dans les romans de Paul Auster, il se noie et se perd dans la grande ville, entre nihilisme esthétique et nonchalance suicidaire. Mais contrairement au héros de City of Glass,...

sans couverture

Jeanne Desparmet-Ruello de Claire Paul

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 69 ans)
8 etoiles
EMANCIPATION PAR L'EXEMPLE
La libération et l’émancipation des femmes n’ont jamais été de longs fleuves tranquilles, un observateur raisonnable et objectif en conviendra aisément. Ces orientations sont en proie à des concours de circonstances, elles bénéficient de volontés farouches et décidées, également. Dans son...

Page 1 de 7 Suivante Fin