L'ancêtre de Juan José Saer

L'ancêtre de Juan José Saer
(El entenado)

Catégorie(s) : Littérature => Sud-américaine

Critiqué par Myrco, le 11 mai 2015 (village de l'Orne, Inscrite le 11 juin 2011, 68 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 1 548 

Remarquable et fascinant: un chef d'oeuvre

"L'ancêtre" de Juan José Saer, l'un des plus grands écrivains argentins du XXème siècle, est un de ces textes rares comme on en lit peu, un texte dont j'ai d'abord envie de souligner la haute tenue, tant sur le plan de la pénétration de l'analyse, de la profondeur de la réflexion que sur celui de la qualité de la langue, précise, d'une élégance classique, raffinée mais sans afféterie, un texte sans coupure dont la prosodie imprime souvent une tonalité particulière au récit, envoûtante et presque hypnotique et dont on ne sait ce que sa beauté doit au talent de l'auteur ou à celui de sa traductrice (*), les deux probablement.

Le livre nous projette au XVIème siècle et se présente comme le manuscrit d'un vieil homme qui raconte ce que fut sa vie et se souvient plus particulièrement soixante ans après, de l'expérience inouïe vécue alors qu'il n'était qu'un jeune mousse de quinze ans."A cette époque, la mode était aux Indes car cela faisait presque vingt ans qu'on avait découvert le pouvoir de les atteindre par le ponant." Echoué avec ses compagnons à l'embouchure d'un fleuve, il sera seul épargné par une tribu d'indiens anthropophages qui lui donneront le statut privilégié de "def-ghi" et le retiendront dix ans avant de pouvoir le rendre à ses semblables lors d'une nouvelle expédition de ces derniers.
Si l'argument est inspiré d'un épisode réel de la conquête espagnole des Amériques (en 1515, des hommes appartenant à une expédition commandée par un certain Juan Diaz de Solis abordèrent à l'embouchure des fleuves Paraná et Uruguay et furent massacrés par les indigènes; seul en réchappa un jeune mousse Francisco del Puerto que récupérera le navigateur Sébastien Cabot dix ans plus tard), le reste est pur produit de l'imagination de l'auteur. Que le lecteur potentiel ne s'y trompe pas: "L'ancêtre" ne se veut en aucun cas roman d'aventures ou à vocation historique.

Dès l'incipit "De ces rivages vides, il m'est surtout resté l'abondance du ciel. Plus d'une fois, je me suis senti infime sous ce bleu dilaté...", le récit se focalise sur cette parenthèse qui aura marqué à jamais le narrateur et générera de telles interrogations sur le comportement de ces indiens et le rôle longtemps incompréhensible qu'ils lui ont assigné, que sa vie ne sera ensuite qu'une longue quête de sens dont son manuscrit concrétisera l'aboutissement en même temps que l'accomplissement de ce rôle.

La première partie absolument fascinante (la dernière le sera tout autant pour des raisons différentes) nous relate entre autres, une frénésie orgiaque hallucinante initiée par les préparatifs du repas cannibale et poursuivie dans une libération violente de désirs et de pulsions animales assouvis parfois jusqu'à la mort. Avec le recul des ans qui lui permet de s'abstraire des sentiments éprouvés sur le vif, le narrateur endosse le rôle de l'observateur qui pose un regard d'anthropologue dénué de jugement sur ce qu'il voit, mais au-delà de la description presque clinique, sans tabou mais sans complaisance voyeuriste, tente de comprendre et d'interpréter sans encore y parvenir.
La suite de son séjour révélera chez ces gens un comportement totalement antithétique au quotidien, empreint de douceur et de civilité, régi par des règles strictes soumises à des notions de "devoir, (d')efficacité, et (de) subsistance", ne laissant aucune place au plaisir, une normalité néanmoins interrompue chaque année par le retour des mêmes rituels et excès à l'issue d'expéditions de chasse en direction d'autres tribus indigènes, et ensuite occultés...

Le retour à la "civilisation"(auquel d'ailleurs l'auteur consacre peu de pages en regard du demi-siècle couvert) d'un moindre intérêt à mon sens, présente néanmoins celui de nous offrir, dans la continuité d'une ouverture remarquable sur l'altérité, une vision intéressante de celle-ci parce que renversée, relativisée. Dans ce qui prend ici l'allure d'une dénonciation de société, les autres, que l'on ne comprend pas et que l'on infériorise, ne sont plus aux yeux du narrateur les indiens, ces "sauvages", mais ses semblables, incarnation d'un vide existentiel, évoluant dans une société de non rigueur, d'imposture (dont il sera partie prenante à un moment), de bassesses et de mensonges et régie par les plus vils intérêts:
"ces enveloppes vides qui prétendent s'appeler hommes" ou encore "depuis le jour où ils m'avaient renvoyé, je n'avais rencontré, à part le Père Quesada, que ,des êtres étranges et problématiques auxquels seule l'habitude ou la convention pouvait faire appliquer le nom d'hommes."

C'est dans la dernière partie, tentative extrêmement brillante et originale de décryptage des comportements de la tribu, proposition fascinante de ce que pouvait être la conscience de ces hommes dans leur rapport à eux-mêmes et au monde que l'œuvre atteint sa dimension de fable. C'est presque une vision compassionnelle de leur condition que nous livre Saer: des êtres déchirés entre la voie de l'accès à l'"homme véritable" et des instincts qui remontent en eux comme des forces obscures, survivances de la boue originelle dont ils sont issus et contre lesquels ils ne peuvent lutter, des êtres confrontés à l'étrangeté et à la démesure d'un monde dont ils ne parviennent pas à cerner le caractère réel ou illusoire, accablés par le sentiment de leur lourde responsabilité dans la persistance de ce monde qu'ils s'activent à tenter de pérenniser, angoissés qu'ils sont par la terreur de l'anéantissement.
Au delà, l'œuvre interroge sur l'essence même de l'humanité et la précarité de notre condition, n'étant jamais sûrs, à l'instar de ces indiens ou de nos ancêtres plus lointains que notre perception ne travestisse pas ce que nous croyons être la réalité:
"le seul savoir juste est celui qui reconnaît que nous savons seulement ce qui condescend à se montrer".

Une œuvre marquante qui mérite de figurer parmi les fleurons de la littérature et dont on peut s'étonner qu'elle demeure à ce jour si méconnue sous nos cieux.

(*)Laure Bataillon qui a reçu en 1988 pour ce livre le prix de la meilleure traduction décerné par la Maison des Ecrivains Etrangers et des Traducteurs, prix qui porte désormais son nom.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'ancêtre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'ancêtre".