Théâtre et Poésie => Poésie (1072 livres critiqués)

Théâtre, Poésie

Page 1 de 22 Suivante Fin

couverture

Toutes sortes de gens de Jacques Réda

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 56 ans)

Alambiquée et poétique

8 etoiles
Pas moins de 85 titres dans la bibliographie de Jacques Reda, qui s'étalent de 1952 à 2017 (89 ans et toujours en activité), dont 30 chez Fata Morgana, cette maison d'édition qui apparemment ne fait rien comme les autres dans sa présentation. Et c'est tant mieux ! Au dos de la couverture : rien. Ni présentation, extrait ou...

couverture

Les années Creuse de Daniel Birnbaum

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 51 ans)

Madeleine de Proust

8 etoiles
Daniel Birnbaum, romancier et poète, évoque ici la Creuse qu'il a connue quand il était enfant. Ce recueil offre une lecture très agréable, qui peut convenir à chacun(e) d'entre nous, tant les souvenirs peuvent se rapporter à nos propres expériences. A petits pas, on avance à la découverte des paysages chers à l'auteur, des activités...

couverture

Pâques, fête de la joie de Armand Robin

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une poésie fervente et inspirée, invitant à la fraternité

9 etoiles
Petit commentaire de circonstance en ce dimanche pascal avec cette plaquette écrite par Armand Robin pour célébrer, avec un accompagnement musical, les fêtes de Pâques de l’année 1943… L’idée d’André-Charles Gervais (qui a rédigé une courte préface pour la présente édition) était de proposer une série d’émissions radiophoniques capables, au-delà de leur teneur liturgique, d’adresser...

couverture

For Intérieur - Haibus de Thierry Werts, Alexia Calvet (Dessin)

critiqué par Nathavh - (53 ans)

Une pépite

10 etoiles
Attention pépite, c'est un véritable petit bijou dans tous les sens du terme. Un bel objet contenant comme un écrin, des textes épurés magnifiques, Les mots sont choisis avec finesse, délivrés tout en délicatesse. De très courts textes se terminant par des haïkus d'une force et d'une puissance incroyable. On voit les images, les mots percutent...

couverture

Key West de Hart Crane

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une évocation sublime de la nature, portée par une écriture exigeante et un élan d'amour envers le monde

10 etoiles
Hart Crane, qui se suicida vers l’âge de 30 ans après une vie un peu en marge, est souvent présenté comme le poète maudit de la littérature américaine et le chantre du modernisme. Pourtant, si je devais lui accoler une étiquette – même si je déplore le côté éminemment réducteur de ces classifications – ce...

couverture

La tristesse cosmique de Jean Portante

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Changement d'axe

8 etoiles
« Voici le livre de la réorientation de l’écriture », dit le poète, de la réorientation de son écriture, dans un « avant-dire » en forme d’avant-propos, il situe ce recueil dans le temps est dans son œuvre. Il vient après un long travail destiné à dire des choses du nord avec des respirations du...

couverture

Nostaljukebox de Tom Buron

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Rajo ! Rajo !

7 etoiles
Si ma mémoire ne me trahit pas, elle en a l’âge, je me souviens que, dans Sur la route, Jack Kerouac raconte une rencontre, dans un bar miteux aux confins de la frontière mexicaine, entre son héros et un joueur de trompette qui l’enchante. Il l’encourage de la voix en lui criant « souffle !...

couverture

Fragments du silence de Gérard Blua

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Un poème métaphysique qui interroge, à l'échelle du cosmos, l'évolution du vivant et la place de l'humanité

8 etoiles
Ce recueil de Gérard Blua, écrivain et éditeur, est composé d’un poème en trois sections (intitulées Quand / Comment / Pourquoi) et de deux entretiens avec Rodica Draghincescu (une poétesse roumaine) et Abdelmadjid Kaouah (un poète algérien). Les entretiens sont intéressants sur le fond (mais un peu désagréables sur la forme - j'y reviendrai plus loin)...

couverture

On cherche quelqu'un de Jacques Ancet

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Quelqu'un était là, qui n'est plus et ne reviendra pas

10 etoiles
Sans pathos ni larmes, avec une sobriété poignante qui avoue le trouble et la douleur, Jacques Ancet, dans cette mince plaquette de 27 poèmes, évoque la mort dans sa dimension charnelle, comme une nuit où le corps s'enfonce et s'efface, et ce qui advient dans le lieu où la présence d'un être se transforme peu...

couverture

Les Continents de Hervé Bougel

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Cliqueticlac

8 etoiles
Ce recueil de dix-sept poèmes comme autant de voyages en train à travers la France et la Belgique mais surtout à travers la mémoire de l’auteur comme le suggère le rédacteur de l’avant-propos, Jean-Louis Jacquier-Roux, : « il voyage plus à son aise dans ses rêves, dans ses souvenirs et dans le vif de ses...

couverture

Poèmes suivi de mirlitonnades de Samuel Beckett

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

«Et vivrai le temps d’une porte qui s’ouvre et se referme»

6 etoiles
DIEPPE (1937) encore le dernier reflux le galet mort le demi-tour puis les pas vers les vieilles lumières Ce petit livre est un recueil qui réunit tous les poèmes que Samuel BECKETT a écrits en français durant les années allant de 1937 à 1979, ainsi qu’une série de poèmes inédits, écrits entre 1976 et 1978, que BECKETT avait appelé appelle...

couverture

Amoureuse de Eva Kavian, Georges Van Hevel (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Amour ... Amours

9 etoiles
Eva Kavian, je ne connaissais même pas son nom et encore moins ses textes mais elle était là sur le stand de son éditeur dont j’ai déjà dévoré tellement de recueils, alors j’ai acheté le sien pour voir et j’ai eu le coup de foudre. J’ai entendu ses mots qu’elle écoute comme les bulles qui...

couverture

Pas de Cote de Fanny Chiarello

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Amier maintenant

8 etoiles
La poétesse a la délicatesse d’informer le lecteur que son recueil écrit en vers très libres, sans ponctuation, ni rime, ni majuscule, sans effets particuliers, des vers qui fusent et scintillent, raconte une histoire d’amour, la relation passionnelle qu’elle a connue l’espace d’un peu plus d’une demi année. « Ce recueil est le journal d’une...

couverture

Le Charmeur d'Océans de Salvatore Adamo

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une poésie fantaisiste où transparaissent la nostalgie de l'enfance et les cruautés du monde

6 etoiles
Salvatore Adamo, surtout connu comme chanteur-compositeur, est aussi l’auteur de plusieurs recueils de poèmes. Celui-ci, dont le titre m’a séduit, fut édité en 1980 aux éditions Claude de la Lande (éditeur que je ne connaissais pas). Hélas, les poèmes, qui ressortent d’une veine fantaisiste se contentant d'entasser des images un peu faciles, n’ont pas la...

couverture

Bateau de papier de Olav Håkonson Hauge, Sandrine Cnudde (Dessin)

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

"Et le voilà content, content comme une bouteille de cidre quand le printemps y fait monter une petite bulle de gaz et que le bouchon va sauter"

8 etoiles
La nouvelle nappe Jaune, la nouvelle nappe. Et blanches, les pages neuves! Sûr que les mots vont venir: une si belle nappe, un si beau papier! La glace a recouvert le fjord, les oiseaux viennent s'y poser. Pratiquement inconnu chez nous Olav Håkonson HAUGE (1908-1994) est pourtant une gloire nationale dans son pays et est considéré comme le plus grand poète norvégien du...

couverture

Peste soit de l'horoscope et autres poèmes de Samuel Beckett

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

"Et le vieux crâne vidé de ses spectres se noiera dans son propre chaos"

6 etoiles
PRÉCEPTE Passe les années d’études à gaspiller Le courage qu’il faut pour les années d’errance Dans un monde qui se détourne poliment Des incongruités de l’érudition Gnome (1934) «Peste soit de l’horoscope» rassemble les poèmes de M. Samuel BECKETT écrits entre 1930 et 1976 et restés inédits en français. Si la «valeur» intrinsèque des poèmes présentés ici semble, parfois, pouvoir être...

couverture

Je est un Juif, roman de Charles Dobzynski

critiqué par Poet75 - (Paris - 61 ans)

Interpellant

9 etoiles
Je découvre le poète Charles Dobzynski grâce à ce livre qui vient de paraître chez « Poésie/Gallimard ». L’auteur, m’apprend la petite note biographique de fin de volume, est né en 1929 en Pologne et il est mort en 2014 en France, le pays dans lequel il a vécu depuis sa petite enfance. «...

couverture

Au creux du silence de Marcel Peltier

critiqué par Kinbote - (Jumet - 59 ans)

La vie brève

9 etoiles
LA VIE BRÈVE Depuis près de vingt ans, Marcel Peltier écrit des haïkus et s’interroge à leur sujet, ne se contentant pas de la forme fixe établie, remettant en cause les classiques vers de 5/7/5 pieds supposés être dits dans un souffle. En prenant appui sur les travaux oulipiens de Roubaud ou Le Lionnais, et dans le...

couverture

L'homme de peu de Jean-Claude Tardif

critiqué par Dixie39 - (47 ans)

Un chemin tracé. Une résonance...

8 etoiles
"Être le greffier du temps, Quelconque assesseur que l'on voir rôder Lorsque se mélangent l'homme et la lumière." Voilà. Ce sont ces quelques vers en exergue des âmes grises de Philippe Claudel qui m'ont conduite à l'homme de peu de Jean-Claude Tardif. Parfois cela tient à pas grand chose, la découverte d'un auteur : un chemin tracé, une résonance...

couverture

La Vie fantasmagoriquement brève et étrange d'Amadeo Modigliani de Velibor Čolić

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

La vie rêvée de Modigliani

9 etoiles
Velibor Colic catégorise lui-même cette oeuvre de "roman mosaïque" et il a bien raison ! Ce court texte contient de nombreux chapitres brefs, de la prose poétique, sur Modigliani, cette figure célèbre plus fantasmée et rêvée que dépeinte avec réalisme. C'est le Montparnasse du début du XXème siècle qui est décrit. On y côtoie...

couverture

Éléments d'un songe de Philippe Jaccottet

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Méditations sur la condition humaine et sur l'essence de la poésie

10 etoiles
Ce recueil de textes courts, dont le ton m’a souvent fait songer aux paroles d’Yves Bonnefoy, mêle des récits, parfois oniriques, et des réflexions portant principalement sur l’essence du sentiment poétique, dont Jaccottet souligne la parenté avec le sentiment mystique tout en se défendant de vouloir les confondre. Le recueil est riche d’anecdotes autobiographiques illustrant le...

couverture

Les vieilles femmes et la mer de Yannis Ritsos

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

un sublime poème choral

10 etoiles
Ce recueil est constitué d’un unique et long poème polyphonique déclamé par un chœur de sept vieilles femmes, toutes mères et grands-mères de marins, qui sont assises sur un banc face à la mer, quelque part dans le port d’une île grecque. Il ne s’agit pas d’un dialogue mais d’un texte, sublime, porté par plusieurs...

couverture

Zoartoïste et autres textes de Catherine Gil Alcala

critiqué par Mercure - (37 ans)

Zoartoïste et autres textes de Catherine Gil Alcala

10 etoiles
jeudi 9 novembre 2017, par Françoise Urban-Menninger, dans e-litterature.net. Lien : http://www.e-litterature.net/publier3/spip/spip.php?page=article5&id_article=1133 Zoartoïste est une œuvre théâtrale totalement inclassable qui nous plonge d’emblée dans une fantasmagorie onirique doublée d’une loufoquerie débridée que l’artiste décline en quinze miroirs. Catherine Gil Alcala possède ou plus exactement est possédée par une écriture à nulle autre pareille qui nous ouvre la flamboyance...

couverture

La somnambule dans une traînée de soufre de Catherine Gil Alcala

critiqué par Mercure - (37 ans)

De la vie – À propos de La Somnambule dans une Traînée de Soufre, Catherine Gil Alcala

10 etoiles
Écrit par Didier Ayres le 16.08.17 dans La Cause Littéraire Lien : http://www.lacauselitteraire.fr/de-la-vie-a-propos-de-la-somnambule-dans-une-trainee-de-soufre-catherine-gil-alcala On commence à connaître la voix de Catherine Gil Alcala, surtout en relation avec son travail de dramaturge, mais un peu moins en regard de sa poésie. D’ailleurs, les deux exercices lui procurent une originalité qui ne dément pas de livre en livre....

couverture

NOTES sur les NOMS de la NATURE de Philippe Annocque, Florence Lelièvre (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Les apparences sont trompeuses !

8 etoiles
Comment souvent avec Philippe Annocque, ce petit livre est un OLNI (objet littérairement non identifiable). A première vue, cette mince plaquette paraît être un recueil de courts poèmes, tels des haïkus disposés deux ou trois par pages, mais - presque en simple application du titre ! – il ressemble davantage à une sorte de compilation...

couverture

Une nuit de Xuan Thuan Trinh

critiqué par Colen8 - (76 ans)

Art, science, beauté et poésie

10 etoiles
Une nuit sous la voûte étoilée au sommet du volcan hawaïen de Mauna Kea passée à recueillir des observations sur les galaxies bleues compactes ont incité cet astrophysicien de l’Université de Virginie à livrer matière à rêver selon l’expression lyrique, poétique et mystique qu’on lui connait. L’univers est une merveille, un miracle, un mystère dans...

couverture

Sans équipage de Claude Raucy, Jean Morette (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Douleur d'enfance

9 etoiles
« frère ô frère à quoi bon ces tempêtes ces nuages comme des taupinières dans un ciel sans étoiles » Que d’amour faut-il avoir dans le cœur pour s’adresser ainsi à un frère certainement disparu beaucoup trop vite « on dit en latin que tu vogues avec les anges » On sent que ce frère n’était pas qu’un frère qu’il était beaucoup...

couverture

Faute de preuves de Serge Prioul, Marie-Christine Thomas Herbiet (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Taillé dans le granit

7 etoiles
« Un jour arrive Où tu écris Par curiosité Juste pour savoir Où va te porter l’écriture… » D’après l’éditeur, il en aura fallu du temps avant que Serge Prioul « arrive » à l’écriture. « Il fallait rompre avec ce mal du dedans qui se propageait tout autour » raconte le préfacier, Jacques Josse, lui qui a écrit...

couverture

Enchanter les "peut être" - Essai poétique sur le principe d'incertitude de Maurice Couquiaud

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Un plaidoyer pour concilier la science, la spiritualité et la poésie dans l'étonnement et l'émerveillement

7 etoiles
Maurice Couquiaud a rassemblé, dans ce petit livre d’une centaine de pages qui se lisent aisément, quelques courts essais et manifestes jusqu’alors éparpillés dans des revues poétiques (Phréatique, Peut-être, etc.), où il manifeste une enthousiasmante volonté de révéler et d'accentuer les convergences entre la poésie, la spiritualité et la science. La juxtaposition des textes...

couverture

Le chef-d'oeuvre sans queue ni tête de Yannis Ritsos

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une fresque engagée, épique et onirique, de la Grèce sous la dictature des colonels qui dépasse l'horizon des évènements historiques

9 etoiles
Ce très long poème de Yannis Ritsos, qui constitue la totalité du recueil, porte mal son titre. Il n’est pas sans queue ni tête ! Et c’est - seulement - presque un chef d’œuvre… Presque parce qu’il est si engagé dans son époque (la dictature des colonels) et si riche de références qu’il serait incompréhensible,...

couverture

Mes chats écrivent des haïkus de Brigitte Allioux, Shinbô Minami

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Chats écrivains

8 etoiles
Le 6 octobre dernier, j’écrivais à propos de ma lecture du livre de Takashi Hiraide, « Le chat qui venait du ciel » : « Les écrivains nippons semblent beaucoup aimer les chats, ils en parlent souvent dans leurs textes, et certains comme Hiraide et Nosaka leur ont carrément consacré un livre… ». Juste après...

couverture

Kvar Lo de Sabine Huynh, Caroline François-Rubino (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Recevoir l'hébreu

9 etoiles
Lors d’un récent salon littéraire ce recueil a attiré mon regard, c’est un joli objet, grand format (170x240) orné de jolies encres de Caroline François-Rubino, mais ce qui a surtout attisé ma curiosité c’est les mentions habituelles figurant sur la couverture. Le nom de l’auteure qui porte un prénom bien français mais un patronyme qui...

couverture

"Manuel de civilité" suivi de "Pybrac" de Pierre Louÿs

critiqué par Eric83 - (43 ans)

Un chef d'oeuvre d'humour parodique, élégamment pornographique et subtilement trash

9 etoiles
Pierre Louÿs est pour moi l’écrivain le plus étrange et le plus fascinant, parce qu’excessif en tout, de la littérature française. Il fut, à la fin du 19ème siècle, un auteur adulé pour son roman « Aphrodite » et ses poèmes en prose « Les chansons de Bilitis », qui étaient doublés d’une mystification pour...

couverture

Raturedeuxtrois de Pierre Bruno

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 51 ans)

Bousculade

8 etoiles
Lecture ardue que celle de "Raturedeuxtrois" de Pierre Bruno. Pour ce faire, il faut une grande disponibilité, une fameuse capacité d'écoute, une géante ouverture d'esprit et un lâcher prise certain. On se laisse prendre par cet univers particulier, tous les textes ou poèmes présentés semblent extrêmement travaillés. Pierre Bruno joue avec les mots, le graphisme,...

couverture

La Blonde: Les icônes barbares de Pierre Soulages de Lydie Dattas

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et dort dans les draps noirs des illuminations.

8 etoiles
La Blonde (en fait un synonyme de la lumière au XVIIe Siècle), est un hommage, et bien plus je dois dire, au peintre Pierre SOULAGES, à qui la poétesse Lydie DATTAS voue une admiration sans limites. Et lui a donc écrit ce petit livre de poèmes en prose – une petite centaine de pages -, composés...

couverture

La nuit spirituelle de Lydie Dattas

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et il ne restera rien de ce qui portait jusque-là le nom de la Beauté…

7 etoiles
«La seule Révélation est celle de ma propre nuit, le seul dévoilement celui de mon ignorance : ni la pourpre, ni le grenat, ni l’angélique, ni le cobalt, ni le jaune d’or, dans toute la magnificence de leur apparat, n’illustreront mon histoire, la flamme d’aucun vitrail n’illuminera mon martyre» (…). "Je ne veux plus la...

couverture

Nous Etions de Ceux-la de Julien Tardif

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Désespoir en vers et contre tous

8 etoiles
Pour proposer son premier recueil, de la poésie très libre, très contemporaine, très novatrice, Julien Tardif s’est affranchi de toutes les contraintes qui auraient pu entraver l’expression, le sens et même la forme de son texte. Il dicte ses propres règles : détermine la forme qui oscille entre vers et prose, décide de la ponctuation...

couverture

Oursins et moineaux de Sjón

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Poèmes saga

8 etoiles
« vingt-six ans et il m’arrive de rêver que je suis debout devant le grand portail du cimetière au coin sud-est du mur d’enceinte. l’image est baignée de lune j’ai cinq à sept ans je suis pieds nus en pyjama… à chaque fois la limite entre rêve et souvenir d’enfance devient floue… » En lisant ces lignes...

couverture

Acte de naissance de Leonard Nolens

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et jure que je dois l’aimer comme la bouche avec laquelle j’invente cette vie et embrasse mes enfants.

10 etoiles
«Objet» Ce sont les yeux, oui ce sont surtout les yeux, Les plus bleu ciel que je connaisse, et ces arcs Par-dessus, suspendus, battues sur le front, Si écartés, c’est cette bouche perfide Où jamais langue d’homme n’est entrée Et qui m’embrasse jusqu’au fond de mon être- C’est ce rire où ses replis les plus obscurs S’ouvrent lentement en un sanglot jubilatoire, Oui, c’est...

couverture

Marie des brumes de Odysséas Elýtīs

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et lentement l’homme ravalé au rang du médiocre va se perdre à tout jamais.

10 etoiles
Le monde c’est ça la fumée qui pourchasse le chien la plante qui se dresse et se coule dans la musique les enfants qui dessinent sur les murs et de vieux Eoliens excentriques déploient leur parapluie pour avoir le plaisir d’entraîner dans leur chute la part la plus pure des choses. La synthèse de tout cela. Une vie pleinement accomplie. Extrait du poème...

couverture

Exister suffit de Véronique Joyaux

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 72 ans)

quand l'amour s'en va

10 etoiles
Avec son nouveau recueil, Véronique Joyaux nous livre les états d’âme de l’amour perdu (“Il n’y a que les sons de l’absence”), où le silence règne désormais en maître (“Les phrases ont coulé à pic dans le silence”), où il faut se réhabituer à vivre dans la solitude (“Et l’on vit sans trop de présence...

couverture

Le livre des quatre éléments de Armel Guerne

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une poésie exigeante et âpre, aux accents mystiques

9 etoiles
Armel Guerne, écrivain solitaire et taciturne qui choisit de s’extraire des foules « encagées » dans les villes et de s’exiler loin de Paris dont il exécrait les coteries littéraires, est avant tout connu pour ses nombreuses traductions mais lui-même, qui mettait la poésie au-dessus de tout, se considérait d’abord comme un poète, vivant ailleurs,...

couverture

La Descente de l'Escaut suivi de Tragique de Franck Venaille

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et la lune, dès lors, devenait le seul signal lumineux balisant la terre.

10 etoiles
elle jouait avec les embrasures de ces lourds rideaux qu’à La hâte j’avais tiré sur nous, m’écoutant évoquer l’âpre Vin bu, le clapotis des eaux, l’harmonie combien secrète De la grande villa silencieuse C’est alors que je l’entendis Dire qu’il était temps pour elle, é son tour, d’user de moi. (Extrait de « Tragique »). Franck VENAILLE est né à Paris...

couverture

Couleurs femmes. Poèmes de 57 femmes de Auteur inconnu

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 51 ans)

Regards de femmes

9 etoiles
"Couleurs femmes" est un instantané photographique de la poésie féminine du moment. En 2010, à l'occasion du Printemps des Poètes, ce recueil est sorti, en l'honneur des femmes, thème de l'année. Non pas comme une bannière revendicatrice, mais pour rassembler des poètes femmes francophones de tous horizons, (poétesse étant un mot laid) et découvrir leurs...

couverture

On a beau dire de Robert Momeux

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une poésie grave et sereine, où passent les ombres du temps et de la mort

10 etoiles
Est-ce une anthologie ? On pourrait le penser car l’écriture des poèmes de ce petit recueil, qui se lit d’un seul jet en 1 heure à peine, s’étale de 1974 à 1988. Pourtant la cohérence des poèmes, qui se font écho et ressassent la même mélancolie sereine, compose un ensemble remarquablement homogène comme si l’inspiration...

couverture

Bad Writer de Jean-Marc Flahaut

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Doute poétique

8 etoiles
Dans ce petit recueil de poésie narrative, construit de vers très libres, extrêmement concentrés, chaque mot ayant son utilité, sa signification, son poids, sa musique, Jean Marc Flahaut exprime un doute très profond. Il doute de lui et de son art, il doute de la poésie, il doute de la capacité des lecteurs à comprendre...

couverture

Sans Abuelo Petite de Cécile Guivarch, Jérôme Pergolesi (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

J'aurai toujours neuf ans

9 etoiles
« Cécile Guivarch,…, sonde encore une fois la mémoire familiale. Entre les questions sur sa langue, ses langues, elle évoque un secret de famille… » Dans un court recueil de poésie constitué d’une partie en vers, en général sur la page de gauche, et d’une partie en prose, en regard sur la page de...

couverture

Le lit de la mer de Michèle Desbordes

critiqué par Alma - (- ans)

La mer, source inépuisable d'inspiration

8 etoiles
Sur thème de la mer, un recueil de 60 textes d'une prose poétique puissante, suggestive et sensuelle . La mer, non pas celle de des pêcheurs, mais celle des aventuriers, des découvreurs de nouveaux territoires . D'Ulysse à Bougainville ou James Cook, en passant par les grands voyageurs portugais , de...

couverture

STREETS (Loufoqueries citadines) de Eric Dejaeger

critiqué par Kinbote - (Jumet - 59 ans)

Ville imaginaire

9 etoiles
Rue aux Oiseaux, rues aux Fumées, rues aux Volcans, rue aux Anges… Rue des Politiciens, rues aux Ventouses, rue aux Moustiques, rue du Rhume… Ces Streets, au nombre de 99 (comme pour laisser le soin au lecteur de franchir la centaine), qui dessinent une ville inventée et inventive (comme en écho au vers de Soupault...

couverture

Poésie chinoise de l'éveil: A l'infini du ciel de Auteur inconnu

critiqué par Page - (Rennes - 29 ans)

La poésie est l’exercice de l’éveil

10 etoiles
Alors que quasiment plus aucun ouvrage n’utilise plus la transcription phonétique de l’École française d’Extrême-Orient depuis un demi-siècle, c’est celle-ci qui nous est imposée ici, ce qui empêchera le lecteur de trouver sur internet le moindre renseignement sur les écrivains cités (ou un autre extrait de leur œuvre), ce qui est regrettable. Ainsi la citation,...