Littérature => Russe (319 livres critiqués)


Page 1 de 7 Suivante Fin

couverture

Voleur, espion et assassin de Iouri Bouïda

critiqué par Elko - (Niort - 42 ans)

Fonctionnaire de province

6 etoiles
Iouri Bouïda livre son autobiographie dans « Voleur, espion, assassin ». Ne surtout pas se méprendre, c’est ainsi qu’est qualifié par un des personnages du roman le métier d’écrivain. Il n’est donc nullement question d’un aventurier aux multiples vies mais du parcours d’un fonctionnaire de province qui a grandi et vécu dans l’URSS post-stalinienne puis post-soviétique. Il...

couverture

Sumerki de Dmitry Glukhovsky

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Quand le monde des Mayas rencontre Moscou ...

7 etoiles
Dmitry Alexeïevitch fait des traductions afin de gagner sa vie. A l’agence, on ne lui propose qu’un texte espagnol, langue qu’il ne maîtrise pas parfaitement, mais le besoin d’argent pressant le pousse à accepter ce travail. Arrivé chez lui, il découvre un chapitre d’un très vieux manuscrit. Il n’obtiendra les chapitres à traduire qu’au fur...

couverture

Minotaure.com : Le Heaume d'horreur de Viktor Pelevine

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Le mythe du Minotaure et du labyrinthe revisité dans une version informatique et philosophique

8 etoiles
Viktor Pelevine classe ce texte dans le genre romanesque sur son site, même si cette œuvre rappelle aussi le genre dramatique. Sur un plan typographique « Minotaure.com » se présente comme une pièce de théâtre, donc composé uniquement d’un long dialogue. Ensuite dans certaines répliques il y a des passages narratifs qui peuvent rappeler le...

couverture

La confiture d'abricots et autres récits de Alexandre Soljenitsyne

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 56 ans)

Pour la confiture d'abricots...

7 etoiles
« La confiture d'abricots » est un recueil de neuf récits d'Alexandre Soljénitsyne rédigés dans la première moitié des années 1990. Aucune nouvelle ne traite des camps de travaux forcés, comme « l'Archipel du Goulag », par exemple, qui l'a rendu célèbre dans le monde entier. Les différents thèmes abordés ici concernent l'histoire de la Russie depuis sa révolution : économie,...

couverture

La reine des terminus : L'histoire de l'armoire de Sophia Koupriachina

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

La Bukowski russe ?

6 etoiles
S’il fallait élire un Bukowski féminin, Sofia Koupriachina serait très bien placée pour remporter ce titre. Ce recueil de nouvelles repose sur un ton libéré et un rythme enlevé. Les prostituées occupent une place très importante dans ces courts textes, tout comme l’alcool. Ce sont de pauvres créatures russes qui sont au centre de ces...

couverture

Le lard bleu de Vladimir Sorokine

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Règlement de compte par la littérature

8 etoiles
Quand ce roman est sorti ce fut comme un séisme dans le monde littéraire et politique russe. Des livres ont été déchirés et jetés dans des toilettes géantes devant le Bolchoï par la Jeunesse Poutine. Vladimir Sorokine a même été poursuivi en justice pour pornographie. C'est sûr que ce roman est unique, dérangeant et assez...

couverture

L'échelle de Jacob de Ludmila Oulitskaïa

critiqué par Tanneguy - (Paris - 79 ans)

Histoires de familles russes

7 etoiles
Dans les premières pages figure un arbre généalogique multiple qui s'étend sur plusieurs générations : avant la révolution de 1917, après la mort de Staline en 1953, après la mort de l'URSS en 1990. Ce n'est pas du luxe car le récit de l'auteur va passer allégrement d'une période à une autre. Accrochez-vous ! Le personnage...

couverture

Chourka et sa famille de Léonide Dobytchine

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Enfant de la guerre

7 etoiles
Encore un écrivain qui a sombré dans les limbes de la littérature et pas seulement de l’histoire littéraire de son pays car sa disparition est fortement liée à l’emprise du pouvoir soviétique sur les arts. Léonide Dobytchine a peu écrit car il était fonctionnaire et n’avait que peu de temps à consacrer à son art,...

couverture

Les enfants de l'Arbat de Anatoli Rybakov

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

LA grande fresque antistalinienne. Volume I

8 etoiles
Entreprise bien avant la " Saga moscovite " d'Axionov, largement nourrie de la propre expérience de l'auteur, la trilogie " Les enfants de l'Arbat " - la grande fresque antistalinienne par excellence - ne pourra être publiée qu'en 1987 sous la perestroïka de Gorbatchev et connaîtra alors un immense succès. Si elle s'inscrit dans la grande...

couverture

Dans l’eau je suis chez moi de Aliona Gloukhova

critiqué par Yeaker - (Dijon - 45 ans)

Ca commencait bien...

2 etoiles
Voilà un livre qui était très prometteur sur ses premières pages mais comme bien trop souvent se perd totalement au fil des pages. L'auteur d'origine Biélorusse nous parle de son père disparu en mer alors qu'elle était toute petite. Est-il mort ou a-t-il fui ? Tous les ingrédients pour nous amener loin : La vie en...

couverture

Un été à Baden-Baden de Leonid Tsypkin

critiqué par ARL - (Montréal - 32 ans)

Dostoïevski, parfois

6 etoiles
Dans sa préface, Susan Sontag qualifie ce livre de chef-d’œuvre perdu de la littérature russe du 20e siècle. Rien de moins. "Un été à Baden-Baden" est certainement une œuvre à part. À cheval entre l'essai, le roman et le récit autobiographique, le texte de Tsypkin défie toute tentative de classification. L'auteur/narrateur, qui voyage en train...

couverture

La fille d'amour et l'innocent de Alexandre Soljenitsyne

critiqué par Eric Eliès - (44 ans)

Au coeur du goulag

9 etoiles
Est-ce vraiment du théâtre ? En raison de la multiplicité des acteurs et de la grande complexité des nombreux décors (chapeau à qui parviendra à faire rouler sur scène un camion chargé de prisonniers ou construire sur scène une forge avec ses fours fumants et ses coulées de fonte rougeoyante !), je doute que cette...

couverture

Monstres insatiables de Aleksandr Ivanovič Kuprin

critiqué par Catinus - (Liège - 67 ans)

Dans la Russie du début du XX ème

8 etoiles
Deux récits : 1. « Dans les entrailles de la terre ». Les premiers jours d’un jeune garçon dans une mine russe au début du vingtième siècle. 2. « Moloch ». Récit de l’inauguration d’une nouvelle fonderie dans la Russie du début du vingtième siècle avec, en prime, une histoire d’amour … Extrait : Les hommes remplissent d’huile...

couverture

L'honnête voleur de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski, Joël Legars (Dessin)

critiqué par Catinus - (Liège - 67 ans)

Trop drôle ! (mais est-ce bien le terme approprié ?)

9 etoiles
Une nouvelle de Dostoïevski. Le narrateur, un célibataire, sous la pression de sa femme d’ouvrage, se voit dans l’obligation d’héberger un monsieur nommé Astafi Ivanovitch qui lui raconte cette histoire qui nous plonge dans l’abîme souvent dépeint par les auteurs russes : la vie de misère … plus que misérable. Extraits : - Pourvu qu’il ait une...

couverture

Enfantés par la tempête de Nikolaj Alekseevič Ostrovskij

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 72 ans)

dans la tempête révolutionnaire

10 etoiles
Il est de bon ton aujourd'hui (et très politiquement correct) de dénigrer systématiquement la révolution russe de 1917, dont Poutine lui-même hésite à fêter le centenaire. C'est pourquoi il est très utile de lire (ou de relier) les quelques romans soviétiques qui ont survécu à l'oubli après l'effondrement de l'URSS. Ne serait-ce que pour savoir pourquoi...

couverture

L'archipel d'une autre vie de Andreï Makine

critiqué par Monocle - (tournai - 58 ans)

"Nous allons vivre", dit Elkan !

9 etoiles
1952, en pleine guerre de Corée, l'URSS s'attend à un conflit nucléaire. Le réserviste Pavel Gartsvel est dans un cantonnement au fin fond de la Sibérie où l'on s'entraîne à mourir sous les rayons de la nouvelle bombe (celle qui s'étrenna à Hiroshima). Suite à l'évasion d'un détenu d'un camps voisin, un petit...

couverture

Cahiers de la Kolyma et autres poèmes de Varlam Chalamov

critiqué par Lucia-lilas - (52 ans)

Ecrire pour survivre

10 etoiles
Fascinante photo que celle choisie par les éditions Maurice Nadeau pour la couverture des Cahiers de la Kolyma et autres poèmes de Varlam Chalamov. Il semble que l’on puisse lire dans le visage marqué du poète toutes les horreurs qu’il a vues et vécues, lui qui avouait : « Ce que j’ai connu, un homme...

couverture

Les pauvres parents de Ludmila Oulitskaïa

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Souvent pauvres, toujours dignes

8 etoiles
Il y a presque vingt ans, j’ai laissé Ludmila Oulitskaïa avec « Sonietchka », enchanté de ma lecture et aujourd’hui je la retrouve dans ce recueil de neuf nouvelles avec la même écriture limpide, élégante, emplie de tendresse et de douceur, très élaborée, dans des textes empathiques qui emportent le lecteur aussi bien par la...

couverture

Refuge 3/9 de Anna Starobinets

critiqué par Reginalda - (lyon - 51 ans)

Quand le conte devient réalité

10 etoiles
Un petit garçon (le « petit ») tombe du wagonnet d’un train fantôme et se trouve emporté dans un univers étrange peuplé de créatures sorties des contes russes. Marie, une jeune femme partiellement amnésique, se trouve à Paris pour un salon du livre. Perturbée, elle se sent appelée, sans qu’elle comprenne trop pourquoi, à rentrer...

couverture

Derniers témoins de Svetlana Alexievitch

critiqué par Romur - (Viroflay - 44 ans)

Pire que la guerre

8 etoiles
Il y a pire que la guerre, c’est la guerre vue, vécue et comprise par les enfants. Selon sa méthode habituelle, Svetlana Alexievitch a recueilli puis organisé et publié des témoignages, sans jugement, sans analyse, sans distance, sans autre contribution personnelle que le choix et la mise en forme. Les témoignages de ceux qui avaient entre...

couverture

L'année de la comète de Sergueï Lebedev

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 67 ans)

L'UNION SOVIETIQUE EN SEPIA

7 etoiles
1986 est une année décisive pour l’histoire : celle de la catastrophe de Tchernobyl qui précéda l’écroulement de l’URSS, comme système politique .L’action du roman de Sergueï Lebedev, L’année de la comète, se déroule cette même année : un jeune narrateur, l’auteur du roman, évoque des histoires familiales, des souvenirs personnels, comme extraits...

couverture

Requiem de Anna Andreevna Ahmatova

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et que les draps noirs recouvrent ce qui est arrivé. Et qu’on emporte les lanternes… Il fait nuit.

8 etoiles
Le poème « Requiem » naît à Leningrad (aujourd’hui redevenu St. Pétersbourg). A cette époque pour Anna AKHMATOVA (1889-1966), commencent des années de cauchemar. Comme des centaines d’autres femmes, elle fait tous les jours la queue devant la prison de Leningrad (ironiquement nommé "Les Croix"), pour essayer ne fut-ce que d’apercevoir Lev GOUMILEV (1912-1992),...

couverture

L'adieu à l'île de Valentin Grigorʹevič Rasputin

critiqué par Falgo - (Lauris - 78 ans)

Chef d'oeuvre oublié

10 etoiles
Il m'arrive souvent de rencontrer par le plus grand des hasards un auteur et un livre complètement oubliés de la critique et du public. "L'adieu à l'île" de Valentin Raspoutine appartient à cette catégorie. Cet écrivain russe fait partie de ceux que Nicole Zand a qualifiés d'"écrivains de l'intérieur" par rapport à ceux, largement dissidents,...

couverture

Dans le passage un pope de Petrov

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Après le communisme'

8 etoiles
Dans une ville de Russie jamais citée, peut-être la ville natale de l’auteur, Nijni Novgorod quand elle s’appelait Gorki, après la chute du communisme, Petrov décrit un lieu stratégique de la cité, un passage où se retrouve la faune de ceux qui n’ont rien gagné avec la chute du régime et qui ont même perdu...

couverture

A la Voltaire de Vassili Axionov

critiqué par Alma - (- ans)

Un roman où souffle l’esprit des Lumières

7 etoiles
Un ouvrage dans l’esprit de Voltaire, à la manière de ses contes philosophiques, à la fois enlevé, riche de fantaisie, de multiples péripéties et au contenu politique et philosophique. Un ouvrage à l’ancienne, à la mode du 18e siècle avec en tête de chaque chapitre, un titre-programme de plusieurs lignes,...

couverture

Un rêve au début du brouillard... de Youri Rytkheou

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Rêver d'une autre vie

6 etoiles
Lorsqu'en 1910, John MacLennan décide d'abandonner ses études, sa famille et sa fiancée pour partir à l'aventure, il est loin d'imaginer ce que l'avenir lui réserve. Après avoir traversé son Canada natal, il s'embarque, depuis Nome en Alaska, sur le Belinda, un bateau marchand en partance pour l'Arctique. Porté par son rêve d'établir...

couverture

Les cercueils de zinc de Svetlana Alexievitch

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Après le combat, on plaint les blessés, mais pas ceux qui sont tués : ceux-là, c'est leur maman qu'on plaint.

10 etoiles
Bien qu’après le livre « La guerre n’a pas un visage de femme » (déjà critiqué sur CL), Mme. Svetlana ALEXIEVITCH s’était promise à elle-même, de ne plus écrire sur la guerre, en 1990 (avant même l’édition russe !...) et pour notre plus grand intérêt, elle fit toutefois paraître un nouveau livre, traitant cette fois...

couverture

Le vivant de Anna Starobinets

critiqué par Reginalda - (lyon - 51 ans)

Inquiétant futur : vous n'utiliserez plus jamais Internet de la même façon...

8 etoiles
J'ai découvert l'écrivain russe Anna Starobinets grâce à son recueil de nouvelles à mi-chemin entre l'horreur et l'étrange, "Je suis la reine", déjà paru aux éditions Mirobole. Cette fois-ci, il ne s'agit plus de fantastique, mais de science-fiction, ou plus exactement d'anti-utopie, "Le Vivant" rappelant "Nous autres" de Zamiatine ou "Le Meilleur des mondes" d'Huxley....

couverture

Un homme de peu de Elisabeth Alexandrova-Zorina

critiqué par Reginalda - (lyon - 51 ans)

La loi du plus fort par-delà le Cercle polaire

8 etoiles
Savel Férosse est un petit homme, que tout le monde méprise et malmène. Or, malheureusement pour lui, Savel Férosse vit dans une ville du Nord de la Russie, que le pouvoir central a délaissée et qui est désormais la proie de la mafia et de toutes sortes de pouvoirs véreux. Alors le jour où malgré...

couverture

Oeuvres de Vassili Grossman

critiqué par Radetsky - (Massieu - 75 ans)

L'essentiel chez Vassili Grossman

10 etoiles
Cet ouvrage, paru dans la collection "Bouquins" chez Robert Laffont, rassemble, outre les romans, des interventions politiques avec des dirigeants de l'URSS, dont l'auteur révèle ici la teneur, outre les "Lettres à sa mère" qui terminent l'ensemble. Il n'est pas question ici de critiquer un par un tous les titres présents, dont une bonne...

couverture

Saisons de Natalia Jouravliova, Jean Bégassat (Dessin)

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 51 ans)

Situations pesantes

7 etoiles
Quatre nouvelles, quatre femmes, quatre contextes, que nous fait découvrir Natalia Jouravliova. Ces femmes ont un destin différent, mais représentent la femme Russe d'aujourd'hui, et basculent soudain dans l'irréel, l'inconnu, le rêve, bien malgré elles. Prises de folie subite ? Saturation ? Lassitude ? Nioura, très âgée, attend de rejoindre les trois hommes de sa...

couverture

Belle vie de Elena Botchorichvili

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 76 ans)

La Mélodie du bonheur

7 etoiles
Quand un chanteur d’opéra perd sa voix, comme ce fut le cas pour Richard Verreault au Québec, c’est le début du drame. Que faire quand on a dédié sa vie au bonheur ? Une fois débusqué, il laisse tomber celui qui en a profité. Jadis les ancêtres étaient plus heureux. Rien ne contrecarrait leurs plans....

couverture

Les égarées de l'Est: Récit à deux voix de Elena Iourach

critiqué par F.lang - (58 ans)

Une excellente suprise !

9 etoiles
Qu'attendez-vous ? Ouvrez cette fenêtre; laissez l'air frais se répandre dans votre esprit ! Car en valsant d'une page à l'autre, vous n'aurez pas que le parfum du "neuf " provenant de ce livre, non. Vous aurez droit aussi à de la nouveauté dans l' écrit ! De l'inédit ; j'ai tellement envie d'en parler, mais...

couverture

Notes d'un veilleur de nuit de Alexandre Zinoviev

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 63 ans)

Une vie de cafard

8 etoiles
Né en 1922, Alexandre Zinoviev est considéré dans le monde entier comme un des grands logiciens contemporains mais il est surtout connu pour ses livres dans lesquels il fait une critique acerbe de la société russe sous l’emprise du régime communiste. Ce livre fut écrit en 1978. La date de publication est importante pour bien...

couverture

Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski

critiqué par Provisette1 - (6 ans)

Ah vous dirai-je encore combien il me fascine, ce magicien des mots et de folles pensées diablement intelligentes?

10 etoiles
Oui, bien sûr! Puisqu'il demeure si inconnu et si peu lu visiblement, je vous dirai alors, tel l'ami écrivain (et ses rares amis fiables) de Sterer, le "héros" de ce récit, qu'avec Sigismund, "en remettant en ordre (les feuillets palis)" - et, pour nous, un peu de calme dans nos neurones swinguant en mode rock'n'roll!- "ils...

couverture

Pélagie et le coq rouge de Boris Akounine

critiqué par Romur - (Viroflay - 44 ans)

Là où tout a commencé

6 etoiles
Sœur Pélagie a un fort penchant pour les enquêtes policières et lorsqu’un voyageur, obscur prédicateur, se fait assassiner à bord d’un bateau elle ne peut s’empêcher d’intervenir. Elle et le procureur Berditchevski vont mener une enquête qui va les conduire depuis les profondeurs de la Russie jusqu’à Israël, croisant des sectes illuminées et des juifs...

couverture

La tourmente de Vladimir Sorokine

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

"Russie, où cours-tu donc ?" (*)

10 etoiles
En pleine tempête de neige, le Docteur Platon Ilitch Garine veut absolument rejoindre le village de Dolgoïe dont les habitants victimes d'une inquiétante épidémie attendent de lui le vaccin salvateur. Le relais ne disposant plus de chevaux de poste, on lui trouve une solution de rechange en la personne de Kosma, dit Le Graillonneux, porteur...

couverture

Vongozero de Yana Vagner

critiqué par Reginalda - (lyon - 51 ans)

Une épure hypnotique

10 etoiles
Un délice. Il est rare et délectable de pénétrer dans un livre dont le projet apparaît à la fois limpide et complexe, et d'autant plus complexe qu'il est plus limpide. Je m'explique: Yana Vagner a clairement voulu reprendre la base d'un roman post-apocalyptique en l'épurant du folklore du genre, pour imaginer de façon psychologiquement réaliste...

couverture

Le dernier amour du président de Andreï Kourkov

critiqué par DE GOUGE - (Nantes - 61 ans)

l'Ukraine avant l'heure !

10 etoiles
Écrit en 2004, cet ouvrage résolument futuriste nous dévoile les dessous de cette demi-démocratie, encombrée par le "Grand frère russe" qu'est l'Ukraine ! Le Président en place, confronté aux réalités politiques complexes, nous livre en flash-back, son histoire : Un père mort,une mère qui essaie - pas trop mal, tout bien considéré - d'assurer, un frère...

couverture

Des mille et une façons de quitter la Moldavie de Vladimir Lortchenkov

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)

Exode moldave

7 etoiles
J’ai rencontré Vladimir Lortchenkov sur le salon littéraire de ma ville de province, Besançon, et, même si le titre ne m’attirait pas particulièrement, je lui ai acheté son livre car je ne connais aucun autre écrivain moldave et je ne sais rien de ce pays coincé entre l’ex empire stalinien et l’Union européenne qui cherche...

couverture

Le thème étranger de Sigismund Krzyzanowski

critiqué par Provisette1 - (6 ans)

La seule drogue qui vous emporte dans un autre monde...intelligent et dé-raisonné, ébouriffant, exubérant mais d'une exceptionnelle subtilité: l'art littéraire à son sommet.

10 etoiles
Cinq nouvelles dont une si puissante qu'elle tient en 4 pages: des nouvelles dans lesquelles j'ai retrouvé, cette fois encore, tout ce qui rend la lecture des textes de Sigismund- je le fréquente depuis un certain temps et me permets donc de seulement le prénommer...- si captivante, si envoûtante. L'art de dire, l'art de laisser La...

couverture

Léonid doit mourir de Dmitri Lipskerov

critiqué par Reginalda - (lyon - 51 ans)

L'imagination au service d'une vérité sans fard

10 etoiles
Le choc ! Un roman comme rarement j'en ai lu. L'intrigue est tout ce qu'il y a de fantasque. D'un côté un embryon (le futur Léonid du titre, il vient d'être conçu il y a quelques heures de cela) à l'intelligence hors norme, dont on va suivre le développement : né orphelin (son père est...

couverture

Fantôme de Sigismund Krzyzanowski

critiqué par Provisette1 - (6 ans)

Etourdissant, inénarrable, extravagant et remarquable d'intelligence, de poésie et de talent! Du génie à l’état pur.

10 etoiles
Comment un tel génie, un écrivain à l’écriture si éblouissante, à l’originalité si impressionnante par ses déraisons subtilement explicites, toujours si diaboliquement fines d'intelligence, son affranchissement intégral d'une littérature tyrannisée par ces académismes, ces dictatures de l'esprit qui furent maitres à l’époque où il écrivait en Union Soviétique, oui, comment a-t-on pu laisser ce fabuleux...

couverture

Le club des tueurs de lettres de Sigismund Krzyzanowski

critiqué par Provisette1 - (6 ans)

Un festival de loufoqueries diaboliquement intelligentes, un festin littéraire époustouflant d'absurde et d'érudition!

10 etoiles
Accrochez bien votre tête au bastingage! Regardez partir et voler au loin votre cerveau 'raisonnable" s’éclatant follement sur l’océan verbal le plus délirant, le plus absurdement intelligent jamais connu! Vous êtes prêts? Fin prêts? Oui? Larguez les neurones et avant!...

couverture

La belle vie de Iouri Kazakov

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 51 ans)

Pour parler de tout et de rien

8 etoiles
Iouri Kasakov est un magicien... Il sait accrocher le lecteur en lui racontant des histoires d'une extrême banalité. Sa force réside, je crois, dans l'ambiance et l'environnement qu'il procure à la description de chaque nouvelle, l'intensité qu'il sait transmettre dans l'émotion de ses personnages, les silences qu'il leur prête et qui pèsent lourdement. Bien sûr...

couverture

Sovki de Elena Botchorichvili

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 76 ans)

Staline, un dieu ou un fou ?

8 etoiles
Avec Sovki, Elena Botchoricvili, une Québécoise née en Géorgie, voue une haine viscérale à Staline à travers un vieux docteur géorgien, dont la famille détient, depuis trois cents ans, le secret d’un baume aphrodisiaque. Quand on veut s’enquérir de ce produit, il livre la recette afin de mourir vite. De toute façon, les répressions d’adressent...

couverture

Rue Involontaire de Sigismund Krzyzanowski

critiqué par Stavroguine - (Paris - 34 ans)

Lettres à l'inconnu

9 etoiles
De Verdier, je connaissais principalement le travail d’éditeur de littérature française. Un travail admirable qui, allié à de bonnes recommandations, car il faut être bien aiguillé, m’a permis de faire de jolies découvertes chez les Michon, Bergounioux, Serre, Eggericx et plus encore Bassmann, mon représentant préféré du fabuleux post-exotisme. Mais jusqu’ici, j’avais très largement ignoré...

couverture

Les eaux printanières de Ivan Sergueïevitch Tourgueniev

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 51 ans)

Si on pouvait rattraper le temps...

8 etoiles
Sanine, cinquante-deux ans, trouve un ancien bijou qui lui remémore ses années de jeunesse. Il avait rencontré Gemma, jeune Italienne, trente ans auparavant, à Francfort où sa mère tenait une confiserie. Mis tout à fait par hasard en sa présence, à la suite d'un malaise qu'a fait Emilio, le frère de la jeune fille, Dmitri...

couverture

Les nouveaux Robinsons de Ludmila Petrouchevskaïa

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

un univers étrange plutôt glaçant

6 etoiles
Ludmila Pétrouchevskaïa est donnée comme un des écrivains phares de la littérature russe contemporaine. Née en 1938, interdite de publication pendant 10 ans sous le régime soviétique, elle dut attendre la chute de celui-ci pour connaitre le succès avec un court roman "The times : Night" paru en 1992, ouvrage figurant au programme de plusieurs...

couverture

La fin de l'homme rouge de Svetlana Alexievitch

critiqué par Yotoga - (- ans)

de l'URSS à la Russie

10 etoiles
La guerre froide est terminée depuis plus de vingt ans, mais la Russie post-soviétique est toujours à la recherche d'une nouvelle identité. Alors qu’à l'ouest on s’extasie encore sur la période Gorbatchev, certains en Russie préféreraient l’oublier. Entre temps, Staline est considéré, même parmi les plus jeunes, comme...