Littérature => Européenne non-francophone (2194 livres critiqués)


Page 1 de 44 Suivante Fin

couverture

Les invisibles de Roy Jacobsen

critiqué par Clacla44 - (30 ans)

Un univers sauvage

10 etoiles
Voici un roman qui m'a emmenée sur une île de la Norvège. Le récit n'est pas clairement daté, on peut penser qu'il se déroule au début du 20ème siècle. Les personnages y sont isolés. Les conditions de vie sont à la fois simples et sommaires. Le temps s'égraine doucement et sûrement. Les générations passent. Le...

couverture

Frantumaglia: L'écriture et ma vie de Elena Ferrante

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Pourquoi et comment écrire

8 etoiles
L'écrivaine italienne a décidé de rester secrète, ce qui a impliqué de ne pas se plier à la promotion de ses livres, qui ont pourtant rencontré de grands succès. Aussi a-t-elle donné des entrevues journalistiques, échangé avec les médias, pour ensuite condenser ces écrits dans le présent recueil. Ce dernier nous apprend pourquoi et comment...

couverture

Attends-moi au ciel de Carlos Salem

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)

une blonde sans faux-col

10 etoiles
Doña Piedad de la Viuda, une grenouille de bénitier madrilène approchant la cinquantaine, vient d’apprendre la mort brutale de Benito, son mari, décédé dans un accident de voiture alors qu’il s’apprêtait à partir au Brésil au bras de sa dernière conquête. Personne ne donne cher de sa peau à la tête de l’entreprise que dirigeait...

couverture

Le cycle du cheval suivi d'Accords de António Ramos Rosa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 51 ans)

«Et ta langue s'enivre de saveurs aussi vertes que les pommes de l'enfance des tantes et des aïeux».

6 etoiles
«La lumière et la nuit» Ici la lumière élabore ses plans dans la tache du silence et la nuit se met à parler aux portes. Voici le temps du corps, le bois de l'ombre. De l'obscurité montent des cordes transparentes, des violons d'herbes, un tournoiement d'ailes à contre-jour. Quelqu'un expulse son image du miroir et l'oblige à se faire nuage. L'ignoré est devenu la...

couverture

Bambiland de Elfriede Jelinek

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Une belle charge contre la médiatisation de la guerre soufflée par une écrivaine à fleur de peau et impartiale.

7 etoiles
« Bambiland » est une œuvre engagée et hybride d’Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature. Comme à son habitude l’écrivaine provoque et brusque son lecteur. Sur la couverture du livre est noté le terme « roman », pourtant cette œuvre emprunte aussi au genre poétique et surtout au genre dramatique. Ce texte repose sur l’oralité...

couverture

Place de Sienne, côté ombre de Carlo Fruttero, Franco Lucentini

critiqué par Romur - (Viroflay - 45 ans)

A lire pour le côté documentaire

6 etoiles
Lu en préparation d’un voyage en Toscane, ce roman m’a laissé perplexe. Indubitablement, j’ai beaucoup appris sur la tradition du Palio dont l’histoire et les modalités sont soigneusement expliquées, constituant un des trois fils du récit. Comme l’ouvrage n’est pas très épais, vous pouvez au moins le lire pour le documentaire bourré d’aperçus historiques sur le...

couverture

Madame Béate et son fils de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Maman et amante

10 etoiles
Béate Heinold est veuve depuis 5 ans et se concentre désormais sur son fils de 17 ans, Hugo. Elle ne vit même que pour lui. Elle souhaite qu’il se confie à elle et semble se réaliser dans une relation quasi fusionnelle. Hugo semble amoureux et pris dans une relation amoureuse avec une femme bien plus...

couverture

Trouble de Jeroen Olyslaegers

critiqué par Nathavh - (54 ans)

Trouble

8 etoiles
Littérature du Nord de mon pays, une LC avec Anne, Maryline et Kathel dans le cadre du mois belge, l'envie de prolonger "le flirt flamand" initié par la Foire du Livre de Bruxelles. Wilfried Wils écrit ses confessions à l'attention de son arrière-petit-fils, il est au seuil de sa vie et revient sur sa jeunesse et...

couverture

L'enfance d'un magicien de Hermann Hesse

critiqué par Vince92 - (Zürich - 41 ans)

Les racines du talent

8 etoiles
Ce livre est un recueil de textes qui n’ont que peu de rapports les uns avec les autres. Si les trois premiers ont des bases autobiographiques ("Enfance d'un magicien", "Esquisse d'une autiogiographie" (1927). "Les belles années" (1916)) et permettent d’avoir une vision de l’enfance du grand écrivain allemand et de comprendre ainsi quelles furent...

couverture

Le cosaque et le rossignol de Paul Frank, Leo Perutz

critiqué par Tistou - (63 ans)

Le charme des vieilles dentelles. Et de l’arsenic.

7 etoiles
L’impression un peu de se trouver dans l’atmosphère un tantinet poussiéreuse des premiers romans d’Agatha Christie, mâtinée d’ambiance « Mitteleuropa », d’Arsène Lupin aussi … Il faut dire que Leo Perutz a écrit « Le cosaque et le rossignol » en 1927. Quand même ! C’est moins confiné que chez Agatha Christie. Il n’y a pas...

couverture

Seigneur, ayez pitié de moi ! de Leo Perutz, Ghislain Riccardi (Traduction)

critiqué par Tistou - (63 ans)

9 nouvelles

7 etoiles
Neuf nouvelles de longueurs très inégales dans ce recueil regroupant des nouvelles parues entre 1907 et 1929. La plus longue « La naissance de l’Antéchrist » fait 70 pages quand la plus courte n’en fait que 4. La première nouvelle, éponyme, se déroule dans la Russie qui se débat dans la guerre civile avec le renversement...

couverture

Le tour de l'oie de Erri De Luca

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Echanger avec un fils fictif

8 etoiles
Le protagoniste et narrateur se confie au fils qu'il n'a pas eu, pour lui raconter son existence et celle qu'aurait pu être celle de cette prolongation filiale fictive. Ce biais par la fiction ressemble à une autobiographie à peine dissimulée. Il y décrit apprécier les silences, les paysages, le langage des choses, ses engagements politiques,...

couverture

Une tête de nuage de Erri De Luca

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

La vie de Joseph et Myriam

6 etoiles
Dans cette nouvelle historique, l'auteur tente d'imaginer la vie de Joseph et Myriam, les parents de Jésus, invente leurs dialogues, touchant à la conception de leur fils, la perception de leur couple et de leur filiation, qui paraît adultère au premier coup d'oeil, sur la difficulté d'élever un tel enfant, sur ce qui leur en...

couverture

Les yeux fardés de Lluís Llach

critiqué par Faby de Caparica - (57 ans)

A découvrir

9 etoiles
Bonjour les lecteurs ... Voici un excellent roman catalan. Le récit se présente sous forme d'entretiens entre un jeune réalisateur et un vieil homme de 87 ans aux yeux fardés. Celui-ci va lui raconter sa vie dans le Barcelone des années 20, les années de guerre civile et l'entrée de l'Espagne dans le conflit mondial. L'homme y raconte ses...

couverture

La capitale de Robert Menasse

critiqué par Elko - (Niort - 43 ans)

Euro-questionnements

9 etoiles
Difficile de définir ce roman. Il suit le parcours d’une poignée d’européens dont le dénominateur commun est Bruxelles. Et non, Bruxelles n’est pas la capitale dont il est question dans le titre. Parmi ces personnages on trouve un tueur, un rescapé des camps nazis, des fonctionnaires de la Commission européenne ou encore un universitaire. Ils sont...

couverture

Le plus et le moins de Erri De Luca

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Un ouvrier napolitain des années 1970 et 1980

8 etoiles
Erri De Luca continue à nous faire découvrir la population modeste de Naples. Ici, elle est centrée autour d'un personnage d'extraction modeste, qui devient ouvrier et militant politique et syndical. Ce dernier se déplace beaucoup, déjà pour commencer des études, alors qu'il participe au mouvement estudiantin de libération sociale et morale qui traverse l'Europe. Il...

couverture

Le jazz de la vie de Sara Lövestam

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

un enchantement

10 etoiles
Eh oui, l’amitié peut naître entre des êtres très différents par l’âge. Ainsi entre Steffi Herrera, adolescente de quinze ans qui vit à Björke, dans le Värmland et qui achève péniblement ses années de collège, victime d’un harcèlement scolaire, peut-être à cause de l’origine cubaine de son père, et Alvar Svensson, âgé de quatre-vingt-dix ans,...

couverture

Passager 23 de Sebastian Fitzek

critiqué par Martell - (65 ans)

Suicides en série

7 etoiles
Un très bon roman qui se passe en haute mer à bord d’un paquebot de luxe qui cache des horreurs dans des étages inaccessibles au public. Le héros, Martin Schwartz, enquêteur de métier qui espère découvrir la vérité sur la mort de sa femme et de son fils à bord du «Sultan» il y...

couverture

Les huit montagnes de Paolo Cognetti

critiqué par Monocle - (tournai - 59 ans)

excellent

9 etoiles
Pietro est enfant unique. Ses parents sont des gens atypiques, lui rêve de montagnes et de sommets, elle de tranquillité et de lecture. Le couple acquiert une petite maison de vacances dans les Alpes italiennes là haut où aucune voiture ne passe. Il a alors onze ans, il fait la connaissance...

couverture

Olga de Bernhard Schlink

critiqué par Nav33 - (71 ans)

Histoire intime , dans l'histoire de l'Allemagne au 20ème siècle

10 etoiles
Au tout début du XXe siècle la petite Olga, une enfant vive et curieuse de tout, vit dans un quartier pauvre d'une ville de Silésie. Son père et sa mère meurent du Typhus et sa grand-mère paternelle l'emmène dans son village de Poméranie dans un environnement triste, sans livre et sans musique. Une amitié enfantine naît...

couverture

Le corps humain de Paolo Giordano

critiqué par Tistou - (63 ans)

Désacralisation de la guerre

8 etoiles
De la guerre ? D’une mission pour la paix, plutôt ? Tu parles ! Le peloton Charlie, des chasseurs alpins italiens (bersaglieri ?), est présent en Afghanistan, dans la « Vallée des roses », la mal nommée, province du Gulistan, au titre d’une mission de maintien de la paix. Si le terme de « Vallée des...

couverture

Le jardin au clair de lune de Corina Bomann

critiqué par Flo29 - (47 ans)

Un beau voyage, une belle histoire

10 etoiles
Lily est antiquaire à Berlin. Un jour, elle reçoit l'étrange visite d'un vieil homme qui lui remet un violon et qui lui dit qu'il lui appartient. Surprise, l'héroïne décide de mener l'enquête pour comprendre ce mystère. On voyage de Berlin à Londres, de Sumatra à l'Italie. J'ai adoré ce livre qui nous embarque dans une histoire...

couverture

Un petit monde d'autrefois de Antonio Fogazzaro

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

Magistral et émouvant

10 etoiles
C'est un grand classique italien, ce roman d'Antonio Fogazzaro, "Un petit monde d'autrefois" (1895). Il s’agit d’un roman historique qui se déroule dans la région de la Valsoda, sous occupation autrichienne, pendant les années 1850, jusqu’à la guerre d’indépendance et la formation du royaume d'Italie. C’est un roman à la fois réaliste, régionaliste, aussi bien...

couverture

Vers l'abîme de Erich Kästner

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

encore un grand livre

10 etoiles
"Vers l’abîme" est la nouvelle traduction intégrale du roman d’Erick Kästner, auteur allemand très connu pour ses livres pour la jeunesse (dont le célébrissime "Émile les détectives") et dont une première version était parue chez Stock en 1937, sous le titre "Fabian", version faite sur l’édition allemande parue en 1931 et très expurgée des passages...

couverture

Le Coeur aventureux de Ernst Jünger

critiqué par Vince92 - (Zürich - 41 ans)

Jünger nous parle d’inconnu

5 etoiles
Ernst Jünger après sa période consacrée à ses travaux de diariste a largement étendu son champ d’investigation littéraire vers d’autres horizons: romans, essais politiques, récits de voyage…Le Coeur aventureux est l’un de ces livres qui rassemble beaucoup de ses réflexions diverses et variées (Rivarol et autres essais, Le Recours aux forêts...). De dimension philosophico-mystique...

couverture

Le langage de la solitude de Jan-Philipp Sendker

critiqué par Pascale Ew. - (51 ans)

David contre Goliath

8 etoiles
Dans ce roman, nous retrouvons le héros du Murmure des ombres, Paul Leibovitz, ainsi que son amie Christine Wu. Cette dernière vit avec sa mère et son fils, et elle reçoit un appel à l’aide mystérieux de son frère qu’elle croyait mort et qu’elle n’a pas revu depuis quarante ans. Paul et elle se rendent...

couverture

La belle de Joza de Květa Legátová

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 69 ans)

Magnifique

10 etoiles
Pendant la seconde guerre mondiale en Tchécoslovaquie occupée, une jeune femme, Eliska, médecin dans un hôpital sert d'agent de liaison pour la résistance. Sous la menace d'une arrestation par la Gestapo, elle se voit contrainte de disparaître dans l'urgence. Profitant du retour d'un de ses patients dans ses montagnes moldaves, on l'expédie avec lui sous...

couverture

Le justicier d'Athènes de Pétros Márkarīs

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)

finitions à l'antique

8 etoiles
En pleine crise économique, un justicier anonyme, qui signe ses crimes "le percepteur national", assassine des personnalités diverses ayant dissimulé des sommes énormes au fisc. Il va rapidement devenir un héros populaire, déclenchant des mouvements de foule venant s’ajouter aux manifestations quotidiennes qui paralysent la ville d’Athènes, dans une Grèce rongée par la crise économique...

couverture

La neige de Saint Pierre de Leo Perutz

critiqué par Ravenbac - (Reims - 53 ans)

Interdit par les nazis

8 etoiles
En 1932, Georg Friedrich Amberg, jeune médecin engagé par le baron von Malchin, quitte Berlin pour le lointain village de Morwede. Afin de soigner les paysans ? Pas si évident, car dans le secret de son laboratoire le baron vient de découvrir la neige de saint Pierre, un champignon parasite du blé capable d’agir sur les...

couverture

La piste noire de Åsa Larsson

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

crime et argent sale

8 etoiles
On retrouve le cadavre torturé d’une belle jeune femme dans une cabane au bord d’un lac dans le nord de la Suède Comme pour ses autres enquêtes, c'est l'inspectrice Anna-Maria Mella une mère de 4 enfants, qui va mener l'enquête, accompagnée de Sven-Erik Stalnacke. Elle n'est pas la seule à faire des recherches. Elle est épaulée par...

couverture

Mariana Pineda de Federico García Lorca

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

La liberté ou la mort

10 etoiles
Mariana Pineda (personnage réel que l'auteur a exhumé d'une histoire qui s'est déroulée à Grenade au début du XIXème siècle) est une jeune veuve avec deux enfants. Elle est hostile au pouvoir royal despotique et s'est enrôlée dans un complot libéral mené par le noble Don Pedro de Sotomayor, dont elle est tombée amoureuse. Ce...

couverture

L'ami allemand de Joseph Kanon

critiqué par Ravenbac - (Reims - 53 ans)

der deutsche Freund

6 etoiles
Berlin 1945... Ancien correspondant de la CBS, Jake Geismar peine à reconnaître les lieux où il a vécu autrefois : la capitale déchue du IIIe Reich n'est plus qu'un champ de ruines où errent des colonnes de réfugiés au regard vide. Officiellement, Jake doit rédiger une série d'articles sur la conférence de Postdam : officieusement,...

couverture

Le Mandarin de Eça de Queiroz

critiqué par Romur - (Viroflay - 45 ans)

La tentation

7 etoiles
Teodoro est un petit fonctionnaire, gratte-papier au ministère de l’intérieur, vivant dans une pension de famille façon pension Vauquier dans « Le père Goriot ». Un jour dans un vieux livre acheté aux puces il découvre un terrible secret… Et si vous aussi vous receviez le pouvoir de tuer d’un simple geste un très vieux...

couverture

Le musée des redditions sans condition de Dubravka Ugrešić

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Quand l'exil s'expose

7 etoiles
L'exil, la transhumance, tout comme l'identité, figurent parmi les sujets qui ne manquent jamais d'attirer mon attention. L'oeuvre de Dubravka Ugrešić étant fortement imprégnée de ces éléments, j'aurais donc eu fort à parier que l'un ou l'autre des romans ou essais publiés par cette auteure rencontre certaines de mes attentes. Publié quelques années...

couverture

Piégée : Reykjavík noir, la trilogie, tome 1 de Lilja Sigurdardóttir

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)

au-dessous du volcan

10 etoiles
Un thriller islandais, où on ne tremble pas que de froid tant la tension monte tout au long de 125 courts chapitres. Une plongée dans une Islande ravagée par la crise économique de 2008, qui a entraîné l'effondrement de son système bancaire, et pour faire bonne mesure de ses institutions. Sur fond d'accointance entre finance...

couverture

Le dynamiteur de Henning Mankell

critiqué par Pacmann - (Tamise - 54 ans)

Tout premier roman d'Henning Mankell

8 etoiles
On est en 1911 et Oskar Johansson a 23 ans. Dynamiteur, il participe au percement de tunnels ferroviaires et manipule des explosifs pour fragmenter la roche. Mutilé à la suite d'un grave accident du travail, il reprendra pourtant son ancien métier, se mariera, aura trois enfants et adhérera aux idéaux de gauche. Au soir de...

couverture

L'empoisonneuse d'Istanbul de Pétros Márkarīs

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)

de la mauvaise herbe, et comment s'en débarrasser

10 etoiles
En compagnie de son épouse Adriani et d’un groupe de touristes grecs, le commissaire Kostas Charitos visite Istanbul, cette ville turque que les grecs originaires d’Asie mineure persistent à appeler Constantinople. L’étonnante disparition d’une vieille dame ayant fait la traversée avec eux va bientôt entraîner notre héros vers d’autres occupations, au grand dam de sa...

couverture

Ásta de Jón Kalman Stefánsson

critiqué par Alma - (- ans)

« Se peut-il que , parfois, le bonheur soit votre malheur ? »

9 etoiles
Un nouveau roman de Stefansson : un nouveau bonheur de lecture ! Je sais que chaque fois, je vais pénétrer dans un univers qui m'est à la fois géographiquement lointain mais humainement proche . Non que mes « malheurs » aient quelque chose à voir avec ceux des personnages qui peuplent ses romans, mais j'ai toujours pour eux une...

couverture

Mal'aria de Eraldo Baldini

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 51 ans)

QUAND VÉRITÉ ET SUPERSTITION SE MÊLENT.

7 etoiles
Au début du livre nous sommes à Rome en octobre 1925. Le Duce et les fascistes sont au pouvoir depuis trois ans. Nous faisons la connaissance du Dr. Carlo Rambelli. Inspecteur de la Santé Publique, il est brusquement arraché, - un samedi qui plus est -, à sa tranquille vie familiale et à Anna, sa...

couverture

Bienvenue au conseil d'administration : mort complice : de Peter Handke

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Regard sur la mort

7 etoiles
Sous le titre du premier texte de ce recueil, l’éditeur a regroupé une vingtaine de nouvelles qui évoquent toutes la mort qui survient brutalement ou qui pourrait advenir rapidement. Le traducteur et préfacier, Georges-Arthur Goldschmidt, précise « Dans ce recueil de nouvelles, on a affaire à une figure centrale et à une seule : la...

couverture

La Fille-Hérisson de Jonas T. Bengtsson

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 39 ans)

Roman coup de poing

8 etoiles
Présentation de l'éditeur Copenhague, Danemark. L'allure chétive de Suz lui donne l'air d'avoir douze ans, mais en réalité elle en a dix-neuf. Elle vit seule de vols à la tire et de petits trafics dans un deux-pièces d'une cité de banlieue. Un matin, la jeune fille est réveillée par deux policiers qui sonnent à sa porte...

couverture

Une lame de lumière de Andrea Camilleri

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)

Montalbano amoureux

10 etoiles
Tout commence par un cercueil de bois grossier retrouvé par un paysan dans son champ, enfin, si on peut appeler ça un champ car rien n’y pousse à part les lapins. La suite est inracontable, tellement les péripéties abondent, contées dans cette langue truculente, propre à Camilleri, que Serge Quadruppani a réussi à transposer dans...

couverture

Le ciel après la pluie de Clara Sánchez

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 70 ans)

la jeune fille et la fée

10 etoiles
Un thriller étrange, flirtant allègrement avec le fantastique jusqu'au passage au bleu de la finale. Patricia, mannequin à succès, est soudain victime d'accidents dont la répétition ne semble pas le fruit du hasard. Heureusement, elle peut se confier à sa bonne fée, Viviana, rencontrée par hasard (?) lors d'un déplacement en avion. Celle-ci lui laisse...

couverture

Le cœur converti de Stefan Hertmans

critiqué par Peche07 - (61 ans)

Pas vraiment un roman, mais de l'historiographie, instructive et singulière

7 etoiles
Voici un livre qui présente une couverture et un titre de roman : détrompez-vous il s’agit essentiellement d’histoire , plus exactement d’historiographie d’une manière poétique et intime de définir notre rapport contemporain au temps. La trame principale en est le destin funeste d’une jeune prosélyte, catholique convertie au judaïsme par amour. L’auteur- chercheur entre en...

couverture

Le Maître du Jugement dernier de Leo Perutz

critiqué par Romur - (Viroflay - 45 ans)

Surnaturel, folie ou mensonge ?

8 etoiles
Vienne en 1909 (toujours l’empire austro-hongrois qui est la patrie de Perutz). Qui a tué l’acteur Eugen Bishoff ? Le baron von Yosh, amoureux de la femme de Bishoff ? Ou alors s’est-il suicidé et dans ce cas qui l’a poussé au suicide ? Faut-il rapprocher ce cas d’autres suicides d’artistes inexpliqués ? Yosh mène...

couverture

Magnifica de Maria Rosaria Valentini

critiqué par Alma - (- ans)

« Parfois il suffit d'aimer pour devenir quelqu'un ou quelque chose »

8 etoiles
C'est un beau roman, c'est une belle histoire , comme le chantait Michel Fugain, une histoire dans laquelle j'ai eu du mal à entrer puis qui m'a conquise. Le début m'a semblé déroutant, je ne trouvais pas l'ancrage précis que les premières pages apportent généralement, je me demandais où l'auteur voulait...

couverture

La revenue de Donatella Di pietrantonio

critiqué par Saint Jean-Baptiste - (Ottignies - 83 ans)

De qui est-on l'enfant ?

6 etoiles
Une fillette a été élevée jusqu’à l’âge de 13 ans dans une famille qui n’était pas la sienne. Un beau jour on la reconduit dans sa vraie famille et alors elle découvre une autre vie. Sa famille d’adoption était cossue ; elle était l’enfant unique, bien éduquée et très chouchoutée. Sa vraie famille est une famille nombreuse...

couverture

Jérémie de Stefan Zweig

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

La défaite est une force

8 etoiles
Cette pièce de théâtre de Stefan Zweig met en avant le peuple juif en s’appuyant sur la figure biblique Jérémie dont les rêves sont de funestes présages. Jérémie, c’est l’incompris, celui qu’on isole car il fait peur, celui qui dit des vérités qui impressionnent, celui qui semble laisser parler Dieu à travers lui. Il...

couverture

Une autre mer de Claudio Magris

critiqué par Tistou - (63 ans)

Rhétorique

6 etoiles
Je pense que Claudio Magris ne sait pas concevoir les choses simplement et qu’il aime les nœuds. Les nœuds dans la tête. Dans la sienne, dans celles de ses héros et in fine dans celles de ses lecteurs. Ca fait beaucoup de nœuds. Deuxième roman de Claudio Magris et seconde prise de tête. Avantage pour «...

couverture

À l'aveugle de Claudio Magris

critiqué par Tistou - (63 ans)

Dans un labyrinthe, les yeux bandés

5 etoiles
Premier ouvrage, pour ma part, de Claudio Magris … et grosse interrogation. C’est toujours conçu ainsi un roman de Claudio Magris ? Je veux dire « aussi illisible » ? Claudio Magris possède indéniablement l’art d’écrire (ou ses traducteurs Jean et Marie-Noëlle Pastureau, celui de bien traduire). C’est écrit très proprement, on perçoit sans doute aucun...