Littérature => Européenne non-francophone (2052 livres critiqués)


Page 1 de 42 Suivante Fin

couverture

Comment cette histoire a pris fin de Piero Calamandrei, Caterina Arciprete (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

L'humanité est morte et nul n’en a rien su

8 etoiles
Dans ce petit texte aux allures de conte philosophique écrit dans les années 50, Piero Calamandrei, plus connu en Italie comme juriste et homme politique engagé, imagine la disparition soudaine de l’humanité et digresse sur les causes qui ont conduit les peuples à un immense suicide collectif. Dans le contexte d’après-guerre marqué par la course...

couverture

Splendeur de Margaret Mazzantini

critiqué par Monocle - (tournai - 57 ans)

Splendore

6 etoiles
Splendeur ! C’était le fils du concierge. Son père avait les clés de notre appartement ; quand nous partions il arrosait les plantes de ma mère. Moi je m’appelle Guido et je suis le petit prince, plus tard je serai sans doute l'ange déchu. L’ascenseur était une élégante cabine de cerisier vitrée. L’étage du dessus...

couverture

Une histoire des abeilles de Maja Lunde

critiqué par Bafie - (56 ans)

Requiem pour les abeilles, requiem pour l'humanité.

8 etoiles
Angleterre, 1851. Ohio, 2007. Chine, 2098. Trois périodes, trois régions, trois familles. Ce livre se construit sous forme de trois chroniques familiales. Angleterre 1851, William apiculteur, développe des recherches à propos des abeilles ; la nécessité de nourrir sa famille l’a contraint à renoncer à une carrière scientifique, il s’en languit. Son fils le désespère, son épouse n’est d’aucun...

couverture

Une sale affaire de Marco Vichi

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

un parfum de fenouil

8 etoiles
Décidément, le commissaire Bordelli est toujours aussi peu doué pour boucler ses enquêtes (voir "Le commissaire Bordelli"). Les meurtres s'enchaînent, l'enquête piétine, notre commissaire semble perdu au milieu des senteurs de fenouil et de souvenirs morbides datant de la Seconde Guerre Mondiale. Un polar d'atmosphère, dans la Florence des années 60, sans traçages de portables...

couverture

Le Général de l'armée morte de Ismail Kadare

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

Quête macabre et dérisoire

10 etoiles
Etonnant que cet incontournable de la littérature mondiale n'ait pas encore fait l'objet de critiques sur CL! Avec ce premier roman paru en 1963 Ismaïl Kadaré allait acquérir une notoriété bien au-delà de son Albanie natale. Sous un angle plutôt original, l'auteur y revisite un pan relativement méconnu de l'histoire de la seconde guerre mondiale: d'une...

couverture

La patience du franc-tireur de Arturo Pérez-Reverte

critiqué par Tistou - (61 ans)

Plongée dans le monde des graffeurs.

7 etoiles
Les graffitis ! Pas vraiment mon truc. Et quelque chose me dit n’être pas seul dans ce cas. Manifestement un des buts de ce roman d’Arturo Perez – Reverte est de mieux faire connaître le milieu, sa connotation « artistique ». On va dire qu’il y parvient. En partie. Au moins à nous y intéresser....

couverture

Six mois dans la vie de Ciril de Drago Jančar

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

La jeunesse européenne et le capitalisme vus par un grand écrivain

7 etoiles
Ciril est un jeune violoniste jouant dans le métro de Vienne. Sa vie va changer quand il va croiser le chemin de Stefan Dobernik. Ce dernier lui propose un travail et l'embarque à Ljubljana, capitale de leur pays d'origine. Ciril ne mesure pas encore tous les changements que cette expédition va avoir sur lui, son...

couverture

Plaisirs d'été de Herman Bang

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Les voici, les voilà !

6 etoiles
Né dans le Jutland danois en 1857, Herman Bang a effectué de longs séjours à l’étranger notamment en France où il a introduit le théâtre d’Ibsen et de Strindberg. Il est l’auteur de plusieurs romans et de nombreux articles de presse. Dans le présent texte qui ressemble plus à une longue nouvelle qu’à un véritable...

couverture

28 jours de David Safier

critiqué par Ellane92 - (Boulogne-Billancourt - 42 ans)

28 jours, toute une éternité

7 etoiles
28 jours, c'est le temps pendant lequel une poignée de juifs affamés, isolés et désarmés, ont résisté face à l'armée et aux tanks nazis dans le ghetto de Varsovie en 1942. Pour nous raconter cet exploit au goût bien amer, David Safier s'attache aux pas de Mira, jeune juive aux yeux verts qui pratique le...

couverture

Le goût du bleu de Auteur inconnu

critiqué par Veneziano - (Paris - 40 ans)

L'anthologie d'une couleur devenue marquante

8 etoiles
En Occident, le bleu a progressivement supplanté le rouge comme couleur de prédilection. Une influence germanique en ce sens a remplacé le goût hérité de Rome en la matière, à partir du XIIème siècle, comme le montre Michel Patoureau, célèbre historien des couleurs. Aussi l'adjectif allemand "blau" utilise-t-il une diphtongue mêlant l'aigu au grave, par...

couverture

Quelques femmes de Michálīs Gkanás

critiqué par Frunny - (PARIS - 52 ans)

Poésie photographique !

8 etoiles
Mihàlis Ganas (1943- ) est un poète grec majeur.Ses poèmes ne cessent d'évoquer la mort, celle des êtres chers, celle de tout un monde ancien.Il s'essaie à la prose avec succès à plusieurs reprises. "Quelques femmes" parait en France en 2015 (Editions Quidam) 16 très courtes nouvelles qui se rapprochent davantage d'instantanés de vies, de clichés photographiques,...

couverture

Millénium, Tome 5 : La fille qui rendait coup pour coup de David Lagercrantz

critiqué par Frunny - (PARIS - 52 ans)

Lisbeth, les origines !

6 etoiles
David Lagercrantz (1962- ) est un journaliste et écrivain suédois. En 1997, il publie une biographie de l’alpiniste Göran Kropp qui connaît un succès immédiat. En 2009, un roman au célèbre mathématicien britannique Alan Turing C’est avec sa biographie du footballeur Zlatan Ibrahimovic, parue en 2010, qu’il accède à une reconnaissance internationale. En...

couverture

Le chef-d'oeuvre sans queue ni tête de Yannis Ritsos

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une fresque engagée, épique et onirique, de la Grèce sous la dictature des colonels qui dépasse l'horizon des évènements historiques

9 etoiles
Ce très long poème de Yannis Ritsos, qui constitue la totalité du recueil, porte mal son titre. Il n’est pas sans queue ni tête ! Et c’est - seulement - presque un chef d’œuvre… Presque parce qu’il est si engagé dans son époque (la dictature des colonels) et si riche de références qu’il serait incompréhensible,...

couverture

La confession de la lionne de Mia Couto

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

Déroutant et envoûtant à la fois

8 etoiles
L'auteur nous confie dans une note liminaire avoir puisé son inspiration dans des circonstances auxquelles il fut directement confronté dans le cadre de ses missions professionnelles: les attaques d'un village isolé, par des lions mangeurs d'hommes. De ces évènements tragiques et de la fréquentation de leurs acteurs, il tire un récit étrange et envoûtant, une fable...

couverture

Et l'obscurité fut de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

les héros sont fatigués

10 etoiles
Où l'on retrouve les protagonistes de "La collectionneuse des boules à neige", la fameuse équipe du commissariat de Pizzofalcone, perché sur sa colline dans un quartier historique de Naples. Cette fois-ci Francesco Romano, dit "Hulk" et Marco Aragona sont sous le feu des projecteurs, en charge d'une enquête sur la mystérieuse disparition de "Dodo", petit-fils...

couverture

Les petits vieux d'Helsinki mènent l'enquête de Minna Lindgren

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

«Döden, döden, döden »*

6 etoiles
Bienvenue en Finlande, à Helsinki plus précisément et encore plus précisément à la maison de retraite du «Bois du Couchant», afin de faire la connaissance de deux sympathiques «mamies», pardons disons plutôt «vieilles dames», j’ai nommé Siri Kettunen 94 ans et Irma Lännenleiumu 92 ans Nos deux vaillantes nonagénaires n’ont pas grand-chose à faire de...

couverture

Les enfants verts de Olga Tokarczuk

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

VOYAGE A LA RECHERCHE DE L’AUTRE...

6 etoiles
Printemps 1656, William Davisson, botaniste écossais originaire d’Aberdeen, francophone et francophile est pour l’instant reconverti comme médecin particulier du roi polonais Jean II CASIMIR VASA (1609-1672). Il suit le monarque dans un long périple à cheval entre le Grand-Duché de Lituanie et la ville de Lvov dans le Sud de la Pologne. Le roi se...

couverture

Récits du treizième mois - oeuvres de fiction complètes de Bruno Schulz

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 55 ans)

Enfin une traduction à la hauteur du talent de Bruno Schulz

9 etoiles
Vous dites tous que je rends le monde étrange. Pas du tout. Le monde est étrange. C'est incontestable. Et c'est ça que je veux exprimer, tout simplement. B.S. Dans cet ouvrage intitulé "RECITS DU TREIZIEME MOIS" sont réunies les oeuvres de fiction complètes de Bruno Schulz : "Les boutiques de cannelle", "Le sanatorium du repos éternel",...

couverture

La cloche d'Islande de Halldór Laxness

critiqué par Fanou03 - (* - 42 ans)

Le paysan, l'érudit et la vierge aux yeux clairs

8 etoiles
Jon Hreggvisdon, est un paysan pauvre du fin fond de l’Islande du début du dix-huitième siècle. Suite à de menus larcins (un vol, une moquerie envers le roi du Danemark, qui contrôle l’Islande à ce moment-là) il est flagellé en public par le Bourreau du roi. Celui-ci est retrouvé mort peu de temps après la...

couverture

Le gang des rêves: À la poursuite du rêve américain de Luca Di Fulvio

critiqué par Psychééé - (29 ans)

The American Dream

9 etoiles
1920. Qu’est-ce que le rêve américain ? C’est ce que va tenter de découvrir Cetta, fuyant son Italie natale à 15 ans avec son fils tout juste né. L’arrivée à New York est difficile et bien différente de ce à quoi elle s’attendait. On s’aperçoit d’ailleurs que chaque immigré, Italien, Juif ou Irlandais n’est jamais...

couverture

Thé à l'opium de Bianca Tam

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

amours et trahisons

8 etoiles
Mère (elle aura six enfants), prostituée (de haut luxe), espionne (au service du Japon de l'empereur Hirohito), spéculatrice (pour ne pas dire contrebandière), mannequin (pour Christian Dior, du temps de sa splendeur), Bianca Tam aura tout fait, sauf le ménage, la cuisine et la toilette de ses enfants. Ses atouts : sa beauté, dont elle...

couverture

À l'origine des contes - Pinocchio de Philippe Bonifay (Scénario), Thibaud de Rochebrune (Dessin)

critiqué par Shelton - (Chalon-sur-Saône - 61 ans)

Passionnant !!!

8 etoiles
Dans le patrimoine, objet de toutes les attentions à l’occasion de des journées européennes du patrimoine, on trouve les mythes, les contes et les mythologies. Mais, force est de constater que parfois nous ne connaissons plus que l’adaptation en dessin animé des studios Walt Disney ce qui est assez limité… Prenons un exemple avec Pinocchio…...

couverture

L'automne du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

deo gratias

10 etoiles
Naples, octobre 1931, an IX du fascisme. La ville se prépare à la visite du Duce. Les rues sont nettoyées, au sens propre comme au sens figuré. L'Église veille sur ses ouailles, les enfants des rues, les "scagnazzi", ont un toit pour la nuit même s'ils ne mangent pas à leur faim. Mais la mort...

couverture

La collectionneuse de boules à neige de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

tranche napolitaine

10 etoiles
Une nouvelle enquête de l'inspecteur Giuseppe Lojacono, qui vient renforcer, en compagnie de quelques policiers "déclassés" comme lui, un commissariat napolitain sur le point d'être fermé pour cause de collusion avec la Camorra. La nouvelle équipe, très hétéroclite, va devoir faire la preuve de sa capacité à réhabiliter l'honneur de la police, dans un quartier...

couverture

Grand Cirque Déglingue de Marco Lodoli

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Des insoumis lunaires à Rome

7 etoiles
Ruggero, Rocco et Mariano sont trois italiens qui n'acceptent pas la société telle qu'elle est et qui se disent anarchistes. Afin de frapper fort et de marquer les esprits, ils souhaitent enlever les petits Jésus des crèches de Rome afin de leur rendre leur liberté, ce qui n'est pas une mince affaire surtout qu'ils envisagent...

couverture

Les années bienheureuses du châtiment de Fleur Jaeggy

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

LES ANNÉES COLLÈGE

8 etoiles
Au début de l’histoire nous sommes dans un collège privé pour jeunes filles à Teufen sur le bord du lac Bodensee, dans l’Appenzell en Suisse Alémanique. La narratrice qui est aussi l’héroïne principale de cette histoire vit depuis de nombreuses années dans ce collège. Peu assidue aux études, elle mène une vie monotone entre les...

couverture

Oursins et moineaux de Sjón

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Poèmes saga

8 etoiles
« vingt-six ans et il m’arrive de rêver que je suis debout devant le grand portail du cimetière au coin sud-est du mur d’enceinte. l’image est baignée de lune j’ai cinq à sept ans je suis pieds nus en pyjama… à chaque fois la limite entre rêve et souvenir d’enfance devient floue… » En lisant ces lignes...

couverture

La douleur du chardonneret de Anna Maria Ortese

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Une sacrée expérience de lecture

7 etoiles
A la fin du 18ème siècle, trois hommes quittent Liège pour se rendre à Naples afin de rencontrer un célèbre gantier dont l'une des filles est réputée pour sa beauté. Ces trois hommes sont le prince Neville, le sculpteur Dupré et le riche commerçant Nodier. Arrivés dans cette ville solaire, ils fréquentent la famille de...

couverture

La méthode du crocodile de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

l'arme à l'œil

10 etoiles
Un tueur invisible, qui fait mouche sans coup férir, s'en prend à des jeunes, garçons et filles, sans raison apparente et sans qu'un quelconque lien ait pu être établi entre eux. L'inspecteur Lojacono, exfiltré de sa Sicile natale pour cause de dénonciations (mensongères) d'un maffioso repenti, se trouve brusquement au cœur d'une affaire dont il...

couverture

Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 38 ans)

Une aventure passionnante

9 etoiles
La misère radieuse d'une bande d'enfants perdus, la fille secrète d'un médecin sans diplômes, la découverte de l'amour, l'or, le sang, la boue, l'honneur... Mon avis: Sorti de nulle part, Luca Di Fulvio a créé l’évènement l’année dernière avec son précédent livre « Le gang des rêves ». Il avait enthousiasmé la blogosphère. Toutes les critiques...

couverture

Lait de tigre de Stefanie de Velasco

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

zazie dans le s-bahn

10 etoiles
Au mitan du vingtième siècle, Zazie disait des gros mots dans le métro. Le temps a passé, le monde a changé. Nini et Jameelah, deux jeunes berlinoises de quatorze ans, disent toujours des gros mots, des mots en "o" (c'est leur jeu). Elles fument aussi des joints, font des "pipes" pour se faire un peu...

couverture

Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par les chemins, à l'est par un cours d'eau de László Krasznahorkai

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

UN LIVRE INCLASSABLE!

10 etoiles
Au début du livre nous sommes dans une petite ville du Japon au Sud-est de Kyoto. A une époque indéterminée, mais qui pourrait bien être la nôtre, un mystérieux personnage, dont nous ne saurons jamais le véritable nom, mais qui sera toujours désigné comme étant le petit-fils du prince Genji, arrive par le train à...

couverture

La maison de vitrail de Luigi De Poli, Marie-France Maurel (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Sur les sentiers de Pergaud

6 etoiles
L’auteur, professeur de littérature italienne à l’Université de Haute Alsace, précise en majuscules que ce texte est celui d’un « NARRATEUR ». « Un NARRATEUR qui aurait longtemps cherché un de ces villages où l’Histoire fait payer cher son H majuscule ». Il a fini par trouver son refuge dans le Haut-Doubs, cette région frontalière...

couverture

Acte de naissance de Leonard Nolens

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et jure que je dois l’aimer comme la bouche avec laquelle j’invente cette vie et embrasse mes enfants.

10 etoiles
«Objet» Ce sont les yeux, oui ce sont surtout les yeux, Les plus bleu ciel que je connaisse, et ces arcs Par-dessus, suspendus, battues sur le front, Si écartés, c’est cette bouche perfide Où jamais langue d’homme n’est entrée Et qui m’embrasse jusqu’au fond de mon être- C’est ce rire où ses replis les plus obscurs S’ouvrent lentement en un sanglot jubilatoire, Oui, c’est...

couverture

L'été du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

la duchesse et le commissaire

10 etoiles
Dans ce troisième opus des "Saisons" du commissaire Ricciardi, une lueur se distingue enfin au fond de sa solitude amoureuse ; déclarera-t-il enfin sa flamme à la tendre et douce Enrica ? Heureusement, sa tante et logeuse veille au grain et va tenter de faire basculer le destin en faveur des deux timides tourtereaux. Mais...

couverture

Une vie de Italo Svevo

critiqué par Poet75 - (Paris - 61 ans)

Pessimisme et ironie

8 etoiles
Bien que très peu prolifique, Italo Svevo (1861-1928) est considéré aujourd’hui, à juste titre, comme un des grands romanciers du XXe siècle. Pourtant, il n’a écrit que trois grands romans, le troisième seul lui ayant apporté le succès : « La Conscience de Zeno », chef d’œuvre écrit en 1923, 5 ans avant sa mort....

couverture

Agaat de Marlene Van Niekerk

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

Remarquable...

10 etoiles
Deux femmes, deux destins étroitement imbriqués dans une relation complexe qui aurait pu être une relation mère/fille adoptives des plus naturelles si elle n'avait eu pour cadre l'Afrique du Sud de l'apartheid, une société rigide régie par des convenances sociales et culturelles strictes et une ligne de démarcation raciale qu'on ne franchit pas. Le roman démarre...

couverture

Le printemps du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

on l'appelait "la chose"…

10 etoiles
Le printemps, à Naples, au temps de Mussolini. Comme partout et toujours, c'est la saison où s'éveillent les sens, mais aussi celle où s'exacerbent les passions. Tout ce sang… Les visions du commissaire Ricciardi, capable de percevoir, sur chaque scène de crime, sur chaque lieu d'un accident mortel, le dernier cri des mourants, vont le...

couverture

En France de Eugenio Montale

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

Et le cormoran, quand vient le soir, est la seule sentinelle qui demeure pour garder cette tombe...

8 etoiles
Si l’auteur italien Eugenio MONTALE (1896-1981) est surtout connu comme poète, il a aussi fait une carrière comme journaliste et écrivain (accessoirement il a aussi été peintre, chanteur, homme politique, conteur, traducteur, critique littéraire et musical, d’art et de mœurs…). Francophone et francophile, il visite tous les ans la France entre 1950 et 1962 (la...

couverture

La femme congelée de Jon Michelet

critiqué par Falgo - (Lauris - 78 ans)

Ennuyeux

4 etoiles
Ce ne serait pas si mal. L'intrigue en vaut une autre et pourrait faire l'objet d'un roman policier d'un intérêt soutenu. Et, cependant, je me suis constamment ennuyé à cette lecture. Tout d'abord le récit est bizarrement ficelé, fondé sur un nombre élevé de personnages plus ou moins bien décrits, mettant en lumière peu...

couverture

La nature exposée de Erri De Luca

critiqué par Pascale Ew. - (50 ans)

L'art au service des émotions

9 etoiles
Un sculpteur qui fait passer des migrants par la montagne gratuitement fuit son village italien depuis que la presse s'est emparée de son histoire et ne le laisse plus en paix. Il part dans un port de mer et y accepte de restaurer la nudité d'un Christ en croix du début du XXème siècle, en...

couverture

L'art de la vie. Karitas Livre 2 de Kristín Marja Baldursdóttir

critiqué par Marvic - (Normandie - 59 ans)

Artiste et mère

7 etoiles
Karitas est maintenant seule. Toujours à l'écart des normes sociales, toujours partagée entre sa vie d'artiste et de mère, elle est maintenant grand-mère. Mais malgré la charge de sa petite fille Silfa, elle arrive enfin à Paris. Découverte émerveillée d'un autre monde, de vie, de chaleur, de douceur de vivre et surtout un univers artistique...

couverture

Cent portes battant aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 55 ans)

Belle complexité!

7 etoiles
Si l'autrice de « Cent portes battant aux quatre vents » démarre fort en nous révélant d'emblée que ce qui lui manque c'est un amant, c'est pour mieux nous annoncer la couleur de son propos : «... Je déjeunais dans un restaurant indien de la place Toudouze lorsque je découvris ce qui manquait. Un amant. Un amant pour de...

couverture

Le noyau blanc de Christoph Hein

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

Les malheurs de Rüdiger

9 etoiles
Un chargé de cours à l’université de Leipzig se voit refuser l’emploi de professeur à plein temps qu’il convoite depuis des années. Le département de lettres manque cruellement d’argent et compte tenu de l’âge de Rüdiger Stolzenburg, bientôt la soixantaine, tout espoir d’avancement dans sa carrière s’avère illusoire. Pourtant, l’homme aime son travail plus que...

couverture

Dame en rouge sur fond gris de Miguel Delibes

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

hymne à la femme aimée

10 etoiles
En lisant le roman d'Ángeles, la "Dame en rouge sur fond gris", on découvre un admirable portrait de la femme aimée que la maladie a trop tôt (elle a quarante-huit ans) enlevée à l’affection de son époux et des siens. Celui-ci, peintre célèbre, a vu alors tarir sa créativité, il s’est mis à boire et...

couverture

Les joyaux du paradis de Donna Leon

critiqué par Falgo - (Lauris - 78 ans)

Filandreux

2 etoiles
Je n'avais jamais rien lu de cet auteur avant ce livre que j'ai pris à la bibliothèque en raison de sa réputation. Et je suis totalement déçu. Il s'agit d'une pseudo-enquête - sans le fameux commissaire Brunetti, menée par une musicologue sur l'héritage d'un musicien oublié, Steffani. Le roman se concentre plus sur les émois...

couverture

La synagogue des iconoclastes de J. Rodolfo Wilcock

critiqué par Gregory mion - (34 ans)

Savants fous et petits prospecteurs de gloire.

10 etoiles
Ce florilège de biographies imaginaires est conseillé par Roberto Bolaño. On sait que ce dernier ne manquait pas d’à-propos dans ses jugements littéraires, par conséquent son goût pour l’œuvre de Juan Rodolfo Wilcock, parmi tant d’autres de ses admirations souvent uniques, devrait tenir toute sa place dans l’éducation esthétique du lecteur sérieux. Même s’il n’est...

couverture

Le sentiment tragique de la vie de Miguel de Unamuno

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une défense érudite, inspirée et passionnée - parfois iconoclaste - des valeurs du catholicisme et de la croyance en la vie éternelle

8 etoiles
Cet essai de Miguel de Unamuno, s’il était publié aujourd’hui, vaudrait certainement à son auteur d’être voué aux gémonies par les plus ardents défenseurs de la laïcité et d’être accusé de faire le lit des intégristes religieux de toute obédience… Ce ne serait d’ailleurs pas sans raison tant Miguel de Unamuno est parfois provocant quand...

couverture

L'hiver du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

ris donc, paillasse…

10 etoiles
Un célèbre ténor, particulièrement odieux et détesté de tous, sauf du Duce, est retrouvé mort dans sa loge, la carotide tranchée par un éclat de son miroir. Pour résoudre cette affaire le commissaire Ricciardi vas devoir se plonger dans l'univers du théâtre lyrique, un microcosme ayant ses codes bien à lui, où passions réelles et...

couverture

Sphinx de Christine Falkenland

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Une correspondance vénéneuse

8 etoiles
Ce roman épistolaire est prenant, inquiétant et déroutant. Une quadragénaire, qui ne semble pas avoir oublié son ex-petit copain ne cesse d'écrire à Claire, la nouvelle conjointe. Ce roman est constitué de lettres, mais pourrait être en réalité un monologue car nous n'avons pas les réponses du destinataire. Nous avons uniquement les confidences, les questionnements,...