Littérature => Européenne non-francophone (2243 livres critiqués)


Page 1 de 45 Suivante Fin

couverture

La vie de Liszt est un roman de Zsolt Harsànyi

critiqué par Falgo - (Lauris - 80 ans)

Très décevant

4 etoiles
J'éprouve toujours le même type d'incertitude devant ces romans biographiques: quelle est la part de vérité historique et quelle est la part d'imagination de l'auteur? Je sais bien que les historiens eux-mêmes ont varié de positions dans le temps et dans l'espace, surtout en fonction des avancées des recherches. Mais quand même, je reste incertain...

couverture

L'aurore de Selahattin Demirtas

critiqué par CHALOT - (71 ans)

des nouvelles passionnantes

10 etoiles
« L'aurore » livre de Selahattin Demirtaş Editions Emmanuelle Collas 125 pages 12 nouvelles de prison Même la dictature qui règne en Turquie n'arrive pas à empêcher que des talents puissent éclore . Ce livre étonnant qui montre qu' « en prison son rêve est devenu littérature » est une œuvre féministe, progressiste et humaniste où l'espoir est à tout jamais présent. Chaque nouvelle est différente, évoquant ici...

couverture

La cage dorée : La vengeance d'une femme est douce et impitoyable de Camilla Läckberg

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Vengeance diabolique

5 etoiles
Camilla Läckberg est l’une des auteurs les plus lues au monde. En consultant, internet, je constate qu’elle est très jolie et qu’elle a eu 3 maris dont le dernier a une quinzaine d’années de moins qu’elle. La troisième de couverture parle d’une protagoniste inoubliable, Matilda qui devient Faye pour échapper à son destin, et qui délivre...

couverture

Mon combat, I : La mort d'un père de Karl Ove Knausgård

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

L’ŒUVRE D’UNE VIE!

10 etoiles
A ma grande surprise je découvre qu’il n’y a aucun livre de Karl Ove KNAUSGAARD (*1968 ci-après nommé KOK), qui a fait l’objet d’une recension sur CL. Me voici donc devant un dilemme, laisser tomber cette critique, ou bien sortir cet immense auteur norvégien de l’anonymat (du moins sur CL…), au risque de «foirer» complètement...

couverture

Les petits vieux d'Helsinki se couchent de bonne heure de Minna Lindgren

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Nähdään!»*

7 etoiles
Après leur petite escapade en colocation à Helsinki (ici sur CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/52889), nous retrouvons nos trois « drôles de dames » - Siiri Kettunen 97 ans, Irma Lännenleimu 94 ans et Anna-Liisa Petäjä 95 ans -, de retour à leur maison de retraite la bien nommée «Bois du Couchant»! . Sauf qu'après les grands...

couverture

La dernière déclaration d'amour de Dagur Hjartarson

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Poétique et humoristique !

10 etoiles
Franchement, j’ai adoré ce livre d’un premier roman de ce jeune Islandais, né en 1986. C’est plein de poésie et d’humour. Par contre, le titre ne m’a pas du tout accrochée. C’est vrai qu’il s’agit d’une histoire d’amour entre deux étudiants, qui, comme toutes les histoires d’amour, aura une fin programmée. Mais le livre vaut...

couverture

Prisonnière de l'île glacée de Trofimovsk : Mémoires d'une déportée dans les camps sibériens de Dalia Grinkevičiūtė

critiqué par Monocle - (tournai - 59 ans)

Poignant

7 etoiles
Ils furent plus de 14.000 les lituaniens qui furent déportés en 1941 par la police de Staline sur une île au delà du cercle polaire. Ils furent pratiquement livrés à eux-mêmes et pour la plupart moururent de froid, de faim ou de maladie. Des conditions inhumaines, des êtres réduits à vivre...

couverture

Une visite au pays du diable de Karl May

critiqué par CC.RIDER - (61 ans)

Voyage en Orient

8 etoiles
Après avoir vécu mille aventures en Tunisie, Egypte, Syrie et Arabie Saoudite, le narrateur arrive aux confins de la Perse en passant par le Kurdistan, territoire mal défini, mais sous domination ottomane. Il séjourne chez les Yésidis, population que les Musulmans accusent d’adorer Sheïtan (Satan) tout comme les Turcs lui reprochent de rendre un culte...

couverture

La goûteuse d'Hitler de Rosella Postorino

critiqué par Pascale Ew. - (52 ans)

La guerre côté civil

8 etoiles
En 1943, Rosa vit chez ses beaux-parents et attend le retour de son mari Gregor parti à la guerre. Elle est réquisitionnée avec d’autres femmes pour devenir une des goûteuses d’Hitler. Enfermée pendant des heures à manger puis attendre les éventuels symptômes d’empoissonnement dans une pièce, ces femmes d’abord liées par la peur apprennent à...

couverture

Offshore de Pétros Márkarīs

critiqué par Isad - (Occitanie - 59 ans)

D’où vient l’argent ?

8 etoiles
Le livre est écrit du point de vue du commissaire dont nous partageons les pensées, assez critiques, sur la société qui l’entoure. Une enquête sur plusieurs meurtres, le retour d’armateurs qui avaient délocalisé le siège social de leur société à Londres ou l’arrivée de nombreuses entreprises étrangères l’amène à s’interroger sur la provenance des sommes...

couverture

Anatole de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Anatole, il est frivole ...

7 etoiles
Cette pièce se compose de sept saynètes dont le personnage d’Anatole est le pivot. Ce protagoniste accumule les conquêtes et semble incapable de construire une relation amoureuse qui dure alors même qu’il s’interroge au début de la pièce sur la fidélité des femmes. Certains soupçons sur la nature féminine naissaient mais la nature masculine n’est...

couverture

Liebelei de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Le caractère incontrôlable de l'amour

7 etoiles
Fritz et Théodore sont deux amis qui aiment prendre du bon temps. Le premier est amoureux d’une femme mariée, mais l’époux vient de découvrir leur relation et ramène à l’amant les lettres envoyées à son épouse. Mizti et Christine sont deux jeunes femmes qui fréquentent ces deux amis. Christine est amoureuse de Fritz mais sent...

couverture

Le champ du potier de Andrea Camilleri

critiqué par Kostog - (47 ans)

Quand la mafia n'y peut rien

8 etoiles
Un cadavre découvert dans une carrière d'argile par un temps de cochon, un journaliste qui raconte des fadaises et un collègue qui rue dans les brancards pour qu'on lui confie l'enquête, voilà de quoi donner du « tracassin » au commissaire Salvo Montalbano. Et, avec l'âge, celui-ci a plutôt l'humeur à la rêverie et...

couverture

Mélodie de Vienne de Ernst Lothar

critiqué par Romur - (Viroflay - 46 ans)

Un anti-Zweig ? Un anti-Sissi !

8 etoiles
Comme S Zweig, Ernst Lothar a connu l’effondrement de l’Autriche-Hongrie, puis l’annexion de l’Autriche par les nazis. Mais là où Zweig sombre dans le désespoir, Lothar puise la force pour écrire un hymne à sa patrie à travers le roman d'une maison : l’immeuble du n°10 de la Seilerstätte qui abrite la famille Alt avec...

couverture

Les Pirates de la Mer Rouge, souvenirs de voyage, (Éd.1891) de Karl May

critiqué par CC.RIDER - (61 ans)

Voyages en Orient

6 etoiles
Dans le désert tunisien, le narrateur, avatar de Karl May, voyage en compagnie d'Halef, serviteur musulman particulièrement fervent qui veut lui témoigner son affection en essayant de le convertir à l’Islam. En chemin, les deux hommes découvrent le cadavre d’un Français dévoré par les vautours… Sur les bords du Nil, une réputation de médecin...

couverture

Les Fiancés: Histoire milanaise du XVIIe siècle de Alessandro Manzoni

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

un très grand classique !

10 etoiles
Quand je pense que j'ai attendu si longtemps pour lire ce grand roman ! Mais je ne regrette pas, d'autant que je l'ai lu en grande partie à Venise, donc en Italie. C'est une merveille, à condition qu'on aime vraiment lire et sans être rebuté par les longueurs d'un livre écrit dans les années 1820,...

couverture

Musique d'un puits bleu de Torborg Nedreaas

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 70 ans)

Une enfance en demi-teinte

6 etoiles
Petite incursion dans la littérature scandinave avec l'écrivaine norvégienne Torborg Nedreaas, contemporaine de Tarjei Vesaas, reconnue dans son pays comme l'un des auteurs importants de l'après seconde guerre mondiale, mais plutôt méconnue en France. Elle nous livre ici un récit, sorte de chronique d'une tranche de vie, dont on ne peut douter qu'il soit largement inspiré...

couverture

Le labyrinthe aux olives de Eduardo Mendoza

critiqué par Ravenbac - (Reims - 54 ans)

Déjanté !

7 etoiles
Enfermé dans un asile - contre son gré - depuis six ans, Cañuto jardinait tranquillement sans rien demander à personne quand un beau jour il se retrouve kidnappé. Ses ravisseurs, des policiers véreux, veulent lui confier une mission confidentielle, à la demande d'un prétendu ministre de l'Agriculture. Débute alors une aventure follement burlesque, où le...

couverture

1793 de Niklas Natt och Dag

critiqué par Pascale Ew. - (52 ans)

Très très noir !

6 etoiles
Un cadavre est découvert dans un lac de Stockholm. Ses quatre membres ont été amputés, ses yeux crevés et sa langue sectionnée. Deux personnes s’attèlent à mener l’enquête : un ex-soldat ivrogne, Mickel Cardell, et un homme de loi se mourant de tuberculose, Cecil Winge. Ils vont remonter petit-à-petit le fil d'histoires personnelles malheureuses qui s'entremêlent... Ce...

couverture

Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald

critiqué par Marvic - (Normandie - 61 ans)

Enfin seule ?!

7 etoiles
Le jour où Emma, sa fille, quitte l’appartement pour suivre des études en faculté à Karlskrona, le monde d’Anita s’écroule. Maman à 19 ans, la voilà "mère célibataire sans enfant" à 38. Employée dans un supermarché de la petite ville de Skogahammar , elle y retrouve ses collègues et amies, Pia et Nesrin, s’écoutant, s’épaulant les...

couverture

Le plus jeune fils de Dieu de Carlos Salem

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

enchristé !

8 etoiles
Et un de plus ! Carlos Salem a trouvé son rythme, enfilant comme des perles ses polars déjantés. Des personnages nombreux, aux personnalités multiples, habiles à se travestir pour duper les gogos et parvenir à leurs fins au nez et à la barbe de la justice. Dans le genre, ce personnage qui se fait appeler...

couverture

L'inciseur de Sebastian Fitzek, Michael Tsokos

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Trop, c’est trop…

4 etoiles
Je ne connaissais pas cet auteur allemand, le numéro 1 du thriller dans son pays. Le début m’a attirée. Une jeune fille de 13 ans qui abat un type dans une voiture, alors qu’il allait l’attaquer… Ensuite, il y a trop d’horreurs avec ce pédophile qui viole des mineures pendant des jours, puis les exhorte à...

couverture

Henri d'Ofterdingen de Novalis

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)

Une fable romantique sur la Poésie et l'Amour

8 etoiles
Plus que tout autre écrivain, Novalis incarne la ferveur du romantisme allemand qui, au début du dix-neuvième siècle, se voua, avec un optimisme euphorique proche d’une foi messianique, à l’avènement d’un monde meilleur dont la parole poétique aurait été le Verbe créateur. Novalis mourut jeune et ne fut pas témoin de la déliquescence du mouvement...

couverture

Au gré de la tourmente de Karl May

critiqué par CC.RIDER - (61 ans)

Aventures dans le Pacifique et en Chine

8 etoiles
Pris dans une terrible tempête du Pacifique, le « Poséidon », trois-mâts américain commandé par le capitaine Roberts, est venu s’écraser sur la barrière de corail de l’île Pomatau. L’équipage a pu sauver la cargaison, mais n’a guère de moyen de reprendre la mer. Un peu plus tard, les naufragés voient une quinzaine de pirogues se diriger...

couverture

La Part du héros: Le mythe des Argonautes et le courage d'aimer de Andrea Marcolongo

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Le mythe revisité des Argonautes

9 etoiles
Après La Langue géniale où Andrea Marcolongo nous a présenté les raison d'apprendre et aimer le grec ancien, elle nous fait (re)découvrir le mythe des Argonautes. Elle nous montre pourquoi et comment Jason et ses acolytes ont décidé de partir et de ramener, coûte que coûte la Toison d'or, alors que tout les amenait à...

couverture

Le soleil sait Une anthologie vagabonde de Odysséas Elýtīs

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Et tu te trouves funambulant d’une Galaxie à l’autre Alors que sous tes pieds grondent les précipices».

8 etoiles
Dans le voisinage des ancres -Lorsque passent les impétueuses carènes déchirant Un nouvel obstacle et l’emportant victorieuses Et que l’espoir brille de tous ses dauphins Privilège du soleil dans le cœur de l’homme- Les filets du doute ramènent Une effigie de sel Ciselée avec peine Blanche et indifférente Qui tourne vers la haute mer ses yeux vides Portant l’infini. Extrait «d’Orientations» (1940) Angélique IONATOS,...

couverture

A la maison des pauvres de Isaac Bashevis Singer

critiqué par Catinus - (Liège - 68 ans)

Très déçu

6 etoiles
Deux nouvelles : « A la maison des pauvres » et « Gimpel le naïf ». Je n’ai pas accroché du tout à ces récits trop misérabilistes qui se déroulent dans le milieu juif. ...

couverture

La nostalgie du sang de Dario Correnti

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

serial man-eater

8 etoiles
Marco Besana est journaliste dans un grand quotidien milanais, célèbre par la grande qualité de ses reportages sur les crimes commis en Lombardie, et la ténacité dont il fait preuve dans ses enquêtes. Proche de la retraite, il est en train d’être dépassé par les nouvelles tendances du journalisme, qui font primer le sensationnel sur...

couverture

Le Silence de l'ange de Heinrich Böll

critiqué par Tistou - (63 ans)

Premier roman d’Heinrich Böll

8 etoiles
« Le silence de l’ange » est le premier roman d’Heinrich Böll, écrit entre 1949 et 1951, mais publié seulement en 1992, à l’occasion du 75ème anniversaire de sa naissance. « Sa rédaction a été plusieurs fois interrompue pour des raisons aussi bien matérielles que littéraires et l’ordre des chapitres remanié, ce qui peut expliquer certaines...

couverture

Les démons de Berlin de Ignacio Del Valle

critiqué par Vince92 - (Zürich - 42 ans)

Arturo Andrade en enfer

5 etoiles
Ignacio del Valle signe avec Les Démons de Berlin le second tome des aventures d’Arturo Andrade, l’ex-lieutenant de la Division Azul engagée sur le front de l’Est. Il se retrouve désormais enfermé à Berlin, capitale dévastée d’un Troisième Reich à l’agonie. Ultimes défenseurs de la ville, les restes des contingents étrangers, la Waffen-SS et le...

couverture

Mon nom est N. de Robert Karjel

critiqué par Homo.Libris - (Paris - 53 ans)

Polar original et maitrisé

5 etoiles
Ernst Gripp est un policier suédois spécialiste en sécurité. Il fait de fréquents allers-retours Stockholm / New-York où habite son amant, Ben. Pour ce dernier, Gripp s'est compromis dans quelques actions musclées pas vraiment légales sur le territoire américain. Shauna Friedman, agent spécial du FBI, a besoin d'un policier suédois spécialisé pour les aider dans...

couverture

Le destin d'une tasse sans anse de Heinrich Böll

critiqué par Tistou - (63 ans)

18 nouvelles

6 etoiles
Dix-huit nouvelles dans ce recueil qui présente la particularité de couvrir 30 ans d’écriture de nouvelles, de 1950 à 1980. Elles sont présentées dans l’ordre chronologique si bien que la lecture des dix-huit nouvelles dans l’ordre permet de se rendre compte de l’évolution de la pensée et des thèmes à Heinrich Böll. Pour autant, la qualité...

couverture

L'expédition de Monica Kristensen

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

polar polaire

10 etoiles
Une expédition est montée "à l’ancienne" pour rallier le pôle nord en partant de l’île norvégienne de Svalbard, aux alentours du 80ème parallèle. Deux avocats, guère aguerris aux expéditions polaires, n’ont rien trouvé mieux pour tromper l’ennui quotidien et se faire mousser aux yeux d’un public avide de sensations fortes. Vaille que vaille, malgré les...

couverture

Une mémoire allemande : Entretiens avec René Wintzen de Heinrich Böll

critiqué par Tistou - (63 ans)

La mémoire allemande d’Heinrich Böll, en 1978

8 etoiles
« Une mémoire allemande » est créditée à Heinrich Böll, mais en réalité il s’agit d’entretiens menés par son traducteur français, René Wintzen. Inutile de préciser que celui-ci connait parfaitement l’œuvre d’Heinrich Böll, ainsi que l’homme, manifestement, et que ces entretiens permettent d’en connaître un peu plus sur les environnements (géographiques, sociaux, historiques) qui ont...

couverture

Chien blême de Heinrich Böll

critiqué par Tistou - (63 ans)

11 nouvelles

7 etoiles
Onze nouvelles dans ce recueil. Pas n’importe lesquelles, des nouvelles (publiées à titre posthume) toutes écrites avant 1950 dont « Les ardents », écrite en 1936 (Heinrich Böll a alors 19 ans) et qui montre ainsi que si ses écrits sont postérieurs à 1945 c’est que c’est la guerre – dans laquelle il fut impliqué...

couverture

Les invisibles de Roy Jacobsen

critiqué par Clacla44 - (31 ans)

Un univers sauvage

10 etoiles
Voici un roman qui m'a emmenée sur une île de la Norvège. Le récit n'est pas clairement daté, on peut penser qu'il se déroule au début du 20ème siècle. Les personnages y sont isolés. Les conditions de vie sont à la fois simples et sommaires. Le temps s'égraine doucement et sûrement. Les générations passent. Le...

couverture

Frantumaglia: L'écriture et ma vie de Elena Ferrante

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Pourquoi et comment écrire

8 etoiles
L'écrivaine italienne a décidé de rester secrète, ce qui a impliqué de ne pas se plier à la promotion de ses livres, qui ont pourtant rencontré de grands succès. Aussi a-t-elle donné des entrevues journalistiques, échangé avec les médias, pour ensuite condenser ces écrits dans le présent recueil. Ce dernier nous apprend pourquoi et comment...

couverture

Attends-moi au ciel de Carlos Salem

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

une blonde sans faux-col

10 etoiles
Doña Piedad de la Viuda, une grenouille de bénitier madrilène approchant la cinquantaine, vient d’apprendre la mort brutale de Benito, son mari, décédé dans un accident de voiture alors qu’il s’apprêtait à partir au Brésil au bras de sa dernière conquête. Personne ne donne cher de sa peau à la tête de l’entreprise que dirigeait...

couverture

Le cycle du cheval suivi d'Accords de António Ramos Rosa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Et ta langue s'enivre de saveurs aussi vertes que les pommes de l'enfance des tantes et des aïeux».

6 etoiles
«La lumière et la nuit» Ici la lumière élabore ses plans dans la tache du silence et la nuit se met à parler aux portes. Voici le temps du corps, le bois de l'ombre. De l'obscurité montent des cordes transparentes, des violons d'herbes, un tournoiement d'ailes à contre-jour. Quelqu'un expulse son image du miroir et l'oblige à se faire nuage. L'ignoré est devenu la...

couverture

Bambiland de Elfriede Jelinek

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Une belle charge contre la médiatisation de la guerre soufflée par une écrivaine à fleur de peau et impartiale.

7 etoiles
« Bambiland » est une œuvre engagée et hybride d’Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature. Comme à son habitude l’écrivaine provoque et brusque son lecteur. Sur la couverture du livre est noté le terme « roman », pourtant cette œuvre emprunte aussi au genre poétique et surtout au genre dramatique. Ce texte repose sur l’oralité...

couverture

I Still Love You de Cristina Chiperi

critiqué par Meuhriel - (26 ans)

Une écriture particulière

8 etoiles
De prime abord, j'ai été quelque peu gênée par le style d'écriture : certaines tournures de phrases me semblaient incorrectes, rendant le langage du récit plutôt familier (comme j'aurais pu m'exprimer en étant adolescente en réalité). Cette barrière est cependant facilement levée – et les « erreurs » peu nombreuses – donc peu gênante. Des personnages touchants Concernant l'histoire en...

couverture

Place de Sienne, côté ombre de Carlo Fruttero, Franco Lucentini

critiqué par Romur - (Viroflay - 46 ans)

A lire pour le côté documentaire

6 etoiles
Lu en préparation d’un voyage en Toscane, ce roman m’a laissé perplexe. Indubitablement, j’ai beaucoup appris sur la tradition du Palio dont l’histoire et les modalités sont soigneusement expliquées, constituant un des trois fils du récit. Comme l’ouvrage n’est pas très épais, vous pouvez au moins le lire pour le documentaire bourré d’aperçus historiques sur le...

couverture

Madame Béate et son fils de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Maman et amante

10 etoiles
Béate Heinold est veuve depuis 5 ans et se concentre désormais sur son fils de 17 ans, Hugo. Elle ne vit même que pour lui. Elle souhaite qu’il se confie à elle et semble se réaliser dans une relation quasi fusionnelle. Hugo semble amoureux et pris dans une relation amoureuse avec une femme bien plus...

couverture

Trouble de Jeroen Olyslaegers

critiqué par Nathavh - (55 ans)

Trouble

8 etoiles
Littérature du Nord de mon pays, une LC avec Anne, Maryline et Kathel dans le cadre du mois belge, l'envie de prolonger "le flirt flamand" initié par la Foire du Livre de Bruxelles. Wilfried Wils écrit ses confessions à l'attention de son arrière-petit-fils, il est au seuil de sa vie et revient sur sa jeunesse et...

couverture

L'enfance d'un magicien de Hermann Hesse

critiqué par Vince92 - (Zürich - 42 ans)

Les racines du talent

8 etoiles
Ce livre est un recueil de textes qui n’ont que peu de rapports les uns avec les autres. Si les trois premiers ont des bases autobiographiques ("Enfance d'un magicien", "Esquisse d'une autiogiographie" (1927). "Les belles années" (1916)) et permettent d’avoir une vision de l’enfance du grand écrivain allemand et de comprendre ainsi quelles furent...

couverture

Le cosaque et le rossignol de Paul Frank, Leo Perutz

critiqué par Tistou - (63 ans)

Le charme des vieilles dentelles. Et de l’arsenic.

7 etoiles
L’impression un peu de se trouver dans l’atmosphère un tantinet poussiéreuse des premiers romans d’Agatha Christie, mâtinée d’ambiance « Mitteleuropa », d’Arsène Lupin aussi … Il faut dire que Leo Perutz a écrit « Le cosaque et le rossignol » en 1927. Quand même ! C’est moins confiné que chez Agatha Christie. Il n’y a pas...

couverture

Seigneur, ayez pitié de moi ! de Leo Perutz, Ghislain Riccardi (Traduction)

critiqué par Tistou - (63 ans)

9 nouvelles

7 etoiles
Neuf nouvelles de longueurs très inégales dans ce recueil regroupant des nouvelles parues entre 1907 et 1929. La plus longue « La naissance de l’Antéchrist » fait 70 pages quand la plus courte n’en fait que 4. La première nouvelle, éponyme, se déroule dans la Russie qui se débat dans la guerre civile avec le renversement...

couverture

Le tour de l'oie de Erri De Luca

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Echanger avec un fils fictif

8 etoiles
Le protagoniste et narrateur se confie au fils qu'il n'a pas eu, pour lui raconter son existence et celle qu'aurait pu être celle de cette prolongation filiale fictive. Ce biais par la fiction ressemble à une autobiographie à peine dissimulée. Il y décrit apprécier les silences, les paysages, le langage des choses, ses engagements politiques,...

couverture

Une tête de nuage de Erri De Luca

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

La vie de Joseph et Myriam

6 etoiles
Dans cette nouvelle historique, l'auteur tente d'imaginer la vie de Joseph et Myriam, les parents de Jésus, invente leurs dialogues, touchant à la conception de leur fils, la perception de leur couple et de leur filiation, qui paraît adultère au premier coup d'oeil, sur la difficulté d'élever un tel enfant, sur ce qui leur en...

couverture

Les yeux fardés de Lluís Llach

critiqué par Faby de Caparica - (58 ans)

A découvrir

9 etoiles
Bonjour les lecteurs ... Voici un excellent roman catalan. Le récit se présente sous forme d'entretiens entre un jeune réalisateur et un vieil homme de 87 ans aux yeux fardés. Celui-ci va lui raconter sa vie dans le Barcelone des années 20, les années de guerre civile et l'entrée de l'Espagne dans le conflit mondial. L'homme y raconte ses...