Littérature => Européenne non-francophone (2293 livres critiqués)


Page 1 de 46 Suivante Fin

couverture

Le printemps du loup de Andrea Molesini

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Des individus en cavale vus par un petit garçon

7 etoiles
Ce roman est le récit de la cavale d’un petit groupe d’individus au printemps 1945 qui fuient les Allemands. Pietro, un garçon de dix ans, est le narrateur principal de ce roman. Il est accompagné de son copain Dario, un garçon peu bavard, passionné par les chiffres, aux oreilles décollées comme Pietro nous le rappelle...

couverture

La métamorphose suivi de Dans la colonie pénitentiaire de Franz Kafka

critiqué par Colen8 - (78 ans)

Vivre l’horreur

6 etoiles
La première de ces deux nouvelles peut être comprise symboliquement selon l’âge et les circonstances. Par exemple la conscience du handicap pour qui se réveille après un grave accident, la pathologie orpheline qui après avoir envahi le corps et l’esprit fait perdre tout espoir de rétablissement à son porteur, la vieillesse tout simplement qui n’est...

couverture

Je reste ici de Marco Balzano

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

QUAND LA PETITE HISTOIRE SE MÊLE A LA GRANDE!

10 etoiles
Trina est une jeune fille espiègle et douce âgée de dix-sept ans. Contrairement à ses parents qui sont d’humbles paysans montagnards, elle est très instruite, va bientôt passer son BAC, son rêve étant de devenir institutrice. Malheureusement pour elle, elle habite à Curon, en Italie du Nord, plus précisément au Tyrol du Sud, dans le...

couverture

Dialogue en ré majeur de Javier Tomeo

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

un train pas comme les autres

6 etoiles
Un train, pas comme les autres, avec seulement deux voyageurs. Juan, le narrateur, un personnage rondouillard venu du Sud, joueur professionnel de trombone à coulisse, ne trouve rien de mieux à faire que s’asseoir en face du seul et unique occupant du wagon de queue, et lui faire la conversation. S’ensuit un dialogue de sourds...

couverture

Tout sur mon chien de Alejandro Palomas

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

la tribu

8 etoiles
Les lecteurs ayant été conquis par "Une mère", son opus précédent, retrouveront avec plaisir les membres de la tribu barcelonaise composée d’Amalia, la mère, et "ceux de son sang", comme elle les appelle, j’ai nommé Sylva, Emma et Fernando ("Fer"). En réalité, au sens d’Amalia, la notion de famille va bien au-delà de l’état-civil puisque...

couverture

Shehid de Zilhad Ključanin

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

Le génocide bosniaque

8 etoiles
Est Shéhid celui qui est « mort pour la foi », la foi musulmane, le narrateur, lui-même victime du terrible génocide bosniaque, part à la rencontre de ceux qui le sont devenus, prenant, tel Saint Denis, sa tête sous son bras. Il raconte dans ce roman qui, même s’il relève de la fiction, reste un...

couverture

La fontaine d'Héghnar de Mkrtitch Armen

critiqué par Fanou03 - (* - 44 ans)

Les amants maudits de Gümri

7 etoiles
Voilà une variation très intéressante du thème des amants maudits, écrite par le romancier arménien Mkritich Armen. Le récit a lieu au début du vingtième siècle dans l’Arménie russe, où coexistent paisiblement, dans le village de Gümri, les communautés grecques, turques et arméniennes. La belle Héghnar, épouse du respecté maître fontainier Mrtich, rejoint chaque...

couverture

Le Conte de l'île inconnue de José Saramago, Olivier Besson (Dessin)

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Aimer est probablement la meilleure façon d'avoir, avoir est sûrement la pire façon d'aimer.»

6 etoiles
En un temps et dans un royaume inconnus, un homme s’en va frapper à la «Porte des demandes», du château du roi. Quand la servante vient enfin lui ouvrir, celui-ci demande à parler directement au roi. Cette requête étant plutôt inhabituelle, et le roi étant occupé à recevoir les présents de ses sujets à la...

couverture

Le Retour au pays de Jossel Wassermann de Edgar Hilsenrath

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UN CONTE POUR ADULTES.

10 etoiles
Au début du livre, nous sommes vers la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Un court préambule nous raconte le triste sort réservé à la population juive de Pohodna (près de Czernowitz), - un pauvre schtetl de Bucovine, aux confins orientaux de l'ex-Empire Austro-Hongrois -, qui est entassée par les soldats nazis, dans les...

couverture

La faculté des rêves de Sara Stridsberg

critiqué par Lobe - (Montpellier - 25 ans)

Pour écrire, il faut entendre des voix

9 etoiles
Celle de Valerie Solanas était singulière. Radicalement féministe, elle est connue pour être l’autrice du SCUM Manifesto – le Manifeste des Crasseuses ? – un pamphlet misandre, une réflexion outrancière qui appelle un monde sans hommes. Valerie Solanas est restée dans les annales aussi pour avoir littéralement agi en ce sens, en tirant un jour...

couverture

Une mère de Alejandro Palomas

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

mater dolorosa

10 etoiles
Une mère, et pas n’importe laquelle ! Amalia combine tous les excès. Elle perd (ou fait semblant de perdre) la mémoire, se trompe tout le temps, n’a aucune culture, fait des gestes brusques qui génèrent des catastrophes, et sa vue baisse terriblement. Mais cet excès embrasse aussi un amour infini pour ses enfants, Fernando (Fer),...

couverture

Histoire du siège de Lisbonne de José Saramago

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Le pouvoir des mots

9 etoiles
Ne connaissant ni l’histoire du Portugal ni celle du siège dont il est question ici (c’est-à-dire l’un des trois sièges qu’ait connu la ville de Lisbonne), c’est avec une légère appréhension que j’ai abordé ce roman. Mais finalement malgré ce que laisse présager le titre et en dépit d’un premier chapitre dont la lecture m’a...

couverture

Mon combat, IV : Aux confins du monde de Karl Ove Knausgård

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UNE ADOLESCENCE NORVÉGIENNE!

10 etoiles
«Aux confins du monde» est le quatrième volume de l’autobiographie de Karl Ove KNAUSGAARD (*1968, ci-après nommé KOK), mais comme tous les autres volumes, celui-ci peut se lire indépendamment. Dans ce livre-ci nous retrouvons KOK à ses dix-huit ans. Il vient de sortir de l’école qu’il fréquentait (sans beaucoup d’assiduité), son BAC en poche et...

couverture

Les Argonautiques de Apollonios de Rhodes, Benjamin Tejero (Dessin)

critiqué par Fanou03 - (* - 44 ans)

..."Ou comme cestui-là qui conquit la toison"

9 etoiles
Je m’étais dit que l’année 2020 serait celle où j’oserai lire enfin ces deux monuments intimidants que sont l’Iliade et l’Odyssée. Le hasard a fait que, alléché par la parution de la « collection du centenaire » des Éditions Les Belles Lettres, c’est par une œuvre d’Apollonios de Rhodes, nettement moins célèbre que l’illustre Homère, que je...

couverture

Cinacittà - Mémoires de mon crime atroce de Tommaso Pincio

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Accusé de meurtre dans une Rome livrée aux Chinois

8 etoiles
Une canicule quasi insupportable s’est abattue sur Rome depuis un certain temps. Les Romains sont partis dans le nord du pays et les Chinois, décrits comme des Barbares dans le roman, ont le sens de l’adaptation et sont parvenus à s’acclimater dans la capitale italienne. Le narrateur est un Romain qui n’a pas voulu fuir...

couverture

Candido ou un Rêve fait en Sicile de Leonardo Sciascia

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Candide dans l'Italie d'après-guerre ...

8 etoiles
« Candido » est la réécriture du conte « Candide » de Voltaire par Leonardo Sciascia qui l’a adapté à l’après-guerre en Italie. L’écrivain s’est inspiré du style de l’écrivain du XVIIIème siècle, l’a structuré de la même manière tout en conservant aussi la portée critique en dénonçant cette fois-ci les problèmes de son...

couverture

Tango fantôme de Tove Alsterdal

critiqué par Pascale Ew. - (53 ans)

Trop long

6 etoiles
Charlie, la sœur de Helene, est morte en tombant du balcon de son appartement. Helene n’était pas proche de sa sœur, mais elle entreprend d’enquêter refusant de croire à un suicide. Cela la force à renouer avec son passé : son père SDF, sa mère disparue en 1977 alors qu’elle avait trois ans. Elle découvre...

couverture

Mon combat, III : Jeune homme de Karl Ove Knausgård

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UNE JEUNESSE NORVÉGIENNE.

8 etoiles
«Jeune homme» est le troisième livre de l’autobiographie (intitulée «Mon Combat» et qui compte six volumes) de Karl Ove KNAUSGAARD (*1968, ci-après nommé KOK), mais comme tous les autres volumes, celui-ci peut se lire indépendamment. Comme indiqué dans le titre, KOK revient ici sur les premières années de sa vie. Le livre s’ouvre en effet au...

couverture

Dehors devant la porte: Une pièce qu’aucun théâtre ne voudra jouer et qu’aucun public ne voudra voir de Wolfgang Borchert

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 74 ans)

la fin d'un monde

10 etoiles
Le sous-titre "Une pièce qu'aucun théâtre ne voudra jouer et que personne ne voudra voir" rend assez bien compte du désarroi de l’auteur, mort à vingt- six ans en 1947, après avoir fait de la prison pendant la guerre. C’est une pièce de théâtre typique de ce qu’on a appelé la "littérature des ruines". On...

couverture

L'Archipel des larmes de Camilla Grebe, Anna Postel

critiqué par Darkvador - (Falck - 52 ans)

le triomphe des femmes

10 etoiles
C'est le 4e roman de Camilla Grebe, son 2e prix du meilleur polar Suédois C'est mille fois mérité!! Pour moi, c'est un véritable coup de cœur. J'ai lu ce livre en moins de 48h. L'auteure a un style et une écriture toujours aussi passionnante . Elle a construit en 4 romans un véritable univers où se...

couverture

La contagion de Walter Siti

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Une observation de la borgata romaine. Un peu ennuyeux ...

5 etoiles
Walter Siti propose d’explorer un immeuble populaire des Borgate de Rome, quartiers emplis de vie et de démesure. Ce roman chorale met en scène de nombreux protagonistes et peut rappeler à certains égards d’autres romans qui s’appuient sur ce procédé utilisé déjà par Alaa El Aswany dans « L’Immeuble Yacoubian », ou par Petru...

couverture

D'où viennent les vagues de Fabio Genovesi

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

La vie n'est pas un long fleuve tranquille

6 etoiles
Ce roman a reçu l’équivalent du Goncourt des lycéens en Italie. Ce fut suffisant pour me donner envie de m’attaquer à ce roman dont la couverture est solaire en cette période qui l’est moins. Bien m’en a pris ! Le roman est loin d’être léger. En effet le roman contient un certain nombre de personnages...

couverture

Le Cauchemar de Hans Fallada

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Une chaotique fin de guerre

8 etoiles
A la fin de la guerre, Herr Doll, écrivain de renom, est nommé maire de sa ville d'Allemagne de l'Est par la nouvelle tutelle russe. Or, son nouveau statut prête à commentaires et procès d'intentions en série, la proximité du passé nazi compliquant fortement les choses, alors que son mariage avec une riche veuve n'arrange...

couverture

Un combat et autres récits de Patrick Süskind

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DU DÉSENCHANTEMENT DE LA VIE!

7 etoiles
Patrick SÜSKIND (*1949) nous propose dans ce tout petit livre (même pas cent pages), quatre très courtes nouvelles écrites dans son style inimitable. Il y a tout d’abord : «L’exigence de profondeur». Une jeune artiste peintre, pleine de talent et d'avenir, voit après sa première grande exposition un critique lui reprocher son «manque de profondeur»....

couverture

Poème à la durée de Peter Handke

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Et que tu entends la porte de la maison qui s’ouvre, signe du retour, toi le plus sensible au bruit de tous ceux qui sont sensibles au bruit…».

6 etoiles
«et j’ai pu alors cerner ce sentiment de la durée – où dresser l’oreille devient événement, où comprendre devient événement, où être saisi devient événement, où être rattrapé devient événement. Rattrapé par quoi ? Par un soleil supplémentaire, par un vent rafraîchissant, par un seul accord sans bruit qui remet en place et unit les sons désaccordés.» Peter HANDKE poète? Et… Oui! Mais,...

couverture

Terres rares de Sandro Veronesi

critiqué par Bluewitch - (Charleroi - 41 ans)

Chaos exalté

7 etoiles
10 ans après « Chaos calme », nous retrouvons Pietro Paladini. Dans ce premier épisode, il attendait chaque jour sa fille sur un banc, comme il le lui avait promis suite à la mort de son épouse. Deuil étrangement traversé, dans l’introspection et l’écoute des autres. Dans « Terres rares », Paladini a quitté Milan...

couverture

LoveStar de Andri Snaer Magnason

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

ROMEO ET JULIETTE AU XXIème SIÈCLE!

4 etoiles
Dans un avenir proche le monde tel que nous l’avons connu a cessé d’exister, notamment sous l’influence du réchauffement climatique. Un ingénieur islandais de génie, Örvar Árnason dit «LoveStar», est devenu, grâce à ses inventions – commercialisées par la société «Istar» -, l’homme le plus puissant du monde. En effet, LoveStar a pratiquement pris...

couverture

Bryxxel de Ziesemer Katinka

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

Jeu de langues

7 etoiles
Katinka, elle jongle en équilibre sur la corde tendue de son langage ancrée une extrémité à Stockholm et l’autre à Fribourg-en-Brisgau, avec ses deux langues, le suédois et l’allemand, avec le langage qu’elle essaie d’inventer, les mots qu’elle ajoute les uns aux autres à travers ses diverses langues car à ses langues maternelles et paternelles...

couverture

Le couteau de Jo Nesbø

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

çà ne vaut pas un Mankell

6 etoiles
Jo Nesbo est appelé le successeur de Henning Mankell, en moins crédible selon moi. Il est sans doute très intelligent et échafaude des théories compliquées et tordues avec beaucoup de retournements de situations. Une originalité dans ce polar : le vrai assassin se punira lui-même et son nom connu de la police ne sera pas...

couverture

Les fils de la poussière de Arnaldur Indridason

critiqué par Pierrot - (Villeurbanne - 68 ans)

1960.

9 etoiles
Résumé : Daniel, quadragénaire interné dans un hôpital psychiatrique de Reykjavík, se jette par la fenêtre sous les yeux de son frère Palmi. Au même moment, un vieil enseignant, qui a eu Daniel comme élève dans les années 60, meurt dans l’incendie de sa maison. L’enquête est menée parallèlement par le frère de Daniel, libraire d’occasion, un...

couverture

Marx dans le jardin de Darwin de Ilona Jerger-Bachmann

critiqué par Ardeo - (Flémalle - 72 ans)

Un fameux trio

8 etoiles
Voici un livre qui mérite d’être lu. Son auteure, jeune journaliste allemande en est à son premier roman et c’est une réussite. Elle imagine que ces 2 grandes personnalités européennes de la fin du XIXe siècle (Marx et Darwin) se sont un jour rencontrées. Possible car ils ont habité à Londres pas loin l’un de l’autre...

couverture

Brandebourg de Juli Zeh

critiqué par Tistou - (64 ans)

Gros ouvrage intimidant, et au final bluffant

9 etoiles
Oui, un gros ouvrage de 516 pages, qui peut faire peur s’agissant, comme le dit la quatrième de couverture, de[i] »belle fresque villageoise contemporaine »[/i], dans le Brandebourg de surcroît, c’est-à-dire dans l’austère ex – RDA. On peut y regarder à deux fois avant de s’y lancer et c’est une erreur d’appréciation, [i]Brandebourg[/i] est remarquable...

couverture

L'assassin des ruines de Cay Rademacher

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

après la guerre…

10 etoiles
Hambourg, 1947, une ville détruite, dont la plupart des quartiers ouvriers sont devenus des champs de ruines après les bombardements alliés. Parmi ces ruines, un corps de très jeune femme est retrouvé, sans aucun vêtement ni aucun bijou permettant son identification. Curieusement, en ces temps de disette généralisée, elle semble avoir été bien nourrie. Serait-elle...

couverture

Un Cas de Somnambulisme de Capuana Luigi

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

Prémonition

8 etoiles
Pour son opus N° 83 de Bruxelles se conte, Maelström a eu l’excellente idée de publier cette nouvelle du grand écrivain sicilien Luigi Capuana qui vécut entre 1839 et 1915. Il était l’un des théoriciens du vérisme italien, héritier des grands auteurs français Balzac, Zola, Maupassant, … et à son tour il a influencé deux...

couverture

Les humeurs insolubles de Paolo Giordano

critiqué par Pacmann - (Tamise - 55 ans)

Hommage à Babette

6 etoiles
Pudeur et retenue sont les maîtres-mots de ce court roman où l’auteur nous relate la maladie et la mort de Madame A., dite Babette, qui a été pour le narrateur, sa femme Nora et le fils Emanuele, leur aide-ménagère ; dans une autre époque on parlait d’une domestique. Cette femme et son vécu sont décrits de...

couverture

Un Franciscain chez les SS de Karl-Géréon Goldmann

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UN FRANCISCAIN CHEZ LES SS?.. OUI!

10 etoiles
Étrange livre que voici. Derrière un titre un peu «racoleur», - pensez-vous, «Un Franciscain chez les SS»! Il y avait donc un Franciscain chez les SS? Et bien… Oui! -, nous découvrons donc la biographie sous forme de «mémoires» de Karl «Géréon» GOLDMANN, (1916 - 2003), qui sous la forme de son témoignage extraordinaire, nous...

couverture

La dame au petit chien arabe de Dana Grigorcea

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Sur les traces de Tchekhov

8 etoiles
La dame au petit chien arabe est un hommage libre à la nouvelle "La dame au petit chien " d'Anton Tchekhov. L'auteur est native de Bucarest mais vit en Suisse depuis plusieurs années et écrit en allemand, Au bord du lac de Zurich, à la terrasse d'un café, Gürkan, un jardinier kurde, d'origine turque, rencontre Anna, ex-ballerine....

couverture

Elias Portolu de Grazia Deledda

critiqué par Poet75 - (Paris - 64 ans)

Une âme tourmentée

9 etoiles
À l’heure où l’on a cru que le pape émérite Benoît XVI sortait de sa réserve pour réaffirmer, conjointement avec le très conservateur cardinal Sarah, son attachement indéfectible au célibat des prêtres, il peut être judicieux de lire ce roman de la romancière italienne Grazia Deledda (1871-1936), prix Nobel de Littérature en 1926. Plusieurs œuvres...

couverture

Petits miracles au bureau des objets trouvés de Salvatore Basile

critiqué par Pacmann - (Tamise - 55 ans)

Le petit carnet rouge, l’ours polaire, la photo jaunie,….et des trains.

7 etoiles
La maman de Michele est partie sans donner une explication lorsqu'il avait sept ans. Resté seul avec son père employé des chemins de fer, il prend sa place une fois devenu adulte et devient le chef d’une gare terminus d’une ligne peu fréquentée dans la région des Apennins. L’entrée dans sa vie d'Elena, une jeune fille fougueuse,...

couverture

Bien mal acquis de Yrsa Sigurðardóttir

critiqué par Ardeo - (Flémalle - 72 ans)

Polars islandais

6 etoiles
Apparemment, YS est connue de certains lecteurs de Critiqueslibres (j’ai trouvé des références à 2 de ses livres) mais ce roman n’a pas encore été commenté. Il s’agit d’un assez bon roman policier où Thora avocate à Reykjavik est engagée par Jonas pour régler une affaire de litige concernant la vente de propriétés et la mise...

couverture

L'esprit européen en exil - Essais, discours, entretiens 1933-1942 de Stefan Zweig

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

Zweig aux prises avec l'Histoire

9 etoiles
Jacques Le Rider et Klemens Renoldner ont réuni ce que ce dernier détaille comme des « essais discours et entretiens de Zweig entre 1933 et 1942 », pour constituer ce recueil destiné à mieux comprendre les rapports du grand écrivain autrichien avec la politique, l’exil et le destin des juifs pendant cette période particulièrement cruciale...

couverture

Jean XXIII Lettres à ma famille de Jean XXIII

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DES LETTRES ÉCRITES À DE PAUVRES PAYSANS, PAR UN FILS DE PAYSAN... DEVENU PAPE!

10 etoiles
Étrange livre que celui-ci, tombé entre mes mains par hasard, et regroupant en plus de 1.000 pages, les 727 lettres qui ont pu être retrouvées et adressées par le «Bon Pape», Jean XXIII (Angelo Giuseppe RONCALLI 1881 – 1963), à sa famille. Nous le suivons dans son ascension de toutes les fonctions de l’église catholique. Depuis...

couverture

Menus souvenirs de José Saramago

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Souvenirs épars

6 etoiles
Attiré par ce que le titre annonçait c’est également l’envie de découvrir comment Saramago négocierait avec le genre autobiographique qui m’a incité à lire ce recueil de mémoires. Pourvue d’un ton poétique et de jolies descriptions, l’entrée en matière laissant présager un beau moment de lecture, je m’attendais donc à un livre constitué de menus...

couverture

La Maison fantôme de Michael Krüger

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Un roman qui n'atteint pas son but

5 etoiles
Un journaliste allemand doit se rendre à Hambourg afin de couvrir un congrès de bibliothécaires assez peu passionnant à ses yeux, très déçu qu’il ne puisse plus faire des critiques littéraires car cela n’est pas vendeur. En traversant un quartier bourgeois, il reçoit un ballon qui souille sa chemise. La mère du garçon responsable de...

couverture

Rien qu'à moi de Elisabeth Norebäck

critiqué par Missef - (54 ans)

un suspense psychologique traduit dans plus de 35 pays

9 etoiles
Tout est réuni pour qu'on ne puisse pas lâcher ce livre sitôt ouvert : le mystère lié au passé tragique de Stella, à savoir la perte (au sens propre comme figuré) de son enfant en bas âge, l'arrivée plusieurs années plus tard dans sa vie d'une jeune femme qui pourrait (ou pas) être cette enfant...

couverture

La tanche de Inge Schilperoord

critiqué par Monocle - (tournai - 60 ans)

Un coup de poing

8 etoiles
Un coup de poing ! Couronné par le Bronze Owl, nommé cinq fois livre de l'année par la presse, finaliste des plus grands prix littéraires, un premier roman qui a semé le trouble aux Pays-Bas en s'attaquant à un thème tabou : entrer dans la tête d'un homme en lutte contre lui-même et contre ses pulsions...

couverture

Passage des ombres de Arnaldur Indridason

critiqué par Martell - (0 ans)

La mort d’un très vieux policier

7 etoiles
Grand prix RBA du roman noir! Publié à l’origine en 2013, cette histoire que j’ai bien aimée a été traduite en français seulement en 2018. Et c’est une lecture assez captivante sur la reprise d’une enquête par un policier de 90 ans, ancien enquêteur, solitaire et discret, mais qu’un détail oblige à questionner un membre...

couverture

Mon combat, II : Un homme amoureux de Karl Ove Knausgård

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DE LA BANALITÉ DE L’AMOUR!

10 etoiles
«Un homme amoureux» est le deuxième livre de l’autobiographie (intitulée «Mon Combat» et qui compte six volumes, mais dont seul cinq ont été traduits en français au moment où j’écris ces lignes) de Karl Ove KNAUSGAARD (*1968 ci-après nommé KOK) Alors que le premier volume racontait l’adolescence et ensuite la mort tragique du père de...

couverture

La course des rats de Antonio Manzini

critiqué par Pierrot - (Villeurbanne - 68 ans)

Les Pieds nickelés.

5 etoiles
Présentation de l'éditeur Quatre délinquants, véritables bras cassés romains, montent un braquage qu’ils plantent de façon magistrale. Le moins malin de tous, René, se fait rattraper par une bande rivale déguisé en carabiniers et bien décidée à se saisir du magot. Parallèlement, Diego, le frère de René, employé à la caisse de retraite locale, est sollicité...

couverture

Décombres flamboyants de Tom Lanoye

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Eloge de la beauté

10 etoiles
J’ai réfléchi longtemps comment rendre compte de ce livre qui traite un sujet difficile, les migrants d’origine musulmane. Tom Lanoye est courageux d’aborder ce problème dans un roman. Je lis sur le quatrième de couverture qu’il a souvent défrayé la chronique avec ses prises de position, notamment sur l’extrême droite. Pourtant il n’est pas...