Littérature => Européenne non-francophone (2017 livres critiqués)


Page 1 de 41 Suivante Fin

couverture

La maison de vitrail de Luigi De Poli, Marie-France Maurel (Dessin)

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Sur les sentiers de Pergaud

6 etoiles
L’auteur, professeur de littérature italienne à l’Université de Haute Alsace, précise en majuscules que ce texte est celui d’un « NARRATEUR ». « Un NARRATEUR qui aurait longtemps cherché un de ces villages où l’Histoire fait payer cher son H majuscule ». Il a fini par trouver son refuge dans le Haut-Doubs, cette région frontalière...

couverture

L'été du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

la duchesse et le commissaire

10 etoiles
Dans ce troisième opus des "Saisons" du commissaire Ricciardi, une lueur se distingue enfin au fond de sa solitude amoureuse ; déclarera-t-il enfin sa flamme à la tendre et douce Enrica ? Heureusement, sa tante et logeuse veille au grain et va tenter de faire basculer le destin en faveur des deux timides tourtereaux. Mais...

couverture

Une vie de Italo Svevo

critiqué par Poet75 - (Paris - 61 ans)

Pessimisme et ironie

8 etoiles
Bien que très peu prolifique, Italo Svevo (1861-1928) est considéré aujourd’hui, à juste titre, comme un des grands romanciers du XXe siècle. Pourtant, il n’a écrit que trois grands romans, le troisième seul lui ayant apporté le succès : « La Conscience de Zeno », chef d’œuvre écrit en 1923, 5 ans avant sa mort....

couverture

Agaat de Marlene Van Niekerk

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 67 ans)

Remarquable...

10 etoiles
Deux femmes, deux destins étroitement imbriqués dans une relation complexe qui aurait pu être une relation mère/fille adoptives des plus naturelles si elle n'avait eu pour cadre l'Afrique du Sud de l'apartheid, une société rigide régie par des convenances sociales et culturelles strictes et une ligne de démarcation raciale qu'on ne franchit pas. Le roman démarre...

couverture

Le printemps du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

on l'appelait "la chose"…

10 etoiles
Le printemps, à Naples, au temps de Mussolini. Comme partout et toujours, c'est la saison où s'éveillent les sens, mais aussi celle où s'exacerbent les passions. Tout ce sang… Les visions du commissaire Ricciardi, capable de percevoir, sur chaque scène de crime, sur chaque lieu d'un accident mortel, le dernier cri des mourants, vont le...

couverture

En France de Eugenio Montale

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

Et le cormoran, quand vient le soir, est la seule sentinelle qui demeure pour garder cette tombe...

8 etoiles
Si l’auteur italien Eugenio MONTALE (1896-1981) est surtout connu comme poète, il a aussi fait une carrière comme journaliste et écrivain (accessoirement il a aussi été peintre, chanteur, homme politique, conteur, traducteur, critique littéraire et musical, d’art et de mœurs…). Francophone et francophile, il visite tous les ans la France entre 1950 et 1962 (la...

couverture

La femme congelée de Jon Michelet

critiqué par Falgo - (Lauris - 77 ans)

Ennuyeux

4 etoiles
Ce ne serait pas si mal. L'intrigue en vaut une autre et pourrait faire l'objet d'un roman policier d'un intérêt soutenu. Et, cependant, je me suis constamment ennuyé à cette lecture. Tout d'abord le récit est bizarrement ficelé, fondé sur un nombre élevé de personnages plus ou moins bien décrits, mettant en lumière peu...

couverture

La nature exposée de Erri De Luca

critiqué par Pascale Ew. - (50 ans)

L'art au service des émotions

9 etoiles
Un sculpteur qui fait passer des migrants par la montagne gratuitement fuit son village italien depuis que la presse s'est emparée de son histoire et ne le laisse plus en paix. Il part dans un port de mer et y accepte de restaurer la nudité d'un Christ en croix du début du XXème siècle, en...

couverture

L'art de la vie. Karitas Livre 2 de Kristín Marja Baldursdóttir

critiqué par Marvic - (Normandie - 58 ans)

Artiste et mère

7 etoiles
Karitas est maintenant seule. Toujours à l'écart des normes sociales, toujours partagée entre sa vie d'artiste et de mère, elle est maintenant grand-mère. Mais malgré la charge de sa petite fille Silfa, elle arrive enfin à Paris. Découverte émerveillée d'un autre monde, de vie, de chaleur, de douceur de vivre et surtout un univers artistique...

couverture

Cent portes battant aux quatre vents de Steinunn Sigurdardóttir

critiqué par Henri Cachia - (LILLE - 55 ans)

Belle complexité!

7 etoiles
Si l'autrice de « Cent portes battant aux quatre vents » démarre fort en nous révélant d'emblée que ce qui lui manque c'est un amant, c'est pour mieux nous annoncer la couleur de son propos : «... Je déjeunais dans un restaurant indien de la place Toudouze lorsque je découvris ce qui manquait. Un amant. Un amant pour de...

couverture

Le noyau blanc de Christoph Hein

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 62 ans)

Les malheurs de Rüdiger

9 etoiles
Un chargé de cours à l’université de Leipzig se voit refuser l’emploi de professeur à plein temps qu’il convoite depuis des années. Le département de lettres manque cruellement d’argent et compte tenu de l’âge de Rüdiger Stolzenburg, bientôt la soixantaine, tout espoir d’avancement dans sa carrière s’avère illusoire. Pourtant, l’homme aime son travail plus que...

couverture

Dame en rouge sur fond gris de Miguel Delibes

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

hymne à la femme aimée

10 etoiles
En lisant le roman d'Ángeles, la "Dame en rouge sur fond gris", on découvre un admirable portrait de la femme aimée que la maladie a trop tôt (elle a quarante-huit ans) enlevée à l’affection de son époux et des siens. Celui-ci, peintre célèbre, a vu alors tarir sa créativité, il s’est mis à boire et...

couverture

Les joyaux du paradis de Donna Leon

critiqué par Falgo - (Lauris - 77 ans)

Filandreux

2 etoiles
Je n'avais jamais rien lu de cet auteur avant ce livre que j'ai pris à la bibliothèque en raison de sa réputation. Et je suis totalement déçu. Il s'agit d'une pseudo-enquête - sans le fameux commissaire Brunetti, menée par une musicologue sur l'héritage d'un musicien oublié, Steffani. Le roman se concentre plus sur les émois...

couverture

La synagogue des iconoclastes de J. Rodolfo Wilcock

critiqué par Gregory mion - (34 ans)

Savants fous et petits prospecteurs de gloire.

10 etoiles
Ce florilège de biographies imaginaires est conseillé par Roberto Bolaño. On sait que ce dernier ne manquait pas d’à-propos dans ses jugements littéraires, par conséquent son goût pour l’œuvre de Juan Rodolfo Wilcock, parmi tant d’autres de ses admirations souvent uniques, devrait tenir toute sa place dans l’éducation esthétique du lecteur sérieux. Même s’il n’est...

couverture

Le sentiment tragique de la vie de Miguel de Unamuno

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

Une défense érudite, inspirée et passionnée - parfois iconoclaste - des valeurs du catholicisme et de la croyance en la vie éternelle

8 etoiles
Cet essai de Miguel de Unamuno, s’il était publié aujourd’hui, vaudrait certainement à son auteur d’être voué aux gémonies par les plus ardents défenseurs de la laïcité et d’être accusé de faire le lit des intégristes religieux de toute obédience… Ce ne serait d’ailleurs pas sans raison tant Miguel de Unamuno est parfois provocant quand...

couverture

L'hiver du commissaire Ricciardi de Maurizio De Giovanni

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

ris donc, paillasse…

10 etoiles
Un célèbre ténor, particulièrement odieux et détesté de tous, sauf du Duce, est retrouvé mort dans sa loge, la carotide tranchée par un éclat de son miroir. Pour résoudre cette affaire le commissaire Ricciardi vas devoir se plonger dans l'univers du théâtre lyrique, un microcosme ayant ses codes bien à lui, où passions réelles et...

couverture

Sphinx de Christine Falkenland

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

Une correspondance vénéneuse

8 etoiles
Ce roman épistolaire est prenant, inquiétant et déroutant. Une quadragénaire, qui ne semble pas avoir oublié son ex-petit copain ne cesse d'écrire à Claire, la nouvelle conjointe. Ce roman est constitué de lettres, mais pourrait être en réalité un monologue car nous n'avons pas les réponses du destinataire. Nous avons uniquement les confidences, les questionnements,...

couverture

Romain Rolland de Stefan Zweig

critiqué par Poet75 - (Paris - 61 ans)

Une biographie trop hagiographique

6 etoiles
Je ne me lasse pas de lire et relire les ouvrages de Stefan Zweig (1881-1942) qui fut non seulement un remarquable romancier et nouvelliste mais aussi un biographe de grand talent. Il y a deux ans, je relisais avec bonheur et avec passion le livre qu'il avait consacré à Honoré de Balzac, un ouvrage de...

couverture

La maison du déclin de Dražen Katunaric

critiqué par Kinbote - (Jumet - 58 ans)

Réhabiter le monde

9 etoiles
« L’homme décadent ne cesse pas de se demander : pourquoi suis-je né à l’époque où tout se dégrade, s’est déjà dégradé ? » C’est à partir de cette interrogation que débute le vivifiant essai de l’écrivain croate Drazen Katunaric d’abord publié 1992 à Zagreb. Si l’homme d'aujourd’hui impute volontiers toute la misère intellectuelle au numérique, en...

couverture

L'âne rose de Jānis Ezeriņš

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Drôles de coïncidences

8 etoiles
En 2008, l’Archange Minotaure a regroupé dans ce recueil six nouvelles de Janis Ezerins provenant de deux recueils publiés respectivement en 1923 et 1925. Ces nouvelles évoquent l’humour noir, la satire mais surtout ce que l’éditeur appelle la « coïncidence fortuite », des personnages qui ne devraient jamais se rencontrer, des événements qui généralement ne...

couverture

Karitas, Tome 1 : L'esquisse d'un rêve de Kristín Marja Baldursdóttir

critiqué par Marvic - (Normandie - 58 ans)

Femmes de pêcheurs d'Islande

9 etoiles
La vie est dure en Islande en 1915. Dure pour les pêcheurs qui partent pendant des mois, mais aussi pour leurs épouses qui restent seules pour nourrir et élever leurs enfants, avec cette angoisse permanente quand arrive le retour des bateaux. Femme de l'Ouest, Steinunn se retrouve veuve avec ses six enfants. Elle...

couverture

Et maintenant il ne faut plus pleurer de Linn Ullmann

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

alma mater

10 etoiles
Le cadavre de Mille, une jeune fille au pair installée à Mailund, vaste propriété familiale non loin d'Oslo, a été découvert par deux enfants recherchant un trésor dans les bois. À partir de ce personnage, jeune beauté lunaire qui éveille les désirs masculins, ce sont trois générations d'hommes et de femmes qui vont être soumises...

couverture

Si rude soit le début de Javier Marías

critiqué par Michel38 - (58 ans)

Intimiste

8 etoiles
Roman intimiste! C'est pour moi l'adjectif qui convient à ce livre! Le jeune Juan de Vere, assistant ou secrétaire d'un célèbre réalisateur se prend au jeu de s'immiscer dans la vie intime du couple. Béatriz, la femme du réalisateur vit un cauchemar depuis le décès de leur fils en bas âge. Lui, rarement présent, ne...

couverture

Le Chat Murr de Ernst Theodor Amadeus Hoffmann

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 67 ans)

Jeux de masques

7 etoiles
Classique du romantisme allemand, œuvre ultime et la plus célèbre d'E.T.A Hoffmann, à la fois écrivain et compositeur - entre autres -, "Le chat Murr" surprend d'abord par l'originalité de sa composition à une époque (1819-21) où l'on n'était pas encore habitués aux constructions ou déconstructions romanesques les plus sophistiquées d'aujourd'hui. Qu'on en juge: l'ouvrage alterne...

couverture

Le testament de Marie de Colm Tóibín

critiqué par Didoumelie - (44 ans)

Dommage...

3 etoiles
Le testament de Marie est le dernier roman de l’auteur irlandais Colm Toibin. C’est un court roman d’à peine plus de 120 pages, qui par sa forme pour le moins atypique, bouscule, marque, interroge, éblouit, transcende, perturbe, laisse de marbre… ou déplaît fortement ! Le sujet du livre a déjà été abordé par d’autres (parler de Jésus,...

couverture

La lettre oubliée de Nina George

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

vingt ans après

8 etoiles
Vingt-et-un ans après, Jean n'a toujours pas oublié Manon. Trop tôt disparue, elle est toujours là, lovée au plus profond de son cœur, et personne ne peut la remplacer. Dans sa péniche-bibliothèque, amarrée à un quai parisien, Jean soigne ses clients par la lecture. Certains l'acceptent et lui en sont reconnaissants, d'autre rechignent voire lui...

couverture

Une nuit, rien qu'une seule de Simona Ahrnstedt

critiqué par Alapage - (44 ans)

Sexy mais prévisible!

7 etoiles
Enfin une jolie romance avec une intrigue tout à fait originale! Et surtout, l'auteure a osé créer deux personnages ayant une belle personnalité. Natalia est une femme brillante qui travaille d'arrache-pied afin d'être digne d'obtenir un poste au sein de l'entreprise familiale Investum. Mais serait-ce vraiment une bonne chose sachant que son père, Gustaf, est misogyne?...

couverture

Cette terre promise de Erich Maria Remarque

critiqué par Tanneguy - (Paris - 78 ans)

Le dernier roman d'un auteur exceptionnel

9 etoiles
Erich Maria Remarque nous a quittés en 1970 ; il travaillait à ce roman qu'il n'eut pas le temps d'achever mais que son épouse l'actrice Paulette Goddard insista pour faire publier quelque temps plus tard. Cet ouvrage n'est paru en France que cette année. Il vient compléter la série des écrits précieux de cet auteur...

couverture

On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

UNE ŒUVRE DES PLUS EFFICACES!

7 etoiles
Au début de la pièce nous sommes dans un modeste appartement de la banlieue de Milan. Deux femmes Antonia et Margherita rentrent juste du supermarché, mais cette fois elles n’ont pas fait leurs courses en payant. En effet, avec une centaine d’autres femmes, elles ont littéralement pillé le supermarché et sont parties sans payer. Plus...

couverture

Le chant des esprits de Sarah Lark

critiqué par Flo29 - (45 ans)

Palpitant

10 etoiles
Nous retrouvons avec plaisir Hélène et Gwyneira, qui ont quitté l'Angleterre pour venir s'installer en Nouvelle-Zélande. Elles sont maintenant grands-mères et leurs petites-filles, Elaine et Kura, arrivent à l'âge adulte. Kura, qui a du sang Maori dans les veines, veut devenir chanteuse. Elaine semble plutôt attirée par une vie tranquille, avec à la clé un...

couverture

Première heure de Erri De Luca

critiqué par Poet75 - (Paris - 61 ans)

Méditations sur la Bible

9 etoiles
Comme beaucoup de livres écrits par le napolitain Erri De Luca, ce volume est petit par la taille (146 pages) mais grand par son contenu. C'est d'autant plus vrai qu'il s'agit ici d'un ensemble de méditations sur la Bible. Comme l'explique l'auteur dans sa préface, chaque matin, avant de partir à son travail d'ouvrier, il...

couverture

L'Amour en minuscules de Francesc Miralles

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

chat alors…

10 etoiles
Comment la rencontre avec un chat de hasard peut-elle transformer votre vie ? La réponse est dans ce petit roman, écrit avec une légèreté qui ne l'empêche pas d'aborder des thèmes aussi sérieux que la solitude, la vieillesse et la mort, l'amour aussi et par-dessus tout cela ces mille petits riens qui font le charme...

couverture

Maria Monk de Sylvie Ouellette

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 75 ans)

La Lubricité du clergé

6 etoiles
Au nombreux cas d’abus sexuels, Sylvie Ouellette ajoute le témoignage de Maria Monk (1817-1849), une religieuse de Montréal, qui aurait été victime de la lubricité du clergé. Son héroïne, née de parents écossais à Saint-Jean-sur-Richelieu, fut laissée à elle-même à la mort de son père. L’instabilité émotive qui en a découlé l’a conduite dans une...

couverture

Car si l'on nous sépare: Edvard Munch et sa muse de Lisa Stromme

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 66 ans)

Munch,peintre de l'émotion

8 etoiles
La réécriture de la vie d’un peintre, y compris sous l’angle purement romanesque est un exercice malaisé. Lisa Stromme, auteure de Car si l’on nous sépare se sort avec brio de cette embûche. Nous sommes en 1893, en Norvège, patrie d’Edvard Munch, peintre le plus célèbre de ce pays, dans le petit village de...

couverture

La Saga d'Oddr aux Flèches: Suivie de la Saga de Ketill le Saumon et de la Saga de Grímr à la Joue velue de Auteur inconnu

critiqué par Fanou03 - (* - 42 ans)

Un air de Fantasy

6 etoiles
Oddr, fils de Grímr à la Joue velue, a un caractère belliqueux. Défiant la malédiction prophétisée par une voyante, il parcourt le monde, défiant vikings rivaux, géants, trölls et autres peuplades farouches. Mais échappera-t-il malgré tout au sort funeste que lui a réservé le Destin ? [i]La saga d'Oddr aux flèches[/i] est une saga islandaise écrite...

couverture

Des larmes et des saints de Emil Cioran

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

«L’EFFET CIORAN»

8 etoiles
Longtemps ignoré de ses pairs et du grand public Emil Michel CIORAN (1911-1995), est aujourd’hui revenu à la mode et son œuvre redécouverte. « Des larmes et des saints » est paru initialement en 1937, en roumain sous le titre «Lacrimi si Sfinti », CIORAN avait alors 26 ans et s’apprêtait à partir pour Paris,...

couverture

La vérité sur Frankie de Tina Uebel

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

espion, qui es-tu ?

6 etoiles
Frankie, barman au Blue Lou's, est un bon copain. Avec Christoph, Judith et Emma, ils forment une petite bande de jeunes sympathiques, sans problèmes, venant d'horizons sociaux très variés. Jusqu'au jour où le dénommé Frankie, qui a une bonne dizaine d'années de plus qu'eux et leur sert de mentor, va les entraîner dans une aventure...

couverture

Ils arrivent de Paul Carell

critiqué par Fabert - (64 ans)

Ils arrivent...enfin.

7 etoiles
"Le jour le plus long"..." Il faut sauver le soldat Ryan".... le débarquement du 6 juin 1944 nous a été raconté du point de vue des Alliés . "Sie kommen" détaille le débarquement vécu du côté allemand. Paul Carell avait rang de lieutenant-colonel dans l'armée allemande et est un spécialiste de la seconde guerre mondiale. Il...

couverture

Le commissaire Bordelli de Marco Vichi

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

fait chaud…

8 etoiles
À Florence, au mois d'août, il fait chaud, très chaud et l'air est chargé d'humidité. Les privilégiés profitent de leur piscine, mais le commissaire Bordelli souffre de cette moiteur, lui qui préfère travailler lorsque ses collègues sont en vacances. Difficile de se concentrer sur l'enquête en cours, une vieille femme morte d'une crise d'asthme dans...

couverture

La position du pion de Rafael Reig

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 66 ans)

LA VIE EST-ELLE UN JEU D'ECHECS?

6 etoiles
Dans les environs de Madrid, à El Tomillar, un groupe d’amis, composé de couples, attend leur ancien leader Luis Lamana, surnommé Le Gros. Il est de retour des Etats-Unis. Tous, à des degrés divers, appréhendent sa venue car ils sont ex-militants communistes et craignent des révélations sur eux-mêmes ou sur d’autres proches. Leurs parcours, leurs...

couverture

La veille de presque tout de Víctor del Árbol

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 37 ans)

Destins torturés

7 etoiles
Présentation de l'éditeur L'inspecteur Ibarra a été transféré depuis trois ans dans un commissariat de sa Galice natale après avoir brillamment résolu l'affaire de la petite disparue de Malaga. Le 20 août 2010, 0 h 15, il est appelé par l'hôpital de La Corogne au chevet d'une femme grièvement blessée. Elle ne veut parler qu'à lui....

couverture

Quand on s'y attend le moins de Chiara Moscardelli

critiqué par Alapage - (44 ans)

M'a fait sourire!

6 etoiles
Au premier abord, tous les éléments essentiels pour un bon roman de Chick-lit sont présents. Une jeune trentenaire naïve, maladroite, en manque d'amour et quelques répliques remplies d'humour et voilà tout est là. L'auteure a ajouté un peu d'originalité, en créant un certain mystère autour d'Alberto Ristori alias Riccardo Galanti. Notre protagoniste, Penelope, a vraiment...

couverture

Le Messager de Markus Zusak

critiqué par Sundernono - (Nice - 34 ans)

Une lecture agréable et efficace

8 etoiles
Deuxième roman traduit en français de Markus Zusak l’auteur du Best-Seller La voleuse de livres, Le Messager suscite très certainement des attentes. Alors bonne ou mauvaise pioche ? « Ed Kennedy, dix-neuf ans, chauffeur de taxi, a peu de raison d'être fier de sa vie : son père est mort d'alcoolisme, il est désespérément amoureux de sa...

couverture

Iphigénie en Tauride de Johann Wolfgang von Goethe

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

souverainement classique

10 etoiles
Je n'avais pas lu de pièce de Goethe depuis des décennies. je me souviens que son théâtre m'avait enthousiasmé pendant mes années lycée. Qu'on avait même joué [i]Egmont[/i] à la télévision vers 1962 (?). Impensable aujourd'hui, où le théâtre classique (même français) est relégué aux oubliettes ! [i]Iphigénie en Tauride[/i] se passe plus de dix ans...

couverture

Les Mots longs: Poèmes 1950-2003 de Pentti Holappa

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 49 ans)

Sur tous les continents il y a des camps de concentration et des crucifiés, toujours.

10 etoiles
Parole de ruine Je veux venir près de toi. Je ne trouve vrais ni la pierre, ni le monde ni les distances. Le coup d'aile d'un oiseau dans le ciel de grand gel dure aussi longtemps que la ville aux murs coulés de béton. Il m'a fallu me briser avant de perdre mes illusions. Aujourd'hui, je suis certain que tes cellules...

couverture

La pièce de Jonas Karlsson

critiqué par Saule - (Bruxelles - 52 ans)

Inquiétant et drôle

9 etoiles
Ce court roman suédois, - l'auteur, Jonas Karlsson, est un acteur à succès -, est vraiment passionnant. L'histoire est narrée par un fonctionnaire suédois qui est muté dans un nouveau service, dans une ambiance un peu surréaliste, à la Kafka. Le doute s'installe rapidement dans la tête du lecteur : est-ce que notre fonctionnaire est...

couverture

Le pays du nuage blanc de Sarah Lark

critiqué par Flo29 - (45 ans)

Au pays des moutons et des chercheurs d'or

9 etoiles
C'est un roman que j'ai choisi au hasard et ce fut un bon choix. Hélène, préceptrice à Londres, répond à une petite annonce: "recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d'une réputation irréprochable." Envoyée à Christchurch en Nouvelle-Zélande, elle fait connaissance sur le bateau de Gwyneira qui devient...

couverture

Femme non-rééducable - Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa de Stefano Massini

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 71 ans)

le sens des mots

10 etoiles
Cette œuvre explosive s'inspire du parcours de cette journaliste russe, Anna Politkovskaïa, militante des droits de l’homme, qui fut assassinée dans son ascenseur à Moscou en 2006. Son erreur : faire son métier honnêtement (c’est-à-dire, justement, en donnant du sens et de la véracité aux mots employés) en se mettant en première ligne pendant...

couverture

Compartiment n° 6 de Rosa Liksom

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 37 ans)

De Moscou à la Mongolie, une jeune finlandaise et un russe rustre ...

8 etoiles
Une jeune femme finlandaise qui a suivi ses études à Moscou prend un train qui la mènera jusqu'à Oulan-Bator. Le lecteur ignore son nom. Ce ne sera pas un voyage des plus reposants car elle voyage aux côtés d'un Russe, très porté sur l'alcool et le sexe. Il est très direct dans ses propos et...

couverture

Dark secrets de Michael Hjorth, Hans Rosenfeldt

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

je ne suis pas un meurtrier

10 etoiles
Je ne suis pas un meurtrier ! C'est par ces mots que commence un des meilleurs polars que j'ai lus ces dernières années. Dès les premières pages, tout est fait pour égarer le lecteur face à ce crime horrible : un adolescent retrouvé au fond d'une mare, le cœur arraché. On croit avoir compris qui...