Littérature => Européenne non-francophone (2273 livres critiqués)


Page 1 de 46 Suivante Fin

couverture

La contagion de Walter Siti

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Une observation de la borgata romaine. Un peu ennuyeux ...

5 etoiles
Walter Siti propose d’explorer un immeuble populaire des Borgate de Rome, quartiers emplis de vie et de démesure. Ce roman chorale met en scène de nombreux protagonistes et peut rappeler à certains égards d’autres romans qui s’appuient sur ce procédé utilisé déjà par Alaa El Aswany dans « L’Immeuble Yacoubian », ou par Petru...

couverture

D'où viennent les vagues de Fabio Genovesi

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

La vie n'est pas un long fleuve tranquille

6 etoiles
Ce roman a reçu l’équivalent du Goncourt des lycéens en Italie. Ce fut suffisant pour me donner envie de m’attaquer à ce roman dont la couverture est solaire en cette période qui l’est moins. Bien m’en a pris ! Le roman est loin d’être léger. En effet le roman contient un certain nombre de personnages...

couverture

Le Cauchemar de Hans Fallada

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Une chaotique fin de guerre

8 etoiles
A la fin de la guerre, Herr Doll, écrivain de renom, est nommé maire de sa ville d'Allemagne de l'Est par la nouvelle tutelle russe. Or, son nouveau statut prête à commentaires et procès d'intentions en série, la proximité du passé nazi compliquant fortement les choses, alors que son mariage avec une riche veuve n'arrange...

couverture

Un combat et autres récits de Patrick Süskind

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DU DÉSENCHANTEMENT DE LA VIE!

7 etoiles
Patrick SÜSKIND (*1949) nous propose dans ce tout petit livre (même pas cent pages), quatre très courtes nouvelles écrites dans son style inimitable. Il y a tout d’abord : «L’exigence de profondeur». Une jeune artiste peintre, pleine de talent et d'avenir, voit après sa première grande exposition un critique lui reprocher son «manque de profondeur»....

couverture

Poème à la durée de Peter Handke

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Et que tu entends la porte de la maison qui s’ouvre, signe du retour, toi le plus sensible au bruit de tous ceux qui sont sensibles au bruit…».

6 etoiles
«et j’ai pu alors cerner ce sentiment de la durée – où dresser l’oreille devient événement, où comprendre devient événement, où être saisi devient événement, où être rattrapé devient événement. Rattrapé par quoi ? Par un soleil supplémentaire, par un vent rafraîchissant, par un seul accord sans bruit qui remet en place et unit les sons désaccordés.» Peter HANDKE poète? Et… Oui! Mais,...

couverture

Terres rares de Sandro Veronesi

critiqué par Bluewitch - (Charleroi - 40 ans)

Chaos exalté

7 etoiles
10 ans après « Chaos calme », nous retrouvons Pietro Paladini. Dans ce premier épisode, il attendait chaque jour sa fille sur un banc, comme il le lui avait promis suite à la mort de son épouse. Deuil étrangement traversé, dans l’introspection et l’écoute des autres. Dans « Terres rares », Paladini a quitté Milan...

couverture

LoveStar de Andri Snaer Magnason

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

ROMEO ET JULIETTE AU XXIème SIÈCLE!

4 etoiles
Dans un avenir proche le monde tel que nous l’avons connu a cessé d’exister, notamment sous l’influence du réchauffement climatique. Un ingénieur islandais de génie, Örvar Árnason dit «LoveStar», est devenu, grâce à ses inventions – commercialisées par la société «Istar» -, l’homme le plus puissant du monde. En effet, LoveStar a pratiquement pris...

couverture

Bryxxel de Ziesemer Katinka

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Jeu de langues

7 etoiles
Katinka, elle jongle en équilibre sur la corde tendue de son langage ancrée une extrémité à Stockholm et l’autre à Fribourg-en-Brisgau, avec ses deux langues, le suédois et l’allemand, avec le langage qu’elle essaie d’inventer, les mots qu’elle ajoute les uns aux autres à travers ses diverses langues car à ses langues maternelles et paternelles...

couverture

Le couteau de Jo Nesbø

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

çà ne vaut pas un Mankell

6 etoiles
Jo Nesbo est appelé le successeur de Henning Mankell, en moins crédible selon moi. Il est sans doute très intelligent et échafaude des théories compliquées et tordues avec beaucoup de retournements de situations. Une originalité dans ce polar : le vrai assassin se punira lui-même et son nom connu de la police ne sera pas...

couverture

Les fils de la poussière de Arnaldur Indridason

critiqué par Pierrot - (Villeurbanne - 68 ans)

1960.

9 etoiles
Résumé : Daniel, quadragénaire interné dans un hôpital psychiatrique de Reykjavík, se jette par la fenêtre sous les yeux de son frère Palmi. Au même moment, un vieil enseignant, qui a eu Daniel comme élève dans les années 60, meurt dans l’incendie de sa maison. L’enquête est menée parallèlement par le frère de Daniel, libraire d’occasion, un...

couverture

Marx dans le jardin de Darwin de Ilona Jerger-Bachmann

critiqué par Ardeo - (Flémalle - 72 ans)

Un fameux trio

8 etoiles
Voici un livre qui mérite d’être lu. Son auteure, jeune journaliste allemande en est à son premier roman et c’est une réussite. Elle imagine que ces 2 grandes personnalités européennes de la fin du XIXe siècle (Marx et Darwin) se sont un jour rencontrées. Possible car ils ont habité à Londres pas loin l’un de l’autre...

couverture

Brandebourg de Juli Zeh

critiqué par Tistou - (63 ans)

Gros ouvrage intimidant, et au final bluffant

9 etoiles
Oui, un gros ouvrage de 516 pages, qui peut faire peur s’agissant, comme le dit la quatrième de couverture, de[i] »belle fresque villageoise contemporaine »[/i], dans le Brandebourg de surcroît, c’est-à-dire dans l’austère ex – RDA. On peut y regarder à deux fois avant de s’y lancer et c’est une erreur d’appréciation, [i]Brandebourg[/i] est remarquable...

couverture

L'assassin des ruines de Cay Rademacher

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

après la guerre…

10 etoiles
Hambourg, 1947, une ville détruite, dont la plupart des quartiers ouvriers sont devenus des champs de ruines après les bombardements alliés. Parmi ces ruines, un corps de très jeune femme est retrouvé, sans aucun vêtement ni aucun bijou permettant son identification. Curieusement, en ces temps de disette généralisée, elle semble avoir été bien nourrie. Serait-elle...

couverture

Un Cas de Somnambulisme de Capuana Luigi

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Prémonition

8 etoiles
Pour son opus N° 83 de Bruxelles se conte, Maelström a eu l’excellente idée de publier cette nouvelle du grand écrivain sicilien Luigi Capuana qui vécut entre 1839 et 1915. Il était l’un des théoriciens du vérisme italien, héritier des grands auteurs français Balzac, Zola, Maupassant, … et à son tour il a influencé deux...

couverture

Les humeurs insolubles de Paolo Giordano

critiqué par Pacmann - (Tamise - 55 ans)

Hommage à Babette

6 etoiles
Pudeur et retenue sont les maîtres-mots de ce court roman où l’auteur nous relate la maladie et la mort de Madame A., dite Babette, qui a été pour le narrateur, sa femme Nora et le fils Emanuele, leur aide-ménagère ; dans une autre époque on parlait d’une domestique. Cette femme et son vécu sont décrits de...

couverture

Un Franciscain chez les SS de Karl-Géréon Goldmann

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UN FRANCISCAIN CHEZ LES SS?.. OUI!

10 etoiles
Étrange livre que voici. Derrière un titre un peu «racoleur», - pensez-vous, «Un Franciscain chez les SS»! Il y avait donc un Franciscain chez les SS? Et bien… Oui! -, nous découvrons donc la biographie sous forme de «mémoires» de Karl «Géréon» GOLDMANN, (1916 - 2003), qui sous la forme de son témoignage extraordinaire, nous...

couverture

La dame au petit chien arabe de Dana Grigorcea

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Sur les traces de Tchekhov

8 etoiles
La dame au petit chien arabe est un hommage libre à la nouvelle "La dame au petit chien " d'Anton Tchekhov. L'auteur est native de Bucarest mais vit en Suisse depuis plusieurs années et écrit en allemand, Au bord du lac de Zurich, à la terrasse d'un café, Gürkan, un jardinier kurde, d'origine turque, rencontre Anna, ex-ballerine....

couverture

Elias Portolu de Grazia Deledda

critiqué par Poet75 - (Paris - 63 ans)

Une âme tourmentée

9 etoiles
À l’heure où l’on a cru que le pape émérite Benoît XVI sortait de sa réserve pour réaffirmer, conjointement avec le très conservateur cardinal Sarah, son attachement indéfectible au célibat des prêtres, il peut être judicieux de lire ce roman de la romancière italienne Grazia Deledda (1871-1936), prix Nobel de Littérature en 1926. Plusieurs œuvres...

couverture

Petits miracles au bureau des objets trouvés de Salvatore Basile

critiqué par Pacmann - (Tamise - 55 ans)

Le petit carnet rouge, l’ours polaire, la photo jaunie,….et des trains.

7 etoiles
La maman de Michele est partie sans donner une explication lorsqu'il avait sept ans. Resté seul avec son père employé des chemins de fer, il prend sa place une fois devenu adulte et devient le chef d’une gare terminus d’une ligne peu fréquentée dans la région des Apennins. L’entrée dans sa vie d'Elena, une jeune fille fougueuse,...

couverture

Bien mal acquis de Yrsa Sigurðardóttir

critiqué par Ardeo - (Flémalle - 72 ans)

Polars islandais

6 etoiles
Apparemment, YS est connue de certains lecteurs de Critiqueslibres (j’ai trouvé des références à 2 de ses livres) mais ce roman n’a pas encore été commenté. Il s’agit d’un assez bon roman policier où Thora avocate à Reykjavik est engagée par Jonas pour régler une affaire de litige concernant la vente de propriétés et la mise...

couverture

L'esprit européen en exil - Essais, discours, entretiens 1933-1942 de Stefan Zweig

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Zweig aux prises avec l'Histoire

9 etoiles
Jacques Le Rider et Klemens Renoldner ont réuni ce que ce dernier détaille comme des « essais discours et entretiens de Zweig entre 1933 et 1942 », pour constituer ce recueil destiné à mieux comprendre les rapports du grand écrivain autrichien avec la politique, l’exil et le destin des juifs pendant cette période particulièrement cruciale...

couverture

Jean XXIII Lettres à ma famille de Jean XXIII

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DES LETTRES ÉCRITES À DE PAUVRES PAYSANS, PAR UN FILS DE PAYSAN... DEVENU PAPE!

10 etoiles
Étrange livre que celui-ci, tombé entre mes mains par hasard, et regroupant en plus de 1.000 pages, les 727 lettres qui ont pu être retrouvées et adressées par le «Bon Pape», Jean XXIII (Angelo Giuseppe RONCALLI 1881 – 1963), à sa famille. Nous le suivons dans son ascension de toutes les fonctions de l’église catholique. Depuis...

couverture

Menus souvenirs de José Saramago

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Souvenirs épars

6 etoiles
Attiré par ce que le titre annonçait c’est également l’envie de découvrir comment Saramago négocierait avec le genre autobiographique qui m’a incité à lire ce recueil de mémoires. Pourvue d’un ton poétique et de jolies descriptions, l’entrée en matière laissant présager un beau moment de lecture, je m’attendais donc à un livre constitué de menus...

couverture

La Maison fantôme de Michael Krüger

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Un roman qui n'atteint pas son but

5 etoiles
Un journaliste allemand doit se rendre à Hambourg afin de couvrir un congrès de bibliothécaires assez peu passionnant à ses yeux, très déçu qu’il ne puisse plus faire des critiques littéraires car cela n’est pas vendeur. En traversant un quartier bourgeois, il reçoit un ballon qui souille sa chemise. La mère du garçon responsable de...

couverture

Rien qu'à moi de Elisabeth Norebäck

critiqué par Missef - (54 ans)

un suspense psychologique traduit dans plus de 35 pays

9 etoiles
Tout est réuni pour qu'on ne puisse pas lâcher ce livre sitôt ouvert : le mystère lié au passé tragique de Stella, à savoir la perte (au sens propre comme figuré) de son enfant en bas âge, l'arrivée plusieurs années plus tard dans sa vie d'une jeune femme qui pourrait (ou pas) être cette enfant...

couverture

La tanche de Inge Schilperoord

critiqué par Monocle - (tournai - 60 ans)

Un coup de poing

8 etoiles
Un coup de poing ! Couronné par le Bronze Owl, nommé cinq fois livre de l'année par la presse, finaliste des plus grands prix littéraires, un premier roman qui a semé le trouble aux Pays-Bas en s'attaquant à un thème tabou : entrer dans la tête d'un homme en lutte contre lui-même et contre ses pulsions...

couverture

Passage des ombres de Arnaldur Indridason

critiqué par Martell - (66 ans)

La mort d’un très vieux policier

7 etoiles
Grand prix RBA du roman noir! Publié à l’origine en 2013, cette histoire que j’ai bien aimée a été traduite en français seulement en 2018. Et c’est une lecture assez captivante sur la reprise d’une enquête par un policier de 90 ans, ancien enquêteur, solitaire et discret, mais qu’un détail oblige à questionner un membre...

couverture

Mon combat, II : Un homme amoureux de Karl Ove Knausgård

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DE LA BANALITÉ DE L’AMOUR!

10 etoiles
«Un homme amoureux» est le deuxième livre de l’autobiographie (intitulée «Mon Combat» et qui compte six volumes, mais dont seul cinq ont été traduits en français au moment où j’écris ces lignes) de Karl Ove KNAUSGAARD (*1968 ci-après nommé KOK) Alors que le premier volume racontait l’adolescence et ensuite la mort tragique du père de...

couverture

La course des rats de Antonio Manzini

critiqué par Pierrot - (Villeurbanne - 68 ans)

Les Pieds nickelés.

5 etoiles
Présentation de l'éditeur Quatre délinquants, véritables bras cassés romains, montent un braquage qu’ils plantent de façon magistrale. Le moins malin de tous, René, se fait rattraper par une bande rivale déguisé en carabiniers et bien décidée à se saisir du magot. Parallèlement, Diego, le frère de René, employé à la caisse de retraite locale, est sollicité...

couverture

Décombres flamboyants de Tom Lanoye

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Eloge de la beauté

10 etoiles
J’ai réfléchi longtemps comment rendre compte de ce livre qui traite un sujet difficile, les migrants d’origine musulmane. Tom Lanoye est courageux d’aborder ce problème dans un roman. Je lis sur le quatrième de couverture qu’il a souvent défrayé la chronique avec ses prises de position, notamment sur l’extrême droite. Pourtant il n’est pas...

couverture

La vie de Liszt est un roman de Zsolt Harsànyi

critiqué par Falgo - (Lentilly - 80 ans)

Très décevant

4 etoiles
J'éprouve toujours le même type d'incertitude devant ces romans biographiques: quelle est la part de vérité historique et quelle est la part d'imagination de l'auteur? Je sais bien que les historiens eux-mêmes ont varié de positions dans le temps et dans l'espace, surtout en fonction des avancées des recherches. Mais quand même, je reste incertain...

couverture

L'aurore de Selahattin Demirtas

critiqué par CHALOT - (72 ans)

des nouvelles passionnantes

10 etoiles
« L'aurore » livre de Selahattin Demirtaş Editions Emmanuelle Collas 125 pages 12 nouvelles de prison Même la dictature qui règne en Turquie n'arrive pas à empêcher que des talents puissent éclore . Ce livre étonnant qui montre qu' « en prison son rêve est devenu littérature » est une œuvre féministe, progressiste et humaniste où l'espoir est à tout jamais présent. Chaque nouvelle est différente, évoquant ici...

couverture

La cage dorée : La vengeance d'une femme est douce et impitoyable de Camilla Läckberg

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Vengeance diabolique

5 etoiles
Camilla Läckberg est l’une des auteurs les plus lues au monde. En consultant, internet, je constate qu’elle est très jolie et qu’elle a eu 3 maris dont le dernier a une quinzaine d’années de moins qu’elle. La troisième de couverture parle d’une protagoniste inoubliable, Matilda qui devient Faye pour échapper à son destin, et qui délivre...

couverture

Mon combat, I : La mort d'un père de Karl Ove Knausgård

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

L’ŒUVRE D’UNE VIE!

10 etoiles
A ma grande surprise je découvre qu’il n’y a aucun livre de Karl Ove KNAUSGAARD (*1968 ci-après nommé KOK), qui a fait l’objet d’une recension sur CL. Me voici donc devant un dilemme, laisser tomber cette critique, ou bien sortir cet immense auteur norvégien de l’anonymat (du moins sur CL…), au risque de «foirer» complètement...

couverture

Les petits vieux d'Helsinki se couchent de bonne heure de Minna Lindgren

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

«Nähdään!»*

7 etoiles
Après leur petite escapade en colocation à Helsinki (ici sur CL : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/52889), nous retrouvons nos trois « drôles de dames » - Siiri Kettunen 97 ans, Irma Lännenleimu 94 ans et Anna-Liisa Petäjä 95 ans -, de retour à leur maison de retraite la bien nommée «Bois du Couchant»! . Sauf qu'après les grands...

couverture

La dernière déclaration d'amour de Dagur Hjartarson

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Poétique et humoristique !

10 etoiles
Franchement, j’ai adoré ce livre d’un premier roman de ce jeune Islandais, né en 1986. C’est plein de poésie et d’humour. Par contre, le titre ne m’a pas du tout accrochée. C’est vrai qu’il s’agit d’une histoire d’amour entre deux étudiants, qui, comme toutes les histoires d’amour, aura une fin programmée. Mais le livre vaut...

couverture

Prisonnière de l'île glacée de Trofimovsk : Mémoires d'une déportée dans les camps sibériens de Dalia Grinkevičiūtė

critiqué par Monocle - (tournai - 60 ans)

Poignant

7 etoiles
Ils furent plus de 14.000 les lituaniens qui furent déportés en 1941 par la police de Staline sur une île au delà du cercle polaire. Ils furent pratiquement livrés à eux-mêmes et pour la plupart moururent de froid, de faim ou de maladie. Des conditions inhumaines, des êtres réduits à vivre...

couverture

Une visite au pays du diable de Karl May

critiqué par CC.RIDER - (61 ans)

Voyage en Orient

8 etoiles
Après avoir vécu mille aventures en Tunisie, Egypte, Syrie et Arabie Saoudite, le narrateur arrive aux confins de la Perse en passant par le Kurdistan, territoire mal défini, mais sous domination ottomane. Il séjourne chez les Yésidis, population que les Musulmans accusent d’adorer Sheïtan (Satan) tout comme les Turcs lui reprochent de rendre un culte...

couverture

La goûteuse d'Hitler de Rosella Postorino

critiqué par Pascale Ew. - (52 ans)

La guerre côté civil

8 etoiles
En 1943, Rosa vit chez ses beaux-parents et attend le retour de son mari Gregor parti à la guerre. Elle est réquisitionnée avec d’autres femmes pour devenir une des goûteuses d’Hitler. Enfermée pendant des heures à manger puis attendre les éventuels symptômes d’empoissonnement dans une pièce, ces femmes d’abord liées par la peur apprennent à...

couverture

Offshore de Pétros Márkarīs

critiqué par Isad - (Occitanie - 60 ans)

D’où vient l’argent ?

8 etoiles
Le livre est écrit du point de vue du commissaire dont nous partageons les pensées, assez critiques, sur la société qui l’entoure. Une enquête sur plusieurs meurtres, le retour d’armateurs qui avaient délocalisé le siège social de leur société à Londres ou l’arrivée de nombreuses entreprises étrangères l’amène à s’interroger sur la provenance des sommes...

couverture

Anatole de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Anatole, il est frivole ...

7 etoiles
Cette pièce se compose de sept saynètes dont le personnage d’Anatole est le pivot. Ce protagoniste accumule les conquêtes et semble incapable de construire une relation amoureuse qui dure alors même qu’il s’interroge au début de la pièce sur la fidélité des femmes. Certains soupçons sur la nature féminine naissaient mais la nature masculine n’est...

couverture

Liebelei de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

Le caractère incontrôlable de l'amour

7 etoiles
Fritz et Théodore sont deux amis qui aiment prendre du bon temps. Le premier est amoureux d’une femme mariée, mais l’époux vient de découvrir leur relation et ramène à l’amant les lettres envoyées à son épouse. Mizti et Christine sont deux jeunes femmes qui fréquentent ces deux amis. Christine est amoureuse de Fritz mais sent...

couverture

Le champ du potier de Andrea Camilleri

critiqué par Kostog - (47 ans)

Quand la mafia n'y peut rien

8 etoiles
Un cadavre découvert dans une carrière d'argile par un temps de cochon, un journaliste qui raconte des fadaises et un collègue qui rue dans les brancards pour qu'on lui confie l'enquête, voilà de quoi donner du « tracassin » au commissaire Salvo Montalbano. Et, avec l'âge, celui-ci a plutôt l'humeur à la rêverie et...

couverture

Mélodie de Vienne de Ernst Lothar

critiqué par Romur - (Viroflay - 46 ans)

Un anti-Zweig ? Un anti-Sissi !

8 etoiles
Comme S Zweig, Ernst Lothar a connu l’effondrement de l’Autriche-Hongrie, puis l’annexion de l’Autriche par les nazis. Mais là où Zweig sombre dans le désespoir, Lothar puise la force pour écrire un hymne à sa patrie à travers le roman d'une maison : l’immeuble du n°10 de la Seilerstätte qui abrite la famille Alt avec...

couverture

Les Pirates de la Mer Rouge, souvenirs de voyage, (Éd.1891) de Karl May

critiqué par CC.RIDER - (61 ans)

Voyages en Orient

6 etoiles
Dans le désert tunisien, le narrateur, avatar de Karl May, voyage en compagnie d'Halef, serviteur musulman particulièrement fervent qui veut lui témoigner son affection en essayant de le convertir à l’Islam. En chemin, les deux hommes découvrent le cadavre d’un Français dévoré par les vautours… Sur les bords du Nil, une réputation de médecin...

couverture

Les Fiancés: Histoire milanaise du XVIIe siècle de Alessandro Manzoni

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 74 ans)

un très grand classique !

10 etoiles
Quand je pense que j'ai attendu si longtemps pour lire ce grand roman ! Mais je ne regrette pas, d'autant que je l'ai lu en grande partie à Venise, donc en Italie. C'est une merveille, à condition qu'on aime vraiment lire et sans être rebuté par les longueurs d'un livre écrit dans les années 1820,...

couverture

Musique d'un puits bleu de Torborg Nedreaas

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 70 ans)

Une enfance en demi-teinte

6 etoiles
Petite incursion dans la littérature scandinave avec l'écrivaine norvégienne Torborg Nedreaas, contemporaine de Tarjei Vesaas, reconnue dans son pays comme l'un des auteurs importants de l'après seconde guerre mondiale, mais plutôt méconnue en France. Elle nous livre ici un récit, sorte de chronique d'une tranche de vie, dont on ne peut douter qu'il soit largement inspiré...

couverture

Le labyrinthe aux olives de Eduardo Mendoza

critiqué par Ravenbac - (Reims - 54 ans)

Déjanté !

7 etoiles
Enfermé dans un asile - contre son gré - depuis six ans, Cañuto jardinait tranquillement sans rien demander à personne quand un beau jour il se retrouve kidnappé. Ses ravisseurs, des policiers véreux, veulent lui confier une mission confidentielle, à la demande d'un prétendu ministre de l'Agriculture. Débute alors une aventure follement burlesque, où le...

couverture

1793 de Niklas Natt och Dag

critiqué par Pascale Ew. - (52 ans)

Très très noir !

6 etoiles
Un cadavre est découvert dans un lac de Stockholm. Ses quatre membres ont été amputés, ses yeux crevés et sa langue sectionnée. Deux personnes s’attèlent à mener l’enquête : un ex-soldat ivrogne, Mickel Cardell, et un homme de loi se mourant de tuberculose, Cecil Winge. Ils vont remonter petit-à-petit le fil d'histoires personnelles malheureuses qui s'entremêlent... Ce...

couverture

Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald

critiqué par Marvic - (Normandie - 61 ans)

Enfin seule ?!

7 etoiles
Le jour où Emma, sa fille, quitte l’appartement pour suivre des études en faculté à Karlskrona, le monde d’Anita s’écroule. Maman à 19 ans, la voilà "mère célibataire sans enfant" à 38. Employée dans un supermarché de la petite ville de Skogahammar , elle y retrouve ses collègues et amies, Pia et Nesrin, s’écoutant, s’épaulant les...