Littérature => Moyen Orient (156 livres critiqués)


Page 1 de 4 Suivante Fin

couverture

La vie est un caravansérail de Emine Sevgi Ozdamar

critiqué par Voiz'art - (53 ans)

Un caravansérail truculent

8 etoiles
Voilà un roman poétique et truculent tout à la fois, dont les phrases semblent sorties d'un conte moderne où chaque expression sort tout droit d'un passé ancestral. Ecrit à la première personne, ce livre baroque qui emprunte son titre à un proverbe derviche raconte avec une drôlerie vivifiante les premières années d'une jeune Turque, née...

couverture

Gaza dans la peau de Selma Dabbagh, Benoîte Dauvergne

critiqué par Débézed - (Besançon - 77 ans)

Vivre à Gaza sous les bombes

8 etoiles
C’est au moment où la situation devient de plus en plus cruelle en Palestine que les Editions de l’Aube rééditent ce roman de Selma Dabbagh, fille d’un Palestinien et d’une Ecossaise, exilée en Grande-Bretagne après avoir longtemps erré à travers l’Europe et même ailleurs. Ce livre, été publié en 2012 en Angleterre, raconte l’histoire d’une...

couverture

La Pierre et l'ombre de Burhan Sönmez

critiqué par TRIEB - (BOULOGNE-BILLANCOURT - 72 ans)

TURQUIE DEVOILEE

7 etoiles
Burhan Sönmez est un écrivain kurde écrivant en turc. Il a joué un rôle important dans la défense de l’écrivaine Asli Erdoğan, exilée de son pays pour cause de dissidence et de censure. Il a été également président de Pen International, association en charge de défense des droits des écrivains à l’échelle internationale. Son roman...

couverture

Stupeur de Zeruya Shalev

critiqué par Veneziano - (Paris - 46 ans)

Amour filial et passé politique

9 etoiles
A l'heure où son père s'en va doucement, la narratrice vient à son chevet. Elle profite de ces derniers instants de confidence et de présence pour recueillir ses témoignages ultimes. Il revient sur sa vie sentimentale, un peu plus complexe qu'il n'y paraît a priori, et sur son engagement politique en Israël, alors que s'appliquait...

couverture

Contes kurdes de Dersim: Sanikê kirmanciya Dêsimî de Ziya Aydin

critiqué par CHALOT - (Vaux le Pénil - 76 ans)

Les contes : patrimoine culturel d'une richesse incalculable

9 etoiles
Contes kurdes de Dersim livre en Kurde et Français écrit par Ziya Aydin Les contes : patrimoine culturel d'une richesse incalculable Le peuple Kurde est riche en histoire et en patrimoine. S'il a subi durant de grandes périodes la répression de puissances refusant sa spécificité et son indépendance, il maintient coûte que coûte la transmission de sa culture contre le joug...

couverture

Mirages dans ma valise de Montaha Gharib

critiqué par Débézed - (Besançon - 77 ans)

Des mots mitraillettes pour un peuple accablé

8 etoiles
Je connais un peu la situation que décrit Montaha dans le présent recueil, j’ai eu l’opportunité d’en lire un précédent et, à cette occasion, j’ai eu un échange avec elle. Son témoignage est vraiment très émouvant, accablant pour ceux qui dirigent et pillent ce pays mais aussi pour ceux qui laissent faire sans bouger même...

couverture

Le monstre de la mémoire de Yishai Sarid

critiqué par Monocle - (tournai - 64 ans)

Pour ne pas oublier

8 etoiles
LE MONSTRE DE LA MEMOIRE de Hishaï Sarid "Actes Sud 2021 - traduit de l'hébreu 2017" 160,- pages "je restais cependant toujours aussi terrorisé par l’histoire du temps présent, que je voyais comme un torrent déchaîné, capable de tout emporter sur son passage. Or moi, j’aspirais à une vie tranquille, tournée vers les...

couverture

Les Mille et Une Nuits de Colette Fouquoire, Marie-Hélène Philippe

critiqué par Froidmont - (Laon - 32 ans)

Un récit dans un récit dans un récit dans un récit ...

6 etoiles
Le conte du pêcheur Il faut mettre au pas les génies, leur montrer qui commande ici. Si d’aventure il crie vengeance, promet à toute humaine engeance une mort lente et douloureuse pour punir les mains orgueilleuses qui le scellèrent dans un pot, il suffit de piéger ce sot pour l’amener, esprit docile, à accepter pareil exil....

couverture

Unité 8200 de Dov Alfon

critiqué par Tistou - (68 ans)

24h chrono d’une enquête échevelée

6 etoiles
« L’unité 8200 (prononcé 8-200, en hébreu : יחידה 8200, Yehida Shmone-Matayim, également appelée Israeli SIGINT National Unit ou ISNU) est une unité de renseignement de l'Armée de défense d'Israël, responsable du renseignement d'origine électromagnétique et du décryptage de codes. L'unité est aussi désignée dans certaines publications militaires sous le nom de Central Collection Unit...

couverture

Mon père et ma mère de Aharon Appelfeld

critiqué par Saint Jean-Baptiste - (Ottignies - 88 ans)

Le livre de trop ?

2 etoiles
Aharon Appelfeld a raconté sa vie au cours de plusieurs livres très réussis mais celui-ci, qui est son dernier, est, à mon avis, le livre de trop. Il raconte ses vacances avec son père et sa mère quand il avait 10 ans. Et il ne se passe rien. Ils vont chaque année au même endroit...

couverture

La vie joue avec moi de David Grossman

critiqué par Pascale Ew. - (57 ans)

Les blessures du passé

6 etoiles
A 90 ans, il est temps de faire la lumière sur les ombres de son passé qui empoisonnent ses proches. Véra Nowak, d’origine juive et yougoslave, s’est remariée et vit en Israël avec son mari Touvia et sa fille Nina. Raphaël, le fils de Touvia, d’un premier mariage, tombe instantanément amoureux de Nina. Hélas, c’est...

couverture

Les nuits de la peste de Orhan Pamuk

critiqué par Elko - (Niort - 48 ans)

La peste, le Commandant et la Reine

8 etoiles
On surnomme la petite île ottomane de Mingher la perle de la méditerranéen orientale. Sa beauté et sa douceur de vivre sont réputées à travers le monde. En 1901, un bateau transportant une délégation médicale se voit dérouté pour y déposer le docteur Bonkowsky Pacha, spécialiste impérial des maladies contagieuses. La peste pourrait s’être déclarée...

couverture

Madame Hayat de Ahmet Altan

critiqué par Meije - (69 ans)

Lumière et ténèbres

10 etoiles
Dans un contexte politique, social et économique catastrophique, où la population vit dans la crainte permanente des délations, des arrestations et des emprisonnements arbitraires, Madame Hayat est le récit de deux histoires d’amour vécues simultanément par Fazil le narrateur, étudiant en littérature. Après la ruine et la mort de son père, riche entrepreneur, Fazil...

couverture

La stupeur de Aharon Appelfeld

critiqué par Poet75 - (Paris - 67 ans)

Un périple pour réparer

10 etoiles
Grâce à Valérie Zenatti, qui en est la fidèle traductrice, l’œuvre de Aharon Appelfeld, mort en janvier 2018 en Israël, continue de nous parvenir. Chaque livre, chaque roman se présente comme une pièce de plus dont l’ensemble constitue une œuvre d’une qualité littéraire et, tout bonnement, humaine remarquable. La Stupeur, qui vient de paraître aux...

couverture

L'ange de l'histoire de Rabih Alameddine

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 44 ans)

Evocation d'une vie une nuit dans un hôpital psychiatrique

9 etoiles
Jacob, poète d’origine yéménite, a des hallucinations. Il communique avec Satan et quatorze autres saints. Dans la salle d’attente d’un hôpital psychiatrique, il se souvient des principaux événements qui ont marqué sa vie, aussi bien ses histoires familiales que ses histoires amoureuses. Sa vie est haute en couleur, fils d’une prostituée d’un bordel égyptien, ...

couverture

Jusqu’à la mort de Amos Oz

critiqué par Bookivore - (MENUCOURT - 41 ans)

A bas l'antisémitisme !

8 etoiles
Court, ce livre : un recueil de nouvelles, paru à la base en 1971 (mais qui attendra 2020 pour se faire traduire et publier chez nous !), qui, en fait, ne contient que deux nouvelles, de longueur égale, toutes deux de 80 pages environ, soit 160 pages au total. Je découvre Amos Oz, cet auteur israélien...

couverture

Le dernier grenadier du monde de Bakhtiar Ali

critiqué par Alma - (- ans)

A la recherche du fils perdu

10 etoiles
La lecture de ce roman e été pour moi source d'un plaisir constant . . Ce plaisir a d'abord été pendant les 50 premières pages un plaisir esthétique lié à la musicalité de l'écriture, à la puissance incantatoire des phrases basées sur des reprises, qui comme des vagues successives me transportaient dans un univers à...

couverture

L'oiseau captif de Jasmin Darznik

critiqué par Pascale Ew. - (57 ans)

Pas un conte de fée

7 etoiles
Ce roman reprend la vie de la poétesse iranienne Forough Farrokhzad. En tant que jeune fille dans les années quarante, elle a vécu recluse chez elle et elle étouffe. Elle a arrêté ses études très tôt et est tombée amoureuse d’un cousin qu’elle arrive à voir en cachette. Elle fait des pieds et des mains...

couverture

La dernière interview de Eshkol Nevo

critiqué par Kinbote - (Jumet - 65 ans)

Une vie d'écrivain

9 etoiles
Un écrivain en crise (les écrivains qui se racontent sont toujours en crise) répond aux questions des internautes que lui a envoyées un webmaster. On a l’éventail complet des questions sur le sujet. Et l’écrivain qui est quasi un double de l’auteur y répond peu ou prou, directement ou à côté, de même qu’il nous raconte...

couverture

La laveuse de mort de Sara Omar

critiqué par CHALOT - (Vaux le Pénil - 76 ans)

émouvant, violent mais vrai

10 etoiles
«  La laveuse de mort » roman de Sara Omar éditions Acte Sud 373 pages octobre 2020 Editions Acte sud Ma fille m'avait dit : « C'est dur, très dur mais c'est, aussi , inoubliable. » J'étais loin de penser que j'en arriverais à rester rivé au livre avec deux sentiments: l'épouvante devant les monstruosités faites aux femmes et l'admiration devant l'attitude de deux héros positifs. L'histoire...

couverture

Entre ici et là de Amir Or, Sylvie Deparis (Dessin)

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 56 ans)

«Et écris en moi un nouveau poème sur la table de ton cœur».

10 etoiles
«Ne demande pas» La surface sous la page, appelle-la table. Les mots, ne demande pas comment ils sont arrivés. Regarde le monde des feuilles. Nomme-le arbre. Sur la feuille du matin une goutte de rosée étincelle. Ne demande pas comment, demande d’où. La forme des choses est la forme de l’œil. La «Couronne d’or» 2020 de la ville de Struga (Macédoine du...

couverture

Une nuit, Markovitch de Ayelet Gundar-Goshen

critiqué par Romur - (Viroflay - 50 ans)

Nous avons soupiré en rêvant à elle

7 etoiles
Impression d’abord mitigée devant les péripéties de ce roman qui traverse quelques dizaines d’années dans un petit village d’Israël. C’est plaisant, ironique, avec en fait générateur ce Yaacov Markovitch qui a contracté un mariage blanc pour aider une femme à quitter l’Europe mais ne veut plus s’en séparer une fois arrivé. Et puis j’ai réalisé...

couverture

Une deux trois de Dror A. Mishani

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Un suicide de trop

10 etoiles
Je retrouve mon auteur de polar préféré. Après « une disparition inquiétante » qui m’avait emballé, je tombe à nouveau sur cet auteur que je m’empresse de lire.. Comme je le disais dans mon autre compte rendu, Dror Mishani, auteur israélien, bouscule les règles du polar. Il ne nous fourvoie pas dans 5 ou 6 pistes...

couverture

La femme aux cheveux roux de Orhan Pamuk

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Qui est-tu mon père? Qui est-tu mon fils?

8 etoiles
C'est toujours avec un sentiment d'anticipation et non sans éprouver une petite crainte d'être déçu que j’aborde un énième roman d’Orhan Pamuk. Cette fois encore, au bout de quelques lignes seulement, la magie 'pamukienne' opérant, c'est avec le sourire aux lèvres que j'ai poursuivi ma lecture, curieux de découvrir à quel sujet de réflexion et...

couverture

Je ne reverrai plus le monde : Textes de prison de Ahmet Altan

critiqué par Nathavh - (59 ans)

Indispensable

10 etoiles
Ahmet Altan, romancier, essayiste, journaliste, rédacteur en chef au quotidien turc "Taraf" a été arrêté le 15/07/16. Condamné dans un premier temps à perpétuité pour tentative de putsch, il sera enfermé 1138 jours dans les quartiers de Haute Sécurité des geôles turques avec enfin ce 4 novembre 2019 un arrêt de la Haute Cour...

couverture

Oranges amères de Liad Shoham

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Imbroglio

6 etoiles
Thriller israélien sur fond de campagne électorale. On comprend vite que toutes les campagnes dans tous les pays se passent quasi de la même façon : corruption, dessous de table, manipulations médiatique, suicides camouflés, assassinats.. « Il est toujours bon de détourner l’attention du public sur des questions qui ont une apparence idéologique… » « Il éprouva...

couverture

Dialogues sous les remparts de Oya Baydar

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 74 ans)

Tristesse de l'impuissance

8 etoiles
"Dialogues sous les remparts" est un texte relativement récent puisque paru dans son édition originale en 2016. Il a été écrit après la rupture des négociations entre le gouvernement turc et les responsables politiques kurdes, rupture qui ouvrit en juillet 2015 une période de combats mortifères et destructeurs. Son auteure Oya Baydar n'est pas seulement une...

couverture

Toucher l'eau, toucher le vent de Amos Oz

critiqué par Veneziano - (Paris - 46 ans)

Fuir, survivre et réfléchir

8 etoiles
Un intellectuel juif polonais, Elisha Pomerantz, est condamné à l'exil perpétuel au fil des années 1940, en raison de la situation géopolitique. Les événements le séparent de son épouse, philosophe, qui tente également de survivre. Le protagoniste se dissimule, dans des forêts, des chalets abandonnés, se réfugie dans un kibboutz, tout en essayant de ne...

couverture

L'absence de Soloutch de Mahmoud Dowlatabadi

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

L'inexorable marche du progrès

8 etoiles
Composé et mémorisé alors qu'il était en prison puis rédigé en un rien de temps une fois que M.Dowlatabadi eut retrouvé la liberté, 'L'absence de Soloutch' nous plonge dans le quotidien d'un village d'Iran au cours des années 1960. S'étalant sur une période d'environ une année, le récit illustre les conséquences de la vague de...

couverture

Douleur de Zeruya Shalev

critiqué par Veneziano - (Paris - 46 ans)

Refaire sa vie, le projet et ses complications

8 etoiles
Iris est devenue une directrice d'école réputée, alors que son auditoire était basé sur une base sociologique défavorisée. Mariée avec enfant, tout semble lui sourire. En apparence, c'est bien le cas, si ce n'est qu'elle n'a pas forcément su se remettre au mieux de l'attentat auquel elle a réchappé, que son mari s'éloigne et qu'elle...

couverture

Un fusil, une vache, un arbre et une femme de Meir Shalev

critiqué par GiLau - (Annecy - 61 ans)

Histoires de famille en Israël

8 etoiles
Belle histoire au pays d’Israël, tout y est, la nature, les sentiments, les drames et les bonheurs sur un ton d'humour distillé à merveille et une plume assurément de qualité. Belle découverte et plaisirs assurés....

couverture

Exit West de Mohsin Hamid

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 44 ans)

Exil poétique

9 etoiles
Présentation de l'éditeur Une grande ville au bord de la guerre civile, quelque part au Moyen-Orient. Saïd y rencontre Nadia, une jeune femme indépendante, sensuelle et déterminée. Jour après jour, les explosions, les échanges de tirs et les points de contrôle sauvages transforment un peu plus la vie des habitants en enfer. Nadia et Saïd doivent...

couverture

Le colonel de Mahmoud Dowlatabadi

critiqué par SpaceCadet - (Ici ou Là - - ans)

Une fenêtre sur la révolution iranienne

8 etoiles
Au milieu de la nuit, dans une petite ville de province iranienne, un homme veille. Il pleut. L'atmosphère est lourde et chargée d'incertitude. Puis on frappe à la porte. Conscient de ses moindres gestes, l'homme va ouvrir, puis après s'être introduit chez lui, deux policiers l'enjoignent de les accompagner au bureau du procureur....

couverture

Le silence même n'est plus à toi de Aslı Erdoğan

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Chroniques kurdes

8 etoiles
Recueil de chroniques que l’auteur a rédigées pour un journal kurde et qui mèneront à son emprisonnement. Elle compare dans quelques pages la Turquie actuelle avec le régime nazi : « Parce qu’ils voulaient la paix, parce qu’ils ont déclaré ne pas être complices des crimes atroces qu’elle commet, la Turquie des années 2010 a jeté en...

couverture

Le retour de Mèmed le Mince de Yachar Kemal

critiqué par Fanou03 - (* - 48 ans)

Mèmed face à sa légende

8 etoiles
Mèmed le Mince, le bandit au grand cœur, est traqué par les gendarmes dans les Montagnes du Taurus. Grièvement blessé, il disparaît sans laisser de trace. Est-il mort ? A-t-il été recueilli par ses partisans ? Les notables de la plaine et les militaires décident de mettre les bouchées doubles s'assurer de la mort de celui qui...

couverture

Le quartier américain de Jabbour Douaihy

critiqué par Marvic - (Normandie - 65 ans)

Perdu-e-s

5 etoiles
Le Quartier américain, à flanc de colline, garde encore quelques traces de son passé résidentiel de Tripoli ; quelques maisons où s'entassent des familles pauvres que les cultures maraîchères ne suffisaient plus à nourrir. "La ville était morte. Elle se réveillait tard, et passé huit heures du soir, c'était une ville fantôme. Elle avait lutté contre le...

couverture

Les anges ne reviendront pas de Firouz Nadji-Ghazvini

critiqué par Débézed - (Besançon - 77 ans)

Ils ont tué les poètes

7 etoiles
Firouz Nadji-Ghazvini a quitté l’Iran en 1985, déjà au temps du shah il était inquiété par la censure. Il n’était pas à proprement parler impliqué dans la vie politique du pays mais il dénonçait les atteintes aux droits de l’homme et les injustices. Il a écrit ce livre en 2002, mais il en situe l’action...

couverture

Seul le grenadier de Antoon Sinan

critiqué par Grandgousier - (59 ans)

le laveur de cadavres

10 etoiles
Encore une œuvre majeure de la littérature publiée aux éditions Acte Sud! Le grenadier du titre français est celui qui pousse dans la courette jouxtant le local où officie le père de Jawad, laveur de cadavres selon le rite chiite. Jawad n'a pas du tout envie de prendre la suite des nombreuses générations qui se sont...

couverture

Topaz de Hakan Günday

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Vente et Tourisme de masse

10 etoiles
Hakan Günday s’impose comme la nouvelle génération d’écrivains turcs. Il a déjà écrit 8 romans, a gagné plusieurs prix tant en Turquie que chez nous. Il a également reçu le prix Médicis étranger 2015. Topaz est un immense centre à Antalaya où on vend des bijoux aux touristes. Bien sûr, tout l’art du vendeur est de...

couverture

Les vies de papier de Rabih Alameddine

critiqué par Lucia-lilas - (57 ans)

Une vieille dame indigne...

10 etoiles
Les Vies de papier est un roman que je vais garder bien précieusement dans un coin de ma bibliothèque, à portée de main et de regard comme le portrait d’un être cher que l’on aime avoir sous les yeux… Oui, j’ai adoré le personnage d’Aaliya Saleh avec ses soixante-douze ans, ses cheveux bleus (ben oui, une...

couverture

Un serpent à Alemdag de Sait Faik Abasıyanık

critiqué par Débézed - (Besançon - 77 ans)

Dans les rues et tavernes d'Istanbul

8 etoiles
Sait Faik Abasiyanik est surtout connu pour ses nouvelles dont ce recueil publié l’année de sa mort en 1954, à l’âge de quarante-huit ans seulement. Dans ces textes, selon le préfacier, le grand écrivain Nedim Gürsel lui-même, « Sait Faik… est au sommet de son art », « …tel le peintre qui, sur ses dernières...

couverture

Judas de Amos Oz

critiqué par Poet75 - (Paris - 67 ans)

Qui est le traître?

9 etoiles
Sous des apparences de simplicité, le nouveau roman d'Amos Oz ne manque ni de subtilité ni de complexité et il ne fait aucun doute qu'on peut le compter parmi les oeuvres importantes de cet auteur. L'intrigue peut assez facilement se résumer. Tout se déroule entre fin 1959 et début 1960 à Jérusalem. Un étudiant hirsute...

couverture

Comme deux soeurs de Rachel Shalita

critiqué par Lucia-lilas - (57 ans)

Comme deux soeurs de Rachel Shalita

10 etoiles
Années vingt ou trente, hôpital Hadassah de Tel-Aviv, Dvorah donne naissance à Véra. Elle aurait préféré un autre prénom : Tsipi, Ruthi, Shula ou Hermona. Mais Léon, son mari, a choisi Véra, en souvenir de Véra Weizmann. Trop « galoutique », juge Dvorah se pliant malgré tout au désir de son époux. « Galout », c'est l'exil, la diaspora. Natif de Rostov-sur-le-Don,...

couverture

Les putes voilées n'iront jamais au Paradis ! de Chahdortt Djavann

critiqué par Le rat des champs - (73 ans)

Les fantômes des putes lapidées

10 etoiles
Ce livre est indispensable, c'est un coup de poing, au style impeccable. C'est un réquisitoire sans faiblesse contre les violences faites aux femmes en Iran, par des hypocrites qui ne peuvent concevoir que s'ils sont nés, c'est parce que pour le plus grand malheur des autres, un jour leur mère a écarté les jambes. Dans...

couverture

De face sur la photo de Ronit Matalon

critiqué par Pacmann - (Tamise - 59 ans)

Langueur monotone

5 etoiles
Esther, adolescente israélienne, raconte la vie de sa famille durant le troisième quart du 20ème siècle et ce au travers de photos de membres de la diaspora juive francophile répartie dans différents pays d’Afrique. Les chapitres ne sont pas numérotés et chacun débute par une photographie conservée ou perdue qui fait l’objet de commentaires ou...

couverture

La cage dorée de Shirin Ebadi

critiqué par John - (34 ans)

Mémoires d'Iran

10 etoiles
Livre conseillé par des amis à l'approche de mon voyage en Iran, cette biographie de la vie de la prix Nobel de la paix Iranienne Shirin Ebadi retrace l'Iran de la seconde moitié du XX siècle, celle du Shah Mohammed Reza et de sa chute, et de la révolution islamique de 1979. L'histoire est celle de...

couverture

Villa des femmes de Charif Majdalani

critiqué par Saule - (Bruxelles - 58 ans)

Un bon petit roman

8 etoiles
Voila un bon petit roman qui raconte la vie d'une riche famille d'industriels chrétienne sur fond de guerre civile au Liban. Nous sommes dans les 70 : un serviteur, sorte de factotum attaché à la famille, observe et raconte avec nostalgie le déclin de la famille à laquelle il est dévoué, un déclin qui commence...

couverture

Crime d'honneur de Elif Shafak

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 74 ans)

Le poids de l'héritage culturel

7 etoiles
Ce roman nous conte l'histoire d'une famille musulmane turque mi-kurde immigrée en 1970 à Londres. Adem, le père et sa femme Pembe, parents de deux enfants de 8 et 7 ans, Iskender et Esma, ont choisi l'exil, attirés par le mirage d'une vie meilleure en Occident. Yunus, le petit dernier naîtra, lui, quelques années plus...

couverture

Et ne reste que des cendres de Oya Baydar

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 74 ans)

Bilan désenchanté d'une génération militante

9 etoiles
Paru il y a déjà quinze ans en Turquie, ce roman d'Oya Baydar - dont j'avais beaucoup aimé "Parole perdue" - vient enfin de bénéficier d'une traduction en français. Construit en un savant tissage de flash-back maîtrisé de façon éblouissante, très ancré dans l'histoire de la Turquie moderne, des années 60 environ jusqu'à la fin des...

couverture

Un cheval entre dans un bar de David Grossman

critiqué par Rotko - (Avrillé - 50 ans)

le clown triste, ou le jeu métaphorique des interlocuteurs et des doubles,

10 etoiles
Grossman David, un cheval entre dans un bar L’étonnement initial à trouver dans un livre une relation de « stand up » (un spectacle de cabaret avec un « seul en scène », ) laisse place à de l’admiration devant le regard multiple de l’auteur : à la fois narrateur de la performance de l’acteur Dovalé, son interprète, il...