Littérature => Européenne non-francophone (2098 livres critiqués)


Page 1 de 42 Suivante Fin

couverture

La note secrète de Marta Morazzoni

critiqué par Veneziano - (Paris - 40 ans)

L'amour du chant et de la vie au grand jour

9 etoiles
Au XVIIème siècle, à Milan, une nonne mélomane consciente de sa valeur musicale recherche une partenaire faisant office d'alter ego pour l'accompagner et la seconder pour diriger le choeur. Elle la trouve en la personne de Paola Pietra, jeune aristocrate entrée dans les ordres contre son gré, à l'église Sainte-Radegonde. Or sa voix de contralto...

couverture

Sur la route de Babadag de Andrzej Stasiuk

critiqué par Tistou - (61 ans)

14 Nouvelles

8 etoiles
« Andrzej Stasiuk est né à Varsovie en 1960. Militant pacifiste dans sa jeunesse, il passe deux ans en prison pour avoir refusé de faire son service militaire, expérience qu’il racontera plus tard dans Mury Hebronu (Les Murs d’Hébron). Après avoir travaillé pour des journaux clandestins au temps de Solidarité, il quitte Varsovie en 1986...

couverture

Les grands bois de Adalbert Stifter

critiqué par Romur - (Viroflay - 44 ans)

Romantisme gentiment naïf

5 etoiles
Si les écrivains autrichiens du XXème sont bien connus (Zweig, Schnitzler, Rilke...) j’ai dû creuser un peu pour les siècles antérieurs. Parmi les noms qui émergent, Adalbert Stifter. J’ai acheté quelques-uns de ses romans : Les grands bois est celui qui l’a lancé. Amoureux des paysages de sa Bohême natale, Stifter nous dépeint la nature,...

couverture

Dans l'ombre, la mère de Grazia Deledda

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

GRAZIA DELEDDA S'INTÉRESSE AUX MOUVEMENTS DE L'ÂME

7 etoiles
Au début de l’histoire nous sommes en pleine nuit. Un homme sort discrètement de sa maison. Sa mère, Maria-Maddalena qui vit avec lui l’épie, puis le suit discrètement dans la nuit noire. Elle a percé son secret, depuis plusieurs nuits maintenant, son fils court rejoindre une femme… Rien de plus banal, si ce n’est que...

couverture

Fado de Andrzej Stasiuk

critiqué par Tistou - (61 ans)

24 nouvelles

7 etoiles
« Andrzej Stasiuk est né à Varsovie en 1960. Militant pacifiste dans sa jeunesse, il passe deux ans en prison pour avoir refusé de faire son service militaire, expérience qu’il racontera plus tard dans Mury Hebronu (Les Murs d’Hébron). Après avoir travaillé pour des journaux clandestins au temps de Solidarité, il quitte Varsovie en 1986...

couverture

La nuit des Juifs-vivants de Igor Ostachowicz

critiqué par Manhud Yrogerg - (Bruxelles - 40 ans)

Etrange

6 etoiles
Voici un ouvrage qui sort du commun. Une histoire de zombies écrit par l'éminence grise de Donald Tusk. A Varsovie, dans les années 2010, soudain les victimes de la répression du ghetto de Varsovie reviennent hanter les vivants. Nous avons aussi entre entre une apparition du diable en personne. Un...

couverture

Querelle autour d'un petit cochon italianissime à San Salvario de Amara Lakhous

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

temps de cochon à Turin

10 etoiles
Amara Lakhous, dans la veine de ses deux précédents romans, nous entraîne dans une joyeuse comédie, turinoise cette fois, à la poursuite d’une jeune cochon égaré dans une mosquée et de deux mafias, la roumaine et l’albanaise, sorties tout droit de l’imagination d’un journaliste en mal de copie. La plaisanterie sert de prétexte, une fois...

couverture

Berlin secret de Franz Hessel

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Jules et JIm

8 etoiles
Franz Hessel fait partie de ces écrivains du début du XX° siècle qu’on a un peu oublié, cette édition d’un roman resté non traduit pendant près de neuf décennies, devrait attirer sur lui un peu plus de lumière et vers son œuvre un peu plus de lecteurs. Beaucoup, comme moi avant de lire ce texte,...

couverture

Elephant de Martin Suter

critiqué par Ludmilla - (Chaville - 62 ans)

Martin Suter, une valeur sûre

9 etoiles
Une fois n’est pas coutume, la présentation de l’éditeur se révèle exacte sans en dire trop : « Conte de fée moderne, Éléphant est aussi un livre authentique et poignant sur la vie des sans-abri, sur la résilience et une magnifique histoire d’amour, un roman qui raconte comment on peut rester un être humain en des...

couverture

Abigaël de Magda Szabó

critiqué par Ludmilla - (Chaville - 62 ans)

Qui est donc Abigaël?

9 etoiles
Gina a 14 ans. Gina a perdu sa mère à 2 ans, depuis elle a été élevée par son père et Marcelle, sa gouvernante française. Mais c’est la guerre et la Hongrie et la France appartiennent à deux camps opposés. « Le père et la fille s'aimaient passionnément, bien qu'au cours des treize ans...

couverture

Cox ou la course du temps de Christoph Ransmayr

critiqué par Pacmann - (Tamise - 53 ans)

L'horloger et l'empereur

4 etoiles
Alister Cox est un horloger anglais qui, à l’invitation de l’empereur de Chine, est censé réaliser une série d’instruments capables de mesurer voire de maîtriser la course du temps. La recherche de la confrontation entre deux mondes, entre deux cultures, on a déjà vu cela ailleurs et en beaucoup mieux. Je pense par exemple à...

couverture

Le pays sous le vent de Grazia Deledda

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

«Et je brûlais du désir de le rencontrer de nouveau, un jour, pour le faire souffrir.»

8 etoiles
Nina est une jeune fille de dix-sept ans, éprise de liberté et amoureuse de la lecture, elle grandit dans une famille modeste du centre de la Sardaigne. Pour arrondir leurs fins de mois, ses parents louent d’ailleurs régulièrement une chambre à des hôtes de passage. Parmi ceux-ci un notaire, ami de la famille dont le...

couverture

La saga de Youza de Youozas Baltouchis

critiqué par Fanou03 - (* - 42 ans)

L'enfant du marais

8 etoiles
La littérature balte est pour le moins une littérature assez rare en traduction française. On y trouve malgré tout de belles pépites, comme par exemple [i]l’homme qui savait la langue des serpents[/i] de l’estonien Andrus Kivirähk, que j’avais beaucoup aimé. Écrit cette fois-ci dans les années 1980 par un auteur lituanien, Youozas Baltouchis, [i]la Saga...

couverture

La sorcière de Camilla Läckberg

critiqué par Pascale Ew. - (50 ans)

Très long

6 etoiles
Il y a 30 ans, une fillette, Stella, a été assassinée et deux adolescentes ont avoué l'avoir tuée, Marie et Helen, pour ensuite se rétracter, mais personne n'a plus cru à leur innocence. A présent, le fils d'Helen, Sam, est amoureux de Jessie, la fille de Marie, devenue star de cinéma. Et l'histoire se répète :...

couverture

Divorce à la musulmane à viale Marconi de Amara Lakhous

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

arabesques

10 etoiles
Une exquise pantalonnade romaine, par un Amara Lakhous en verve, habile à travestir son message antiraciste sous les habits d'Arlequin. Dans un quartier "ethnique" de Rome où vivent de nombreux musulmans, une opération est montée par les services secrets, destinée à déjouer une préparation d'attentat kamikaze. Nom de code de l'opération : "Little Cairo". Un...

couverture

La poésie n'existe pas de Eugenio Montale

critiqué par Kinbote - (Jumet - 59 ans)

Portrait de l'artiste en être vaniteux

9 etoiles
De 1946 à 1951, Eugenio Montale publie dans des journaux italiens des textes satiriques qui démontent le statut du poète, du philosophe, du chanteur et du peintre. Il les dépeint dans leur être social, avides à la fois de singularité et de reconnaissance officielle, soucieux d'être subsidié tout en critiquant le "système". " Le poète veut...

couverture

Ce soir, on regardera les étoiles... de Francesco Casolo, Alì Ehsani

critiqué par Alapage - (44 ans)

Témoignage vibrant d'émotions...

9 etoiles
Extrait : Les gens qui parlent des émigrés utilisent souvent le mot « désespérés », mais ce que moi, je pense, aujourd’hui, à Rome, dans ma vie italienne, c’est qu’il n’y a rien de plus semblable à l’espoir que la décision d’émigrer : espoir d’arriver dans un endroit meilleur, espoir de réussir, espoir de survivre,...

couverture

La fin de la solitude de Benedict Wells

critiqué par Pacmann - (Tamise - 53 ans)

Un roman percutant, troublant,… une sorte de révélation

10 etoiles
Jules Moreau, le personnage central du roman et narrateur, est un garçon orphelin de nationalité allemande, né dans les années 70 avec des ascendants français. La grand-mère vit près de Montpellier. Après un accident de moto, il retrace sa vie qui défile entre l’âge de 7 ans et la bonne quarantaine qu’il a atteint...

couverture

Bateau de papier de Olav Håkonson Hauge, Sandrine Cnudde (Dessin)

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

"Et le voilà content, content comme une bouteille de cidre quand le printemps y fait monter une petite bulle de gaz et que le bouchon va sauter"

8 etoiles
La nouvelle nappe Jaune, la nouvelle nappe. Et blanches, les pages neuves! Sûr que les mots vont venir: une si belle nappe, un si beau papier! La glace a recouvert le fjord, les oiseaux viennent s'y poser. Pratiquement inconnu chez nous Olav Håkonson HAUGE (1908-1994) est pourtant une gloire nationale dans son pays et est considéré comme le plus grand poète norvégien du...

couverture

Le livre des livres perdus de Giorgio Van Straten

critiqué par Kinbote - (Jumet - 59 ans)

A la recherche des livres perdus

8 etoiles
Giorgio Van Straten, né à Florence en 1955, est directeur de l’Institut de culture italienne de New York, spécialiste de la musique mais aussi romancier. Il a entrepris, aidé parfois d’amis écrivains, d’écrire ce bref et stimulant ouvrage publié en France par Actes Sud qui rapporte huit histoires de livres perdus, par la volonté ou...

couverture

Pas ici, pas maintenant de Erri De Luca

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

Une jeunesse napolitaine

10 etoiles
Le narrateur s'adresse à sa mère et évoque quelques souvenirs de sa jeunesse napolitaine. Ce "je" parle à ce "tu" alors qu'il a plus de soixante ans et qu'elle n'est plus. Il y a désormais une vitre entre eux deux, la mort. Le narrateur, qui pourrait être grandement inspiré de la jeunesse de l'auteur, évoque...

couverture

Les petits vieux d'Helsinki font le mur de Minna Lindgren

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

«Finns det någo roliga döda?»*

7 etoiles
Un an après les évènements racontés dans le premier volume des «petits vieux» (déjà critiqué sur CL ici : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/51938), nous sommes donc de retour à Helsinki, ou nous retrouvons nos trois héroïnes préférées à savoir Siri Kettunen bientôt 96 ans, Irma Lännenleiumu 93 ans et Anna-Liisa Petäjä 94 ans! Et bien sûr leur maison...

couverture

La fille du pape de Dario Fo

critiqué par Ddh - (Mouscron - 76 ans)

Lucrèce Borgia, belle mais pas que...

8 etoiles
Lucrèce Borgia est la fille du pape Alexandre VI. C'est à la grande époque de la Renaissance. Dario Fo est né de parents italiens antifascistes en 1926. Mais il soutiendra le régime fasciste en s'engageant à l'époque dans l'armée. Il est avant tout un homme de théâtre. D'ailleurs, La fille du pape (2014 en Italie...

couverture

Choc des civilisations pour un ascenseur Piazza Vittorio de Amara Lakhous

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

salade romaine

10 etoiles
Un livre, petit par la taille, mais grand par la qualité de l’écriture et la force du message délivré dans cette chronique du racisme ordinaire. Des personnages d’origines sociales et culturelles variées se côtoient dans un immeuble d’une Rome contemporaine et terriblement universelle. Le point focal de ce microcosme est l’ascenseur, que certains voudraient voir...

couverture

Lumikko de Pasi Ilmari Jääskeläinen

critiqué par Goupilpm - (La Baronnie - 61 ans)

Résumé prometteur, développement décevant

1 etoiles
Dans le nord de la Finlande, Ella, professeure remplaçante, intègre une société littéraire secrète gérée par Laura Lumikko, une célèbre autrice de livres fantastiques pour enfants. Suite à la brutale disparition de Lumikko lors d'une tempête de neige inexplicable survenue dans la maison même de l'écrivaine, Ella va tenter de percer les nombreux secrets de...

couverture

Sens dessus dessous de Milena Agus

critiqué par Marvic - (Normandie - 59 ans)

Monter et descendre

6 etoiles
Alice est une jeune étudiante solitaire et peu sûre d'elle. Après le suicide de son père, la folie de sa mère, élevée par sa tante, elle a été ostracisée pendant toute son enfance sarde. "Johnson junior dit que quand on fait des enfants, on ne devrait même pas imaginer devenir fou ou se suicider, et que...

couverture

La dernière bande suivi de Cendres de Samuel Beckett

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

LA DERNIÈRE BANDE?

8 etoiles
Au début de la pièce nous faisons la connaissance de Krapp. C’est un homme de 69 ans,- il fête d’ailleurs son anniversaire ce soir-là-, qui vit seul et de façon très frugale. Il est dans sa chambre, meublée très sommairement, occupé à écouter une vieille bande son, qu’il a lui-même enregistré 30 ans auparavant, quand...

couverture

La Vie fantasmagoriquement brève et étrange d'Amadeo Modigliani de Velibor Čolić

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)

La vie rêvée de Modigliani

9 etoiles
Velibor Colic catégorise lui-même cette oeuvre de "roman mosaïque" et il a bien raison ! Ce court texte contient de nombreux chapitres brefs, de la prose poétique, sur Modigliani, cette figure célèbre plus fantasmée et rêvée que dépeinte avec réalisme. C'est le Montparnasse du début du XXème siècle qui est décrit. On y côtoie...

couverture

Victus : Barcelone 1714 de Albert Sánchez Piñol

critiqué par Monocle - (tournai - 58 ans)

Entre rire et larme.

6 etoiles
Charles II d’Espagne, affectueusement surnommé « l’ensorcelé » meurt sans succession en 1700. Fruit d’une succession de lignées consanguines il était frêle et sans consistance mais roi quand même. L’Espagne est convoitée par les français, les anglais, les autrichiens, les hollandais et tout qui possède canon. Ils se mènent...

couverture

La jeunesse de mademoiselle X de Silvia Ballestra

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Mr Ténèbres lueur dans les ténèbres

6 etoiles
Quand j’ai refermé ce livre, je me suis soudain souvenu que j’avais déjà lu un livre de Silvia Ballestra, « Nina », et je me suis demandé si cette Nina, l’héroïne éponyme de ce roman, ne serait pas la Mademoiselle X de celui que je venais de terminer. Nina et Mademoiselle X sont toutes les...

couverture

L'amie prodigieuse - tome 4 - L'enfant perdue de Elena Ferrante

critiqué par Veneziano - (Paris - 40 ans)

Une amitié mise à mal

8 etoiles
Le quatrième opus de cette saga file l'histoire des deux amies de toujours, Elena et Lila. Elles connaissent toutes deux une grossesse plutôt tardive, mais, alors qu'Elena connaît une évolution matrimoniale radicale, en se mettant en concubinage avec son amant, ce qui choque sa mère, Lila se concentre sur un cercle et un périmètre toujours...

couverture

L'essence du mal de Luca D'Andrea

critiqué par Homo.Libris - (Paris - 52 ans)

Enquête montagnarde

6 etoiles
2014. Haut-Adige/Sud Tyrol, enclave austro-germanique en Italie du nord. Jeremiah Salinger, américain, scénariste de TV, découvre cette région grâce à Annelise, son épouse, originaire d'un petit village montagnard où le couple s'est installé avec leur jeune enfant, Clara. Jeremiah Salinger et Mike McMellan, son associé, réalisateur, entreprennent le tournage d'un documentaire sur le secours alpin...

couverture

Arènes sanglantes de Vicente Blasco Ibañez

critiqué par Falgo - (Lauris - 78 ans)

Tout sur la tauromachie

10 etoiles
Célèbre écrivain espagnol, bizarrement absent de ce site, Blasco Ibanez a connu son heure de gloire aux débuts du XX° siècle. Républicain impliqué dans les débats politiques, ardent défenseur de la justice et de la liberté; il est allé plus de trente fois en prison, a vécu en Argentine pour finir sa vie à Menton...

couverture

Altesse Royale de Thomas Mann

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)

UN DIVERTISSEMENT… SIGNÉ THOMAS MANN!

9 etoiles
«Altesse Royale» (Königliche Hoheit, 1909), nous conte la vie de Klaus Heinrich Grimmburg. Il est le prince cadet d’un Grand-Duché comme il en existait tant en Allemagne aux alentours des années 1800. Deuxième fils mâle de la famille royale de son pays, il est très vite aimé et respecté par la population d’autant plus...

couverture

Les Transparents de Ondjaki

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

"Nous sommes transparents parce que nous sommes pauvres"

10 etoiles
Décidément, la littérature africaine autochtone (à laquelle je ne m'étais guère intéressée jusqu'à récemment) enrichie ces dernières années de l'apport de nouveaux et jeunes talents mérite le détour! Ainsi, l'écrivain Ondjaki, angolais et donc lusophone, de son vrai nom Ndalu de Almeida, déjà traduit dans de nombreux pays, nous livre ici une œuvre originale, dense, grouillante...

couverture

La rage de Zygmunt Miłoszewski

critiqué par Phineus - (Bordeaux - 80 ans)

un écrivain remarquable

10 etoiles
Oui c'est un auteur de thriller, c'est ainsi qu'on le présente. Mais il serait malvenu de l'enfermer dans le genre (comme on pourrait le faire de façon tout aussi malvenue avec Pierre Lemaitre qui lui aussi écrit des romans qu'on appelle "policiers") Miloszewski , c'est tout simplement un remarquable et talentueux écrivain. Très talentueux. Comme pour les deux autres...

couverture

Le Rêve de Dieu de Krsté Tchatchanski

critiqué par Débézed - (Besançon - 70 ans)

Destins croisés

6 etoiles
Pendant les années titistes et peut-être même un peu après, dans un petit village de la région du lac d’Orihd, au sud de la Macédoine, Nicolas, dit Nicolas le Tsar, qui a vaillamment combattu les Allemands pendant la guerre, disparait précipitamment pour éviter d’être emmené par la police révolutionnaire. Le pouvoir lui reproche son opposition...

couverture

La langue de ma mère de Tom Lanoye

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)

Aphasie

9 etoiles
Tom Lanoye est un auteur belge de langue néerlandaise, très populaire en Flandre, aux Pays-Bas et en Allemagne, un des premiers Belges homosexuels à s’être marié dès la loi promulguée en juin 2003, soit il y a déjà 15 ans.. Son livre « la langue de ma mère » parle d’ailleurs de la difficulté qu’il a...

couverture

La chair de Rosa Montero

critiqué par Ori - (Kraainem - 82 ans)

Quand une femme se paie un mec !

6 etoiles
Quand une femme se paie un mec ! Cette expression argotique est parfaitement prise au pied de la lettre dans ce roman que l’on pourrait désigner comme ‘littérature intime’. Omniprésent dans la conscience de la narratrice, le cap de la soixantaine vient d’être tristement franchi et les témoignages d’une lente dégradation physique, corps et visage, lui...

couverture

Les impliqués de Zygmunt Miłoszewski

critiqué par Phineus - (Bordeaux - 80 ans)

l'écrivain inspiré

10 etoiles
Si ça intéresse on peut trouver la biographie de Miloszewski sur Wikipédia C'est ce qu'on appelle un "auteur de thriller" Disant cela on est loin du compte ou alors il faut ajouter : un des meilleurs aujourd'hui (avec Lemaître) "les impliqués" c'est le premier livre d'une trilogie. Une histoire mais pas seulement. A travers le personnage principal (que l'on...

couverture

Les vieilles femmes et la mer de Yannis Ritsos

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

un sublime poème choral

10 etoiles
Ce recueil est constitué d’un unique et long poème polyphonique déclamé par un chœur de sept vieilles femmes, toutes mères et grands-mères de marins, qui sont assises sur un banc face à la mer, quelque part dans le port d’une île grecque. Il ne s’agit pas d’un dialogue mais d’un texte, sublime, porté par plusieurs...

couverture

Max et la grande illusion de Emanuel Bergmann

critiqué par Odile93 - (Epinay sur Seine - 63 ans)

Une belle histoire presque de Noël

8 etoiles
Ce petit livre raconte l'histoire de Max, un petit garçon juif américain qui vit à notre époque et qui est tout triste de voir ses parents se séparer. Par hasard, il tombe sur un vieux disque en vinyl d'un magicien, le grand Zabbatini. Max pense que ce magicien peut l'aider à réunir à nouveau ses...

couverture

Colza mécanique de Karin Brunk-Holmqvist

critiqué par Cecezi - (Bourg-en-Bresse - 38 ans)

Pas du chiqué...

10 etoiles
Voici nos deux frères vieux garçons type, Henning et Albert, la soixantaine bien passée, et pas très glamours... (voir les détails dans le roman !) Dans leur petite bourgade haute en couleur et en ennuis... Mais comment ont-ils pu se retrouver à côté d'un tel mouvement ? Comment sont-ils liés à la présence supposé d'extra-terrestres...

couverture

À la mesure de l'univers: Chronique familiale de Jón Kalman Stefánsson

critiqué par Alma - (- ans)

Cahiers d'un retour au pays natal

9 etoiles
Le roman se présente comme le second volet d'un diptyque commencé en 2015 avec D'AILLEURS LES POISSONS N'ONT PAS DE PIEDS. On en retrouve d'ailleurs certains épisodes, perçus sous un angle différent. Le point de départ est le même. Ari poète , éditeur « chevalier servant de la culture »...

couverture

Comment cette histoire a pris fin de Piero Calamandrei, Caterina Arciprete (Dessin)

critiqué par Eric Eliès - (43 ans)

L'humanité est morte et nul n’en a rien su

8 etoiles
Dans ce petit texte aux allures de conte philosophique écrit dans les années 50, Piero Calamandrei, plus connu en Italie comme juriste et homme politique engagé, imagine la disparition soudaine de l’humanité et digresse sur les causes qui ont conduit les peuples à un immense suicide collectif. Dans le contexte d’après-guerre marqué par la course...

couverture

Splendeur de Margaret Mazzantini

critiqué par Monocle - (tournai - 58 ans)

Splendore

6 etoiles
Splendeur ! C’était le fils du concierge. Son père avait les clés de notre appartement ; quand nous partions il arrosait les plantes de ma mère. Moi je m’appelle Guido et je suis le petit prince, plus tard je serai sans doute l'ange déchu. L’ascenseur était une élégante cabine de cerisier vitrée. L’étage du dessus...

couverture

Une histoire des abeilles de Maja Lunde

critiqué par Bafie - (56 ans)

Requiem pour les abeilles, requiem pour l'humanité.

8 etoiles
Angleterre, 1851. Ohio, 2007. Chine, 2098. Trois périodes, trois régions, trois familles. Ce livre se construit sous forme de trois chroniques familiales. Angleterre 1851, William apiculteur, développe des recherches à propos des abeilles ; la nécessité de nourrir sa famille l’a contraint à renoncer à une carrière scientifique, il s’en languit. Son fils le désespère, son épouse n’est d’aucun...

couverture

Une sale affaire de Marco Vichi

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)

un parfum de fenouil

8 etoiles
Décidément, le commissaire Bordelli est toujours aussi peu doué pour boucler ses enquêtes (voir "Le commissaire Bordelli"). Les meurtres s'enchaînent, l'enquête piétine, notre commissaire semble perdu au milieu des senteurs de fenouil et de souvenirs morbides datant de la Seconde Guerre Mondiale. Un polar d'atmosphère, dans la Florence des années 60, sans traçages de portables...

couverture

Le Général de l'armée morte de Ismail Kadare

critiqué par Myrco - (village de l'Orne - 68 ans)

Quête macabre et dérisoire

10 etoiles
Etonnant que cet incontournable de la littérature mondiale n'ait pas encore fait l'objet de critiques sur CL! Avec ce premier roman paru en 1963 Ismaïl Kadaré allait acquérir une notoriété bien au-delà de son Albanie natale. Sous un angle plutôt original, l'auteur y revisite un pan relativement méconnu de l'histoire de la seconde guerre mondiale: d'une...

couverture

La patience du franc-tireur de Arturo Pérez-Reverte

critiqué par Tistou - (61 ans)

Plongée dans le monde des graffeurs.

7 etoiles
Les graffitis ! Pas vraiment mon truc. Et quelque chose me dit n’être pas seul dans ce cas. Manifestement un des buts de ce roman d’Arturo Perez – Reverte est de mieux faire connaître le milieu, sa connotation « artistique ». On va dire qu’il y parvient. En partie. Au moins à nous y intéresser....