Littérature => Francophone (12851 livres critiqués)


Page 1 de 258 Suivante Fin

couverture

Le vallon des Parques de Sylvain Forge

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

veni vedi vichy

6 etoiles
Pendant cette période trouble où le "Régime de Vichy", censé représenter le gouvernement français dans la zone dite "libre", la police française tentait d’appréhender les criminels de tout poil tout en rendant des comptes aux autorités allemandes, plus avides de s’en prendre aux résistants (les "terroristes") que de pourchasser les véritables criminels. André Lange, récemment...

couverture

Les beaux jours de Annie Préaux

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

De l'anorexie au gâtisme

8 etoiles
Sa grand-mère l’a prévenue ses beaux jours sont révolus, quelques gouttes de sang tachent le fond de sa culotte, elle va passer du stade d’enfant à celui de femme pubère. Tout ça elle ne le sait pas encore, elle ne sait pas ce que c’est, elle n’y comprend rien et on ne veut rien lui...

couverture

Passages de Émile Ollivier

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 78 ans)

Les rafiots de la mort

8 etoiles
Un boat people transporte à leur risque des Haïtiens qui fuient les horreurs de leur pays. Malheureusement pour eux, leur rafiot fait naufrage. Un survivant vient s’établir au Québec. Marié, il a une amante qu’il rencontre à Miami. Le roman trace son parcours d’exilé toujours insatisfait de son sort. L’auteur creuse l’âme caribéenne avec un...

couverture

L'Étai, Journal 2018 de Renaud Camus

critiqué par Alceste - (Liège - 58 ans)

Le Grand Effondrement

10 etoiles
De sa résidence en un château médiéval, Renaud Camus a acquis l’expérience des structures nobles mais chancelantes, menaçant de s’effondrer et nécessitant un soutien. L’effondrement dont il question au fil de son journal 2018, c’est bien celui de tout un monde, toute une civilisation, l’effondrement de la syntaxe en tout premier. L’étai, c’est tout ce que...

couverture

Poèmes de Albertine Sarrazin

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)

Une poésie vivante et rebelle, incandescente à l'éclat d'étoile filante

9 etoiles
Il est impossible de lire Albertine Sarrazin, morte en 1967 à 29 ans après une adolescence marquée par la fugue, la prostitution, la délinquance (allant jusqu'à tentative de braquage avec une arme volée à son père adoptif, médecin militaire) et la prison pour mineurs sans songer au livre (que j’avoue n’avoir pas lu mais le...

couverture

Moi, laminaire... de Aimé Césaire

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)

Le chef d'oeuvre de la maturité

10 etoiles
Dans les années 40, Aimé Césaire fit une entrée fracassante en littérature avec « Cahier d’un retour au pays natal », qui le consacra comme une voix majeure de la poésie (proche du surréalisme) et de la négritude dont il fut un porte-parole militant (de même que Léopold Sédar Senghor, avec lequel il partage la...

couverture

La Défense et Illustration de la langue française de Joachim Du Bellay

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

La langue belle

8 etoiles
Le 15 février 1549, Joachim Du Bellay adresse à son parent le Cardinal Du Bellay : « La Deffense, et illustration de la Langue Francoyse » un texte qu’il a rédigé dans le but de défendre cette langue vulgaire encore considérée comme une langue populaire à l’usage des gueux. Il précise que son entreprise n’a...

couverture

Pourquoi je lis "Les fantômes du chapelier"de Georges Simenon de Balval Ekel

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Au café des colonnes avec Simenon

7 etoiles
9/ Pourquoi je lis Les fantômes du chapelier de Georges Simenon Avant de lire cet opus, je ne connaissais ni cette collection ni son éditeur et ce fut une belle surprise. Juste une petite brochure qui tient très facilement dans n’importe quelle poche pour répondre à une question qui commence toujours par « Pourquoi je lis…...

couverture

Honorine de Honoré de Balzac

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Des peines dramatiques d'amour

9 etoiles
Maurice de l'Hostal a été le secrétaire du comte Octave, aristocrate génois, distingué, fort digne et respecté, par ailleurs fort pieux et sans ostentation. Il a fini par découvrir l'existence d'un drame personnel, qui tint à sa séparation avec sa femme, Honorine, partie vivre avec son amant. Il a tenté beaucoup de choses pour la...

couverture

Avant que j'oublie de Anne Pauly

critiqué par Nathafi - (SAINT-SOUPLET - 53 ans)

Les adieux d'une fille

8 etoiles
Anne et Jean-François perdent leur père atteint d'un cancer, qui était hospitalisé depuis quelques jours, victime d'une embolie pulmonaire. Le frère et la soeur, à présent orphelins, bien que préparés à cette triste fin, peinent à l'accepter, et à remonter la pente. Dans ce livre, c'est Anne qui raconte sa terrible souffrance. Ce thème dramatique est abordé...

couverture

Otages de Nina Bouraoui

critiqué par Nathavh - (55 ans)

roman féministe

8 etoiles
Sylvie Meyer a 53 ans, elle est mère de famille de deux garçons. Son mari l'a quittée il y a un an après 25 ans de vie commune, comme ça un matin, il lui a dit "Je m'en vais". Elle n'a rien dit, rien fait. C'est à la première personne, par un...

couverture

La femme qui ne savait pas garder les hommes de Vénus Khoury-Ghata

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

la poétesse et ses deux maris

8 etoiles
Au retour de l’incinération de son compagnon au crématorium du Père-Lachaise, la narratrice achète des abricots et se lance dans la préparation de confitures. Une occupation peu banale mais qui va lui donner le temps de faire affluer les souvenirs. Le souvenir de cet homme, parti conquérir la toison aux Amériques et revenu finir sa...

couverture

Les 100 plus belles lettres de la langue française de Marc Feuillée

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Dans l'intimité des artistes

5 etoiles
Ces textes relatent des relations épistolaires des artistes avec leurs parents ou intimes. Ces textes s'avèrent souvent beaux, certains détiennent effectivement une valeur historique, mais une bonne majorité d'entre eux nous fait intégrer l'intimité d'écrivains, peintres, comédiens ou politiques, et cela m'a perturbé : j'ai estimé - et estime toujours - , peut-être à tort,...

couverture

L'impromptu d'Outremont de Michel Tremblay

critiqué par Fanou03 - (* - 44 ans)

Les quatre soeurs Beaugrand

7 etoiles
Quatre sœurs dans la quarantaine, Fernande, Lorraine, Yvette et Lucille Beaugrand, se retrouvent dans l’appartement familial de la banlieue bourgeoise de Montréal, dans le quartier d’Outremont, pour fêter l’anniversaire de Lucille. Mais bien vite la rencontre se transforme en règlement de comptes au fur et à mesure que les rancœurs, les rancunes et le passé...

couverture

Sale gosse de Mathieu Palain

critiqué par Fanou03 - (* - 44 ans)

Les enfants sauvages

6 etoiles
[i]Sale Gosse[/i] suit le parcours de Wilfried, placé tout jeune en famille d’accueil. Adolescent, il est sélectionné dans un centre de formation de football de l’AJ Auxerre mais suite à une faute grave il est exclu puis placé dans un foyer de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). Mais les éducateurs parviendront-ils vraiment à...

couverture

Les 100 chefs-d'oeuvre de la littérature française - à avoir lus au moins une fois dans sa vie de Laurence Caracalla

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Un petit guide de lecture

8 etoiles
Ce petit guide nous rappelle les cent romans classiques de la littérature française les plus importants, et nous permet d'orienter nos lectures, si nous souhaitons ne pas passer à côté d'incontournables. La très grande majorité, si ce n'est la quasi-totalité, des écrits sélectionnés correspondent sans conteste à cette catégorie, même si, à la marge, chaque...

couverture

Quand j'étais catholique de Sébastien Cochelin

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Poèmes sous influence religieuse

8 etoiles
L'auteur fait état d'un retour de foi, en raison d'un amour, alors qu'il a délaissé la religion catholique par la suite. Il revient sur sa création poétique de l'époque où il croyait. Ces oeuvres sont en prose ou en vers. Il en ressort une volonté de réflexion sur cette sorte d'illumination qui éclaire son existence,...

couverture

Une partie de badminton de Olivier Adam

critiqué par Pacmann - (Tamise - 55 ans)

Un roman charnière sur sa propre carrière

7 etoiles
En plantant le décor d’une famille en crise, d’un écrivain dans le creux de la vague et d’un environnement maritime grisâtre, on retrouve les éléments clé des romans d’Olivier Adam. L’auteur nous convie au spectacle habituel d'une harmonie familiale menacée, des carrières professionnelles chahutées, un mariage qui bat de l'aile, et des adolescents difficiles à...

couverture

La ferme des Combes de Jean-Paul Romain-Ringuier

critiqué par CC.RIDER - (61 ans)

Décevant

5 etoiles
Au début de l’autre siècle, à Paris, le petit Jacques âgé de sept ans, est le souffre-douleur des enfants de son école. Il n’a pas de père et sa mère, pauvre ouvrière, vient de perdre sa place pour ne pas avoir voulu se soumettre aux propositions indécentes de son contremaître. Mais bien vite, elle tombe...

couverture

Les pieuses combines de Réginald de Thomas Hervouët

critiqué par Krapouto - (Angouleme Charente - 74 ans)

Tout le monde en prend pour son grade

7 etoiles
Tout le monde en prend pour son grade La famille Le Vaillan : Réginald, le notaire et son épouse Blandine, couple catho (surtout elle) vieille France , sa fille Athénaïs. La famille Moulard, avocat gaucho bobo et anticlérical à fond, comme son fils Elton, prétendant d'Athénais. Les curés avec le père Magnifis, rigide et traditionaliste, à l'encontre...

couverture

Madame Pylinska et le secret de Chopin de Éric-Emmanuel Schmitt

critiqué par Monocle - (tournai - 60 ans)

Dommage !

6 etoiles
« Je cherchais un professeur qui m’aiderait à résoudre le cas Chopin. Il m’obsédait. Sa lumière me manquait, sa paix, sa tendresse. La trace qu’il m’avait laissée, un après-midi printanier à l’occasion de mes neuf ans, oscillait entre l’empreinte et la blessure. Quoique jeune, j’en éprouvais de la nostalgie ; je devais lui soutirer son...

couverture

Viral de Mauricio Segura

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 78 ans)

Les Maghébins de Montréal

7 etoiles
L’écrivain montréalais d’origine chilienne Mauricio Segura s'intéresse aux rapports avec autrui. Qui suis-je et que veux-je? Questions douloureuses quand on est un immigrant, d'autant plus quand on est un musulman. Même si le protagoniste Sami habite Côte-des-Neiges, l'arrondissement le plus multiethnique de Montréal, il faut qu'il se définisse et subisse le regard hostile du Québécois...

couverture

Protection Rapprochee de Lorenzo Cecchi

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

La vie au Pays noir

7 etoiles
Avec ce recueil de nouvelles, Lorenzo Cecchi raconte son pays, le Pays Noir comme le charbon que ces ancêtres italiens, avec une cohorte de compatriotes, sont venus extraire du sous-sol de ce bout de Belgique. Ce minerai noir qui fit si longtemps la fortune de cette région avant que le filons se tarissent et que...

couverture

Les Billes du Pachinko de Elisa Shua Dusapin

critiqué par Nathavh - (55 ans)

Les billes du pachinko

10 etoiles
Premier roman lu pour le prix Horizon qui récompensera un deuxième roman à Marche en Famenne en mai prochain. Claire est franco-coréenne, elle a trente ans et vit en Suisse, elle parle français et japonais. Ses grands-parents octogénaires vivent à Tokyo, ce sont des zaïnichis, des déportés coréens. Ils ont émigré ici dans les années cinquante...

couverture

M, le bord de l'abîme de Bernard Minier

critiqué par Nathavh - (55 ans)

Palpitant !

9 etoiles
C'est la première fois que je lis la plume de Bernard Minier, quelle claque ! Je ne suis pas déçue, que du contraire. Bienvenue dans le monde de l'intelligence artificielle, des nouvelles technologies. Direction Hong Kong chez Ming, le géant des smartphones chinois, une entreprise à la pointe du Big Data. Moïra Chevalier est française, elle...

couverture

Ne vous ABC jamais de Jean-Claude Martin

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Un abédcédaire pour rire

7 etoiles
Comme un encyclopédiste Jean-Claude Martin a rassemblé le savoir sous forme d’un abécédaire. Pour chaque lettre, il a écrit une sorte de présentation, mettant en valeur tous les qualités et défauts qu’il lui semble bon de prêter à chacune d’elles. Pour l’exemple, j’ai pris au hasard la présentation de la lettre « P », voici...

couverture

Nuages et vestiges de Liliane Schraûwen

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Poèmes de deésespoir

7 etoiles
Dans des vers aussi libres que le vent, empreints d’un romantisme lyrique, Liliane Schraûwen chante sa ville, les arts, le patrimoine, la nature, …, tout ce qui l’entoure, tout ce qui pourrait faire de Bruxelles la plus belle des villes pour les touristes, la plus romantique pour les amoureux, la plus enchanteresse pour la poétesse...

couverture

Canicule de Geneviève Genicot

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Coup de chaud

7 etoiles
Un accompagnateur de train raconte sa folle aventure à bord d’un train puis dans les rues de Bruxelles, sa ville, au cours de la canicule qui a perturbé toute la cité. « C’était bien cela que je vivais, un peu comme si, craquelant le bitume, la chaleur faisait des plis non seulement dans le sol mais...

couverture

Le Gang des Vieux Schnocks de Florence Thinard

critiqué par Bernard2 - (DAX - 70 ans)

Un roman humoristique pour « jeunes à capuches » et « vieux schnocks »

7 etoiles
Jules, un adolescent déjà cassé par la vie, arrache dans la rue le sac d’une vieille dame, Rose-Aimée. Quelques personnes âgées, passablement marginales, décident d’aider Rose-Aimée. Elles forment un gang qui retrouve Jules et qui décide de contraindre le « jeune à capuche » à rendre de multiples services à sa victime. On le devine, les tensions du...

couverture

La montée des marches de Erwann Créac'h

critiqué par Francois Martini - (65 ans)

En route vers la gloire.

8 etoiles
Donc un jeune homme doté d’un tempérament gaffeur à la Pierre Richard parvient un beau jour à totalement se déconsidérer dans le milieu cinématographique et à devenir ensuite le triomphateur du festival de Cannes.
 Entre les deux, tout une série de réussites et de catastrophes composent un roman d’apprentissage au rythme enlevé et aux péripéties drolatiques....

couverture

Le schmock de Franz-Olivier Giesbert

critiqué par Pascale Ew. - (52 ans)

Mécanisme de l'incrédulité

9 etoiles
Les familles allemandes Weinberger et Gottsahl sont très liées dès le début du XIXème siècle. Leurs fils sont comme des frères. Hélas, ils sentent très tôt l’antisémitisme monter et la peur semble les paralyser. Sauf Elsa Weinberger qui se rebelle, affronte directement Hitler lors d’un dîner chez les Gottsahl après la première guerre mondiale. Karl...

couverture

L'Ilet-aux-Vents de Azouz Begag

critiqué par Vinmont - (45 ans)

Face à la mer

6 etoiles
Ce roman court mais "tonique" d'Azouz Begag est l'histoire d'un jeune garçon sur une île dont on comprend les limites alors que lui aimerait tant partir et les dépasser. Il vit, survit en faisant face à la mer en luttant dans un monde dur. Ce gamin cherche une échappatoire à travers l'écrit, les livres, les rencontres...

couverture

Apocalypses de Pascal Vrebos

critiqué par Catinus - (Liège - 68 ans)

Enigmatique ?

7 etoiles
« Apocalypses » est le récit de plusieurs vies dans leurs moments essentiels, concentrés d’émotions et de mystères, de violence et de tendresse ». Normalement à la fin, on doit découvrir la clef qui réunit toutes ces histoires mais, hélas, je ne l’ai pas trouvée. Dommage ! A signaler toutefois, aux pages 22 et 23, ce...

couverture

Le bon sens de Michel Bernard

critiqué par Saule - (Bruxelles - 54 ans)

La réhabilitation de Jeanne d'Arc

7 etoiles
Nous sommes à la fin de la guerre de cent ans, les anglais sont défaits un peu partout, les ducs de Bourgogne se sont rangés derrière le roi Charles VII et celui-ci cherche l'apaisement et la réconciliation des français. C'est pourquoi lorsqu'on lui propose de ré-ouvrir de le procès de Jeanne d'Arc, afin de l'annuler,...

couverture

Gaston, Bibiane et les ballons roses de Richard Vézina

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 78 ans)

Grand-père malcommode

4 etoiles
Gaston, un directeur d’école à la retraite, chasse son ennui en entourant sa petite-fille Bibiane d’une attention excessive. Habitant le même condominium que ses parents, il a un accès facile à l’enfant. Malheureusement, son tempérament bouillant envenime les relations qu’il entretient avec les siens. Au fil du temps, il les a tellement exacerbés qu’ils ont...

couverture

Créatrices de légende - De Jeanne Lanvin à Stella McCartney de Laurence Catinot-Crost, Bertrand Meyer-Stabley

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

La mythologie de la mode au XX° siècle

7 etoiles
Bertrand Meyer-Stabley avec cette fois la participation de Laurence Catinot-Crost, brosse le portrait de vingt-cinq créatrices de légende, de Jeanne Lanvin à Stella Mc Cartney, ayant, selon lui, écrit l’histoire de la mode au XX° siècle, en débordant un peu sur le XIX° et le XXI°. Une véritable légende qui s’écrit comme une théogonie mythologique...

couverture

Le Renard et la Couronne de Yann Fastier

critiqué par Mimi62 - (Plaisance-du-Touch (31) - 67 ans)

Sans famille écrit à notre époque

8 etoiles
Un roman à la façon de Sans famille mais écrit à notre époque. A la fin du XIX ème siècle, dans une ancienne région de l'ex Yougoslavie, une petite fille, devenue orpheline se retrouve seule sur les routes. Elle vivra de nombreuses aventures pour aller vers un destin très romanesque. Un roman agréable à lire. Un...

couverture

Le rire amer d'Aristophane de Antigone Trogadis

critiqué par Mimi62 - (Plaisance-du-Touch (31) - 67 ans)

Des chemins humains dans la Grèce en crise

8 etoiles
La crise grecque vue par des personnages de la classe moyenne ou laborieuse avec les conséquences matérielles et/ou psychologique. Du patron d'entreprise au marchand de quartier en passant par une expatriée temporaire amoureuse de la Grèce, sans oublier un improbable marionnettiste, c'est un panel de personnalités et de situations diverses qui nous est proposé de rencontrer....

couverture

Mont-Revêche de George Sand

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 74 ans)

de la jalousie

9 etoiles
Le poète désargenté Jules Thiérray accompagne son ami Flavien de Saulges à Mont-Revêche, propriété située dans le centre-est de la France, et dont ce dernier a hérité à la mort d’une vieille tante. Il a décidé de la vendre au député Dutertre (40 ans) qui possède dans les environs une propriété importante où vivent ses...

couverture

La Calanque de l'Aviateur de Annabelle Combes

critiqué par Alma - (- ans)

La maison des livres et des phrases

10 etoiles
Leena a quitté Nantes, la ville qui a laissé dans son cœur et dans son corps des blessures non cicatrisées. Elle arrive «  dans un bout du monde pluvieux et en ruines » pour «  s'écrire un avenir » et se reconstruire. Elle y achète une vieille mercerie abandonnée pour y installer une librairie « une...

couverture

Po'aime-moi de Jasmine Nguyen

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Destruction de la nature

7 etoiles
J’ai reçu les premiers vers de ce recueil comme on ressent une légère brise vespérale un soir de canicule, comme on boit une menthe à l’eau sur une terrasse ombragée, … ces vers frais, légers, arachnéens, libres comme l’air dans le feuillage apaisaient mon cœur et mon corps. Et, puis quelque chose a attiré mon...

couverture

Poésie brève d'influence japonaise: Atelier d'écriture et poèmes choisis de Iocasta Huppen

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Du haïkus au gogyoshi

6 etoiles
Iocasta Huppen est une « haïjin » confirmée (terme japonais qui désigne une personne qui écrit des haïkus), elle est même experte en la matière, constatant la confusion qui règne dans ce domaine, elle a rédigé ce livre pour définir clairement les différentes formes de poésie brève d’influence japonaise éditées partout dans le monde maintenant....

couverture

Le Souverain Poncif de Massimo Bortolini

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Sans langue de bois

8 etoiles
Massimo Bortolini a remarqué, lui aussi, que le poncif est devenu omniprésent, incontournable, qu’il envahit le langage, et que notamment « En politique, le poncif est souverain ». Il devient même la matière première de la langue de bois que nos dirigeants manient avec un si grande habilité à n’importe quelle occasion et même le...

couverture

J'avais la croix de Dominique Chappey

critiqué par Vinmont - (45 ans)

Le Poulpe sur la croix

8 etoiles
Présentation de l'éditeur « "Mise en scène macabre au grand Som, l'un des points culminants du massif de la Chartreuse. Mercredi dernier un groupe de randonneurs a découvert, attaché à la croix qui signale le sommet, le corps sans vie d'un jeune marginal. Des tracts portant une inscription latine "Stat crux" jonchaient les environs". Il ne faut...

couverture

La part des chiens de Marcus Malte

critiqué par Vinmont - (45 ans)

Duo d'enfer

5 etoiles
Cette histoire est celle de deux hommes qui font la route. L'un marche en tête, il est appelé Zodiak, il connait par cœur les noms des astres qui peuplent l'univers et qui sont gravés sur sa peau. Le second le suit comme son ombre et se nomme Roman Wytyla, dit le Polac. Ils sont à la fois...

couverture

Le rêve d'un fou de Nadine Monfils

critiqué par Pascale Ew. - (52 ans)

Aller au bout de ses rêves

8 etoiles
Nadine Monfils se met dans la tête du facteur Cheval pour nous conter son histoire. Cet homme a d’abord perdu ses parents étant adolescent et jeune homme. Ensuite, il a perdu un fils en bas âge puis une fille plus âgée, Alice, sans compter ses deux femmes. Déjà avant la mort d’Alice, il avait entrepris...

couverture

Les Dames vertes de George Sand

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 74 ans)

un roman fantastique ?

8 etoiles
Nous sommes en France, à l'orée de la Révolution de 1789, un an avant. Le narrateur, Just Nivières, est un jeune avocat de 22 ans chargé par son père de plaider la cause de madame la comtesse d'Ionis, la maîtresse de maison du château d'Ionis, en Anjou. Au nom de sa femme ("Ah ! je le...

couverture

Théâtre de Clara Gazul, Romans et nouvelles de Prosper Mérimée

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

De belles nouvelles, souvent fantastiques et exotiques

8 etoiles
Prosper Mérimée, Inspecteur des monuments historiques, se spécialise dans la nouvelle, pour devenir l’un des plus grands spécialistes renommés du genre au XIXe siècle, avec Guy de Maupassant, et même au sein de la littérature francophone. Le fantastique et les décors exotiques constituent les éléments récurrents de ses œuvres, où le suspense est alimenté crescendo....

couverture

La chambre bleue de Prosper Mérimée

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

Nuit de noces en bleu... et rouge

8 etoiles
Un couple étonnant, composé d'un jeune homme, Léon, et d'une jeune femme mariée, aimant et tout aussi flegmatique, s'apprête à une nuit à l'hôtel et s'installe dans la chambre bleue d'un train de nuit. Si la nature de l'idylle surprend, la nuit s'avère d'autant plus riche en surprises, avec des altercations en séries. Léon, le...

couverture

Il Viccolo di Madama Lucrezia de Prosper Mérimée

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

L'influence fantastique des oeuvres d'art

9 etoiles
Après la Vénus d'Ille, Prosper Mérimée récidive avec une nouvelle traitant de l'influence fantastique des oeuvres d'art, détenant des pouvoirs humains. Le titre signifie en italien "La Ruelle de Madame Lucrèce", le lieu de l'action étant la ville de Rome, où a vécu au passage Lucrèce Borgia. Le narrateur est le fils d'un aristocrate français qui...