Théâtre et Poésie => Théâtre (592 livres critiqués)

Théâtre, Poésie

Page 1 de 12 Suivante Fin

couverture

Le concile de Jérusalem, Le frère du fils prodigue, L'ange Gabriel de Armel Job

critiqué par Catinus - (Liège - 68 ans)

Loin d'être rébarbatif

8 etoiles
Nous sommes à Jérusalem vers l’an 50. Paul revient de Grèce où il enseigne la Bonne Parole. Il a été convoqué par Pierre et Jacques pour faire le point. Or, cela fait déjà un bon bout de temps qu’il y a de l’eau dans le gaz entre eux trois. Paul veut convertir tous les païens,...

couverture

Anatole de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Anatole, il est frivole ...

7 etoiles
Cette pièce se compose de sept saynètes dont le personnage d’Anatole est le pivot. Ce protagoniste accumule les conquêtes et semble incapable de construire une relation amoureuse qui dure alors même qu’il s’interroge au début de la pièce sur la fidélité des femmes. Certains soupçons sur la nature féminine naissaient mais la nature masculine n’est...

couverture

Liebelei de Arthur Schnitzler

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Le caractère incontrôlable de l'amour

7 etoiles
Fritz et Théodore sont deux amis qui aiment prendre du bon temps. Le premier est amoureux d’une femme mariée, mais l’époux vient de découvrir leur relation et ramène à l’amant les lettres envoyées à son épouse. Mizti et Christine sont deux jeunes femmes qui fréquentent ces deux amis. Christine est amoureuse de Fritz mais sent...

couverture

L'évasion de Socrate de Armel Job

critiqué par Catinus - (Liège - 68 ans)

Adorable !

8 etoiles
Socrate est enfermé dans un cachot . Il est accusé d’athéisme et de corruption de la jeunesse. Il doit bientôt être exécuté. Il est sous la surveillance de Callibios. Criton, son ami, a soudoyé Callibios. Ils vont tous deux le faire évader. Xanthippe, l’épouse de Socrate, elle, veut l’enlever et le conduire loin d’Athènes....

couverture

La cage aux folles de Jean Poiret

critiqué par Alceste - (Liège - 58 ans)

Force comique intacte

8 etoiles
Avant d’être un film à succès, « La cage aux folles » avait été une pièce de théâtre non moins fameuse, dont, à ma connaissance, aucune captation n’a malheureusement été effectuée. Il ne nous reste donc que la lecture du texte pour nous faire une idée de cette pièce...

couverture

Raymon Devos : Funambule des mots de Jean Dufour

critiqué par Colen8 - (78 ans)

Quel artiste !

8 etoiles
Du talent, du travail, de l’imagination, de la sensibilité, le respect du public, une vocation à concentrer la lumière sur lui déjà présente à l’école ont fait de Raymond Devos cet artiste unique dans tant de registres. Comédien, mime, clown, conteur, danseur, musicien, équilibriste, jongleur, illusionniste, auteur, poète, créateur de spectacles, toujours tendu vers...

couverture

Bambiland de Elfriede Jelinek

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Une belle charge contre la médiatisation de la guerre soufflée par une écrivaine à fleur de peau et impartiale.

7 etoiles
« Bambiland » est une œuvre engagée et hybride d’Elfriede Jelinek, prix Nobel de littérature. Comme à son habitude l’écrivaine provoque et brusque son lecteur. Sur la couverture du livre est noté le terme « roman », pourtant cette œuvre emprunte aussi au genre poétique et surtout au genre dramatique. Ce texte repose sur l’oralité...

couverture

Le goûter des généraux de Boris Vian

critiqué par Catinus - (Liège - 68 ans)

Jouissif !

8 etoiles
Léon Plantin, président du Conseil vient trouver le général James Audubon Wilson de la Pétardière Frenouillou. La situation économique est grave, il faudrait une petite guerre. Audubon convoque chez lui (il habite avec sa maman) trois généraux français, Mgr Tapecul archevêque de Paris et les chefs militaires de l’Urss, des Usa et de la Chine...

couverture

Le Maître ou la journée d'un poète allemand vers 1980. Comédie de Thomas Bernhard

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Un écrivain accompli

10 etoiles
Moritz Meister est un écrivain célèbre qui vient de terminer sa tétralogie fort attendue. Il a connu le succès tardivement mais appartient désormais au cercle des grands auteurs. Son épouse le soutient et semble même gérer sa carrière dans l’ombre alors qu’elle a sacrifié la sienne pour lui. Ils reçoivent la visite de Mademoiselle Werdenfels,...

couverture

Le Transfert de Carine-Laure Desguin

critiqué par Débézed - (Besançon - 72 ans)

Le point de basculement

7 etoiles
Auteure polyvalente, Carine-laure Desguin aborde, avec cette dernière publication, un genre littéraire nouveau pour elle : le théâtre, dans une pièce intitulée « Le transfert », qu’Éric Allard, le préfacier, définit comme suit dans son propos introductif particulièrement fouillé : « Le transfert met en scène un moment de bascule qui, dans un système totalitaire...

couverture

Les Bâtisseurs d'Empire, ou "Le Schmürz" de Boris Vian

critiqué par Catinus - (Liège - 68 ans)

Glaçant

8 etoiles
Il y a le père Léon, la mère Anna, la fille Zénobie, la bonne Cruche et puis dans un coin un personnage dont on ne sait rien, le schmürz qui reçoit tout au long du spectacle des volées de coups en tout genre, comme ça, pour rien semble-t-il… La famille ne cesse de déménager dans...

couverture

Une si belle vue sur le lac de Irène Krassilchik

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

le choix de mourir

9 etoiles
avec cette pièce de théâtre, Une si belle vue sur le lac, Irène Krassilchik, psychanalyste, nous parle de ce qui se passe justement en Suisse dans un de ces établissements où se retrouvent ceux qui ont choisi le suicide assisté. Trois personnes s’y croisent pour y passer leurs derniers jours, deux hommes, un paraplégique condamné...

couverture

Il faudrait sortir le chien de Tomislav Zajec

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Une pièce de théâtre croate qui a rencontré un vif succès

9 etoiles
Un homme qui a disparu raconte une de ses journées durant laquelle il discute avec son père et avec une femme qu’il a connue par le passé et abandonnée. Il n’a jamais rien partagé avec ce père avec lequel il parlait peu. Ce dernier lui apprend qu’il a eu une maîtresse. Cette femme qui a...

couverture

Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Famille, je te hais

8 etoiles
Deux sœurs et un frère se retrouvent autour d’un déjeuner. Ludwig a pu quitter l’hôpital psychiatrique afin de rejoindre ses sœurs dans l’hôtel particulier familial. Ludwig est philosophe, alors que ses sœurs sont comédiennes et jouent de temps à autre, soit pas souvent. Cette famille viennoise est réputée et riche. La pièce de théâtre...

couverture

Avant la retraite de Thomas Bernhard

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Un éclairage sur la part sombre d'une certaine humanité ...

10 etoiles
Quand cette pièce de théâtre de Thomas Bernhard sortit en 1979, elle fit grand bruit en Autriche. Dans cette œuvre un président de tribunal et ancien officier SS s’apprête en toute discrétion à fêter avec ses sœurs l’anniversaire d’Himmler. La guerre est bien finie, mais cet homme qui a vécu caché, se faisant oublier...

couverture

Le Faiseur de théâtre de Thomas Bernhard

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Du théâtre dans le théâtre

8 etoiles
Cette pièce de théâtre se focalise sur l’univers du théâtre. Bruscon, comédien d’Etat, est parti en tournée dans la province autrichienne. Il doit jouer dans un petit village. La salle consacrée ne lui convient pas, elle est humide et ne permet pas de monter parfaitement son spectacle. Bruscon ne fait que ronchonner et critiquer...

couverture

Mariana Pineda de Federico García Lorca

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

La liberté ou la mort

10 etoiles
Mariana Pineda (personnage réel que l'auteur a exhumé d'une histoire qui s'est déroulée à Grenade au début du XIXème siècle) est une jeune veuve avec deux enfants. Elle est hostile au pouvoir royal despotique et s'est enrôlée dans un complot libéral mené par le noble Don Pedro de Sotomayor, dont elle est tombée amoureuse. Ce...

couverture

Les unicellulaires de Jalal Tehrani

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Trois duos dans un Iran symbolique

8 etoiles
Les pays qui souffrent d’un régime politique autoritaire engendrent des auteurs qui ne peuvent qu’user de la métaphore ou de symboles pour parler de leur réalité. Les dramaturges doivent contourner la censure afin de s’exprimer. Le théâtre offre en plus un terrain idéal pour les textes un peu cryptés, offrant par là même une liberté...

couverture

La nuit des dupes de Michel Heim

critiqué par Krapouto - (Angouleme Charente - 74 ans)

Revisitons l'Histoire de France dans la joie !

7 etoiles
Revisitons l'Histoire de France . Personnages : Louis XIII, la mère Marie de Médicis, son épouse ( délaissée) Anne d'Autriche, Mazarin, le séduisant Duc de Buckingham, avec l'intervention surprise de D'Artagnan. Une pièce en 5 actes, toute en bijoux d'alexandrins partagés entre 2 ou 3 répliques s'il le faut. Une pièce qu'on...

couverture

Jérémie de Stefan Zweig

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

La défaite est une force

8 etoiles
Cette pièce de théâtre de Stefan Zweig met en avant le peuple juif en s’appuyant sur la figure biblique Jérémie dont les rêves sont de funestes présages. Jérémie, c’est l’incompris, celui qu’on isole car il fait peur, celui qui dit des vérités qui impressionnent, celui qui semble laisser parler Dieu à travers lui. Il...

couverture

Trilogia albanica : I am from Albania ; Allegretto Albania ; Made in Albania de Stefan Capaliku

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

L'Albanie et le continent européen

8 etoiles
Les éditions L’Espace d’un instant permettent toujours de voyager et de découvrir une littérature qu’il n’est pas facile de découvrir chez les plus célèbres éditeurs. Premièrement, c’est le théâtre que ces éditions mettent en avant et deuxièmement c’est l’Albanie qui est donnée à découvrir par le biais de trois pièces de théâtre de Stefan...

couverture

Légende d'une vie de Stefan Zweig

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

La quête d'identité

8 etoiles
Leonore a organisé une grande soirée littéraire chez elle durant laquelle des poèmes de son fils Friedrich seront lus. Si le jeune homme de 25 ans fait se déplacer tant de personnes de renom c’est qu’il est le fils d’un auteur adulé, Karl Franck. Il est difficile d’exister dans l’ombre d’une figure si fameuse et...

couverture

Monsieur de Pourceaugnac de Molière

critiqué par Incertitudes - (35 ans)

En attendant M. Jourdain

8 etoiles
Écrite en 1669 soit un an avant Le Bourgeois gentilhomme, j'ai retrouvé avec gourmandise dans ce Monsieur de Pourceaugnac un personnage d'imbécile comme Molière a si bien su les croquer. Déjà rien que le nom qui fait penser à pourceau, un porc, n'aide pas à le prendre au sérieux. Cet avocat est un vrai guignol. Attaché...

couverture

Minotaure.com : Le Heaume d'horreur de Viktor Pelevine

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Le mythe du Minotaure et du labyrinthe revisité dans une version informatique et philosophique

8 etoiles
Viktor Pelevine classe ce texte dans le genre romanesque sur son site, même si cette œuvre rappelle aussi le genre dramatique. Sur un plan typographique « Minotaure.com » se présente comme une pièce de théâtre, donc composé uniquement d’un long dialogue. Ensuite dans certaines répliques il y a des passages narratifs qui peuvent rappeler le...

couverture

Théâtre: Trois versions de la vie - Une pièce espagnole - Le dieu du carnage - Comment vous racontez la partie de Yasmina Reza

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

Des malentendus aux différends de tous les jours

6 etoiles
Ces quatre pièces ont pour point commun de présenter les malentendus qui pourrissent notre existence, qui s'enveniment assez vite, au point de rendre la conversation impossible, chacun restant sur son quant-à-soi et constatant, presque avec plaisir, qu'elle ne peut plus avancer, faute de compromis, et pouvant repartir avec ses idées toutes faites, alors que tous...

couverture

Comment vous racontez la partie de Yasmina Reza

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)

La cause de l'écriture et des personnages

8 etoiles
Cette pièce met en scène une émission littéraire où l'invitée principale est la jeune écrivaine Nathalie Oppenheim, aussi populaire que discrète, interrogée par Rosanna Ertel-Keval, présentatrice de grande notoriété, aux questions acérées et fort têtue, ce qu'elle reconnaît volontiers. Le dialogue, s'il s'avère sincère, vire assez souvent à l'aigre, le caractère incisif de la journaliste...

couverture

Médée Kali de Laurent Gaudé

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Médée, Méduse et Kali

8 etoiles
Laurent Gaudé s'est longtemps interrogé sur la manière de renouveler le mythe de Médée et de Jason. Il ne voulait pas une simple relecture. Ici Médée a la parole, devient parfois Méduse, mais aussi la déesse hindoue Kali. C'est un nouveau mythe qu'il engendre. Médée est cette figure féminine qui a tué ses enfants. Ce...

couverture

Les affaires sont les affaires de Octave Mirbeau

critiqué par Alceste - (Liège - 58 ans)

JR à la Belle Epoque

10 etoiles
"Les affaires sont les affaires" : maxime désabusée et cynique, prononcée par le féroce Isidore Lechat, grand brasseur de capitaux, odieux avec ses domestiques, condescendant avec son épouse, intraitable avec ses interlocuteurs. Type même du capitaliste du début du XXe siècle, il étend ses activités et son domaine personnel avec un appétit d'ogre, convoite...

couverture

La moitié du ciel et nous de Armand Gatti

critiqué par Ddh - (Mouscron - 78 ans)

La problématique des anarchistes et révolutionnaires

5 etoiles
Selon les Chinois, les femmes portent la moitié du ciel. En scène, 4 femmes face à la justice des hommes. Armand Gatti, né en 1924 et décédé en 2017, est journaliste, dramaturge, metteur en scène. Comme reporter, il obtient en 1954 le Prix Albert-Londres. Mais c'est l'espace théâtre que l'on retiendra, un théâtre contestataire qui lui...

couverture

Soubresauts de Samuel Beckett

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

DERNIERS SOUBRESAUTS

6 etoiles
Un homme (dont nous ne saurons jamais le nom), est confiné seul dans un lieu non défini, (peut-être la cellule d’une prison?). Il y a une haute fenêtre, mais qui ne s’ouvre pas! L’homme doit monter sur un tabouret pour voir la lumière du ciel et se pencher pour voir ce qu’il y a en...

couverture

Tous ceux qui tombent de Samuel Beckett

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

TOUS CEUX QUI MEURENT

8 etoiles
Au début de l’histoire nous sommes sur une route en pleine campagne et faisons la connaissance de Mme. Rooney (Maddy). C’est une femme d’un certain âge et de très forte corpulence. Elle se rend à pied, et avec beaucoup de difficultés, à la gare, où elle veut faire une surprise à son mari qui...

couverture

La dernière bande suivi de Cendres de Samuel Beckett

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

LA DERNIÈRE BANDE?

8 etoiles
Au début de la pièce nous faisons la connaissance de Krapp. C’est un homme de 69 ans,- il fête d’ailleurs son anniversaire ce soir-là-, qui vit seul et de façon très frugale. Il est dans sa chambre, meublée très sommairement, occupé à écouter une vieille bande son, qu’il a lui-même enregistré 30 ans auparavant, quand...

couverture

Les vieilles femmes et la mer de Yannis Ritsos

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)

un sublime poème choral

10 etoiles
Ce recueil est constitué d’un unique et long poème polyphonique déclamé par un chœur de sept vieilles femmes, toutes mères et grands-mères de marins, qui sont assises sur un banc face à la mer, quelque part dans le port d’une île grecque. Il ne s’agit pas d’un dialogue mais d’un texte, sublime, porté par plusieurs...

couverture

Le Gardien de Harold Pinter

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

« Qu’est-ce que vous faites… quand le seau est plein ?: - On le vide. »

7 etoiles
La trame du «Gardien» (1960) est des plus simples. Au début de la pièce, Aston, un homme sans métier bien défini, sauve des coups, lors d’une rixe dans un café, un clochard assez âgé : Davies. Il l’accueille ensuite dans son logement, une simple pièce complètement encombrée des objets les plus divers. Davies accepte du bout...

couverture

La Tragédie de l'Ane suivi de Les Farces Philosophiques de Catherine Gil Alcala

critiqué par Mercure - (39 ans)

Des oiseaux et du sang

10 etoiles
Écrit par Didier Ayres le 16 janvier 2016. dans Reflets du Temps. Lien : http://www.refletsdutemps.fr/index.php/thematiques/culture/litterature/item/des-oiseaux-et-du-sang Comme les livres viennent à moi parfois mystérieusement, les voies qui ont conduit cette lecture très consécutive dans le temps de deux pièces de Catherine Gil Alcala, m’ont permis de faire plus large connaissance d’une dramaturgie insolite et très hardie. "La Tragédie...

couverture

Zoartoïste et autres textes de Catherine Gil Alcala

critiqué par Mercure - (39 ans)

Zoartoïste et autres textes de Catherine Gil Alcala

10 etoiles
jeudi 9 novembre 2017, par Françoise Urban-Menninger, dans e-litterature.net. Lien : http://www.e-litterature.net/publier3/spip/spip.php?page=article5&id_article=1133 Zoartoïste est une œuvre théâtrale totalement inclassable qui nous plonge d’emblée dans une fantasmagorie onirique doublée d’une loufoquerie débridée que l’artiste décline en quinze miroirs. Catherine Gil Alcala possède ou plus exactement est possédée par une écriture à nulle autre pareille qui nous ouvre la flamboyance...

couverture

James Joyce fuit... Lorsqu'un homme sait tout à coup quelque chose : Suivi de Les Bavardages sur la Muraille de Chine de Catherine Gil Alcala

critiqué par Mercure - (39 ans)

Le Théâtre charivari ou Le Théâtre de bruits accompagné de désordres

10 etoiles
Écrit par Didier Ayres le 09 janvier 2016. dans Reflets du temps. Lien : http://www.refletsdutemps.fr/index.php/thematiques/culture/litterature/item/le-theatre-charivari-ou-le-theatre-de-bruits-accompagne-de-desordres "HOMERE MARMONNANT Il y a là l’Iliade pourrait-on dire, une véritable épopée, gens de tous bords, des quatre coins de l’univers ! Et tous se haïssent ! Machinations… acrimonies interpersonnelles… sempiternelles guerres d’érudits, joutes poétiques !" J’aime lire le théâtre contemporain, car j’y vois surgir au...

couverture

La fille d'amour et l'innocent de Alexandre Soljenitsyne

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)

Au coeur du goulag

9 etoiles
Est-ce vraiment du théâtre ? En raison de la multiplicité des acteurs et de la grande complexité des nombreux décors (chapeau à qui parviendra à faire rouler sur scène un camion chargé de prisonniers ou construire sur scène une forge avec ses fours fumants et ses coulées de fonte rougeoyante !), je doute que cette...

couverture

Le colonel-oiseau ; Orchestre Titanic de Hristo Bojčev

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Deux pièces de théâtre bulgares de qualité !

9 etoiles
Dans « Le colonel-oiseau », Hristo Boytchev place un pauvre médecin dans un vieux monastère occupé par des fous sans aucun encadrement. Les infirmiers ont fui. Il se retrouve seul dans un univers bancal : un patient cleptomane, un paranoïaque convaincu d’avoir rapetissé et qui redoute qu’on l’écrase, un tsigane impuissant, un sourd qui...

couverture

Vivra de Dominique Dolmieu, Bleuenn Isambard, Mouradine Olmez

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

La quête de vérité dans une affaire révoltante

8 etoiles
En septembre 2004, 32 terroristes entrent dans une école le jour d'une rentrée scolaire à Beslan, dans le Caucase du nord. Plus d'un millier d'otages. 334 morts au final. Aucune négociation n'a été proposée aux terroristes, ce qui provoqua ce massacre scandaleux. Encore aujourd'hui aucune lumière n'a été faite réellement sur cette affaire étant donné...

couverture

La forêt qui scintille : Drame qui commence un soir et se termine au matin de Milena Marcović

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)

Une pièce marquante

8 etoiles
La pièce se déroule dans un bar un peu perdu, non loin d'une forêt. A l'intérieur, nous retrouvons Maca, la chanteuse d'un café et un ancien entraîneur de foot. La pièce s'ouvre sur ces deux personnages qui ne connaissent même pas leur date de naissance dans un pays qui semble avoir perdu ses repères, qui...

couverture

Le Miracle de Saint-Antoine de Maurice Maeterlinck

critiqué par Alceste - (Liège - 58 ans)

Amusante satire

7 etoiles
Dans sa maison bourgeoise de la Flandre profonde, une vieille demoiselle vient de décéder, pleurée de sa fidèle servante, tandis que les neveux s’affairent aux préparatifs des funérailles. Le grand saint Antoine de Padoue se présente à l’entrée et se fait connaître à la servante au cours d’une conversation où il se propose d’apaiser son chagrin...

couverture

On ne paie pas ! On ne paie pas ! de Dario Fo

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UNE ŒUVRE DES PLUS EFFICACES!

7 etoiles
Au début de la pièce nous sommes dans un modeste appartement de la banlieue de Milan. Deux femmes Antonia et Margherita rentrent juste du supermarché, mais cette fois elles n’ont pas fait leurs courses en payant. En effet, avec une centaine d’autres femmes, elles ont littéralement pillé le supermarché et sont parties sans payer. Plus...

couverture

Iphigénie en Tauride de Johann Wolfgang von Goethe

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

souverainement classique

10 etoiles
Je n'avais pas lu de pièce de Goethe depuis des décennies. je me souviens que son théâtre m'avait enthousiasmé pendant mes années lycée. Qu'on avait même joué [i]Egmont[/i] à la télévision vers 1962 (?). Impensable aujourd'hui, où le théâtre classique (même français) est relégué aux oubliettes ! [i]Iphigénie en Tauride[/i] se passe plus de dix ans...

couverture

L'Héritage de Gaëtan Faucer

critiqué par Owierghem - (43 ans)

Critique de Philippe Leuckx

10 etoiles
Il y a quelque chose de diabolique dans cette histoire de frères prêts à tout pour gober l’héritage de parents détestés. Faucer met en place les ingrédients de sa pièce avec un brin de machiavélisme, huilant le tout – décor, dialogue, intrigue – avec une réelle facilité. Les deux personnages de Pierre (écrivain raté) et de Jacques...

couverture

Le directeur de l'opéra de Jean Anouilh

critiqué par Fredericpaul - (Chereng - 58 ans)

"Ceux qu'on aime, on voudrait qu'ils vous doivent tout. C'est peut-être de l'égoïsme ?

8 etoiles
Comme souvent chez Anouilh chaque personnage fait sens et a une épaisseur probante. Ce Directeur de l'Opéra (ce fut le dernier rôle de Paul Maurice au théâtre) n'échappe pas à la règle. Le trame est simple : un personnage aux prises avec de multiples difficultés tant personnelles que professionnelles. Cela donne l'occasion à des réflexions...

couverture

Femme non-rééducable - Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa de Stefano Massini

critiqué par Cyclo - (Bordeaux - 73 ans)

le sens des mots

10 etoiles
Cette œuvre explosive s'inspire du parcours de cette journaliste russe, Anna Politkovskaïa, militante des droits de l’homme, qui fut assassinée dans son ascenseur à Moscou en 2006. Son erreur : faire son métier honnêtement (c’est-à-dire, justement, en donnant du sens et de la véracité aux mots employés) en se mettant en première ligne pendant...

couverture

L'incessant de Charles Juliet

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)

Dialogue intérieur, beau et profond, sur la difficulté d'être et la quête de la joie

9 etoiles
Cette petite plaquette inclassable se présente sous la forme d’un dialogue entre un homme et une femme dont on s’aperçoit qu’il s’agit en fait d’un monologue intérieur, aux résonances philosophiques pascaliennes et freudiennes, entre un homme et une voix intérieure féminine qui le presse de se libérer de ses peurs et son attachement aux plaisirs...

couverture

La Profession de madame Warren de Bernard Shaw

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

TABLEAU D’UNE SOCIÉTÉ HYPOCRITE

7 etoiles
Au début de la pièce nous sommes à Haslemere dans le Surrey, dans le jardin d’un cossu pavillon de campagne. Nous faisons la connaissance de Vivie (dite aussi Vivo ou Viv) une jeune fille d'environ 25 ans. Celle-ci actuellement en vacances, est venue à la demande de sa mère, Mme. Kitty Warren. En effet, ...

couverture

La route de Wole Soyinka

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

MÉDITATION SUR LE NIGÉRIA MODERNE

6 etoiles
Au début de cette pièce, nous sommes dans une sorte de cabane au bord de la route, à l’angle d’une église. C’est un garage, un magasin de pièces de rechange, qui est en même temps un café, bar, épicerie, tripot, dortoir, magasin d’alimentation, nommé « Mangazin dé assident – Ici tout piece ». C’est le lieu...