Littérature => Moyen Orient (133 livres critiqués)



couverture

Si je t'oublie, Bagdad de Inaam Kachachi

critiqué par CC.RIDER - (62 ans)

Un témoignage très crédible et très émouvant

9 etoiles
De 2003 à 2008, Zeina se retrouve en Irak (à Tikrit puis à Bagdad dans la zone verte) interprète pour l'armée américaine. Son père, journaliste et présentateur de télévision arrêté et torturé par la police secrète de Saddam Hussein, s'est réfugié aux Etats-Unis avec toute sa famille. Arrivée toute jeune, Zeina se sent autant américaine...

couverture

Les désorientés de Amin Maalouf

critiqué par Tanneguy - (Paris - 81 ans)

Pourront-ils se réorienter ?...

10 etoiles
…et se réapproprier l’Orient ? C’est finalement la question que pose Amin Maalouf dans ce roman remarquablement construit, écrit avec finesse et précision. Sa réponse, ou plutôt les éléments de réponse qu’il propose ne reflètent guère l’optimisme ; mais il garde espoir. Adam, le personnage principal, a quitté le Liban (l’auteur parle du...

couverture

Khâtem - une enfant d'Arabie de Raǧāʼ ʿĀlim

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

Sensualité et spiritualité

8 etoiles
Un texte d’une langue spirituelle et poétique, sensuelle et charnelle, directement surgi du fond des « Mille et une nuits », qui laisse une place primordiale aux sons, aux odeurs, aux couleurs, aux caresses, à la nature originelle, au vent de la musique et à l’eau de la pierre précieuse. Certains le datent du début...

couverture

Chronique des branches de Adonis

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 52 ans)

UNE QUÊTE DE L’INSAISISSABLE…

8 etoiles
On ne présente plus le libanais ADONIS, de son vrai nom Ali Ahmad sa’îd, animateur de revues, essayiste, enseignant, véritable chantre du «Printemps arabe », et surtout, poète le plus célèbre du moyen Orient, dont le nom revient tous les ans parmi les grands favoris pour le Prix Nobel de Littérature, et avec encore plus...

couverture

Matin de roses de Naguib Mahfouz

critiqué par Aaro-Benjamin G. - (Montréal - 51 ans)

Portraits

4 etoiles
Ce livre regroupe trois textes. Deux courts, un long. Celui qui donne son titre au livre est un étrange kaléidoscope des habitants d’une rue au Caire. Maison par maison, on visite chacun des personnages. Mahfouz nous raconte une tranche de leur vie, leur position dans la famille. Ils ne sont pas extraordinaires ou singuliers. Il...

couverture

La colline du mauvais conseil de Amos Oz

critiqué par Aaro-Benjamin G. - (Montréal - 51 ans)

L’acharnement patriotique

3 etoiles
Ce livre n’est pas un roman mais un regroupement de trois textes portant sur le même thème, disons sur la même période. Celle du début de la jeune histoire d’Israël alors que les britanniques terminaient leur mandat en Palestine (1946-47) et la peur de l’isolement hantait le peuple hébreu. Ces textes sont aussi reliés...

couverture

Une femme fuyant l'annonce de David Grossman

critiqué par Ronanvousaime - (45 ans)

une sorte de Dostoïevski israélien

9 etoiles
Un grand livre. Assez long, dense, souvent sous forme de dialogues, avec flash-backs et révélations. une écriture très pure, la grande classe, quelque chose des grandes tragédies russes ou grecques, mais moderne. Pour ceux qui veulent savoir de quoi que ça cause: une femme apprend que l'un de ses fils (re)part en mission pour l'armée israélienne et...

couverture

Le pigeon voyageur de Meir Shalev

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 40 ans)

La maison, comme retour aux sources

9 etoiles
J'ai longtemps hésité avant de lire ce roman de 500 pages qui reposait sur l'une de mes piles de livres, sans doute parce que son titre ne m'attirait pas tellement. En effet, je craignais de lire un reportage sur des pigeons voyageurs ! En fin de compte, j'ai dévoré ce roman plutôt lent, mais beau...

couverture

Le musée de l'Innocence de Orhan Pamuk

critiqué par Tanneguy - (Paris - 81 ans)

Un excellent auteur, mais trop d'introspection masturbatoire...

8 etoiles
Kemal est un jeune homme comblé ; riche, de famille "occidentalisée", il doit bientôt épouser une jeune fille de bonne famille, qui a fait ses études à Paris et se sent libre, du point de vue des critères turcs. Mais il va tout gâcher en tombant amoureux fou d'une fille de 18 ans pauvre et...

couverture

Une histoire d'île, Tome 1 : Regarde donc l'Euphrate charrier le sang de Yachar Kemal

critiqué par Tistou - (64 ans)

Une histoire d’île – 1

5 etoiles
Lire Yachar Kemal, c’est accepter de toutes façons de s’embarquer pour des contrées de nous peu connues, supputées et simplement imaginées à partir d’éléments tels « Les contes des mille et une nuits ». « Regarde donc l’Euphrate … » ne fait évidemment pas exception à la règle, de la même manière que sa manière...

couverture

Tu écraseras le serpent de Yachar Kemal

critiqué par Tistou - (64 ans)

Drame de la vengeance

7 etoiles
Yachar Kemal est turc et sa démarche d’histoires racontées, de son pays, de sa culture et de ses mythes, renvoie un peu à ce qu’on peut imaginer de ce qu’étaient les Aèdes dans la Grèce ancienne. Non point que Yachar Kemal nous chante les épopées, mais il y a quelque chose … Ici le fil conducteur...

couverture

La légende du mont Ararat de Yachar Kemal

critiqué par Tistou - (64 ans)

Une légende qui ne fait pas dans le simplisme !

8 etoiles
« Il est un lac sur le flanc du Mont Ararat, à quatre mille deux cents mètres d’altitude. On l’appelle le lac de Kup, le lac de la Jarre, car il est extrêmement profond, mais pas plus grand qu’une aire de battage. A vrai dire, c’est plus un puits qu’un lac. Il est entouré de...

couverture

Mèmed le mince de Yachar Kemal

critiqué par CHALOT - (72 ans)

Une épopée sociale, politique et héroïque

9 etoiles
«  Mèmed le Mince » de Yachar Kemal collection folio éditions Gallimard réédité en 2003 556 pages Une épopée sociale, politique et héroïque La terre de ce plateau des contreforts du Taurus, en Turquie est travaillée par des paysans pauvres qui suent sur leur petit lopin de terre. Beaucoup de ces terres appartiennent aux chefs locaux, les aghas qui n'hésitent pas à exiger...

couverture

Les fils de la médina de Naguib Mahfouz

critiqué par Poignant - (Poitiers - 53 ans)

Légendes du Caire

10 etoiles
L'histoire légendaire d'un quartier du Caire sert de support à ce roman puissant, profond, agréable et exotique, tout en paraboles. Dans un contexte de ruelles tumultueuses où se côtoient des marchands ambulants, des boutiquiers, des mendiants, des fumeurs de haschisch, des conteurs et bien sûr d'innombrables gamins, Naguib Mahfouz décrit les aventures de héros mythiques (Gabalawi,...

couverture

Soufi, mon amour de Elif Shafak

critiqué par Burger - (32 ans)

une plongée dans la spiritualité soufi

8 etoiles
Ce livre nous propose deux récits bien différents. La partie la plus développée, presque façon conte oriental, concerne le XIII° siècle, époque à laquelle vécurent les deux héros dont l'histoire est ici relatée. L'un, Shams, un derviche soufi rencontre, après un parcours initiatique personnel très étonnant, un homme de pouvoir, Rumi qui, fort de...

couverture

Les filles d'Allah de Nedim Gürsel

critiqué par Dirlandaise - (Québec - 64 ans)

La lune brillait...

9 etoiles
L’écrivain Nedim Gürsel occupe une place primordiale dans la littérature turque. Auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans, nouvelles essais littéraires et récits de voyage, il est traduit dans de nombreuses langues. Pour ce roman, il a reçu le prix de la liberté d’expression de l’Union des éditeurs de Turquie. Dans ce roman, l’auteur raconte ses souvenirs d’enfance...

couverture

Little Big Bang de Benni Barbash

critiqué par Christian Palvadeau - (55 ans)

Le Rameau d'olivier

7 etoiles
Le narrateur est un jeune israélien d’à peine 13 ans lors des faits. Il est issu d’une famille où la branche paternelle se querelle régulièrement avec la branche maternelle. Le grand-père paternel, astrophysicien, est un rationaliste qui ne peut s’entendre avec la grand-mère maternelle, rescapée de la Shoah, grâce selon elle à plusieurs miracles dont...

couverture

Le palais du désir de Naguib Mahfouz

critiqué par Jfp - (La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)

ah les femmes...

10 etoiles
Le Caire, à l'aube de l'indépendance. Encore anglaise, mais pour peu de temps, l'Egypte du début des années 20 hésite entre le repli identitaire et l'ouverture vers le monde occidental. Au travers du conflit des générations au sein de la famille d'Ahmed Abd-el-Gawwad c'est toute la classe moyenne égyptienne qui est décrite, vue du côté...

couverture

Les oiseaux de bois de Aslı Erdoğan

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

« Istanbul est une femme fatiguée, mais attirante. »

8 etoiles
Cinq nouvelles, cinq histoires de femmes, des dérives à la limite du monde fantastique et du monde réel défini par le carcan d’un pouvoir autoritaire et policier qui ne connait que la force et la violence répressive. Asli Erdogan possède à merveille le sens de la nouvelle qu’elle traduit avec son écriture dense mais délicate...

couverture

Une saison de solitude de Zülfü Livaneli

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)

« Le mal du migrant »

8 etoiles
Sami, réfugié politique turc en Suède, accepte que son ami écrive son histoire, son exil, les raison de son exil, mais exige de pouvoir relire le manuscrit avant la publication du livre. En relisant la prose de celui-ci, Sami constate qu’il a, en bon écrivain, ajouté certains détails, modifié certains passages pour que le livre...

couverture

Le Goût âpre des kakis de Zoyâ Pirzâd

critiqué par Tistou - (64 ans)

5 nouvelles

7 etoiles
Cinq nouvelles de la romancière iranienne avec un fil rouge : la femme iranienne et plus spécifiquement la femme iranienne et le couple iranien. On s’en doute, il ne s’agit pas de sinécure ou d’un long voyage tranquille. Qu’elles respectent et s’enferment dans la tradition, qu’elles s’essaient à la modernité, les héroïnes de Zoyâ...

couverture

Comment guérir un fanatique de Amos Oz

critiqué par Nance - (- ans)

Me retrouve peu dans son raisonnement

4 etoiles
Ce recueil rassemble la transcription de trois conférences données en Allemagne par l’auteur israélien en janvier 2002 (c’est-à-dire, relativement peu de temps après la tragédie du 11 septembre 2001) : Se glisser dans la peau de l’autre, Comment guérir un fanatique et Un conflit entre deux causes justes. Des conférences ayant comme propos le fanatisme, le...

couverture

Soudain dans la forêt profonde de Amos Oz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Conte philosophique.

7 etoiles
Court ouvrage en forme de conte à priori destiné aux enfants, où la tolérance et l’amour de la vérité sont à l’honneur. Tolérance, amour de la vérité … la forêt profonde résiderait-elle du côté du Proche-Orient et les animaux qui ont disparu de la vie du village, rayés de la carte, niés, auraient-ils l’apparence de...

couverture

Lait noir de Elif Shafak

critiqué par CC.RIDER - (62 ans)

Etre mère et écrivain

6 etoiles
Elif Shalak est une romancière tiraillée entre ses aspirations littéraires et sa condition de femme. Elle s'aperçoit également que maternité et écriture sont loin de faire bon ménage. Elles sont même antinomiques pour ne pas dire que l'une menace l'autre et lui est antagoniste au point de vouloir l'éradiquer. A la naissance de sa fille,...

couverture

La chambre de Mariana de Aharon Appelfeld

critiqué par CC.RIDER - (62 ans)

Un nouveau "Journal d'Anne Frank"

8 etoiles
Pendant la Seconde Guerre Mondiale, dans le ghetto juif d'une petite ville d'Ukraine, la mère d'Hugo, pharmacienne généreuse et très aimée des habitants, confie son fils à Mariana, une ancienne camarade de classe qui travaille maintenant dans une maison close. Les Allemands traquent les juifs pour les envoyer dans des camps de concentration. Ceux-ci se...

couverture

Scènes de vie villageoise de Amos Oz

critiqué par Dudule - (Orléans - - ans)

Un petit tour du village

7 etoiles
L’auteur nous invite à s’asseoir sur cette chaise afin de nous raconter les nouvelles de ce village, nous rentrons dans l’intimité de certains villageois avec beaucoup d’impudeur mais sans voyeurisme, chaque détail, chaque parcelle de vie nous est rapportée. Nous rencontrons Arieh Zelnik qui est revenu habiter chez sa vieille mère, après avoir été abandonné...

couverture

Asteraï de Omri Teg'Amlak Avera

critiqué par Dudule - (Orléans - - ans)

Conte initiatique

6 etoiles
Le personnage central de ce roman est un jeune garçon Petgu, IL habite dans son village natal dans les montagnes du Gondar. Il garde les chèvres et vit en harmonie avec la nature. Le second personnage est un oiseau magique, un Asteraï, qui protège sa communauté. Après une enfance bucolique, vient l’exil, avec tous les...

couverture

Bonbon Palace de Elif Shafak

critiqué par FranBlan - (Montréal, Québec - 78 ans)

Dommage...!

4 etoiles
Une amie à moi qui a eu le bonheur de visiter la Turquie m'a prêté ce livre que j'ai eu, malheureusement, beaucoup moins de bonheur à lire... Derrière la façade décrépite de Bonbon Palace, un immeuble jadis flamboyant, aujourd'hui infesté par la vermine et les ordures, on découvre une dizaine d'habitants pour un millier de cafards,...

couverture

Le Mendiant de Naguib Mahfouz

critiqué par Gryphon - (Mexico DF - 55 ans)

Une sortie ratée

9 etoiles
Plus je lis Mahfouz, plus je me persuade que voilà un écrivain qui a vraiment mérité son prix Nobel. Dans "Le Mendiant", paru en 1965, c'est l'histoire d'un père de famille, avocat, la quarantaine bien entamée, qui soudain fait face à un sentiment d'insatisfaction croissant. Que faire? Revenir à la création poétique de sa jeunesse?...

couverture

Un jour avant Pâques de Zoyâ Pirzâd

critiqué par Tistou - (64 ans)

En 3 chapitres

8 etoiles
Zoyâ Pirzâd est iranienne. Iranienne mais arménienne. Dans ce court ouvrage, elle évoque la vie d’un homme, Edmond, (elle choisit délibérément d’écrire au masculin) à trois époques de sa vie ; enfant, homme adulte puis presque vieillard. Ces trois chapitres sont très courts mais d’une sensibilité, d’une délicatesse, ravissantes. Très féminin en vérité comme écriture. Déstabilisant...

couverture

J'aurais voulu être égyptien de Alaa El Aswany

critiqué par Dudule - (Orléans - - ans)

Entre satire sociale et comédie humaine

9 etoiles
Ce texte est l’un des tous premiers de l’auteur. Ce recueil de nouvelles aurait pu être le dernier car comme nous l’explique dans la préface Al Aswany, « les feuillets d’Issam Abd el Ati » a été interdit de publication pendant de longues années, censuré par l’Office du livre égyptien qui y a vu...

couverture

La maison de la mosquée de Kader Abdolah

critiqué par FROISSART - (St Paul - 73 ans)

Le commentaire de Patryck Froissart

10 etoiles
Titre : La maison de la mosquée Auteur : Kader Abdolah Titre original : Het huis van de moskee Traduit du néerlandais par Anita Concas Editeur : Gallimard (2005) ISBN : 9782070783335 476 pages A Sénédjan, en Iran, la famille d’Aga Djan possède, depuis des temps immémoriaux, la mosquée du vendredi et la grande demeure qui fait corps avec les minarets et...

couverture

Thèra de Zeruya Shalev

critiqué par Maylany - (40 ans)

Beaucoup de qualités !

9 etoiles
Vibrant, profond, vrai, alpaguant, fort, saisissant, … les qualificatifs qualitatifs ne manquent pas pour parler de Thèra. Certes l'écriture est très déstabilisante au début du livre : la ponctuation est réduite aux uniques points et virgules ; pas de tiret ou de guillemets pour les dialogues, ni même de paragraphes distinguant les évènements ou le temps...

couverture

Salih l'émerveillé de Yachar Kemal

critiqué par FROISSART - (St Paul - 73 ans)

Le commentaire de Patryck Froissart

8 etoiles
Titre : Salih l’émerveillé Auteur : Yachar Kemal Traduit du turc par Munevver Andac Editeur : Gallimard (NRF) - 1990 ISBN : 2070719219 474 pages Salih, enfant poète, rêveur et curieux, qui vit dans un pauvre village turc de pêcheurs et de contrebandiers, recueille sur la grève une mouette à l’aile brisée, la nourrit, et cherche, des semaines durant, la personne qui sera capable de...

couverture

L'odeur de Yasmine de Michèle M. Gharios

critiqué par Sahkti - (Genève - 46 ans)

Apprivoiser la vie

8 etoiles
Malek a eu une enfance difficile. Se considérant et considéré comme nul, cancre avéré, accumulant les erreurs et les punitions, il a affronté l'adversité familiale en se forgeant un caractère résigné mais en même temps déterminé. Les coups de son père prennent fin quand il a seize ans, c'est le premier pas vers une forme...

couverture

Ne dis pas la nuit de Amos Oz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Vous avez vu “La visite de la fanfare”, au cinéma ?

9 etoiles
Vous avez vu le film : “La visite de la fanfare”, visite improbable d’une fanfare égyptienne qui se perd dans un bled israélien ? Si vous l’avez vu, vous retrouverez cette ambiance de trou-du-cul-du-monde, au milieu du désert, avec le sable, la laideur des batiments modernes qui tentent de lutter, vainement, contre les éléments, et...

couverture

Une panthère dans la cave de Amos Oz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Petit garçon à Jérusalem fin des années 40

7 etoiles
« On m’a très souvent qualifié de traître, dans ma vie. La première fois que cela se produisit, j’avais douze ans et j’habitais à la périphérie de Jérusalem. C’étaient les grandes vacances, moins d’un an avant la fin du mandat britannique et le début de la guerre qui préluda à la naissance de l’Etat d’Israël....

couverture

Comment peut-on être français ? de Chahdortt Djavann

critiqué par Zébu - (47 ans)

Fuite courageuse

7 etoiles
Roxane, une jeune iranienne fuyant un douloureux passé, part à la conquête de la langue française. Pour faciliter son apprentissage, et peut-être inconsciemment pour éviter de devoir se dévoiler (!) devant des êtres de chair et de sang, elle écrit ses peurs, ses doutes et ses interrogations à Charles de Montesquieu, philosophe du 18e siècle,...

couverture

La troisième sphère de Amos Oz

critiqué par Kinbote - (Jumet - 61 ans)

Six jours dans la vie de Fima

9 etoiles
Mais qu’est-ce qui rend Ephraïm Nissan si attachant, cet homme qui mêle la politique à toute chose, qui vaticine, vitupère, qui n’arrête pas de donner son opinion, de refaire le monde à commencer par Israël. Fima, comme on l’appelle, a 54 ans, il écrit des articles dans des journaux, il est divorcé mais continue de...

couverture

Connaître une femme de Amos Oz

critiqué par Kinbote - (Jumet - 61 ans)

Métaphysique de la vie ordinaire

9 etoiles
« Quand ses collègues de bureau lui parlaient du dernier bouquin de John Le Carré en le lui recommandant chaudement, il consentait à essayer de le lire. Le scénario lui paraissait contestable et loufoque ou, au contraire, simpliste et transparent. Après quelques dizaine de pages, il renonçait définitivement. Il voyait dans une nouvelle de Tchekhov...

couverture

Passage des miracles de Naguib Mahfouz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Zola égyptien ?

8 etoiles
Si l’Egypte constitue le terrain de jeux exclusif de Naguib Mahfouz, ses romans sont d’une très grande variété. Une certaine unicité pourrait être néanmoins le cadre urbain et la ville du Caire en particulier. C’est le cas encore ici puisque l’impasse du Mortier, microcosme que Naguib Mahfouz va étudier à la loupe, est un petit...

couverture

Akhénaton le renégat de Naguib Mahfouz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Roman historique

8 etoiles
Christian Jacq pourrait s’en inspirer comme modèle ! Si Naguib Mahfouz nous fait là une reconstitution historique, il nous écrit aussi, et surtout, un roman, de la littérature … Plongée 1300 ans avant JC. Thèbes, en Egypte. Par le biais d’un jeune égyptien curieus, Méri Moun, Naguib Mahfouz mène une enquête contradictoire sur ce pharaon atypique...

couverture

Dérives sur le Nil de Naguib Mahfouz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Haschisch et Haschaschins

8 etoiles
Le Nil. Une péniche. Celle de Anis Zaki. Un monde à part, le soir, la nuit, quand la bande d’amis se réunit pour fumer le haschisch au narguilé. Un monde qui nous est inconnu et qui transparait d’une lenteur et d’une douceur toute fluviales. Le Nil, le long Nil … Anis Zaki est fonctionnaire. On a...

couverture

Récits de notre quartier de Naguib Mahfouz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Description en 78 séquences

3 etoiles
78 séquences pour évoquer la vie d’un quartier du Caire, son quartier ? Naguib Mahfouz nous avait habitué à des romans construits, évoquant certes la vie des petites gens, mais au sein d’une histoire, d’un fil conducteur. Rien de tout cela ici. Naguib Mahfouz raconte 78 cas individuels, sans nul doute tirés de sa mémoire,...

couverture

Le voleur et les chiens de Naguib Mahfouz

critiqué par Tistou - (64 ans)

Tragédie à la grecque

8 etoiles
Court roman, comme une tragédie grecque, à l’issue inéluctable. « A nouveau, il respire le souffle de la liberté, mais l’air est chargé d’une poussière suffocante et d’une chaleur insoutenable. Il retrouve son complet bleu et ses chaussures de caoutchouc, mais il n’y a personne pour l’attendre. Voici la vie qui reprend son cours, voici...

couverture

Rêves de convalescence de Naguib Mahfouz

critiqué par Bertrand-môgendre - (ici et là - 65 ans)

rêves à méditer

4 etoiles
Sous sa plume, les rêves (cinquante cinq), prennent la forme de drames enfouis dans les méandres d'une mémoire riche de souvenirs, heureux ou non. Les jeunes filles, souvent présentes, occupent une place prépondérante dans chaque songerie. L'écriture légère donne à la lecture, la simplicité du récit, la brièveté de ces notes, prises sûrement au lever du...

couverture

Chicago de Alaa El Aswany

critiqué par Nana31 - (toulouse - 51 ans)

Un regard sur une communauté d'Egyptiens expatriés aux Etats unis

9 etoiles
Cet auteur a l'art d'ausculter les maladies du monde arabe contemporains,transplanté cette fois au pays de Georges Bush(après les attentats du 11septembre).On yretrouve des personnages touchants aux existences meurtries,réalistes,et truculents comme dans l'immeuble de Yacoubian.La capitale de l'illinois va rassembler des Egyptiens expatriés venus étudier l'histologie. D'Un chapitre à l'autre plusieurs vies s'entrecroisent(professeurs et étudiants),alors que...

couverture

Vie et mort en quatre rimes de Amos Oz

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)

L'écrivain, cet homme comme tant d'autres

9 etoiles
Voilà un roman parfait pour s'interroger et se faire une idée du statut de l'écrivain, la ligne de séparation qu'il doit se fixer entre sa vie médiatique et son intimité. Quoi de mieux pour les amateurs vifs et avisés, nombreux sur ce site ? Cette introspection, de la part d'un romancier qui en décrit un...

couverture

La muette de Chahdortt Djavann

critiqué par Amanda m - (53 ans)

Dommage, l'histoire méritait qu'on s'y attache

4 etoiles
Chahdortt Djavann écrit ici une histoire qui avait tout pour être belle. Une jeune adolescente élevée par une tante muette (on ne sait pas vraiment pour quelle raison, mais on le devine, on sait qu’elle se tait depuis un jour sombre de son enfance). La muette est une femme libre. Enfin, libre, c’est un...

couverture

L'Institut de remise à l'heure des montres et des pendules de Ahmet Hamdi Tanpınar

critiqué par Sahkti - (Genève - 46 ans)

Déclin ottoman

7 etoiles
Hayri Irdal est le héros de cettte histoire, un homme engagé par l'Institut de remise à l'heure des montres et des pendules. Organe officiel qui lui permet de faire connaissance avec les rouages et les méfaits de la bureaucratie. Avec et grâce à lui, c'est tout un pan de l'histoire turque et de l'empire...