On t'enverra du monde de San-Antonio

On t'enverra du monde de San-Antonio

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Pierrot, le 27 octobre 2014 (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 67 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (40 194ème position).
Visites : 1 476 

Prélude et fugue de Md Bérurier.

Après avoir essuyé un demi échec avec la lecture précédente, j’m suis tâté à nouveau dans ce nouvel opus des aventures de San Antonio. Même si l’enquête ne casse pas trois pattes à un canard, au moins là, on a les coudées plus franches pour rire.
Je vous donne petit aperçu au cas où…Vous aussi vous useriez dudit médicament…San Antonio rentre chez lui. Une émission de télé s’achève avec un sensationnel débat de chauves sur la conception du suppositoire dans la vie moderne. Un chauve à lunette affirme que le suppositoire doit aller de l’avant et qu’on doit par conséquent accentuer son aérodynamisme ; un chauve à moustache lui répond que l’efficacité du suppositoire ne réside pas dans la vitesse, mais au contraire dans la lenteur de son cheminement, et qu’il serait intéressant de lui donner une forme carré ; un chauve à montre-bracelet réfute cette suggestion hardie. D’après lui, ce serait une question de percussion et il prône l’utilisation d’un pistolet à suppositoire permettant d’administrer celui-ci à bout portant…
Pour en revenir à l’enquête, on a droit ici, au gras sol pleureur (Béru) qui a perdu sa moitié… je résume en gros . Autant dire que notre agent double a du pain sur la planche et nous, du rire à revendre…

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  San-Antonio

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Initiales BB

7 étoiles

Critique de Lecassin (Saint Médard en Jalles, Inscrit le 2 mars 2012, 62 ans) - 22 janvier 2015

Berthe a disparu ! Alexandre-Benoit est aux cent coups…Et que dire du merlan, Alfred ?
En fait, la « chère et tendre » de Béru n'a pas reparu au domicile conjugal depuis deux jours. Elle était partie acheter du tissu chez Corot, aux Champs Elysées ; depuis, silence radio, et nos deux sbires qui se partagent l'un comme officiel et l'autre comme amant, les charmes (si l'on peut dire) de Berthe sont morts d'inquiétude… et demandent de l'aide à San-Antonio… Qui croit plutôt à une fugue crapuleuse qu'à un enlèvement.
Elle réapparaît et se dit victime d'un enlèvement, justement ; San-A. incrédule. Incrédule jusqu'à la lecture des journaux du matin qui annoncent l'enlèvement de la femme d'un « businessmann amerlock »… Un sosie de Berthe…
C'est la première fois que Berthe Bérurier (initiales B.B.) apparaît avec un rôle important dans l'intrigue. Certes on l'avait déjà rencontrée dans « En long, en large et en travers » quand elle venait se plaindre au commissaire que son mari, Alexandre Benoit Bérurier, dit Béru, avait disparu. Tiens donc !
« On t'enverra du monde », un bon San-Antonio, même si le style est plutôt celui d'un Frédéric Dard : pas de notes en bas de page, pas de digressions et énumérations surréalistes… juste les noms de lieux et de personnes façon calembour. Et puis Berthe qui use du subjonctif imparfait, pas toujours à bon escient…

Forums: On t'enverra du monde

Il n'y a pas encore de discussion autour de "On t'enverra du monde".