Entre la vie et la morgue de San-Antonio

Entre la vie et la morgue de San-Antonio

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Hexagone, le 29 décembre 2012 (Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 642ème position).
Visites : 1 287 

Entre le bon et le mauvais.

Ce titre pour dire qu'il ne s'agit pas du meilleur des Sana, loin de là.
Entre calembours éculés et situation capillo-tractées, Sana a fait mieux, beaucoup mieux.
Cette histoire de groupe terroriste qui s'en prend aux intérêts ricains sur notre sol n'est pas pour me surprendre.
Surtout que les terroristes utilisent des chauve-souris empoisonnées pour incendier l’ambassade place de la Concorde.
L'histoire est aussi folle que toutes les histoires de Sana.
Dard était un gros producteur d'ouvrages et celui-ci ne reste pas dans les meilleurs que j'ai lu.
Si un néophyte tombe sur ce livre, il trouvera tous les codes de Sana et de sa galerie de personnages, Béru, Pinaud, Mathias, le Vieux, il sera sans doute ravi de trouver un humour bien gaulois, mais il faudra qu'il aille voir ailleurs dans la production du maître pour vraiment apprécier tout le talent du maître.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Entre la vie et la morgue [Texte imprimé], roman San-Antonio
    de San-Antonio,
    Fleuve noir / San-Antonio (Paris).
    ISBN : 9782265004863 ; 7,60 F ; 01/01/1977 ; 219 p. p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  San-Antonio

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Faire le mort…

6 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 65 ans) - 13 novembre 2014

Ce bon polar commence en quelque sorte par le refrain d’une chanson bien connue de G.B. Don Juan. « Cette fille est trop vilaine, il me la faut » Là notre coureur de jupons lui, se contenterait bien d’épingler une femme à lunettes à son imposant palmarès, mais il la drague avec un tel zèle, qu’il oublie qu’il a pour mission seulement de la surveiller, un point c’est tout ! Autrement dit sa mission commence par un sacré fiasco… D’où ce savon passé à lui et son (pachyderme dans le texte) d’équipier de Bérurier par leur supérieur. Car le vieux, lui aussi est un personnage clé et haut en couleur, des San Antonio de F.D. Il apparait toujours un peu comme un serpent à lunettes, toujours prêt à mordre ses subordonnés.
Et comme le sérieux est à Frédéric-Dard ce qu’est la lutte contre les paradis fiscaux. J’ai eu aussi sec, mes zygomatiques en action.

Forums: Entre la vie et la morgue

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Entre la vie et la morgue".