La Fortune des Rougon de Émile Zola

La Fortune des Rougon de Émile Zola

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Alcofribas nasier, le 28 février 2004 (Inscrit le 27 février 2004, 46 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 16 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 564ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 8 725  (depuis Novembre 2007)

Un chef d'oeuvre inconnu

Ce roman est le premier du cycle Les Rougon Macquart, lequel comporte 20 titres.
Paru en 1871 au moment de la Commune il est à peu près passé inaperçu par la critique. Six années plus tard, le succès et le scandale de L'assommoir ont jeté sur ce beau roman un voile, à peine soulevé de temps à autre par la critique ou l'université.
La Fortune des rougon est avant tout le récit d'une histoire d'amour, entre deux adolescents, sur fond de Coup d'Etat (celui de Napoléon III le 2 décembre 1851). Zola y manie avec talent l'ironie et la dérision. Le renoncement à ses idées, la démagogie, l'âpreté au gain, l'ambition de pouvoir, tout ces germes malsains auront raison de deux enfants nés pour s'aimer...
il y réellement des pages fabuleuses dans La Fortune des Rougon. Je le tiens pour un chef d'oeuvre ou, si l'on veut, pour un chef d'oeuvre inconnu.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La fortune des Rougon [Texte imprimé] Émile Zola préf. et comment. de Gérard Gengembre
    de Zola, Émile Gengembre, Gérard (Editeur scientifique)
    Pocket / Presses pocket (Paris).
    ISBN : 9782266093736 ; EUR 6,48 ; 05/05/1999 ; 454 p. ; Poche
  • La fortune des Rougon [Texte imprimé] Émile Zola éd. établie, présentée et annotée par Colette Becker
    de Zola, Émile Becker, Colette (Editeur scientifique)
    le Livre de poche / Le Livre de poche. Classique
    ISBN : 9782253161189 ; EUR 4,50 ; 25/02/2004 ; 475 p. ; Poche
  • La Fortune des Rougon
    de Zola, Émile
    Gallimard
    ISBN : 9782070341429 ; EUR 5,30 ; 15/03/2007 ; 460 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

les Origines

8 étoiles

Critique de Pytheas (Pontoise - Marseille, Inscrit le 5 avril 2012, 52 ans) - 22 octobre 2013

C'est l'histoire d'Adelaïde dite tante Dide, l'histoire de ses amours, de ses passions, de sa descendance, c'est l'histoire de petites gens pétris d'ambitions et de mesquineries, c'est l'histoire d'une famille qui est notre reflet avec nos travers et nos aspirations.
Le Zola il savait écrire quand même on peut pas lui enlever ça, il avait un oeil assez dur sur la société de province et sur ses contemporains, mais quel sens de l'observation, quelle plume !!!
Ce n'est à priori pas le genre de lecture qui m'attire, pourtant Pierre Rougon et Félicité, Sylvère et Miette, Antoine Maquart, Granoux, Roudier, nous donnent à réfléchir sur la condition humaine.

Au commencement...

8 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 50 ans) - 8 août 2013

Premier livre de la série des Rougon-Macquart, ce livre nous permet de découvrir les origines de cette famille, les particularités, défauts, voire tares des protagonistes de l'ensemble de l'oeuvre d'Emile Zola.
L'avidité de pouvoir et/ou d'argent se révèle dans les deux branches, et nous voyons Pierre Rougon évoluer, sans scrupule aucun, manipulé par son épouse, Félicité.

On y découvre aussi l'histoire de Sylvère et de Miette, victimes de leur innocence et de leur jeunesse, rêvant d'une vie simple à deux et rejoignant les insurgés, dans l'espoir d'un avenir meilleur.

J'ai trouvé ce livre très intéressant, ayant décidé de lire les vingt ouvrages chronologiquement, il me permettra de situer par la suite les autres héros des romans.

Un des grands romans du XiX ème siècle

9 étoiles

Critique de Warrel62 (, Inscrit le 30 mars 2013, 47 ans) - 31 mars 2013

J'ai une tendresse particulière pour La fortune des Rougon car c'est un des seuls romans (avec Germinal notamment) que j'ai lu deux fois. C'est un premier passage obligé pour tout lecteur ambitieux qui se lance dans le cycle des Rougon Macquart, car il présente directement ou indirectement les acteurs des 19 autres tomes. Ce n'est pourtant pas un des moindres, je le trouve magnifique et il reste l'un de mes préférés de la série, tout au plus quelques longueurs dans la première partie. Attention, conseil (à destination de ceux ou celles d'entre-vous qui se demandent s'ils vont se "lancer") qui selon moi a une importance fondamentale pour apprécier encore mieux ce premier livre, un court retour de votre part sur le contexte historique de l'époque (milieu du 19ème siècle) ne sera peut-être pas inutile (il servira également pour la suite "directe", à savoir le tome 4, la conquête de Plassans), ça ne prend que cinq minutes et le plaisir de lecture redouble! Bon courage donc pour cette odyssée qui marque une vie. Si vous cherchez des priorités pour le cycle, restez-en à L'assommoir, Nana, Germinal et La terre. Si vous avez un peu plus de temps : La conquête de Plassans, Pot-Bouille, La joie de vivre, La Bête humaine, La débâcle. Mais tous les autres sont intéressants, seul Le rêve et La faute de l'Abbé Mouret m'ont vraiment déçu.

Les origines...

8 étoiles

Critique de Lecassin (Saint Médard en Jalles, Inscrit le 2 mars 2012, 61 ans) - 23 avril 2012

« La Fortune des Rougon », est le premier volume de l’œuvre magistrale d’Emile Zola, les Rougon Macquart, qui en compte vingt.
Publié en 1871, il dépeint les amours de Miette et Silvère, sur fond de coup d'État du prince Louis Napoléon Bonaparte (Napoléon III), le 2 décembre 1851, vu d'une ville de Provence, Plassans, inventée par l’auteur sur le modèle de la ville de son enfance, Aix en Provence.
Une période troublée qui ne peut que créer le terreau propice au développement des ambitions démesurées : deux branches rivales d'une même famille, les Rougon et les Macquart, s'affrontent. Les premiers, bonapartistes et calculateurs, finiront par profiter du coup d’état pour s’emparer du pouvoir politique à Plassans, les seconds, libéraux, plus par pauvreté et rancœur que par conviction...
C’est aussi l’occasion pour Emile Zola d’esquisser la généalogie en trois branches issues d’Adélaïde Fouque des familles dont on suivra l’évolution des différents membres au fil des romans :
les Rougon, la branche où prédomine l’appât du gain et l’appétit du pouvoir,
les Mouret, la branche où la fragilité mentale de l’aïeule réapparaît comme une tare familiale ;
les Macquart, la branche la plus fragile, chez qui se retrouve la folie d’Adélaïde mêlée à l'ivrognerie et à la violence de son amant.
« La fortune des Rougon » n’est probablement pas le plus connu des romans d’Emile Zola. Il reste cependant à lire en premier dans la série, même si l’on prend ensuite les autres « dans le désordre ». Pour ma part, après avoir lu difficilement comme beaucoup « L’assommoir » et « Germinal » en parcours scolaire, c’est celui qui m’a fait redécouvrir la richesse du style si particulier de Zola.

Grosse surprise

8 étoiles

Critique de Lomegas (, Inscrit le 24 mars 2012, 27 ans) - 24 mars 2012

J'avais commencé à lire ce roman il y a longtemps mais je l'ai vite refermé après une vingtaine de pages parce que je n'avais tout simplement accroché au style de Zola. Mais il y a 2-3 mois, je me suis dit que je devais enfin lire un roman de Zola.
Et j'ai commencé avec le premier de la série Rougon-Macquart. Et QUELLE surprise! Contre toute attente j'ai adoré. Contrairement à certains j'ai adoré les passages politiques: la France qui change, l'Empire qui s'installe.
Par contre je n'ai pas aimé les passages avec Silvère et Miette, je les trouvais trop longs.
J'espère que Zola me surprendra encore avec les autres romans de la série.

La fortune des Rougons

9 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 37 ans) - 19 février 2012

J'avais lu ce tome des Rougon-Macquart il y a 13 ans mais je ne me rappelais plus de l'histoire. C'est donc pour cette raison que je l'ai relu. Ce fut une bonne décision car ce livre permet de connaître la famille des Rougon-Macquart. On apprend d'où viennent leurs traits de caractères, leurs qualités et leurs défauts. Ça m'a aussi aidé à mieux comprendre les tomes que j'avais lus précédemment. Je ne me rappelais plus à quel point ce livre était bon. J'en gardais l'image d'un livre lourd et pénible mais ce ne fut pas le cas. Il y a une belle histoire entre Miette et Silvère. Il y a aussi la sordide histoire de la famille Rougon-Macquart. Ce tome aurait pu s'appeler L'Origine. Après une seconde lecture, je trouve que ce roman est un incontournable pour bien comprendre la série de Zola.

Le début des Rougon Macquart

8 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 34 ans) - 19 mai 2011

Comme Nirvana, je commence à lire tous les livres des Rougon Macquart dans l'ordre. Il y en a quelques uns (assez peu à vrai dire) que j'avais déjà lu, sans trop accrocher, mais je voulais réessayer en lisant depuis le début.
Ce premier tome, je l'ai réellement apprécié. Plutôt court, sans cette lourdeur dont je me souvenais chez Zola, une histoire avec des sentiments, des descriptions magnifiques...Bref, j'ai été agréablement surprise et ce roman m'a fait remettre en question tout ce que je m'étais fais comme idée sur Zola.

un peu déçue...

4 étoiles

Critique de Emira17 (/, Inscrite le 9 juillet 2010, 20 ans) - 15 mai 2011

J'ai lu ce livre après avoir beaucoup apprécié Germinal. Hélas la fortune des Rougon m'a beaucoup moins captivée.
Je m'attendais à une réelle histoire mais en fait la plupart des pages racontent comment est née la famille Rougon-Macquart depuis Adélaïde Fouque. Mais trop de longueurs et de pages parlant exclusivement de politique. L'histoire d'amour entre Miette et Silvère est très émouvante mais ce qu'on retient surtout, c'est comment Pierre Rougon, en manipulant sa ville, et étant manipulé lui-même par sa femme, l'ingénieuse Félicité, parvient à s'emparer de la direction de Plassans lors du coup d'Etat de Napoléon III.
Bref, une déception à la hauteur de mes espérances. Cependant, j'ai commencé le tome suivant "La Curée" et j'y retrouve avec bonheur ce qui m'avait plu dans Germinal, à savoir, les histoires de différentes sociétés au temps du second empire, des mineurs aux grands bourgeois, Zola explore tout avec brio.
Ce tome des origines parle "trop" des origines et ne nous captive pas, pour moi en tout cas.

Le roman des origines

7 étoiles

Critique de Numanuma (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 44 ans) - 20 novembre 2008

Zola reste à ce jour le numéro un de mon panthéon littéraire personnel. Pourtant, de par mes études de lettres, de par mes goûts que je veux les plus ouverts possibles, par les rencontres, par les conseils que j’ai pu avoir, j’ai goûté à des tas d’autres auteurs, des petits comme des grands mais aucun n’a encore réussi à détrôner Zola.
C’est donc avec un réel plaisir que j’ai décidé d’attaquer pour la deuxième fois la lecture de la série des Rougon-Macquart (je mets à part l’Assommoir que j’ai déjà lu trois fois) en commençant, comme c’est original, par le début.
Je pense que ce premier roman de la série est à part en ce sens qu’il expose le projet naturaliste de Zola, qu’il est, en quelque sorte, l’introduction à l’œuvre de l’auteur tout est imposant cet aspect absolument fondamental dans le style d’écriture de Zola : une volonté farouche de coller au plus près possible du réel au point ou l’on pourrait presque parler de grand reportage. Je me souviens de m’être dit, à la lecture de l’Assommoir, roman par lequel j’ai fait mon entrée dans l’œuvre du romancier, que son écriture « pue le vrai ». C’est un compliment, une expression de mon admiration.
Les enjeux sont donnés dès le titre : ce sont les Rougon qui feront fortune et tant pis pour les Macquart. En fait, tant pis pour les rares membres de cette famille à ne pas être bouffés par l’appât du gain et les tares en tout genre que Zola, tout à son projet naturaliste, se plaît à leur infliger.
L’histoire de la famille Rougon-Macquart, cette histoire terrible née de l’amour d’Adelaïde Fouque, tante Dide, épouse Rougon, le grand ancêtre, l’initiatrice, pour un contrebandier, Macquart, débute véritablement avec l’avènement du second Empire. C’est en effet grâce à de basses intrigues politiques, grâce à des années de jalousie et de bassesse morale que la branche Rougon de la famille va s’élever au-dessus de sa condition petite bourgeoise mal dégrossie. Ainsi, Pierre Rougon, fils ainé de d’Adelaide, s’empare de la piètre fortune de sa mère au détriment de ses deux demi-frère et sœur, Antoine et Ursule.
C’est le roman des appétits farouches et des espoirs perdus, le roman de la vie telle que la voit Zola sous le Second Empire, une vie plein d’appétit féroce de luxe et de lucre.
Le roman s’ouvre sur l’histoire amoureuse et chaste de Sylvère et Miette, relation tendre et profonde qui s’épanouit sur le sol d’un ancien cimetière, à l’abri des regards et des jalousies. C’est aussi à cet endroit que le roman prendra fin, le cimetière retrouvant son rôle premier en accueillant la dépouille de Sylvère, réunissant ainsi dans la mort les deux amoureux, Miette étant tombée sous les balles de l’armée régulière venue établir la loi de l’Empire naissant. Entre ces deux moments clefs, Zola prend le temps de nous conter la malheureuse histoire de la famille dans sa ville de Plassans. La province vue par Zola est étriquée de cœur et de caractère, un reflet de sa jeunesse provinciale ?, et la ville de Plassans, par sa topographie, reflète les trois états de la société française après le passage de la Révolution : la noblesse et ses belles maisons, relique d’un temps qui n’en finit pas de mourir, la bourgeoisie, qui croît sans cesse et le monde ouvrier et agricole. Chacun dans son quartier, les pauvres visant les bourgeois et ceux-ci lorgnant du côté des nobles et de leur prestige. Les nobles adoptent un dédain souverain face à leurs concitoyens, allant jusqu’à n’utiliser qu’une partie du pavé en allant à l’église, laissant l’autre partie au reste de la population. Et le clergé, totalement absent du roman, mène sa lutte d’influence en sous-main.
C’est de cette mesquinerie que vont sortir les Rougon, un couple d’anciens marchands d’huile parents de cinq enfants sur lesquels ils vont reposer leurs espoirs déçus d’élévation sociale. Eugène Rougon, avocat, aura son heure de gloire puisque un volume de la série portera son nom. De même que Pascal, avec qui se termine la série, le médecin philanthrope, observateur objectif des gens qui l’entoure, généreux et désintéressé. Aristide, Sidonie et Marthe complètent le tableau. On retrouve d’ailleurs Zola en ces deux personnages fondamentalement opposés que sont Eugène et Pascal. Le premier est l’illustration du caractère acharné de Zola : cette volonté de puissance dans le travail. Selon Paul Alexis, Eugène Rougon est « ce chaste qui échappe à la femme et qui aime le pouvoir intellectuellement, moins pour les avantages que le pouvoir procure que comme une manifestation de sa propre force ». Il faut quand même ôter la chasteté dans le cas de Zola. Quant à Pascal, le médecin, il représente la volonté d’observation scientifique qui cimente toute l’entreprise des Rougon-Macquart, le naturalisme.
Roman de l’hérédité, ce premier volume est aussi un roman historique racontant l’arrivée au pouvoir par le coup d’Etat du deux décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte. L’action des Rougon est en quelque sorte la reproduction provinciale et minable des actions politiques parisiennes mais les deux se rejoignent dans l’ignominie du sang versé et du vol. Ce roman est d’une violente attaque contre « viol brutal de la France » mais également une dénonciation des incapables et des ambitieux qui mènent les républicains à leur perte. Ainsi, Rougon est le profiteur, le loup lâche mais vainqueur quand Sylvère, l’âme juste, ne trouve que le trépas.

les fondements

10 étoiles

Critique de HOKUSAI (, Inscrit le 3 novembre 2008, 27 ans) - 3 novembre 2008

Même si chaque volume de la fortune des Rougon Macquart peut être lu indépendamment des autres , seule la lecture de cet ouvrage nous permet de réaliser l'ampleur des ambitions littéraires de Zola.
Zola parvient à décrire avec une justesse inouïe les conflits pusillanimes de quelques petits bourgeois de province rongés d'ambition. Le caractère abject de leurs manigances contraste violemment avec la pureté de deux jeunes adolescents broyés par les soifs de réussite sociale de leurs ainés .
Zola en outre parvient à nous faire entrevoir son projet littéraire celui de l'hérédité. Il a dressé le portrait de l'aïeule Adélaïde c'est une femme fragile névrosée c'est elle qui transmettra à toute sa descendance les maux auxquels ils seront sujets. Ce n'est évidement pas la dimension scientifique de cette oeuvre qui prime mais le concept d'hérédité (même si il est loin d'être irréprochable sur le plan scientifique ) est extrêmement poétique.
En effet cette engeance qui grouillera littéralement dans toute l'oeuvre de Zola sera tragiquement frappée par des maux invincibles et fatals. Ce concept est donc propice à la création littéraire.
C'est pour cette raison que cette oeuvre est l'une des plus belles qu'il m'ait été donné de lire

Déçue

2 étoiles

Critique de Béa (livry-gargan, Inscrite le 14 août 2005, 23 ans) - 4 juin 2008

Où est le Grand Zola ? J'étais complètement perdue dans ce roman que j'ai trouvé sans intérêt particulier : des passages longs, mais longs... des pages d'histoire politique à n'en plus finir et un scénario absolument pas captivant. Moi qui m'attendait à un nouveau Zola succulent (désolée d'employer des termes culinaires mais c'est l'impression que me laissent les livres de Zola ^^) j'ai été très déçue de ce roman sans saveur. Tellement déçue que j'ai définitivement fermé le livre vers sa moitié . Je laisse cependant une étoile pour le très beau passage descriptif du début de la marche des deux amoureux.

Zola, pour la première fois...

10 étoiles

Critique de FranBlan (Montréal, Québec, Inscrite le 28 août 2004, 75 ans) - 16 novembre 2004

La Fortune des Rougon est le roman des origines de la famille et origines du second Empire.Dans cette oeuvre où se mêlent épopée, farce, tragédie, lyrisme, comédie, Zola pose les problèmes fondamentaux de la geste.
La Fortune des Rougon est aussi un roman historique, qui raconte le coup d'État du Deux-Décembre en province, " le viol brutal de la France " par la bourgeoisie et l'aristocratie alliées pour écraser paysans et ouvriers. " Famille de bandits à l'affût " , les Rougon profitent de ces évènements. Leur action mime, sur le mode grotesque, celle de Louis-Napoléon Bonaparte et de sa " bande " . A Plassans comme à Paris, les nouveaux maîtres fondent leur pouvoir sur le sang et le vol.
"...Roman de l'hérédité, la Fortune des Rougon est aussi une chronique familiale. Elle raconte la lutte entre les deux fils de Tante Dide, Pierre Rougon et Antoine Macquart, le premier s'emparant de la fortune de sa mère au détriment de ses demi-frère et soeur, Antoine et Ursule; c'est la première étape de l'ascension de la branche légitime de la famille...."
La littérature à l'état pur!

Je repars à zéro..

8 étoiles

Critique de Nirvana ( Bruxelles, Inscrite le 7 avril 2004, 44 ans) - 25 octobre 2004

J'ai lu il y a des années "Pot-Bouille", "Au bonheur des Dames","Germinal".
Et après avoir lu "Thérèse Raquin" récemment, je me suis décidée à découvrir le cycle entier des "Rougons".
Je ne compte pas les lire à la suite, intercalant dans ma lecture d'autres auteurs, mais l'écriture de Zola , la richesse de ses descriptions me transporte, et je pressens déjà de trouver certains livres bien fades dans leur style, en comparaison, même si j'essaierai d'être partiale.
Ce premier roman jette donc les bases, présente les personnages, nous permettra sûrement de mieux comprendre les aspirations de certains. Je me lance avec plaisir..après cette superbe introduction.

Comme Berenice

4 étoiles

Critique de Benoit (Rouen, Inscrit le 10 mai 2004, 36 ans) - 15 juin 2004

Je ne me rappelle plus très bien de l'histoire mais, comme Berenice, je n'avais pas été transporté par l'histoire; je l'avais aimée sans plus. Je me suis même un peu ennuyé parfois...
Le seul truc que je me rappelle (et encore vaguement, c'est pour dire qu'il ne m'a pas trop marqué...) c'est une certaine critique de la petite bourgeoisie de province et de l'Eglise (mais là, c'est pas très clair dans mes souvenirs).
Et pour lire la suite des Rougon, on peut même se passer de le lire, ça ne gêne en rien la lecture.

Du petit Zola

6 étoiles

Critique de Bérénice (Paris, Inscrite le 18 mai 2004, 31 ans) - 15 juin 2004

Je ne dirais pas que c'est un chef d'oeuvre, bien que je l'ai apprécié. L'histoire d'amour est belle et triste, mais quelque peu simplette. Quand on lit ceux qui suivent, on se dit que ce premier livre est bien fade...Je l'ai toujours considéré quant à moi non pas comme un roman ayant droit à son existence propre mais comme un roman utilitaire, visant à poser les bases, les origines des Rougon-Macquart, une sorte d'introduction aux grandes oeuvres qui suivront, pour donner des repères et expliquer les liens de parenté et le début de la fêlure... Et puis cette histoire avec Napoléon ou pas, je n'ai pas compris grand-chose...

Forums: La Fortune des Rougon

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Couvertures affreuses 12 Benoit 16 juin 2004 @ 17:20

Autres discussion autour de La Fortune des Rougon »