Au bonheur des dames de Émile Zola

Au bonheur des dames de Émile Zola

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pétoman, le 6 août 2001 (Tournai, Inscrit le 12 mars 2001, 41 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 33 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (88ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 20 926  (depuis Novembre 2007)

Waoh

Zola devait être un visionnaire pour ainsi deviner ce qu'allait devenir le monde de la grande consommation par le biais des grandes surfaces.
Il nous brosse un portrait remarquable des clients, des vendeurs, du patron Octave Mouret. Ce roman se veut être une description sociale du monde des magasins à travers le parcours initiatique de Denise Baudu qui découvrira les affres de cet "univers impitoyable"... Une critique cependant, pourquoi avoir introduit une histoire d'amour entre Denise et Octave???? Cela n'a pas grand intérêt et de plus je n'aime pas cette conception morale qui veut que la pauvre vierge tombe amoureuse du patron... pourquoi le milieu ouvrier est il obligé d'être fasciné par l'incarnation du patronat au point d'en tomber amoureux? Ce roman est une merveille sauf la conclusion qui personnellement m'énerve profondément.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Un bonheur pour moi

10 étoiles

Critique de Lilule (baalon, Inscrite le 24 février 2006, 44 ans) - 24 octobre 2016

Oui, après Alexandre Dumas je me lance dans Zola. J’ai vraiment adoré car ça nous relate une époque de changement et la vision du monde. La petite Denise et ses frères qui débarquent à Paris, la découverte du grand magasin au bonheur des dames, la jalousie et la méchanceté entre vendeuses. La misère ou vous pouvez être renvoyé à n'importe quel moment et pour un motif insignifiant. Les maris qui doivent travailler plus pour payer les dépenses de leurs femmes. La revanche d'une petite vendeuse sur la bourgeoisie et les conventions. Certains lui reprocheront son eau de rose pour moi c'est le petit chocolat sur l'oreiller. Un peu sans être écœurant. J’ai vraiment hâte de lire un autre livre de ce grand auteur. Le bonheur des dames sera un de mes livres préférés

Le monde en marche

10 étoiles

Critique de Kalie (Sarthe, Inscrit le 4 juillet 2010, 47 ans) - 9 octobre 2016

"Au bonheur des dames" se distingue dans l'oeuvre de Zola par son optimisme. Evidemment, tout n'est pas rose (l'humiliation et la misère de Denise à ses débuts, la mort des petits commerces). Mais l'auteur met en avant le dynamisme, l'innovation et le progrès, qui au bout du compte profitent à tous. Rien n'est figé. Les membres de la famille de Denise auraient pu s'en sortir s'ils avaient saisi leur chance. A travers les personnages modernes du grand magasin, l'auteur fait l'éloge de la volonté et de l'action malgré ses excès (la lutte permanente entre vendeurs). le livre reflète bien les bouleversements en cours de la société dans cette deuxième moitié du 19ème siècle. La relation entre Mouret, le patron, et Denise, la petite vendeuse devenue "grande", m'a passionné. le dénouement relève presque du conte de fée. Comme toujours chez Zola, le roman est d'une lecture facile, encore de nos jours. L'histoire est simple, linéaire mais détaillée et bien documentée. Les tournures de phrases (souvent longues avec des virgules) sont belles. le vocabulaire reste accessible à tous (exception faite de quelques noms d'articles un peu désuets). J'ai particulièrement apprécié les métaphores, les descriptions enflammées, l'audace (ici, l'érotisme sous-jacent), bref, le style propre à l'auteur.

Amanzola.

10 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans) - 28 janvier 2016

Que dire sur ce Zola à part des banalités.
C'est du grand Zola. Cela fait le troisième livre que je lis de lui et je suis toujours autant fasciné et captivé par le style et la richesse de cet auteur.
Le ventre de Paris est assez similaire et se situe à quelques encâblures de la rue de la Michodière.
Zola avait tout prévu et difficile de ne pas penser aux ogres d'internet et notamment Amazon face aux petits commerces qui se meurent dans nos centre-ville.
Mouret avait compris l'essentiel, rendre captif le client, le posséder et lui faire rendre son argent à n'importe quel prix pour n'importe quoi et surtout des futilités. C'est le grand drame et la grande réussite de la société de consommation dont les prémices sont très bien mis en évidence dans ce livre.
Indémodable, et quel plaisir de lire de la grande littérature qui se digère lentement, qu'on laisse infuser et par laquelle on se laisse guider.
Splendide.

Le meilleur Zola avec Germinal

10 étoiles

Critique de Flo29 (, Inscrite le 7 octobre 2009, 45 ans) - 12 décembre 2015

J'ai toujours beaucoup aimé Zola et je crois n'avoir été déçue par aucune des ses œuvres. C'est la deuxième fois que je lis "Au Bonheur des Dames" et je l'ai aimé à chaque fois, pour moi Zola a vraiment décrit à la perfection ce grand magasin, sa vie, sa grandeur. J'ai trouvé que la mort des petits commerces, faisant écho à la mort de deux femmes qui en ont tiré ce qu'elles pouvaient, et qui agonisent en même temps que les boutiques, est très bien montrée. Zola utilise la métaphore filée du désir pour parler des dépenses compulsives des clientes du Bonheur. C'est beau, ça se savoure, ça se dévore. C'est un chef d'œuvre, j'ai adoré ce roman, comme j'avais adoré Germinal. La différence c'est que dans Au bonheur des Dames, je me reconnais davantage: une femme qui se laisse avoir par les stratégies commerciales des patrons de magasins...

Le plus beau Zola

10 étoiles

Critique de Gwen21 (, Inscrite le 21 mai 2014, 37 ans) - 30 novembre 2015

"Au bonheur des Dames" est quasiment un huis-clos dont le personnage principal n'est aucunement Denise, cette jeune et frêle orpheline normande jetée dans le grand Paris moderne pour s'y faire une place, ou Mouret, ce golden boy du commerce qui soumet les femmes par sa profonde connaissance de leurs faiblesses. Non, le personnage principal du roman est le magasin Au Bonheur des Dames lui-même, devenu grâce à la magie distillée par la plume experte de l'auteur, un être vivant et pensant dont les organes sont les rayons, eux-mêmes palpitants de la vie de leurs vendeurs, de leurs clientes et de leurs marchandises. Le microcosme gigantesque de ce magasin de Nouveautés parisien (actuel Bon Marché- Rive Gauche) dépasse le simple cadre d'un récit ; il est le récit.

Aux indisposés de la description qui n'assimilent pas que la description, exercice si difficile qu'il est volontiers abandonné par des Marc Levy et des Guillaume Musso au profit d'une "prose" facile et vulgarisée, est l'outil majeur dont un auteur dispose pour donner vie et relief à son oeuvre et à ses personnages, je donne cet avertissement : oui, vous trouverez dans ce roman des pages et des pages de descriptifs, tous plus flamboyants les uns que les autres, témoignages finement ciselés de la passion que l'auteur a voulu communiquer à ses lecteurs via son style.

Ceci dit, revenons à l'oeuvre...
La nature de la relation amoureuse qui unit Mouret et Denise est romantique. Ces amants représentent pour moi l'un des couples les plus émouvants de la littérature mondiale. La sensibilité, la pureté, le courage et la persévérance de Denise en font une héroïne digne d'être aimée. Son orgueil, sa beauté, sa puissance et son abnégation font de Mouret un héros digne d'être aimé par une femme telle que Denise.

La narration est également très bien soutenue par un panel de personnages secondaires extraordinaires qui sont aussi fouillés dans leur comportement et leur psychologie que les personnages principaux. Baudu, Jean, Clara, Mme Desforges, les clientes, le financier, Bourras, Pauline... sont tous criants de réalité et participent pleinement à la grande fresque haute en couleurs offerte par Emile Zola à ses lecteurs.

En replaçant le roman, écrit en 1883, dans son contexte historique et politique, le lecteur pourra également apprécier toute la portée d'une satire sociale omniprésente et visionnaire, inscrite en filigrane tout au long de l'oeuvre et qui caractérise toute la série des Rougon-Macquart.

"au bonheur des dames" hier et aujourd'hui

10 étoiles

Critique de Frychar (NICE, Inscrit le 2 mars 2005, 69 ans) - 3 décembre 2014

Zola s'est inspiré du "bon marché" pour son roman "au bonheur des dames" . Les grands magasins à la clientèle exclusivement féminine sont rares...... Aujourd'hui , les petits commerces ont su résister à la concurrence des grands magasins, et la catastrophe annoncée n'a pas eu lieu , si ce n'est pour quelques cas. Hier et aujourd'hui de nombreux commerces pourraient s'intituler "au bonheur des dames".
La Samaritaine ciblait sa publicité sur la parisienne , mais de nombreux rayons étaient "réservés" aux hommes notamment au magasin 2, (2 comme "nous deux" un magazine de l'époque): serrurerie, quincaillerie...
Zola sans doute impressionné par la saison du blanc instauré par Boucicot au "bon marché", fit un clin d'oeil à "la dame blanche" de Boieldieu dans "pot bouille"... Dame ,comme celles du bonheur des dames, blanc comme la neige en janvier, comme la robe de mariée qui fera le bonheur de la jeune fille devenant une dame de la bourgeoisie...
Le Boul'mich n'est pas spécialement réputé pour ses boutiques de vêtements féminins, mais au 11 du boulevard se trouvait un chemisier DAM , le chemisier de la femme depuis 1955 . Et au lycée Saint-Louis (fils de "dame blanche" de Castille) sur le boul'mich , un prof de maths en math spé s'appelait Damblans.

Pour trouver un assortiment de tissu comme "au bonheur des dames" il faut aller chez Dreyfus, "marché Saint-Pierre" fondé par Pierre Dreyfus, au pied de la butte Montmartre . Dreyfus , comme un clin d'oeil à Emile Zola l'auteur de "J'accuse" lors de l'affaire Dreyfus.

Le vieux faubourg saint-Denis c'était un peu "le bonheur des dames" d'Emile Zola. Les magasins de vêtements du passage Brady, dans les années soixante : un grand bazar au 27 "la Ménagère , lingerie, parfumerie", un magasin de bas à l'angle du faubourg et de la rue des petites écuries, une échoppe de remaillage, une boutique de corsets, une de lingerie, la laine aux "deux Pierrots" , puis plus tard des magasins de vêtements féminins : Lyna, Méli-mélo, Borg... Le grand magasin Monoprix , un peu plus haut dans le faubourg, n'était pas vraiment un concurrent.
Les clientes en sortaient avec un sac en plastique rouge et le logo M , M comme j'aime Monoprix. La pâtissière Royal-Cabello laissa sa place au traiteur Mauduit. M comme Mauduit... Comme l'abbé Mauduit de "pot bouille" d'Emile Zola.
Il fallait passer la porte Saint-Denis pour se retrouver au quartier du sentier et ses commerces.

Encore actuel

9 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 29 janvier 2014

« C'était la femme que les magasins se disputaient par la concurrence, la femme qu'ils prenaient au continuel piège de leurs occasions, après l'avoir étourdie devant leurs étalages. Ils avaient éveillé dans sa chair de nouveaux désirs, ils étaient une tentation immense, où elle succombait fatalement, cédant d'abord à des achats de bonne ménagère, puis gagnée par la coquetterie, puis dévorée. »

Paris, 1864-1869 (fin du règne de Napoléon III), on suit une jeune vendeuse dans les débuts du triomphe des grands commerces et du déclin des entreprises familiales.

J’ai été surprise, je crois que le roman aurait pu être écrit quasiment tel quel aujourd’hui. Suite à ma lecture et bien que l’auteur raconte très dramatiquement l’agonie des petits commerces, je ne pourrais dire si Zola était pour ou contre les grands magasins, ça semblait plus le fasciner plus que le dégoûter. L’amourette à la Cendrillon m’a des fois irrité, bien que d’après les notes, il y a des exemples à l’époque. Enfin, ce n’est pas assez pour me gâcher ma lecture, j’ai adoré. Aussi, je me suis imaginée le beau Gérard Philipe en Octave Mouret (qu’il a déjà interprété dans une adaptation de Pot-Bouille).

Très actuel!

8 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 34 ans) - 25 septembre 2013

Ce roman dépeint bien la lutte entre les petites boutiques, tenues par des professionnels, attentifs à la clientèle mais qui ont des prix plus chers et moins de choix, et les grandes surfaces (j'aurais jamais pensé que ce concept existait déjà à l'époque!), qui font plus usine, où l'humain est moins important, mais avec un immense panel de choix et des prix défiants toute coucurrence.
Point négatif de ce roman, c'est le personnage de Denise, que je trouve niaise au possible. Je ne la comprend absolument pas.
Grand classique qui m'a plu, je commence à être réconciliée avec Zola, car, comme beaucoup, une lecture trop précoce m'avait fâchée avec cet auteur.

Rien de nouveau...

8 étoiles

Critique de Marlène (Tours, Inscrite le 15 mars 2011, 40 ans) - 3 septembre 2013

Dans la lutte entre les petits et gros commerces. C'est même assez effarant de voir combien les arguments restent les mêmes, plus de 100 ans après ce livre d'Émile Zola.
J'ai trouvé ce livre instructif, la vie des employés ne tenait qu'à un fil, l'employeur pouvait renvoyer du jour au lendemain si votre tête ne lui revenait pas, et là pas d'assedic, de chômage etc. Les employés entre eux ne se font pas de cadeaux, et les commérages... Qui n'ont pas changé eux non plus ;)
Les commerces miteux tout comme les chambres de bonne, insalubres et répugnantes.
Livre agréable à lire, même si à la fin j'avais envie de hurler à Denise : mais dis 'oui' bon Dieu et arrête tes enfantillages !

Le Palais du rêve !

10 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 52 ans) - 21 février 2013

Ecrivain français né à Paris en 1840, Emile ZOLA est considéré comme le chef de file du naturalisme. Il est l'un des romanciers français les plus populaires au monde. Sur le plan littéraire, il est principalement connu pour Les Rougon-Macquart, fresque romanesque en vingt volumes dépeignant la société française sous le Second Empire et qui met en scène la trajectoire de la famille des Rougon-Macquart, à travers ses différentes générations.
"Au Bonheur des Dames" en est le 11 ième volume.

Un roman qui traite de l'essor des Grands Magasins au travers l'itinéraire d'un personnage féminin; Denise Baudu.
De simple vendeuse débarquée de son Cotentin natal à l'épouse de Directeur, elle connaîtra une ascension comparable au développement tentaculaire du grand magasin, "Au Bonheur des Dames ".
C'est de métamorphoses architecturales (percée des grandes avenues parisiennes par le Baron Haussmann), commerciales (Essor des Grands Magasins au détriment du petit commerce) et humaines (émergence d'une véritable société de consommation) dont il est question dans cet ouvrage.
Une peinture sociale sans concession du monde des petits commerçants et de la bourgeoisie.
Les femmes y sont présentées comme capricieuses, coquettes et frivoles, ou "la névrose du chiffon cache de réelles frustrations".
Le Grand Magasin comme un tabernacle, une chapelle élevée au culte des grâces de la femme; une cathédrale du commerce moderne.
On assiste à la naissance de ce qui deviendra le "Marketing" (la réclame, le commissionnement des vendeurs, ... ).
Zola s'inspire des expériences du Bon Marché (1852) et du Louvre (1855) pour donner vie au "Bonheur des Dames".

Un ouvrage dense (500 pages) , incroyablement documenté et d'une richesse historique certaine. Souvent les situations sont dramatisées mais restent fidèles.
Un véritable festin de lecture !

L'amour aux temps du profit

10 étoiles

Critique de Scruggs (, Inscrit le 10 décembre 2011, 28 ans) - 16 décembre 2011

Tableau des grands magasins, temples de la consommation (nouvelle religion), symboles du capitalisme triomphant, sans scrupules (description des nouvelles techniques de ventes et des débuts de la publicité), monstres toujours plus avides de dévorer les petits commerces (" mécanique à écraser le monde ") , c'est un hymne optimiste, inhabituel chez Zola, au travail, à la réussite moderne, à travers le personnage ambigu d'Octave Mouret, beau et despotique, qui à la fois adule et méprise les femmes. Celles-ci sont les figures centrales du roman, comme vendeuses dont les conditions de travail sont très dures et comme clientes prises dans la frénésie du luxe. Zola jette un regard aussi bien indigné qu' ébloui par ce microcosme toujours plus obsédé par la rentabilité. Seul l'amour (un peu candide) viendra l'adoucir: Denise, aux charmes discrets, fera succomber Octave...

Mon Zola préféré, totalement bluffant de réalisme

10 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 44 ans) - 23 novembre 2011

Ah ce livre ! Comme je l’ai aimé ! C’est même sans conteste mon préféré de Zola, sans conteste aussi son roman le moins « noir c’est noir il n’y a plus d’espoir ». Et pourtant le sujet principal du livre, l’étouffement des petits commerces par les grands magasins n’est pas un thème léger, il est même toujours très actuel, mais au final Au Bonheur des Dames est un livre résolument optimiste.
Zola est un véritable visionnaire : les grands magasins sont vraiment devenus les TEMPLES de la consommation et de la surconsommation. Tout y est fait pour nous tenter et nous pousser aux achats compulsifs. Son personnage principal, Octave Mouret, en fin psychologue et en fin connaisseur de la gente féminine, a parfaitement compris les rouages de la vente et a mis tout en œuvre dans son magasin pour tenter et faire succomber ses clientes. L’atmosphère générale et l’écriture de Zola m’ont tout simplement fascinée et passionnée.

mon Zola préféré

10 étoiles

Critique de Clacla44 (, Inscrite le 4 mars 2011, 29 ans) - 9 octobre 2011

La première fois que j'ai ouvert le livre je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai eu envie de m'y plonger et... j'ai adoré! L'écriture de Zola, par ces descriptions riches en précisions, m'ont permis d'imaginer sans mal ce premier grand magasin, et ces personnages. Je ne suis pas d'accord avec pétoman; je trouve que cette histoire est belle, fait rêver et fait du bien. Un livre sert à s'évader non? Pour une fois que Zola a écrit une histoire heureuse... .

Zola, écrit bien mais?

5 étoiles

Critique de Anonyme3 (, Inscrit le 6 septembre 2011, - ans) - 8 octobre 2011

Pour le résumé, voir la critique éclair de Azeddine Ouazir.

Que dire du livre, ci ce n'est que les professeurs font dégoûter les élèves des vieux auteurs. C'est à cause de ce roman que j'ai du mal à les lire. A part cela, je ne dirai rien d'autre que la note est plus une critique envers ma prof de vente que du livre.

Ps: je vais essayer de relire le livre et donc de changer ma critique.
Merci de votre compréhension.

Au bonheur des dames

9 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 37 ans) - 7 juin 2011

Le sujet de ce livre est toujours d'actualité même après 130 ans. L'histoire parle de la destruction des petits commerces au profit des magasins à grande surface. On peut voir comment les employés de ces grands magasins traitaient leurs employés. Le livre traite aussi du refus de certains propriétaires de petits commerces d'évoluer. Tout ça se passe comme toile de fond à l'histoire de Denise, qui, partant de rien, grimpera les échelles du Bonheur des Dames.

Un chef d'oeuvre

10 étoiles

Critique de Realsight (, Inscrit le 9 janvier 2010, 24 ans) - 6 juin 2011

Du grand Zola. Peut-être un des meilleurs romans de l'auteur. Nous est dépeint le monde de la grande consommation, tel que nous le connaissons aujourd'hui : Zola ne fut-il pas un visionnaire ? Une nouvelle galerie de personnages nous est offerte : une grande bourgeoise qui vient au Bonheur pour flirter avec le patron, une petite bourgeoise qui dépense l'argent durement gagné par son mari à tout va, etc. Tous les aspects de la société de consommation sont traités et analysés. Et toujours dans le cadre mythique d'un Paris merveilleux et naturel, qu'on redécouvre, encore et encore...

Un roman qui sonne juste

8 étoiles

Critique de Maylany (, Inscrite le 11 novembre 2007, 37 ans) - 25 septembre 2009

Voici un roman dont l'écriture a été extrêmement et merveilleusement bien préparée et documentée. Zola avait préalablement constitué un dossier préparatoire très fourni et cela se sent : on a l'impression d'un récit de l'intérieur par un professionnel du métier, on se sent parfaitement immergé dans ce monde inconnu au départ et dont on croit tout savoir à la fin, on apprend énormément de choses sur l'arrivée des grands magasins et leurs conséquences ainsi que la vie du Paris durant cette période.
Le revers de la médaille de cette grande précision du récit est que l'on est aussi un peu perdu dans la masse d'informations et de termes techniques et qu'il y a beaucoup voire trop de notes de bas de pages.
Sur le fonds, le roman est très bien construit, les personnages très intéressants et présentés dans toute leur complexité (même si l'on ne comprend pas toujours l'entêtement de Denise dans son refus). On dévore littéralement ce pavé afin d'en connaître l'avancement et l'aboutissement. L'écriture est tout à fait fluide et accessible.
Après avoir refermé ce livre et vibré pour l'amour qui semble impossible entre Mouret et Denise, on est littéralement stupéfait par la réalité contemporaine des pratiques des Grands Magasins décrites par Zola ; tout était déjà là en 1883 (livraison à domicile, pratiques commerciales de toutes sortes pour appâter le client et le faire acheter, la concurrence entre les enseignes, etc)

Zola est une machine à remonter le temps...

10 étoiles

Critique de Alexnoc (Carignan, Inscrite le 6 septembre 2005, 38 ans) - 17 avril 2009

où comment visiter le Paris du XIXème sans sortir de chez vous. Ce roman est une merveille, et je m'étonne ne pas l'avoir croisé au cours de ma scolarité.
Les descriptions faites par l'auteur sur l'essor des grands magasins. A lire absolument!

Un auteur que je vénère...

10 étoiles

Critique de FranBlan (Montréal, Québec, Inscrite le 28 août 2004, 75 ans) - 7 avril 2009

Le seul élément qui me désole lorsque je lis une oeuvre de Zola est d'en lire la dernière ligne...
Le génie descriptif de ce fabuleux auteur m'avait entièrement subjuguée dans Le ventre de Paris et sa débauche d'aliments; mon émerveillement est encore une fois ébahi par des descriptions cent fois renouvelées pour décrire le moindre bout de chiffon, l'article le plus insignifiant, offerts à la convoitise de ces dames.
Naturellement, Zola brosse aussi un tableau des plus fascinant de tous les éléments humains jouant un rôle dans ce nouveau contexte commercial, économique et social.
Un immense plaisir de lecture.

Denise, une fille chétive

9 étoiles

Critique de Azeddine6666 (tiaret, Inscrit le 24 janvier 2009, 32 ans) - 8 mars 2009

Au Bonheur des Dames
Emile Zola


Denise, une fille chétive


Denise, une fille si chétive, misérable que Emile Zola a utilisé comme un personnage principal pour démontrer que le roman ne s’intéresse pas seulement aux faits du Bonheur des Dames à lequel il consacre son temps à la description naturaliste de Paris à ce temps, mais aussi à la condition humaine et surtout celle de la nature de la femme.
Du point de vue sociologique, la préoccupation de Zola était sans aucun doute l’incarnation de Bonheur des Dames avec l’état sociologique et politique de ce temps là. Cependant, pour la perfection de sa doctrine, Zola a mets Denise pour que la texture du roman soit adéquate à des principes à lesquels Zola y croit. Mais tout de même, on peut ajouter que le roman se consacre à la réalité des êtres et des choses pour une période assez sensible que la France vit.
Deux faits principales qui se déroulent presque machinalement par le sublime littéraire de Zola qui, à son tour, est très présent vis-à-vis les personnages et leurs rôle dans l’existence de leurs contribution qui a été faite par une finesse impensable de son genre ; sont : la machine financière de Mouret et la vie débile de Denise.
Zola affirme que l’introduction du capitalisme au France a relevé la vraie face de la situation sociale que le peuple y vit. Zola, encore, montre que Denise représente la classe du prolétariat, la partie affaiblie du peuple et Mouret la partie renforcé par des conséquences d’un système sociale et économique injuste. Mouret, donc, relève bien l’impression que le peuple français vit la véritable théorie de Hobbes et la loi de jungle.
Au bonheur des Dames, un titre bien choisi, car, ce monstre était là présent pour montrer avec vulgarité les points négatifs du Capitalisme et le system économique de ce temps. D’un autre coté et en même temps Zola montre comment la réaction a été faite d’un peuple assujetti à un system qui a été forcé sur eux en rendant compte bien clairement que la vie est bien injuste pour Denise et son aimable oncle.
Denise se transforme à un personnage victime souffrant d’un destin cruel et une société corruptrice ayant toujours la volonté d’encrer la sensation de la méfiance dans l’âme de l’être humain. Et pour cette raison que le Naturalisme donc joue son meilleur rôle en donnant une vérité claire à le fait que Denise souffre de trois pôles chacun a sa force et a sa manière de malice pour un seul objective c’est détruire la grande, inépuisable l’âme de Denise, et en même temps trouvant telle difficulté à faire annihiler la volonté d’une fille chétive se battant pour vaincre un monstre composé de maintes armes capables à rendre la vie de Denise et ses enfants à un véritable enfer. Toutefois, Denise est si forte que rien à oser lui fait pénétrer la sensation d’une créature qui croit sur le désespoir inutile. Cependant, Denise n’a pas seulement espéré mais davantage elle a accepté son destin en essayant de la rendre son sens d’acharnement bien moins douloureux, car, l’homme chez Zola tragique et nullement héroïque.
Paradoxalement et avec le développement du roman, on trouve que Zola commence à consacrer son temps à écrire ces pages en décrivant la condition humaine. Ce changement est si brutale, car, on comprend bien que Zola met une séparation fatale entre la condition humaine qui est, selon lui, une chose si abstrait et sensible à résoudre ; et d’un autre coté, la machine du travail que Mouret consacre cette brutalité pour détruire l’âme de l’être humain. Pour bien conserver la beauté du roman, on découvre que l’auteur mets Denise dans deux situations très différentes mais semblables dans leurs fins, c'est-à-dire, la vie machinale et la vie de la torture chronique causée par le chagrin inconnue que Denise souffre, et, pourtant leurs fins sont semblables par le fait que l’exagération du chagrin rend lui-même une machine en pleine froideur.
Zola comme D.H Lawrence décrit et déplore également ce qu’on appelle la machinalisation brutale de la nature chez l’être humain“ Ces sensations des premières semaines renaissent, il lui semblait être en grain de mil sous une meule puissante ; et c’était, en elle, un abandon découragé, à sentir si peu de chose, dans cette grande machine qui l’écrasé avec sa tranquille indifférence. [183] De même, cette cruelle attitude que l’homme a inventé c’est certainement à cause de son ignorance et sa faiblesse.
D’un autre part, le Naturalisme, je pense, est achevé au point de la perfection par le fait que son promoteur décrit au profond de l’âme de Denise les choses qui lui faisait un héros portant un fardeau qui n’est pas guère son possible porteur, “ Certains soirs, elle ( Denise) faisait dîner Pepé tout seule, d’une soupe, en lui disant qu’elle avait mangé dehors ; et elle se mettait au lit, la tête bourdonnante, mourrie par la fièvre qui lui brûlait les mains. Lorsque Jean tombait au milieu de cette pauvreté il se traitait de scélérat, avec une telle violence de désespoir, qu’elle était obligée de mentir, souvent, elle trouvait encore le moyen de lui glisser une pièce de quarante sous, pour lui prouver qu’elle avait des économies. Jamais elle ne pleurait devant ses enfants. Les dimanches où elle pouvait faire croire un morceau de veau dans la cheminée, à genoux sur le carreau, l’étroite pièce retentissait d’une gaieté de gamins, insoucieuse de l’existence. Puis, Jean retrouvé chez son patron, Pepé endormi, elle passait une nuit affreuse dans l’angoisse du lendemain“ [218]. Ici, une clarté se montre à travers le pessimisme de Zola que la vie telle qu’elle est, incompréhensible.
Au fond d’elle-même, Denise souffre de deux pôles qui lui inspirent d’être dans une situation qui permet à Zola de découvrir avec toute une perfection de la description de la nature humaine qu’il existe en elle un conflit inavouable de son genre et dans un temps qu’il est interdit à éprouver ce genre de torture de pouvoir définir ses tendances comme sa nature de femme lui inspire. Mais c’est tout de même difficile à dire que Denise a échoué de faire une modération entre sa nature de femme et l’amour brutal de Mouret :


A son tour, elle [Denise] souffrait. N’était ce point assez déjà d’avoir à se défendre contre lui ? Aurait elle encore à défendre contre, contre les souffles de tendresse qui lui ôtait par moments tout courage ? Quand il lui parlait ainsi, quand elle le voyait si ému, si bouleversé, elle ne savait plus pourquoi se refusait, et elle retrouvait qu’ensuite, au fond même de sa nature de fille bien portante, la fierté et la raison qui la tenait debout, dans son obstination de vierge. C’était par instinct du bonheur qu’elle s’entêtait, pour satisfaire son besoin d’une vie tranquille, et non pour obéir à l’idée de la vertu. Elle serait tombée aux bras de cet homme, la chaire prise, le cœur séduit, si elle n’avait éprouvé une révolte, presque une répulsion devant le don définitive de son être, jeté à l’inconnu du lendemain. L’amant lui faisait peur, cette peur folle qui blêmit la femme à l’approche du male. [409]


Zola, d’une autre part, a voulu bien nous montrer comment la femme agit au fond de la souffrance et que l’amour lui attend d’un homme riche et aveugle jusqu’au fond de son être de son amour envers Denise. C’est une situation terrible que Zola mets Denise entre deus rivalités chacune ne sait guère les intentions de l’autre. En plus, Zola dans son travail du roman a mis une séparation entre ce que Denise et Mouret leurs arrivent et le Bonheur des Dames d’une autre part. Pour bien comprendre le vouloir de Zola, on doit concevoir qu’il mets une liaison en s’attardant à finir l’histoire par un événement qui ne surprend guère le lecteur, car, ce dernier est bien conscient que la réalité dans le Naturalisme est très semblable à leurs. Mais Mouret est bien vaincu par la hantise de l’amour de Denise, qui, elle-même, se méfie tristement d’avoir passé un temps qui fait tant de mal pour le moment ou elle sent que Mouret ne va jamais lui guérir de son mal et sa débilité.

Par Azeddine Ouazir


Le 08 03 2009

ZOLA autrement vu

2 étoiles

Critique de Baudelaire87 (tiaret, Inscrit le 13 mai 2008, 30 ans) - 13 mai 2008

Vraiment je ne sais pas comment je vais commencer à commenter ce livre, ou dire une petite chose qui lui concerne.

Au bonheur des dames, un livre fascinant, un livre dont ZOLA s'est apparu avec splendeur, mais la chose qui avait attirée mon attention c'est que cet écrivain est toujours fidèle à ses idées à l'encontre des femmes bien sur, et peut être que vous avez aperçu ça quand ZOLA voulait mettre la lumière mais discrètement sur le désir de Denise, oui cette pauvre fille venue à Paris avec ses deux petits frères, et fascinée par le bonheur des dames où elle va être plus tard une simple employée. ZOLA, je l'ai senti dire que la femme peut résister un certain temps comme Denise l'avait fait mais instinctivement le désir s'impose et la femme succombe à la tentation.
Un autre coté qu'on l'avait pas vu peut être, la femme avait cédé mais l'homme aussi à son tour, Octave Mouret, directeur de cette boutique où travaille Denise, il est riche, intelligent, se caractérisant par son sang froid, ses idées folles, sa troupe d'amantes accostées près de sa porte, sa façon de voir la femme et de ne la considérer que comme une bête source d'argent valable pour un petit moment et rejetée après son échéance. Voilà comment Mouret voyait la femme et comment la traitait, cette femme apte à payer son désir, à l'assouvir, mais hélas Denise avait réussi à contraindre son directeur à prendre une nouvelle idée de la femme, mais là vraiment je n'étais pas trop persuadé de cette probité étrangère des femmes.
Il reste de dire que la fin ne me plaisait pas, ou peut être ce qui fait rire que je ne la crois pas, il m'était étrange de voir une pareille fin de ZOLA qui nous accoutumait à des fins vertigineuses comme par exemple "une page d'amour" où la fin était désastreuse et triste, c'est drôle cet écrivain qui nous avait fait comprendre que la tristesse est une fin satisfaisante et le contraire un mirage.

Classique !

9 étoiles

Critique de Nouillade (, Inscrite le 13 mars 2008, 25 ans) - 15 mars 2008

Franchement, ce livre, au premier abord, m'a fait très peur ! Un pavé, écrit par Zola en plus ! Mais j'ai été courageuse, et j'ai lu, jusqu'au bout.

Je vais commencer par le moins bien, parce que c'est plus court:
-Les descriptions horriblement longues, parfois plus de 4 pages, avec force de détails, d'adjectifs... Quel ennui !

Le BIEN:
-Tout ! L'histoire, les personnages, le style (Zola quand même !), la vraisemblance (du naturalisme...)

A la fin, j'ai vraiment adoré, et je le conseille aux littéraires.

Le bonheur de lire Zola

10 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 12 août 2006

Un des livres de Zola que je préfère. Lire Zola est une expérience qui ne peut laisser personne indifférent. Pour ma part, c'est l'écrivain que je préfère depuis longtemps et relire un de ses livres est un pur bonheur.

Rien ne peut égaler les descriptions du "Bonheur des dames" quand une grande vente se déroule. Zola est toujours extrêmement bien documenté sur le milieu dans lequel il fait évoluer ses personnages. Ses livres sont remarquablement bien construits. Ses descriptions sont de pures merveilles, des chefs-d'oeuvre d'écriture, des tableaux grandioses de ce que devaient être les grands magasins de l'époque. J'avais l'impression d'y être et d'évoluer parmi la foule des acheteuses fébriles et avides de nouveautés. Tout un monde est décrit dans ce livre : le monde des marchands, des boutiquiers et des directeurs de grands magasins. C'est la lutte pour la survie et le gros qui avale les petits sur son chemin. L'agonie des petits commerces face au géant qui engouffre tout sur son passage et auquel rien ni personne ne peut résister.

Bien sûr, il y a une belle histoire d'amour pour corser le tout. Une histoire qui se termine sur une note positive bien que ce ne soit pas toujours le cas avec Zola. Ce que je trouve remarquable de cet écrivain c'est son talent pour décrire les sentiments et les motivations qui poussent ses personnages à agir. Des personnages issus de milieux différents mais qui partagent la même soif de vivre et de se faire une place au soleil. La rivalité entre les vendeurs, les clientes huppées qui se laissent aller au vol à l'étalage, les tourments de Monsieur Mouret devant le refus de Denise, les médisances et les calomnies, les bassesses et les méchancetés, la jalousie morbide, tout s'imbriquent pour former une immense fresque du Paris de l'époque avec ses drames humains, ses gagnants et ses perdants. Zola est irremplaçable et inégalé dans son style puissant et d'un réalisme foudroyant. Un écrivain à lire et relire et relire... pour notre plus grand bonheur.

Enfin un Zola un peu solaire

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 13 janvier 2006

Un Zola est toujours social, ce qui ne le rend pas forcément très lumineux : il se passe par définition plutôt dans les obscurs. Ici, le cadre est un peu plus scintillant, puisque le décor est celui d'un grand magasin parisien fraichement édifié.
Il y a des ingrédients classiques, des amours, des adultères, des faits divers, et, en somme, bien sûr, la suite de l'évolution de la famille Rougon-Macquart.
Le rythme est enjoué, l'intrigue prenante, on adhère bien, c'est mon Zola préféré ; mais probablement est-ce dû au fait qu'il est probablement le plus accessible, ou le plus "grand public".

Merveilleux

10 étoiles

Critique de Oups (, Inscrite le 20 novembre 2005, 30 ans) - 20 novembre 2005

Ce roman est mon livre préféré, tous genres confondus (je l'ai déjà lu 5 fois). Zola nous dépeint l'univers des grands magasins et la mort des petits commerces avec une virtuosité de maître grâce à des descriptions exceptionnelles. De plus, l'histoire d'amour qu'il nous dépeint me captive chaque fois autant. Finalement c'est donc un livre saisissant de réalisme dans lequel on se plonge avec bonheur...

Eau de rose

5 étoiles

Critique de Lectrice-en-herbe (, Inscrite le 11 novembre 2004, 27 ans) - 29 juin 2005

livre à l'eau-de-rose, le roman de Zola dépeint les activités d'un grand magasin en plein essor "Le Bonheur des Dames". Pour vous dire vrai, en tant qu'adolescente, je suivais attentivement l'idylle entre l'héroïne Denise et Mouret, au point de sauter des pages pour connaître la fin de leur histoire... je me fichais totalement de l'histoire du commerce et de la disparition du petit commerce. A déconseiller pour les fans de romans d'amour qui n'apprécieront pas la longueur des descriptions des tissus étalés dans les magasins entre deux baisers des personnages principaux, à conseiller aux fanas d'histoire terre à terre.

découvrir le Paris du XIXème...

7 étoiles

Critique de Isaline (Tours, Inscrite le 16 avril 2005, 37 ans) - 23 mai 2005

Sociologiquement et historiquement le roman est très intéressant et permet de découvrir le Paris du XIXème siècle s'ouvrant aux grands magasins tandis que le petit commerce périclite. C'est à travers le regard de Denise, petite provinciale venue trouver du travail à Paris avec ses petits frères dont elle s'occupe, que nous découvrons cette transformation de Paris en véritable capitale du commerce nouveau... Zola insiste beaucoup -trop à mon sens- sur la superficialité des femmes (boulimiques d'achats, de promotions... elles en deviennent presque hystériques!) mais le personnage de Denise, par sa grandeur morale, son courage et son humilité rattrape un peu la figure de la femme vue par Zola. Si le contexte est intéressant, l'intrigue amoureuse l'est moins... les personnages me paraissent moins profonds que ceux de l'Assomoir par exemple... la psychologie des personnages est moins fouillée... je suis restée un peu sur ma faim... mais rien que pour le plaisir de visiter ce Paris qui se modernise il faut lire ce livre...

La mort des petits commerces - le pouvoir de l'amour

10 étoiles

Critique de Spiz (, Inscrite le 30 janvier 2004, 38 ans) - 29 mars 2005

Le bonheur des dames est sans contexte pour moi le meilleur roman de Zola. Il décrit avec réalisme les conséquences de la politique du sous préfet de Paris de l'époque Haussmann qui encourageait la création de grands magasins au détriment des petits commerçants. Le capitalisme devient roi.

Et pourtant Zola montre dans son roman que l'argent ne peut pas tout acheter : les sentiments. Et c'est là que l'histoire d'amour entre Mouret et Denise est intéressante puisque Mouret, le big boss du bonheur, sera prêt à tout abandonner pour Denise, sa fortune, son empire pour cette petite provinciale sans arrière pensée.

Un livre à avoir sans conteste dans sa bibliothèque

Le consumérisme fou

8 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 17 mars 2005

Ce roman vous entraine dans un tourbillon consumériste qui s'empare des clientes (et des clients). Zola montre bien le côté érotique de la chose (de la montée du désir jusqu'au paroxisme). Il y a plus d'un siècle, on avait déjà compris (et exploité) les filons conduisant à "booster" les ventes ...
Sinon ce roman présente (déjà) la disparition du petit commerce au profit de "grandes surfaces".
Pour le reste l'histoire d'amour n'a qu'un intérêt limité (je rejoins Pétoman).
L'intérêt principal de ce roman (pour moi) est sociologique.

ne surtout pas le faire lire en cours

4 étoiles

Critique de Lepôvreélève (, Inscrite le 4 mars 2005, 30 ans) - 16 mars 2005

Et oui, ... je n'ai pas vraiment apprécié ce livre, comme la plupart dans ma classe ! Ce n'est pas la faute de Zola, qui, je reconnais à beaucoup travaillé ( renseignement autour de l'organisation du magasin ... et les trèèès longues descriptions, avec pleeeeeiiiin de champs lexicaux !!!) , mais celle de la prof nous l'ayant fait travailler : analyse de descriptions ... ZZZ, repérage de champs lexicaux ... , ZZZ et autres trucs cons que peuvent nous demander un prof !! Bref, personne n'a accroché. Dommage!! faudrait que je le relise dans quelques années ... peut être que je l'apprécierai mieux !!

ah la mode!

8 étoiles

Critique de Piper (, Inscrite le 3 novembre 2004, 26 ans) - 3 novembre 2004

alors que la plupart des livres parlent seulement des clients qui s'empressent à l'achat, ce livre dépeint avec justesse les procédés des vendeurs. un livre qui met en avant une femme qui réussit à tenir tête à un homme! l'homme qu'elle aime

Les grands magasins...

7 étoiles

Critique de Ondatra (Tours, Inscrite le 8 juillet 2002, 36 ans) - 10 décembre 2002

Ce qui aujourd'hui fait partie de notre quotidien parisien ne faisait pas encore partie du décor des rues de la capitale quand Zola a écrit son roman décrivant la création du premier grand magasin qui devait faire le bonheur de toute la gent féminine de par son originalité, ses prix défiant toute concurrence.... Cependant autour de cette création se développe l'histoire d'une jeune provinciale, Denise et l'on va la voir progressivement changer.... Le naturel avec lequel Zola dépeint sa société est surprenant, on se voit encore arpentant les allées du "Bonheur des Dames" à la recherche du dernier chapeau à la mode!

Forums: Au bonheur des dames