Son Excellence Eugène Rougon de Émile Zola

Son Excellence Eugène Rougon de Émile Zola

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par FranBlan, le 17 juin 2005 (Montréal, Québec, Inscrite le 28 août 2004, 75 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 131ème position).
Visites : 4 303  (depuis Novembre 2007)

Admiration renouvelée...

Dans ce sixième ouvrage de l'œuvre des Rougon-Macquart, l'histoire est entièrement centrée autour de l'ascension d'Eugène Rougon, fils aîné de Félicité et Pierre Rougon de Plassans, dévoré d'ambition et sans scrupules.
Petit avocat sans cause en province, le personnage se réfugie à Paris et ne vivra plus que par et pour la politique. Il parviendra avec l'aide de la belle Clorinde et d’acolytes de la première heure, aux plus hautes fonctions
La politique ne fait pas une apparition occasionnelle à l'intérieur de ce roman, ce roman présente l'ambition politique comme une idée fixe, comme une passion mobilisant toutes les forces d'un homme.
Ce n'est pas si mince originalité, du moins à la fin du XIX e siècle, mais tout cela se passe sous le Second Empire : aucune allusion à notre siècle n'est à craindre, et pourtant…; manipulations, corruption, patronage, scandales, etc., et tous ces personnages secondaires plus ou moins vils et méprisables gravitant autour de "Son Excellence"…; familier…?
En dépit du sujet plus que scabreux et sinistre, je fus encore une fois constamment fascinée par le génie de Zola, totalement tenue en haleine par ce génie descriptif, toutes ces quatre cents pages et plus!

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

La comédie du pouvoir

9 étoiles

Critique de Isis (Chaville, Inscrite le 7 novembre 2010, 72 ans) - 10 juin 2015

Henri Guillemin, critique littéraire de renom, qui a préfacé l’ensemble des Rougon Macquart précise en avant-propos de «Son excellence Eugène Rougon» que ce sixième tome serait, si l’on ose dire, le «worst seller» de la série, avec, en 1901, seulement 32 000 exemplaires vendus, contre 193 000 pour «Nana» et 142 000 pour «l’Assommoir»
Mais, ajoute-t-il, «moins lu que les autres, ce livre-là est-il moins bon ? La faveur du public ne garantit pas le mérite d’une œuvre»
Nous voilà rassurés ! En effet, si l’action est, somme toute, assez réduite, ce qui peut lasser certains lecteurs avides de rebondissements et d’intrigues, le tableau que brosse ici Zola de la société sous le Second Empire vaut, en revanche, son pesant d’or.
Lisez donc les pages consacrées au baptême du prince impérial le 14 juin 1856, vous aurez le sentiment d’avoir réellement assisté à la cérémonie, tant ce reportage est vivant et précis, digne d’un grand journaliste, ce que fut d’ailleurs aussi l’auteur, au début de sa carrière d’écrivain.
Quant aux développements sur les grandeurs et servitudes de la Politique, leur cortège de prébendes, brusques revirements d’opinion, par avidité de pouvoir ou simple opportunisme, ils sont proprement savoureux… et, de surcroît, malheureusement intemporels…
On sait aussi que Zola s’est inspiré des vraies personnalités d’Eugène Rouher, du duc de Morny et de la Duchesse Virginia de Castiglione pour créer les trois principaux personnages que sont Eugène Rougon, Marsy et Clorindre ; c’est donc aussi un livre d’histoire romancée et haut en couleurs qu’il nous offre ici, doublé d’une fine analyse psychologique des caractères. Au total, une lecture, certes exigeante, mais aussi très gratifiante.

La politique

7 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 34 ans) - 28 janvier 2012

Dans ce tome des Rougon Macquart, Zola s'intéresse à la politique. On lisant ce roman , on se rend compte, en effet, que les temps changent, mais certains aspects de la société restent, comme la politique. On accède aux postes à responsabilité par piston, et non par ses compétences ; si l'on est du bon "côté", on est à la mode et on accède au pouvoir, mais dès qu'on est "démodé", on retombe ; les "amis" ne sont en fait présent que pour profiter des avantages et dans les moments plus difficiles, ces "amis" disparaissent...
Un tome que je n'ai pas trop apprécié, n'étant absolument pas fan de politique, par contre, il est indéniable que Zola a fait un travail admirable pour décrire le milieu politique de son époque.

Son Excellence Eugène Rougon

9 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 38 ans) - 7 octobre 2011

Cet excellent livre de la série des Rougon-Macquart s'attaque au monde politique. On suit ici Eugène Rougon de son ascension à sa chute politique. Tout comme aujourd'hui, le monde de la politique est un monde de magouille où les amis sont prêt à se poignarder dans le dos pour prendre la place de l'autre. C'est un monde où les connexions plutôt que les compétences aident à obtenir des postes, des subventions ou des droits. Lorsqu'on lit ce livre, on se rend compte que ce milieu n'a pas beaucoup changé avec le temps. Et que dire de ces politiciens qui changent leur chemise de bord pour obtenir la faveur populaire. Tout ça, c'est le sujet dont Zola a choisi de parler dans ce livre.

Forums: Son Excellence Eugène Rougon

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Son Excellence Eugène Rougon".