Largo Winch, tome 18 : Colère rouge de Jean Van Hamme (Scénario), Philippe Francq (Dessin)

Largo Winch, tome 18 : Colère rouge de Jean Van Hamme (Scénario), Philippe Francq (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Hervé28, le 20 octobre 2012 (Chartres, Inscrit(e) le 4 septembre 2011, 48 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (42 923ème position).
Visites : 2 197 

Un Largo au large...

Autant j'avais trouvé le précédent album "Mer noire" original , bourré d'humour et intéressant, autant j'ai trouvé cette conclusion du dyptique, "Colère rouge" , en peu un dessous.
Certes, le dessin de Philippe Franck est toujours aussi bon, avec des superbes vignettes, avec des angles vues surprenantes (voir pages 11, 12 et 13)et avec une approche du monde maritime qui nous change des sempiternelles courses poursuite en voiture ou en moto (bien que, vers la fin, les vieux démons reviennent)mais le scénario de Jean Van Hamme finit par s'émousser avec des "deus ex machina" trop présents dans cet album : un sous- marin de poche qui surgit comme par enchantement, un demi-frère qui apparait de façon fort déconcertante.
Même certaines idées ne sont que des "remake" de ses précédents albums, comme le mariage "arrangé" de Simon (déjà vu dans OPA), ou encore la "chevauchée fantastique" de Miss Pennywinkle.
Sinon, c'est du Largo Winch pur et dur, avec de l'action,des poursuites, une intrigue financière bien ficelée, assez peu d'humour cette fois -ci (heureusement que Simon est dans un mauvais pétrin), le tout servi par un dessin de Philippe Franck en pleine forme

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Un bilan médiocre pour ce second tome...

5 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 40 ans) - 13 décembre 2012

Le second tome de ce diptyque n'élève malheureusement pas l'impression générale... la dernière aventure en date du milliardaire en blue jeans est assez insipide... on en sort avec un sentiment d'inachevé, de frustration, de lassitude.

Tout a déjà été dit dans les critiques précédentes et le petit monde des amateurs de bande dessinée se plaint régulièrement des ratages scénaristiques de J. Van Hamme. Là encore, le scénario est à la peine et son auteur est le principal responsable...

Mais je trouve que le dessin aussi est à la peine, les mouvements notamment sont beaucoup plus hésitants qu'à l'accoutumée... je plaide pour un renouvellement de la série en profondeur, notamment en supprimant l'environnement codifié de Largo: son groupe et ses amis qui cadenassent les développements scénaristiques.

On retrouve en effet toujours les mêmes personnages, les mêmes gags et les mêmes problèmes récurrents: certes, un maître comme Hergé réussissait à convoquer les mêmes personnages secondaires (Dupondt, Tournesol, Séraphin Lampion,...) dans presque chacun de ses albums mais, si le lecteur se trouvait en famille, il ne se lassait pas de cela. Ici c'est différent, ça agace de revoir encore et encore le bouffon Simon, la lesbienne de service Silky (chinoise), la grande âme Freddy (juif),... même le personnage principal commence à énerver... mauvais signe.

Il faudrait supprimer également les bons sentiments qui rendent les dialogues et "morales" des histoires mièvres car par trop bien-pensants...

Pourquoi ne pas placer Largo dans une situation où il devrait s'en sortir par lui-même en utilisant des moyens pas très glorieux... en bref, rendre la série un peu plus "noire"?... et peut-être l'achever...?

LE LARGO WINCH NOUVEAU EST ARRIVE !...

4 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 50 ans) - 20 octobre 2012

Comme tous les ans à pareille époque, revoici donc le retour des nouvelles aventures du héros «sans peur et sans reproches» de M. Jean Van HAMME…
Au début de cet épisode nous retrouvons Largo Winch, toujours prisonnier sur un cargo voguant sur la Mer Noire. Celui-ci se croit seul, mais en fait un allié inattendu se présente à lui, en effet, et contrairement aux ordres reçus de Largo, la fidèle Silky est aussi à bord…

Pendant ce temps-là, à des milliers de kilomètres, l’autre fidèle ami de Largo, Simon se débat avec la justice Suisse (qui a des vieux contentieux envers lui…) qui l’a capturé et emprisonné… il risque 8 ans de prison, sauf s’il accepte d’épouser Martha Stroegl qu’il a aidé à échapper à ses ravisseurs…

Alors disons-le toute de suite, oui cet album est bon, oui on est pris (que dis-je? Happé serait le terme correct!...) tout de suite dans l’histoire… (il s’agit ici de la suite et fin de l’histoire racontée dans l’album précédent «Mer Noire», déjà critiqué sur CL…)… Que voulez –vous «l’effet» Largo Winch joue tout de suite à fond (comme depuis maintenant plus de 18 ans…) et on se retrouve emporté dans un tourbillon d’aventures, de courses poursuites, de bagarres, de sexe, de coup de feu, de trahisons, de retournement de situations, de violence… le tout savamment distillés par l’auteur…

Rien à redire la dessus...
Rien à redire non plus sur le découpage et je suis toujours aussi admiratifs des couleurs, je suis littéralement tombé amoureux de ses dégradés bleu nuits! Et les couleurs de la mer… un vrai régal pour les yeux…
Les merveilleux dessins de M. Philippe FRANCQ, toujours aussi beaux, avec des visages absolument incroyables et des costumes éblouissants...
Quoi que si je puis me permettre une petite remarque personnelle à M. FRANQ, je lui dirais de remettre à jour sa documentation sur la REPUBLIQUE DE PANAMA, et plus spécialemt la ville Panama-City.
Si on reconnaît très bien la fameuse "Balboa Avenue" qu'il représente page 6, avec les tours jumelles du "Miramar Hôtel", il ne sait sans doute pas que depuis plus de 3 ans, la ville Panama-City à bâti juste devant l'hôtel (en gagnant le terrain sur la mer), une autre rue, la "Cinta Costeira" , ainsi qu'un port artificiel pour bateaux... Qui ne figurent pas sur cette vue du dessinateur!... Or les aventures de Largo Winch sont censées se dérouler de nos jours!...

Mais, car il y a toujours un mais...
C'est par le scénario de M. Jean Van HAMME est toujours aussi mince, aussi poussif, aussi épais qu’une chips, aussi peu surprenant, aussi répétitif… que cette BD se ridiculise!...
Le lecteur en a assez que toutes les aventures se ressemblent!...
C’est toujours la même chose! Toujours les mêmes variations sur la même thème, la même histoire servie avec une autre "sauce"!...
Dans la première partie de l’histoire, (toujours le premier volume du dyptique...), Largo se fait «piéger» et se met dans une situation absolument désespéré et inextricable… Il échappe, comme toujours, par miracle aux forces de l’ordre FBI, CIA, Police…) venues l’arrêter (celles-ci devraient avoir l’habitude maintenant!...)… pour mieux foncer tête baissée dans le piège qu’on lui a tendu…
Piège (le plus souvent tendu par un de ses propres Administrateurs Délégués…), dont il s’échappe de façon miraculeuse (toujours sans une égratignure d’ailleurs…) dans le deuxième album de l’histoire, sans oublier, bien sûr, d’éliminer physiquement tous les «méchants» de l’affaire!...

Et bien non! Merci M. Van HAMME, mais cela ne prend plus!, Le lecteur en a marre de ces scénarios à l’identique et au rabais… On a vraiment l’impression d’être floués ! Pourquoi ne pas innover pour une fois? Changer de style, d’aventure, centrer l’histoire sur un des personnages secondaires? Pourquoi ne pas nous raconter p. ex la jeunesse et la vie de Simon ou de Silky avant leur rencontre avec Largo?...
M. Van HAMME a-t-il vraiment perdu toute la verve et la fantaisie qui habitaient les premiers épisodes de la série ?... Il est vrai que ceux-ci étaient plus facile à scénariser, puisque tirés de ses propres romans !...

Enfin, je ne veux pas être critique envers l’éditeur DUPUIS, mais, si dans cet album on nous présente le nouvel immeuble qui sert de siège au groupe Winch, la Winch Tower Mansion à Chicago, le minimum aurait été de le signaler dans l’album pour les présentations des administrateurs basés à New York, et surtout de le représenter sur le quatrième de couverture à la place de l’ancien immeuble de New York…
Mais non!... Même pas!... Est-ce à dire que cela coûtait sans doute trop cher de refaire la maquette des couvertures de la série… Un comble pour une série qui veut nous raconter les aventures d’un milliardaire!...

Forums: Largo Winch, tome 18 : Colère rouge

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Largo Winch, tome 18 : Colère rouge".