Blake et Mortimer, Tome 22: l'onde Septimus de Jean Dufaux (Scénario), Antoine Aubin (Dessin), Étienne Schréder (Dessin)

Blake et Mortimer, Tome 22: l'onde Septimus de Jean Dufaux (Scénario), Antoine Aubin (Dessin), Étienne Schréder (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers

Critiqué par Hervé28, le 7 décembre 2013 (Chartres, Inscrit(e) le 4 septembre 2011, 49 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 4 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 3 étoiles (45 571ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 3 122 

Une "Marque jaune" effacée

Grand admirateur de cette série, je reste assez mitigé sur cet album.

Le dessin est certes excellent, voire une des meilleures reprises du style Jacobs, même si les dernières pages semblent moins abouties comme l'ont fait remarquer certains.
Pourtant, je n'ai pas accroché au scénario, surtout à compter de la multiplication des "Septimus".

Depuis le début de cette série, nous nous sommes pour autant habitués aux scénarii les plus improbables ( De l' "Énigme de l'Atlantide", dont il faut souligner au passage la réédition en fac simile, à "l’Étrange rendez-vous"-un des meilleurs albums de l'après Jacobs-, en passant par "le Piège diabolique").

Jean Dufaux respecte certes les canons de la série, en figeant nos héros dans le Londres des années 50, en leur faisant mener des enquêtes parallèles, en utilisant les gouffres, souterrains très présents dans l’œuvre de Jacobs, mais rien n'y fait , j'ai été déçu. Là où les explications de l'onde Oméga de "La Marque Jaune" prenaient, j'ai eu le plus grand mal à suivre les paradoxes de l'Onde Septimus, ainsi rebaptisée par Mortimer.

En outre, les récitatifs de Dufaux n'apportent pas grand chose à l'histoire. Souvent, ils ne font que décrire la vignette: voir page 6 "pour offrir symboliquement à Mac Farlane" ne fait que relater l'action. Sans intérêt.

Dommage car certains éléments sont vraiment bien amenés dans cette histoire. Avec, en premier lieu, la réapparition de Nasir, qui avait disparu à la fin de "La Marque Jaune", puis des personnages féminins intéressants à la Lady X, et un Olrik sur lequel on s’apitoierait presque.
Un début d'album prometteur mais qui n'a m'a guère convaincu au final.

Une seconde lecture me fera sans doute évoluer mon jugement.

En tout cas , je pense que les avis seront assez partagés sur cet album

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Virer ou ne pas virer

2 étoiles

Critique de Warrel62 (, Inscrit le 30 mars 2013, 48 ans) - 19 décembre 2015

Après une première lecture, j'ai retenté en me disant que j'avais peut-être manqué quelque chose. Ben non. On a bel et bien sacrifié l'album aux objectifs commerciaux (on connait l'explication désormais, vite, vite à boucler pour les fêtes) en bâclant toute la deuxième moitié. C'est de la fiction mais il y a des limites, faut pas nous prendre pour des cons quand même. .

J'ai pensé un moment le donner à la bibliothèque, ce qui n'a pas été fait car un trou entre le 21 et le 23 dans ma collection, ça aurait fait un peu bête.

Une déception inversement proportionnelle au grand plaisir que j'avais eu à lire "les 5 lords". Le pire est que tous les gens que j'ai croisés et qui l'ont lu ont le même discours ...

J'ai une dernière interrogation dont on saura peut-être un jour la réponse, est-ce que les dessinateurs se sont fait ch... autant que nous en le dessinant. Grande question... Une étoile juste pour les dessinateurs. Va t'en, Jean Dufaux, et ne reviens plus ici.

"ASILE !!!"

9 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 35 ans) - 14 octobre 2014

Un album plutôt osé, qui reprend les impondérables d'E.P Jacobs... Entre ceux qui osent et ceux qui n'osent pas, n'est-ce pas ce qui distingue l'être humain du simple bétail, d'ailleurs même millésimé ?

D'autre part je ne serais que trop bref sur cet ouvrage qui contient une intrigue très serré dont il ne faut rien révéler, à moins de vendre la mouche. Sachez juste que le style scientifique et avancé des autres "Blake & Mortimer" est présent tout le long, et qu'enfin les chasseurs deviennent proies comme si cela n'était qu'un conte de plus ! Fascinant de connections multiples et aussi de complexité.

L'ensemble est donc assez singulier pour être remarqué, je regrette seulement que la fin soit quelque peu amenée; parceque le général Olrik reste quand même l'ennemi le plus haut-en-couleurs du tout jusqu'à nouvel ordre (avec bien sûr le savant Septimus.)

Du beau gratin donc.

Déception totale

1 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 36 ans) - 31 janvier 2014

J'ai beau être fan de la série (et de BD), non, vraiment, je ne peux pas... Cet album est clairement un ratage, et pourtant, l'idée était sympa (une suite à un des meilleurs albums de la série), et les dessins sont dans l'ensemble très bons. Mais quel imbroglio scénaristique... Invraisemblable, idiot, et on s'emm... la plupart du temps ! A trop vouloir en faire...
Relisez "La Marque Jaune" et les autres albums de la série, plutôt ! Si vous voulez vraiment lire cette "Onde Septimus", empruntez-le en bibliothèque, lisez-le en loucedé dans le rayon BD de votre magasin culturel préféré, ou téléchargez-le gratuitement (ou presque) en ebook si vous en avez la possibilité.

B&Mmania (fin de saga)

2 étoiles

Critique de Bortsov (, Inscrit le 24 janvier 2014, 52 ans) - 24 janvier 2014

Chapeau aux dessinateurs ; oui, là-dessus tout le monde est d'accord. Un cadre, un trait, une colorisation rarement égalés.
N'empêche... c'est vraiment le premier B&M qui me tombe des mains (4 jours pour arriver au bout!!!). Et pourtant il y a eu quelques précédents très moyens. Mais cette fois, j'ai peur que cet album mette un terme définitif à ma B&Mmania:
Un scénario complexifié à souhait sans intérêt et sans enjeu, des personnages ectoplasmiques, notamment les "méchants": désignés dès la page 1, leur présentation coupe court à tout suspense (pauvre Lady Rowana!!!), et une réunion de famille improbable de multiple seconds et 3èmes couteaux de Jacobs... pour rien ! Et le dialogue !!! Mr Dufaux fait du Jeanne Bourin (et ce n'est pas un compliment !) Je cite (p.7) : "(...) un monde plus discret, plus à l'écart, où les voluptés promises s'effacent devant l'angoisse, la douleur. Ici le silence est troublé par des cris, des appels au secours. Ici on lutte contre l'indescriptible, le désordre qui mène à la folie..." Que de mots pour ne rien raconter ! Quel onanisme de scénariste ! Si Jacobs usait et abusait de longues didascalies narratives, elle étaient toujours justifiées et jamais ronronnantes. Ici, le script abracadabrantesque, la pseudo littérature affectée, les pédantes notes de bas de page ("en français dans le texte" et la référence littéraire à V. Woolf par exemple), les personnages sans intérêt ou les héros dénaturés (Olrik et Mortimer notamment qui semblent faire table rase du passé!), bref - hormis le dessin, la couleur et la mise en page soignés - le pire album de la série.

Un crime de lèse-majesté

4 étoiles

Critique de Ravenbac (Reims, Inscrit le 12 novembre 2010, 53 ans) - 17 janvier 2014

L’idée de départ est intéressante mais très vite le scénario devient embrouillé et même ridicule sur la fin. Les dessins sont de bonnes factures mais là encore ils sont bâclés dans le dernier tiers. Et crime de lèse-majesté Mortimer et Olrik collaborent pour vaincre les puissances du mal. By jove ! Impensable !

Une suite peu convaincante

4 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 41 ans) - 3 janvier 2014

Blake et Mortimer représente l'une des séries mythiques de la bande-dessinée franco-belge et la Marque jaune, l'album phare de la série.
Elaborer une suite de cette histoire pensée par E.P. Jacobs en 1956 représentait un énorme défi. Malheureusement, le résultat n'est pas à la hauteur de l'ambition des auteurs. Le dessin est pourtant excellent, bien à la hauteur des albums originaux du maître belge. Au niveau graphique, je n'ai rien à redire.

Au niveau scénario en revanche, Dufaux nous entraîne dans un méandre de pistes dont il est difficile de s'extirper... par ailleurs, la thématique scientifique se révèle trop souvent absconse, voire inintéressante à de trop nombreuses reprises. Cela, ajouté aux passages ridicules comme l'invasion de Septimus dans Londres font de cette histoire l'une des moins abouties de la série selon moi.
Et dire que cette suite est censée se développer en trois tomes...

Forums: Blake et Mortimer, Tome 22: l'onde Septimus

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Olrik, le super méchant... 1 Shelton 18 janvier 2014 @ 13:15

Autres discussion autour de Blake et Mortimer, Tome 22: l'onde Septimus »