Les fiches les plus visitées ce mois ci

Ce classement est basé sur un compteur de visite remis à zéro le premier du mois en cours.


90.
180 visites
sans couverture

Bel Ami de Guy de Maupassant

critiqué par Lolita - (Bormes les mimosas - 34 ans)
9 etoiles
L'ascension professionnelle et sentimentale d'un parisien...
Georges Duroy, fils d'aubergistes normands vit depuis quelque temps à Paris où il vit misérablement, calculant le moindre sou pour vivre. Par un heureux hasard, il retrouve son ami d'armée Forestier. Ce dernier est un grand journaliste dans "La vie française". Mis au courant de la situation de son ami, il lui propose bien vite de travailler avec lui au...

92.
180 visites
sans couverture

Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé

critiqué par Monito - (48 ans)
6 etoiles
des olives avides de soleil
Ce roman est l’histoire d’une famille maudite qui de pied de nez en pied de nez au destin échappe à son malheur mais pas à sa destinée. Le style est simple et sobre, les phrases courtes. La terre des Pouilles, décrite comme une espèce d’enfer sur terre, suscite l’attachement et donne à cette partie de l’Italie une image de vérité. De...

92.
179 visites
sans couverture

Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl

critiqué par S.M@rt-Up - (Bruxelles - 49 ans)
8 etoiles
Envoûtant !
Envoûtant est l'adjectif que je donnerai à ce livre fantaisiste. Une superbe histoire très poétique mais tout autant mystérieuse, du génial auteur qu'est Roald Dahl, et illustrée par le grand artiste Quentin Blake. L'histoire en gros est assez triste, mais devient magique au fur et à mesure de ces lignes, surtout quand elle est ponctuée de ces petits gags hilarants dont seul...

94.
180 visites
sans couverture

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo

critiqué par Pétoman - (Tournai - 44 ans)
10 etoiles
Un amour non partagé est assassin
Le titre de cette critique résume bien la "morale" de cette histoire, enfin, plutôt de cette fresque baroque. Esméralda ( jeune bohémienne qui se balade dans le quartier de Notre Dame avec sa chèvre Djalli ), Quasimodo ( jeune bossu, sourd et borgne adopté par l'abbé Frollo ), l'abbé Frollo ( théologien qui finira par tomber amoureux d'Esméralda ), le jeune...

94.
180 visites
sans couverture

Ce qu'il faut de nuit de Laurent Petitmangin

critiqué par CHALOT - (72 ans)
9 etoiles
roman « social » et familial
« Ce qu'il faut de nuit » premier roman de Laurent Petitmangin 188 pages août 2020 éditions la manufacture de livres Le père élève seul ses deux fils après la mort de son épouse. Ces trois là s'aiment bien.... Il existe même une forme de complicité dans le cadre de cette culture ouvrière apportée par le père et partagée. Il y a le foot, les discussions et promenades ainsi...

94.
179 visites
sans couverture

Lire un jardin: (l'aube viendra-t-elle) de Jean-Claude Martin

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)
8 etoiles
Irénisme horticole
C’est le troisième recueil de Jean-Claude Martin que je lis cette année, c’est un auteur prolifique et talentueux qui a séduit différents éditeurs (Gros textes, Le Merle moqueur, Tarabuste éditeur, Les carnets du dessert de lune, pour les ouvrages que j’ai lus) et qui m’a séduit moi aussi comme lecteur. Après avoir écrit une encyclopédie de l’alphabet, ça peut paraître...

94.
179 visites
sans couverture

Où est la fin de la voie? de Zoran Belacevic

critiqué par Brigitte Duval - (32 ans)
10 etoiles
Où est la fin de la voie ? de Zoran Belacevic
IY-A-T-IL LA VIE APRÈS LA MORT ou OÙ VA LE MONDE Parfois, à la question on répond le mieux par une question, surtout si la bonne réponse est insaisissable ou extrêmement irrationnelle. Roman Zoran Belacevic « Où est la fin de la voie? », est un exemple qui nous sort par un cercle vicieux de l'embouchure de la terre, et...

94.
178 visites
sans couverture

Giorgio De Chirico de Giorgio De Chirico

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)
9 etoiles
Un surréaliste métaphysique
Ce livre présente le peintre surréaliste Giorgio de Chirico. Il met en parallèle une citation de l'artiste, en page de gauche, avec l'un de ses tableaux, reproduit à droite. De ses citations, il ressort une recherche métaphysique. De ses peintures, elle prend corps dans la représentation de places carrées, piétonnes, avec des statues énigmatiques et figures irréelles. Les jeux d'ombres,...

99.
181 visites
sans couverture

Crénom, Baudelaire ! de Jean Teulé

critiqué par Catinus - (Liège - 69 ans)
8 etoiles
Impressionnant !
Il fallait s’y attendre, une biographie de Charles Baudelaire, poète maudit, sous la plume de Jean Teulé ne pouvait être que spéciale. Le lecteur ne sera pas déçu. Voilà que défile tout au long des 400 pages, une vie terrifiante d’un être plus que particulier. D’abord alcoolique, goûtant ensuite aux délices de l’opium, ayant entre temps chopé une syphilis aiguë...

100.
178 visites
sans couverture

L'attaque du moulin de Émile Zola

critiqué par Zagreus - (36 ans)
9 etoiles
La guerre contre la vie
Publiée en 1880 dans Les Soirées de Médan, le fameux recueil collectif de six nouvelles (dans lequel figure notamment Boule de Suif) s'inspirant de la guerre de 1870, L’Attaque du moulin se déroule à Rocreuse, une petite commune fictive de Lorraine. L’histoire est simple: Le père Merlier, meunier et riche maire du village, célèbre autour de son moulin, un soir...

100.
176 visites
sans couverture

Le malade imaginaire de Molière

critiqué par The Beauty - (rueil-malmaison - 33 ans)
4 etoiles
Pas mal
Je trouve que le livre " le malade imaginaire " écrit par molière dénonce beaucoup " d'escroqueries " faites dans son temps. En quelque sorte, dans ce livre, il critiquait " lourdement " les médecins de l'époque en disant beaucoup de méchancetés à leur propos. Il avait peut être raison car, après tout,j e pense que s'il ne le pensait pas,...

100.
176 visites
sans couverture

La promesse de l'aube de Romain Gary

critiqué par CptNemo - (Paris - 46 ans)
10 etoiles
Que dire devant tant de beauté
"La Promesse de l'aube" est un récit autobiographique. Romain Gary raconte son enfance en Pologne, son adolescence à Nice, ses années estudiantines à Paris, son combat lors de la seconde guerre mondiale. Le personnage central de ce récit, c'est la mère de Romain Gary. Cette mère à l'amour débordant a toujours su que son fils serait quelqu'un. Elle a imaginé pour...

103.
176 visites
sans couverture

Avec une note légère de génie en fin de phrase de Dominique Saint-Dizier

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)
7 etoiles
"Les fins de mots sont difficiles...."
C’est le troisième recueil de Dominique que je lis, juste pour dire que je connais un peu le bougre, son talent, son impertinence, sa sagacité, ses traits d’esprits, ses formules fulgurantes, ses raccourcis scabreux et toutes ses autres qualités nécessaires à tout bon auteur d’aphorismes. J’avais noté lors de ma première chronique : « L’humour, il le traque au fond...

104.
175 visites
sans couverture

La route de Cormac McCarthy

critiqué par Jules - (Bruxelles - 76 ans)
10 etoiles
Tout simplement fabuleux !
Au départ, dès que j’ai connu le sujet du nouveau livre de Cormac McCarthy, je me suis dit qu’il était bizarre qu’il ait choisi un sujet déjà traité par Barjavel dans « Ravage ». Puis, je me suis dis qu’il y avait peu de chances pour que cet écrivain américain connaisse Barjavel… Alors, pourquoi pas ?... Et puis ce ne...

104.
174 visites
sans couverture

La guerre et la paix de Léon Tolstoï

critiqué par Saule - (Bruxelles - 55 ans)
10 etoiles
Comme un marathon...
La guerre et la paix: 1650 pages. Au rythme de 50 pages par heure: 33 heures. Au prix de 50 euros (belle édition), cela fait 66 cents de l'heure. C'est nettement moins cher que le cinéma, même avec la carte UGL unlimited, et franchement bon marché pour un "chef d'oeuvre mythique de la littérature mondiale", comme ils disent au verso. Alors...

104.
174 visites
sans couverture

L'élégance du hérisson de Muriel Barbery

critiqué par Sahkti - (Genève - 46 ans)
9 etoiles
Concierge et QI exceptionnel
Quel savoureux roman que celui-ci! J'ai passé un très bon moment. Renée est une concierge croustillante, la cinquantaine bien faite, qui tient un immeuble bourgeois néo-conservateur et se fait passer pour une inculte qui se gave de télé aux yeux de ses locataires, snobinards bon teint qui la considèrent comme un objet de fonction et non comme une personne....

107.
174 visites
sans couverture

Antéchrista de Amélie Nothomb

critiqué par Catinus - (Liège - 69 ans)
8 etoiles
AM.LIE A ENCORE FRAPPé !
Si l'on sait qu'Amélie Nothomb sort systématiquement un roman à la rentrée, à savoir extrême août, Si l'on sait qu'Amélie a fréquenté l'ULB où elle a été relativement mal acceptée, rapport à son nom, sa lignée, son passé prodigieux qui font des jaloux et des envieux, Si l'on sait qu'elle a des parents merveilleux mais qu'un psychanalyste de bas de...

108.
171 visites
sans couverture

Germinal de Émile Zola

critiqué par Pétoman - (Tournai - 44 ans)
10 etoiles
Dans le fond...
Zola a vécu dans le temps des exploitations minières et dans le temps de la création de nouvelles pensées politiques: socialisme, internationale communiste, anarchisme... En décrivant la rencontre d'Etienne Lantier avec les Maheu, Zola ne nous raconte pas que l'histoire d'une grève... il nous raconte bien plus... D'une part, il trace un portrait psychosociologique de la famille minière de cette époque, à...

108.
171 visites
sans couverture

Orangerie - guide de visite de Collectif

critiqué par Veneziano - (Paris - 42 ans)
10 etoiles
Un condensé d'art moderne
Le musée de l'Orangerie, dans l'enceinte du jardin des Tuileries, est connu pour ses salles consacrées aux Nymphéas, immenses panneaux exposés sur des murs courbes de grandes pièces blanches ovales, sur lesquels Claude Monet a peint les étangs de nénuphars de son jardin de Giverny. Ces pièces valent en effet le détour d'une visite. Mais il contient également les tableaux de...

110.
169 visites
sans couverture

Frankenstein, ou, Le Prométhée moderne de Mary Wollstonecraft Shelley

critiqué par Tirliton - (Braine-L'Alleud - 50 ans)
8 etoiles
Un tout bon roman d'épouvante
Le " Frankenstein " de Mary W. Shelley s'inscrit dans la lignée des récits fantastiques et d'horreur, tels que Dracula, Dr Jeckyl et Mister Hide, ou encore le loup garou... Victor Frankenstein, un jeune homme brillant et promis à un bel avenir, crée de toutes pièces un être à l'apparence humaine. Bien vite, il sera amené à regretter son geste. En...

111.
169 visites
sans couverture

L'islam nouveau cancer du mouvement ouvrier de Patrick Loiseau

critiqué par CHALOT - (72 ans)
10 etoiles
original, bien écrit et documenté
« L'islam nouveau cancer du mouvement ouvrier » de Patrick Loiseau éditions Riposte laïque 223 pages et 135 pages d'annexes octobre 2020 Une analyse rigoureuse et convaincante C'est la première fois qu'un trotskiste écrit un ouvrage sur le sujet en prenant un tel positionnement ... La question de l'islam, de l'islamisme est une pomme de discorde entre les différentes organisations politiques trotskistes en France. Le NPA est englué jusqu'au cou dans...

112.
170 visites
sans couverture

A ce soir de Laure Adler

critiqué par Bafie - (59 ans)
9 etoiles
Remuant, émouvant
Ce livre remue en nous maintes émotions. Cependant son ton est juste, il donne l'impression d'une parole vraie. On croit être aux côtés d'une personne qui nous fait le récit de son cheminement, j'ai d'ailleurs lu ce livre en une soirée...comme si je n'osais l'interrompre. Un témoignage très humain...tout en émotions vraies, à lire avec les oreilles et le coeur...

112.
169 visites
sans couverture

Orgueil et préjugés de Jane Austen

critiqué par Sorcius - (Bruxelles - 50 ans)
9 etoiles
Tout simplement magnifique
Voici un morceau de choix, une oeuvre que j'ai découverte récemment, bien qu'on m'en eût déjà parlé tant et plus. Jane Austen est née à la fin du XVIIIe siècle et, bien qu'elle soit morte jeune, elle nous a offert quelques romans magnifiques, dont Orgueil et Préjugés, qui était son préféré. L'héroïne est Elizabeth Bennett, une jeune fille comme il faut,...

112.
168 visites
sans couverture

L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

critiqué par Gabri - (34 ans)
9 etoiles
Une lecture qui rend heureux!
Voici un livre de développement personnel déguisé en roman : Un homme se trouve en vacances à Bali quand il décide d’aller consulter un guérisseur de renommée internationale juste avant de rentrer chez lui. Diagnostic : Il est en parfaite santé, mais il n’est pas vraiment heureux… Le guérisseur lui demande de revenir le lendemain, et c’est ainsi que commence...

115.
168 visites
sans couverture

Eldorado de Laurent Gaudé

critiqué par Aaro-Benjamin G. - (Montréal - 51 ans)
7 etoiles
L'espoir de mieux
Depuis vingt ans, le commandant Piracci intercepte les bateaux de fortune remplis d’immigrants clandestins risquant tout pour atteindre la citadelle Europe. C’est lors d’un passage à Catane qu’il fait la rencontre d’une femme qu’il avait rescapé. Le récit d’horreur de son exil en Italie bouleverse le policier et l’entraîne dans un grand voyage. Au même moment, un jeune soudanais quitte...

115.
168 visites
sans couverture

Une indécente liberté de Eve De Candaulie

critiqué par Débézed - (Besançon - 73 ans)
7 etoiles
Pour le polyamour
Hédoniste, naturiste et libertine, Eve a choisi comme pseudonyme pour raconter sa vie intime tellement riche, le néologisme qui désigne une forme de sexualité qui n’est exprimée dans la littérature et les médias que depuis peu : le candaulisme qu’elle a dérivé en Candaulie. Le candaulisme est une pratique sexuelle qui désigne ceux ou celles qui prennent leur plaisir en...

115.
166 visites
sans couverture

La vie devant soi de Emile Ajar, Romain Gary

critiqué par Lucien - (65 ans)
9 etoiles
"Est-ce qu'on peut vivre sans amour?"
En 1956, Romain Gary reçoit le Prix Goncourt pour son roman, «Les Racines du Ciel». Près de vingt ans plus tard, en 1975, l'Académie Goncourt décerne son prix annuel à Emile Ajar, qui a déjà publié «Gros Câlin» et qui se présente comme le pseudonyme de Paul Pavlovitch, jeune neveu de Romain Gary. «La Vie devant soi» se vendra à...

118.
165 visites
sans couverture

La controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière

critiqué par Folfaerie - (51 ans)
10 etoiles
Au nom de Dieu
Valladolid 1550. Dans une salle d'un collège dominicain, deux hommes se font face. Le philosophe Sepulveda et le prêtre Bartolomé de Las Casas. Entre eux, le cardinal Roncieri, légat du pape, va arbitrer la célèbre dispute et décider du destin de tout un peuple : les indigènes du Nouveau-Monde ont-ils une âme ? Sont-ils les égaux des chrétiens ? La réponse...

118.
165 visites
sans couverture

Les fantômes du vieux pays de Nathan Hill

critiqué par ARL - (Montréal - 34 ans)
10 etoiles
Un premier roman fracassant
Il semble qu'à chaque rentrée littéraire, un jeune prodige américain se démarque par un premier roman magistral qui se trouve propulsé au sommet des ventes. Dans certains cas, les éloges sont réellement méritées. Dans d'autres, on suspecte un coup de marketing. Paru en août 2016 dans sa version originale, "The Nix" de Nathan Hill entre dans la première catégorie; un...

120.
166 visites
sans couverture

Je suis la bête de Andrea Donaera

critiqué par CHALOT - (72 ans)
10 etoiles
une spirale de violence
« Je suis la bête » roman italien d'Andrea Donaera Editions Cambourakis pour l'édition française traduit del'italien par LiseCaillat 208 pages septembre 2020 La bête est vite identifiée , il s'agit d'un mafioso des Pouilles, région du sud de l'Italie qui règne dans l'impunité, craint de ses ennemis et même de ses « amis » . Dès le début du livre, on découvre la tanière de la « bête » et la raison du...