Des souris et des hommes de John Steinbeck

Des souris et des hommes de John Steinbeck
( Of mice and men)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Bluewitch, le 2 mars 2001 (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 37 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 109 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (107ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 72 009  (depuis Novembre 2007)

La plus belle histoire d'amitié qu'il m'ait été donné de connaître!

D'un côté, il y a Lennie, esprit d'enfant doux et tendre, emprisonné dans un corps d'homme aux mains dévastatrices qu'il ne contrôle pas, ne comprend pas.
De l'autre, nous découvrons Georges, petit homme sec et intelligent, toujours là pour veiller sur Lennie. Entre ces deux êtres humains, une amitié sans limite.
Jusqu'où peut conduire la vraie amitié, sans concession, entre deux hommes ? C'est ce que nous conte ce livre beau et juste, sans fioriture.
Je me suis retrouvée successivement émue, attendrie, révoltée, triste… Ce récit ne peut vous laisser indifférent. C'est un classique, parmi d'autres chef-d'oeuvres de John Steinbeck mais il est selon moi le plus réussi. A la fois réaliste et poétique, ce petit livre d'une cent cinquantaine de pages est un vrai concentré de littérature !
Traduit de l'anglais par Maurice-Edgar Coindreau

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les critiques éclairs (108) »

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair!

Une tragédie si simple et si humaine

10 étoiles

Critique de Deinos (, Inscrit le 14 février 2009, 54 ans) - 23 mai 2015

Alors que ce court roman, écrit dans un langage simple, aux dialogues parfois crus, débute dans ce qui semble être un morceau de paradis... par un étrange parallèle ce lieu devient lieu de drame...

Un court roman évoquant une condition humaine désespérée... que ce soit Lennie, la femme de Curley, Crooks, Candy... dans un monde rude où toute faiblesse, toute divergence amène à une vie si fragile, à l'image de celle du chien de Candy, annonciateur du drame que l'on pressent tout au long du récit... où l'espoir se révèle être la seule lueur dans un monde d'une implacable dureté... quand cet espoir se désagrège sous les coups de la destinée...

Une beauté toute simple...

Un chef d'oeuvre littéraire, une belle amitié

8 étoiles

Critique de Hirondelle4 (Paris, Inscrite le 27 décembre 2014, 37 ans) - 12 mars 2015

Je n'ai découvert Steinbeck que récemment, grâce à la recommandation d'un ami et c'est un vrai trésor de la littérature !
Je me suis attachée assez rapidement aux 2 personnages principaux : George et Lennie. Comment expliquer cette amitié improbable ? Pourquoi est-ce que George continue à protéger Lennie ? Cette amitié m'a séduite de par sa pureté apparente. A la fin j'ai compris qu'en grande partie, la peur de la solitude les avait réunis, mais cette amitié reste belle et grande. Et leur rêve de posséder leur propre ranch interpelle également car c'est un sentiment universel qui nous parle à tous.
Toute l'histoire est cadencée sur quelques jours d'existence (un peu comme 'Le vieil homme et la mer' d'Ernest Hemingway) et c'est vraiment bien joué. Ces 2 hommes vivent dans des milieux et contextes qui nous sont inconnus pour la plupart, mais Steinbeck réussit à nous captiver en créant des sentiments universels et humains tels que l'amitié et l'espoir d'une vie meilleure.
La fin est poignante avec un grand conflit interne pour George. Je vous laisse le plaisir de la découvrir pour ceux d'entre vous qui n'ont encore lu ce chef d'oeuvre. Je continue ma découverte de cet auteur avec 'Les Raisins de la colère'.

Pauvre Georges...

9 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 50 ans) - 24 septembre 2014

Pauvre Georges... C'est ce qui me vient à l'esprit après la lecture de ce livre. Il a tant porté "à bout de bras" son ami Lennie, tant donné, tant protégé cet homme simple d'esprit, malgré des moments de découragement bien compréhensibles, que la fin de cette histoire ne doit pas le satisfaire...

Peu de choses à ajouter au vu des précédentes critiques, ce livre est un de ceux que je tenais à lire absolument, c'est chose faite, je vais m'enquérir de ce pas des autres oeuvres de Monsieur Steinbeck, j'aime sa plume.

Il n’est pas nécessaire d’être intelligent pour être bon…

9 étoiles

Critique de Karaziel (, Inscrit le 2 juillet 2014, 41 ans) - 12 juillet 2014

George et Lennie, deux amis d’enfance, sont des journaliers qui égrainent les routes de Californie de Ranch en Ranch afin de gagner de quoi réaliser leur rêve, vivre comme des rentiers dans leur propre ferme… Malheureusement, Lennie est un simplet encastré dans une masse de muscles ayant tendance à créer constamment des ennuis malgré les mises en garde répétées de Georges, les poussant souvent à déguerpir à travers le pays… Ils vont pourtant une fois encore tenter leur chance dans un Ranch à Soledad…

George est un petit homme vif et tendu, un poil rustre dans ses intonations avec l’œil toujours aux aguets. il scrute constamment les faits et gestes de son ami Lennie et de leur entourage en essayant de prévoir le pire qui puisse arriver… Un homme cachant un grand cœur derrière les sermons répétés à son ami, qu’il ne souhaite quitter et abandonner pour rien au monde, malgré ses coups de gueule à répétition…

Lennie a l’esprit d’un enfant déficient et naïf, avec cette pointe d’innocence bébête sur le visage qui peut rendre fou d’impatience l’homme le plus réfléchi et calme qui soit. Son plus grand plaisir est de caresser quelque chose de doux et velouté, c’est la raison qui le pousse à cacher une souris morte dans sa poche tout en rêvant de tenir un lapin au creux de ses bras… Mais, pour son plus grand malheur, il est doté d’une carrure impressionnante où le simple fait de vous empoigner peut vous briser les os en quelques secondes, s’il n’y prend garde…

Dans cette exploitation ils vont faire la rencontre et côtoyer des individus bien distincts marqués par la sueur du temps et ayant chacun leurs histoires et leurs manières de penser : de Candy, vieil homme manchot accompagné de son chien à l’agonie qui espère encore servir à quelque chose ; de Curley, fils du patron et ancien boxer amateur fier de sa personne, courant après sa femme, volage et désœuvrée, à travers l’exploitation ; de Slim, un homme bon et juste qui est le seul à savoir tenir tête à Curley ; et de Crooks le palefrenier noir vivant reclus dans l’écurie…

Dans Des souris et des hommes, John Steinbeck peint avec minutie l’environnement lourd et poussiéreux, sale et rude dans lequel ces hommes exténués essaient de survivre en tissant des liens précaires et en rêvant d’exister pour leur propre compte… C’est un Roman bien noir et triste à la tension omniprésente ; on ressent à chaque page et entre chaque échange de ces deux vagabonds, qu’un point de non-retour va être franchi malgré leur désespérante envie de ne pas s’écarter du chemin et de ne faire aucune vague… tout le long pourtant, on espère que cela n’arrivera pas bien sûr, tellement on s’attache a leur complicité touchante ; à la malice maladroite de Lennie et à la chaleur brute de George… malheureusement, la vie recèle un sillon qui malgré les bifurcations possibles mène, hélas, toujours à la piètre finalité d’une existence vouée au drame tragique…

L'amitié jusqu'au bout

7 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 43 ans) - 24 juin 2014

Dès les premières lignes, la description des paysages sauvages m’accueille comme une amie. Comme au début des Raisins de la colère, comme au début de A l’est d’Eden (que rien ne surpasse pour moi). Puis émergent Lennie, le colosse un peu attardé, et Georges, fidèle et patient. Soudés par une amitié profonde et inexplicable, par le rêve commun d’une petite ferme bien à eux, leur errance de saisonnier les amène dans une ferme pour les travaux. La suite se déroule dans une sorte de huis-clos. Le format très court, presque une nouvelle, rend cette histoire d’amitié et son dénouement d’autant plus marquants.
Les descriptions soignées, les dialogues brefs et posés, les caractères et rapports qu’on devine en quelques mots, sur un geste ou un regard... Je connais peu d’écrivains qui sachent vous faire « sentir » un homme en aussi peu de mot. Peu d’écrivains qui ont aussi bien écrit sur la misère et les espoirs humains. Mais ce n’est pas mon préféré, je l’ai trouvé moins fort que d’autres romans de Steinbeck, Hemingway... Peut-être parce que je connaissais déjà « l’histoire ».

Un style original... plutôt prenant!

10 étoiles

Critique de Leidenschaft (, Inscrite le 26 octobre 2013, 17 ans) - 26 octobre 2013

Ce livre nous ayant été imposé par notre professeur de français, j'appréhendais cette lecture, pensant que l'histoire serait ennuyeuse. J'en ressors très satisfaite et étonnée! Quelle belle histoire d'amitié! Les deux héros ont beau ne pas toujours très bien s'entendre, ils sont en réalité inséparables et ont chacun besoin de l'autre. Le style de l'auteur est assez frappant et j'ai été impressionnée qu'il arrive à faire naître des émotions en tout en utilisant un langage simple et parfois même grossier. Mais je pense que c'est justement cela qui fait de cette histoire quelque chose de puissant. Tout semble refléter un aspect précis de la société. Ici, le lecteur peut se faire sa propre opinion sur un personnage d'après les dialogues. Comme quoi, ce ne sont pas toujours les descriptions raffinées de dix pages qui parviennent à toucher le lecteur!

Conclusion: un vrai bijou et une superbe découverte. Je le recommande comme l'a fait notre professeur avec nous!

INDISPENSABLE

10 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 41 ans) - 3 septembre 2013

Quelqu'un parmi les critiques a écrit je cite :

Il est parfaitement indigne de qualifier cette histoire mièvre qui ne pourra qu'émouvoir la ménagère de 50 ans ou les ados attardés.


J'assume faire partie des ados attardés (ne pouvant vraiment pas faire partie des ménagères) tant cette histoire m'a secoué. On ne sait pas quels sont les liens qui unissent à ce point Lennie et Georges tant tout les sépare mais on comprend vite que l'un a besoin de l'autre... et vice versa.
Très beau roman sur l'amitié et sur la difficulté de trouver sa place en société quand on est simple d'esprit.
UN VRAI BIJOU que je regrette d'avoir lu seulement maintenant.

L'amitié

9 étoiles

Critique de Jaafar Romanista (Rabat, Inscrit le 3 février 2013, 28 ans) - 25 juillet 2013

Une très belle histoire d’amitié entre George et Lennie, George s’occupe de Lennie qui est un peu attardé mentalement, ils travaillent tout les deux comme journaliers dans les ranchs, leurs rêve est de posséder une petite exploitation ...
Même si l’histoire est brève et se lit rapidement, elle a un effet magique, une puissance et une sensibilité , on s’attache aux personnages, on sent la vraie signification de l’amitié. La fin elle est triste et bouleversante mais aussi émouvante.
Un grand livre à lire absolument.

Classique indispensable !

10 étoiles

Critique de Dareel (, Inscrite le 23 juillet 2013, 28 ans) - 23 juillet 2013

Une histoire émouvante ! Dans Des souris et des hommes, on suit l'histoire de George, personnage vif et malin, et de son ami Lennie, au contraire personnage balourd, maladroit et simple d'esprit. Ce livre m'a beaucoup fait penser aux Raisins de la colère du même auteur, de par le cadre notamment. Il s'agit également de personnages qui parcourent le pays à la recherche de travaux pour des propriétaires terriens.

Une belle leçon d'amitié, voilà ce qui ressort de ce roman. George et Lennie sont deux amis qui ont fait les 400 coups ensemble, et qui cherchent à s'en sortir pour s'installer tous les deux. On en découvre davantage sur leurs rêves, leurs ambitions et ce qu'ils doivent mettre en oeuvre pour les atteindre.

Difficile de parler de ce livre sans trop en dire. Reste qu'il est émouvant, avec un twist final bien réussi. On s'attache énormément aux personnages, surtout à Lennie, qui est un peu le gros nounours qu'on veut prendre dans ses bras ! :D

Je conseille vivement ce classique aux fans du genre, et aux personnes aimant les romans traitant du thème de l'amitié, c'est vraiment réussi. On se rend compte de ce que quelqu'un est prêt à dire pour que son ami garde espoir, et est prêt à faire pour lui épargner la douleur et les ennuis.

Je valide ! :D

Une magnifique histoire d'amitié

8 étoiles

Critique de Psychééé (, Inscrite le 16 avril 2012, 28 ans) - 26 octobre 2012

« Les types comme nous, y a pas plus seul au monde. Ils ont pas de famille. Ils vont dans un ranch, ils y font un peu d’argent, et puis ils vont en ville et ils le dépensent tout… Ils ont pas de futur devant eux. Pour nous c’est pas comme ça. Nous, on a un futur. On a quelqu’un à qui parler, qui s’intéresse à nous…» dit George à Lennie.

George est petit, déterminé et rusé. Lennie est énorme, doux et simplet. Mais c’est un brave type au grand cœur. Heureusement que George est là pour dicter la conduite de Lennie qui agit comme un enfant, oublie tout ce qu’on lui dit et ne mesure pas sa force dévastatrice. Il fait tout ce que George lui dit de faire car il sait que c’est pour son bien.

Ces deux-là débarquent dans un nouveau ranch pour travailler quelque temps et nourrissent secrètement l’espoir de réunir suffisamment d’argent pour avoir leur propre lopin de terre ensemble et devenir rentiers. Ils projettent ce rêve dans les moindres détails pour se persuader qu’il se rapproche. Lennie, lui, veut simplement pouvoir s’occuper des lapins, et essaye tant bien que mal d’avoir une conduite irréprochable. Mais George n’est pas toujours là pour le surveiller…

Basé essentiellement sur des dialogues répétitifs mais puissants, ce chef d’œuvre nous présente un duo d’une beauté formidable, une amitié inébranlable entre deux hommes si différents et pourtant si proches. La fin m’a beaucoup émue. A lire !

Lennie Small, cœur tendre et mains d’acier

8 étoiles

Critique de Blue Boy (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans) - 8 octobre 2012

Comme avec les Raisins de la colère, Steinbeck nous plonge dans les tréfonds du rêve américain de l’entre-deux guerres, avec ses marginaux et ses destins fanés par la Grande dépression. La Californie, symbole de ce rêve, n’est pas exactement la terre promise pour ces personnages qui tentent d’y survivre tant bien que mal. Bien que relativement court, le récit impose avec force le personnage de Lennie, géant simplet qui tue en toute innocence tout ce qu’il voudrait chérir. Si sa poigne d’acier compense largement ses carences intellectuelles pour les travaux de force, elle est aussi une véritable malédiction pour cet homme-enfant qui finit par susciter chez le lecteur une sorte de compassion malgré son côté monstrueux. Les autres personnages ont également une personnalité bien dessinée. Georges, son compagnon bien sûr, mais également Slim, Candy, Crooks…

Le dénouement est terrible, même si dès le début de l’histoire, on pouvait se douter que cela finirait ainsi… Ce livre est le témoignage d’une époque et indirectement une dénonciation des conditions de vie d’une frange de la population américaine. Comment en effet peut-on en vouloir à Lennie, clairement inadapté au monde réel en raison de son handicap et transformé en monstre par une société qui ne lui laissait que le choix suivant : être livré à lui-même ou finir en légume dans une institution d’aliénés ?

Très beau livre

10 étoiles

Critique de Albatros29 (, Inscrite le 9 septembre 2012, 18 ans) - 9 septembre 2012

Je viens de terminer ce livre et je n'ai qu'un mot pour le qualifier : magnifique.
Au départ, je n'étais pas très enthousiaste, car c'est une lecture imposée par ma professeur de français et, bien souvent, je n'apprécie pas tant que ça les lectures imposées. De plus que j'étais sûre de lâcher au moins une larme étant donné que je suis assez réceptive à ce que je lis. Mais je l'ai lu quand même et j'ai été très agréablement surprise : je me suis directement prise d'affection pour ces deux personnages car même si l'on devine que l'issue du roman ne va pas être très joyeuse, on a envie de voir ce qui va arriver, on a envie de voir Lennie et George réaliser leur rêve.
Je n'ai pas pu m'empêcher de lâcher un peu plus d'une larme, mais je recommande ce roman à tous les gens qui aiment les très belles histoires bien écrites.

Il est des jours où !

10 étoiles

Critique de Naoki70 (, Inscrit le 13 septembre 2011, 38 ans) - 6 septembre 2012

Ce matin , au ptit déj , c'est à dire café bouquin pour moi, avant d'emmener mon grand garçon au bus pour la maternelle (petite section) , j'ai lu l'avant-dernier chapitre du livre "des souris et des hommes" .
Après avoir emmené mon petit , je rentre chez moi , machinalement je tombe sur mon portable " tien un message , Claude est décédé hier soir !" Claude c'est mon tonton , en plus de la filiation génitale , Claude était un ami , un cinéphile , un mélomane , un incompris aussi !
J'ai de suite fini mon livre , en plus des larmes du souvenir du Claudus , se sont ajoutées d'autres larmes émanant de cette belle histoire .

Désir perdu d'une ferme paradisiaque

10 étoiles

Critique de Saumar (Montréal, Inscrite le 15 août 2009, 83 ans) - 18 août 2012

Des souris et des hommes raconte l’histoire de George et de Lennie qui nourrissent le même rêve : celui de posséder une ferme, un jour. George protège Lennie qui est un faible d’esprit. La durée des événements de ce récit est courte, du vendredi au dimanche. Les deux compères travaillent quelque temps dans un ranch pour amasser la somme nécessaire à la réalisation de leur projet. Mais le projet avorte lorsque Lennie tue accidentellement la femme de Curley. George se verra dans l’obligation de tuer Lennie pour éviter que les autres le fassent à sa place.

Il ne m’ait jamais été donné de lire un roman, à ce point analogue à une pièce de théâtre. Sans doute, dû aux nombreux dialogues. Bien structuré en six chapitres (je devrais écrire scènes) m' aide à dégager l’idée significative et importante de ceux-ci : 1 - l’annonce du rêve, pour accéder à la liberté, devient une espèce de leitmotiv qui jalonne l’œuvre. 2 - Le désir de la dépendance provoque des difficultés de communication entre les individus. 3 - l’élimination de tout être inefficace, l’insécurité émotive provoque la violence. 4 -le pessimisme et la solitude d’un Noir, Crooks, qui s’exclut lui-même au projet George, Carlson, Lennie. 5 -le rêve s’écoule, la vision du rêve chez Lennie, mais il bascule dans la mort. Donc, fusion du rêve et de la mort. 6 – Le meurtre de Lennie, le sentiment de culpabilité et l’apitoiement. L’histoire commence près de la rivière Salinas et se termine sur sa rive. Les personnages s’expriment dans une langue populaire colorée. George a souvent les mêmes mots à la bouche, l’obsession d’amasser un pécule pour acheter une ferme avec Lennie.

Une fin vraiment prenante. Avant de tuer son compagnon, George lui relate, une dernière fois, ce précieux rêve, avec une telle tendresse qu’il devient, pour Lennie, une véritable vision. Innocent de son crime, il sera le seul à vivre son rêve jusqu’au bout. Quant à la signification de l’œuvre, elle s’actualise encore : le rêve américain.
Voilà le chef d’œuvre de John Steinberg qui est sûrement un romantique et un poète à sensibilité aiguë et d’une subtilité d’esprit incroyable. Son histoire épurée est simplement et humainement racontée, en même temps, si intense en émotions fortes. Ce drame aurait pu être d’une cruauté intolérable, mais écrit par Steinbeck dont la simplicité et la concision sont les qualités premières, ça passe. Un récit inoubliable que j’ai adoré.

"Ce qu'il faut à un homme, c'est quelqu'un... quelqu'un près de lui"

8 étoiles

Critique de Benson01 (, Inscrit le 26 mai 2012, 20 ans) - 10 juillet 2012

A l’image du livre, essayons de faire une critique éclair avec peu de mot mais bien écrite.
Des souris et des hommes est un très beau roman, mais pas exactement comme je l’attendais. J’aime lorsque les dialogues sont bien fournis car les personnages sont, à mon avis, plus compréhensibles et plus attachants que lorsque l’auteur nous les décrits mentalement durant tout le long du roman. Mais dans ce livre, tout se passe si vite que, personnellement, les personnages ne m’ont pas spécialement marqué. Néanmoins, une si belle histoire d’amitié, bien que la fin soit tragique, reste à lire sans plus attendre.

C'est doux...

10 étoiles

Critique de Lecassin (Saint Médard en Jalles, Inscrit le 2 mars 2012, 60 ans) - 28 juin 2012

« Des souris et des hommes », une histoire forte… Forte de l'amitié indéfectible de deux hommes pendant la grande dépression des années 30 aux Etats Unis…L'histoire de George Milton de Lennie Small, le mal nommé, tant il s'agit d'un colosse, un colosse à l'esprit « simple » . Deux journaliers, sillonnant les routes de Californie au rythme des tâches à effectuer et des départs précipités dus aux bêtises de Lennie.
Leur rêve : posséder leur propre exploitation et vivre comme des rentiers en élevant des lapins. Pourquoi des lapins ? Lennie se plaît à caresser les choses douces…
On les retrouve dans un ranch où le fils du patron ,Curley vit avec sa femme belle, attirante et attirée par une carrière d'actrice ; plus que par Curley que seule la nécessité l'a faite épouser.
C'est par elle que le drame finira par arriver : elle va proposer à Lennie de toucher ses cheveux…

Une histoire forte, ai-je dit plus haut… le mot est faible. Une histoire obsédante, plutôt. Obsédante jusque dans l'écriture par la répétition d'expressions comme « les licols cliquetaient »…
Et une filiation certaine avec Erskine Caldwell du « Petit arpent du Bon Dieu » . Un indispensable aux amateurs de littérature américaine du début 20ème ; et pour ma part, un de mes préférés…

Déchirant.

9 étoiles

Critique de Coward (, Inscrite le 3 juin 2012, 21 ans) - 3 juin 2012

Je l'ai lu il y a deux ans, livre imposé par mon professeur de français. Et sérieusement, je suis vraiment très contente d'avoir eu la chance de le lire. Si je ne l'avais pas étudié en cours, je ne l'aurais sûrement jamais connu et serai alors passé à côté d'un chef d'oeuvre.
La fin est vraiment émouvante, et c'est impossible de ne pas être touché... On a tellement envie de voir les deux personnages avec leur petit carré de luzerne et leurs lapins.

Des souris et des hommes

8 étoiles

Critique de Thevenger (, Inscrite le 26 mai 2012, 33 ans) - 26 mai 2012

On ne peut pas être insensible à Lennie cet homme au coeur immense mais inadapté. Une touchante histoire. Une amitié inébranlable.

Aussi plat que plus belle la vie!

6 étoiles

Critique de Kreuvar (, Inscrit le 3 avril 2012, 33 ans) - 7 mai 2012

Il est parfaitement indigne de qualifier cette histoire mièvre qui ne pourra qu'émouvoir la ménagère de 50 ans ou les ados attardés.

L'histoire est plate, cousue de fil blanc. La psychologie des personnages est inexistante. La fin est prévisible.

C'est malheureusement ça la démocratie, la médiocrité érigée en étalon.

Minus et Cortex

6 étoiles

Critique de Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 34 ans) - 26 mars 2012

Voilà tout le mystère de la littérature, voire de l’art en général, quand certains crient au génie, d’autres s’interrogent. Pour ma part concernant cette œuvre mondialement connue et fraîchement lue, mon opinion est vraiment partagée.
En effet ce court roman contient d’indéniables qualités, il se lit très facilement, l’histoire et les personnages sont simples, pourtant il manque un « je ne sais quoi » difficile à expliquer.
Sûrement ce sentiment provient de la nature même des deux protagonistes, surtout concernant Lennie Small dont le côté benêt ne m’a tout simplement pas touché. Autre petit bémol le déroulement sans surprise de l'histoire.
Après il est certain que nous avons tous nos propres goûts et opinions, mais de là à qualifier ce livre de chef d’œuvre il y a une marge tout de même.
Pourtant ce livre m’a donné envie de découvrir de nouvelles œuvres de Steinbeck, notamment A l’Est d’Eden ainsi que rue de la Sardine qui d’après d’autres lecteurs sont plus représentatifs de la qualité de l’œuvre de cet écrivain. A voir donc.

'Et c'est moi qui soignerai les lapins'.

10 étoiles

Critique de R. Knight (, Inscrite le 18 janvier 2012, 21 ans) - 5 février 2012

George n'est pas vraiment Lennie et Lennie n'est pas vraiment George, mais ils sont infiniment liés.
Le récit est mené par deux hommes : George & Lennie. Pauvres mais ambitieux ils sont en quête d'un travail pouvant leur permettre par la suite d'acquérir leur propre ferme. Une quête de liberté pour deux êtres bien distincts qui ne sont qu'un.
George est l'esprit, Lennie le physique. George pense, Lennie agit. Lennie casse, George répare. Une âme dans un corps, la définition même de l'être humain.
Bientôt, George trouve un emploi dans un ranch où il part vivre avec son ami. Rapidement s'installe l'idée que la concrétisation de leur rêve est proche. George est patient, travailleur; Lennie s'extasie. Il clame sa joie et bientôt leurs ambitions sont connues de tous.
Lennie a un besoin incommensurable de toucher. En voulant jouer avec la chevelure de la femme d'un des fermiers, il lui brise la nuque avant de s'enfuir appréhendant la réaction de George.
Quand ce dernier l'apprend, le devoir s'impose à lui : abattre Lennie. Sa propre survie en dépend. La raison doit abattre la part animale. Sa survie est liée au suicide.
Ainsi, la mort de Lennie de la main de George est un véritable sacrifice. Un devoir qui s'est imposé face à sa volonté. Mais qu'est-ce-que l'esprit sans son enveloppe charnelle ?
Voilà. Voilà la question que tout ce récit d'épopées 'gentillettes' en apparence tente de nous faire passer. La métaphore de Lennie et George est frappante et incommensurablement belle.
L'écriture de Steinbeck, dans Des Souris et Des Hommes, peut sembler simple et non-recherchée mais au contraire, elle impose une véritable distance entre les personnages et le lecteur ce qui nous permet de ne pas nous attarder sur les comportements psychologiques de nos deux protagonistes. Car là n'est pas le but du récit. Ca gâcherait la pure poésie terrible que nous transmet l'auteur.
Des Souris et Des Hommes, un court roman dont la lecture est rapide mais dont la réflexion est profonde.

Loin d'être mon préféré...

4 étoiles

Critique de Bebmadrid (Palma de Mallorca, Inscrit le 29 novembre 2007, 37 ans) - 16 janvier 2012

J'ai lu des "Souris et des hommes" il y a quelques années et ce roman m'avait laissé un goût un peu amer.
Je n'ai à aucun moment été emballé, envoûté par l'histoire. Je n'y ai pas retrouvé la force et la complexité des "Raisins de la colère", d'"À l'est d'Eden" ou, puisqu'il s'agit de littérature américaine, de tous les romans de Scott Fitzegarld et d'Hemingway!

Magnifique

10 étoiles

Critique de -Mathilde- (, Inscrite le 13 janvier 2012, 32 ans) - 13 janvier 2012

Pour moi aussi ce livre est un chef d'oeuvre. D'ailleurs si on me demandait quels seraient mes livres préférés celui-ci figurerait sur le podium sans aucun doute. Le livre se dévore en quelques heures par la simplicité de l'écriture et une histoire qui coule sans cesser d'être percutante. Beaucoup d'émotions dans cette simplicité brute qui retrace à merveille la profondeur des personnages. Difficile de retenir ses larmes. Plus que pour tout autre livre, aimer cette oeuvre est quelque chose de très personnel, très émotionnel et subjectif, qu'il est difficile de décrire.

A lire

9 étoiles

Critique de Mleveteau (, Inscrit le 20 juin 2010, 27 ans) - 31 décembre 2011

Je ne connaissais pas vraiment l'histoire avant de l'avoir lue. Elle est passionnante. Le livre est très bien écrit et présente une vraie histoire d'amitié. La fin est émouvante et marque le lecteur..
Rien d'autres à dire, ce chef d'oeuvre est à lire.

Une véritable pépite de la littérature

10 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 43 ans) - 21 décembre 2011

En très peu de pages, Steinbeck nous prend aux tripes. Vraiment.
Ce roman magnifique m’a émue jusqu’aux larmes par sa justesse, par sa finesse dans l’analyse des personnages.
Jamais je n’oublierai Lennie le Géant si doux et George si énergique et déterminé, ces deux hommes si différents et pourtant liés par une improbable amitié.
A la toute dernière page, j’étais sous le choc, bouleversée mais tellement heureuse d’avoir découvert ce livre inoubliable.

Des rêves et des hommes

10 étoiles

Critique de Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 6 décembre 2011

« Les plans les mieux conçus des souris et des hommes souvent ne se réalisent pas. »
- Robert Burns

George (petit et rusé) et Lennie (colosse et simplet) sont toujours ensemble, George protégeant de Lennie et Lennie se mettant toujours dans des emmerdes sans le vouloir. Fuyant leur dernier ranch, les deux réussissent à se trouver un autre emploi ailleurs. Ils rêvent d’une vie meilleure, ils ne veulent pas s’attirer de problèmes, sauf que Lennie ne se rend pas compte de ce qu’il fait et le fils du patron est un belliqueux, frustré de sa femme qui flirte avec tout ce qui bouge...

Bon, je connaissais déjà l’histoire, à cause de l’adaptation (de 1992) que j’avais déjà vu, fidèle, avec Gary Sinise (George) et John Malkovich (Lennie), alors pas de surprises, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier cette histoire toute classique. C’est court, l’action se passe en quelques jours, mais rien de superflu, ni laissé au hasard. Un roman dur qui m’a pris aux tripes. C’était beau, triste, décourageant, ça me donne même le goût de donner une deuxième chance à La perle (que je n’avais pas particulièrement aimé, du même auteur).

un livre...encore et toujours du Steinbeck, du "grand Steinbeck!!!"

10 étoiles

Critique de Donnet (, Inscrit le 21 novembre 2011, 63 ans) - 25 novembre 2011

Un écrivain plus qu'un romancier qui décrit le quotidien dans un conteste donné , en la circonstance le sous prolétariat agricole et la terrible condition sociale du travailleur journalier....

De nos jours la même que celle des intervenants intérimaires voulue par le diktat de l'économie actuelle axée sur la consolidation et la dictature du profit.

Un Retentissement planétaire... Plusieurs fois porté à l'écran avec excellence ....mis en scène au théâtre avec succès, notamment par robert Hossein.

s'adressant à son ami d'infortune...les gens comme nous,qui vont de ferme en ferme...il y a pas plus seul au monde ,on a pas de toit,pas de foyer,pas de famille ,pas d'ami...mais nous on n'est pas commeça,nous nous avons un projet ,nous!!!!nous avons un avenir !!!!bientot nous aurons un chez nous,une petite ferme avec des lapins....

...Ainsi s'exprime George lorsque "un rare peti' coup de blues" vient titiller et noircir ses pensées. Les besoins élémentaires pour assurer le minimum journalier accaparent toute son l'énergie avec en charge un colosse "déficient mental", rivé en permanence a ces basques....... ou l'humanisme et la grandeur de l'âme est omniprésente autour d'une amitié fraternelle et sublime "un comportement terriblement chrétien ".Un lien protecteur avec ce garçon attardé, terriblement dépendant qui à son tour lui rend un affectif animalier pareil à l'attachement obstiné d'un chien qui marche dans l'ombre de son maître. Un drame intervient , ll brise un objectif idéalisé , bien que modeste , une raison de vivre! une amitié anéantie par l'implacable destin qui rôde autour de la misère. Toujours prête à fondre sur le faible ,sur l'exclu... impitoyable... insupportable...Ils n'ont droit a rien dit-il encore ... pas de famille...pas de sexualité un collègue de même condition lui recommande d'aller boire un verre dans une maison close...

Et toujours le style percutant des écrivains américain 30/60 ... à des années lumières d'un roman a l'eau de roses.... Ils auront souvent "Maille à partir avec la justice US durant la chasse aux sorcières fin 49 jusqu'en 60... 61... voire encore aujourd'hui avec l'extrême droite Américaine...
Toute cette "trame" nous conduit à une réflexion contemporaine que de monde "au bord de la route, que de laissés pour compte... que d'égoïsme.... L'homme moderne est seul. Effroyablement seul!!!

Sans plus?

6 étoiles

Critique de Bosch (, Inscrit le 14 octobre 2011, 23 ans) - 15 octobre 2011

Comme quelqu'un (ça fait plaisir de voir qu'on n'est pas seul !!) J'ai bien aimé le livre mais ce n'est pas l'emballement complet.
Le style est simple et efficace et fait passer bien passer les émotions que l'auteur désir et l'amitié, la liaison entre George et Lenny, réalisme des dialogues est bon,
mais je ne sais pas, c'est peut-être à cause du manque de description psychologique, de réflexion interne des personnages (certes c'est fait exprès) ou le manque de fond dans le livre qui ne me fait pas accrocher à 100% .

David et Goliath

9 étoiles

Critique de Poignant (Poitiers, Inscrit le 2 août 2010, 50 ans) - 15 août 2011

George et Lennie sillonnent les routes de l’ouest américain en allant travailler de ranch en ranch. George est petit et plein de bon sens. Lennie est une force de la nature mais arriéré mental. Ils rêvent de posséder un jour leur ferme où ils pourraient avoir des vaches, des poules et des lapins…
La maladresse de Lennie les oblige à souvent changer de travail. Dans le nouveau ranch où ils s’installent, vivent Slim, le muletier avisé, Candy, le berger estropié, Crooks, le palefrenier noir. Tous rêvent d’une vie meilleure, avec une terre à eux, un foyer.
Curley, le fils du patron, est une brute agressive. Sa femme, jolie et aguicheuse, s’ennuie dans ce ranch perdu…

Steinbeck sait décrire avec un réalisme saisissant la vie et les espoirs des humbles, des exclus de la société américaine en crise des années 30. Mais ce qui est encore plus fort dans ce court roman, c’est l’incroyable puissance et intensité d’une action similaire à celle d’une tragédie grecque, avec des personnages attachants inéluctablement broyés par la roue du destin.
Inoubliable.

Des souris et des hommes

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 37 ans) - 18 mai 2011

J'ai été sérieusement impressionné par ce livre. Je n'avais pas beaucoup d'attentes. La meilleure façon que j'aurais pour décrire le livre c'est que l'on assiste à une tranche de vie. Les personnages sont tellement crédibles et l'histoire très simple. La fin du livre m'a vraiment ému. Ce livre se classe haut dans mon top des meilleurs livres à vie. Un classique de la littérature.

Je ne sais pas...

7 étoiles

Critique de Emma02 (, Inscrite le 16 février 2011, 22 ans) - 15 mai 2011

...quoi penser. Est-ce un chef d’œuvre ? Tout dépend ce qu'on entend par là. L'histoire en elle-même n'est pas exceptionnelle, ce livre est original par son style, simple, mais tout de même assez vulgaire. Je pense aussi que ce livre interpelle sur la psychologie des personnages; malheureusement, je n'ai pas compris la fin... du moins, j'ai compris ce qui s'était passé mais je n'ai pas compris pourquoi les personnages avaient fait ça. Je pense que ce livre est intéressant parce qu'il y a une critique de la société : Crooks qui est noir est mis à l'écart, il ne dort pas dans la même chambre que les autres, et ne parle pas avec eux. Steinbeck dénonce le racisme en Amérique, de plus, il dénonce même le lynchage fait aux noirs... de manière plus ou moins sous-entendue.
Même si tout le monde n'est pas forcément d'accord selon si c'est un chef d’œuvre ou non, je pense quand même que c'est un livre qui fait partie de la littérature américaine qu'il faut connaître, simplement par culture générale.

Avez-vous parlé d'un chef d'œuvre?

1 étoiles

Critique de Romanova (Casablanca, Inscrite le 19 mars 2011, 31 ans) - 27 mars 2011

J'ai pas du tout aimé l'histoire, un livre vide de sens, le seul point positif c'est que maintenant j'ai mon propre avis sur ce "chef d'œuvre".

Enthousiasme modéré

7 étoiles

Critique de OC- (, Inscrit le 4 mars 2011, 20 ans) - 8 mars 2011

Sûrement : une belle histoire d'amitié entre George et Lennie, le premier protégeant le deuxième un peu trop simplet ne rêvant qu'à pouvoir soigner ses lapins; un texte qui se lit facilement, avec peu de description, beaucoup de dialogue (très théâtral); une écriture rude, simple, qui parle; une chute émouvante, mélancolique.
De là à dire que Des souris et des hommes est un chef d'oeuvre de la littérature contemporaine. J'ai trouvé que cette écriture rude, simple était trop rude, simple, et on a l'impression que Steinbeck ne creuse pas assez (certes, c'est fait exprès, mais je n'ai pas particulièrement apprécié).

Steinbeck...

9 étoiles

Critique de Emile (, Inscrit le 31 décembre 2009, 34 ans) - 9 décembre 2010

Il m'arrive, parfois, lorsque je lis certains livres, d'être touché par la grâce.

Dans un amas de mots, compliqués, enchevêtrés, confus ou mal usités; il est certains livres qui frappent par leur simplicité, leur justesse; "Des souris et des hommes" de Steinbeck en fait partie.

Rien d'extravagant, rien de merveilleux mais une sobriété propre à un artiste.

Une merveille

10 étoiles

Critique de Chameau (, Inscrit le 10 novembre 2010, 36 ans) - 5 décembre 2010

Histoire émouvante, poignante, bouleversante d'une amitié marquée du sceau du tragique. Un beau roman profond et humaniste comme on en lit rarement dans une vie... Merci Monsieur Steinbeck !

Un chef d'oeuvre ?

2 étoiles

Critique de Gnome (Marseille, Inscrit le 4 décembre 2010, 45 ans) - 5 décembre 2010

J'ai eu le sentiment d'une imposture littéraire, du début à la fin de ce livre.

"Des souris et des hommes" serait un chef d'oeuvre ? Ben zut alors ! J'en déduis que pour faire un chef d'oeuvre il faut réunir les 3 éléments suivants :
- un style mou, mièvre et pleurnichard
- pas d'histoire
- des personnages creux

Ce livre n'a à mon goût qu'une seule qualité : il est court !

PS : certaines critiques enthousiastes de cette page m'ont beaucoup fait rire ! Avons nous lu le même livre ?

Perplexe, mais admirative !

5 étoiles

Critique de Caecilia (Huy, Inscrite le 28 novembre 2010, 21 ans) - 28 novembre 2010

C'est ma prof de français qui nous avait parlé de Steinbeck quand nous avions étudié la focalisation externe, nous présentant "Des souris et des hommes" comme le seul roman écrit entièrement de cette façon. Curieuse, j'ai donc lu ce livre, et j'ai été étonnée par le fait qu'il soit agréable à lire, malgré que l'auteur ne dévoile jamais les pensées des personnages.
Néanmoins, je suis plutôt perplexe quant au message que devrait transmettre cette histoire. Je n'ai pas été spécialement touchée par les personnages, ni par leur vécu. J'ai l'impression qu'il manque quelque chose à ce roman, mais quoi ? Peut-être un peu plus de maturité de ma part... je le rouvrirai donc dans quelques années !

Amis avant tout

9 étoiles

Critique de John (, Inscrit le 2 novembre 2010, 27 ans) - 11 novembre 2010

Très beau livre de Steinbeck sur l'amitié entre deux êtres différents , si attachés l'un à l'autre plus qu'ils ne se le disent
Lennie le gentil colosse et Georges l'ami fidèle qui ne laissera jamais tomber Lennie malgré son comportement enfantin et maladroit
Un beau témoignage de ce qu'est l'amitié !

Jusqu' où doit aller l'Amitié ?

10 étoiles

Critique de Mandarine (, Inscrite le 2 juillet 2010, 45 ans) - 30 août 2010

Ce Roman est très bien noté (62 ème position des livres du site), et je ne suis pas étonnée. Le livre est formidable, chargé d'émotions avec un style épuré un peu surprenant.
Après avoir fini le livre, j'ai fait quelques recherches fort intéressantes sur Internet sur la structure du roman, les rôles de George, de Lennie (référence aux animaux), et de la femme de Curley (qui n'a pas un rôle si anodin - voir les différentes couvertures des livres pour s'en rendre compte).
La première année après sa sortie, il me semble , ce livre a été adapté au théâtre ; en effet on se rend compte avec un peu de recul qu'il répond à quelques règles de bases du théâtre (un endroit par chapitre, les arrivées et sorties des personnages...). Je ne veux pas dévoiler l'histoire et préfère que vous vous laissiez prendre au jeu.
J'ai passé un très bon moment : Merci Monsieur Steinbeck !

Immersion dans la campagne américaine des années 1930.

10 étoiles

Critique de Listelle (Bordeaux, Inscrite le 25 juillet 2010, 30 ans) - 18 août 2010

J'ai adoré le style, l'écriture de Steinbeck (il n'a pas volé son prix Nobel). Roman qui me donne encore plus envie de découvrir la littérature américaine du XXe !

Je ne comprends pas ...

4 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans) - 9 août 2010

L'engouement pour ce livre. L'histoire est d'une simplicité extrême. A cela rien à reprocher, d'autres monuments de la littérature peuvent être résumés en deux lignes, mais alors j'attends du style, et il est très plat, aucun jaillissement de lumière entre les lignes. Vraiment je ne comprends pas, ou plutôt si, c'est le genre de littérature qui ne me convient pas. Les personnages sont froids, difficile de s'y attacher, pourtant l'histoire a le mérite de pouvoir être développée et nous mener très loin dans nos retranchements, mais la mayonnaise ne prend pas. Est-ce dû à la traduction ? J'attendais beaucoup de Steinbeck, peut être un peu trop et les critiques dithyrambiques de CL me poussaient à découvrir cet auteur. Tant pis, peut-être dans quelques années une nouvelle rencontre se réalisera t-elle ? C'est cela en fait je n'ai pas rencontré Steinbeck avec cet ouvrage, nous ne sommes pas rentrés en résonance, à plus tard peut être.

Mémorable

9 étoiles

Critique de MAGGUIL (, Inscrite le 22 février 2008, 36 ans) - 4 août 2010

Un très beau roman qui restera imprégné longtemps dans ma mémoire, les phrases de Lennie raisonnent encore dans ma tête. Ce personnage m'a particulièrement émue.

Relu cette semaine

8 étoiles

Critique de Alanis (, Inscrite le 8 avril 2010, 41 ans) - 8 avril 2010

(1er message sur ce site ! :-) )

Oui donc, relu cette semaine, j'avais déjà lu cette œuvre dans le cadre de mes études, mais en le voyant dans ma bibliothèque, je me suis dit que je devrais lui donner une 2ème chance, n'ayant pas été très marquée par ce livre à l'époque... (ceci dit le prof de fac enseignant ce cours y est certainement pour beaucoup dans mon rejet de ce livre ! M. Suberchicot, si vous me lisez...)

Bref, relu cette semaine, et j'ai adoré. Mais vraiment, je pense qu'en plus avec l'age (!), on y voit certainement plus de choses qu'en le lisant dans le cadre de la fac.

J'ai passé 4 jours avec Lennie & Georges, et ils m'ont accompagnée en dehors des moments où j'étais plongée dans le livre, ce qui n'est pas si fréquent.

Un livre émouvant !

9 étoiles

Critique de Madelaine (, Inscrite le 29 décembre 2009, 23 ans) - 29 décembre 2009

Magnifique histoire d'amitié entre deux hommes voyageant dans les années trente aux sud des Etats-Unis de ranch en ranch . Dès les premières pages ce livre est prenant, les lecteurs sont transportés dans une époque pauvre, où la vie est dure et le travail peu payé . Les deux amis : Lennie esprit d'enfant dans un corps d'homme qui aime les choses douces mais qui ne maitrise pas sa force et Georges petit homme sec et dur qui veille toujours sur son ami . Les deux hommes arrivent dans un ranch dans l'espoir de gagner suffisamment d'argent pour un jour pouvoir être à leurs tours propriétaires d'une ferme . Mais ce rêve va aboutir en cauchemar et leurs amitié va mener à la mort . C'est une oeuvre splendide mélangeant émotions, beauté, tristesse, amitié, tendresse et cruauté . Je conseille ce livre à toutes personnes appréciant la littérature, c'est un roman épuré, simple à lire et très court en texte mais fort en émotions ...

SENTIMENT DE RESPONSABILITE.. AMITIE ?

7 étoiles

Critique de Pauline3340 (BORDEAUX, Inscrite le 2 août 2008, 48 ans) - 21 septembre 2009

Je suis, comment dire, sans ressenti, cela fait bizarre. Oui j’ai dit bizarre. Rares sont les livres qui m’ont laissé cette impression. Je ne suis pas sûre que ce soit de l’amitié. Je m’explique. L’amitié c’est sans attente. L’amitié c’est un échange. L’amitié se vit, grandit, se nourrit. Celle-ci part sur « je ne peux pas faire autrement ».. Ce n’est pas de l’amitié c est une responsabilité. Ce n’est pas pareil. George a peur. Il n’est pas libre. Quand il prend de la liberté, son soi-disant ami fait des bêtises dues à son handicap. Vous allez me dire : peut-on être ami avec une personne inférieure en QI ou handicapée? Bonne question?
Je pense que oui. Mais pas quand l’un doit tuer l’autre pour lui éviter un enfermement. Cet enfermement George a déjà enfermé Lennie. Mentir ne fait pas parti de l’amitié.. A méditer.
Bonne lecture. A lire..

"J'voulais pas faire d'histoires, George..."

9 étoiles

Critique de Megamousse (, Inscrit le 17 juin 2009, 34 ans) - 19 août 2009

Des souris et des hommes, le roman épuré par excellence. Ou comment faire un chef d'œuvre avec un background en esquisse et un pitch rudimentaire...

Deux amis, George et Lennie, saisonniers californiens errant de ranch en ranch pour y travailler l'orge, en échange du gîte, du couvert, et d'une maigre paye. Tous deux nourrissent le rêve d'un jour posséder leur propre lopin de terre, d'y cultiver leurs légumes et d'y élever leurs lapins (le pêché-mignon de Lennie). Le premier, petit, sec, le meneur. Le second, massif, emprunté, simplet, le suiveur. George parle à Lennie et Lennie écoute George, puis oublie. Alors George répète. Sans arrêt.

L'époque n'est pas précisée, mais on la situerait volontiers à la fin des années 20. La vie est dure pour les petites gens. Comme le dit George, "les types comme nous, qui travaillent dans les ranches, y a pas plus seul au monde. Ils ont pas de famille. Ils ont pas de chez-soi." Alors les deux copains roulent leur bosse. Ils ont du fuir leur précédent job à cause d'une bourde de Lennie, comme toujours, mais sans méchanceté aucune. Jamais. Il a fait peur à une demoiselle, en s'agrippant à sa robe qu'il voulait simplement toucher, parce qu'elle était douce (la robe, pas la demoiselle). Alors la demoiselle a crié au viol, et l'on voulait lyncher Lennie.

L'accueil, dans ce nouveau point de chute, est frileux. Pas que ce soient des mauvais bougres, ces Slim, Carlson, Candy, Whit, Crooks, mais des nouveaux, on s'en méfie toujours, normal...Et puis il y a ce Curley, le fils du patron, petit frustré, gros hargneux...et sa femme,...qui semble faire exprès de toujours chercher son mari là où il n'est pas...et de préférence là où il y a d'autres hommes. Cet endroit est un nid à emmerdes, George le sent. Mais cette fois-ci, Lennie ne devra pas déconner, George l'en a bien avisé. Sinon, adieu le lopin, et adieu les lapins.

Voilà pour le pitch. Quant à savoir si les deux compères vont parvenir à s'intégrer à leur nouvelle et éphémère équipe, et s'ils réaliseront un jour leur rêve, je ne le dévoilerai pas, par déférence envers ceux qui n'ont pas encore lu l'ouvrage et souhaiteraient réparer cette erreur.

Ainsi l'histoire est on ne peut plus simple. Elle se déroule en huis-clos, et sur une période de deux ou trois jours. Mais en dépit du temps et de l'espace confinés, du laconisme des descriptions, de la pauvreté lexicale des dialogues, et surtout du détachement narratif de l'auteur, j'ai été totalement emporté. Sans doute parce que cette économie de moyens concourt au réalisme des scènes, résolument taillées pour le théâtre, soit dit en passant.

C'est un peu comme si Steinbeck n'avait pas eu besoin de forcer son talent, comme s'il n'avait pas voulu en dire plus que le strict minimum pour que l'on puisse se faire sa propre opinion. Laquelle opinion, soumise au déterminisme de l'émotion suscitée par nos deux paumés, est jouée d'avance.

George est dur avec son compagnon, se plaint sans cesse de ses frasques, mais il n'a pas de meilleur ami, et pour rien au monde ne voudrait l'abandonner. Il doit penser pour Lennie, parler pour Lennie, porter Lennie. Mais qui porte qui? George aurait-il les épaules pour supporter seul le poids de sa vide existence, sans celui qui n'est rien d'autre que son Atlas? Pas d'autre issue que celle d'être saisi par la détresse tue de ce personnage.

Lennie lui aussi nous attriste, parce qu'il évoque un docile petit moineau prisonnier dans un corps d'ogre, dont la force immaîtrisée le place en permanence sur le fil du rasoir et pourrait, pourquoi pas, causer sa perte. Heureusement que la brute n'est pas agressive pour un sou. Mieux que ça, Lennie est une crème, une crème "si épaisse qu'il faudrait la couper au couteau". Mais vraiment pas une crème futée, hélas. Enfin vous verrez bien, je ne vous en dis pas plus.

Des souris et des hommes est une bien belle histoire d'amitié, une bien belle et tragique aventure humaine...

Ma critique est presque aussi longue que ce court roman (160 pages), mais c'est typiquement le genre de livre dont valeur ajoutée tient autant, voire davantage, à l'aura qu'il dégage qu'à son contenu brut. Très fort, ce John Steinbeck.

Entre deux

5 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 37 ans) - 28 juillet 2009

Bien que le roman soit court, je l’ai trouvé long… Les premières descriptions sont intéressantes, les différents personnages de l’exploitation aussi. Mais le nombre inqualifiable de répétitions autour de Lennie est lourd. Bien sûr, ça colle à son personnage mais bon, ça m'a semblé excessif tout de même.
Mais évidemment, ce livre est principalement reconnu pour l’amitié décrite entre les deux héros. Là je confirme que c’est l’atout principal de cette histoire, particulièrement l’amitié de George envers Lennie et puis aussi quand celui-ci, bien que benêt, arrive à manipuler George (certainement selon le bon vouloir de ce dernier…). Pour cela, ce roman mérite d’être lu !

Un très beau roman

7 étoiles

Critique de Lya (Paris, Inscrite le 17 mars 2009, 37 ans) - 18 mars 2009

Que demander à un livre si ce n'est de nous toucher? Ce roman en a tous les ingrédients. Il ne m'a pas laissé insensible et je me suis attachée très fortement à ces 2 personnages liés par une amitié si étroite et si profonde, une amitié sans calcul ni attente exempte d'artifices et de faux semblants.
J'ai découvert ce roman tout à fait par hasard à l'âge de 16 ans... J'ai aimé et 14 ans après j'en garde encore toujours un merveilleux souvenir...

que dire...

5 étoiles

Critique de Vivien (, Inscrit le 22 août 2007, 34 ans) - 17 mars 2009

Je rejoins totalement la perplexité de certains face à ce roman attachant, bien écrit, bien mené, mais qui malheureusement ne mêne pas loin.
Les Etats Unis nous offrent pourtant tellement mieux en littérature. Comment ne pas penser à la lecture de cette histoire de marginaux, aux merveilles qu'a pu écrire par exemple Carson Mc Cullers. Tous ces autres écrits plus profonds, plus engagés, plus porteurs.
Je reste sur ma faim.

Je suis perplexe...

6 étoiles

Critique de Vigneric (, Inscrit le 26 janvier 2009, 47 ans) - 5 mars 2009

Je suis perplexe, parce que j'ai l'impression d'être passé à côté de quelque chose...
Je l'ai lu, j'y ai effectivement trouvé tout ce qui a été dit plus haut, mais.......
Je ne suis pas emballé.
Il manque quelque chose à ce livre....
Mais, et là je suis encore plus perplexe : Je n'arrive pas à définir ce qu'il manque !
Un peu plus d'action ? Je ne crois pas...
Plus de sentiments ? Non ! Il y a tout ce qu'il faut de ce point de vue là...

Non, vraiment je ne sais pas dire...

Un impossible rêve

10 étoiles

Critique de Jlc (, Inscrit le 6 décembre 2004, 73 ans) - 13 novembre 2008

A quinze ans, « Des souris et des hommes », roman publié en 1937, fut surtout pour moi une histoire d’amitié absolue allant jusqu’au sacrifice.
Un demi siècle plus tard, je l’ai relu avec un immense bonheur, celui de redécouvrir un classique qui, au fond, ne vous a jamais vraiment quitté. Cinquante ans après, le monde est à nouveau au bord d’une crise aussi grave que celle des années trente ; les Américains viennent d’élire leur premier président noir qui affirme que son parcours est inimaginable ailleurs qu’aux Etats-Unis. Tout cela en fait un livre d’une grande actualité.
Et je me demande si la force de ce roman n’est pas d’abord, au-delà de l’amitié, de la tendresse mais aussi de la solitude, de la brutalité et du mépris racial, une dénonciation du rêve américain qui ne serait qu’illusion. Georges n’y croyait qu’au travers de l’histoire qu’il imaginait pour Lenny ; la femme de Curley, magnifique exemple de femme fatale sans réelle identité, est moins une garce imbibée de préjugés qu’une femme qui n’a pas eu sa chance ; Crooks, le palefrenier noir, sait bien qu’il suffit d’un mot d’un blanc pour qu’il n’ait « plus ni personnalité, ni moi, rien qui pût éveiller ni sympathie, ni antipathie ». Les temps ont évidemment beaucoup changé mais il y a toujours des Américains que les subprimes expulsent et arrachent de leur rêve, des exclus qui vont sillonner les routes pour trouver un peu de travail, comme Georges, Lenny et les autres, comme la famille Joad des « Raisins de la colère », autre chef d’œuvre de Steinbeck. Et si le rêve américain n’était qu’une illusion conservatrice ? Une illusion bien sûr mais qui pourtant reste encore un moyen de vivre et espérer.

Tragédie poétique avec unité de temps, de lieu et d’action, « Des souris et des hommes » a, pour reprendre les termes de la préface de Joseph Kessel, « une beauté, une puissance de mythe » qui lui donnent ce caractère universel et intense des grands chefs-d’œuvre de la littérature.

Une belle histoire de vie et de ...

9 étoiles

Critique de Wakayoda (, Inscrite le 12 septembre 2007, 36 ans) - 5 novembre 2008

Je ne vais pas revenir sur le résumé de l’histoire, c’est vraiment un ouvrage de référence pour moi. Je ne suis pas à mon premier ouvrage de cet auteur et j’avoue que je suis conquise avant d’ouvrir le livre. J’adore le style de cet auteur, il parvient à faire vivre ses personnages et nous donne envie de les découvrir.
Les deux personnages sont des opposés : Lennie est fort, pas malin… tandis que Georges est frêle et intelligent…
La complicité qu’il existe entre ces deux personnages est attendrissante car Georges est d’une patience avec Lennie qui est belle à lire. Lennie essaye de ne pas faire de bêtises mais c’est plus fort que lui tandis que le but de la vie de Georges est de s’occuper de Lennie. Ils ont un projet tous les deux qui les fait avancer : faire une ferme à eux.
Tous deux forment un duo merveilleux. Toute l’histoire est belle, j’en redemande encore

un espoir dans une atmosphère torride

9 étoiles

Critique de Cedre (, Inscrit le 2 août 2008, 41 ans) - 2 août 2008

Le thème universel d'un espoir suscité par un rêve fait à 2 qu'on craint - comme lecteur - inaccessible si bien planté par l'auteur dans l'ambiance rude et la nature grandiose des ranchs californiens d'un autre temps qu'on s'y croirait.

Youppsss ... Pas accroché

2 étoiles

Critique de Philippec (, Inscrit le 22 août 2007, 54 ans) - 26 mai 2008

Je suis passé à côté. Je n’ai pas réussi à rentre dans l’histoire et j’ai stoppé … Sans doute une erreur de ma part ;-(

Belle histoire ...

7 étoiles

Critique de Sophie_752001 (Vitry sur Seine, Inscrite le 12 février 2008, 31 ans) - 12 février 2008

... mais pas toujours accrocheuse. Dommage !

moué

5 étoiles

Critique de Prouprette (Lyon, Inscrite le 5 février 2006, 32 ans) - 26 janvier 2008

Je vais être l'exception qui confirme la règle...moi j'ai pas tellement accroché. C'est vrai que l'histoire en elle-même est belle, mais j'ai trouvé ça un peu mou tout le long du livre.C'est peut-être l'ambiance dans laquelle je l'ai lu qui m'a "anesthésiée" (vive le métro!!) mais à part la toute fin et le moment de la mort du chien de Candy, j'ai eu du mal.

Très émouvant!

10 étoiles

Critique de Parisian-fervour (, Inscrit le 21 septembre 2007, 27 ans) - 22 septembre 2007

C'est mon livre favori! C'est un livre qui vous donne une belle leçon d'amitié et qui nous émeut du début à la fin!
L'esprit enfantin de Lennie et le courage, la bonté de Georges vous donnera le sourire et pourra même vous faire pleurer! Je le recommande, même aux plus jeunes!
Steinbeck décrit la nature à un tel point que j'avais l'impression d'en sentir l'herbe! Un véritable chef d'oeuvre!

Tragédie grecque dans le wild, wild west.

10 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 60 ans) - 11 septembre 2007

John Steinbeck a dû être tragédien grec dans une de ses vies antérieures et il ne s’en est pas totalement détaché. Il reproduit peut-être avec « Des souris et des hommes» une tragédie déja écrite ou même, une tragédie qu’il n’avait pu encore écrire !
Le casting est des plus simple, confinant même à la sobriété requise pour une mise en scène de théâtre : deux hommes, plutôt frustres, journaliers qui vont de ferme en ferme louer leurs bras dans le Middle West américain.
Il y a Lennie, un peu simple d’esprit mais d’une force colossale et son ami, son mentor, son guide, Georges, homme fluet, d’une intelligence normale, qui comprend les soucis que peut poser le côté simplet de Lennie, et qui comprend aussi les soucis que la vie pose à son ami.
Avoir sa petite baraque dans un coin de l’ouest (où comme on le sait on n’est pas trop gêné par les voisins), élever ses lapins, avec un carré de luzerne, … rien de bien grandiose. Mais pour Lennie, dans ce schéma simpliste, ce qui l’intéresse le plus c’est d’être certain que Georges le laissera nourrir les lapins et les caresser.
Et les caresser, les tenir, là est le problème car, comme on l’a dit, Lennie est doté d’une force colossale et ne maîtrise pas trop le dosage de celle-ci. C’est le problème de Georges d’être omniprésent et de veiller à ce que son ami ne dérape pas.
Et Georges n’est pas non plus un parangon d’organisation et d’intelligence. Georges est juste normal, humain et légitimement dépassé par cette veille qu’il doit exercer en permanence.
Et l’homme est faillible. Qu’à cela ne tienne. Lorsque Georges devra assumer ses responsabilités, il ne tremblera pas. Il assumera de la plus belle et de la plus terrible des façons. Tragédie grecque dans l’ouest. Magnifique histoire d’amour d’hommes loin des compromis de la vraie vie.

Parfait !

10 étoiles

Critique de Neko (Paris, Inscrite le 19 août 2006, 28 ans) - 17 août 2007

Oui, je pense réellement que "Des souris et des hommes" est un des rares romans parfaits qu'il m'ait été donné de lire.

En si peu de pages, des mots si simples, ce livre renferme une incroyable richesse.

Bien sûr, au premier plan, l'amitié sans faille de Georges et Lennie, exposée pudiquement, objectivement, mais jamais froidement, ni sans tendresse. Car les mots de Steinbeck, rares, mais si bien choisis nous font vivre l'émotion de l'intérieur du récit, comme si nous nous tenions aux côtés des personnages.

Ensuite, un thème cher à Steinbeck, les rêves que chacun porte en lui. Emouvants par leur simplicité, si proches et si lointains à la fois, qui ne se réaliseront jamais... La femme de Curley ne sera jamais actrice, ni Curley champion de boxe, ni Crooks à nouveau entouré d'un foyer, ni Georges et Candy à s'occuper de leur petit lopin de terre, ni Lennie, bien sûr, dans la chaude béatitude de s'occuper de ses lapins...
(Seule exception notable : Bill Tenner, dont la lettre a finalement été publiée... Mais le sait-il seulement ?)

Enfin, entre tolérance et discriminations, chaque personnage est tour à tour victime et auteur des stigmatisations, et aucun ou presque n'est exempt d'une réputation. Lennie, le "débile", Candy le vieil infime, Crooks le Noir boiteux, Curley le petit teigneux, Mme Curley la femme facile, privée de nom, le vieux chien de Candy, presque aveugle et malodorant, même Slim, pourtant en odeur de sainteté, se marginalise par la même occasion.
Et les personnages ne sont pas tendres les uns avec les autres : même Georges répète à longueur de journée que Lennie n'est pas intelligent. Les tensions ne s'apaisent que dans la béatitude d'un rêve qui ne se réalisera pas.

Sur la forme, également, "Des souris et des hommes" est parfait. Les 6 chapitres, comme autant d'actes d'une pièce de théâtre, nous disent très exactement ce que nous avons à savoir pour comprendre sans juger. De même, dès les premières pages sont mis en place les éléments qui, lentement, mais implacablement, nous conduisent à un dénouement inévitable... les souris, le chien...

A lire absolument !!!

Sur les traces de Steinbeck...

10 étoiles

Critique de Nema (, Inscrite le 4 avril 2006, 4 ans) - 14 août 2007

C'est un peu un appel à témoin que je publie ici :

En octobre, je pars en voyage scolaire en Californie, et j'ai choisi comme sujet de mémoire John Steinbeck.
Pour compléter mon dossier que je dois remettre à la rentrée, je recherche des spécialistes de cet auteur ou des écrivains, journalistes, documentalistes...qui voudraient bien répondre à quelques questions sur ce qu'ils pensent de Steinbeck et de son oeuvre...

Merci de me contacter si vous pouvez m'aider.

Sinon pour la critique :

Steinbeck essaie toujours de dépeindre la société telle qu’il la voit, sans émettre de jugement.

Dans ses romans, le point de vue est externe, ce qui nous donne l’impression qu’il n’essaie pas de nous attendrir en nous faisant part des sentiments de ses personnages.

C’est comme s’il était une petite bête qui observait la scène de loin. Si on sent qu’il est derrière nous, qui lit sur notre épaule en guettant nos réactions, c’est parce qu’il a une façon particulière d’énoncer les faits sans fioritures, de donner la vérité nue, sans enjoliver, de faire parler ses personnages en nous laissant seul juge.

Pourtant, il nous impose presque un avis, parce qu’à la fin on est convaincu que Lennie n’a pas fait exprès de tuer.

On le pense tellement neutre qu’on le croit sans broncher. C’est à cause de sa manière caractéristique d’affirmer une chose comme si elle était vraie.

Comme s’il voulait nous faire admettre que nous aussi, on pouvait voir la société comme lui sans condamner ni juger.

Ses romans sont presque des paraboles : il faut apprendre à regarder son voisin sans le juger, parce que nous aurions pu aussi commettre les mêmes actes. Je pense d’ailleurs que le but de ses histoires est avant tout philosophique et presque chrétien : « aimez vous les uns les autres »

Si l’ont peut voir dans « Des Souris et des Hommes » la vulgaire aventure de deux saisonniers Californiens, il faut aussi apprendre à lire entre les lignes et au travers des mots choisis par l’auteur pour exprimer leur douleur et aller plus loin dans l’interprétation en affirmant que , certes, l’histoire est commune, mais elle est surtout représentative et philosophique.

C’est comme une mission qu’on lui aurait confié : faire en sorte que les gens s’acceptent et se comprennent.

Et le film... !?

9 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 46 ans) - 6 juillet 2007

Le souci d’avoir une excellente mémoire visuelle couplée avec un amour inconsidéré pour le cinéma est que me voilà condamné à ne jamais lire un livre après en avoir vu l’adaptation au cinéma ! Je m’explique : le film de Sinise est excellemment bien fait, avec l’ambiance du sud, avec la chaleur, avec ces saisonniers qui travaillaient de ferme en ferme, sans attache, en bons descendants des premiers pionniers américains. Et puis les acteurs sont magnifiques, Sinise lui-même, Malkovich et la toujours sublime Sherilyn Fenn (la petite Audray de ‘Twin Peaks’, du maître que je ne dois plus nommer tant je vous rabats les oreilles avec son génie) ! Dès lors, à chaque page tournée, les images du film me revenaient en mémoire et se fondaient en surimpression avec la danse des mots de Steinbeck. Résultat des courses, et bien, je n’ai pas réellement lu le roman de Steinbeck, mais plutôt suivi le déroulement du synopsis avec le film qui se projetait pour mon plus grand plaisir ! Et donc le roman me direz-vous !? Et bien le roman, je ne puis que le juger sur l’histoire qui est magnifique, profonde et très dense (malgré ou grâce au nombre restreint de pages) mais certes pas sur l’écriture qui, moi, m’a semblée tout à fait commune, sans rien de vraiment particulier, si ce n’est ce souci de l’auteur d’écrire comme les gens parlent, avec argot, abréviation et avalement de mots (j’ai lu ce roman dans sa langue d’origine). En ce sens, la lecture ne m’a, malheureusement, rien apporté de plus que le film.

Je ne ferai à personne l’injure de résumer l’histoire et me contenterai donc d’un avis sur cette formidable amitié qui unit deux hommes totalement différents : oui, ça existe, oui, c’est d’autant plus beau que c’est de plus en plus rare et oui, c’est de plus en plus rare car notre société ne permet plus ce genre de chose… ces choses que la solitude et les grands espaces permettaient, à savoir, pouvoir se balader avec quelqu’un et échanger des idées, des notions, des rêves, apprendre à connaître l’autre et à l’apprécier qui qu’il soit et quoi qu’il ait fait, à mesure que le temps, lentement, très lentement, s’écoule et que la nature encore vierge nous entoure, sans bruits et sans fureur…

Emouvant

10 étoiles

Critique de Zanaiide (, Inscrite le 6 juillet 2007, 32 ans) - 6 juillet 2007

Moi qui n'aime pas trop les histoires d'hommes j'ai été agréablement surprise

c'est vraiment beau

à lire absolument

Superbe histoire

8 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 34 ans) - 24 juin 2007

Steinbeck est pour moi, le pas qui précède Faulkner dans la littérature américaine. Ce texte représente très bien son époque par son utilisation du langage et par sa représentation d'une situation difficile qu'est celle d'élever un déficient dans une Amérique déficiente. Un conte touchant sur l'amitié et sur l'Amérique au temps des problèmes.

Des souris crevées

8 étoiles

Critique de Jean Meurtrier (Tilff, Inscrit le 19 janvier 2005, 41 ans) - 20 juin 2007

Par le nombre limité de scènes, ce court roman aurait tout aussi bien pu être une pièce de théâtre, d’autant que les dialogues, simples et typés Far West, sont nombreux et les sentiments des personnages, quoiqu’omniprésents, ne sont pas décrits de l’intérieur.
Au vu des critiques précédentes, ce récit apporte manifestement son lot de questionnements divers auprès de chaque lecteur, et je n’y ai pas échappé: Comment la société doit-elle se préserver des éléments dangereux malgré eux? A partir de quand peut-on juger que quelqu’un dont le libre arbitre est limité n’est plus responsable de ses actes? Voilà des réflexions aux développements exponentiels.
Dans le final, l’auteur tente de nous tirer les larmes des yeux et il faut bien admettre que le résultat est émouvant, même si la méthode est assez classique. C’est qu’on s’y attache à ce pauvre Lennie.

Snif!

8 étoiles

Critique de Zonzon42 (, Inscrit le 28 février 2007, 25 ans) - 28 février 2007

J'ai beaucoup apprécié ce livre, Steinbeck nous offre une fabuleuse histoire d'amitié! A vraiment lire!
Le film avec Gary Sinise et John Malkovich est très bien réalisé et respecte le bouquin. A voir!

bouleversant

9 étoiles

Critique de Ayla541 (, Inscrite le 5 décembre 2006, 31 ans) - 6 décembre 2006

Ces deux êtres si différents ont le même rêve et c'est cela qui les tient dans cette vie qui ne leur fait aucun cadeau. Lennie est incroyablement touchant et sa joie est palpable quand son ami Georges lui décrit leur voeu le plus cher.
Il ne méritent que le bonheur pourtant c'est une tragédie qui les attend.
Rares sont les livres qui me font pleurer. Celui là est l'un d' eux. Il m'a retourné le coeur et j'ai mis longtemps à le remettre en place. A lire de toute urgence.

Le meilleur auteur américain?

9 étoiles

Critique de Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 34 ans) - 27 novembre 2006

Le livre est assez court, l'écriture est directe, l'histoire est simple, émouvante. L'impitoyable histoire d'un homme simplet qui n'arrive pas à contrôler son corps d'adulte, trop puissant, trop encombrant pour lui. Son grand ami George est là, il veille sur ce grand enfant, il veut tout mettre en oeuvre pour leur permettre d'amasser suffisamment d'argent afin d'accéder à leur rêve : posséder une ferme.
Mais en attendant il faut se mettre au service d'autres fermiers, et toujours faire attention à ce que Lennie ne fasse de "bêtises"....

Généralement je ne suis pas portée sur la littérature américaine, que je trouve fade, sans style et parfois même un peu vulgaire. Ce livre m'a guéri de mes à priori, car j'ai découvert un trésor de sensibilité, d'émotion, d'amitié. Rarement livre aura laissé une trace indélébile dans mon esprit, et rarement un fin aura été si cruellement humaine...

Steinbeck toujours merveilleux

9 étoiles

Critique de Djamitout (, Inscrit le 14 octobre 2006, 39 ans) - 15 octobre 2006

J'ai lu ce roman y a plus de cinq ans de cela et j'ai encore vu le film. Une histoire d'amitié merveilleuse. l'amitié dans un monde fou, un monde d'égoistes et de tyrans. Steinbeck reste l'un des grands auteurs du 20ème siècle.

Petit mais costaud

8 étoiles

Critique de Franckyz (, Inscrit le 9 janvier 2006, 38 ans) - 20 septembre 2006

Une belle histoire d'amitié entre ce grand nigaud et ce petit filou avec des rêves plein la tête.
Malgré la petite taille de ce roman, il reste dans la tête longtemps après!

L'amitié jusqu'au bout

9 étoiles

Critique de Soili (, Inscrit le 28 mars 2005, 44 ans) - 17 septembre 2006

Georges et Lennie 2 amis ouvriers agricoles qui vont de ranch en ranch pour gagner de quoi s'offrir leur rêve à savoir leur propre ferme. George protège Lennie , qui est un peu simplet, contre les agressions extérieures. Ce Lennie est un colosse avec une âme d'enfant qui a besoin de protection.

Ce roman , considéré comme l'un des plus beaux qui existe sur l'amitié est simplement grand, rarement un livre vous fera vous attacher autant à un personnage. Ce livre est puissant et montre jusqu'où peut aller l'amitié.

Amitié & Tolérance

10 étoiles

Critique de Poupi (Montpellier, Inscrit le 11 août 2005, 26 ans) - 9 août 2006

Les mots "amitié" et "tolérance" résument assez bien ce livre, car c'est d'abord une grande histoire d'amitié qui nous est racontée, du malin et du simple, qui s'aiment malgré leurs différences : Lennie enchaine les bêtises, et George se montre dur.
Cependant, ce qui les rapproche, c'est ce rêve, qu'on peut effectivement qualifier d'américain pour ces hommes de peine : avoir sa petite baraque, avec son carré de luzerne, sa vache, et son clapier à lapins... Car ce que veut Lennie, c'est que George lui raconte leur vie de plus tard, et la seule chose qui l'intéresse, c'est de savoir que, parce qu'il a un copain formidable, il pourra s'occuper des lapins...
Un roman qui nous invite à savourer les amitiés dont on jouit... et à se dire que nos amis, lorsqu'on perd les pédales, sont les plus aptes à nous aider. Un très beau roman, écrit simplement, qui se lit très bien, émouvant au possible, tout simplement beau.

Contraste

7 étoiles

Critique de Chryseis03 (Lille, Inscrite le 27 avril 2006, 25 ans) - 27 avril 2006

La différence de caractère entre Lennie et Georges, l'Amitié qui conduit à la Mort...Cette histoire est tout simplement émouvante et belle...Ce qui m'a relativement choqué : le rapprochement entre le vieux Candy ( Georges ) et son chien ( Lennie )...

Epoustouflant... comme quoi!

8 étoiles

Critique de Zolien (, Inscrit le 25 avril 2006, 51 ans) - 25 avril 2006

Ce roman... Je l'ai découvert en 3°, je l'ai adapté au théâtre. Quoi de plus beau que la mise en scène d'une si belle morale : David et Goliath ou même Astérix et Obélix ou Laurel et Hardy...

Une amitié sans limites

10 étoiles

Critique de Ichampas (LAMBALLE, Inscrite le 4 mars 2005, 53 ans) - 20 mars 2006

Lennie et Georges sont si différents, si proches et si liés. Georges essaye de son mieux de protéger Lennie. Sa protection atteindra ses limites lorsque Lennie commet l’irréparable, ou plus précisément aboutit à donner la mort à son meilleur ami pour le protéger de lui-même. Un très belle amitié est décrite avec justesse par Steinbeck. J’ai dévoré ce livre et pourtant il y a 10 ans je l’avais laissé de coté, quelle erreur !

La réalité?

8 étoiles

Critique de Andrea87 (Montréal, Inscrite le 17 février 2006, 29 ans) - 4 mars 2006

Ce livre est d'une tristesse... je l'ai lu en anglais, pour un cours. Oui, l'amitié démontrée entre George et Lennie est vraiment touchante. Je sais que l'auteur a voulu dépeindre la réalité, mais tous ces rêves brisés m'ont laissée avec un poids sur le coeur. Les personnages du livre avaient tous de l'ambition, de l'espoir, un rêve quelconque, mais personne n'a réussi à l'atteindre. Tous ont été déçus par la vie, comme si l'auteur voulait nous dire que le fait d'avoir des rêves ou des buts nous aidait à passer au travers des situations pénibles, mais que de toute façon, rien n'allait changer. Je ne veux pas y croire.
Toutefois, le livre est écrit de façon excellente, je n'ai rien à dire à ce sujet. C'est le sentiment qu'il m'a laissé qui m'a un peu... dérangée?

SUPERBE!

10 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 49 ans) - 23 février 2006

Que dire encore qui n'a pas été dit dans toutes les critiques élogieuses écrites sur ce livre...

Peut-être simplement qu'il faut lire ce livre pour ce qu'il est... une grande histoire d'amitié entre deux personnes... et pour le reste, laisser faire la magie du livre, laisser faire la magie de l'auteur.. et se laisser emporter dans son unviers...

Un des rares livres que j'ai lu à de nombreuses reprises...

Un livre à lire, tout simplement...

Super

10 étoiles

Critique de Sandra12 (Genève, Inscrite le 5 février 2006, 31 ans) - 21 février 2006

J'ai vu le film, mais le livre vaut beaucoup mieux le coup.

Une aventure drôle, triste.

Superbe!

9 étoiles

Critique de Diane49 (St-Eustache, Inscrite le 29 janvier 2004, 62 ans) - 10 janvier 2006

Je l'avais lu adolescente, je n'ai pas vu le film mais je cours le louer, mais ici au Québec, j'ai surtout le souvenir d'une merveilleuse pièce de théâtre qui m'a émue aux larmes.

Quelle belle amitié,quelle leçon de courage et d'humanité.
Je suis contente de l'avoir relue et le souvenir est encore plus merveilleux maintenant.

un livre qui laisse quelques traces

10 étoiles

Critique de Elmejeco (, Inscrit le 5 juillet 2005, 29 ans) - 2 août 2005

Que dire de plus sur ce livre, à part qu'il a suscité une grande émotion chez moi, durant cette fin si symbolique d'une amitié débordante, et loyale.
Un récit court, mais qui a laissé les deux personnages parler, s'engueuler et s'adorer dans mon esprit, une fois le livre terminé.

Une intense émotion.

Tres beau

8 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 41 ans) - 24 juillet 2005

Je l'ai lu il y a pas mal d'années... encore un ! J'avais bien aimé; J'avais été bouleversée.

... émouvant !

8 étoiles

Critique de Angelnix (, Inscrite le 2 mars 2005, 45 ans) - 10 juillet 2005

Que dire de ce livre qui n'a pas déjà été dit. Beau, émouvant... Amitié hors du commun... est-ce que ça existe encore ?
Très touchant de voir ce grand Lennie si tendre et pourtant si violent avec les animaux... les femmes. Aucune haine en lui juste la peur de faire mal, de décevoir son ami...
A lire absolument...

On est différents

7 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 42 ans) - 28 mai 2005

On parle souvent de ce roman comme étant le récit d'une formidable amitié entre deux hommes. Oui, c'est certes le cas. George et Lennie vivront ensemble jusqu'au bout, ne se quittant pas, George protégeant Lennie qui s'abandonne complètement, en totale confiance, aux décision de son ami. Une amitié plus forte que la mort qui comporte cependant son lot de dureté et de difficultés. Tout n'est pas simple, Lennie est régulièrement un fardeau avec lequel George doit composer. Et George n'est pas non plus de plus faciles.

Au delà de cette fresque affective, on trouve aussi (et surtout) un portrait d'une certaine Amérique, l'Amérique profonde des rangers et des préjugés. Celle qui veut que les pauvres restent pauvres, les riches encore plus riches, les noirs et les infirmes remisés au placard. Un regard lucide et sans compromis sur une société récurrente dans toute l'oeuvre de Steinbeck, bien plus efficace qu'on long essai sociologique.

L'écriture est belle, car forte et familière. L'essentiel du texte est composé de dialogues, des phrases que tout le monde peut penser et prononcer, ça rend les personnages encore plus proches du lecteur et le récit très accessible.

Un style particulier

8 étoiles

Critique de Teardrop (, Inscrite le 25 mai 2005, 28 ans) - 25 mai 2005

Le style de Steinbeck est assez particulier et se révèle ici émouvant malgré les moments crus et la déouverte de deux personnages grossiers... mais si humains...
Une belle histoire d'amitié.
La fin est superbe, je n'ai pas versé ma larme comme vous autres, mais tout de même... ! :)

Sublime

10 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 39 ans) - 4 mai 2005

Le paroxysme de ce que peut être une belle amitié ! Quel coup la chute a pu me donner ! Inoubliable ! Bellissimo !
Le film est également fort bon, Malkovitch y est génial et montre donc ses talents d'acteurs, alors qu'il n'a pas tout à fait le physique de l'emploi ; et Gary Sinise y est exceptionnel.

Un de mes plus grands moments de littérature.

La fin est tout simplement...

10 étoiles

Critique de Giny (Casablanca, Inscrite le 26 avril 2005, 28 ans) - 28 avril 2005

Magnifique.Ce livre est prenant dès les premières pages, il y a une économie de style et des descriptions poignantes et réalistes jusqu'à la crudité(la description de la femme), mais les émotions sont omniprésentes. J'ai littéralement fondu en larmes à la fin, mais je trouve qu'elle est la meilleure partie du roman et George, plus que Lennie m'a profondément émue, vis-à-vis de son geste criminel mais pourtant éminemment courageux et surtout loyal.

Larmes au rendez-vous

9 étoiles

Critique de Linwen (, Inscrite le 16 mars 2005, 28 ans) - 16 mars 2005

J'ai du présnter ce livre en cours de Français et quelle ne fut pas ma surprise : une histoire sensible et créatrice de larme. Je ne regrette pas d'avoir choisi ce livre qui a une place en premier plan dans ma bibliothèque.

Un bon conseil...

6 étoiles

Critique de Raphael (, Inscrit le 19 février 2005, 69 ans) - 19 février 2005

Des souris et des hommes... Pas mal, pas mal. Mais je préfère et recommande à tous : "Tortilla flat" et "Rue de la sardine", chefs d'oeuvre d'humour du même Steinbeck.

Un roman qui touche

8 étoiles

Critique de Josy69 (, Inscrite le 10 février 2005, 41 ans) - 18 février 2005

J'avais vu il ya longtemps le film et l'histoire m'avait marquée (chose assez rare). C'est avec un vrai plair que j'ai lu ce livre émouvant. C'est l'amitié au sens noble du terme, avec ses coups de gueules, ses sacrifices... Une fois l'histoire finie, j'ai quand même eu le bourdon pour le reste de l'après-midi, tellement la fin est triste.

jolie histoire

9 étoiles

Critique de Cami27 (, Inscrite le 13 février 2005, 27 ans) - 13 février 2005

Une magnifique histoire d'amitié.
La magie de ce livre c'est qu'il n'y a jamais de focalisation interieure on ne sait pas vraiment ce que les personnages pensent mais on s'en sent réellement proche et on les aime comme si on les connaissait
Un livre très émouvant (j'ai même pleuré à la fin)

Un enthousiasme plus modéré...

7 étoiles

Critique de Azraël (, Inscrite le 1 janvier 2005, 37 ans) - 15 janvier 2005

Je ne suis pas sûre d'avoir saisi cette si belle leçon d'amitié et les émotions dont vous parlez...
J'ai apprécié de le lire, sans plus (je me sentirai presque coupable de donner cet avis après les vôtres... ).
J'ai néanmoins apprécié le réalisme des dialogues et ne regrette aucunement le temps consacré à cet auteur.

La différence.

8 étoiles

Critique de Cuné (, Inscrite le 16 février 2004, 49 ans) - 10 janvier 2005

George et Lennie sont ouvriers itinérants. Ils parcourent les Etats-unis à la recherche d'emploi, devant en changer souvent car Lennie a un problème : Il est mentalement attardé. il est capable d'abattre un boulot formidable, tant qu'il est guidé et se contente d'obéir à des ordres simples. Mais sa force incroyable lui joue des tours, car ce qu'il aime, c'est caresser des choses douces. Comme des souris, quand il n'a rien d'autre. Mais c'est difficile pour lui de les garder en vie, car si elle se débattent, il panique et serre trop fort.
Heureusement George est là, et tous les deux ils ont un rêve, celui d'une petite maison à eux deux, dans laquelle ils pourraient vivre libres et se suffirent à eux-mêmes.
Ce rêve leur donne l'espoir, et ils parviennent même à le communiquer à d'autres. Mais Lennie....

Je m'aperçois que j'ai envie de tout vous raconter, tellement est forte la portée de cette histoire toute simple, tellement elle signifie sur l'amitié, la cruauté, la différence.

3 jours, on passe 3 petits jours avec George et Lennie, à la manière d'une pièce de théâtre tout est très visualisable... et finit mal.

Vraiment agréable à lire, ce tout petit roman reste longtemps en tête !

Le Monde selon Bush

10 étoiles

Critique de Libris québécis (Montréal, Inscrit(e) le 22 novembre 2002, 74 ans) - 16 octobre 2004

Des souris et des hommes est un roman sur l'intolérance des gens du sud des États-Unis. Au fait, c'est un roman aussi violent que le film Easy Ryder qui évoque les gens du même état. Dans un milieu aussi fermé vaut mieux disparaître quand on est différent. Finalement, c'est un plaidoyer en faveur de la différence dans un milieu agricole fermé sur lui-même. Ce roman évoque très bien la mentalité de l'Américain du Sud. L'écriture feutrée laisser deviner que la réalité est pire que ce que l'auteur révèle. Ce sont des états du "tu crois en moi ou tu meurs". Bush reflète la mentalité de ces gens. C'est pour cette raison qu'il a énormément de chances d'être bientôt réélu.

Le plus beau !

10 étoiles

Critique de Le petit K.V.Q. (Paris, Inscrit le 8 juillet 2004, 24 ans) - 23 août 2004

Je n'ai pas vu le film, mais j'ai lu le livre, un pett bijou d'une beauté rare et une fin triste à en pleurer, et un style incomparable. Steinbeck est un grand écrivain. Son oeuvre est riche. "Des souris et des hommes" est au sommet de son oeuvre. Rarement j'ai eu la larme à l'oeil à la fin d'un livre, mais là j'ai craqué. A lire.

Kim

un très beau livre

8 étoiles

Critique de Lalaith (, Inscrite le 18 juillet 2004, 30 ans) - 18 juillet 2004

beaucoup m'ont conseillé ce livre et j'ai vu que les critiques étaient bonnes, lorsque je l'ai lu, je l'ai trouvé très émouvant, il m'a beaucoup touchée dans le sens où il dénonce toutes les injustices! c'est un très beau livre, écrit dans un style que l'on n'a pas l'habitude de voir!

Un livre touchant

8 étoiles

Critique de Aethus (Evreux, Inscrit le 13 janvier 2004, 30 ans) - 13 janvier 2004

J'ai lu "Des souris et des hommes" en introduction au style Steinbeck, conseillé par un ami qui voulait que je lise "Les raisins de la colère" ensuite. J'ai été touché par cette petite histoire émouvante. Elle illustre bien ce que la vie peut être pour certaines personnes, aussi simple que ça, aussi touchante.

cousin germain à la mode bretonne :-)

8 étoiles

Critique de Rotko (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 43 ans) - 19 août 2003

Giono a écrit un ouvrage intitulé" les grands chemins" dont il avait dû modifier la trame à la demande de son éditeur. Celui-ci s'inquiétait d'une ressemblance avec "des souris et des hommes" qui venait de paraître. Chez Giono deux personnages vont de conserve, et le narrateur doit souvent tirer son compagnon des mauvais pas où il a l'art de se fourrer. Leur "amitié" n'est pas de tout repos, car "l'ami" n'est pas fiable. On reparlera sans doute de ce roman qui a des zones d'ombre multiples, entretenues à plaisir par le narrateur et l'auteur. Chez Giono la personne reste opaque, comme l'arbre qui ouvre "un roi sans divertissement", arbre immense et touffu : un (h)être !

Les rêves brisés

9 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 37 ans) - 12 août 2003

Deux jours après avoir refermé la dernière page, ce roman m'obsède encore. La quête insoluble de deux êtres vagabonds : économiser suffisament, acheter un petit lopin de terre, le cultiver, le travailler, élever des lapins.... Un rêve à priori simple. Mais il y a Lennie,ce personnage simplet, sensible et malgré cela, fort comme un roc qui d'une seule pression peut briser l'échine ou broyer une main.Un personnage attendrissant tellement différent de son comparse George. Et la tristesse des rêves qui s'évaporent. Des rêves toujours avec la femme de Curley, le fils du propriétaire qui, elle aussi, a rêvé d'un rôle furtif de starlette de cinéma. Le rêve américain en somme....Et bien non! Au lieu de cela, c'est la vie dans un ranch avec un mari autoritaire et bagarreur.... De l'émotion intense avec une écriture faite de simplicité, sans fioritures ni excès. C'est un triste
constat dans lequel il n'y a aucune analyse, aucun jugement porté sur les comportements de ces personnages, éternels nomades.

exceptionnel

10 étoiles

Critique de Brunette (Crosne, Inscrite le 10 février 2001, 36 ans) - 5 avril 2002

comme tous les critiqueurs ici je trouve ce livre magnifique. Il est vraiment excptionnel, une histoire bouleversante entre deux amis...la fin est tout aussi belle que le livre. Le film est également très réussi. Car même moi j'ai versé une petite larme...ce qui est vraiment rare !

Un carré de luzerne pour les lapins...

10 étoiles

Critique de Lucien (, Inscrit le 13 mars 2001, 61 ans) - 1 avril 2002

Un carré de luzerne pour les lapins... l'humble rêve de Lennie. La grandeur de Steinbeck est de réussir à nous amener dans la gorge la méchante petite boule de l'émotion, rien qu'avec des mots tellement simples. Comme le dit Kessel dans la préface de l'édition Folio : "Rien de plus pauvre comme moyens. Rien de plus brutal comme ton..." Un grand moment de lecture, comme "La Perle", comme "Les raisins de la colère", comme, moins connu, ce chef-d'oeuvre d'humour qu'est "Tortilla Flat".

Séduit!

8 étoiles

Critique de Lolita (Bormes les mimosas, Inscrite le 11 décembre 2001, 31 ans) - 1 mars 2002

J'ai moi aussi été séduite par cette belle histoire d'amitié entre deux hommes... Malgré tous les problèmes rencontrés George ne laissera jamais tomber Lennie... Une belle histoire qu'il faut à tout prix lire...

Une belle histoire

10 étoiles

Critique de Tophiv (Reignier (Fr), Inscrit le 13 juillet 2001, 41 ans) - 20 décembre 2001

Voici une histoire que tout le monde connait plus ou moins. Pourtant, le livre mérite vraiment d'être découvert même si vous connaissez déjà l'intrigue.
C'est un très beau roman, de plus il est assez court, donc n'hésitez pas, lancez vous dans ce grand classique...

Hymne à l'amitié

10 étoiles

Critique de Zoom (Bruxelles, Inscrite le 18 juillet 2001, 62 ans) - 5 octobre 2001

Encore une oeuvre d'art. Je venais de lire l’étranger de Camus et celui-ci a aussi cette force, cette puissance alliée à une écriture simple dans un récit court. Il m’a procuré plus d'émotion encore que le premier. Le style de Steinbecq est particulier : pas de grande phrase, pas d’analyse de comportement, mais la narration d'une petite tranche de vie de deux hommes, et beaucoup de dialogues faits de rudesse, de simplicité. Lennie est très grand et possède une force démesurée qu'il contrôle mal , il est comme un bon gros nounours et s’en remet à Georges, petit et malin, son ami et guide car lui ne comprend pas bien le monde. Lennie et Georges rêvent d’un lopin de terre à cultiver : pas grand chose à vrai dire, juste ce qu’il faut pour une vie digne de ce nom. Lennie soignerait les lapins, il aime leur fourrure, il aime aussi caresser les petites souris ou les chiots, à en pleurer, mais il les aime si fort et il a tant de force... Les deux hommes se complètent, ensemble ils travaillent , ensemble ils rêvent de leur petite ferme.
Une profonde humanité se dégage de cette amitié pudique, un profond respect de l'autre. La dernière page laisse un trace obsédante et triste ; ces deux vagabonds , porteurs d'espoir et de désespoir, sont inoubliables.

Un très grand livre !

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 72 ans) - 22 juillet 2001

Je l'ai lu quand je devais avoir 16 ou 17 ans. Ce livre m'a bouleversé ! Il faut reconnaître qu'avec une incroyable économie de mots, les auteurs américains arrivent à nous faire monter à un niveau d'émotion sans pareil ! De lui j'ai lu "Les raisins de la colère", Une saison amère" et "Lune Noire". Je les ai tous fortement aimés. Des phrases comme "Quelque chose d'effrayant que l'humain, multitude de jauges, de cadrans et de compteurs, dont seuls quelques-uns nous sont lisibles, et encore peut-être pas avec exactitude."...
Malgré tout, pour l'ensemble de l'oeuvre, je mets quand-même Hemingway et Faulkner un rien au-dessus, en ce qui concerne les auteurs dits "classiques"... Dans les modernes, j'adore Jim Harrison, Cormac McCarthy et quelques autres... Une très grande littérature que l'Américaine quand on y entre à fond !...

Chef-d'oeuvre

10 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 49 ans) - 21 juillet 2001

Si je devais n'emporter que quelques livres sur une île déserte, celui-ci ferait assurément partie de la sélection.
Je me souviens avoir dû le lire pour
un cours d'anglais à l'unif.
Je me revois encore, à moitié allongée sur le lit, ne pouvent me décoller de ce livre, émue, bouleversée plutôt.
Ensuite, au fil des années, j'ai lu quasi tous les Steinbeck.
Se plonger dans son oeuvre est un régal pour l'intellect et surtout pour l'âme : nous en sortons grandis, humanisés.

émouvant !

10 étoiles

Critique de Coquine (Sanary-sur-mer, Inscrite le 22 avril 2001, 46 ans) - 22 avril 2001

Un livre magnifique. J'ai d'abord vu le film que j'ai trouvé excellent et qui m'a donné une folle envie de lire le livre. Certes la surprise a été moins forte mais les sentiments sont tellement poignants, les personnages principaux sont émouvants et steinbeck nous livre là la clé d'une amitié sans faille et nous donne une belle leçon de vie. En deux mots, c'est un chef d'oeuvre à lire absolument si vous voulez connaitre l'émotion, la joie mais aussi la tristesse et l'authenticité des sentiments. Un de mes livres préférés...

Des souris et deux hommes

7 étoiles

Critique de Tamia (Bruxelles, Inscrite le 23 août 2001, 41 ans) - 11 avril 2001

J'ai commencé cette histoire par la fin!
Un ami me montrait les plus belles fins de films... Le film "des souris et des hommes" en faisait partie!
J'ai été très émue par l'extrait qu'il m'a présenté!
Quelques années plus tard, une liste de lecture à choisir contenait ce titre.
J'ai décidé de le lire afin de comprendre enfin cette fin si... (il n'y a pas de mot).
Toute l'histoire est aussi émouvante, parfois drôle, parfois révoltante que la fin... Un conseil: commencez par le début!!

Le livre et le film

8 étoiles

Critique de Marco (Seraing, Inscrit le 19 février 2001, 43 ans) - 26 mars 2001

Ce livre est un de mes préférés car il présente deux des plus émouvants personnages de la littérature de langue anglaise. Steinbeck a choisi de laisser l'évocation du Sud au second plan et, sans artifices, il s'est concentré sur les liens qui unissent ces deux êtres au destin terrible.
Petite note sur le film toutefois: plusieurs versions existent, mais la plus réussie est selon moi celle de Gary Sinise, où lui-même interprète George et où Lennie est campé par un John Malkovich incroyable. Les deux acteurs, sans tomber dans la caricature, jouent de manière sensible et très humaine. Quant à la mise en scène, Sinise s'est véritablement mis au service du livre dont il respecte le style et le ton jusque dans la façon de nous faire oublier les paysages magnifiques où se déroule l'action pour mieux nous attacher aux deux héros.

âmes sensibles,sortez vos mouchoirs

8 étoiles

Critique de Néo-plume (Termes, Inscrite le 11 mars 2001, 34 ans) - 11 mars 2001

C'est d'abord en version originale que j'ai lu ce livre "Of mice and men",ayant été très émue par cette histoire,je me suis mise en quête de film "Des souris et des hommes" qui est tout aussi beau mais je pense,encore moins poignant. Lennie et George, les personnages centraux, nous ferons rire mais surtout pleurer en parlant de leur rêve,en nous présentant leurs amis et surtout lorsque George raconte l'histoire des lapins à Lennie. Préparez-vous à pleurez,c'est une magnifique histoire forte en émotions mais c'est aussi une belle leçon sur la vie.

Forums: Des souris et des hommes

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Des souris et des hommes 4 Libris québécis 12 juillet 2009 @ 19:06

Autres discussion autour de Des souris et des hommes »