La mort, entre autres de Philip Kerr

La mort, entre autres de Philip Kerr
(The one from the other)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Laurent63, le 10 novembre 2010 (AMBERT, Inscrit le 15 avril 2005, 44 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 8 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (601ème position).
Visites : 3 795 

Une nouvelle aventure de Bernie Gunther

Dans ce livre on retrouve le héros des aventures Berlinoise, Bernie Gunther, ancien policier reconverti en détective privé, qui par son talent arrive toujours à se mettre dans des situations délicates. Pour cette nouvelle aventure, nous sommes en 1949 à Munich, la chasse aux criminels de guerre bat son plein, Bernie tient un hôtel à côté du camp de concentration de Dachau, il reçoit la visite d'un américain venu déterrer dans son jardin un coffre plein de dents en or ayant appartenu à un ancien tortionnaire du camp. Toujours très coopératif devant un homme qui le menace d'une arme, notre enquêteur décide de reprendre son métier, une fois son certificat de dénazification obtenu il va pouvoir rechercher les personnes disparues. Et par ces temps de guerre, entre les juifs et les criminels, ce ne sont pas les affaires qui manquent. Après avoir récupéré sa réputation en aidant quelques avocats véreux à prouver que leurs clients nazis étaient des enfants de chœur, Bernie reçoit la visite d'une femme qui voudrait se remarier, mais comme elle est catholique, elle a besoin d'avoir une preuve que son ancien mari, bourreau d'un camp de concentration des plus horribles, est bien mort. C'est là que les ennuis vont commencer pour ce bon vieux Bernie...

Avec la trilogie Berlinoise, l'auteur nous avait fait découvrir ce personnage de Bernie Gunther, et par ses aventures, l'ambiance de l'Allemagne avant, pendant et juste après la deuxième guerre mondiale. Dans ce nouveau roman, on retrouve le personnage, qui nous fait découvrir l'Allemagne qui doit subir le jugement des autres, au regard des crimes atroces commis pendant la guerre. Il nous fait découvrir le réseau ODESSA, qui aide à faire fuir les criminels de guerre, avec l'aide du Vatican et de la CIA. Bien que la guerre soit finie, l'auteur nous démontre à travers cette fiction que l'horreur continue, des anciens nazis réussissent à continuer de vivre tranquillement, des commandos de jeunes de confession juive se forment pour venger leurs compatriotes et la CIA cautionne des expériences avec ses prisonniers pour trouver un vaccin contre la malaria. On est obligé de réfléchir après avoir lu cet excellent livre, sur l'histoire et cette quête perpétuelle des hommes à s'entretuer. Comme toujours l'auteur dédramatise sa fiction en donnant à son personnage des traits d'humour et de cynisme qui sont magnifiques.
Un très bon livre à lire, avec plein de rebondissements et de sueurs froides au rendez-vous...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Chronologie et oubli...

6 étoiles

Critique de Deinos (, Inscrit le 14 février 2009, 57 ans) - 1 janvier 2019

Si dans la saga de Bernie Gunther ce roman se déroule après bien d'autres aventures, dans la chronologie de l’œuvre en générale, il fut écrit avant d'autres situés chronologiquement dans le temps historique avant la période évoquée, ce qui explique certaines petites fausses touches, comme cette remarque sur Agatha Christie et le meurtre de Roger Ackroyd...
Mais là n'est pas un problème dans la mesure où cela ne nuit en rien au fil de l'intrigue...
Par contre que notre enquêteur se retrouve avec Eric Gruen sans que cela ne lui titille les neurones me paraît un peu plus étrange vu ce qu'on lui a dit auparavant sur certains nazis recherchés dont un dénommé Gruen... Là je me dis que le personnage de Bernie est un peu naïf, déjà par le fait de se retrouver dans ce chalet... mais en plus de se confronter à un major déjà rencontré... sans oublier le dénommé Gruen oublié... Manque de questionnement, extrême naïveté... un élément ne prend pas...
Autre reproche... que le rythme est mou... un peu lassant...
Pourtant l'évocation de la fuite de certains nazis et des compromissions tant de l’Église que des puissances vainqueurs, ainsi que celle de ces brigades vengeresses, sont bien rendues...
Mais...

Après la trilogie berlinoise, …la suite.

8 étoiles

Critique de Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 54 ans) - 15 mai 2018

Après un flash-back situé en 1937 où l’auteur met en scène notre héros avec le célèbre Adolf Eichmann en mission en Palestine (un épisode réel), on retrouve le détective Gunther en 1949 qui s’est réinstallé à Munich où décède sa seconde épouse. On retrouvera Adolf Eichmann à la fin du livre avant son départ pour l’Argentine et l’explication de l’utilité de ce préambule.

La recette du livre est la même que celle de la trilogie, soit mélanger histoire avec fiction tout en restant crédible et captivant. Moins de cadavres ici, mais de plus nombreuses évocations des crimes nazis qui dépassent l’imagination des pires psychopathes. Par ailleurs, l’auteur use du même schéma que ses romans précédents, soit ce qui semble être une banale histoire de recherche de personnes disparues se révèle être une machination dont le héros devient l’instrument involontaire.

Malgré un style qui reste toujours aussi agréable et plaisant, on a tout de même l’impression que la saga s’essouffle en réutilisant la même recette, et ce aussi à l’image du personnage principal, curieusement devenu d’une naïveté à pleurer, vieillissant et qui semble toujours accablé des mauvais souvenirs de son passage dans les SS.

Un conseil aux lecteurs : éviter de se gaver trop à la suite les unes des autres des très bonnes histoires de Philip Kerr et laissez-vous le temps de les apprécier en lisant d’autres auteurs entre ces romans.

Quoi qu’il en soit, cela reste un très bon moment de lecture.

Un Gunther pas au mieux de sa forme

10 étoiles

Critique de HildegardeVonBeaumont (Beaumont, Inscrite le 21 novembre 2008, 51 ans) - 31 janvier 2013

Désabusé, amer, persiflant... on retrouve ici Bernie Gunther, le personnage fétiche de Philipp Kerr depuis la Trilogie Berlinoise.
Le personnage se prend la rouste de sa vie par un ancien commando SS et on sent bien ici que les vieilles rancunes ne sont pas mortes...

L'atmosphère et cette période est très bien rendue et l'écriture, même si parfois elle se veut "documentaire" est plaisante à lire, on se promène facilement dans des lieux qu'on ne connait pas forcément et c'est justement cette ambiance que l'on aime.. c'est justement pour cette atmosphère qu'après la Trilogie Berlinoise, on revient prendre des nouvelles de Gunther...

Il n'en reste pas moins que l'auteur, un anglais est particulièrement bien documenté sur toute cette époque, car chaque fois que je vérifie quelque chose à propos de ce roman, chaque fois, ça se vérifie....

Un vrai bon polar historique qui nous sort des sentiers battus...

Quelle belle imagination !

9 étoiles

Critique de Tanneguy (Paris, Inscrit le 21 septembre 2006, 79 ans) - 10 décembre 2011

Cela se présente, à l'instar de la trilogie berlinoise, comme un "polar" classique à l'américaine avec les mauvaises blagues, les rebondissements improbables qui laissent pantois le lecteur. Mais cela ne se passe pas en Amérique mais en Allemagne dans l'immédiate après-guerre et les méchants sont les SS qui cherchent à sauver leur peau...

J'y ai pris beaucoup de plaisir mais je me demande comment un jeune auteur britannique a pu recréer l'atmosphère si particulière de l'époque. Ce n'est pas un ouvrage historique mais on pourrait presque le considérer comme un témoignage. J'ai moi-même eu l'occasion de me "promener" dans Vienne au début des années 50 et je vous jure que je revois encore la fameuse "patrouille internationale" telle que l'auteur nous la suggère. Quelqu'un aurait-il la réponse ?

Très bonne suite de la trilogie Berlinoise

10 étoiles

Critique de Hiroo (, Inscrit le 18 février 2011, 44 ans) - 1 mars 2011

On se retrouve après la seconde guerre mondiale dans une Allemagne en reconstruction, avec des faits et des détails qui laissent à réfléchir, avec bien sûr une très belle intrigue.

Du grand art!

10 étoiles

Critique de Peter (, Inscrit le 2 décembre 2010, 48 ans) - 5 décembre 2010

J'adore l'ambiance de Munich après guerre, entre convalescence, espoirs et intrigues de toutes sortes. Super intrigue. Personnages finement travaillés. Mélange de la petite histoire et de la grande. Excellent.

Bernie pour la vie !

10 étoiles

Critique de Isabella (Paris, Inscrite le 19 décembre 2009, 37 ans) - 11 novembre 2010

Je suis définitivement conquise par le personnage de Bernie Gunther et l'ambiance des romans de Kerr qui, hors de ce personnage, a du mal à retrouver son souffle.

Un 5 étoiles bien mérité !

Forums: La mort, entre autres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La mort, entre autres".