Les fiches les plus visitées ce mois ci

Ce classement est basé sur un compteur de visite remis à zéro le premier du mois en cours.

Début Précédente Page 5 de 5

119.
81 visites
sans couverture

Métaphysique des tubes de Amélie Nothomb

critiqué par Chat pitre - (Linkebeek - 48 ans)
8 etoiles
Les trois premières années de la vie selon Amélie Nothomb.
Cette année encore, Amélie nous a réservé une surprise de son cru. Faisant suite à Stupeur et Tremblement qui racontait son expérience de travail au Japon, ce livre parle de la toute petite enfance d’Amélie au pays du soleil levant lorsque son père y était consul. Enfant étrange à souhait, elle fut, pendant deux années, surnommée " le légume " par...

119.
79 visites
sans couverture

La passante du Sans-Souci de Joseph Kessel

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)
8 etoiles
L'horreur se met en route
Nous sommes en 1935. Alors que la France va connaître les joies des premiers congés payés, le gouvernement social de Léon Blum, l'Allemagne se réarme tant et plus. Hitler sait où il va et a déjà évalué la lâcheté des démocraties face à lui. Le colonel de Gaulle prêche dans le désert pour obtenir des divisions blindées, l'Angleterre se croit à...

119.
78 visites
sans couverture

Par-delà la pluie de Víctor del Árbol

critiqué par Mimi62 - (Plaisance-du-Touch (31) - 66 ans)
5 etoiles
Erreur de genre, 4ème honnête
Classé dans la série des romans policiers chez l'éditeur, il s'agit là d'une tromperie ou pour le moins d'une erreur basée sur les ouvrages précédents de cet auteur. Ici, nulle enquête, nulle interrogation quant à l'auteur d'un crime. Des cadavres jalonnent le récit mais ils sont anecdotiques dans le déroulement, ils ne sont là que pour décorer, pour justifier une...

119.
78 visites
sans couverture

La dernière nuit de Claude Eatherly de Marc Durin-Valois

critiqué par MAPAL - (73 ans)
4 etoiles
Dommage !...
Ce livre soulève de bonnes questions mais laisse le lecteur sur sa faim car il n'invite pas vraiment à les prolonger par la réflexion, les sujets étant sinon escamotés du moins superficiellement évoqués. Le récit est assez monotone, la situation de départ se répétant jusqu'à un dénouement convenu. C'est dommage car les thèmes et les enjeux étaient bien là. Une photographe de...

125.
82 visites
sans couverture

La guerre et la paix de Léon Tolstoï

critiqué par Saule - (Bruxelles - 54 ans)
10 etoiles
Comme un marathon...
La guerre et la paix: 1650 pages. Au rythme de 50 pages par heure: 33 heures. Au prix de 50 euros (belle édition), cela fait 66 cents de l'heure. C'est nettement moins cher que le cinéma, même avec la carte UGL unlimited, et franchement bon marché pour un "chef d'oeuvre mythique de la littérature mondiale", comme ils disent au verso. Alors...

125.
77 visites
sans couverture

Armance de Stendhal

critiqué par Gregory mion - (36 ans)
10 etoiles
Ni avec toi, ni sans toi.
Bien qu’il ne soit pas le texte le plus connu de Stendhal, Armance, par son allure compendieuse et son style naturellement étourdissant, tient fièrement sa place dans l’œuvre de celui que l’on pourrait aussi appeler Henry Brulard. On y rencontre un jeune homme de vingt ans, Octave de Malivert, âme sombre et misanthrope pour laquelle toute idée du bonheur semble...

125.
75 visites
sans couverture

La splendeur d'Antonia de Jean-Pierre Milovanoff

critiqué par Loutarwen - (NANTES - 35 ans)
9 etoiles
Entre biographie et fiction...
L'histoire: " A dire vrai, pour décrire l'amour d'Antonia, il faudrait des mots qui n'auraient jamais été prononcés, une langue de coquelicot et de brise avec des silences soudain, des arrêts sur une lumière, les nuages qui filent là-bas par-dessus le Temple de Diane dans le ciel de ce mois de juin oublié, luisant comme une coquille hors de l'eau. Oui,...

128.
83 visites
sans couverture

Psychologie des foules de Gustave Le Bon

critiqué par Hexagone - (48 ans)
9 etoiles
Ces milliards d'hommes.
Cet essai aborde dans dans un style iconoclaste la Psychologie des foules, il passe en revue tous les aspects de ces masses humaines, de leur débilité, de leur hétérogénéité, de leurs forces, de leur faiblesse. Toujours prêtes à suivre les meneurs les plus prestigieux, les plus talentueux qui ne sont pas forcément les plus intelligents. L'auteur évoque les sentiments et les consciences...

128.
81 visites
sans couverture

L'enfant Océan de Jean-Claude Mourlevat

critiqué par Lomillion - (56 ans)
10 etoiles
A la poursuite de l'amour
Voici un petit livre qui se lit à la volée. Petit dernier d’une fratrie de sept garçons, Yann a 10 ans. Il est le seul de ses frères à ne pas avoir son jumeau. Contrairement à eux, il aime étudier et lire. Mais la principale particularité qui le différencie de ses autres frères tient à sa taille minuscule et à...

128.
81 visites
sans couverture

Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 40 ans)
9 etoiles
Choc des cultures
Présentation de l'éditeur Anil est un jeune Indien qui commence des études de médecine dans le Gujarat puis part faire son internat aux Etats-Unis. Sa redoutable mère rêve pour lui d'une union prestigieuse. Or, depuis qu'il est petit, elle le sait très proche de Leena, la fille d'un métayer pauvre. Quand celle-ci devient une très belle jeune fille, il faut l'éloigner,...

128.
77 visites
sans couverture

Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl

critiqué par S.M@rt-Up - (Bruxelles - 48 ans)
8 etoiles
Envoûtant !
Envoûtant est l'adjectif que je donnerai à ce livre fantaisiste. Une superbe histoire très poétique mais tout autant mystérieuse, du génial auteur qu'est Roald Dahl, et illustrée par le grand artiste Quentin Blake. L'histoire en gros est assez triste, mais devient magique au fur et à mesure de ces lignes, surtout quand elle est ponctuée de ces petits gags hilarants dont seul...

132.
76 visites
sans couverture

Souvenirs d'enfance, tome 1 : La Gloire de mon père de Marcel Pagnol

critiqué par Lolita - (Bormes les mimosas - 33 ans)
8 etoiles
Ah l'enfance de Pagnol!
Tout le monde connaît Pagnol avec son amour pour la Provence, ses malices, ses amours, ses bêtises... Ici, dans le premier tome de ses "souvenirs d'enfance", Pagnol nous raconte son amour pour la campagne provençale, ses voyages à la Treille, son petit frère, sa petite soeur, sa chère et tendre famille, les pièges aux lapins dans la garrigue... Mais aussi ses...

132.
76 visites
sans couverture

L'écume des jours de Boris Vian

critiqué par Lucien - (63 ans)
9 etoiles
« Le plus poignant des romans d'amour contemporains »
« Le plus poignant des romans d'amour contemporains » : c'est ainsi que Raymond Queneau définissait « L'écume des jours ». Queneau, le « pote » de Vian au « Collège de ’Pataphysique ». Queneau qui concluait ainsi l’avant-propos de « L’arrache-cœur » : « Boris Vian va devenir Boris Vian ». Boris n'aura pas eu le temps de réaliser...

134.
87 visites
sans couverture

Pour qui sonne le glas de Ernest Hemingway

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)
10 etoiles
Un très grand roman du siècle, une grande écriture
Le personnage principal de ce livre s'appelle Robert Jordan. Il est spécialiste en dynamite et le quartier général républicain l’envoie dans les montagnes chez les maquisards. Sa mission est simple, mais cruciale : faire sauter un pont au bon moment. Pas trop tôt, pas trop tard. Les républicains déclencheront une offensive et Jordan ne doit faire sauter le pont que si...

134.
81 visites
sans couverture

Antigone de Jean Anouilh

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)
8 etoiles
La révolte et le pouvoir
Deux mots d'histoire pour qui aurait oublié. Antigone est la fille d’œdipe, ancien roi de Thèbes qui, sans le savoir, avait tué son père, puis épousé sa mère, Jocaste. De Jocaste, il eut deux fils, Etéocle et Polynice, et deux filles, Antigone et Ismène. Œdipe, découvrant ses crimes, se crève les yeux et part errer par les chemins. Antigone l'accompagnera et...

134.
80 visites
sans couverture

Corps et biens de Robert Desnos

critiqué par Eric Eliès - (45 ans)
9 etoiles
Un recueil un peu hétéroclite mais riche de grands poèmes oniriques et marins
Ce recueil de Robert Desnos comporte 12 sections extrêmement diverses, dans la forme et dans le fond, qui sont disposées dans l'ordre chronologique de leur rédaction. Comme l'écriture s'étend sur une vaste période, de 1919 (Le fard des Argonautes) à 1929 (5 sections qui sont chacune composées d'un unique grand poème), il est impératif de lire intégralement le recueil pour...

134.
76 visites
sans couverture

Les guerres intérieures de Valérie Tong Cuong

critiqué par Nathavh - (54 ans)
10 etoiles
Gros coup de coeur
Attention coup de coeur de la rentrée ???? Pax Monnier est un acteur de seconde zone mais tout peut changer car il vient de recevoir le coup de fil qu'il n'attendait plus. Un grand réalisateur, Peter Sveberg veut le voir pour lui proposer un rôle dans une heure top chrono ! Juste le temps de rentrer chez lui se changer pour arriver...

138.
84 visites
sans couverture

L'Ingénu de Voltaire

critiqué par Lolita - (Bormes les mimosas - 33 ans)
8 etoiles
Ironie mordante de Voltaire
Voltaire nous divertit une fois de plus avec son ironie exacérbée mais derrière ce conte à l'allure distrayante se cache une véritable critique de la religion catholique, en particulier les jésuites. Ce conte satirique met en scène un sauvage, thème très largement abordé par les philosophes des Lumières, débarquant en Bretagne et découvrant la religion avec sa naïveté caractéristique de...

138.
78 visites
sans couverture

Le malheur indifférent de Peter Handke

critiqué par Darius - (Bruxelles - - ans)
8 etoiles
Autopsie d'un suicide
Dans ce petit livre d'une centaine de pages, Peter Handke, écrivain autrichien, nous raconte sa mère, suicidée à 51 ans.. Le compte-rendu du livre repris aux deux premières pages est tellement bien rédigé qu'il sera dur d'en faire un autre pour les lecteurs... A peu de choses près, l'enfance de sa mère ressemble à toutes les enfances de nos mères à...

138.
75 visites
sans couverture

La fiancée était à dos d'âne de Vénus Khoury-Ghata

critiqué par Pierraf - (Lyon - 61 ans)
8 etoiles
Elle avance !
4ième de couverture: "Yudah est une jeune fille juive du désert algérien. Le jour où le rabbin Haïm la choisit pour être la nouvelle épouse de l'Émir Abdelkader, sa vie bascule. Yudah rêvait de palais mais se retrouve dans un campement de tentes balayé par le vent. L'Émir, lui, demeure invisible. Bientôt il rend les armes : il est débarqué avec...

138.
74 visites
sans couverture

Les sept mariages d'Edgar et Ludmilla de Jean-Christophe Rufin

critiqué par Veneziano - (Paris - 41 ans)
8 etoiles
Unions, caprices et aléas de vie
Edgar s'engage dans une épopée de groupe en voiture pour visiter l'Union soviétique, y rencontre une belle jeune femme, Ludmilla, humiliée dans son village, en raison d'une volonté d'émancipation qui dérange. Tous deux ne pensent qu'à se revoir, se retrouvent, tombent fous amoureux, au point de se marier sept fois, et donc de divorcer en autant d'intervalles nécessaires. Il en...

138.
73 visites
sans couverture

La route de Cormac McCarthy

critiqué par Jules - (Bruxelles - 75 ans)
10 etoiles
Tout simplement fabuleux !
Au départ, dès que j’ai connu le sujet du nouveau livre de Cormac McCarthy, je me suis dit qu’il était bizarre qu’il ait choisi un sujet déjà traité par Barjavel dans « Ravage ». Puis, je me suis dis qu’il y avait peu de chances pour que cet écrivain américain connaisse Barjavel… Alors, pourquoi pas ?... Et puis ce ne...

138.
71 visites
sans couverture

Le baron perché de Italo Calvino

critiqué par Marikaro - (31 ans)
8 etoiles
Un vrai petit acrobate!
A douze ans Côme, baron du Rondeau décide de ne plus jamais en descendre.Des années plus tard il séduira une marquise fantasque et recevra Napoléon en grande pompe! Autoportrait et conte philosophe, "le baron perché" est une éblouissante invention littéraire!...

138.
71 visites
sans couverture

" Arrête avec tes mensonges " de Philippe Besson

critiqué par Psychééé - (31 ans)
8 etoiles
Bouleversant
Quand François Busnel qualifie cet ouvrage de grenade, il n’est pas loin de la réalité. Arrête avec tes mensonges résonne comme une déflagration ; il s’agit du livre qui explique les 15 ans de littérature de l’auteur et ses thèmes de prédilection (l’abandon, le manque, le deuil, la quête d’identité …). En quelque sorte, le livre de ses origines, son...

145.
81 visites
sans couverture

La mère du printemps. L'Oum-er-Bia de Driss Chraïbi

critiqué par Romur - (Viroflay - 46 ans)
8 etoiles
La conquête
Ceux qui ont lu L’enquête au pays connaissent Raho et son âne. Ils ne seront pas dépaysés par le premier chapitre et la lutte obstinée des Aït Yafelman face à la bureaucratie moderne. Puis nous faisons un grand bond en arrière dans le temps, au moment d’un autre combat mené par les Aït Yafelman pour protéger l’essentiel de leur identité, ancrée...

145.
78 visites
sans couverture

Phèdre de Jean Racine

critiqué par Lolita - (Bormes les mimosas - 33 ans)
7 etoiles
Phèdre et Hippolyte
Racine a construit Phèdre selon les règles du théâtre classique : l'action est simple et se déroule en un seul lieu, le palais de Trézène, en moins d'une journée. L'histoire : Phèdre mariée à Thésée est tombée amoureuse du fils de ce dernier Hippolyte. Mais celui-ci aime l'ennemie de son père. Lorsque Thésée est porté disparu, tout semble à nouveau...

145.
77 visites
sans couverture

Les combustibles de Amélie Nothomb

critiqué par Pétoman - (Tournai - 43 ans)
6 etoiles
Un brûlot
Merde, je viens de faire une connerie !!! Je m'étais juré à moi-même de ne jamais lire du Amélie Nothomb de par 1) sa famille qui baigne dans le conservatisme politique et 2) car je trouvais que c'était une petite conne qui n'a d'original que ses chapeaux. Mais je suis déçu, son bouquin me rappelle étrangement la lecture de Camus ou Cocteau......

145.
76 visites
sans couverture

L'Avare de Molière

critiqué par Pétoman - (Tournai - 43 ans)
10 etoiles
Pas avare de talent
L'avare de Molière, Arpagon, est tellement avare qu'il ne donne pas son bonjour mais qu'il le prête. Sa raison de vivre est son or, à tel point que quand il le perd, il en vient à se soupçonner lui-même. Cette pièce est une bonne illustration philosophique de la fin et du moyen. Est ce que l'argent est une fin ou un...

145.
75 visites
sans couverture

Les villes tentaculaires de Émile Verhaeren

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 39 ans)
10 etoiles
La ville en poésie
Quel titre expressif ! « Les Villes tentaculaires » ! Des villes animalisées qui se développent, envahissent la campagne et se propagent … Emile Verhaeren a rédigé un recueil de poésie moderne qui fait écho à un autre recueil « Les campagnes hallucinées ». Les métropoles grossissent, vident les campagnes, c’est la révolution industrielle, l’expansion coloniale et la ville monstrueuse...

145.
73 visites
sans couverture

La mort vivante de Olivier Vatine (Scénario), Alberto Varanda (Dessin)

critiqué par Shelton - (Chalon-sur-Saône - 63 ans)
9 etoiles
Excellent !
Je sais, nous sommes en pleine discussion sur la loi de bioéthique et le sujet est assez grave pour que les Français tentent une fois encore de s’étriper sans prendre le temps de réfléchir avec sérieux, profondeur et respect des autres… Ces sujets sont assez importants pour ne pas les prendre à la légère et en faire seulement des sujets...

Début Précédente Page 5 de 5