Page d'accueil | Forums | A propos | Blog | Aide | Pour un petit clic...
  S'identifier     Biblio    Listes |

Recherche par

Discussions

Lettre d'information

Conseiller à un ami

Contact

Soutenez-nous en passant par amazon pour commander vos livres ou autres articles. Merci !

Passer par Sauramps nous aide aussi pub
medium
Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald

Titre original :  The great Gatsby

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

critiqué par Jules, le 6 janvier 2001 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 70 ans)

La note: 9 etoiles
Moyenne des notes : 8 etoiles (basée sur 35 avis)
Cote pondérée : 7 etoiles (562ème position).
Discussion(s) : 5 (Voir »)
Visites : 9 382  (depuis Novembre 2007)

Un très bon livre !

Francis Scott Fitzgerald choisit de prendre un personnage qui sera le narrateur de l’histoire.
Celui-ci sera donc aussi le témoin, l'observateur et le juge. Il s’installe à West Egg, un petit village sur Long Island. Le modeste logement qu’il loue est à côté d'une énorme construction, avec piscine, qui a une bonne vingtaine d’hectares de terrain. C'est, nous dit-il, la maison d'un certain " Gatsby " qu’il ne connaît pas et n'a jamais vu. A l’opposé, la maison de Tom Buchanan, que le narrateur a connu à l’université, marié à une certaine Daisy qui, par le plus grand des hasards est une vague cousine du narrateur. On sait qu'elle est très belle, très distinguée, probablement plus profonde que son mari, très riche, mais vain. Le narrateur en effet nous dit : " mais je sentais que Tom, non sans une certaine nostalgie, se laisserait indéfiniment entraîner à la poursuite des émotions fortes, à jamais disparues, des matches de football de sa jeunesse. ". Le narrateur est là pour fréquenter cette maison, où il fera la connaissance d'une jeune et jolie championne de golf. Le couple s’est installé là dans l'espoir d’y trouver le calme et un peu de repos dans leur vie mondaine très remplie. Cela n’empêchera cependant pas Tom de faire quelques escapades vers New York… Voilà le décor planté au moment où arrive le fameux voisin " Gatsby ". Les environs vont s’en retrouver assez chamboulés ! De grandes soirées quasi tous les soirs, des feux d’artifices, du bruit, des voitures, et un monde ! Des vedettes de cinéma, des hommes d’affaires véreux, des usuriers, des boursicoteurs, de vrais riches et des faux, des artistes, des élus, des membres de la police, bref un échantillon d'humanité assez complet… Et tout le monde parle de Gatsby dans les environs, de ses fêtes, à commencer par Tom et Daisy, pour lesquels il ne serait qu'un parvenu. Mais qui est Gatsby ?
Scott Fitzgerald décrit ici ce qu’est le monde des riches, par lesquels il a toujours été fasciné. Mais un autre monde vit à peine à quelques kilomètres de là et n’est pas sans influence. Personnellement, Scott a toujours été déchiré entre deux penchants opposés : la dépense sans compter et l’économie. On sait qu'il a davantage cédé au premier des deux. Si Tom est riche, ce qui est vraiment le cas, il est plus discret. Ses proches et ceux qu’il fréquente le savent, cela lui suffit. Quant à Gatsby, c'est tout autre chose ! Ses fêtes coûtent des fortunes et il y invite tout ce qui bouge… comme s'il attendait quelqu'un que le hasard seul pourrait lui amener. Sous nos yeux, nous voyons évoluer une certaine Amérique de l’opulence, celle d’avant le krasch de 29.
Mais, vous n'en êtes pas plus loin ! Qui est Gatsby ?

Inscrivez-vous
pour ajouter ce livre dans vos listes
 
Envoyer à un(e) ami(e)
Version imprimable
 Partager sur Twitter
Partager sur Facebook
Les éditions
small Gatsby le magnifique [Texte imprimé], roman Francis Scott Fitzgerald nouvelle traduction par Jacques Tournier avec une préface de l'auteur, sa correspondance avec son éditeur Maxwell Perkins à propos du livre, traduite par Nicole Tisserand
de Fitzgerald, Francis Scott Tournier, Jacques (Traducteur)
B. Grasset / Les Cahiers rouges (Paris. 1983)
ISBN : 9782246495529 ; EUR 9,20 ; 1984-03-01 ; 223 p. ; Poche
 Go Amazon
small Gatsby le Magnifique [Texte imprimé] F. Scott Fitzgerald trad. nouvelle de Michel Viel
de Fitzgerald, Francis Scott Viel, Michel (Traducteur)
l'Âge d'homme
ISBN : 9782825102299 ; 95 F ; 1991-11-26 ; 159 p. ; Broché
 Go Amazon
small Gatsby le Magnifique [Texte imprimé] F. Scott Fitzgerald préfaces de Antoine Blondin, Bernard Frank, J.-F. Revel traduction de Victor Liona
de Fitzgerald, Francis Scott Blondin, Antoine (Préfacier) Revel, Jean-François (Préfacier) Frank, Bernard (Préfacier) Liona, Victor (Traducteur)
le Livre de poche / Le Livre de poche
ISBN : 9782253007906 ; EUR 5,00 ; 1976-04-01 ; 250 p. ; Poche
 Go Amazon
small Gatsby [Texte imprimé], roman Francis Scott Fitzgerald traduit de l'américain par Julie Wolkenstein
de Fitzgerald, Francis Scott Wolkenstein, Julie (Traducteur)
POL
ISBN : 9782818012864 ; 16 EUR ; 2011-01-25 ; 284 p. ; Format Kindle
 Go Amazon
small Gatsby [Texte imprimé] Fitzgerald traduction, présentation, notes, chronologie et bibliographie par Julie Wolkenstein
de Fitzgerald, Francis Scott Wolkenstein, Julie (Traducteur)
Flammarion / G.F.
ISBN : 9782081264335 ; EUR 4,90 ; 2012-09-05 ; 252 p. ; Poche
 Go Amazon
small Gatsby le magnifique [Texte imprimé] F. Scott Fitzgerald traduit de l'américain par Philippe Jaworski
de Fitzgerald, Francis Scott Jaworski, Philippe (Traducteur)
Gallimard / Collection Folio
ISBN : 9782070445318 ; 6,20 EUR ; 2012-09-22 ; 208 p. ; Format Kindle
 Go Amazon
small The great gatsby
de Fitzgerald, Francis Scott
Wordsworth Editions Ltd / Wordsworth Classics
ISBN : 9781853260414 ; 1993-01-01 ; 115 p. ; Broché
 Go Amazon

» Enregistrez-vous pour ajouter une édition
Livres liés
  Gatsby et adaptations

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Les critiques éclairs (34)

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! »

Le mythe s'effondre ! 5 etoiles

Bien déçue par la relecture de Gatsby le Magnifique, roman lu avec plaisir il y a plus de 30 ans alors que je découvrais la littérature américaine.

Le temps a passé......je suis devenue une autre lectrice .....
Les personnages pour lesquels j'avais vibré m'ont semblé à présent se mouvoir comme derrière une vitre, dans des situations stéréotypées que les adaptations cinématographiques et les autres films portant sur les années folles aux USA ont popularisées et dont les images puissantes ont parasité celles que je m'étais forgées.

Mais j'ai surtout eu la malchance de lire le roman dans la traduction de Victor Llora, celle de l'ebook que j'avais téléchargé sur ma tablette, celle aussi du Livre de Poche dont Feint et Stavro dans le forum consacré aux traductions du roman écrivent qu'elle est "horrible" ou "catastrophique " et Marakusi qu'elle est souvent un calque dépourvu de sens !!

Le mythe s'effondre ....J'avais le souvenir d'un roman brillant,je n'ai trouvé qu'un roman terne et bien pâle !

Alma (, Inscrite le 22 novembre 2006, 68 ans) - 21 février 2014


« Et nous luttons ainsi, barques à contre-courant, refoulés sans fin vers notre passé. » 8 etoiles

S’il n’était cette vision distante, tiraillée et humble de Nick Carraway, ce livre perdrait de sa densité et de son intérêt. L’histoire pour elle-même n’est pas ce que ce roman renferme de plus subtil, mais bien ce brassage de valeurs, de décadence, d’hystérie, de sans-gêne, de priorités bousculées et de curieuses mais indéniables formes de naïveté. Narrateur plus qu’acteur, Nick est comme ce regard publicitaire du Dr T.J. Eckleburg, symbole forcément silencieux et récurrent au fil du livre.

Dès les premières lignes, Carraway expose son bagage de valeurs morales inculquées par son père (« Chaque fois que tu te prépares à critiquer quelqu’un, m’a-t-il dit, souviens-toi que tout le monde en venant sur terre n’a pas eu les mêmes avantages que toi ») mais aussi en annonçant ses limites, celles qu’il aura constatées à la sortie des événements tragiques, absurdes, désolants qui ponctueront le récit. Et lui, si fier de sa probité, sera amené à accepter ses propres failles.

Il fut un temps où le rêve américain était déjà écœurant mais existait encore. "The great Gatsby" en est un symbole romanesque attractif et désespérant à la fois. Fitzgerald n’avait pourtant pas envie d’entendre parler de son livre comme d’un "tableau de la vie à New York", même s’il savait qu’il ne s’agissait de rien d’autre. Inspiré de ses propres expériences et désillusions, travaillé et retravaillé par ses angoisses d’auteur, le livre n’a pas rencontré le succès commercial qu’il espérait à l’époque, laissant là, peut-être, s’exprimer ce manque de passion du public pour ses propres parts d’ombre.

Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 35 ans) - 14 septembre 2013


Croire en la lumière verte 9 etoiles

« "À votre place, je ne lui en demanderais pas tant, risquai-je. On ne peut pas faire revivre le passé.
- On ne peut pas faire revivre le passé ! s’écria-t-il, incrédule. Mais bien sûr qu’on peut !"
Il regarda autour de lui d’un air farouche, comme si le passé était tapi dans l’ombre de sa maison, juste hors de portée de sa main. »

J’ai décidé de lire la traduction controversée de Julie Wolkenstein, Gatsby « seulement ». Est-ce que l’écriture est trop moderne ? Étant donné que je n’ai pas lu l’original, je ne peux rien dire (sauf pour le « old sport » dont on ne trouvera jamais d’équivalent), et étant donné que j’ai bien aimé c’est difficile pour moi d’en porter un jugement défavorable.

Gatsby, c’est le mirage scintillant du rêve américain, c’est des descriptions de somptuosités, de bals jazzy sans fin (le roman devait s’appeler originellement Trimalcion à West Egg, Trimalcion étant un personnage du roman romain antique Satyricon, un riche parvenu faisant des grandes orgies décadentes), c’est aussi une des plus belles histoires d’amour jamais existée (littéralement). Nick Carraway, notre narrateur, un type plutôt ordinaire, est fasciné par Gatsby. À la fin de notre histoire, il a perdu foi en l’humanité, sauf pour Gatsby, The Great Gatsby, qui a décidé de vouer sa vie à la réalisation de son rêve.

Pour les adaptations, à moins d’être fan déjà fan de Baz Luhrmann (le film de 2013), je recommanderais plus la version avec Robert Redford et Mia Farrow (la version de 1974).

Nance (, Inscrite le 4 octobre 2007, - ans) - 6 septembre 2013


Incontournable pour les amateurs de littérature américaine 9 etoiles

Un grand classique à lire, et mieux encore si comme moi on est vierge de sa représentation cinématographique récente qui pourrait facilement mettre l'accent sur le décor plutôt que sur le récit. Surprenant aussi qu'un tel ouvrage publié en 1925 n'ait pas été censuré... peut-être tout simplement parce que ce roman n'a eu aucun succès du vivant de son auteur.

Une référence du genre qui donne aussi un idée d'un certain état d'esprit de l'époque, du moins dans le milieu sociétal décrit.

Pacmann (Tamise, Inscrit le 2 février 2012, 49 ans) - 23 août 2013


Loin d'être mémorable... 5 etoiles

J'avoue que ce petit roman me laisse perplexe quant à son succès, le style est certes, recherché, "élégant" (ça peut plaire) quoi que trop descriptif à mon goût, mais l'histoire est loin d'être mémorable. Le scénario qui sert de trame de fond aux amourettes des personnages est plat, la chute m'a laissée de marbre. Le mystère qui auréole le fameux Gatsby n'est qu'illusion finalement. Le narrateur est trop effacé. Je n'ai rien appris sur l'époque des années vingt en Amérique.

L'auteur se contente de nous narrer les idylles pseudos dramatiques (nourries seulement par la fortune et les apparences) dans un monde de riches mondains et de fêtes éphémères ; il y creuse la superficialité pour donner du profond, ce n'eut pas l'effet escompté à mes yeux. Bref, pas conquise... même si la lecture fut courte et pas désagréable, elle ne fut pas passionnante non plus.

L'adage de l'histoire se résume en fin de compte à dire que "l'argent ne fait pas le bonheur" et "qu'être entouré par n'importe qui est pire que la solitude elle-même"

LaCritiqueuse (, Inscrite le 14 avril 2011, 25 ans) - 4 août 2013


Déception 2 etoiles

Ce livre est considéré comme un des plus grands chefs d'oeuvre de la littérature mais je n'arrive pas tellement à saisir pour quelles raisons Gatsby le magnifique est tant adulé. C'est une époque, l'époque Jazz où les riches de l'est des Etats Unis faisaient des fêtes et se trompaient à tire-larigot. Mouais.....rien de bien intéressant, la vie de ces riches ne fait pas du tout rêver. De plus, l'écriture de Fitzgerald m'a perturbé, on a parfois du mal à saisir ce qu'il veut vraiment dire, c'est suggéré, rien n'est franc. On se mélange les pinceaux dans la multitude de personnages qui parcourent ce roman. J'ai trouvé l'histoire insipide et sans grand intérêt. J'aurais préféré l'aimer mais ce n'est pas le cas...

Gregou (, Inscrit le 20 février 2013, 28 ans) - 16 juin 2013


Splendeur et pourriture 10 etoiles

Début des années 20.
Nick Carraway, jeune courtier à Wall Street originaire du Middle West, vient de s’installer à Long Island. Il rend visite en voisin à sa belle et superficielle cousine Daisy, mariée au richissime Tom Buchanan. Ce camarade de Nick à Yale s’illustre par son immense arrogance et ses infidélités.
Jordan Baker, amie de Daisy à la beauté glaciale, connait un des nouveaux voisins de Nick, le millionnaire Jay Gatsby. Organisateur de fêtes somptueuses et tapageuses, il court d’incroyables rumeurs sur son passé et l’origine de sa fortune. Nick va bientôt rencontrer ce mystérieux voisin…

Début des années 20.
Nick Carraway, jeune courtier à Wall Street originaire du Middle West, vient de s’installer à Long Island. Il rend visite en voisin à sa belle et superficielle cousine Daisy, mariée au richissime Tom Buchanan. Ce camarade de Nick à Yale s’illustre par son immense arrogance et ses infidélités.
Jordan Baker, amie de Daisy, connait un des nouveaux voisins de Nick, le millionnaire Jay Gatsby. Organisateur de fêtes somptueuses et tapageuses, il court d’incroyables rumeurs sur son passé et l’origine de sa fortune. Nick va bientôt faire la connaissance de ce mystérieux voisin…

C’est la sortie du film de Baz Luhrmann qui m’a poussé à me replonger dans ce court et mythique roman de Francis Scott Fitzgerald, paru en 1925.
Je l’avais déjà lu il y a plus de 20 ans, mais j’ai voulu me le remémorer pour juger ce que les films doivent au bouquin. Et à mon avis ils lui doivent beaucoup.
La description au vitriol des fastes du New York des années folles, où l’égoïsme et l’inconsistance des élites se mêle à l’argent facile des bootleggers, reste à mon goût d’une bluffante intensité.
Dans ce tourbillon d’hypocrisie et de vanité, les personnages ne sont que des pantins dominés par leur destin. Seul surnage l’idéalisme romantique de Gatsby, aveuglé par un amour d’une autre époque. Sous des flots d’alcool de contrebande, c’est bien un drame Shakespearien qui se prépare sur fond de jazz et de Charleston.

Je découvre çà et là des critiques pas toujours objectives de ce roman. C’est pourquoi il me semble nécessaire de repositionner les choses.
Ce livre est d’une puissance rare et pourtant d’une lecture facile. C’est une œuvre majeure parce qu’elle a 90 ans, qu’elle est la sombre peinture de son époque, mais aussi parce qu’elle reste bigrement moderne. En 200 pages, elle décrypte une société qui se vautre dans la jouissance médiocre et le fric, où les vraies valeurs sont vaincues par la futilité et la bassesse. Hélas toujours d’actualité, je crois…

Bref, au-delà des phénomènes de mode, j’ai de nouveau pris beaucoup de plaisir à parcourir « Gatsby ». Cela reste toujours un foutu bon roman, et je ne peux que vous le recommander si vous ne le connaissez pas encore.
Toujours à lire et à faire lire.

Poignant (Poitiers, Inscrit le 2 août 2010, 47 ans) - 14 juin 2013


Magnifique Gatsby 10 etoiles

Dans ce roman, Francis Scott Fitzgerald nous fait participer à l'esprit de fête et d'insouciance inhérent à cette période après guerre. Les gens sont délurés et profitent au maximum de l'instant présent. Mais dans l'arrière plan de cette profusion d'actes dévergondés, on découvre Gatsby. Jay Gatsby est un protagoniste à la fois arrogant et touchant. Même si l'on regarde les scènes à travers les yeux d'un narrateur neutre, on comprend au fil des pages de cet épisode, toute la détresse et la force de conviction de cet amoureux transi et on s'attache presque malgré nous, à ce personnage d'apparence pourtant si antipathique.
L'atmosphère de cette époque, la profondeur des individus, le rapport à la richesse, tout est parfaitement retranscrit et décrypté dans ce spectacle tragique. Fitzgerald m'a ému et comblé grâce à une écriture et une poésie parfaitement maîtrisées d'où ressort un héros à sa manière...Gatsby!
Un petit chef d'oeuvre qui continue son chemin après la fermeture du livre.

Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 34 ans) - 2 juin 2013


Roman emblématique et dramatique 8 etoiles

Après la première guerre mondiale, le mal du siècle fait rage. En 1922, Gatsby devient très riche du jour au lendemain. Des rumeurs circulent sur les origines de sa fortune, ce qui ne l’empêche pas d’organiser des fêtes tous les soirs et de recevoir toujours autant de monde chez lui. Il est fou amoureux de Daisy, mariée à Tom, un millionnaire. Gatsby va tout entreprendre pour se rapprocher d’elle. L’histoire est racontée par un autre personnage qui voit ce monde avec un regard différent et plus authentique parce qu’il n’appartient pas à la jet set.

Ce livre décrit un monde futile, clinquant où le bonheur n’est qu’apparent et reflète une grande souffrance. Des situations parfois absurdes révèlent la naïveté de certains riches et leur ennui. Le snobisme et l’argent à n’en plus finir ne peuvent se suffire à eux-mêmes et le drame rattrape cruellement celui qui s’était forgé une carapace, le désenchantement est total. Bien triste fin pour lui, dandy auquel on s’était attaché.

Psychééé (, Inscrite le 16 avril 2012, 26 ans) - 25 mai 2013


Un héros magnifique et émouvant. 10 etoiles

Un superbe livre qui, à mon avis, se place parmi les grands classiques de la littérature. Ça raconte l'histoire d'un homme hors du commun, mystérieux, et tragique. Je l'ai trouvé terriblement attachant.

Le narrateur s'est mis dans un personnage du roman qui fait la connaissance du héros en même temps qu'il nous raconte sa vie jusqu'à l'aboutissement de son destin.
C'est un roman très bien construit et le cadre de ce roman est particulièrement intéressant : ça se passe dans le New-York des années vingt, au moment où Long-Island était encore une campagne. Les gens fortunés s'y construisaient de somptueuses demeures et claquaient l'argent par les fenêtres à la manière des nouveaux riches.

On trouve dans ce livre une galerie de personnages bien typés et on ressent tout au long de l'histoire cette atmosphère d'insouciance et de frivolité des « années folles » ; pour certains, l'argent tombait du ciel, ils ne pensaient qu'à festoyer et l'automobile était le nouveau jouet des riches... Et notre héros était riche, trop riche ! Une époque à des années lumières de la nôtre.

Ce livre a été pour moi un régal de lecture. J'y ai découvert une belle histoire d'amitié entre le narrateur et son héros et l'histoire d'un grand amour désespéré du héros, magnifique et fragile, pour une belle inaccessible.
Je l'ai lu en édition Folio, dans la traduction de Philippe Jaworski, qui m'a parue excellente en tous points.
Un livre cinq étoiles, assurément !

Saint Jean-Baptiste (Ottignies, Inscrit le 23 juillet 2003, 78 ans) - 12 mai 2013


Un ton propre...au charme indéfinissable 8 etoiles

J'ai longtemps boudé Fitzgerald parce qu'il était, dans mon esprit, synonyme d'un monde vain, superficiel et pour moi détestable.
En découvrant "Gatsby" qui se situe effectivement dans un milieu de riches, célèbres ou inconnus, égoïstes, insouciants, méprisants à l'égard de ceux qui ne sont pas du sérail et n'hésitant pas néanmoins à en profiter sans vergogne, j'ai découvert aussi, à travers le regard décalé, distancié de son témoin-narrateur Carraway, un écrivain sensible et désabusé, aucunement dupe de ce milieu antipathique. "Tous ces gens sont infects (...) vous valez mieux à vous seul que toute cette racaille réunie" lance-t-il à Gatsby vers la fin du livre.
Mais plus que tout, j'ai apprécié ce ton en demi-teinte qui semble parfois surfer sur la crête des choses, ce charme impalpable, indéfinissable (ou que du moins je ne saurais définir) parfois de sa prose, la grâce impressionniste de certaines images (par exemple dans le premier chapitre, le rendu de la scène des deux femmes sur le canapé dans le courant d'air), en un mot cette beauté d'écriture qui me paraît tout à fait justifier sa place dans la littérature.

Myrco (village de l'Orne, Inscrite le 11 juin 2011, 64 ans) - 10 mars 2013


Gatsby le magnifique n'est pas magnifique 5 etoiles

Je m'attendais à un grand livre et j'ai été déçu, l'histoire n'a rien d'extraordinaire, le style de la narration est assez moyen, et pourtant les personnages sont très intéressants ( le narrateur et le mystérieux Gatsby ) ainsi que la période ( l'Amérique de l'après guerre et la péridode de prohibition ) pourrait évoquer des éléments qui pouvait valoriser l'histoire et la rendre plus captivante.
comme j'ai lu dans un commentaire, quelque chose d'indéfinissable manque qui pouvait rendre le livre magnifique.

Jaafar Romanista (Rabat, Inscrit le 3 février 2013, 26 ans) - 5 mars 2013


La ruée vers l'Est ! 7 etoiles

Ecrivain américain né en 1896 à Saint Paul (Minnesota), F.Scott Fitzgerald est le chef de file de la "Génération perdue" et représentant de L'Ère du Jazz. Il est aussi celui qui lance la carrière d'Ernest Hemingway. Il écrit sur la Côte d'Azur ce qui est considéré comme son chef d'oeuvre; Gatsby le Magnifique. Il meurt en décembre 1940 à 44 ans.

L'histoire d'un dandy de choc qui flambe sa vie au son du jazz, dans les vapeurs prohibées d'un alcool douteux.
Un roman d'amour où l'on ne sent jamais l'amour mais l'argent qui le permet.
Tom, Gatsby et Daisy mis en lumière par le narrateur; le jeune Nick Carraway; voisin et témoin des fêtes sans fin données dans le château de Gatsby.
Un roman sur la "génération perdue" (entre l'armistice et le Krach de 1929) fascinée par l'argent et les plaisirs immédiats.

J'ai lu l'édition de Poche préfacée par Antoine Blondin, Bernard Frank et Jean-François Revel. Des commentaires savoureux sur l'oeuvre et l'auteur.
J'avoue avoir été globalement déçu. Une oeuvre annoncée comme un chef d'oeuvre mais qui m'est apparue comme un bon roman... sans plus .

Frunny (, Inscrit le 28 décembre 2009, 114 ans) - 24 février 2013


Il manque quelque chose... 6 etoiles

J'ai traversé ce roman comme l'on traverse une époque, un style, un autre monde. Hemingway m'avait terriblement donné l'envie de le lire par ses propos élogieux dans "Paris est une fête". Je comprends qu'en tant qu'écrivain il ait pu l'apprécier, le style étant vraiment des plus élégant.
Cependant, pour ma part en tant que simple lecteur lambda je trouve qu'il manque quelque chose de vraiment difficile à définir...
Le livre est bien écrit, le style élégant, les personnages sont intéressants et pourtant...
Une petite déception.

Sundernono (Nice, Inscrit le 21 février 2011, 31 ans) - 11 février 2013


Le roman d'une époque 10 etoiles

J'ai lu Gatsby dans la version originale, dans l'édition très bon marché de Woodsworth mais par ailleurs excellente (notes + préface). Je m'étais procuré la traduction de Philippe Jaworski pour comparer (en Folio, édition sans notes et sans postface, ce qui est dommage). En fait je n'ai presque pas utilisé la traduction, la lecture en VO était bien plus agréable, et je ne me rabattais sur la traduction que quand le sens général d'une phrase m'échappait (ce qui est arrivé, mais rarement). Je pense que le traducteur a fait du bon boulot, mais je trouve qu'on perd pas mal de la sonorité et du rythme des phrases par rapport au texte original. Probablement que l'avis d'Elya par rapport à la qualité de l'écriture de Fitzgerald aurait été différent sans la traduction : le texte est bourré de phrases somptueuses, d'évocations magnifiques, d'images de fêtes, de lumières, de nuits d'été sous la lune.

Pour moi ce livre est génial, c'est un roman d'atmosphère, qui nous immerge dans une époque fascinante et dérangeante, la belle époque, celle des excès et du gaspillage. On est entre admiration et consternation, tellement l'absence de sens rend les personnages creux malgré leur magnificence.

Pour une description plus cynique de ces années folles et des fêtards, il faut lire Dorothy Parker. Mais le style, le rythme et la beauté du texte de Fitzgerald m'a donnée envie d'en lire plus de cet auteur.

Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 49 ans) - 3 février 2013


Un chef d'oeuvre sur le mythe du rêve américain ? 4 etoiles

Je viens de terminer Gatsby traduit par Julie Wolkenstein en 2011 et édité chez P.O.L en format broché. Cette écrivain signale en postface qu'elle s'est attelée exceptionnellement à la tâche de traductrice et justifie le raccourcissement du titre en Gatsby.

Je ne sais pas si cela est dû à la traduction, mais j'ai trouvé cette lecture insipide, en regard de tout ce que j'ai pu entendre (trop?) sur ce livre.
Le style déjà n'a rien de marquant ; beaucoup de dialogues et d'attention portée à la description des ressentis des personnages, plutôt ordinaires.
En parcourant en diagonale toutes les critiques, j'ai du mal à voir ce qui finalement fait classer ce livre dans les chefs d'oeuvre américains ; beaucoup reconnaissent la banalité de l'histoire.

Sur certains aspects, ce livre m'a fait penser à Sur la route de Kerouac, pourtant paru quelques décennies plus tard et dont je n'ai d'ailleurs jamais saisi le succès. Les deux auteurs américains racontent le quotidien d'une jeunesse insouciante, délurée, prête à tous les stratagèmes pour tirer sa condition vers le haut.

Pour déconstruire le mythe du rêve américain, je préfère la lecture de Mad in U.S.A de Desmurget.

Elya (Chambéry, Inscrite le 22 février 2009, 24 ans) - 27 janvier 2013


"Mais bon dieu, on y venait par centaines à ses fêtes !" 7 etoiles

On a déja tant écrit encore et encore sur ce monument de la littérature qu'il est difficile d'ajouter son avis propre: De la même manière The Great Gatsby concerne un drame sinon une tragédie, puis met en scène des figures rituelles de l'americana. On parle beaucoup d'argent et des apparences à l'intérieur, et il semble essentiellement au fil des chapitres que Fitzgerald n'a pas su sublimer tout cela ou qu'il lui reste intimement une saveur amère.

C'est non seulement triste mais il faut bien convenir aussi un peu larmoyant, l'auteur s'égare dans le pathos et peint des individus qui ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes et ce sans aborder jamais quelque notion de rédemption ou de pardon - on dirait d'ailleurs que Jay Gatsby, cet ancien outsider à qui il manque l'estime supérieure des autres ainsi que de toute façon l'insouciance, est le seul à en être conscient pour finir au dernier acte par devenir presque comme eux... - le fait étant que ceux-là vivants dans une époque de transition (= pour le novice les années folles évidemment) en profitant un maximum comme ils le peuvent, mais avec le savoir en un certain point que autre chose y succèdera ensuite forcément. Dont la nuit bien sûr. Le roman en soi n'est donc pas pénible à lire, mais l'ensemble étant consacré au sujet de castes, de classes, de ces situations sociales par trop rigides, le fond et la forme paraissent empesés au lecteur tout compte fait. Puisque la cuillère d'argent ne peut pas tout.

Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 31 ans) - 18 octobre 2012


A la poursuite du rêve américain... 9 etoiles

Je me suis attelée à la lecture en V.O. de ce chef d’œuvre de la littérature américaine. Tout d'abord, je tiens à dire que le livre nécessite tout de même un bon niveau d'anglais sinon la lecture peu être assez décourageante. Mais, avec le niveau suffisant, on peut profiter de l'écriture de l'auteur qui est très belle.
Personnellement, j'ai vraiment apprécié le livre et la représentation de la futilité et de la dangerosité du "rêve américain". J'ai également beaucoup aimé la narration du récit faite par un tiers. Le seul défaut du récit, c'est qu'il peut paraître un peu manichéen avec deux camps "les méchants aristos" et "le gentil Nick et le gentil Gatsby". Personnellement, cela ne m'a pas dérangée car j'ai pris le roman comme une fable morale.

Mithrowen (La Chaux-de-Fonds, Inscrite le 23 août 2011, 25 ans) - 19 septembre 2012


Que ceux qui ont crié au génie m'expliquent. 2 etoiles

Avis pour les amateurs de lecture non traduite : quasi illisible pour un niveau d'anglais standard. L'auteur, pour d'obscures raisons, a pris un malin plaisir à faire des phrases de plusieurs lignes, avec des subordonnées dans tous les sens, et un vocabulaire alambiqué qui impose aux non-bilingues de se plonger intensément dans un Oxford anglais-français. Ce genre d'écriture tortueuse me hérisse le poil.
Par ailleurs, de mon humble point de vue, l'histoire est franchement inintéressante : fêtes, alcool, fêtes... l'auteur menait se train de vie, soit. Il a souhaité écrire une histoire capillotractée là dessus, soit. Mais pourquoi tout le monde a crié au génie ? Mystère...
Un point positif tout de même: il est court, le calvaire se termine donc rapidement.

Lucile (Stockholm, Inscrite le 20 septembre 2010, 25 ans) - 25 août 2012


Mais pourquoi diable écrire une critique sur ce livre qui en compte déjà une quinzaine ? 7 etoiles

Peut-être tout simplement parce que ce roman, extrêmement riche, est symbolique d’une époque trépidante avant de sombrer dans le naufrage de la crise de 29. Francis Scott Fitzgerald a écrit tout à la fois le roman des années folles et une histoire d’amour fou, l’un et l’autre s’imbriquant avant de se fêler sur la vérité de la vie.

La datation est importante. Nous sommes au début des années 20, juste après une guerre qui a été traumatisante pour le peuple américain. Commence un âge nouveau où tout devient possible. Les moules de la société précédente, celle de la conquête de l’Ouest, austère quoique violente et parfois sauvage, éclatent et font place à une société du paraître, de l’extravagance mais aussi de l’hystérie. L’argent a cédé la place au fric. Dans ce monde veule où tout n’est que fêtes, dans cette époque sans repères autres que celui de l’apparence, les personnages sont au bord de la crise de nerfs, trop obsédés par leur narcissisme, leur snobisme, leur égoïsme qui ne peuvent masquer leur fêlure. C’est le temps des héritiers et des tricheurs représentés, les premiers par Tom, Daisy et Nick, les autres par Gatsby, Jordan ou Wolfshiem.

Mais Fitzgerald est bien plus que le simple chroniqueur mondain d’une classe sociale à laquelle il appartient autant qu’il en est le contempteur. « Gatsby le magnifique » est aussi la formidable histoire d’un amour fou, fou comme l’époque où il se situe et fou parce qu’il cherche désespérément à reconstruire un passé définitivement passé. C’est sur ce monde aussi factice qu’il est excessif, c’est sur cet amour aussi désaccordé qu’il est paroxystique que l’auteur pose un regard acéré mais quand même moins inquiétant que celui de ces deux yeux sans visage sur un panneau publicitaire, témoin de l’autre Amérique, cette « vallée de cendres » qui n’est qu’un misérable « lieu de désolation ».

Fitzgerald a écrit un roman désespéré dont personne ne sort indemne et lui pas plus que les autres. Le style est élégant et parfois poétique. Le rythme et les ruptures de ton qui se veulent à l’unisson de la musique de l’époque, le jazz, laissent au livre sa modernité, quatre vingt dix ans après son écriture. Je l’ai lu dans la nouvelle traduction de Philippe Jaworski écrite pour l’édition de la Pléiade qui sortira cet automne. Bien que n’étant pas expert en la matière, elle ne m’a pas entièrement convaincu et , si un jour j’ai un peu de temps, je la comparerai à celle de Julie Wolkenstein qui fut très critiquée, notamment par Gilles Leroy, l’auteur d’ « Alabama Song » sur le couple Fitzgerald.

Ce livre a connu un succès considérable mais l’auteur aurait-il pu imaginer qu’il donnerait un jour son nom à un modèle économique. En effet début 2012, le professeur d’économie Alan Krueger, conseiller économique de Barack Obama, a surnommé « Courbe Gatzby » l’illustration d’une théorie économique qui montre que plus la distribution des revenus est inégale plus la mobilité sociale intergénérationnelle est faible. Il se serait référé à une chanson de l’époque reprise dans le roman (page 110 en édition Folio). C’est un bel hommage que l’économie rend à la littérature.
Ah ! si les traders de Wall Street pouvaient lire un peu plus de romans, le monde n’en serait que meilleur !

Jlc (, Inscrit le 6 décembre 2004, 70 ans) - 14 juin 2012


Un chef-d'oeuvre américain 10 etoiles

Nick Carraway est le narrateur de ce roman. Il vient de s'intaller à West Egg à Long Island. La villa voisine de la sienne est somptueuse et débordante de richesses affichées et de festivités extravagantes. Le propriétaire de cette demeure est Gatsby, mystérieux personnage, au passé obscur sur lequel courent les plus folles rumeurs. Nick se rapprochera de plus en plus de ce personnage que tout le monde admire et qui semble préoccupé par un amour de jeunesse qu'il aimerait bien reconquérir.

Ce roman est éblouissant par la peinture de l'Amérique des années 20. Cette banlieue chic est le théâtre de drames, la galerie des personnages est fascinante et la désillusion semble le fil conducteur de ce microcosme. Ce désenchantement est ressenti aussi par le personnage principal. L'argent se gaspille, se lit sur les tenues vestimentaires des personnages et éclabousse les exclus. Cependant, il charrie aussi adultère, bêtise, mal être ...

"Gastby le magnifique" vaut pour la qualité d'écriture de Scott Fitzgerald, pour la peinture de ce milieu social et pour le personnage de Gatsby qui fascine tout en agaçant. On se plaît à suivre les découvertes et les jugements du narrateur qui semble être le personnage le plus lucide de ce roman, roman à l'image du couple terrible de l'écrivain et de Zelda.

Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 34 ans) - 24 mars 2012


Un classique 9 etoiles

On me l'a assigné en lecture à l'université deux fois, j'aurais très bien pu ne pas le lire la deuxième fois mais c'est avec plaisir que je me suis replongé dedans. C'est dans ce livre que l'on se rend compte que Fitzgerald a la passion du détail et l'étudier avec un professionnel n'a que renforcé l'idée que ce livre est un chef-d'oeuvre. La première fête chez Gatsby a un goût particulier car FFF retranscrit admirablement bien l'atmosphère de l'âge du Jazz mais y glisse également une critique extrêmement forte qui m'a beaucoup frappé. Un indispensable pour celui qui s'intéresse à la littérature américaine du 20è siècle.

Parasite (Paris, Inscrit le 16 janvier 2010, 24 ans) - 9 février 2011


Il faut se méfier de ses voisins... 9 etoiles

Découverte de Fitzgerand avec ce roman. J'ai adoré.
J'espère que je ne serai pas déçue par l'adaptation cinématographique !

Listelle (Bordeaux, Inscrite le 25 juillet 2010, 28 ans) - 18 août 2010


une plongée ailleurs 10 etoiles

j'ai adoré ce livre, autant que "tendre est la nuit" ou tous les autres livres de SFF (jusqu'aux nouvelles) et je le relis régulièrement. C'est un modèle de style et d'histoire, de personnages. Trop léchés? Pourquoi trop léchés? Parfaits à mon sens, simplement.

BertrandA (, Inscrit le 15 septembre 2009, 35 ans) - 15 septembre 2009


Qui ne l'a pas lu ? 8 etoiles

Qui n'a pas lu Gatsby ? C'est l'introduction parfaite à l'oeuvre de Fitzgerald et sa plus connue, bien que je lui préfère Un diamant gros comme le Ritz ou Tendre est la nuit. N'empêche, Gatsby se doit d'être lu par tout amateur de littérature américaine.

Janiejones (Montmagny, Inscrite le 20 avril 2006, 28 ans) - 10 mai 2007


Photographie d'une Amérique au fond de la déchéance 8 etoiles

C'est un portrait d'une Amérique peut-être plus rêvée et idéalisée par les européens que réelle. Cette Amérique des années folles qui s'enivre de Jazz et de boissons prohibées. Les lendemains de fêtes difficiles, les réveils amers, les constats tragiques.
Avec en filigrane un voile autobiographique. Les fêtes dans lesquelles l'auteur dilapidait sa fortune bien entendu, mais aussi une ressemblance entre Daisy et la propre femme de Fitzgerald, Zelda, une femme belle, futile et profondément lasse de sa vie morne, mère d'une unique petite fille, comme le couple Tom-Daisy. Et ce Gasby qui n'arrive pas à retenir sa bien-aimée, tout comme l'écrivain qui s'oblige à maintenir sa femme enfermée pour lui éviter d'avoir d'autres aventures sentimentales...

Plus encore que par l'argent les protagonistes du roman sont corrompus par le propre reflet de leur image, leur vanité sans borne qui les conduit à commettre le pire sans sourciller, afin de satisfaire leurs besoins, envies, désirs de vengeance.

C'est très cruel, parfois touchant, souvent désespérant. Un très bon moment de lecture.

Opalescente (, Inscrite le 8 novembre 2005, 32 ans) - 1 décembre 2006


Merveilleux! 10 etoiles

J'ai lu ce livre seulement parce qu'Haruki Murakami en fait mention dans "La balade de l'impossible" encore une fois merci Haruki de m'avoir fait découvrir une de tes influences.

Je crois que Bérénice frappe dans le vide quelque peu... parce que Fitzgerald, je crois, n'a pas voulu faire quelque chose de profond... tout comme Murakami, Fitzgerald se fie beaucoup à l'instinct de son lecteur pour se faire une idée du monde qu'il décrit. Fitzgerald ne juge pas. Il décrit, se promène avec les yeux de son narrateur, mais jamais il n'émet de jugement.

Un beau et tragique roman sur la force... parfois dévastatrice de l'amour...

FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 31 ans) - 27 juin 2005


attention au narrateur!! 8 etoiles

Bérénice dit (ou a dit, dans un passé assez lointain) qu'elle a passé l'âge des bons et des méchants.... Mais tout l'intérêt de ce livre réside dans l'ambiguïté du narrateur, qui se fait subtilement passer pour quelqu'un de neutre!!!

dès la première page, il nous lance un indice: "i'm inclined to reserve all judgments".............. quelle ironie!! deux lignes plus loin il se démasque "as my father snobbishgly suggested, and I snobbishingly repeat, a sense of the fundamental decencies is parcelled out inequally at birth".

Autrement dit, l'histoire est résolument placée sous le point de vue subjectif et partial du narrateur, qui nous manipule joliment du début à la fin. Il sélectionne les informations et oriente notre point de vue selon sa définition toute particulière de l'honnêteté, qui dit que ne pas tout dire, ce n'est pas non plus mentir!!!.....

Coup de maître, à vrai dire, à mon avis!!!!

Seule, Jordan réussit à le démasquer à la fin: lui qui se vante d'être l'homme le plus honnête qu'il connaisse, n'a t-il rien à se reprocher? Mais la parole de Jordan est mise en doute par sa conduite irrégulière, le mystère reste donc entier: qui est Gatsby, mais surtout qui est l'homme qui nous le décrit??????

j'ai adoré!!! :°}

Lili capucine (, Inscrite le 26 février 2005, 30 ans) - 26 février 2005


A quand la fin ? 1 etoiles

Je ne suis pas d'accord avec toutes ces critiques.
Fitzgerald a voulu écrire un grand roman. Ca se sent. Trop. c'est travaillé, retravaillé, léché, lissé. Tout est à sa place, quand il faut où il faut, à tel point que c'est parfaitement attendu, sans surprise, c'est beau comme une cuisine monsieur propre.
ca se veut dense et c'est superficiel, ça se veut profond et c'est muet. Gatsby, ce n'est pas une oeuvre, c'est une démonstration. C'est le petit soldat de plomb qui veut montrer qu'il peut faire comme les grands. C'est le premier de la classe qui veut montrer qu'il sait sa leçon et qui ne fait que répéter bêtement ce que le prof lui a appris. C'est pas spontané, c'est du succédané.
A la question : "qu'est ce que les américains peuvent bien produir de sec ?", Wilde répondait : "leurs romans". Gatsby le magnifique est sec et futile, besogneux et, cerise sur le gâteau, manichéen. Mon dieu, pauvre Gatsby, méchante Daisy, et ce salop de Tom, y'a que Nick qu'est mon ami. Les bons, les méchants, vous ne trouvez pas qu'on a passé l'âge ?
Age ou pas, moi ce que je dis c'est que c'est bon comme du vinaigre, et que lorsqu'enfin Fitzgerald essaye d'écrire quelque chose de beau ("c'est ainsi que nous avançons...") ça donne du lyrisme de chien battu, et que je n'ai rien connu de plus plaisant que de lire la dernière ligne de ce bouquin et de le fermer à tout jamais.

La moitié d'étoile, c'est pour remercier Fitzgerald d'avoir eu la gentillesse de faire court.

Bérénice (Paris, Inscrite le 18 mai 2004, 28 ans) - 26 mai 2004


Bootleger for ever 10 etoiles

"c'est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé". FSF

Que dire de nouveau sur ce chef d'oeuvre de la littérature américaine ? Gatsby est un homme brisé, assassiné pour un meurtre qu'il n'a pas commis mais il était déjà mort : il croyait pouvoir faire revivre le passé. Il n'y a plus d'amis pour enterrer le seigneur de West Egg, la solitude au milieu de la fête et de l'opulence : Fitzgerald. A relire sans modération.
Pour continuer : "The crack-up" (La Fêlure).

Addison De Witt 75 (Paris, Inscrit le 5 février 2004, 38 ans) - 5 février 2004


Oui, l'argent corrompt ! 8 etoiles

Mais si c'est vrai pour plusieurs des personnages de ce livre, il n'en est pas de même de Gatsby. Il s'est servi de son argent pour tenter de récupérer un amour fou de jeunesse. Ce n'est pas sa fortune qui causera sa perte, mais bien l'amour irraisonné qu'il a pour Daisy. Il est prêt à tous les sacrifices et va jusqu'au bout ! En ce sens on peut évidement dire qu'il est aussi une victime, mais de Daisy et non de son argent.

Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 70 ans) - 9 juillet 2003


L'argent ne fait pas le bonheur 8 etoiles

F.S. Fitzgerald a écrit une fable sur le pouvoir de l'argent, on voit dans la biographie écrite par Jules qu'il était fasciné par ce pouvoir. Mais ce pouvoir est surtout destructeur. Dans ce roman, il mène les protagonistes à des actes effroyables et aveugle leur jugement, les rendant froid, hautain et surtout indifférent aux conséquences de leurs actes.
Stéphanie a raison : Wilson, le garagiste est une victime. Mais Gatsby aussi est une victime. Persuadé que la fortune lui permettra de regagner l'amour de Daisy, elle causera finalement sa perte. Un très beau roman et une écriture métaphorique très évocatrice.

Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 36 ans) - 7 juillet 2003


Le double effet Gatsby 8 etoiles

Il ne faut pas refermer ce livre juste après l'avoir lu car il est comme un bon vin, c'est une fois avalé que toutes les saveurs ressortent.
L'histoire en elle-même n'a pas grand intérêt, elle n'est là que pour supporter des personnages qui s'avèrent plus lâches et égoïstes les uns que les autres, exception faite du garagiste - seul personnage honnête du roman - et qui est finalement la plus grande victime de toute cette histoire.

Stéphanie (Chevreuse, Inscrite le 12 juillet 2001, 43 ans) - 27 août 2001


Toute vie est un processus de démolition.

Tout le monde connaît "Gatsby", au moins de réputation. C'est le livre de l'opulence : Scott Fitzgerald, l'enfant terrible de la "génération perdue", est à l'apogée de sa gloire. Mais il faut absolument lire aussi le reste de son oeuvre : ses rares romans, ses nouvelles. C'est l'oeuvre d'un homme qui a chuté, qui cherche vainement, à la veille de sa mort, un exemplaire de Gatsby chez les bouquinistes pour l'offrir à sa petite amie. C'est l'oeuvre d'un homme qui a écrit longtemps pour devenir quelque chose ou quelqu'un et qui n'écrit plus désormais que pour traquer un peu l'amertume qui le ronge. "Toute vie - écrira-t-il dans "La Felûre", son dernier texte - est bien sûr un processus de démolition." L'auteur du Magnifique mourra seul, monogame et alcoolique anonyme.

Mauro (Bruxelles, Inscrit le 20 février 2001, 51 ans) - 23 février 2001


Forums: Gatsby le magnifique
Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Gatsby Adaptation 2013 5 Aaro-Benjamin G. 2 septembre 2013 @ 08:49
  Choix traduction "Gatsby le magnifique" 65 Myrco 19 août 2013 @ 01:19
  Pour faire suite à la critique d'Elya 5 Laventuriere 30 janvier 2013 @ 12:51
  Nouvelle traduction de Julie WOLKENSTEIN 10 Aria 25 mars 2011 @ 09:21
  Message pour Bérénice 19 Folfaerie 15 juin 2004 @ 08:46

Autres discussion autour de Gatsby le magnifique »

Ajouter une critique éclair

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! »

haut de page

Commander chez un de nos partenaires
Amazon.fr
Amazon.ca
Fnac.com
Abebooks.fr - Livres neufs, anciens, rares et d'occasion.
 
  S'identifier | Page d'accueil | RSS2 | Forums | A propos | Blog | Pour un petit clic | ©2000-2014 critiqueslibres.com ASBL®. Tous droits réservés.