Le voleur de goûter de Andrea Camilleri

Le voleur de goûter de Andrea Camilleri
(Il ladro di merendine)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 16 février 2007 (Inscrit le 10 mai 2004, 63 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 769ème position).
Visites : 2 848  (depuis Novembre 2007)

Sicile et Services Secrets

Andrea Camilleri ?
Sicile ! - Bravo !
Commissaire Montalbano ! - Rebravo !
Vigata, les tournures siciliennes adaptées par Serge Quadruppani - son traducteur - les hésitations amoureuses de Montalbano, le bon peuple de Sicile, la nourriture portée au pinacle, … Tout y est, c’est un vrai Camilleri.
Et tout part, anodinement ( ?) d’un petit garçon qui a volé un goûter. Les supérieurs du Commissaire Montalbano goûtent peu, eux, que ledit Commissaire consacre du temps à cet épiphénomène. Sauf que, sauf que … il a du nez notre Montalbano et l’affaire est plus grave qu’un simple goûter.
Il y a aussi un meurtre, une tunisienne qui pour être maman n’en a pas moins un côté Mata Hari du pauvre, du trafic tunisien au large des côtes, un colonel de Services Secrets qui comme tout colonel des Services Secrets a le mauvais rôle dans un polar. Il y a tout ça et plus encore. Il y a l’immense affection – amour – de Camilleri pour le peuple et la Terre sicilienne. Il y a qu’il écrit bien, qu’il est remarquablement traduit (merci M. Quadruppani) et que j’aime bien le lire.
On a l’impression d’un ami qu’on retrouve à intervalles réguliers, qui a ses faiblesses (la nourriture sicilienne notamment) qui nous font penser aux nôtres, et sur l’épaule de qui on aimerait bien pouvoir taper !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Montalbano je suis…

8 étoiles

Critique de Pierrot (Villeurbanne, Inscrit le 14 décembre 2011, 67 ans) - 22 mars 2019

Comme eux seuls savent peut-être mieux le faire, les cinéastes et les romanciers italiens dosent à merveille leurs œuvres entre le tragique et la comédie. Ainsi Andréa Camilleri avec son voleur de goûter réussi, le curieux mélange. Passage..
-Avant de poursuivre, reprit le colonel qui, à l’évidence, les nerfs devait les avoir solides, permettez-moi une précision. Dans votre deuxième fax, vous faites allusion à une femme dénommée Aisha. Dans cette mort, nous ne sommes pour rien. Il s’est certainement agi d’un accident. S’il avait été nécessaire de l’éliminer, nous l’aurions fait tout de suite.
-Je n’en doute pas. Et je l’avais bien compris.
-Et alors, pourquoi dans votre fax, vous avez écrit autrement ?
-Pour en rajouter une couche.
-Ah bon. Vous avez lu les écrits de Mussolini ?
-Ce n’est pas parmi les lectures préférées.
-Dans un de ses derniers écrits, Mussolini affirme que le peuple doit être traité comme l’âne, avec le bâton et la carotte.
-Toujours original, Mussolini ! Vous savez quoi ?
-Dites-moi.
-La même phrase, mon grand-père la disait, lui c’était un viddrano, un paysan, mais lui, n’étant pas Mussolini, il parlait seulement du scecco, de l’âne.

Forums: Le voleur de goûter

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le voleur de goûter".