L'âge du doute de Andrea Camilleri

L'âge du doute de Andrea Camilleri
(L'età del dubbio)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers , Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Marvic, le 5 juin 2013 (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 10 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (3 378ème position).
Visites : 1 511 

Le doute de l'âge

Montalbano a 58 ans. Toujours commissaire à Vigata, toujours entouré de son équipe haute en couleurs, il croise, un matin diluvien, une jeune femme perdue qu'il réconforte et qui lui dit s'appeler Vanna Digiulio.
Arrivé au commissariat, une nouvelle enquête l'attend. Un yacht vient d'arriver pour se mettre à l'abri de la tempête dans le port, mais il a croisé un canot avec un cadavre nu et défiguré.
A Montalbano de l'identifier et de trouver la raison de sa présence sur ses terres ou plutôt sur "sa mer". Il va être obligé de prendre contact avec le Lieutenant de la Capitainerie, qui, ô surprise, se révèle être une femme superbe, Laura Belladonna, dont il tombe immédiatement amoureux.
La disparition de la jeune rescapée, qui portait comme par hasard le même nom que le bateau venant d'arriver, l'identification judicieuse du cadavre vont permettre au célèbre commissaire de résoudre une affaire d'ampleur internationale.

Mais ce n'est pas l'enquête policière qui lui posera le plus de problèmes. C'est ce coup de foudre réciproque avec Laura qui lui fera vivre de terribles incertitudes.

Septième roman de Camilleri que je lis, c'est pour moi, le plus fluide, le plus clair et peut-être le plus attachant. L'enquête y est bien construite et les états d'âme du héros ajoutent à l'empathie. On y retrouve certaines constantes caricaturales, et puis bien sûr l'humour et la verve italienne.

Là, où je suis moins enthousiaste , c'est pour les choix du traducteur.
Serge Quadruppani, un fidèle de Camilleri prend soin de nous expliquer ses choix en quatre pages d'avertissement. Camilleri écrivant en effet dans une langue bien éloignée de la langue officielle.
Mais si on s'habitue aux inversions telles que "Montalbano, je suis", j'ai été plus gênée par l'utilisation de mots transformés qui, à ma connaissance n'existent pas dans la langue ou un dialecte français : pirsonne, tiliphone, s'adécider...
"Il se leva et alla tiliphoner au commissariat;
-Ah, dottori !
-Qu'est-ce qui fut, Catarè ?
-Ici, l'apocalypse, c'est !
-Mais qu'est-ce qui se passe ?
-Le vent découvrit la couverture en tuilerie des tuiles du toit par où l'eau entra dans toutes, toute les pièces !
-Elle a fait des dégâts ?
-Oh que oui. Par exemple, tous les papiers qui, s'atrouvant par-dessus le dessus de votre bureau, dans l'attente que vosseigneurie y apposassâtes sa signature, se trempèrent tant et si bien que ce fut de la pâte."
Savoureux, mais pas toujours facile à lire !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

imbroglio sicilien

10 étoiles

Critique de Jfp (La Selle en Hermoy (Loiret), Inscrit le 21 juin 2009, 70 ans) - 4 octobre 2015

Une nouvelle enquête du célèbre commissaire Montalbano, par un Camilleri en pleine possession de ses moyens, malgré son grand âge. Ce n'est pas le cas de son héros qui, voyant la soixantaine approcher, commence à douter de ses moyens tant physiques que mentaux. Il va pourtant connaître une folle passion amoureuse qui va lui redonner, le temps d'une enquête particulièrement complexe, une seconde jeunesse. Malgré sa maladresse congénitale (l'âge n'expliquant pas tout) et sa façon bien à lui de donner toute sa place au hasard, au risque de mettre en danger ses propres collaborateurs, l'enquête progresse cahin-caha, jusqu'au dénouement, explosif. Un morceau de bravoure de l'étonnant Andrea Camilleri, agrémenté de ses savoureuses curiosités langagières savamment transposées par la traduction de Serge Quadruppani. Un régal…

Forums: L'âge du doute

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'âge du doute".