Les forums

Forums  :  Musique & Cinéma  :  Film du moment

Fanou03
avatar 15/04/2020 @ 08:24:17
Hier soir, j'ai revu Le Genou de Claire, d'Eric Rohmer, avec Jean-Claude Brialy, ainsi que Fabrice Luchini dans un petit rôle. Ce jeu sentimental en forme de badinage reste séduisant, le décor lacustre et estival renforçant l'impression de vacances et d'aventures, d'amours passagères.


C'est le premier Rohmer que j'ai vu, j'ai été sous le charme de ce film que j'aime encore beaucoup. Maintenant j'avoue que je lui préfère "Conte d'été".

Veneziano
avatar 15/04/2020 @ 17:29:20
Hier soir, j'ai revu Le Genou de Claire, d'Eric Rohmer, avec Jean-Claude Brialy, ainsi que Fabrice Luchini dans un petit rôle. Ce jeu sentimental en forme de badinage reste séduisant, le décor lacustre et estival renforçant l'impression de vacances et d'aventures, d'amours passagères.



C'est le premier Rohmer que j'ai vu, j'ai été sous le charme de ce film que j'aime encore beaucoup. Maintenant j'avoue que je lui préfère "Conte d'été".


Ce sont deux films que j’apprécie beaucoup également !

Veneziano
avatar 15/04/2020 @ 17:33:02
J’ai revu Le code à changé, de Danielle Thompson, de 2008.

C’est une comédie sociale amusante, un tantinet éculée mais divertissante, sur les adultères croisés, complications amicales et familiales. Ce film choral est frais, maison côté déjà-vu.

Veneziano
avatar 16/04/2020 @ 07:49:36
Hier soir, j'ai revu Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard, de 1965, avec Anna Karina, Jean-Paul Belmondo, et même Raymond Devos dans un petit rôle.

J'ai déjà préféré à A bout de souffle. Cela reste assez superficiel et pédant dans le traitement, mais il y a déjà plus d'analyse psychologique et un début d'intrigue policière, restant toutefois au stade relativement anarchique. L'intrigue me semble assez décousue.

Je n'accroche pas vraiment avec Godard, même à l'usage, avec le temps ; je n'y arrive pas.

Veneziano
avatar 17/04/2020 @ 07:49:12
Hier soir, j'ai revu La Femme de l'aviateur, d'Eric Rohmer, de 1981.

François se croit trompé par sa compagne, qui apprend le matin-même, que son amoureux la quitte : l'aviateur s'installe avec sa femme qui attend un enfant. Sentant que quelque chose cloche et ayant croisé François dans l'escalier, il poursuit Françoise où il peut.
Puis, croisant par hasard l'aviateur avec une femme, il les suit dans le bus, jusqu'au parc des Buttes-Chaumont, où il croise une lycéenne intriguée par son comportement. Au jardin, par l'insistance de cette dernière, il est obligé de lui expliquer ce qu'il fait. Et ils se mettent à les suivre à deux, et remarquent qu'ils se rendent chez un avocat. La suite nous apprend que ce rendez-vous n'a rien de sentimental, et que les affaires de coeur de François ne s'arrangent pas véritablement.

Cette grande et jolie séance de badinage et d'analyses amoureuses croisées repose beaucoup sur les dialogues, alors que les décors jouent une part importante, alternant huis-clos et espaces publics. Ces regards croisés les uns sur les autres, les malentendus et explications subséquentes constituent une belle analyse de l'âme et du coeur humain.

Veneziano
avatar 17/04/2020 @ 16:21:33
Ce matin, j'ai revu La Loi du désir - La Ley del deseo - de Pedro Almodovar, de 1987.

Antonio (Antonio Banderas) est un fan absolu du cinéaste Pablo Quintero (Eusebio Poncela), homosexuel assumé, aux films audacieux, voire osés. Aussi sa soeur, Tina (Carmen Maura), est-elle née garçon et est donc devenue transsexuelle. Antonio désire ardemment faire la connaissance du metteur en scène, quitte à écarter l'amour de sa vie, entrave à la sienne. Victime d'un esprit confus et de ses obsessions, Antonio fait virer ce projet dans une voie dramatique.
Les désirs mènent loin quand ils sont inconsidérés et tournent à la névrose obsessionnelle. C'est ce que prouve avec humour et audace Almodovar dans une oeuvre haute en couleur et assez émouvante.

Veneziano
avatar 17/04/2020 @ 16:22:20
Comme pour les lectures, le confinement me fait réviser mes classiques, avec Rohmer, Almodovar et les diffusions audiovisuelles pour l'occasion.

Veneziano
avatar 19/04/2020 @ 07:47:30
Hier soir, j'ai revu Le Genou de Claire, d'Eric Rohmer, avec Arielle Dombasle et Pascal Greggory.

Cette analyse pratique du sentiment amoureux, via les séductions croisées, l'adultère et le mensonge le concernant, constitue un bel exercice de badinage, de dissection du degré de franchise, de sincérité et de courage dans le cadre des affaires sentimentales.

Blue Cat

avatar 19/04/2020 @ 19:39:08
Vu hier soir en Streaming : 'Tokyo sonata' du japonais Kurosawa. Un Japon contemporain comme on n'a pas l'habitude de le voir, chômage, pauvreté, suicides, relations de couple glaciales.

Fanou03
avatar 20/04/2020 @ 08:26:20
J'ai revu pour la trois ou quatrième fois, amis avec les enfants cette fois-ci "Les voyages de Gulliver" qui est issu d'une série télévisuelle de 1996 en deux épisodes, avec Ted Danson dans le rôle titre: c'est une magnifique adaptation de Gulliver dont je ne me lasse pas...

J'ai revu aussi hier soir la fin du "Magnifique" avec Belmondo, un film qui m'avait beaucoup marqué dans mon enfance. Ce n'est pas un chef d’œuvre mais c'est dépaysant et ça parle de création "littéraire" avec beaucoup d'humour, sans parler de la magnifique Jacqueline Bisset qui donne la réplique à Belmondo.

Veneziano
avatar 22/04/2020 @ 07:47:00
Hier soir, j'ai revu Le Mystère Henri Pick, de Rémi Besançon, avec Camille Cottin et Fabrice Luchini.

Cette espèce de polar littéraire, dont l'enquête est menée par un journaliste littéraire déchu pour avoir osé mettre en doute l'authenticité d'un chef-d'oeuvre écrit par un pizzaiolo, dont le manuscrit a été découvert après sa mort, m'a plu par son humour et son imagination. Improbable et drôle, il me fait passer de bons moments.

Veneziano
avatar 25/04/2020 @ 07:48:43
Hier soir, j'ai revu Parle avec elle - Habla con ella - , de Pedro Almodovar.

Un journaliste interroge une torera dont il devient amoureux et qui tombe dans le coma, dans un accident d'arène, lors d'un combat. A l'hôpital, il fait la connaissance de l'infirmier qui s'occupe d'elle et d'une autre jeune femme dans le même cas depuis quatre ans, à qui il parle constamment. La torera finit par mourir, mais la danseuse résiste dans son état. Son infirmier l'a en réalité suivie, dans son quartier, au point qu'il est allé consulté son père psychanalyste, dans l'espoir de la revoir. Et, dans le coma, elle finit par tomber enceinte. Et, là, le drame commence.

Hautement déconcertant, ce film s'avère très dense sur la fragilité humaine, les liens avec la maladie et les obsessions amoureuses. Il est bien fait et invite à réfléchir à toute une série de questions étiques et philosophiques.

Windigo
avatar 26/04/2020 @ 03:12:55
Je viens de regarder Miracle ou mirage. Ce film est génial. Vera Durán, une femme heureuse en ménage, voit sa vie devenir un cauchemar lorsqu'elle essaie d'éviter un crime qui entraîne une série de réactions en chaîne. Par Oriol Paulo (L'accusé ) avec Adriana Ugarte (L'espionne de Tanger) et Álvaro Morte (La maison de papier).

Veneziano
avatar 26/04/2020 @ 08:03:51
Hier soir, j'ai revu les Nuits de la pleine lune, dEric Rohmer, de 1984.
Cette étude sur le danger du double domicile sur la vie de couple et la manière de le faire fonctionner est traité sur le même ton habituel de badinage et la même finesse psychologique que le cinéaste en a l'habitude.

Veneziano
avatar 26/04/2020 @ 17:09:16
Je viens de revoir Le Corniaud, de Gérard Oury.
Invraisemblable et relevant d'un comique troupier, cette comédie fonctionne néanmoins bien, grâce aux deux acteurs principaux, et constitue ainsi un assez bon divertissement, au point de représenter un classique du genre.

Veneziano
avatar 01/05/2020 @ 09:23:56
Hier soir, j'ai revu Les Visiteurs, de Jean-Marie Poiré.
Dans un genre qui reste un tantinet lourdingue, cela reste quand même assez bon. Je n'ai jamais vu les suites.

Comme vous le voyez, j'alterne les deux fonctions du cinéma, qui sont celles de l'art plus généralement, du divertissement et de la création plus strictement artistique.

Veneziano
avatar 02/05/2020 @ 10:09:38
Hier soir, j'ai revu l'Ami de mon amie, d'Eric Rohmer, sans acteur connu, ce qu'appréciait le cinéaste.
Ce badinage amoureux sur les difficultés d'une jeune femme timide à aborder les hommes et cet échange sentimental, presque opéré de lui-même, qui finit par arranger tout le monde, constituent une oeuvre fine psychologiquement.
De surcroît, les décors s'avèrent plus important que ce que leur apparente banalité peut faire penser.

Veneziano
avatar 03/05/2020 @ 07:44:39
Hier soir, j'ai revu le Conte d'été, d'Eric Rohmer, avec Melvil Poupaud.
Un jeune homme indécis se rend à Dinard, en attendant l'hypothétique retour de Léna, avec laquelle il se doute d'une séparation prochaine. En conséquence, il regarde autour de lui, et d'entiche de deux autres filles, mais repart finalement totalement bredouille.
La complexité sentimentale est analysée avec finesse et psychologie, une fois de plus, dans un ensemble fort plaisant, avec plus de rebondissements qu'il peut y paraître au départ.

Veneziano
avatar 03/05/2020 @ 16:20:28
Je viens de revois Les Enfants du marais, de Jean Becker.
Ce film bucolique, fort joli et sensible, raconte l'histoire d'amitié entre paysans du marais, racontée par la fille de l'un d'eux, alors petite. Les deux comparses se lient de bonne relation avec un vieux monsieur, apparemment bourgeois, mais né comme eux dans ce territoire rural et qui a réussi à gagner sa vie. Cette oeuvre rappelle les goûts simples que la vie apporte, et cela (me) fait du bien.

Cyclo
avatar 03/05/2020 @ 21:15:43
Dans mes dvd, j'ai revu "Le jour où la terre s'arrêta", un noir et blanc formidable de Robert Wise (1051), une SF actuelle dénonçant la course aux armements en particulier nucléaires. Une bouffée d'air fraix, avec une superbe soucoupe volante et un robot qui m'avaient impressionné quand j'étais gamin, puisque je le vis au ciné-club du lycée vers 1957 !

Début Précédente Page 184 de 187 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier