Le syndrome E de Franck Thilliez

Le syndrome E de Franck Thilliez

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par CC.RIDER, le 9 janvier 2011 (Inscrit le 31 octobre 2005, 61 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 20 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (1 329ème position).
Visites : 9 155 

Un excellent thriller qui fait le pari de l'intelligence

Un amateur de films « gore » visionne une étrange bobine et se retrouve aveugle. Un vieil homme est retrouvé pendu et le ventre ouvert et rempli de pellicule. Non loin du Havre, on déterre cinq cadavres atrocement mutilés, le crâne scié, le cerveau et les yeux enlevés. De France en Belgique en passant par le Québec et l'Egypte, l'enquête, menée par la jeune Lucie Henebelle, mère de deux adorables jumelles et par le commissaire Franck Sharko, vieux briscard aux prises avec de terribles crises de schizophrénie, va se révéler particulièrement dangereuse et délicate...
Un polar particulièrement bien réussi. Thilliez se place aux confins du thriller et du polar, cumulant le meilleur des deux genres. Son style est nerveux, rapide et efficace. Le lecteur, emporté dans un tourbillon tant le rythme de l'action est soutenu, ne peut lâcher le livre avant la fin. Ce livre sort du lot de la production habituelle car l'auteur y a fait le pari de l'intelligence et a su entrainer son lecteur dans les mystères de la biologie, de l'Histoire, de la psychiatrie et jusque dans certaines manipulations mentales opérées par les services secrets à l'époque de la guerre froide. Dommage que tout s'achève sur un redémarrage (les jumelles de Lucie sont enlevées), car nous allons devoir attendre la suite, « Gataca » dont la sortie est prévue pour avril...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La bombe humaine

7 étoiles

Critique de Lili87 (, Inscrite le 23 janvier 2017, 35 ans) - 10 juillet 2019

Premier roman de Franck Thilliez entre mes mains. On se retrouve avec deux personnages principaux, Franck Sharko et Lucie Henebelle, puis toute une liste de personnages secondaires entre la France, la Belgique, l'Égypte, le Québec.
Ce roman est bien un thriller, mais qui fait la part belle à la science et la médecine (si on peut dire...), ainsi qu'à l'Histoire. Si vous êtes sensible ou dépressif, passez votre chemin. Si vous avez aimé les films comme "Hostel", "Saw", etc., vous allez apprécier. Le personnage du cinéaste au fond de la Colombie rappelle le réalisateur de "Cannibal Holocaust". Quant à ce qui a trait au passé du Québec, les Orphelins de Duplessis, faits réels peu connus en Europe, cela se rapproche de l'Irlande et de ses Couvents de la Madeleine dont on parle encore aujourd'hui dans les médias.

Je lirai volontiers la suite, "Gataca", car je trouve qu'il y a des personnages qui ont été laissés sur le bord de la route, peut-être aurai-je de leurs nouvelles plus loin. Qu'est devenu notamment Ludovic, celui du début du roman qui s'est retrouvé aveugle à cause de la bobine maudite ? Lucie le revoit brièvement à l'hôpital quelques chapitres plus loin, on apprend qu'il voit à nouveau des formes, puis plus rien.
Concernant l'écriture en elle-même, l'auteur mélange assez bien les dialogues et la narration. Les chapitres sont plutôt courts. Par contre, j'ai été un peu déçue par le vocabulaire, certains mots m'ont semblé désuets dans ce roman où il est question de science, d'informatique, d'avenir. Qui parle aujourd'hui de "téléphone cellulaire" pour dire un portable ou un mobile ?! Qui appellerait aujourd'hui "mademoiselle" une policière de 37 ans ?! Dans tout le livre, des hommes et des femmes n'utilisent jamais "madame" envers Lucie. Juste parce qu'elle n'a pas d'alliance ?! J'ai presque son âge et seuls des hommes de 80 ans me sortent du "mademoiselle". L'écrivain aurait dû savoir également qu'au Québec, les noms de métiers ont été féminisés sans difficulté depuis 1979, puis en Belgique. Donc certains passages ne semblent pas adéquats, font défaut dans ce roman qui se passe en 2010 et non en 1910.

le savoir faire

6 étoiles

Critique de Phineus (Bordeaux, Inscrit le 16 février 2009, 82 ans) - 25 janvier 2018

D'abord on est contrarié ; c'est écrit avec les pieds.
C'est d'une platitude à frémir : lieux communs, réflexions de collégiens, stéréotypes, descriptions genre liste de courses à faire.
Thilliez comme beaucoup pense que si on fait du roman noir on ne fait pas de la littérature, comme si c'était ou l'un ou l'autre.
Donc il fait son job ; remplir suffisamment de pages en ne cessant jamais de capter l'intérêt du lecteur pour son histoire.
Et sur ce point (la captation de l'intérêt) il est très bon.
C'est même très talentueux , du beau travail.
Il faut lui reconnaître ça.

Intéressant

7 étoiles

Critique de Daoud (LYON, Inscrit le 8 février 2011, 44 ans) - 27 mars 2016

L'intrigue est bien bâtie malheureusement le portait psychologique des héros est naïf et traine en longueur. Il y a beaucoup de répétitions dans les descriptions de paysages, les interrogations de l'inspectrice sur la vie précédente de son collègue, l'attrait de l'un pour l'autre.
En gros, c'est trop long et c'est dommage !

Un syndrome qui nous tient en haleine jusqu’aux dernières pages

9 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 46 ans) - 22 mai 2015

Ouchhh ! Ça envoie du lourd ! Dès les premières pages, nous sommes plongés dans deux enquêtes qui vont très vite se rejoindre pour former un tout. Comme d’habitude, l’auteur arrive à retranscrire une véritable sensation de malaise qui laisse le lecteur pantelant.

Les indices sont distillés avec parcimonie. Franck Thilliez a fait preuve d’une somme de travail considérable pour faire de son livre une véritable étude de la violence. D’un point de vue purement scientifique, je pense que ça reste extrêmement cohérent parce que le cerveau humain peut cacher tellement de méandres inconnus.

C’est aussi avec grand plaisir que j’ai retrouvé deux de ses personnages fétiches à savoir Franck Sharko, toujours en proie à ses démons, et Lucie Hennebelle. Leur duo fonctionne plutôt bien et ils se complètent à merveille.

La révélation sur les Orphelins de Duplessis m’a totalement glacée, d’autant qu’elle est véridique. Imaginer que des enfants orphelins totalement sains ont été faussement déclarés comme malades mentaux par le gouvernement canadien car cela leur coûtait moins d’argent de les placer dans des asiles remplis de véritables aliénés, c’est vraiment horrible. La maltraitance sur enfants est toujours un thème qui me retourne comme une crêpe.

Cependant, la confrontation avec le coupable m’a laissé comme une certaine frustration parce que je m’attendais à ressentir une tension plus forte, plus dramatique encore

Bon par contre, je m’adresse directement à Franck Thilliez pour lui dire que c’est pas sympa de finir son livre avec un cliffhanger comme ça … Bon, je sais aussi que c’est pour que le lecteur se jette avec une impatience non feinte sur Gataca, la suite de son diptyque mais punaise me laisser comme ça, avec une telle frustration arghh ! Vite la suite !!!

Deux héros réunis

7 étoiles

Critique de Darkvador (Falck, Inscrit le 1 février 2012, 52 ans) - 18 juillet 2014

Encore une idée de génie de Thilliez. Réunir ces deux héros dans une enquête qui s'annonce passionnante. L'histoire démarre très fort au début un peu moins au milieu pour finir encore plus fort. Normal car il y aura un deuxième livre. Thilliez pose les bases pour une suite et quel suite!! Car avec le cliffhanger de fin ça s'annonce passionnant.

La violence des images

8 étoiles

Critique de Marlène (Tours, Inscrite le 15 mars 2011, 42 ans) - 14 décembre 2013

J'ai fait ma fainéante et je me suis laissé conter ce livre (merci les cd audio) je n'ai pas lu les autres livres avec Sharko mais j'ai lu celui avec Lucie. livre intéressant qui analyse l'impact des images sur nos cerveaux. Meurtres encore une fois gore, une fin en cliffhanger, Sharko et Lucie se rencontrent, nous allons en Belgique et au Canada (et apprenons un peu du passé de Montréal dans les années 40/50). J'ai bien aimé et ça m'a plu, je n'ai pas été transportée mais c'était intéressant, reste à lire les deux livres suivants, mais pour l'instant je vais me laisser conter Moby Dick ;)

Première approche de la violence

7 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 40 ans) - 4 décembre 2012

Je connaissais Lucie Hennebelle grâce à d'autres aventures et j'ai découvert Franck Sharko et son histoire dans ce roman. Les deux personnages forment une équipe complémentaire, traînant chacun derrière eux leurs passés et leurs séquelles. Ces deux personnes meurtries par les incidents de la vie, vont mettre en oeuvre la même détermination pour résoudre l'enquête qui leur est proposée. Cette enquête qui s'avère être une des premières pierres d'un complot de grande envergure, qui passe par le contrôle de la violence.
Franck Thilliez crée une atmosphère de suspicion, où plusieurs évènements sont remis en question, au fil des découvertes des inspecteurs. Le style d'écriture est toujours sobre mais on ne s'ennuie jamais. Sans réels rebondissements, l'auteur arrive à nous faire tourner les pages de ce polar scientifique avec son efficacité habituelle. Le premier opus nous met dans le bain et semble nous poser les bases de cette trilogie sur la violence.
Ce n'est bien sûr pas le meilleur roman de Franck thilliez, mais la fin appelle à connaître la suite.

C'est bon ça !

7 étoiles

Critique de Batman38 (, Inscrit le 14 octobre 2012, 29 ans) - 15 octobre 2012

Super ! Un thriller génial qui vient du pays. Ce fut mon premier de Franck Thilliez et je ne fus vraiment pas déçu. Il s'agit d'un polar scientifique qui nous fait découvrir le cerveau humain. Ne serions-nous pas guidés seulement par des réactions chimiques ? Un débat très dérangeant qui s'ouvre à la fin de ce bouquin.
Mais il n'y a pas que ça, c'est avant tout un super thriller qui nous prend dès le début de l'histoire. Je ne me suis pas ennuyé une seule fois, Thilliez va à l'essentiel et son récit est très bien rythmé. C'est un peu cliché de dire ça, mais j'ai eu beaucoup de mal à le lâcher. A certains moments, j'ai même frémi. Franck Sharko et Lucie Hennebelle nous transportent dans un polar noir qui nous prévient que les horreurs ne se passent pas qu'à l'étranger. Attention ! Vous vous dites connaisseur en thriller ? Je veux bien mais pas avant d'avoir lu le Syndrome E !

Les zones secrètes du cerveau

8 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 39 ans) - 20 septembre 2012

Le syndrome E était mon premier roman de Franck Thilliez et ce ne sera pas le dernier. Je ne vais pas refaire ici le résumé de cette histoire qui part de deux événement simultanés : à savoir la découverte d’un film particulièrement glauque qui rend l’un de ses possesseurs temporairement aveugle, mais aussi la découverte de cinq cadavres aux crânes sciés sur un chantier. L’occasion pour Lucie Hennebelle, inspecteur de police dans le Nord de croiser la route du commissaire schizophrène Franck Sharko.
Ce roman noir nous plonge dans une ambiance étouffante et glacée à souhait. J’ai apprécié les descriptions très poussées sur l’art du montage cinématographique, mais aussi tout ce qui a trait au domaine scientifique. Avec ce roman, Franck Thilliez nous invite à une véritable plongée dans les zones secrètes du cerveau, sur le conscient et l’inconscient. Il s’interroge également sur le phénomène de la violence et ses origines. Les caractères des personnages sont également très bien campé, ce qui aide à les suivre dans leurs pérégrinations en Belgique, en Egypte, au Canada ou dans les rangs de la Légion étrangère. La construction des chapitres tient également le lecteur en haleine.
Difficile donc de lâcher ce thriller une fois les premières pages entamées.

Efficace

8 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 47 ans) - 14 juin 2012

Comme à son habitude, Franck Thilliez nous propose un thriller percutant et rythmé, au style direct.
Dans cette histoire, il réunit deux de ses héros, à savoir le lieutenant Lucie Hennebelle et le commissaire Franck Sharko, devenu analyste comportemental depuis ses dernières aventures.
Le scénario, original et assez prenant, comporte beaucoup d'éléments à prendre en considération, et hormis quelques rares facilités, l'ensemble tient la route.
A noter qu'un passage est directement inspiré (pour ne pas dire littéralement pompé !) du film "Cannibal Holocaust", pour lequel le réalisateur, soupçonné de tourner un snuff movie, dû se justifier auprès de la justice, tant les scènes proposées, en plus d'être insoutenables, étaient d'un grand réalisme.

Tout commence par la projection d'un vieux film des années 50 que visionne un ex-compagnon de Lucie Hennebelle, et qui provoque un tel traumatisme qu'il en perd la vue. Prévenue de cet étrange trouble Lucie lui rend visite, et piquée par la curiosité commence son travail d'investigation.
Cinq corps mutilés sont découverts sur un chantier proche de Rouen. Le commissaire Franck Sharko est dépêché sur les lieux.
Deux affaires qui en réalité n'en font qu'une. Le procédé est peut-être classique, mais pas l'intrigue qui recèle une étendue et des ramifications insoupçonnées.

Prenant - Captivant - Angoissant

9 étoiles

Critique de Usdyc (Bruxelles, Inscrit le 27 août 2004, 63 ans) - 29 mai 2012

Un tout bon Thilliez. Sommes-nous vraiment dans de la fiction.....?

Henebelle+Sharko

8 étoiles

Critique de Free_s4 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 45 ans) - 13 mai 2012

Deux points positifs pour ce thriller, d'abord la réunion pour la premiére fois de Lucie Henebelle et de Frank Sharko, deux héros de Thilliez.
Et puis les voyage, Le Caire (Egypte) pour Sharko.
Le Canada pour Henebelle.
Un petit point négatif, enquête un peu confuse, image subliminale, la légion étrangère, la CIA......
N’empêche au final un excellent thriller dont j'ai hâte de lire la suite, Gataca.
Ah oui, le personnage de Sharko me fait penser un peu à Bloch de Connelly.

le syndrome E pour "Encore un peu SVP"

8 étoiles

Critique de Seb (, Inscrit le 24 août 2010, 42 ans) - 22 avril 2012

L'auteur est dans la lignée de cette génération littéraire française symbolisée par les Grangé, Chattam et autres Lemaitre. Ce roman est construit sur les mêmes trames avec une partie enchâssée au départ jusqu'à la résolution de l'enquête des deux protagonistes. Ainsi, si la forme ne déroge pas aux classiques du genre, le fond est bien travaillé également et nous permet de voyager un peu dans l'histoire de la guerre froide et de découvrir certaines pratiques de manipulation déroutantes.
La fin par contre m'a déplu en ce sens qu'après tant de rythme, on aurait aimé que Hennebelle et Sharko méritent de quelques repos bien mérités... sans compter l'aspect marketing de cette accroche, trop commercial à mon goût

Pas si mal...

8 étoiles

Critique de Ndeprez (, Inscrit le 22 décembre 2011, 43 ans) - 23 mars 2012

On retrouve notre cher Sharko , toujours psychotique avec quelques troubles obsessionnels (bon l'infirmier psy que je suis vous dirait que ce n'est pas trop possible d'avoir à la fois une bonne psychose et une grosse névrose) et son fameux modèle réduit de locomotive.
Qu'importe , le rythme est bon , parfois avec quelques longueurs , et certaines ficelles sont assez grossières mais F Thilliez a ce don de nous tenir en haleine jusqu'au bout.
Je vais forcément lire Gataca , je ne peux laisser Lucie Hennebelle dans cet état !
Sachez que si vous lisez ce livre vous serez obligé d'acheter le 2ème volet de ce diptyque , genre de plus en plus à la mode dans le polar.

pas le meilleur de Thilliez

6 étoiles

Critique de Mayfair (Distroff, Inscrite le 30 mars 2007, 46 ans) - 14 mars 2012

Je pense comme d'autres lecteurs que le syndrome E n'est pas le meilleur roman de Franck Thilliez.

Cependant on ne peut nier qu'il est difficile de lâcher le bouquin avant la fin, qu'il est plein de rebondissements et que le suspense est très présent. On suit volontiers Sharko dans ses déplacements et on peut parfois se demander comment un justicier tel que lui peut descendre si profondément dans les entrailles de la folie et de l'horreur.

Dommage

5 étoiles

Critique de Chaps31 (, Inscrit le 26 novembre 2011, 48 ans) - 26 novembre 2011

Le titre parait un peu sévère, en fait impossible de donner une note globale. En effet le plaisir n'est pas le même tout le long du livre.

Avant tout, j'ai lu d'autres livres de Thilliez, celui-là n'est pas le meilleur, loin de là même. Tout commence parfaitement, l'action démarre immédiatement et nous plonge dans un mystère qui nous fait tourner les pages avec avidité et puis...

Tout ralentit, l'auteur se perd dans les dédales psychologiques de ses personnages. Certes ceux-ci sont bien construits tout à fait crédibles et "vivants" mais... on s'ennuie ferme, le cœur du mystère n'avance plus et on tourne en orbite autour du mal-être des personnages... Franchement grosse tranche d'ennui, d'autant plus que le début laissait prévoir un roman haletant, que l'on a hâte de retrouver à chaque fois que l'on reprend le livre, mais non...

Puis le rythme revient à la fin, on se fait à nouveau happer par l'histoire, et ce qui se dévoile est tout à fait passionnant.

Donc quel dommage que la majorité du livre donne l'impression d'une bonne idée d'un bon rythme mais pour 80 pages... Le reste est étalé, étalé et fait un peu remplissage... Donc une déception en demi-teinte, ou bien restant sur l'impression de la fin un plaisir en demi-teinte...

Je lirai la suite Gattaca, nous verrons bien...

Captivant

8 étoiles

Critique de Mimilie (, Inscrite le 31 octobre 2011, 32 ans) - 31 octobre 2011

Bien que l'histoire soit peu probable et que les personnages n'aient rien d'original, ce livre s'avère être captivant et difficile à lâcher avant la fin. Le sujet est intrigant et on s'insinue facilement dans l'enquête aux côtés de Sharko et Lucie afin de découvrir les secrets qui se cachent derrière ce film anonyme.
Malgré que, selon moi, ce livre ne soit pas le meilleur de l'auteur, j'ai passé un bon moment en le lisant et j'attends l'éventuelle suite avec impatience.

Peu convainquant

4 étoiles

Critique de Isad (Occitanie, Inscrite le 3 avril 2011, 59 ans) - 29 octobre 2011

La cigarette et la dépression forment une toile de fond classique, de même que la soif de justice, voire d’être un justicier face à la noirceur de certaines âmes humaines. L’intrigue est quand même un peu difficile à croire, surtout que les faits s’étalent sur une longue période.

Deux policiers (Franck, la cinquantaine et Lucie le milieu de la trentaine) qui sont sur 2 affaires distinctes se rencontrent lorsqu’elles se rejoignent. Ils s’aperçoivent qu’elle a des ramifications 50 ans en arrière et remontent les pistes. Après de nombreuses morts et une histoire assez incroyable de film provoquant un profond malaise allant jusqu’à la cécité, ils attraperont le coupable. Malgré leurs 2 cœurs et leurs esprits malmenés, ils envisageront de construire leur futur ensemble. Un rebondissement dans les dernières lignes empêchera cependant une fin heureuse, ... et on devra attendre le tome suivant pour connaître la suite !

IF-1011-3797

Un polar captivant

8 étoiles

Critique de Dyonis (, Inscrit le 14 mars 2007, 52 ans) - 14 juin 2011

Un livre qu'on a du mal à lâcher, avec les deux personnages clés, attachants, dans une histoire déroutante, et sombre.
C'est un livre qui marque les esprits.... que je recommande particulièrement. Le prologue sous-entend une suite....

Forums: Le syndrome E

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le syndrome E".