La nuit du papillon d'or de Tariq Ali

La nuit du papillon d'or de Tariq Ali
(The night of the golden butterfly)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Aliénor, le 8 mai 2012 (Inscrite le 14 avril 2005, 52 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (35 784ème position).
Visites : 1 758 

Histoire(s)

Ce roman est le cinquième volet d’un ensemble intitulé « Le quintet de l’Islam », dans lequel l’auteur retrace l’histoire des conflits entre l’occident chrétien et la civilisation islamique, de l’an 1153 à nos jours. Cette précision me paraissait utile en préambule, tout comme le fait de dire que je n’ai pas lu les quatre précédents, puisque j’ai découvert l’auteur à la lecture de ce cinquième volet.

L’histoire commence par un coup de téléphone. Celui que reçoit Dara, narrateur de l’histoire, de la part d’un ami qu’il a perdu de vue depuis plusieurs décennies. Dara est un écrivain d’origine indienne installé à Londres, tandis que Zahid, l’ami en question, est un grand chirurgien parti vivre aux Etats-Unis. Dara est tout autant surpris de cette reprise de contact subite que du motif de l’appel de Zahid. Ce dernier lui demande en effet d’écrire la biographie de Platon, leur meilleur ami commun, qui de son côté est devenu peintre. Et Dara n’est pas libre de refuser cette demande, puisque Platon considère qu’il s’agit là du remboursement d’une dette contractée à la suite d’un service rendu.

L’écrivain se replonge donc dans sa jeunesse, et entraîne le lecteur dans ses souvenirs, qui mêlent son histoire personnelle à la grande. Il est beaucoup question dans ce livre de la partition entre l’Inde et le Pakistan, mais aussi de la révolution culturelle maoïste puisque le quatrième ami de la bande est d’origine chinoise. Ce retour dans le passé est également l’occasion pour lui de repenser à ses amis et à ses amours. En particulier à sa passion pour la belle Jindié (elle est le papillon d’or du titre), qu’il a tant aimée et jamais oubliée.
Ce roman, aux personnages multiples et terriblement fouillé, nécessite une lecture très attentive. Non pas qu’il soit difficile à suivre, mais entre l’histoire personnelle, l’histoire d’un pays, les événements politiques évoqués et les critiques distillées par l’auteur, le lecteur doit rester concentré pour que rien ne lui échappe.

Et si j’ai été séduite par l’écriture et l’humour de Tariq Ali, je n’ai pour autant pas été totalement emballée par ce livre. J’ai beaucoup aimé les personnages féminins – et en particulier celui de Zaynab – mais ai aussi éprouvé quelques longueurs. Tous les ingrédients me semblant pourtant réunis pour en faire un grand roman, je dirais simplement que le charme n’a pas opéré sur moi. Peut-être me manque-t-il la lecture des quatre premiers volets pour avoir su l’apprécier à sa juste valeur.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Le quintet de l'islam

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

copains d'avant

9 étoiles

Critique de Lectio (, Inscrit le 16 juin 2011, 70 ans) - 10 août 2013

C'est un cercle d'amis étudiants à Lahore dans les années 60. La partition du Penjab (1947) n'est pas si loin et les échanges, les espoirs politiques des uns et des autres vivement partagés. Partagés aussi les confidences intimes, les émois et élans amoureux. Ainsi Dara follement épris de Jindié, le papillon d'or, rencontre nuitamment son jeune amour dans un jardin public grâce à la complicité de son ami Platon. Le poids des traditions, la rigueur des familles annihile toute possibilité d'union. Et la vie disperse ces compères aux 4 coins du monde. Jusqu'à ce que, 45 ans plus tard, Platon devenu artiste peintre célèbre et contestataire téléphone à Dara, lui rappelle sa dette morale pour l'aide à la nuit du Papillon d'or.. et lui demande d'écrire sa biographie ! Retrouvailles avec Zahid devenu un brillant chirurgien républicain aux Etats Unis. Il a épousé Jindié (le papillon d'or) et Confucius (frère de Jindié) garde rouge en Chine. Mais pas la moindre trace de nostalgie dans ce récit. C'est de l'actualité qu'il s'agit et l'occasion de brosser un portrait dévastateur du Pakistan que l'auteur ne cite jamais, lui substituant le terme de "terrepatrie". Un pays à la corruption inégalable où règne la terreur des mollahs (histoire de Zaynab mariée au Coran à seule fin de préserver le patrimoine familial), et l'activisme de l'Amérique et de l'Occident (la fausse victime de l'Islam mise en scène par les médias occidentaux). Tariq Ali pulvérise, asperge largement au vitriol du Pakistan à la Chine, à l'Amérique, à l'Europe, avec une mention particulière pour "l’intelligentsia"parisienne. L'humour est grinçant, sarcastique, les faits et les noms à peine voilés. Un style alerte pour une histoire bien charpentée et agencée mêlant satire, critique politique et amour. Ah!.. l'amour entre Dara et le Papillon d'or est, 45 ans après, toujours intact, sensible et.. platonique.

Forums: La nuit du papillon d'or

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La nuit du papillon d'or".