Les fiches récentes les plus visitées

Ce classement ne reprend que les critiques publiées dans les trente derniers jours.


31.
154 visites
sans couverture

Quand Dieu apprenait le dessin de Patrick Rambaud

critiqué par Elko - (Niort - 42 ans)
8 etoiles
Quand San Marco était égyptien
Quel joli titre :« Quand Dieu apprenait le dessin ». Il est tiré du Decameron et désigne cette période où le Créateur s’essayait à son œuvre sans pour autant maîtriser son art. Le brouillon avant le parachèvement. Et c’est de la Venise émergente, celle du début IXème, dont il est question. Car Venise n’a pas toujours été cette puissance maritime et commerciale connue...

32.
154 visites
sans couverture

Dictionnaire amoureux de Naples de Jean-Noël Schifano, Alain Bouldouyre (Dessin)

critiqué par Pucksimberg - (Toulon - 38 ans)
10 etoiles
Une superbe déclaration d'amour à la ville de Naples
Je n’avais encore jamais lu un volume des dictionnaires amoureux et appréhendais un peu cette lecture par crainte que cela soit fastidieux de passer d’un sujet à un autre, mais j’ai été captivé par cet ouvrage. La ville de Naples exerce déjà une fascination sur moi, elle est tellement loin de ce qu’en montrent les médias. A force de caricaturer...

33.
152 visites
sans couverture

Mishenka de Daniel Tammet

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)
6 etoiles
CHAMPIONNAT DU MONDE D'ÉCHECS
Au début de l’histoire nous sommes à Moscou, capitale de ce qui est alors l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, en mars 1960. Le pays vit comme au ralenti, en effet, un grand événement sportif se déroule à ce moment-là en URSS. Coupe du Monde de Football ? Non! C’est le championnat du monde d’échecs, le sport national en Union Soviétique....

34.
152 visites
sans couverture

Scherbius (et moi) de Antoine Bello

critiqué par Killing79 - (Chamalieres - 38 ans)
8 etoiles
La psychiatrie romanesque
Présentation de l'éditeur "Scherbius n'est ni le premier imposteur ni la première personnalité multiple, il est le premier imposteur à personnalités multiples, une combinaison détonante que mon devoir consiste à stabiliser avant qu'elle n'explose". 1977. Maxime Le Verrier, psychiatre, se donne pour mission de guérir Scherbius, un patient chez qui il a repéré un trouble de la personnalité multiple. Alors que...

35.
151 visites
sans couverture

Le corps des bêtes de Audrée Wilhelmy

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 76 ans)
8 etoiles
Faire le sexe des humains
Audrey Wilhelmy a l’art heureux de nous emmener dans des univers déjantés où les bien-pensants seront décoiffés. Pourtant, son roman ne prône pas une exacerbation des sentiments. Au contraire, ils naissent naturellement au rythme d’une existence qui pourrait s’identifier à celle des animaux dont le règne est loin de représenter un état sauvage. Des règles tacites régissent les relations entre...

36.
151 visites
sans couverture

Un siècle américain, Tome 1 : Nos premiers jours de Jane Smiley

critiqué par Poet75 - (Paris - 62 ans)
8 etoiles
Raconter un siècle américain par le prisme d'une famille
Premier volume d’une trilogie ayant l’ambition de raconter « un siècle américain » (puisque c’est le titre choisi pour désigner l’ensemble des trois ouvrages) par le prisme d’une famille s’étant établie sur les vastes terres de l’Iowa pour y fonder une ferme, ce livre commence en 1920 pour s’achever en 1953. Le pari un peu fou de l’auteure, c’est de...

37.
151 visites
sans couverture

La petite librairie des coeurs brisés de Annie Darling

critiqué par Alapage - (45 ans)
7 etoiles
De gros clichés, prévisible...et léger!
Extrait : Il lui revint en tête que chaque parcelle de Bookends renfermait un souvenir bien précis, pour elle. C’était là où se trouvait son cœur, c’était son havre, son lieu de bonheur. Posy n'avait que vingt-et-un ans lorsque ses parents sont décédés dans un accident. Elle se retrouve responsable de son petit frère, Sam. Heureusement pour eux, Lavinia les prend...

38.
150 visites
sans couverture

La main dans la main de Georges Simenon

critiqué par Catinus - (Liège - 67 ans)
9 etoiles
Ma bible !
Plusieurs « spécialistes » de Simenon – comme Jean Jour, Laurent Demoulin - ont tendance à déprécier ces « Dictées ». Il me semble qu’ils ont tort (sauf le respect que je leur dois, comme dirait Brassens). En effet, elles fourmillent de renseignements sur l’homme, sur sa vie privée, sur Liège , etc., mais plus encore … Pour ma...

39.
147 visites
sans couverture

Merci d’être pauvre de Bertrand Legruley

critiqué par Claude69 - (48 ans)
10 etoiles
Juste pour se détendre...
4ème de couverture : Anne tenait un vase aux motifs chinois dans ses mains et l’admirait d’un air apaisé. La porte du hall d’entrée s’ouvrit subitement et percuta la boiserie. C’était Joséphine, et elle fit trois grands pas vers sa patronne avant de hurler : — Faut que je vous parle ! ...

40.
146 visites
sans couverture

Ilya Kalinine de Jérôme Camut, Nathalie Hug

critiqué par Usdyc - (Bruxelles - 62 ans)
8 etoiles
Un très bon complément à W3
Ce livre explique les origines d'un des principaux personnages de la série en 3 tomes W3. Il est un complément indispensable à lire pour tous ceux qui lisent ou liront les 3 tomes car il explique le pourquoi du comment des choses qui forme la trame de la série. Le livre peut se lire aussi bien avant qu'après la lecture du...

41.
145 visites
sans couverture

Un fils parfait de Mathieu Menegaux

critiqué par Nathavh - (53 ans)
9 etoiles
Un fils parfait
Il y a quelques semaines je découvrais le premier roman de Mathieu Menegaux "Je me suis tue", j'avais adoré, j'ai donc décidé dans la foulée de lire le second que voici. Une fois encore, bravo Mathieu Menegaux a vraiment le don de partir de faits réels et de nous démontrer que la justice a des failles et n'est pas toujours équipée...

42.
144 visites
sans couverture

Mär Volume 12 de Nobuyuki Anzai

critiqué par Sotelo - (Sèvres - 35 ans)
4 etoiles
L'art de décevoir.
Ce douzième volume est le parfait symbole de l'un des plus gros défaut de la série : l'incapacité d'Anzai d'aller au bout de ses idées. Ici le combat opposant Ginta à Yan est assez édifiant. Cela fait déjà quelques volumes que Anzai faisait monter la sauce au sujet de cet affrontement inévitable entre les deux vieux ennemis, notamment dans le...

43.
144 visites
sans couverture

Les Brumes de Key West de Vanessa Lafaye

critiqué par Alapage - (45 ans)
9 etoiles
Bouleversant!
Extrait : Quand nous t’avons faite, ton papa et moi, nous savions que tu serais spéciale. Mais c’est difficile d’être spéciale. Il faut avoir de solides chaussures pour emprunter cette route. Effectivement, la vie d'Alicia n'a pas toujours été tendre avec elle. Après une année passée avec un mari qui l'utilisait à sa guise et qui la battait, elle a eu...

44.
143 visites
sans couverture

Le Corps du roi de Stanis Perez

critiqué par Colen8 - (77 ans)
5 etoiles
Anecdotique
Depuis le Moyen Âge sous la monarchie absolue le roi s’est vu octroyer par le sacre et l’onction de la Sainte Ampoule une existence symbolique s’ajoutant à la vie biologique d’un corps soumis aux mêmes vicissitudes que tout le monde. On l’a même crédité, ce roi, d’un pouvoir thaumaturgique largement assimilé à la superstition dès avant la période des Lumières....

45.
143 visites
sans couverture

Plaisirs criminels de Kerry Greenwood

critiqué par Koolasuchus - (Laon - 28 ans)
8 etoiles
Irrésistible Miss Fisher
Quand une journaliste enquêtant sur des disparitions de jeunes filles à Melbourne s'évanouit à son tour dans la nature, il n'en faut pas plus à la charmante mais néanmoins déterminée Miss Fisher pour mener l'enquête et retrouver tout ce petit monde. Accompagnés de ses « seconds » et de sa fidèle Dot, la riche détective ira ainsi de couvent en maisons closes...

46.
143 visites
sans couverture

Il n'y a pas d'erreur : je suis ici de Éléonore Létourneau

critiqué par Libris québécis - (Montréal - 76 ans)
8 etoiles
Voir Venise et mourir
Que reste-t-il à faire quand il semble que l’on a atteint le bout du rouleau ? À 50 ans, Pierre, un designer, se pose la question. On a vanté son talent comme concepteur du mobilier urbain. On a apprécié en particulier, dans les aéroports, son design de sièges dans les aires d’attente. Mais depuis, son étoile a pali en même...

47.
142 visites
sans couverture

Anno Dracula 1959 : Dracula Cha Cha Cha de Kim Newman

critiqué par Sotelo - (Sèvres - 35 ans)
5 etoiles
Baisse de régime.
Nouveau volet de la série "Anno Dracula", qui se déplace cette fois-ci à Rome pour un nouveau mariage de Dracula. Ce troisième opus montre les limites de la série de Kim Newman. Si le fait de mettre les femmes à l'honneur (Kate, Geneviève et Pénélope) est une excellente idée, difficile de pas voir les similitudes avec le premier volet de...

48.
142 visites
sans couverture

Les bornes du temps - Les pensées en action de Martine Bores

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
8 etoiles
Vivre ses envies...
J’ai lu dans le tome I de cette trilogie poétique le difficile chemin que Martine raconte avec beaucoup de pudeur et de courage, combattant la douleur et le handicap sans jamais baisser les bras même si elle laisse filtrer des moments découragement qu’elle surmonte bien vite. Dans ce tome 2, elle nous montre surtout comment avec son esprit et ses...

49.
138 visites
sans couverture

L'intercepteur de fantômes de Daniel Fano

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
8 etoiles
Réveiller les fantômes
Un an pile après sa mort, les amis de Marc Dachy, « infatigable explorateur des avant-gardes littéraires et artistiques du XX° siècle » ont souhaité lui rendre l’hommage qu’il méritait tellement. A cette occasion, Daniel Fano a écrit un texte où fiction et témoignages se mêlent, et quand Daniel Simon lui a proposé de l’éditer, il lui a adjoint quelques...

50.
137 visites
sans couverture

De la mort sans exagérer: Poèmes 1957-2009 de Wisława Szymborska

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)
8 etoiles
UNE POÉSIE DU QUOTIDIEN...
Trois mots étranges Quand je prononce le mot Avenir, sa première syllabe appartient déjà au passé. Quand je prononce le mot Silence, je le détruis. Quand je prononce le mot Rien, je crée une chose qui ne tiendrait dans aucun néant. «Trois mots étranges», tiré du recueil «Instant» (2002) Quand le prix Nobel fut décerné en 1996, à Wislawa SZYMBORSKA (1923-2012), son nom n'était pas,- c'est le...

51.
135 visites
sans couverture

Ailleurs si j'y suis de Antoine Laurain

critiqué par Pierraf - (Lyon - 60 ans)
9 etoiles
Mais c'est moi !
4ième de couverture : "Pierre-François Chaumont, brillant avocat parisien, est collectionneur depuis l'enfance. Un matin qu'il déambule dans les salles d'exposition de l'hôtel Drouot, il se retrouve nez à nez avec un portrait du XVIIIe siècle. Stupéfaction : le visage de l'homme en perruque poudrée, c'est le sien ! Pulvérisant les enchères, Pierre-François rapporte l'étrange tableau chez lui. Mais le mystère...

52.
135 visites
sans couverture

Batman - tome 2 - The Dark Prince Charming de Marini

critiqué par Septularisen - (Luxembourg - 50 ans)
8 etoiles
«C'est dans les contes de fées que les histoires finissent bien... et ceci n'en est pas un !»
Ce deuxième tome de «The Dark Prince Charming » débute exactement là où nous avait laissé la fin du premier tome. Nous retrouvons Batman, qui remue désespérément la ville de Gotham-City toujours à la recherche de son pire ennemi, le Joker qui a enlevé Alina, sa fille, ou plus exactement la fille de Bruce Wayne. Mais le clown psychopathe reste introuvable...

53.
133 visites
sans couverture

L'endroit le plus dangereux du monde de Lindsey Lee Johnson

critiqué par Jfp - (Yerres (Essonne) - 69 ans)
10 etoiles
ici et maintenant
L'endroit le plus dangereux du monde, c'est ici et… maintenant ! Ici, c'est Mill Valley, cette petite vallée californienne où tout le monde se connaît, peuplée majoritairement de représentants typiques de la classe moyenne aisée. Et maintenant, c'est le temps présent, celui de la circulation ultra-rapide de l'information via les réseaux dits "sociaux", véhiculant en un temps record les nouvelles...

54.
132 visites
sans couverture

Le Manège de Thierry Radière

critiqué par Débézed - (Besançon - 71 ans)
8 etoiles
Tourne manège !
Avec ce texte Thierry Radière franchit une nouvelle étape dans sa carrière littéraire, pour la première fois, même si ce texte a déjà connu une première version numérique, il expose un roman sur les rayons des librairies. Cette première est peut-être le signe qu’il souhaite élargir sa palette pour s’installer comme un écrivain reconnu, ce qu’il est déjà le cas...

55.
128 visites
sans couverture

Les espionnes du Salève : L'envers du miroir de Mark Zellweger

critiqué par Nathavh - (53 ans)
7 etoiles
Les espionnes du Salève
Mark Zellweger est suisse, il nous fait découvrir dans ce premier tome de la série "Les espionnes du Salève" un pan peu connu de l'histoire de son pays durant la seconde guerre mondiale. La Suisse est connue pour sa neutralité durant ce conflit, on ignore souvent que le service de renseignements a oeuvré pour recueillir des informations utiles à la résistance...

56.
128 visites
sans couverture

Biologie du pouvoir de Jean-Didier Vincent

critiqué par Colen8 - (77 ans)
7 etoiles
Une alchimie complexe
Le neurobiologiste navigue avec une aisance sans pareille pour décrire l’animation des structures sous-jacentes à ce qu’il nomme le cerveau social, animation observable par les techniques d’imagerie IRMf, tDCS, TEP(1). Au risque de noyer parfois le lecteur il détaille l’effet des neurotransmetteurs et des hormones s’exprimant chez les vertébrés dans leurs émotions, leurs actions, leurs vies sociales, enfin leurs pensées...

57.
128 visites
sans couverture

Pokemon, le film : Blanc - Victini et Zekrom de Momota Inoue, Tsunekazu Ishihara, Hideki Sonoda

critiqué par Koolasuchus - (Laon - 28 ans)
7 etoiles
Idéal contre réalité
Alors qu'il poursuit sa quête des badges de la région d'Unys, Sacha et ses amis, Rachid et Iris, arrivent dans la ville d'Eindoak pour le festival de la récolte. Durant les festivités ils vont faire la rencontre de Victini, un pokémon légendaire qui serait le gardien d'Eindoak. Sacha et Victini vont ainsi très vite se prendre d'amitié, toutefois l'apparition de...

58.
127 visites
sans couverture

Les Crèvecoeur 1: Édith et Romain de Antonia Medeiros

critiqué par Alapage - (45 ans)
6 etoiles
Mitigée...
Au cours de ce premier tome, Antonia Medeiros nous fait découvrir la famille Crèvecoeur. Une famille hors du commun dont le récit est scindé en deux parties d'où le titre Édith et Romain, parents de Germain. Le récit débute donc par le décès de Germain. Son fils Raphaël, qui n'a jamais connu son père, apprend la nouvelle par le biais du...

59.
127 visites
sans couverture

Dans quelle France on vit de Anne Nivat

critiqué par Colen8 - (77 ans)
8 etoiles
Le pouls de la France invisible
Reporter de guerre depuis 20 ans – Tchétchénie, Afghanistan, Irak, Syrie et ailleurs – Anne Nivat s’est servie de ses expériences d’immersion en pays inconnus pour prendre le pouls de nos compatriotes entre juin 2015 et juin 2016. Elle a donc décidé de séjourner chez l’habitant pendant plusieurs semaines à chaque fois après avoir sélectionné six villes moyennes loin des...

60.
127 visites
sans couverture

Cécile, ma fille, ma disparue de Jonathan Oliver

critiqué par DODODLB - (63 ans)
7 etoiles
UN CRI D'AMOUR
Ce livre est un véritable cri d’amour d’un père, Jonathan Oliver, à sa fille, Cécile Vallin, disparue sans laisser de trace le 8 juin 1997. Une jeune fille de 17 ans qui s’apprêtait à passer les épreuves du BAC, et qui disparait à Saint-Jean de Maurienne, alors que la dernière fois qu’on l’aperçoit elle marchait...