Les forums

Forums  :  Musique & Cinéma  :  Chanson du jour

Sahkti
avatar 12/03/2005 @ 13:56:58
Pour les amateurs, pendant tout le mois de Mars, le théâtre du Méridien (Chaussée de La Hulpe à BXL) propose le spectacle "Soeur Sourire"

http://www.theatredumeridien.be

Saint Jean-Baptiste 12/03/2005 @ 19:21:57
Oh la la ! Cette chère Sœur Dominique-nique-nique !
Elle a été écrasée par le poids de la renommée !
Mais c'est vrai que c'est lourd à porter, la renommée, hein Bluewitch ?

Nothingman

avatar 13/03/2005 @ 14:34:55
Quand un chanteur est touché par la grâce, en l'occurrence Miossec, çà donne ceci :

Elle était de ces femmes
Qu'on embrasse sur les yeux
Dont on tombe sous le charme
Comme on tombe sous le feu
Elle était de ces femmes
Qui ne laissent pas les hommes silencieux
Dont on tombe sous la mitraille
Rien qu'en croisant ses yeux
Elle était de ces femmes
Qui ne semblent pas craindre le feu
Ni le bûcher ni les flammes
Tout en elle vous rendait heureux
Elle était de ces femmes
Qu'on prie pour qu'elle vous remarque un peu
On plongerait dans ses flammes
Pour seulement effleurer ses yeux
Elle était de ces femmes
Dont un sourire vous rend heureux
Pour elle j'aurais maudit mon âme,
Pour elle j'aurais maudit le bon dieu
Elle était de ces femmes
Dont on aimerait laver les cheveux
Dont on aimerait embrasser l'âme
C'est le plus grand de mes voeux
J'ai rien dit devant cette femme
Même pas "au fait est-ce qu'il pleut ?"
Et l'enfant que vous êtes encore Madame
Me met les larmes aux yeux
Elle était de ces femmes
Qui n'ont pas le regard bleu
Dont les yeux ont versé trop de larmes
Pour croire encore aux cieux
J'ai rien dit devant cette femme
Même pas "au fait est-ce qu'il pleut ?"
Et l'enfant que vous êtes encore Madame
Me met les larmes aux yeux.

Bluewitch
avatar 13/03/2005 @ 18:11:26
Oh la la ! Cette chère Sœur Dominique-nique-nique !
Elle a été écrasée par le poids de la renommée !
Mais c'est vrai que c'est lourd à porter, la renommée, hein Bluewitch ?


M'en parle pas... Plus jamais moyen de passer incognito!

Tistou 14/03/2005 @ 10:20:39
Quand un chanteur est touché par la grâce, en l'occurrence Miossec, çà donne ceci :

Elle était de ces femmes
Qu'on embrasse sur les yeux
Dont on tombe sous le charme
Comme on tombe sous le feu
Elle était de ces femmes
Qui ne laissent pas les hommes silencieux
Dont on tombe sous la mitraille
Rien qu'en croisant ses yeux
Elle était de ces femmes
Qui ne semblent pas craindre le feu
Ni le bûcher ni les flammes
Tout en elle vous rendait heureux
Elle était de ces femmes
Qu'on prie pour qu'elle vous remarque un peu
On plongerait dans ses flammes
Pour seulement effleurer ses yeux
Elle était de ces femmes
Dont un sourire vous rend heureux
Pour elle j'aurais maudit mon âme,
Pour elle j'aurais maudit le bon dieu
Elle était de ces femmes
Dont on aimerait laver les cheveux
Dont on aimerait embrasser l'âme
C'est le plus grand de mes voeux
J'ai rien dit devant cette femme
Même pas "au fait est-ce qu'il pleut ?"
Et l'enfant que vous êtes encore Madame
Me met les larmes aux yeux
Elle était de ces femmes
Qui n'ont pas le regard bleu
Dont les yeux ont versé trop de larmes
Pour croire encore aux cieux
J'ai rien dit devant cette femme
Même pas "au fait est-ce qu'il pleut ?"
Et l'enfant que vous êtes encore Madame
Me met les larmes aux yeux.

Ah! Un Miossecien!

Tistou 14/03/2005 @ 10:21:44
En hommage au personnage, plus qu'au texte, voici le tube qui détrôna Elvis du Hit-Parade. J'aurais mieux fait de le poster le 29 Mars (date des 20 ans de la fin tragique de son existence) mais puisque SJB nous a tenu au courant de la fin du monde à cette date, mieux vaut être prévoyante!!!!

"Dominique" de Soeur Sourire

Dominique, nique, nique
S'en allait tout simplement,
Routier, pauvre et chantant
En tous chemins, en tous lieux,
Il ne parle que du Bon Dieu,
Il ne parle que du Bon Dieu


A l'époque où Jean Sans Terre, d'Angleterre était le roi
Dominique notre père, combattit les albigeois.
{Refrain}

Certains jours un hérétique, par des ronces le conduit
Mais notre Père Dominique, par sa joie le convertit
{Refrain}

Ni chameau, ni diligence, il parcourt l'Europe à pied
Scandinavie ou Provence, dans la sainte pauvreté
{Refrain}

Enflamma de toute école filles et garçons pleins d'ardeur
Et pour semer la parole, inventa les Frères-Prêcheurs
{Refrain}

Chez Dominique et ses frères, le pain s'en vint à manquer
Et deux anges se présentèrent, portant de grands pains dorés
{Refrain}

Dominique vit en rêve, les prêcheurs du monde entier
Sous le manteau de la Vierge, en grand nombre rassemblés.
{Refrain}

Dominique, mon bon Père, garde-nous simples et gais
Pour annoncer à nos frères, la vie et la vérité.
{Refrain}

Par contre, je ne suis pas sûr d'être Dominicain!

Bluewitch
avatar 14/03/2005 @ 17:19:03
Je ne le suis pas non plus, Tistou. Mais pour le personnage, ça mérite de faire une petite parenthèse à no goûts musicaux! ;o)

Tistou 14/03/2005 @ 22:54:19
Tonight's the night de Neil Young
dans Tonight's the night.

Tonight's the night,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night.

Bruce Berry was a working man
He used to load that Econoline van.
A sparkle was in his eye
But his life was in his hands.

Well, late at night
when the people were gone
He used to pick up my guitar
And sing a song in a shaky voice
That was real as the day was long.

Tonight's the night, yes it is,
tonight's the night
Tonight's the night, yes it is,
tonight's the night.

Early in the mornin'
at the break of day
He used to sleep
until the afternoon.
If you never heard him sing
I guess you won't too soon.

'Cause people let me tell you
It sent a chill
up and down my spine
When I picked up the telephone
And heard that he'd died
out on the mainline.

Tonight's the night,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night.

Bruce Berry was a working man
He used to load that Econoline van.
Well, early in the morning
at just about the break of day
He used to sleep
until the afternoon.

Tonight's the night, yes it is,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night
Tonight's the night,
tonight's the night.

Et une chanson bien noire d'un Neil Young période noire pour une journée ... noire? Et une!

Kilis 15/03/2005 @ 18:51:39
Dans l'eau de la claire fontaine
Elle se baignait toute nue.
Une saute de vent soudaine
Jeta ses habits dans les nues.

En détresse, elle me fit signe
Pour la vêtir, d'aller chercher
Des monceaux de feuilles de vigne,
Fleurs de lis ou fleurs d'oranger.

Avec des pétales de roses
Un bout de corsage lui fit.
La belle n'était pas bien grosse
Une seule rose a suffi.

Avec le pampre de la vigne
Un bout de cotillon lui fit,
Mais la belle était si petite
Qu'une seule feuille a suffi.

Elle me tendit ses bras, ses lèvres
Comme pour me remercier...
Je les pris avec tant de fièvre
Qu'ell' fut toute déshabillée.

Le jeu dut plaire à l'ingénue
Car à la fontaine souvent,
Ell' s'alla baigner toute nue
En priant Dieu qu'il fit du vent,
Qu'il fit du vent...


Georges Brassens

Saint Jean-Baptiste 15/03/2005 @ 19:57:13
Me demande pourquoi ? Mais ça devait être proposé par Kilis, cette chanson là ! ;-))
Complicité avec Brassens ?;-)))

Kilis 15/03/2005 @ 20:17:09
Me demande pourquoi ? Mais ça devait être proposé par Kilis, cette chanson là ! ;-))
Complicité avec Brassens ?;-)))

oui!

Saule

avatar 17/03/2005 @ 13:18:07
Mon coup de coeur du moment : la messe en Ré majeur de Dvorak. Enivrant. Le crédo particulièrement, c'est divin (ben oui).

Je l'écoute le matin en marchant vers le boulot et ça me remplit d'allégresse.

Credo in unum Deum,
Patrem omnipotentem,
factorem caeli et terrae,
visibilium omnium
et invisibilium.
Et in unum Dominum Jesum Christum,
Filium Dei unigenitum.
Et ex Patre natum
ante omnia saecula.
Deum de Deo,
lumen de lumine,
Deum verum de Deo vero.
Genitum non factum,
consubstantialem Patri:
per quem omnia facta sunt.
Qui propter nos homines
et propter nostram salutem
descendit de coelis.
Et incarnatus est
de Spiritu Sancto
ex Maria Virgine,
et homo factus est.
Crucifixus etiam pro nobis:
sub Pontio Pilato
passus et sepultus est.
Et resurrexit tertia die,
secundum Scripturas.
Et ascendit in coelum:
sedet ad dexteram Patris.
Et iterum venturus est cum gloria,
judicare vivos et mortuos:
cujus regni non erit finis.
Et in Spiritum Sanctum,
Dominum et vivificantem:
qui ex Patre Filioque procedit.
Qui cum Patre et Filio
simul adoratur et conglorificatur:
qui locutus est per prophetas.
Et in unam sanctam catholicam
et apostolicam Ecclesiam.
Confiteor unum baptisma
in remissionem peccatorum.
Et expecto resurrectionem mortuorum.
Et vitam venturi saeculi.
Amen.

Nothingman

avatar 19/03/2005 @ 19:01:00
Ouverture par Etienne Daho

Il n'est pas de hasard,
Il est des rendez-vous,
Pas de coïncidence,
Aller vers son destin,
L'amour au creux des mains,
La démarche paisible,
Porter au fond de soi,
L'intuition qui flamboie,
L'aventure belle et pure,
Celle qui nous révèle ,
Superbes et enfantins,
Au plus profond de l'âme.

Portée par l'allégresse,
Et la douceur de vivre,
De l'été qui commence,
La rumeur de Paris,
Comme une symphonie,
Comme la mer qui balance.

J'arrive au rendez-vous,
Dans l'épaisse fumée,
Le monde me bouscule,
Réfugié dans un coin,
Et observant de loin,
La foule qui ondule,
Mais le choc imminent,
Sublime et aveuglant,
Sans prévenir arrive.

Je m'avance et je vois,
Que tu viens comme moi,
D'une planète invisible,
Où la pudeur du cœur,
Impose le respect,
La confiance sereine,
Et plus tu t'ouvres à moi,
Et plus je m'aperçois,
Que lentement je m'ouvre,
Et plus je m'ouvre à toi,
Et plus je m'aperçois,
Que lentement tu t'ouvres.

Il fut long le chemin,
Et les pièges nombreux,
Avant que l'on se trouve,
Il fut le long le chemin,
Les mirages nombreux,
Avant que l'on se trouve.

Ce n'est pas le hasard,
C'est notre rendez-vous,
Pas une coïncidence.

_Imagine_ 19/03/2005 @ 21:27:09
PLUS RIEN (par les cowboys fringants)

Il ne reste que quelques minutes à ma vie
Tout au plus quelques heures je sens que je faiblis
Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier humain de la terre


On m'a décrit jadis, quand j'étais un enfant
Ce qu'avait l'air le monde il y a très très longtemps
Quand vivaient les parents de mon arrière grand-père
Et qu'il tombait encore de la neige en hiver


En ces temps on vivait au rythme des saisons
Et la fin des étés apportait la moisson
Une eau pure et limpide coulait dans les ruisseaux
Où venaient s'abreuver chevreuils et orignaux


Mais moi je n'ai vu qu'une planète désolante
Paysages lunaires et chaleur suffocante
Et tous mes amis mourir par la soif ou la faim
Comme tombent les mouches...

Jusqu'à c'qu'il n'y ait plus rien...
Plus rien...
Plus rien...


Il ne reste que quelques minutes à ma vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier humain de la terre


Tout ça a commencé il y a plusieurs années
Alors que mes ancêtres étaient obnubilés
Par des bouts de papier que l'on appelait argent
Qui rendaient certains hommes vraiment riches et puissants


Et ces nouveaux dieux ne reculant devant rien

Étaient prêts à tout pour arriver à leurs fins
Pour s'enrichir encore ils ont rasé la terre
Pollué l'air ambiant et tari les rivières


Mais au bout de cent ans des gens se sont levés
Et les ont avertis qu'il fallait tout stopper
Mais ils n'ont pas compris cette sage prophétie
Ces gens-là ne parlaient qu'en termes de profits


C'est des années plus tard qu'ils ont vu le non-sens
Dans la panique ont déclaré l'état d'urgence
Quand tous les océans ont englouti les îles
Et que les inondations ont frappé les grandes villes


Et par la suite pendant toute une décennie
Ce fut les ouragans et puis les incendies
Les tremblements de terre et la grande sécheresse
Partout sur les visages on lisait la détresse


Les gens ont dû se battre contre les pandémies
Décimés par millions par d'atroces maladies
Puis les autres sont morts par la soif ou la faim
Comme tombent les mouches...

Jusqu'à c'qu'il n'y ait plus rien...

Plus rien...

Plus rien...


Mon frère est mort hier au milieu du désert
Je suis maintenant le dernier humain de la terre
Au fond l'intelligence qu'on nous avait Cnné
N'aura été qu'un beau cadeau empoisonné


Car il ne reste que quelques minutes à la vie
Tout au plus quelques heures, je sens que je faiblis
Je ne peux plus marcher, j'ai peine à respirer
Adieu l'humanité...

Adieu l'humanité...


C'est un groupe canadien (c'est un euphémisme de le dire pour ceux qui connaissent, n'est ce pas??) qui commence aussi a etre connu en France, surtout depuis qu'ils ont fait les solidays... L'album s'appelle la grand messe.

Tistou 21/03/2005 @ 14:32:40
Pendant que les enfants jouent de Dominique A
Dans Tout sera comme avant

Pendant que les enfants jouent
Nous, à quoi jouons nous ?
Dès qu’ils ont le dos tourné
A nos chantiers sommes appelés
A la ronce, à la brume, au calcaire,
A la roue devant l’éclat de verre
Pendant que les enfants jouent
Nous singent en se couvrant de boue

Pendant que les enfants jouent
Nous, à quoi jouons nous ?
A rêver de confort sous l’amiante
Enlacés sur une valse en pente
Sur le pont de grands cargos gris fer
Allongés pour ne pas voir la mer.
A compter les chemins qui serpentent
Et les ballons crevés de belle mort sous la tente.

Où sont palais entreposés
Et la langueur et les baisers
Et le carmin lourd sous la douche
Et le grand lit où tombent les mouches ?
Pendant que les enfants jouent
Chassant l’écume, la joue brûlante
Nous souquons ferme, ils nous entendent
Et se jettent contre nous pour nous défendre.

Magnifique A et ses moulinets du bras droit, délaissant la guitare, quand il chante.

Saint Jean-Baptiste 22/03/2005 @ 21:13:57
Texte et musique de Pierre Perret


{Refrain:}
Le bonheur c'est toujours pour demain
Hé fillette ne prends pas ma main
Mes doigts ont effeuillés tant de roses
Que de parler d'amour encore je n'ose

Où sont mes amis qui seront fidèles
Et ces pays pleins d'odeurs de cannelle
Et toi mon bel amour ma tristesse nouvelle
As-tu un cœur de fer sous ton corsage de velours

Y a-t-il quelque part un ruisseau d'eau pure
N'existe-t-il pas cet amour qui dure
Le bonheur est-il bref comme un orage en ciel d'été
Celui qui sait tout ça est homme plus heureux que moi

{au Refrain}

Brûlants sont les mots sortis de tes lèvres
L'eau de tes baisers m'a donné la fièvre
Si un autre que moi dort dans ta chevelure
Mes doigts seront serpents couteaux seront mes dents

Et quand tu t'endors ingénue divine
La bouche meurtrie contre ma poitrine
Ne faut-il pas partir avant d'encore une fois mourir
Celui qui sait tout ça est homme plus heureux que moi

{au Refrain}

Un peu poète quand il veut, l'ami Perret !
Si on l'invitait un de ces samedi ?

FéeClo 23/03/2005 @ 09:23:38
Pour vous donner l'envie de profiter pleinement de cette journée (qui de plus s'annonce ensoleillée en Belgique), voici la chanson du jour:

"Chaque jour est une vie" de Louis Chedid

A quoi sert de bâtir des plans sur la comète ?
Demain demain demain toujours remettre
Horloge, pendules, chronomètres
Jamais ne reculent, ne s'arrêtent
Coup de cœur ou plaisirs fugaces
Cueillir le bonheur quand il passe
Croquer, croquer dans la pomme
La dévorer tant qu'elle est bonne
Chaque jour est une vie
Chaque jour est une vie
Pas une minute a perdre,
Pas une seconde, chaque jour est une vie
Chaque jour est une vie
Chaque jour est une vie
Voir du pays, courir le monde
Chaque jour est une vie
Puisque l'on s'en vient de nulle part
Et que l'on s'en va on ne sait ou
Autant profiter sans retard
De cette belle histoire de fous
Comment conjuguer autrement
Qu'ici, aujourd'hui, maintenant ?
Chaque jour est une vie
Chaque jour est une vie
Pas une minute a perdre,
Pas une seconde, chaque jour est une vie
Chaque jour est une vie
Chaque jour est une vie
Voir du pays, courir le monde
Chaque jour est une vie
Bâtir des plans sur la comète
Demain, demain, toujours remettre...

Eireann 32 23/03/2005 @ 10:14:38
THRASHER by Neil Young
Album "Rust Never Sleeps"
--------
They were hiding behind hay bales,
They were planting in the full moon
They had given all they had for something new
But the light of day was on them,
They could see the thrashers coming
And the water shone like diamonds in the dew.

And I was just getting up, hit the road before it's light
Trying to catch an hour on the sun
When I saw those thrashers rolling by,
Looking more than two lanes wide
I was feelin' like my day had just begun.

Where the eagle glides ascending
There's an ancient river bending
Down the timeless gorge of changes
Where sleeplessness awaits
I searched out my companions,
Who were lost in crystal canyons
When the aimless blade of science
Slashed the pearly gates.

It was then I knew I'd had enough,
Burned my credit card for fuel
Headed out to where the pavement turns to sand
With a one-way ticket to the land of truth
And my suitcase in my hand
How I lost my friends I still don't understand.

They had the best selection,
They were poisoned with protection
There was nothing that they needed,
Nothing left to find
They were lost in rock formations
Or became park bench mutations
On the sidewalks and in the stations
They were waiting, waiting.

So I got bored and left them there,
They were just deadweight to me
Better down the road without that load
Brings back the time when I was eight or nine
I was watchin' my mama's T.V.,
It was that great Grand Canyon rescue episode.

Where the vulture glides descending
On an asphalt highway bending
Thru libraries and museums, galaxies and stars
Down the windy halls of friendship
To the rose clipped by the bullwhip
The motel of lost companions
Waits with heated pool and bar.

But me I'm not stopping there,
Got my own row left to hoe
Just another line in the field of time
When the thrashers comes, I'll be stuck in the sun
Like the dinosaurs in shrines
But I'll know the time has come
To give what's mine.

Fee carabine 24/03/2005 @ 03:46:03
Bonjour Eireann, Tistou... et les autres admirateurs de Neil Young s'il en passe par ici,


Je voulais vous demander un avis éclairé.
J'ai commencé à découvrir Neil Young il y a quelques mois (succombant à l'activisme missionaire de Tistou ;-)), avec successivement "Harvest", "Sleeps with Angels",
"Greendale" et "Zuma"...

Que me conseilleriez-vous d'écouter ensuite?
Merci d'avance pour vos conseils de spécialistes :-).

Et Eireann, merci aussi pour les recettes québecoises :-).

Eireann 32 24/03/2005 @ 08:21:04
Album de jeunesse
Décade (compilation)
Album période noire
On The Beach (incontournable)
Gros son (pas a 3 heures du matin)
Eldorado (5 titres)
Mirror Ball.
La suite à ta demande.

Début Précédente Page 27 de 184 Suivante Fin
 
Vous devez être connecté pour poster des messages : S'identifier ou Devenir membre

Vous devez être membre pour poster des messages Devenir membre ou S'identifier