Donna Amalia et autres nouvelles de Elsa Morante

Donna Amalia et autres nouvelles de Elsa Morante

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Manon, le 10 août 2005 (Paris, Inscrite le 31 juillet 2005, 29 ans)
La note : 7 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (40 184ème position).
Visites : 2 070  (depuis Novembre 2007)

Trois nouvelles de la femme de Moravia

Etrange qu’il n’y ait jusqu’à ce jour aucune critique de Elsa Morante, écrivain Italienne pourtant célèbre et reconnue ! A défaut de pouvoir critiquer « La Storia », grande fresque humaine sur fond de seconde guerre mondiale et il paraît son plus grand chef d’œuvre, que je n’ai pas lue (il est introuvable !), je me contente de ces trois nouvelles extraites « Du châle andalou ». J’ai trouvé ce (très bref) recueil par hasard. En comprenant que Elsa Morante n’était autre que l’épouse de Moravia, mon intérêt s’en est accru. En effet, j’ai lu un ou deux romans de Moravia que j’avais beaucoup apprécié. Mais là rien à voir avec Moravia.
Le style est frais, léger, sans cynisme. Elsa Morante n’a pas un style époustouflant, ni exceptionnel mais accessible. La première nouvelle s’appelle « Donna Amalia, » et raconte en une vingtaine de pages la fraîcheur d’une femme de cinquante ans (mais qui en paraît trente cinq ans). Cette Donna Amalia, malgré son age mûr n’est lassée de rien et s’émerveille de tout. Elsa Morante brosse un portrait plein de fraîcheur d’une femme heureuse et satisfaite. J’ai particulièrement aimé cette phrase : « (…) En effet, après avoir connu Amalia, toutes ses richesses lui semblaient le sable du désert, s’il ne pouvait en jouir avec elle. ».
La seconde nouvelle « La grand-mère » est teintée de plus de mélancolie et de moins d’insouciance. Elle raconte l’histoire d’une grand-mère qui se voit disparaître parce que son fils tombe amoureux. La vieille ne pourra supporter de ne plus exister dans sa famille. Cette nouvelle est pleine de sensibilité et est particulièrement bien écrite. C’est ma préférée des trois.
Dans la dernière nouvelle que j’ai lue, « le jeu secret », réalité et rêve, gravité et légèreté, illusion onirique et vie s’entremêlent. Trois enfants issus d’une famille aisée, Antonietta, Pietro et Giovanni, -le plus laid de la famille- s’inventent un jeu qu’eux seuls peuvent comprendre, un jeu magique qui appartient à l’univers de l’enfance.
Elsa Morante narrent avec une plume énergique trois histoires fraîches et sensibles. Ce n’est pas extraordinaire, ces trois histoires ne vous marqueront pas à vie mais elles sont néanmoins assez intéressantes et sans lourdeur inutile. Et puis le prix est convenable ! ;-) Je pense que si je trouve « La Storia » je l’achèterai. J’ai d’ailleurs remarqué qu’il faisait partie de la liste des « 100 meilleurs livres de tous les temps. »

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Donna Amalia [Texte imprimé], et autres nouvelles Elsa Morante trad. de l'italien par Mario Fusco
    de Morante, Elsa Fusco, Mario (Traducteur)
    Gallimard / Folio. 2 euros
    ISBN : 9782070314560 ; EUR 2,00 ; 06/05/2004 ; 94 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Échantillons d’un temps révolu

6 étoiles

Critique de Isad (Saint-Germain-en-Laye, Inscrite le 3 avril 2011, 58 ans) - 9 août 2014

Ces 3 petites histoires d'un temps révolu persistent à nous toucher grâce aux sentiments universels qu'elles dégagent.

La fraîcheur de l’enfance est exhalée par « Donna Amalia », l’amour possessif d’une mère est inquiétant et funeste dans « La grand-mère ». « Le jeu secret » quant à lui met en scène une famille désargentée et les méfaits de l’entre-soi.

Les faits sont exposés sans jugement. Le lecteur tire la leçon qu’il veut de ces récits.

IF-0814-4264

Forums: Donna Amalia et autres nouvelles

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Donna Amalia et autres nouvelles".