Le Juge d'Egypte, tome 3 : La justice du vizir de Christian Jacq

Le Juge d'Egypte, tome 3 : La justice du vizir de Christian Jacq

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Mademoiselle, le 27 juin 2005 (Inscrite le 29 mars 2004, 37 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 066ème position).
Visites : 6 166  (depuis Novembre 2007)

Une intrigue bien ficelée

Après l’excellent tome 2, le tome 3 m’a paru un peu fade. Très bon encore mais pas exceptionnel.

Pazair est établi vizir auprès du pharaon. Celui-ci le charge de retrouver le testament des dieux qui a été volé. S’il ne peut le présenter au peuple lors d’une fête prochaine, il sera forcé d’abdiquer et celui qui possédera le testament règnera à sa place.

Cette histoire de testament des dieux, je l’ai trouvée un peu lourde mais le tout était bien écrit. De plus, le combat est ouvert entre Pazair et ses mais et le traître qui s’est dévoilé à la fin du tome 2. Si bien qu’on croit tout savoir alors qu’en vérité on ne sait rien. Christian Jacq m’a bien eue, je n’ai jamais effleuré la vérité.

J’ai préféré les personnages secondaires aux personnages principaux. Je n’ai pas réussi à m’attacher à Pazair, Néferet ou Branir. Je préférais de loin l’ami de Pazair ou le policier Kem avec son babouin tueur. Pazair et Néferet était un peu trop parfait à mon goût.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La justice du vizir [Texte imprimé] Christian Jacq
    de Jacq, Christian
    Pocket / Presses pocket (Paris).
    ISBN : 9782266065504 ; 0,01 € ; 26/09/1995 ; 379 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Le juge d'Egypte.

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Fin de la trilogie

8 étoiles

Critique de PA57 (, Inscrite le 25 octobre 2006, 41 ans) - 7 juillet 2012

Dans ce troisième et dernier tome, le juge Pazair a accédé au très haut statut de vizir. Cette position va à la fois l'aider pour avancer dans son enquête, mais aussi le rendre plus vulnérable, car il n'est désormais plus le petit juge sans importance. Avec l'aide de Néféret et de ses amis, il va tenter de déjouer le complot orchestré pour prendre le trône d'Egypte.
L'histoire est bien ficelée et le dénouement m'a surpris. Un défaut néanmoins : effectivement Pazair et Neferet sont trop parfaits. Le livre est truffé de petits détails très intéressants sur l'Egypte ancienne.

Il y a beaucoup beaucoup à puiser dans ces romans très prenants

8 étoiles

Critique de Stéliade (, Inscrit le 18 octobre 2011, 60 ans) - 18 octobre 2011

Il y a une chose que j'adore, dans cette série, c'est l'abondance des dialogues "tac au tac", ping-pong, au laser. Elle donne un rythme fou à l'ensemble. Même si à un moment, ça devient un peu systématique, ça apporte beaucoup la saga.

Bon, il ne faut pas trop chercher la nuance dans les personnages, mais c'est un peu la loi du genre. Pazair et Néferet sont des incorruptibles des gens bien, intéressants, mais un peu trop "sans faille", presque célestes. Une touche d'humanité, un défaut, les aurait rendus inoubliables. Dommage.

Par contre, Christian Jacq se rattrape avec ces deux personnages extraordinaires que sont Souti et Panthère. Quel feu ! Leur présence, beaucoup plus déjantée et marquée autant par les défauts humains comme par les qualités, a beaucoup plus de densité et de force, et plus on progresse dans le livre, plus on a la sensation qu'ils en sont le vrai coeur battant. Deux grandes réussites.

Le tout tout dernier retournement (chut ! non non je n'en dirais pas plus ou alors je vous donne mes coordonnées bancaires et on peut s'arranger :) ne m'a pas trop convaincu. J'ai du mal à y croire. Surtout qu'il semble un peu une redite d'un autre retournement, intervenu plus tôt dans l'histoire.

Mais, en ce qui concerne l'identité du fameux avaleur d'ombres, je me suis fait avoir comme un bleu, et pourtant j'ai fébrilement cherché et donc, en tant que lecteur qui aime se faire avoir par une intrigue, je me sens comblé.

J'aime aussi la manière de Christian Jacq de montrer que, dans ce complot, il y a les chefs apparents, mais qui sont eux mêmes manipulés par d'autres qui sont les chefs réels, ça c'est fort intelligemment pensé et écrit.

J'aime beaucoup également le personnage de Kem, le chef de la police d'origine Nubienne. Il est complètement désabusé mais il apporte quand même un soutien sans faille à Pazair, non pas parce qu'il croit lui même en la justice, mais parce que Pazair force son admiration et, en quelque sorte, y croit à sa place.

Très intéressante, aussi, la notion sans cesse présente que la fortune de plusieurs personnages se fait, se défait, se refait, se redéfait, se rerefait, que le triomphe est fragile et la disgrâce aussi, la roue peut tourner à tout moment. Comme quoi l'auteur peut être subtil et nuancé.

Passionnante aussi, la manière de l'auteur de présenter les systèmes économiques de l'Egypte et des autres pays, et de nous faire comprendre que, dans ce complot, il n'y a pas qu'une histoire de "monter sur le trône à la place de Pharaon, mais aussi un enjeu économique, culturel, un enjeu de mode de vie, de vision de la vie, un enjeu matériel et spirituel complet. Par exemple, la manière de Christian Jacq de parler entre autres des systèmes monétaires bancaires qui tentent dans le livre de s'imposer à l'Égypte, éveille des échos très très contemporains et remue des questions très très actuelles. Beaucoup penseront, en refermant le livre, que, chez nous et à notre époque, les comploteurs ont gagné et qu'il nous a manqué un Pazair.

J'aime, dans cette saga, le fait que Christian Jacq nous donne également des présences animales constantes, notamment ce délicieux babouin policier si sensitif. Ça nous aide à supporter la présence, belle mais un peu désincarnée, de ce couple pétri d'idéal, Pazair et Néferet, ce qui est très bien en soi, mais.. trop c'est trop.

J'aime, globalement, les multiples notations concrètes et pratiques, presque des recettes, de médecine, de beauté, d'urbanisme, de commerce, on est dan le concret, le réel et j'aime beaucoup ça.

En résumé, une saga passionnante que je n'ai pas lâchée mais dont le principal point faible est... les deux personnages principaux, prenants,, intéressants mais pas assez humains. Qu'ils servent Mâât, la justice, oui, mais ils ne sont pas des dieux quand même, à côté d'eux, même Pharaon paraît beaucoup plus humain et réaliste ! Certes, Pazair doute, se questionne mais ça ne va pas bien loin. Une caresse de Néferet et c'est reparti comme en - 1300 :-)

Toutefois, je recommande chaleureusement ce thriller passionnant et grouillant de vie, rien les aventures parallèles de Souti et Panthère valent le détour. Et, tout au long du livre, grâce à l'attention portée par l'auteur à toutes les choses concrètes qui font la vie, on s'y croirait vraiment, en lisant on est en Égypte ancienne, on voit tout, on entend tout, et on touche tout du doigt.

Le Juge d'Egypte, tome 3

7 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 44 ans) - 8 août 2011

C'est bien comme livre mais comme toujours, c'est l'histoire d'un héros incorruptible, sans reproche et parfait. Ce type de héros commence de plus en plus à me tomber sur les nerfs. Cette série aurait pu être écrite en un ou deux tomes, pas trois.

Une fin qui ne manque pas de rebondissements...

9 étoiles

Critique de Slipknot (, Inscrit le 17 février 2011, 33 ans) - 17 février 2011

Après cette ascension fulgurante de Pazair, il devient un personnage important, trop au goût de ses ennemis qui vont lui rendre la vie difficile.
Tout arrive à sa fin et rien n'est laissé au hasard, on reconnait la grandeur de l'Egypte à travers cette véritable quête que va tenter d'accomplir Pazair pour le roi mais aussi pour Mâat la déesse de la justice qui est son modèle.
Des personnages aux caractères différents et marqués qui montrent la brutalité et la sérénité de cette civilisation . . .

Forums: Le Juge d'Egypte, tome 3 : La justice du vizir

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le Juge d'Egypte, tome 3 : La justice du vizir".