Dans la vallée des ombres de Leonard Sanders

Dans la vallée des ombres de Leonard Sanders
(In the valley of the shadow)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Darius, le 29 avril 2020 (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 506 

Belle analyse comportementale des tueurs en série

En ces temps de coronavirus, je me délecte de romans policiers. je suis étonnée que Leonard Sanders soit aussi peu connu, j'estime qu'il vaut Mary Higgins Clark.

Comme d’habitude dans ce genre de littérature, il s'agit d'un tueur en série, un certain Harold, un captureur de serpents. Des enfants disparaissent et au départ, il n'y a aucun lien entre les disparitions. Certains enfants sont retrouvés, morts, jetés dans un fossé, d'autres sont retrouvés, décédés, mais enduits d'une espèce de salive bizarre... d'autres disparaissent à tout jamais sans que leur corps ne soit retrouvé..

Ce qui m’a le mieux plu dans ce thriller, c’est l’analyse psychologique des tueurs en série, des violeurs et des tueurs d’enfants. Dommage que les autorités n’en tiennent pas plus compte pour les débusquer avant qu’ils ne passent à l’acte. C'est très intéressant de retrouver leur psychologie, la justice devrait plus se pencher sur cela pour tenter de les cibler avant qu'ils ne commettent tous leurs crimes, car il y a toujours des signes avant-coureurs..

« Le kidnappeur ressemble à M. tout-le-Monde. Il doit conduire une voiture ou une camionnette ordinaire. Il est du genre passe-partout. Il ne faut pas chercher quelqu’un qui a deux têtes et des cornes. Le type qu’on recherche n’est pas un monstre. Il a de l’expérience en la matière. Il a peut-être un petit casier judiciaire : exhibitionnisme, voyeurisme, attouchements. Mails il prend de la bouteille et affine ses méthodes ».

« Les tueurs ont un truc qui cloche dès le départ. Ils sont nés méchants. La nature, parfois, fabrique un tueur. Bien que le FBI ait relevé des points communs dans le passé des tueurs en série : mère froide, père absent ou dépourvu d’autorité, ce sont des solitaires, ils vivent des existences inconsistantes et médiocres. Ils n’ont pas d’amis. Ils sont discrets, pour ne pas dire invisibles. Le genre de personne qu’on croise tous les jours et qu’on oublie aussitôt. Avec un fort désir de vengeance.

« En ce qui concerne les violeurs et les assassins d’enfants, ils ne sont pas différents, ils sont juste restés bloqués à un stade précoce de leur évolution sexuelle »

«Certains tueurs en série vivent souvent seuls, leurs vie sociale est réduite au minimum. Pas d’amis, peu de connaissances. Ils fonctionnent mais ils n’ont pour ainsi dire pas de personnalité. Les gens ont tendance à les oublier, y compris ceux qui sont allés à l’école ou qui ont travaillé avec eux. Ils sont complètement coupés du monde, ne regardent pas la télévision, ne lisent pas les journaux..

« Les pédophiles ont une drôle de façon de voir les choses. Quand ils se livrent à des actes sexuels sur des enfants, c’est dans l’ignorance totale de la gravité de leurs actes. Ils tiennent des propos du style « Quoi ? Vous m’arrêtez pour ça ? Depuis le temps qu’ils le font, ils ont réussi à se convaincre que s’envoyer des gosses c’était tout ce qu’il y a de plus normal. Ce sont vraiment de pauvres types… »

« Notre homme doit réunir toutes les caractéristiques du tueur en série : mère distante, père absent, personnalité déficiente, sexuellement, il est nul.
La plupart des gens se figurent les délinquants sexuels comme des hommes virils et insatiables, c’est tout le contraire. Avec une victime vivante, il est le plus souvent incapable de dépasser le stade de la masturbation, à aucun moment il n’a eu de relations normales avec une femme

« Tout part de son enfance et du contexte familial. Il tente de s’affirmer en déchargeant sa colère et sa frustration sur ce qu’on peut contrôler, exactement comme le ferait un violeur. Il commence par des objets inanimés. Il allume des feux. Il détruit le bien d’autrui. Il vole et abime des choses auxquelles tiennent leurs propriétaires. Il passe ensuite aux animaux. Il empoisonne des chiens et les éviscères.. Il brûle des chats ou leur attache des pétards aux pattes. Et tôt ou tard, il se tourne vers les enfants.

« il y en a qui sont du type régressif. Ils ont une adolescence normale, puis se marient et font des enfants. Puis, ils se mettent à régresser. Et à chercher des objets sexuels plus jeunes.

"Puis il y a les sadiques purs et durs. Ils enlèvent des enfants pour les torturer physiquement et mentalement. La douleur physique et la terreur les intéressent plus que le pouvoir et le plaisir sexuel. Mais le sadisme associé aux fantaisies du pouvoir serait la pire combinaison imaginable

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Dans la vallée des ombres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Dans la vallée des ombres".