Poème à la durée de Peter Handke

Poème à la durée de Peter Handke
(Gedicht an die Dauer)

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie , Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Septularisen, le 9 mars 2020 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 53 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 1 176 

«Et que tu entends la porte de la maison qui s’ouvre, signe du retour, toi le plus sensible au bruit de tous ceux qui sont sensibles au bruit…».

«et j’ai pu alors cerner ce sentiment de la durée –
où dresser l’oreille devient événement,
où comprendre devient événement,
où être saisi devient événement,
où être rattrapé devient événement.
Rattrapé par quoi ? Par un soleil supplémentaire,
par un vent rafraîchissant,
par un seul accord sans bruit
qui remet en place et unit les sons désaccordés.»

Peter HANDKE poète? Et… Oui!

Mais, attention pas n’importe quel poète. D’ailleurs l’écrivain nous «préviens» lui-même tout de suite, dès le premier paragraphe de ce petit livre (une quarantaine de pages), qui d’ailleurs n’est en fait rien d’autre qu’un seul et long poème, écrit en 1986 :

«Il y a longtemps déjà que je veux écrire sur la durée,
non pas un essai, une pièce, une histoire –
la durée presse vers le poème.
Je veux me demander par un poème, me rappeler par un poème,
affirmer et garder par un poème,
ce qu’est la durée.»

Donc un long poème, pour nous dire, essayer de nous expliquer : Qu'est-ce que la durée ? Qu'est-elle? Un laps de temps ? Quelque chose de mesurable ? Une certitude ? Pour Peter HANDKE (*1942), elle se fonde sur le passé, le temps qui passe, les souvenirs, puisque c’est «le plus fugitif, le plus rapide, imprévisible, ingouvernable, insaisissable, immensurable de tous les sentiments».

«Or, la durée, c’est l’aventure de l’année qui passe,
l’aventure du fait quotidien
mais elle n’est pas une aventure de l’oisiveté,
ni l’aventure d’un temps libre (si actif soit-il). »

Il y a bien sûr aussi l’amour :

«Le poème de la durée est un poème d’amour.
Il parle d’un amour au premier regard
suivi d’innombrables premiers regards.
Et cet amour
n’a sa durée dans aucun acte,
bien plutôt dans l’avant et l’après
où par cet autre sens du temps que donne l’amour,
l’avant et l’après
et l’après l’avant»

Les enfants:

«La durée avec ton enfant,
elle surgit peut-être
dans les instants de l’écoute patiente,
dans l’instant où du même geste précautionneux
dont il y a dix ans tu suspendais sur le cintre
le manteau à capuche bleue «taille enfant»,
tu suspends, maintenant, la veste de daim, «taille adulte»,
sur un autre cintre, dans une autre ville.»

Et les lieux de mémoire:

«Et enfin
bienheureux celui qui connaît les lieux de sa durée
même s’il est pour toujours déplacé à l’étranger,
sans perspective de retour,
il n’est plus jamais expulsé, banni.

Et aussi les lieux de la durée sont sans éclat
ils ne sont marqués sur aucune carte
ou bien ils n’ont pas de noms.»

«Poème à la durée» est donc aussi pour l’auteur un déroulement dialectique : reconnaître dans l'éphémère, dans le fragile ce qui est durable et surtout le conserver dans une œuvre d’art et donc un poème, afin en quelque sorte de lui donner une «éternité terrestre». Peter HANDKE nous le dit d’ailleurs lui-même dans les derniers vers du poème :

«Larmes trop rares de la durée.
Larmes de la joie.

Incertains sursauts
de la durée,
qu’on ne peut exiger,
qu’on ne peut demander :
vous voici maintenant disposés
en poème.»

Voilà, il y a tout cela, et bien plus encore dans ce poème, puisque on y retrouvera aussi le passé, la naissance, le temps qui s’enfuit, l’amitié, le présent, le futur. Le «Poème à la durée», est un long exercice spirituel duquel on en déduira que la durée n'est pas un cadeau qu'on puisse solliciter, elle est résultat, elle est un état accessible à tous.

Un court extrait pour terminer:

«Et la durée avec ton enfant
tu l’éprouves le plus fortement, peut-être,
quand tu te rends invisible, quand tu
la regardes en secret sur son chemin journalier
et que tu précèdes le bus dans lequel elle est montée,
pour voir passer
dans la rangée des inconnus à la fenêtre,
ce seul visage familier
ou que tu l’imagines loin
parmi les autres, sous la protection des autres
respectée des autres,
dans la foule du métro.»

Rappelons que Peter HANDKE a été le lauréat du Prix Nobel de Littérature 2019. Il est le deuxième écrivain autrichien lauréat du prix, après l’écrivaine Elfriede JELINEK (*1946), lauréate en 2004.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Poème à la durée

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Poème à la durée".