En Raison du Mauvais Temps, Dansons ! de Céline De Bo

En Raison du Mauvais Temps, Dansons ! de Céline De Bo

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Théâtre et Poésie => Poésie

Critiqué par Débézed, le 19 janvier 2020 (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 72 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 322 

Faire le deuil

Ils étaient jeunes, ils ne savaient pas la vie, la vie qu’on donne et qui peut s’enfuir. « On était bête avec ton père…. ». L’enfant est arrivé mais il n’est pas resté. « Tu n’avais que quelques jours. On n’a pas eu le cœur à surmonter l’épreuve ensemble ». « Quand tu tombes amoureuse tu ne prévois pas ça ». Et comme certaines femmes font une grossesse nerveuse, la mère mène une vie de maman attentionnée. « Je nous ai vu ton père, toi et moi… ». Elle raconte cette maman déboussolée, comment elle aurait vécu avec sa petite fille qui deviendrait grande qui ferait des bêtises, qui fumerait de joints mais ne boirait pas d’alcool – comme sa maman peut-être -, qui se révolterait comme tous les ados en colère devant les délires de notre civilisation, qui partirait voir ailleurs si l’air est plus frais, moins faisandé, « Pour recoudre ton cœur tu pars humer les odeurs du monde ». Mais Bruxelles lui manquerait et elle reviendrait…

Elle raconte la maman par petite touche, des réflexions, de la poésie en prose souvent triste mais toujours belle, sensuelle, charnelle, elle dit la souffrance, la joie, la frustration, ce deuil qu’elle n’arrive pas à faire tant elle culpabilise. « Parfois, essayer de convaincre de me pardonner. Me pardonner ! Comme ses mots sont misérables. Si ce n’est pas la faute d’une mère d’avoir perdu son enfant, sur qui d’autres frapper ? ». C’est sa vie qu’elle raconte, c’est la vie que sa fille aurait eue, deux vies que se mêlent dans les mêmes douleurs, les mêmes colères et les mêmes espoirs. « Je t’ai imaginé pleurer la mort de Kurt Cobain en chantant « Hallelujah » de Jeff Buckley… ».

Il faudra de longues, très longues, années à cette mère dévastée pour faire le deuil de cette fille qui n’a vécu que dans ses rêves, que dans sa poésie. Un jour elle comprendra « … qu’en perdant tout, elle n’a pas tout perdu. A présent elle sait que les enfants meurent. L’amour aussi. Que personne n’est protégé. Et comme on lèverait son verre, elle swingue ». Il restera ses textes mis bout à bout pour faire une histoire de chair et d’amour, d’illusion et d’émotions, une belle histoire écrite dans la douleur, pour dessiner un message d’espoir. Comment se réjouir devant une telle douleur ? Mais comment ne pas fondre en lisant ses mots qui ne sont pas que des mots mais aussi des miettes de vie qui s’assemblent pour construire le deuil et réinventer l’espoir ?

« Peut-être faudra-t-il que je quitte la ville, cet appartement. Embraser le berceau, embrasser la vie et te laisser partir ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • En Raison du Mauvais Temps, Dansons! - Bruxelles Se Conte #82
    de De Bo, Céline
    Maelström / Bruxelles se conte
    ISBN : 9782875053480 ; EUR 3,00 ; 16/12/2019 ; 21 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: En Raison du Mauvais Temps, Dansons !

Il n'y a pas encore de discussion autour de "En Raison du Mauvais Temps, Dansons ! ".