Escarmouches de Emily Dickinson

Escarmouches de Emily Dickinson

Catégorie(s) : Théâtre et Poésie => Poésie , Littérature => Anglophone

Critiqué par Septularisen, le 24 décembre 2019 (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 56 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 3 228 

«Et s’abandonnent – mais pour reconnaître Vaincus comme Moi – Qu’il n’y a de Rives qu’imaginaires -»

Il n’y a pas de Frégate comme un Livre
Pour nous emporter en Terre lointaine
Ni de Coursier comme une Page
De fringante Poésie -
Le plus pauvre peut être du Voyage
Sans l’injure du Péage -
Qu’il est modeste le Chariot
Qui porte l’âme Humaine.

«Escarmouches» est un choix de poèmes d’Emily DICKINSON (1830 - 1886), traduits de l’anglais (de façon remarquable, il faut le dire) par Charlotte MELANÇON. La principale qualité de cette traduction étant de réussir à nous «faire passer» de manière quasiment identique à l’original, les fulgurances intenses, la lucidité et la densité de la poésie de l’américaine.

J’étais morte pour la Beauté – mais à peine
M’avait-on couchée dans la Tombe
Qu’un Autre – mort pour la Vérité
Était déposé dans la Chambre d’à côté –

Tout bas il m’a demandé «Pourquoi es-tu morte?»
«Pour la Beauté», ai-je répliqué
«Et moi – pour la Vérité – C’est Pareil –
Nous sommes Frère et Sœur», a-t-Il ajouté –

Alors, comme Parents qui se retrouvent la Nuit –
Nous avons bavardé d’une Chambre à l’autre –
Puis la Mousse a gagné nos lèvres –
Et recouvert – nos noms –

Comme toujours chez Emily DICKINSON la typographie des poèmes est unique et aisément reconnaissable. L’emploi systématique du tiret (c’est au lecteur de «distribuer» les points, points d’interrogation, ou de suspension, deux points ou parenthèses…), entraîne le découpage du vers en séquences extrêmement courtes qui isolent les mots en petits «blocs» serrés, concentrés, qui accrochent le lecteur.

Le Cœur demande le Plaisir – d’abord-
Puis – une Raison de ne pas Souffrir –
Puis – ces petits Tranquillisants
Qui adoucissent la douleur –

Et puis – il demande à dormir –
Et puis – si telle est
La volonté de son Inquisiteur
Le privilège de mourir –

Il y a aussi l’emploi de la majuscule, surabondant, et «dispersée» erratiquement sur un article, un pronom ou un verbe, ce qui ne manque pas de dérouter constamment le lecteur, un peu comme si les poèmes de Mme. DICKINSON tenaient d’un idéogramme.

On dit : « le Temps guérit » -
Le Temps jamais n’a guéri –
La Vraie souffrance durcit
Comme les Nerfs, avec l’âge –

Le Temps Éprouve la Peine –
Il n’est pas son Remède –
S’il se dit tel, il dit aussi
Qu’il n’y a pas de Maladie –

Les thèmes choisis sont eux aussi toujours les mêmes. Les poèmes sont littéralement saturés d’allusions bibliques, qui sont inspirés à Emily DICKINSON par la fréquentation de la Bible.

C’était trop tard pour l’Homme –
Trop tôt encore pour Dieu –
La Création – ne pouvait aider –
Mais au moins – Nous pouvions – Prier –

Qu’il est parfait le Ciel –
Quand on ne peut avoir – la Terre –
Qu’elle est aimable – alors – la face
De notre Vieux Voisin – Dieu -

Douloureux, laconiques, sombres, meurtriers, dramatiques, à la frontière entre la vie et la mort. Chez Mme. DICKINSON, tout se donne et se perd, tout se dit et se tait, tout se devine et se cache, tout se dessine et s’efface sans fin…

Abaisse tes Barrières, Ô Mort –
Qu’entrent les Troupeaux fatigués –
Ils en ont fini de bêler
Ils en ont assez d’errer –

Tu es la plus calme nuit
Tu es le plus sûr abri
Trop proche pour qu’on Te cherche
Trop tendre pour qu’on te dise.

Mais comme toujours avec la poésie, inutile d’en dire plus, il suffit de laisser la parole au poète :

Je me suis donnée à Lui –
Et en Paiement, je L’ai pris,
On a ratifié ainsi
Le contrat solennel d’une Vie –

Il se peut que le Capital déçoive –
Et que je m’avère plus pauvre
Que ce grand Acquéreur l’imagine –
La Possession – de l’Amour

En déprécie l’Image – chaque jour –
Mais avant que le Marchand achète –
Fable encore – dans les Îles Parfumées –
Les fines Marchandises – reposent –

Du moins – c’est un Risque – Commun –
On dit parfois – Profit Commun –
Douce Dette de la Vie – débiteur Chaque Nuit –
Insolvable – chaque jour -

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Escarmouches

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Escarmouches".