Adorno : Une biographie de Stefan Müller-Doohm

Adorno : Une biographie de Stefan Müller-Doohm
( Adorno, eine Biographie)

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances , Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Sahkti, le 5 juillet 2004 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 48 ans)
La note : 9 étoiles
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 4 079  (depuis Novembre 2007)

Adorno: Vie et oeuvre

En ces temps tourmentés, il me paraît intéressant de relire Theodor Adorno et les ouvrages qui le concernent. En particulier la biographie que lui consacre Stefan Müller-Doohm, traduite en français et publiée par Gallimard (à signaler que l’ouvrage dispose d’un bon index des noms cités).
La personnalité d’Adorno m’impressionne. D’abord par son savoir : philosophe, sociologue, psychologue, compositeur et musicologue. Par sa vision de la société ensuite. La lecture des Minima Moralia et de sa correspondance avec Alban Berg m’a permis de constater que l’univers de Adorno baignait dans la désillusion mais que celui-ci ne baissait pourtant pas les bras, la noirceur devenait constructive et créait l’espoir. En suivant le parcours de Theordor Adorno, on ne manque pas d’établir nombre de parallèles entre sa vie et l’impact qu’elle a eu sur son œuvre.

Interdit d’enseignement et contraint à l’exil par les Nazis, Adorno découvre l’Angleterre puis les Etats-Unis. Le choc est rude, la société de consommation l’écrase et la place occupée par un art totalement formaté le désole. Son jugement est acide et pertinent : même en s’affirmant moderne, l’art devient, dans ces conditions un pur produit de marchandisation qui perd son âme et sa saveur. L’exil d’Adorno sera un déclencheur à plus d’un titre. Ayant vécu une enfance heureuse et sans souci, disposant de facultés intellectuelles qui lui permettent d’embrasser un tas de disciplines aimées, Adorno ne sera pourtant, jusqu’à son éloignement d’Allemagne, jamais en phase avec l’importance du national-socialisme. N’a-t-il rien vu venir ? Si, certainement, mais il semble l’avoir sous-estimé. Ceci explique peut-être, en partie, l’acidité avec laquelle il analyse ensuite le monde et son prochain.

On a souvent essayé de catégoriser Adorno en le rapprochant de tel ou tel penseur, mais son œuvre démontre qu’il était assez touche à tout, qu’il s’inspirait chez chacun et créait à partir des notions récoltées une théorie originale et ô combien intéressante. Je vous conseille, entre autres, son essai "Théorie critique" dans lequel il dresse un portrait impitoyable du rôle que nous donnons à la raison. La rationalité, censée libérer l’homme, au contraire l’emprisonne par les contraintes qu’elle s’invente pour pouvoir exister.
De retour en Allemagne, Adorno se lance corps et âme dans l’Ecole de Francfort et affirme qu’il souhaite ouvrir la voie vers un nouveau projet intellectuel global. Un projet qui peut se discuter sur certains points, notamment sa conception de la poésie qui veut qu’après l’horreur de la guerre et des camps, celle-ci n’a plus vraiment sa place. Ne peut-on pas sublimer la souffrance dans un texte poétique ? De telles prises de position lui vaudront quelques solides inimitiés. A force de vouloir faire sa révolution et installer la contestation, Adorno verra le mouvement se retourner contre lui. Fin janvier 1969, des étudiants envahissent l'Institut de Recherche sociale de Frankfort qu’il dirige. Il ne s’en remettra pas. La mort l’attend six mois plus tard dans la région de Zermatt.

J’ai envie de dire chapeau à Stefan Müller-Doohm pour le travail qu’il a effectué. Non seulement il a compilé tous les éléments biographiques relatifs à Theodor Adorno mais il les a assortis de parallèles et comparaisons avec le contexte social et culturel de l’époque, nous permettant ainsi de mieux comprendre l’influence de chaque événement dans la vie du philosophe, que ceux-ci soient d’ordre politique, sentimental, artistique, familial ou intellectuel.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Adorno : Une biographie

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  La poésie après Auschwitz: Paul Celan 1 Fee carabine 6 juillet 2004 @ 05:46

Autres discussion autour de Adorno : Une biographie »