La Montagne rouge de Olivier Truc

La Montagne rouge de Olivier Truc

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Kostog, le 3 août 2018 (Inscrit le 31 juillet 2018, 47 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 1 024 

Lapons contre forestiers

Suède centrale : la découverte d'ossements humains est un nouvel épisode dans le conflit séculaire qui oppose éleveurs de rennes samis et forestiers suédois. Dans ces confins montagneux et forestiers, la « police des rennes », une jeune femme et un homme lui aussi d'origine samie, est chargée de l'enquête. La détermination de l'appartenance des ossements est un élément clé dans le procès entre éleveurs et bûcherons afin de savoir qui, des deux communautés, a la première occupé ces terres ingrates. Nous suivons le chef sami, Petrus Eriksson, à qui revient la tâche ardue de prouver que ses ancêtres nomades étaient bien les premiers sur ces terres. L'enquête se complique par la découverte d'un trafic d'ossements organisé par un antiquaire antipathique de la ville la plus proche, maillon d'un réseau de collectionneurs un peu détraqués. Le travail des deux policiers nous fait encore découvrir la politique de stérilisation forcée menée par l'État suédois jusque dans les années 1970.

C'est sans doute la figure de Petrus Eriksson qui est la plus attachante parmi celles des différents protagonistes de ce roman d'Olivier Truc. Sa lutte, non exempte de doutes, pour sauvegarder la tradition de l'élevage des rennes, le lien qui l'unit à une nature rude et sans concession sont, de mon point de vue, parmi les moments les plus réussis de cet ouvrage. On regrette d'ailleurs que les forestiers qui, bien que présentés de manière non manichéenne, n'aient pas un protagoniste pour lequel nous aurions autant d'empathie. Cela aurait rendu ce drame entre acteurs de deux communautés, chacune convaincue de son bon droit, encore plus vivant.

L'enquête, elle, est décevante, les deux policiers sans relief, et l'histoire après s'être étirée sur une bonne centaine de pages de trop finit de manière assez incongrue et peu vraisemblable pour plusieurs protagonistes, dont notamment l'antiquaire acariâtre. Si certains éléments du récit auraient pu être développés de manière moins superficielle, je pense en particulier aux conséquence psychologiques personnelles de la politique de stérilisation forcée menée par l'État suédois au nom, bien entendu, des meilleurs idéaux sociaux, d'autres tels que la craniométrie et ses soi-disantes dérives m'ont semblé davantage une faiblesse journalistique tirant le récit vers le clinquant plutôt qu'un ressort utile de l'action. D'autant plus qu'il n'est rien de plus agaçant que la supériorité morale a posteriori et la condamnation anachronique qui accompagnent ce type de thème.

Les lecteurs-voyageurs, dont je suis, apprécieront les aperçus de la nature suédoise et de la culture samie. Ceux qui cherchent avant tout une enquête policière dans un cadre original seront déçus par une intrigue qui s'enlise et le flop de la conclusion. Deux étoiles et demi pour tenir compte des avis de mes proches qui n'ont « pas passé un mauvais moment ».

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La Montagne rouge

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Montagne rouge".