Nouvelles complètes, coffret 2 volumes : 1867-1876 - 1877-1888 de Henry James, Annick Duperray (Préface), Évelyne Labbé (Préface)

Nouvelles complètes, coffret 2 volumes : 1867-1876 - 1877-1888 de Henry James, Annick Duperray (Préface), Évelyne Labbé (Préface)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Sahkti, le 25 mai 2004 (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 50 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 4 770  (depuis Novembre 2007)

A savourer sans modération

Plaisir pour les yeux et l’esprit que cette édition des nouvelles de Henry James par La Pléiade. Deux volumes parus (plus de 3000 pages déjà), deux à suivre, de quoi offrir aux amateurs ces nombreuses nouvelles de Henry James (il en a écrit 112), qui n’étaient pas pour lui simplement un moyen de gagner sa vie mais également un terrain d’exploration pour ses romans qu’il préparait un peu via ces textes plus courts (pas toujours si courts d’ailleurs, comme Daisy Miller par exemple).
Les deux volumes de La Pléiade regroupent toutes celles rédigées entre 1864 et 1888 et on peut se réjouir du solide appareil critique qui accompagne le tout.

La lecture des premières nouvelles est intéressante (et agréable) à plus d’un titre. Pour le plaisir de la lecture bien entendu, mais aussi parce qu’elles permettent de mieux comprendre la personnalité d’Henry James à ses débuts, ce jeune écrivain tiraillé entre Etats-Unis et Europe, et d’apprécier également le portrait qu’il dresse d’une certaine société américaine, ces bourgeois désoeuvrés occupant leur temps avec des voyages en Europe (remarquables passages sur la France, l’Italie ou la Suisse). Beaucoup de réalisme, une pointe d’humour et de férocité dans les comparaisons, tacites ou ouvertes, entre les aristocrates anglais et ces bourgeois américains, appartenant en apparence au même monde et pourtant opposés sur bien des points.
Sur fond de paysages ressemblant aux tableaux de grands maîtres, les intrigues se nouent et se défont, l’âme humaine révèle toutes ses complexités (et elles sont loin d’être belles !), les situations prennent des tournures inattendues… une comédie humaine discrète et confinée, des vies particulières narrées les unes après les autres composant un panorama riche et varié de notre société.

Une suggestion aux lecteurs qui trouvent les romans d’Henry James trop confus ou trop détaillés : ces nouvelles vous réconcilieront peut-être avec l’auteur. Courtes, plus aérées, elles vont droit au but et les utiles annotations de Annick Duperray et Evelyne Labbé nous guident au fil des lectures avec des infos souvent pertinentes et nécessaires pour se plonger dans l’univers étrange et humain de Henry James. Car il semble difficile dans le cas présent de faire de manière précise et ferme la différence entre le roman et certaines nouvelles, non seulement à cause de la longueur des dernières ("Les papiers d’Aspern" sont longs), mais aussi par le contenu (un simple fait, une anecdote à propos d’un personnage peut donner vie à un roman, cela n’est pas l’exclusivité de la nouvelle) ou la chute (que ce soit dans ses nouvelles ou ses romans, Henry James s’est toujours très peu soucié de trouver la fin qui correspondra aux attentes du lecteur ou répondra aux normes littéraires en vigueur).
Et finalement… peu importe ! Tant est bon ce plaisir de dévorer du regard ces personnages hauts en couleur, ces condensés de l’espèce humaine que James place à Florence ou à Boston, à Londres ou à Paris. On y trouve des comtesses italiennes très chaleureuses, un genevois paralysé par le conformisme ambiant (portrait cruel et ô combien réaliste !), des français infidèles, des américaines très libérées, des anglais coincés, des meurtriers, des enfants qui voient tout… bref on trouve de tout, comme à l’échelle planétaire.
Avec un malin plaisir chez Henry James : dérouter son lecteur, le mener où bon lui semble, quitte à le laisser sur sa faim de manière frustrante (lisez à cet effet la nouvelle "Louisa Pallant"), non pas pour asseoir sa position d’écrivain qui détiendrait les clés du récit mais pour obliger le lecteur à imaginer une fin, une suite, une histoire, à investir le texte et se l’approprier. Grandiose.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Nouvelles complètes, coffret 2 volumes : 1867-1876 - 1877-1888

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Nouvelles complètes, coffret 2 volumes : 1867-1876 - 1877-1888".