Blanche et Marie de Per Olov Enquist

Blanche et Marie de Per Olov Enquist
( Boken om Blanche och Marie)

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques , Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Sentinelle, le 30 mai 2008 (Bruxelles, Inscrite le 6 juillet 2007, 51 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 3 733 

Blanche Wittman et Marie Curie, femmes à l'aube du XXe siècle

Mélangeant la romance aux documents d’époque de telle sorte qu’il nous est bien difficile de cerner le vrai du faux, Per Olov Enquist nous parle de la condition féminine à l’aube du XXe siècle en réunissant deux portraits de femmes qui participèrent au développement de la psychiatrie et de la science moderne : Blanche Wittman et Marie Curie.

Blanche Wittman fut l’égérie du célèbre Professeur Charcot. Agée de 18 ans à peine lorsqu’elle pénétra pour la première fois dans l’hospice de la Salpêtrière, devenu le plus grand centre de recherche clinique en neurologie lorsque le professeur Charcot y officia, elle y restera 16 ans. On y enfermait des jeunes femmes reconnues comme perverties ou dégénérées, à la demande de leurs familles ou des voisins. Très vite, les premiers symptômes convulsifs firent leur apparition. La théorie selon laquelle l’on pouvait provoquer des sentiments précis suite aux incitations mécaniques sur des points judicieusement déterminés sur le corps se fit jour. « Pour la première fois se présenta un moyen de cartographier le continent obscur et inconnu de la femme. » La construction d’un grand amphithéâtre destiné aux conférences publiques se transforma rapidement en arène offerte aux démonstrations du professeur Charcot : les très célèbres leçons du vendredi qui deviendront celles du mardi à 15h00.

Marie Curie, physicienne d'origine polonaise naturalisée française, qui reçut le prix Nobel de physique et de chimie, n’échappera pas à son statut de femme et au mépris que cela pouvait susciter. L’occasion se présenta lorsque, veuve de Pierre Curie, elle tomba amoureuse de Paul Langevin, homme marié et père de quatre enfants. Quelle haine, quelle folie envers la femme scientifique ! Cette étrangère Sklodowska, certainement d’origine juive, coupable de menacer de l’intérieur la famille française ! N’entretenait-elle pas des contacts avec des cercles émancipés dont les tristement célèbres suffragettes d’Angleterre ?

Per Olov Enquist, par un tour de passe-passe que seuls peuvent se permettre les romanciers, liera les destinées de Blanche et de Marie : après la mort de son amant Charcot, Blanche travaillera deux ans en tant qu’assistante dans le service de radiologie de l’hôpital pour ensuite rejoindre le laboratoire de Marie Curie. Une grande amitié naîtra entre les deux femmes, toutes deux futures victimes de la recherche scientifique sur le radium.

A travers ces deux femmes, l’auteur nous livre une sorte de compte-rendu de la naissance du monde moderne : place aux chercheurs, inventeurs et explorateurs de nouveaux paysages scientifiques et psychiques, dont celui de la femme, considérée comme un continent obscur, dangereux mais aussi plus riche que celui de l’homme.

J’ai aimé ce livre même si sa lecture ne fut pas des plus aisées. Outre le fait qu’il mélange allègrement les éléments fictionnels et historiques, le changement de narrateur (l’auteur se pose parfois en tant que tel avant de céder sa place à Blanche), l’alternance des événements vécus par de fréquents allers-retours dans le récit, la répétition des sujets et le style particulier de l’écriture donnent une tonalité à l’ensemble qui peut sembler ardu à la longue. J’ai contourné le problème en segmentant ma lecture sur plusieurs jours alors que le nombre de pages du récit aurait très bien pu m’en dispenser.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Blanche et Marie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Blanche et Marie".