La Vénus d'Ille de Prosper Mérimée

La Vénus d'Ille de Prosper Mérimée

Catégorie(s) : Littérature => Francophone , Littérature => Nouvelles

Critiqué par Zeddicus, le 29 juin 2006 (Montbéliard, Inscrit le 30 mars 2006, 33 ans)
La note : 6 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 12 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 823ème position).
Visites : 17 288  (depuis Novembre 2007)

Le fantastique a connu mieux

La Vénus d'Ille, cette statue qui depuis qu'on l'a découverte n'a engendré que des malheurs. Déjà sa découverte fut malheureuse. Mais est-ce vraiment la faute de cette statue ou tous ces faits étranges ne sont-ils que pures coïncidences ? Voilà à peu près à quoi ressemble l’histoire de cette “ Vénus d’Ille “.
Un livre intéressant au premier abord, l’histoire a l’air alléchante, imprégnée du meilleur du fantastique, et on commence tranquillement à lire cette nouvelle. Et pourtant, au bout de quelques pages, on se rend compte qu’on n’arrive pas à se prendre au jeu de cette statue. En effet, le style de Mérimée, tout en n’étant pas vraiment mauvais, n’est pas aussi bon que celui de certains autres auteurs fantastiques, comme Maupassant. On n’arrive pas à ressentir de l’intérêt pour ce livre comme on pourrait pour d’autres. Et de tous les livres fantastiques qui existent, beaucoup sont plus captivants et nous transportent plus que cette “ Vénus d’Ille “.
C’est donc une nouvelle qu’on pourrait croire passionnante, mais on se rend finalement compte qu’on a mieux à se mettre sous la dent, le style d’écriture de Mérimée n’étant pas l’un des meilleurs qui soient, à mon goût.
N.B. : Vous pouvez également trouver une autre critique de “ la Vénus d’Ille “ à l’adresse suivante : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/?l=7345
( Il s’agit ici de la critique de “ Lokis et autres contes”, on s’attarde donc moins sur “ la Vénus d’Ille”).

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Bien composé mais sans plus

7 étoiles

Critique de Froidmont (Laon, Inscrit le 28 octobre 2022, 32 ans) - 29 avril 2023

Belle, superbe et dangereuse, mariée d’airain et cœur de pierre, statue antique et mystérieuse, bras amoureux, mains meurtrières, vivante aux heures ténébreuses, figée sous les vives lumières, tu punis les promesses creuses en serrant sur ton cœur de fer avec une expression heureuse, car tu sais être la dernière de ses petites amoureuses, ton amant qui sur ta peau perd en quelques secousses nerveuses son souffle et la vie qu’il espère.

La construction est efficace, rien n’est en trop dans ce récit. Tout y trouve sa juste place et mène à cette triste nuit.
Pourtant j’aime assez peu ce texte. Je vois toutes ses qualités, comment il pose le contexte et avec virtuosité ; mais c’est le style qui me jette au dehors de la narration, style aussi beau qu’une disette, quitté avec délectation.

Classique

10 étoiles

Critique de Bookivore (MENUCOURT, Inscrit le 25 juin 2006, 41 ans) - 24 juin 2021

En une cinquantaine de pages, cette nouvelle est un régal de fantastique et même d'angoisse, une histoire surnaturelle de malédiction autour d'une statue de bronze d'une Vénus au pouvoir destructeur (le final...).
Je ne vais pas en tartiner pendant des lignes, ça serait plus long que le texte de Mérimée. Cette histoire est à lire absolument si on aime la littérature française de qualité et le fantastique et l'étrange.

Djoûmane - Le fantastique au Maroc

8 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 46 ans) - 23 février 2020

Après l'Espagne et la Corse, et même une étape en Lituanie, Mérimée s'offre une étape au Maroc. Et il en profite pour (nous) replonger dans une atmosphère fantastique. Une troupe de l'armée française suit le Maréchal-des-logis Wagner. Ces hommes doivent régler une altercation avec un autochtone. Avant cela, ils sont reçus somptueusement à une immense repas. Or, un jeune lieutenant est témoin d'une scène étrange, où un sorcier offre une jeune fille à un énorme serpent, nommé Djoûmane. Il la recroise par la suite sous les traits d'une superbe femme, juste après avoir affronté l'Arabe. Or, cette femme se mit de nouveau à se métamorphoser et montra qu'elle n'était autre que Wagner.
Les fantasmes en terre inconnue où les clichés alimentent l'imaginaire peuvent donc s'avérer dangereux. C'est ce qui constitue la morale de cette nouvelle fantastique fort intrigante, qui ouvre toute une série de questions, laissée par conséquent en suspens. C'est intéressant, comme maîtrise du suspense.

L'art de maintenir le suspense

8 étoiles

Critique de Krys (France-Suisse, Inscrite le 15 mars 2010, - ans) - 14 mai 2013

C'est une nouvelle très belle. J'ai beaucoup aimé le style, les personnages, et l'ingéniosité de Mérimée à nous amener dans le fantastique. Il reste factuel, et ne fait qu'amener les idées au lecteur.
C'est une nouvelle qui se lit d'une traite, et je pense que les ados doivent l'apprécier.

La statue s'anime

8 étoiles

Critique de Marcel11 (Paris, Inscrit le 23 juin 2011, 25 ans) - 21 décembre 2012

C'est une idée très classique des nouvelles fantastiques d'animer un objet. L'auteur, dans ce livre, a décidé d'animer une statue représentant une Vénus. Prosper Mérimée nous transporte dans le Roussillon à Ille (aujourd'hui Ille-sur-Têt) lors de l'étrange découverte d'une magnifique Vénus avec cependant un air méchant et inquiétant. Cette oeuvre d'art gréco-phénicienne causera pourtant de grands malheurs alors qu'un mariage a lieu. Ce roman m'a plu parce que l'idée de Vénus ayant soif de vengeance m'a semblé captivante. Le narrateur, un érudit passionné par les monuments anciens, ménage très bien cette atmosphère d'étrangeté. L'orgueil et la vulgarité d'Alphonse sont impressionnants. Chaque personnage a une personnalité très différente et pourtant tous sont du même milieu. Bref, une nouvelle fantastique qui mérite d'être lue.

Une nouvelle fantastique réussie.

8 étoiles

Critique de Pucksimberg (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 44 ans) - 14 août 2012

Le narrateur, archéologue, se rend à Ille dans les Pyrénées-Orientales afin de rencontrer M. de Peyrehorade. La découverte d'une Vénus noire intrigue tout ce petit monde surtout que la statue a brisé la jambe d'un homme alors qu'il la sortait de terre. Châtiment ? Peur liée à des superstitions ? Intervention du fantastique ? Folie ?

Cette nouvelle bien ficelée intrigue le lecteur, tout en le fascinant. Prosper Mérimée maitrise parfaitement le rythme de cette histoire et sait laisser planer le doute. Le mélange entre les considérations régionales et le fantastique est particulièrement réussi.

Une nouvelle fantastique marquante

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 46 ans) - 15 juin 2012

A l'instar des nouvelles fantastique de Maupassant, celle-ci marque les esprits, en tout cas le mien, par les interrogations qu'elle fait naître, sur les coïncidences, liens de cause à effet qui peuvent être trouvés. La beauté et l'étrange se croisent, pour le meilleur et pour le pire.
Elle peut donc être lue et relue avec plaisir et intrigue.

conte ou légende ou autre

9 étoiles

Critique de Francois jean (ROUBAIX, Inscrit le 23 mars 2005, 70 ans) - 9 avril 2009

M DE PEYREHORADE a trouvé une statue représentant un buste de femme noire. Une vénus d'une beauté étrange mais sans pareille.
Que cache-t-elle comme secret?
Dans le village depuis sa découverte, il se passe des événements tragiques.
Bien écrit, j'ai eu hâte de connaitre la fin. A lire d'une traite puis se détendre avec la partie de tric Trac.

Un peu décevant

4 étoiles

Critique de Kallie (Châteauroux, Inscrite le 8 juin 2008, 30 ans) - 9 juin 2008

L'histoire reste assez sommaire, avec notamment quelques incohérences . . .
Une étude approfondie sur l'œuvre laisse apparaître des scènes sympa, mais sans plus .

Rien à dire!

10 étoiles

Critique de Ryas147 (, Inscrit le 9 juin 2008, 33 ans) - 9 juin 2008

Ce livre est le plus extraordinaire des livres que j'ai lus! Tout est vraiment bien dans cette nouvelle. Malheureusement nous ne saurons jamais la réponse à cette question qui nous laisse seul à la fin du livre: est-ce la vénus qui est responsable de la grêle tombée sur les vignes?

Bof...

5 étoiles

Critique de Baader bonnot (Montpellier, Inscrit le 11 janvier 2008, 40 ans) - 18 janvier 2008

Un "savant" parisien décide de venir découvrir la vallée du Canigou, en Catalogne. Pour cela, il se loge dans un gîte dont le propriétaire a récemment fait la découverte d'une statue. Cette dernière est une sorte de Vénus, à la beauté excessive mêlée d'un regard diabolique (car comme le dit Mérimée "on n'apprécie la beauté d'une femme que lorsqu'elle est en colère"). Plusieurs inscriptions figurent sur la statue dont certaines paraissent incompréhensibles. C'est au cours du mariage d'Alphonse, le fils de celui qui a découvert la Vénus, que l'on va apercevoir les pouvoirs maléfiques de la statue...
Une nouvelle assez légère qui laisse un peu le lecteur sur sa faim. Les points positifs que l'on peut accorder au récit seraient la description que Mérimée fait des Catalans (coutume, moeurs, convivialité) ainsi que la confrontation entre habitant de Paris et provincial.

Forums: La Vénus d'Ille

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La Vénus d'Ille".