Contre-histoire de la philosophie, tome 1 : Les Sagesses antiques de Michel Onfray

Contre-histoire de la philosophie, tome 1 : Les Sagesses antiques de Michel Onfray

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Philosophie

Critiqué par Jules, le 27 avril 2006 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 77 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 6 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (2 031ème position).
Visites : 5 957  (depuis Novembre 2007)

Vraiment intéressant

Ce livre est le premier tome d’une série qui devra en compter six.

Bon, d’accord, cela ne se lit pas comme un roman, j’ai dû avoir recours à mon dictionnaire de temps à autre pour certains termes, mais c’est une mine de richesses.

Comme le dit Michel Onfray sur sa quatrième de couverture, son objectif est de nous faire connaître une série de philosophes qui ont été mis de côté au cours des siècles parce que leurs pensées ne convenaient pas à l’air du temps ou aux courants dominants. D’où le sous-titre de « Contre-Histoire de la Philosophie »

Découvrir ces pensées est vraiment très intéressant !
J’ai eu un faible dans ce volume pour Démocrite, Epicure et Lucrèce. Les conseils donnés par Hipparque sont des plus utiles et ils sont d’autant plus vrais qu’à son époque la vie comportait bien plus d’éléments aléatoires qu’aujourd’hui. Il n’empêche, ils sont loin d’être dépassés !

Pourquoi devrions-nous lire cela d’une traite ? Au contraire, savourons chaque penseur à notre aise puis refermons l’ouvrage jusqu’au moment de la prochaine envie d’aller plus loin.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Contre-histoire de la philosophie

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Il n'y a pas qu'Aristote et Platon

9 étoiles

Critique de Elya (Savoie, Inscrite le 22 février 2009, 32 ans) - 25 janvier 2014

C’est après avoir entendu et apprécié l’intervention de Michel Onfray lors d’une conférence à Bordeau (disponible en ligne) à propos de son livre sur Freud que j’ai décidé de reprendre la lecture d’un de ses ouvrages. J’avais déjà commencé Les sagesses antiques et celui sur la psychanalyse, que j’avais délaissés au profit de lectures que je jugeais plus pragmatiques et objectives que celles des écrits d’un philosophe. Je suis revenue de cet a priori stérile.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome de la contre-histoire de la philosophie : les brefs interludes biographiques des philosophes antiques délaissés, la contre-critique du matérialisme, les remises au point sur les pensées d’Epicure, la dénonciation des faiblesses et des limites du platonicisme… J’ai aussi pu m’approprier facilement les définitions des l’eudémonisme et de l’hédonisme, qui me permettront d’aller approfondir ma découverte de ces « concepts » qui me parlent beaucoup.

Mais c’est surtout l’idée de l’élaboration d’une « contre-histoire », d’une « histoire alternative » qui m’a séduite. Vouloir revisiter les différents courants philosophiques, accorder plus de temps voire de crédit à ceux délaissés par les discours conventionnels, remettre en cause les cloisonnements et catégorisations réducteurs (comme le groupe des philosophes présocratiques, souvent contemporains de Socrate), voilà une entreprise osée et intellectuellement jouissive. Cet essai s’inscrit pleinement dans la lignée de L’histoire populaire des Etats-Unis d’Howard Zinn ou de l’Histoire populaire des sciences de Clifford Conner, des œuvres cherchant à décrypter les idéologies qu’il y a derrière les récits hagiographiques et conventionnels et à redessiner l’histoire, en se basant sur des faits trop longtemps oblitérés. L’idéologie qu’il y a derrière l’histoire classique de la philosophie européenne, telle qu’elle est encore enseignée aujourd’hui, est celle des conceptions judéo-chrétiennes selon Michel Onfray.

Ce dernier n’a jamais recours à un verbiage repoussant, et son discours n’impose pas non plus de distance comme le font les discours plus académiques. Il n’hésite pas à enrichir ses propos de conjectures et positionnements philosophes personnels intéressants. Il donne envie de découvrir avidement tous les tomes de sa contre-histoire.

Jouissif, mais…

8 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 54 ans) - 17 février 2012

Toujours aussi jouissif de lire Michel Onfray, pourfendeur d’une certaine philosophie qui tient le plaisir à l’écart, qui bannit le corps ou y voit un outrage, qui choisit d’oublier les penseurs hédonistes ou qui les édulcore. Si je reconnais les nombreuses qualités de Michel Onfray, si j’affirme le plaisir de le lire tant sa plume nous chatouille, j’ose également émettre une petite nuance : sa tendance à tout « tirer » vers sa façon d’interpréter les textes, leurs auteurs et la vie de ces derniers. Par exemple, son portrait de Socrate ou de Platon vire parfois à la caricature, mais pour ceux qui connaissent ces deux philosophes, ce n’est pas dérangeant car le trait forci est vite repéré, ne fait donc aucun dégât de ce côté-là et en même temps, est bénéfique : remise en question, relecture des textes originaux, sourire, plaisir à lire la verve d’Onfray… Autre petite critique, si je puis me permettre : parfois beaucoup d’encre versée pour condamner cet oubli de l’hédonisme par l’histoire de la philosophie, par rapport aux développements des philosophies en elles-mêmes…

La philosophie antique

9 étoiles

Critique de Dudule (Orléans, Inscrite le 11 mars 2005, - ans) - 2 mai 2007

J’avais très envie de découvrir la philosophie, alors pourquoi ne pas commencer avec Michel Onfray qui nous fait découvrir les philosophes mis de côté pendant des siècles, j’ai beaucoup aimé Démocrite, Diogène et Epicure

Je n’ai pas trouvé la lecture de ce livre difficile bien que le dictionnaire ne doit pas rester trop loin, et j’ai aussi suivi ses conseils en lisant « histoire de la pensée» de Lucien Jerphagnon (pourquoi n’est il plus édité ?), ainsi que « Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres » de Diogène Laërce .

Les antiques hédonistes

8 étoiles

Critique de Asgard (Liège, Inscrit le 14 juillet 2005, 43 ans) - 29 juin 2006

Michel Onfray nous propose dans cette nouvelle série de découvrir la philosophie hédoniste, Ô combien oubliée de l'histoire officielle philosophique, qui campe le platonisme et le point de vue chrétien qui en découlera.
J'ai pu découvrir avec intérêt le matérialisme abdéritain, le plaisir cyrénaïque, le jardin épicurien dans ce premier opus, avec la prose magnifique dont l'auteur nous a déjà rendu coutumier. La beauté des mots rend à elle seule le plaisir de lire ce genre d'ouvrage.
Je vais entamer une petite pause avant de découvrir le deuxième tome qui s'annonce tout aussi réjouissant.

Un nouveau regard sur les philosophes antiques

9 étoiles

Critique de Fa (La Louvière, Inscrit le 9 décembre 2004, 46 ans) - 27 juin 2006

La philosophie antique, c'est passionnant, et le nouveau regard que nous propose Onfray l'est tout autant.

Ce que je préfère dans l'ouvrage, c'est la critique de Platon et du recyclage axé autour de la haine du corps et de la matière qui en a été fait ultérieurment par la religion.

C'est l'occasion de redécouvrir des penseurs majeurs de l'antiquité qui ont été au mieux traînés dans la boue (Cf Epicure ou Lucrèce) au pire largement ignorés ou oubliés car vecteurs d'une pensée non correcte : ce livre restitue ainsi à Démocrite la place qu'il mérite : développer la théorie de l'atome dans la Grèce antique, n'est-ce pas là être visionnaire?

Si le courage vous en dit, attaquez-vous en parallèle à la lecture du difficile tome consacré par la collection de la Pléïade consacrée aux Présocratiques.

J'ai de grandes espérances pour la suite de cette série.

Forums: Contre-histoire de la philosophie, tome 1 : Les Sagesses antiques

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Contre-histoire de la philosophie, tome 1 : Les Sagesses antiques".