Les trois mousquetaires de Alexandre Dumas

Les trois mousquetaires de Alexandre Dumas

Catégorie(s) : Littérature => Romans historiques , Littérature => Francophone

Critiqué par Jules, le 5 mai 2001 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 55 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (99ème position).
Discussion(s) : 3 (Voir »)
Visites : 17 742  (depuis Novembre 2007)

Un merveilleux roman, une merveilleuse écriture

Je touche ici à un sommet du genre « roman historique » ! Raymond Barre a un jour confié qu'il relisait ce livre une fois par an depuis des années.
Il y a d'abord les personnages historiques : Louis XIII, Richelieu, Anne d'Autriche, Buckingham, une bonne partie de la noblesse de l’époque et… d'Artagnan ! Le Roi vit toujours au Louvre, dans sa bonne capitale.
Un jeune homme, d’Artagnan, béarnais au sang chaud, de petite noblesse désargentée, descend sur Paris pour y briller dans la vie militaire. Il va commencer par rencontrer les méchants, à savoir : le vil homme de main du Cardinal, Rochefort, et son infâme espionne, Milady.
A peine arrivé à Paris, il se retrouve avec trois duels sur les bras. Ses adversaires font partie du corps des mousquetaires du Roi, au sein duquel il rêve d'entrer. On sert le Roi, pas le Cardinal ! Ils s'appellent Athos, Porthos et Aramis. Le duel à peine entamé, les gardes du Cardinal interviennent pour faire respecter le nouvel édit qui interdit les duels. Aussi sec, les voilà quatre pour trucider tous ces manants au service de Richelieu. L’amitié est née et ils ne savent pas encore qu’ils feront un très long et très mouvementé chemin ensemble. « Un pour tous, tous pour un ! »
On fera alors la connaissance de leurs domestiques respectifs : Bazin au mental et aux rêves de bedeau, Mousqueton qui ne pense qu'au confort et à la bonne chère, Grimaud efficace et silencieux comme son maître, Planchet malin comme un singe, futur bourgeois de Paris.
Les voilà partis à la recherche de foutus ferrets qui devraient être portés par Anne d’Autriche un soir donné et qui ont quitté le territoire. La réputation de la Reine dépend du retour, à temps, de ceux-ci.
Nombreux seront ceux qui tenteront de leur mettre des bâtons dans les roues, des épées dans le corps. La chevauchée sera « fantastique » comme la langue employée pour nous la raconter.
J’avais dix ans et je lisais après l'extinction paternelle des feux, avec une lampe de poche sous ma couverture, incapable d'arrêter sans savoir qui allait triompher : mes amis, ou les sordides sbires du grand Cardinal ?…
Heureusement, Dumas met de longs titres à ses chapitres et l'on sait où l’on va et quand les choses vont arriver.
Il y a cinq ans, visitant le château de Vaux -le- Vicomte (plus beau selon moi que Versailles) j’ai vu le seul document historique de ma vie mentionnant le nom de d’Artagnan. A l’époque de ce document, il était capitaine des mousquetaires du Roi et signait un reçu pour quelques milliers de livres destinées à lui permettre de transporter, sous bonne escorte, Fouquet à la forteresse de Pignerol, où il devait être enfermé sur ordre de Louis XIV.
Un merveilleux roman, une grande écriture.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  La trilogie des mousquetaires

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Un pour tous et tous pour un ! Toujours aussi moderne !

8 étoiles

Critique de LaVillatte (, Inscrite le 11 juillet 2012, 42 ans) - 11 septembre 2016

L'ayant lu dans ma jeunesse en bibliothèque verte, je me suis dit qu'il était temps de le lire en version intégrale.
Quelle surprise de découvrir une langue moderne et vivante ! Nous sommes loin des descriptions de certains romans du XIXeme (Gauthier, Balzac ou Zola pour n'en citer que trois). Ici l'action commence rapidement et ne s'arrête jamais.
Seule déception, les combats de nos trois héros sont moins risqués qu'au cinéma car les gardes du cardinal y sont à chaque fois moins nombreux, mais cela apporte une touche de réalisme à l'oeuvre et surtout n'enlève rien à leur bravoure et leur panache !

La saveur des grands classiques

8 étoiles

Critique de Romur (Viroflay, Inscrit le 9 février 2008, 44 ans) - 4 septembre 2016

Tout le monde connait d’Artagnan et sa bande, plus souvent à travers des films plus ou moins fidèles que par la lecture du roman.
Celui-ci a toute la saveur des romans du XIXème, parfois un peu simple ou naïf (mais beaucoup moins que bien des romans de gare contemporains !). La langue est recherchée et de qualité comme elle pouvait l’être à l’époque mais sans longueur et archaïsme. Les rebondissements qui alternent actions et intrigues s’enchaînent avec bonheur, avec comme toile de fond un panorama historique qui n’est plus guère enseigné et comme moteur un système de valeurs fortes (honneur, bravoure, courtoisie, fidélité...) qui permet aux ennemis de s’estimer et parfois de collaborer. Seule dépourvue de tout repère moral et mue par un égoïsme absolu, Milady qui n’a d’équivalent maléfique dans la littérature que Cathy dans A l’est d’Eden. Mais comme on ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments, c’est elle qui dynamise le roman et permet à chaque héros de de distinguer, avec sa personnalité, ses qualités et ses ridicules.
Un bon moment de lecture, stimulant et divertissant.

Très inégal et un peu vieillot

7 étoiles

Critique de Antinea (anefera@laposte.net, Inscrite le 27 août 2005, 38 ans) - 17 mars 2016

Les trois mousquetaires, tout le monde en parle mais finalement peu de gens semblent avoir lu ce pavé. Néanmoins, quand on évoque ce livre, il est facile de citer ses personnages : il y a D’Artagnan, un jeune gascon qui n’est pas mousquetaire, ou pas encore, et qui monte à la capitale pour le devenir justement ; les fameux trois mousquetaires Athos, Portos et Aramis, tous très différents les uns des autres mais qui forment une joyeuse bande de compères toujours prêts à en découdre avec les hommes du méchant cardinal de Richelieu dont on ne sait pas finalement s’il est un allié ou non de sa majesté le roi Louis XIII ; ah, et puis il y a aussi la belle et vénéneuse Milady, qu’on sait être une intrigante aux ordres de Richelieu sans trop savoir pourquoi. Enfin, on se souvient de Constance de Bonacieu, la dulcinée de D’Artagnan, mais pas franchement de son rôle dans le livre. Voilà, la galerie de portraits, on la connaît plutôt bien mais le scénario qui les met en scène, lui, ne laisse par grand souvenir. La lecture du livre remédie à cela, offre quelques bons moments de lecture mais aussi, pour ma part, des déconvenues…

Alors bon, critiquer un monument de la littérature française, c’est un peu pédant peut-être, mais tant pis. Pour moi, les trois mousquetaires, ce fut un peu difficile à avaler, comme une cuillère de farine enfoncée dans le gosier. C’est que cela n’en finit pas, l’auteur (ou les auteurs, tellement j’ai senti que certains passages étaient différents les uns des autres) s’égare dans des scènes qui paraissent à part, voire carrément inutiles : ainsi quand d’Artagnan va retrouver ses compagnons le long de la route vers l’Angleterre, chacun bloqué pour une raison particulière dans une auberge, avec des états d’âmes, des soucis qui n’apportent rien à l’intrigue mais tentent, avec un humour sentant la naphtaline, de donner de la substance aux personnages… De même lors du siège de La Rochelle, ce pique-nique dans un fort entre mousquetaires bravaches et nonchalants dure, dure que c’en devient pénible. La fin cependant, dont on a l’impression également qu’elle a été écrite à part, se focalise sur Milady, les mousquetaires passant au second plan. Mais cette partie est intéressante. Elle pourrait presque constituer un roman à part entière tant elle est complète et explique avec brio pourquoi cette femme est si mauvaise.

Alors oui, lire Les trois mousquetaires, c’est une bonne idée pour quoi veut se remettre dans le bain de cette histoire. Cependant, c’est un ouvrage très inégal et sans doute pas le meilleur de Dumas et compagnie.

Du grand art

10 étoiles

Critique de Flo29 (, Inscrite le 7 octobre 2009, 45 ans) - 23 décembre 2014

Je l'ai terminé au bout de plusieurs semaines, et j'ai vraiment trouvé ce grand classique bien écrit, l'auteur nous entraîne dans des aventures passionnantes, nous côtoyons les plus grands, les plus démoniaques aussi.
J'ai adoré aussi l'humour de l'auteur, ce n'est pas si courant au XIXème siècle de trouver de l'humour dans les romans. Je vais sûrement lire à un moment d'autres livres de Dumas.

Mieux vaut tard que jamais.

9 étoiles

Critique de Loic3544 (Liffré (35), Inscrit le 1 décembre 2007, 39 ans) - 19 septembre 2014

Bon, voilà, j'aurais attendu 36 ans avant de lire un roman de Dumas. Bon, que dire, tout a déjà été dit : une très belle plume, une histoire enlevée, des personnages fouillés. Pas grand chose à redire de ce grand classique de la littérature française. On a plaisir à suivre d'Artagnan au travers de ses tribulations de sa Gascogne natale à Paris, en passant par l'Angleterre et La Rochelle. De l'aventure, du mystère, des personnages vraiment attachants, un ensemble d'ingrédients qui donnent tout son sel à ce roman de cape d'épée.
Bon, évidemment, sur 700 pages, on n'évite pas quelques longueurs et j'ai trouvé le passage sur la captivité de Milady vraiment trop long. Mais bon, ça reste mineur au regard de l'œuvre, et même dans ces moments-là, le livre reste agréable à lire grâce à un style à la fois magnifique et fluide, chose très rare malheureusement.
Evidemment, tout ça me donne envie de lire d'autres livres de l'auteur, ce qui ne tardera sûrement pas.

Epique !

10 étoiles

Critique de Stitch (, Inscrit le 18 octobre 2013, 29 ans) - 25 août 2014

A n'en pas douter, sans doute l'une des sagas les plus épiques de toute l'histoire de la littérature, et ce malgré son grand âge. Un roman qui, pour peu qu'on lui témoigne de l'attention, saura séduire les lecteurs confirmés ET les liseurs débutants.

L'on y retrouve tous les thèmes les plus ancrés dans l'histoire de l'homme, mélangés et rattachés dans une aventure unique en son genre : l'amour, l'amitié, l'honneur, la trahison, la peur et la guerre.

Le roman peut paraître conséquent si l'on se limite à observer son nombre de pages, mais une fois plongé à l'intérieur de l'intrépide mission de nos mousquetaires, l'on ne voit plus le temps passer, et l'on partage les émotions de nos héros : leurs peurs, leurs projets, leurs rêves et leurs illusions.

S'il existe un roman issu de la littérature classique qu'il faut impérativement essayer, c'est bien celui-ci !

Bonne lecture !

Une belle aventure !

9 étoiles

Critique de Ngc111 (, Inscrit le 9 mai 2008, 31 ans) - 12 mai 2014

Alexandre Dumas était un conteur formidable, et ce roman "Les Trois Mousquetaires" en sera un preuve supplémentaire pour tous ceux qui se lanceront dans sa lecture. De la rencontre des héros, de leur présentation, du mélange historique et fictionnel, de l'intrigue simple mais dynamique, des nombreux secrets qui émaillent le récit avant de se voir expliqués, du ton tantôt comique, tantôt solennel voire sentencieux, de l'esprit de camaraderie et de l'honneur ; tous les éléments sont réunis pour faire de ce livre une belle aventure, de celles que l'on dévore sans jamais s'ennuyer, sans jamais perdre le fil, et que l'on referme avec le sentiment d'avoir vécu quelque chose de fort, de durable.

Les ficelles utilisées par l'auteur sont toutes simples mais géniales, comme la plupart des bonnes idées, et l'on se prend au jeu des personnages à l'identité volontairement entourée de mystère le temps d'une scène (le Duc de Buckingham, Constance de Bonacieux, le bourreau de la fin...). L'écriture de Dumas (et de son collègue dont j'ai oublié le nom malgré le éclaircissements de la préface) est limpide, évidée de tout superflu, et l'on s'étonne même de ne pas y trouver plus de descriptif, plus de travail stylistique, mais cela contribue grandement à donner un rythme, une allure à la narration, alors même que les évènements ne se bousculent pas toujours et donnent parfois l'impression de ne pas être fondamentaux (l'épisode de la recherche du financement des équipements).

Car loin de l'image que peut renvoyer l’œuvre aujourd'hui, celle d'une épopée de cape et d'épée où les combats font rage entre mousquetaires du roi et hommes du cardinal, Les Trois Mousquetaires est un récit finalement peu épique mais plus intéressant que cette fameuse image que l'on trouvera exploitée au cinéma ou dans les dessins animés. Beaucoup d'éléments sont ainsi révélés au lecteur qui s'était construit une image bridée et faussée, comme le passé d'Athos, le fait que d'Artagnan ne soit que tardivement promu mousquetaire (et ne soit pas le chef) ou encore le personnage de Milady lui-même, que l'on n'imaginait pas forcément d'une grande beauté et d'une telle ampleur. Celle-ci n'apparaît en effet pas comme un simple pion du cardinal de Richelieu mais comme une dame d'abord mystérieuse à laquelle les révélations de son passé et de son caractère ne cesseront de conférer une aura grandissante, parfois réellement maléfique mais parfois aussi étonnamment attachante (si si en cherchant bien !).

Au-delà de toutes ces considérations du rapport entre l'image que s'était formé le lecteur de ce qu'était grossièrement "Les Trois Mousquetaires" et ce qu'est réellement l’œuvre de Dumas, il convient de dire un mot de la qualité de ce livre, de la maîtrise du rythme, de la narration, des codes de l'aventure que propose son auteur. Certains passages voire chapitres touchent au sublime comme cet épilogue parfait qui fera naître un torrent d'images à l'esthétique et à la dramaturgie sublimes. Nul doute que l'on refermera le livre à chaque fois avec le même regret que d'Artagnan à quitter ses compagnons de fortune et d'infortune.

Mais comme le dit Athos, l’amertume du souvenir se changera bien vite en douceur.

Il y a longtemps que j'aurais dû le critiquer !

10 étoiles

Critique de JEANLEBLEU (Orange, Inscrit le 6 mars 2005, 49 ans) - 27 juillet 2013

Alexandre Dumas a été ma grande passion littéraire pendant quelques années (1998/2000 principalement avec des "rechutes" régulières depuis). J'ai donc lu beaucoup de ses romans et je dois dire que celui-ci reste mon préféré au début du cycle que je préfère (celui des mousquetaires avec les suites : "Vingt Ans Après" et "Le Vicomte de Bragelonne"). C'est par ce roman que j'ai "attaqué" Dumas en 1998 et j'en garde vraiment un souvenir ému. Beaucoup de choses ont été dites sur cette oeuvre sur "Critiques Libres", pour ma part j'ai été sensible à l'insouciance, humour et le sens de l'amitié qui caractérisent les 4 héros (ces qualités étant plutôt des philosophies de vie choisies délibérément car chacun des héros a néanmoins sa face sombre).
Bien sûr, avec Dumas, il y a toujours des coup de théâtre improbable mais ça fait partie du genre et on accepte ces situations invraisemblables sans problèmes.
A poursuivre avec les 2 autres romans ("Vingt ans après" est plus sombre et "Le Vicomte de Bragelonne" est, à la fois, une description brillante et passionnante de la cour du Roi Soleil et une réflexion douce amère sur la vieillesse).
En fait chacun des romans représente un stade de la vie : "Les Trois Mousquetaires" c'est la jeunesse, "Vingt ans Après" c'est l'âge adulte et "Le Vicomte de Bragelonne" c'est la vieillesse.

Une autre époque

8 étoiles

Critique de Salocin (, Inscrit le 12 décembre 2012, 36 ans) - 10 mars 2013

Ma première lecture d’un roman d’Alexandre Dumas donc, qui m’a fait découvrir cet emblème du patrimoine littéraire français. Qu’on se le dise, il n’est jamais trop tard pour lire ses « classiques »! La trentaine passée, je profite quant à moi de quelques années de sagesse et de tranquillité pour rattraper les errements passés de ma jeunesse !

C’est un livre qui se savoure et se lit avec délectation. Il se dégage de l’écriture et de l’intrigue de ce roman d’aventure, de cape et d’épée, comme on n’en connaît plus aujourd’hui, une forme de grandeur qui impose le respect. La fidélité, la bravoure, la loyauté, la courtoisie, l’honneur, les règles de savoir vivre, de bienséance… bref autant de conventions et de valeurs qui imprègnent la société de l’époque et qui ressortent de ce roman mais qui paraissent bien d’une autre époque (on dirait volontiers aujourd’hui que nos 3 mousquetaires sont des has been).

Le langage aussi parait désuet, il appartient à une autre époque, les subjonctifs imparfaits par exemple foisonnent et sont utilisés avec une telle aisance par Dumas que l'on en viendrait presque à regretter ce temps de conjugaison qui parait aujourd'hui si difficile à employer.

Je comprends donc que notre ami David23, n’a pas aimé aimé la lecture du roman, mais peut être s’agit-il de son âge encore trop jeune pour pouvoir l’apprécier comme il se doit.

Le lecteur est transporté dans une époque, le 17ème siècle, et c’est aussi l’immense richesse de ce roman, fiction certes mais s’appuyant sur des personnages et faits historiques : quoi de mieux ainsi qu’une telle lecture pour (re) découvrir l’histoire de France, qui enseignée à l’école m’avait tant indifféré ! (c’est l’époque du tout puissant cardinal de Richelieu, du roi Louis 13 dit le Juste logeant encore au Louvre, du rival anglais symbolisé par la personne du duc de Buckingham, courtisan de la Reine, de la bataille de la Rochelle…).

Dernière remarque : la célèbre devise des mousquetaires n'apparaît en fait qu'une seule fois dans le roman et de façon inversée ("tous pour un et un pour tous"). Etonnant donc que cette formule ait été consacrée au point de faire aujourd'hui partie de la mémoire collective française.

Passionnant à lire tant pour la qualité littéraire de l’œuvre que pour ses références historiques !

Du gâchis de temps d'argent...

1 étoiles

Critique de David23 (, Inscrit le 23 février 2013, 16 ans) - 23 février 2013

J'ai jamais lu un livre tellement mauvais.
Il y a trop de descriptions, les lettres sont petites riquiqui et le papier est très fin. Si Alexandre Dumas existait encore je lui donnerais plein de baffes, ce serait mieux d'écrire un livre passionnant avec de belles illustrations de 150 pages que de faire un bout de m**** de 700 pages comme ça, sérieusement! On dit que c'est un "Roman d'aventure" alors qu'il n'y a même pas d'action ou d'intrigue. Je trouve que c'est un ouvrage très très ennuyant et je ne le recommande à personne!

Tagada tagada voilà les…

9 étoiles

Critique de Kikiolf (Mulhouse, Inscrit le 4 septembre 2012, 35 ans) - 6 septembre 2012

Super roman de cape et d’épée. L’aventure avec un A majuscule.
J’ai découvert ces quatre personnages avec surprise. En effet, ils sont bien plus complexes que je l’imaginais. Loin d’être des saints ils ont tous leur particularité qui en font des héros attachants.
De plus quelle éloquence dans les dialogues. On se surprend à relire certains passages rien que pour le plaisir.
On est un peu triste à la fin mais on reprend courage en apprenant que l’aventure continue « vingt ans après ».

Encore une ...

9 étoiles

Critique de Val4521 (, Inscrit le 5 septembre 2012, 21 ans) - 5 septembre 2012

Du haut de mes 16 ans, je me suis attelé à la lecture de ce bouquin -pourtant je déteste la police aussi petite, allez savoir-. Eh ben, moi qui m'attendais à une niaiserie débordante, à un manichéisme incroyable, je suis surpris !
Les personnages sont tous réalistes, avec leurs défauts, leurs qualités, leur histoire, et leur lien avec les personnages. Le racoleur Porthos, le lunatique Aramis et l'ivrogne Athos; sans oublier le jeune d'Artagnan, presque volage. Tous les personnages ont une utilité (même Jussac, le premier que D'Artagnan affronte et bat en duel), et une raison d'être dans le " camp " choisis. J'ai également aimé le fait que le cardinal et le roi soient amis, et ne se détestent que publiquement.
Petit bémol : J'ai trouvé que, des trois mousquetaires, l'on ne voyait plus à un moment qu'Athos, les deux autres relégués aux rangs d'accompagnants ( Bien que Porthos ait son moment de bravoure dans les chapitres où il conquiert la duchesse, et Aramis au tout début lorsque D'Artagnan observe sa maison.)
Bref, une oeuvre ...

Un classique

8 étoiles

Critique de Fleur-de-lyss (, Inscrite le 12 juin 2011, 22 ans) - 20 décembre 2011

J'ai lu en passant sans doute à côté de bon nombre de références historiques. Mon bagage culturel sur le sujet était assez médiocre et, d'ailleurs, j'aurais été bien en peine de citer les noms des mousquetaires ou d'expliciter ce que d'Artagnan avait à voir là-dedans.
Je suis cependant heureuse, et plutôt fière, de m'être lancée dans l'aventure de cette lecture. J'en ai apprécié toutes les pages. J'ai été agréablement surprise de constater la profondeur psychologique des personnages ainsi que la fréquence des dialogues. De même, les relations entre les différents personnages, les secrets et les menaces en font un livre difficile à lâcher.
Si j'ai pu, malgré mon jeune âge, mon inexpérience et ma culture médiocre, savourer ce roman, je pense qu'il est accessible à bon nombre de lecteurs.

Les trois mousquetaires

10 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 37 ans) - 25 septembre 2011

Voilà un livre que j'ai lu à deux reprises. Le première était en 1999 et la seconde en 2005. Lors de la première lecture, j'avais été très déçu car j'avais trop d'attente. Je m'attendais à un livre avec beaucoup d'action. Lors de la seconde lecture, j'ai porté plus attention aux petits détails et j'avais plus de connaissance sur la France de cette époque.

Aujourd'hui, c'est souvent le livre que je recommande aux gens qui veulent commencer à lire les grands classiques de la littérature. À ce jour, ça reste encore une des mes belles expériences de lectures.

Merci Monsieur Alexandre Davy de la Pailleterie !

9 étoiles

Critique de Millepages (Bruxelles, Inscrit le 26 mai 2010, 58 ans) - 4 mars 2011

Tout comme beaucoup de personnages de son célèbre roman, l'écrivain avait fait changer son nom à particules et à rallonge en un autre, plus commode à retenir : Alexandre Dumas, donc.

Si j'ai mis autant de temps à me plonger dans ce chef-d'oeuvre, c'est que je faisais une corrélation avec les films de capes et d'épées, pour lesquels je n'ai jamais eu la moindre attirance, et que j'évitais soigneusement. Au passage, cela m'a permis d'aborder le livre sans en connaître la trame très précisément, ce qui est plutôt un avantage.

Et j'ai découvert un roman qui est beaucoup plus que de capes et d'épées ou même d'aventure. L'écriture est superbe, et il y a des phrases qui confinent au sublime.

Certaines sont profondes :
"pourquoi donc le ciel s'est-il ainsi, trompé, en mettant cette âme virile dans ce corps si frêle et délicat ?" (à propos de Milady)

D'autres sont puissantes :
"l'orage qui grondait en elle doublait sa force, et elle eût fait éclater les murs de sa prison si son corps eût pu prendre un seul instant les proportions de son esprit" (toujours à propos de Milady)

D'autres encore, comico-chevaleresques :
"Monsieur, j'aime les hommes de votre trempe et je vois que si nous ne nous tuons pas l'un l'autre, j'aurai plus tard un vrai plaisir dans votre conversation" (Athos à d'Artagnan, avant d'entamer leur duel)

Ou tragico-poétiques :
"Un soupir s'échappa de la bouche de M...., effleurant celle de .....; ce soupir, c'était cette âme si chaste et si aimante qui remontait au ciel."

Bref, un grand moment de littérature qu'il serait dommage de ne pas s'offrir....

A fleuret moucheté.......

9 étoiles

Critique de Frunny (PARIS, Inscrit le 28 décembre 2009, 52 ans) - 20 juin 2010

Que dire de plus aux critiques ci-dessous énoncées (les positives ! ) Les 3 mousquetaires reste un roman classique merveilleusement écrit où le romanesque est exacerbé et l'histoire prenante.
Cette oeuvre prépare le terrain des grands romans ( et films ) de cape et d'épée qui seront écrits peu après .
A découvrir ou à relire .

Une œuvre intemporelle et universelle

10 étoiles

Critique de Chene (Tours, Inscrit le 8 juillet 2009, 47 ans) - 1 mai 2010

Les trois mousquetaires est une œuvre monumentale sur le courage, l’esprit d’aventure, l’amitié et la fraternité. Ce roman fait partie du patrimoine de l’humanité, car la phrase « un pour tous, tous pour un » est connue et reprise dans le monde entier. Même dans l’Inde du XXIe siècle, les héros du film « slumdog Millionaire » se surnomment entre eux les 3 mousquetaires. Adapté au cinéma, réécrit et pastiché en littérature ou en bande dessinée des milliers de fois, le roman des trois mousquetaires est une source d’inspiration sans fin pour les artistes (écrivains, scénaristes, réalisateurs, acteurs etc…) et un sujet d’études pour de nombreux universitaires. La trilogie sur les trois mousquetaires et le siècle de Louis XIV, respectivement, le tome 1, les trois mousquetaires (avec le ministère du Cardinal de Richelieu et le siège de la Rochelle), le tome 2, vingt ans après (comprenant la gouvernance de Mazarin et la fronde) et le tome 3, le vicomte de Bragelonne (la jeunesse et la montée en puissance de Louis XIV et l’arrestation de Fouquet par d’Artagnan) est une véritable épopée historique et héroïque qui relève de ce que l’on peut appeler la mythologie française.

Horriblement ch****

1 étoiles

Critique de Adri3698 (, Inscrit le 28 mars 2010, 25 ans) - 10 avril 2010

C'est au collège que mon prof de français (ce sadique) nous a donné à lire les trois mousquetaire (version intégrale d'environ 700 pages). Sur ses 700 pages, ce livre n'en possède que 60 d'intrigues et d'actions : le reste était de la description pure et simple (et quel ennui). Quand j'ai pu enfin refermer ce bouquin, j'étais très contrarié car je venais de me rendre compte que j'avais perdu plus de 13 heures de ma vie pour un livre dont j'aurais mieux fait de lire un résumé sur internet plutôt que de le lire en comptant les pages.
Je ne comprends pas Alexandre Dumas qui aurait pu faire un livre de 100 pages passionnant au lieu d'un torchon de 700.
A la fin, j'étais exténué et quel soulagement de l'avoir enfin fini, pfffiou. Maintenant le pire est derrière moi et je peux informer les gens de ne surtout pas lire ce soi disant "livre".
Après, peut être que j'étais trop jeune pour lire ce "livre" mais je ne veux pas retenter cette mauvaise expérience.
Ce "livre" devrait être interdit à la vente aux -de 18 ans car il pourrait être une des premières causes de suicide des adolescents en France.

Je ne le recommande absolument pas aux moins de 65 ans!!!

Dumas, une grande histoire d'amour entre lui et son lecteur!

9 étoiles

Critique de Rouchka1344 (, Inscrite le 31 août 2009, 27 ans) - 18 mars 2010

Ah! quel plaisir que de découvrir Dumas à travers les trois mousquetaires! Ce fut le premier livre que j'ai lu de lui et je suis tombé amoureuse des livres de Dumas! On le retrouve dans ses personnages, son côté bon vivant aimant la gastronomie et le vin!
L'amitié qui est le thème liant de toute l'intrigue est très belle et bourré d'humour!
Le début est peut être un peu long, l'intrigue se déroule assez lentement par moment à cause du nombre des personnages secondaires!
Mais ses personnages sont extraordinaires! En particulier Porthos (mon préféré) et Milady, qui est un véritable démon!

Quand j'ai lu dans un article que Dumas pleurait chaque année le jour où il avait tué Porthos, je me suis rendue compte que tous ces personnages ont partagé la vie de Dumas autant que celle de ses lecteurs, et qu'il avait mis en chacun d'eux un peu ou beaucoup de lui-même. En tuant le personnage dont il était le plus proche, sans doute était-ce une partie de lui qui s'était envolée!

Ce n'est pas un livre à découvrir et à lire mais un auteur! Lisez Dumas!

Ancêtres des Quatres Fantastiques?

8 étoiles

Critique de Numanuma (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 44 ans) - 14 mars 2010

Dans la grande série des livres dont j’ai vu les adaptations cinématographiques avant de lire les romans, je demande les Trois mousquetaires…
C’est le problème avec les œuvres majeures, elles sont tellement connues que l’on sait tout avant même de les avoir lues et les Trois mousquetaires n’échappent pas à la règle. Qui ignore la devise d’Athos, Portos, Aramis et d’Artagnan « Un pour tous et tous pour un » ? A priori, pas grand monde et pourtant, elle n’est citée qu’une fois dans tout le roman qui fait pourtant 700 pages ! Qui n’a jamais entendu parler de l’affaire des ferrets de la reine ? Les martiens et les ermites...
Bref, je connaissais tellement bien l’histoire pour l’avoir vue dans tellement de films, pour en avoir entendu parler tant de fois, pour l’avoir retrouvée de tellement de manières dans les œuvres de ceux qui s’en réclament que je ne voyais pas bien l’intérêt de lire ce roman. J’ai fais la même erreur avec le Comte de Monte Cristo et suis arrivé à la même conclusion que je me suis stupidement privé d’un grand plaisir.
Je ne vais donc pas résumer l’intrigue ni même évoquer le style de l’auteur que je n’ai que peu goûté alors que j’ai adoré l’écriture du Comte de Monte Cristo. Les aventures des mousquetaires sont écrites dans un français qui colle à son sujet, à l’époque de son action et au caractère de ces personnages : tout en finesse et en rodomontades, un mélange parfois indigeste de noblesse et de « j’me la pète attitude », parlons djeuns !!
Ce qui frappe le plus dans le roman, c’est l’extrême liberté dont jouissent les mousquetaires du roi, tous protégés qu’ils sont à la fois par le monarque et par leur capitaine, monsieur de Tréville, qui les utilise dans sa guerre politique contre Richelieu.
Osons la comparaison, ce sont des super-héros ! Ils en ont les caractéristiques : ils appartiennent à une élite, Athos, Portos et Aramis sont des noms d’emprunts, leurs véritables identités restent secrètes, l’on ne découvre celle d’Athos que tard dans le roman, ils ont des costumes et des armes particuliers, ils n’ont pas de supers pouvoirs mais sont des bretteurs hors pairs, en particulier d’Artagnan et surtout, ils se placent sans vraiment de considération au-dessus des lois, ce qui est la caractéristique première des super héros.
En effet, le duel est interdit, ils s’y livrent et s’en sortent en mettant tout sur le dos des gardes du cardinal qui faisaient, eux, respecter l’ordre royal. Ils se permettent de vagabonder de nuit dans le palais du Louvre sans autorisation, se battent à la moindre occasion, etc. bref, ces quatre lascars sont difficiles à trouver sympathiques tant ils se sentent supérieurs. Leur noblesse, fut-elle couverte de poussière et désargentée, leur monte à la tête…
A côté d’eux, les quatre valets font figures de bons soldats totalement aux ordres de leurs maîtres, même si ceux-ci les rudoient, voire leur interdisent la parole comme c’est le cas de Bazin, valet d’Athos.
Certes, on peut trouver les quatre compagnons de joyeux lurons plein de courage et d’habileté dans le métier des armes mais ils sont tellement ambivalents qu’il est difficile des les suivre. Athos est le plus secret, le plus âgé, le plus écouté mais on le découvre surtout comme un sacré soiffard dès qu’une bouteille passe à proximité, Portos est un lourdaud qui n’hésite pas à ne prendre femme que pour le magot qui va avec, Aramis dit n’être mousquetaire que par intérim et vouloir entrer dans les ordres dès que possible mais échange des billets doux avec une mystérieuse dame… D’Artagnan n’est pas en reste puisqu’il est un sanguin prêt à en découdre avec tous et tout le monde pour un rien, il séduit ouvertement Mme Bonacieux, la femme de son logeur (fieffé coquin que ce logeur) et s’envoie en l’air avec Milady, joue double jeu avec la servante d’icelle pour crier juste après son amour pour Mme Bonacieux...
La coupe est pleine et même s’il est toujours dangereux de juger des œuvres passées avec nos critères modernes, les quatre compères, s’ils ne manquent pas de panache, manquent de constance et de sévérité avec eux-mêmes. Ce sont des bons vivants égoïstes mais pas méchants, astucieux, vaillants, qui gagent à la fin, quitte à utiliser des moyens parfois limite, de parfaits personnages pour les séries d’espionnages américaines.
Et le plus terrible dans tout ça, c’est qu’on envie tous leur liberté d’agir, leur légèreté et leur façon totalement détachée de voir la vie, orgueil suprême de celui qui a choisi la voie des armes, une voie qui mène inévitablement à la mort.

Quel bouquin !

10 étoiles

Critique de Dakilik (, Inscrit le 26 décembre 2009, 32 ans) - 26 décembre 2009

Pas découragé devant le pavé, je prends mon courage à deux mains et... ne m'ennuie pas une seconde ! Intrigué et curieux de connnaître la suite des nombreuses aventures de nos intrépides et vaillants mousquetaires, je dévore le bouquin sans que l'ennui ne s'interpose. Des rebondissements à n'en plus finir accompagnés d'une plume extra, que demander de plus...

Un classique à la source de tant d'autres

8 étoiles

Critique de Calepin (Québec, Inscrit le 11 décembre 2006, 36 ans) - 15 septembre 2009

Résumé : En 1625, un jeune gascon sans le sou nommé D'Artagnan, quitte sa terre natale pour chercher fortune à Paris. Il est recommandé par son père auprès du capitaine des mousquetaires dans le but de joindre ses rangs. Il y rencontrera Athos, Porthos et Aramis, trois mousquetaires qui finiront par se joindre à lui pour prendre part à ses multiples aventures.

Mon avis : Ouf ! Enfin, j'ai lu ce qui est à l'origine de nombreuses allusions dans la vie culturelle d'hier et aujourd'hui. J'ai vraiment eu l'impression de lire un grand incontournable de la littérature française. C'est d'ailleurs ce qui m'a permis d'apprécier certains détails qui pourraient devenir la risée d'un écrivain actuel. Juste à songer à la façon dont Dumas dépeint Dartagnan : noble héros au coeur pur pour qui même l'intrépidité aveugle (un vilain défaut par manque de maturité) devient un fier gascon. Également, sa manière de prendre les rênes des décisions importantes alors qu'il est entouré de trois mousquetaires chevronnés qui le connaissent à peine, tous plus âgés que lui. Aujourd'hui, on se moquerait du manque de crédibilité, mais si on tient compte du contexte (roman de cape et d'épée) et de l'époque, c'est le genre de détail qui m'a charmé.

Par contre, l'intérêt pour le roman n'a pas toujours été aussi fort du début à la fin. Au départ, les premiers chapitres donnent l'impression qu'ils sont indépendants des autres. Comme si l'histoire n'était en fait qu'une succession d'épisodes plus ou moins reliés de façon évidente. J'ai vraiment accroché (littéralement) à partir du moment où les mousquetaires partent pour La Rochelle. Moment où l'intrigue semble se centraliser vers un point plus précis et se met à tourner davantage autour de Milady qui a été pour moi la source du plus grand intérêt. Je lève d'ailleurs mon chapeau à Dumas pour la description de ses ruses et de ses séductions alors qu'elle se retrouve captive. Tout à fait génial !

En somme, c'est un roman qui me laisse un bon goût dans la bouche, même si j'aurais aimé qu'il ait plus de constance dans la trame narrative.

Pas de temps mort !

10 étoiles

Critique de Patsy80 (, Inscrite le 20 août 2009, 42 ans) - 21 août 2009

Tout a déjà été dit sur ce chef-d'oeuvre mais je pose ma pierre en ajoutant un avis supplémentaire. L'auteur ne nous laisse aucun moment de répit, l'histoire est pleine de rebondissements. Je pourrais comparer le rythme à un bon film de James Bond. Un classique indémodable.

Une bien longue aventure

6 étoiles

Critique de Pourpre (, Inscrite le 13 janvier 2009, 37 ans) - 6 avril 2009

Bon oui ok, c'est Dumas, le même Alexandre de la sublime reine Margot... la plume est plaisante mais je dois avouer que je me suis traînée tout au long de ce roman. Je ne me souvenais pas d'avoir trouvé cela aussi peu palpitant lorsque je l'ai lu, adolescente, il y a donc un bon moment de cela.
Je garde en mémoire quelques bons moments cependant: un début extraordinaire lorsque ce jeune gascon part enfin à la conquête du monde sur le dos de son canasson jaune et surtout la rencontre de d'Artagnan avec les 3 autres mousquetaires. Comment résister en effet à la drôlerie de ces tentatives de duels si ridicules, à la sauce ronds-de-jambe !
Non c'est un fait, il y a de très bons passages et un Richelieu (malheureusement trop peu vu à mon goût) qui vaut quasiment à lui seul le bouquin, mais globalement je me suis ennuyée ferme.
Damned, j'ai sans doute vieilli !.

Aventure et complots

8 étoiles

Critique de Lxlie (, Inscrite le 25 mai 2008, 39 ans) - 23 juin 2008

Un rythme enlevé, des complots, de l'immoralité... et nos trois mousquetaires sont loin d'être des enfants de cœur.

Inégalable!

10 étoiles

Critique de -Moi- (, Inscrit le 13 mars 2008, 36 ans) - 21 avril 2008

Je ne trouve aucun défaut aux "Trois Mousquetaires". Tout est parfait dans ce roman, de l'histoire de D'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis au style inimitable de Dumas. Le summum du roman de cape et d'épées...

Pas le meilleur Dumas, mais très bien quand même!

8 étoiles

Critique de FightingIntellectual (Montréal, Inscrit le 12 mars 2004, 34 ans) - 1 juin 2007

Aaaah ce Dumas. Lorsqu'il se mettait à écrire, il nous laissait derrière d'énormes manuscrits, comme Les Trois Mousquetaires. Tout un pavé que les aventures amoureuses de d'Artagnan. Oui, je crois que ce roman est tout d'abord le roman de d'Artagnan, un roman d'apprentissage, de sa vie en tant qu'homme.

Ce 'Don Quichotte' dont nous parle Dumas vient, par sa bravoure à se tailler une place dans le coeur de tout le monde, y compris son lecteur. Son apprentissage de l'amitié occupe également une grande part du récit avec plusieurs apartés sur Athos, Porthos et Aramis, qui, chacun, viennent colorer D'Artagnan avec leurs manière de voir la vie et de profiter de tout ce qui est bien en ce bas monde.

Ce que j'ai moins aimé c'est cette absence de ce sentiment que j'ai eu en lisant Monte Cristo, de passer au travers d'une vie. Cette proximité qu'il donne au lecteur de Edmond Dantès , il ne la donne à personne ici. Malgré tout, je conseille fortement la lecture de ce roman.

Les quatres mousquetaires

8 étoiles

Critique de Hexagone (, Inscrit le 22 juillet 2006, 46 ans) - 14 mars 2007

Dès le titre du livre, Dumas nous induit en erreur et nous manipule. Il nous balade au coeur d'une épopée merveilleuse et lyrique.
Il fait mouche à la moindre phrase et porte l'estocade grâce à ses rebondissements fulminants.
Cependant, même si les protagonistes incarnent à merveille les différents caractères de l'espèce humaine, d'Artagnan la pugnacité et le panache, ses acolytes le dévouement et l'honneur dans le service. Milady la femme vénale, astucieuse, malicieuse, incarnant par la subtilité de ses charmes le serpent tentateur qui brise le salut des hommes, pensons au pauvre Felton.
Si les complots les plus vils ourdis dans les arcanes des palais nous incitent à prendre parti pour démêler l'écheveau des trahisons et les retournements de situations, et bien un certain endormissement s'empare de moi à certains chapitres du livre qui donnent le sentiment de remplir le texte inutilement, c'est le propre du feuilleton de l'époque.
Cependant entre l'arrivée de d'Artagnan à Paris, son ascension sociale qui ferait rêver plus d'un contemporain, les duels au nom de l'honneur, toujours encadrés de fair play, les cavalcades au travers du pays, les amourettes et les grandes passions, parfois se fait sentir une baisse de rythme qui oblige à forcer la lecture pour pouvoir rebondir sur un autre chapitre.
Alors oui un grand livre, écrit en parallèle du comte de Monte Cristo qui selon moi dépasse les trois mousquetaires.
Quatre étoiles pour les trois mousquetaires.

Déception

4 étoiles

Critique de Zonzon42 (, Inscrit le 28 février 2007, 25 ans) - 28 février 2007

Je m'attendais à un livre passionant, mais je n'ai pas du tout accroché!! Je n'aime pas la façon dont l'histoire est écrite mais, malgré ma déception, je ne déteste pas. A conseiller pour les amateurs de romans de capes et d'épées.

Indémodable ?

8 étoiles

Critique de Mimac (, Inscrit le 3 mars 2006, 71 ans) - 4 septembre 2006

Il y avait bien longtemps que je n'avais lu ce livre qui a bercé ma jeunesse, c'est tout dire. Cette manière originale de s'adresser au lecteur, m'avait échappé. Mais quel talent. De l'action, de l'amitié, du coeur, de la perfidie, mais toujours avec une certaine légèreté. Peut être des erreurs historiques, quelle importance? Aucune. On se prend au jeu, c'est l'essentiel. Alors, chapeau bas monsieur Dumas.

Dur...

6 étoiles

Critique de Gwenaelle (, Inscrite le 14 août 2005, 26 ans) - 31 mai 2006

Un livre que j'ai apprécié il y a quelque années, que j'ai lu et relu, et pourtant j'ai eu toutes les misères du monde à le lire dans les temps (et oui, lecture obligatoire!...) Je l'ai fini ce soir et l'examen est demain... C'est vous dire. Dumas fait des erreurs chronologiques toutes les dix phrases, développe soit trop, soit trop peu ses personnages, il nous fait piétiner assez souvent, bref, un roman assez épais qui aurait pu être écrit en beaucoup moins de mots.

Fabuleux!

10 étoiles

Critique de Poupi (Montpellier, Inscrit le 11 août 2005, 27 ans) - 14 mai 2006

J'ai ouvert ce livre en m'attendant à un de ces classiques lourds et pénibles ; j'ai découvert un livre passionnant et rythmé, écrit avec simplicité et poésie, et non sans humour.
L'intrigue a été très bien résumée par Jules ; une base historique, sur laquelle on ajoute plein de petites aventures et beaucoup de mésaventures, liées entre elles : vous avez "les Trois Mousquetaires" de Dumas.
Un très grand roman d'aventures (et très gros puisqu'il pèse bien ses 700 pages :D) qui vous entrainera de Paris en Angleterre, en passant par la Rochelle ; de l'épée, de la chevauchée, des scènes de cour, des machinations et des vengeances : ouvrir ce livre, c'est adhérer à Dumas.
Une palme spéciale pour Richelieu, et plus particulièrement pour Milady : j'ai rarement vu de méchants aussi méchants, de vicelardes aussi vicelardes que ceux-là ; Milady est la pire des pestes jamais écrites! Lire Dumas c'est aussi découvrir la sensation d'une envie d'homicide sur un objet de papier ; comme pour Emma Bovary, on désire sa mort plus qu'autre chose!!

le meilleur

10 étoiles

Critique de Magicite (au gré du vent, Inscrit le 4 janvier 2006, 39 ans) - 8 mars 2006

Tout simplement le meilleur roman d'aventure, le roman historique le plus vivant...
Ceux qui n'ont pas lus les 3 mousquetaires passent à coté d'un monument épique et romanesque, d'une volupté littéraire.
A ceux qui ont aimé Dumas et épuisé les aventures de D'artagnan, Athos, Porthos, Aramis je recommande Walter Scott(traduit par Dumas d'ailleurs).

Un classique incontournable

9 étoiles

Critique de Christof13 (, Inscrit le 28 juillet 2004, 38 ans) - 24 août 2005

Je connaissais surtout les trois mousquetaires par le cinéma mais aucun des films ne permet de se rendre compte du monument que sont les 3 mousquetaires. L'histoire est beaucoup plus complexe, fouillée et surtout plus noire que les adaptations cinématographiques. Ce qui n'est pas fait pour me déplaire...

Un pour tous et tous pour un...



Le meilleur roman de cape et d'épée

10 étoiles

Critique de Manon (Paris, Inscrite le 31 juillet 2005, 28 ans) - 5 août 2005

Les trois mousquetaires est le chef d'oeuvre de la littérature d'aventure. Tous les personnages sont géniaux et dotés de tempéraments hors du commun et les rebondissements ne manquent pas. Je suis très attachée à d'Artagnan mais j'avoue aussi avoir un petit faible pour Aramis et le cardinal de Richelieu, délicieusement diabolique. De plus, n'oublions pas le style unique de Dumas et son humour qui ajoute un charme certain à ce monument de la littérature.

Mais par contre j'ai un peu moins aimé "20 ans après" où l'on retrouve des personnages amers, je l'ai trouvé moins vivant, plus ennuyeux et lourd, mais quand même pas mal avec de bons moments.

"Les trois mousquetaires" dégagent de la fougue, de la vie ! Bref, on entendrait presque claquer les épées ;-)

Dumas a vraiment mérité sa place au Panthéon !

Indigeste...

3 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 38 ans) - 20 juillet 2005

Je n'ai pas accroché à ce roman... et d'ailleurs je trouve l'écriture souvent répétitive et même parfois truffées d'erreurs.

Les 50 dernières pages sont les meilleures...

J'aurai du le lire il y a bien longtemps

10 étoiles

Critique de Flyingcow (Paris, Inscrite le 11 février 2005, 42 ans) - 22 mars 2005

Voilà un bouquin qui se balade avec moi de déménagement en déménagement, de ville en ville et même de pays en pays mais que finalement je n’avais jamais pris le temps de lire (oui je sais que c’est pas bien).

Bien sûr je connaissais les mousquetaires et D’artagnan… enfin c’est ce que je croyais parce qu’à vrai dire, j’avais des souvenirs lointains du dessin animé qui passait pendant mon enfance… et une musique qui me trottait dans la tête : “un pour tous et tous pour un lorsque l’on est mousquetaire, un pour tous et tous pour un, on est comme des frères"…

En lisant le livre je me suis rendue compte que j’étais à côté de la plaque! Et oui On m’avait caché pleins de choses sur ces fameux mousquetaires ! Comme quoi ? Ben comme le fait qu’ils n’arrêtent pas de guindailler en vidant une multitude de bouteilles de vin dès que l’occasion se présente Ce qui d’ailleurs m’a fait lever en pleine nuit pour boire une bière parce qu’ils me donnaient soif ces zigotos finalement.

Bon et à part ça me direz vous ? Eh bien, c’est une bouquin drôlement bien pondu, vraiment drôle, qu’on lit avec plaisir et d’ailleurs pourquoi mes profs de français n’ont-ils pas eu l’idée de le mettre dans la liste des bouquins à lire quand j’étais en secondaire hein? Pourquoi ?

J’étais assez étonnée de découvrir la personnalité des 4 héros sur lesquels je vais coller une étiquette :p

D’artagnan : coeur d’artichaut. Il est amoureux mais ça ne l’empêche pas de batifoler avec Ketty et Mylady.

Portos : je le vois comme un gars qui se laisse vivre et qui n’hésite pas à se faire entretenir par une femme plus vieille (gigolo? :p)

Aramis : grenouille de bénitier et mousquetaire en intérim

Athos : Misanthrope au coeur brisé et à tendance alcoolo (je l’aime bien lui :p)

Mylady : la mante religieuse qui prend les hommes dans ses filets pour les utiliser pour ses vengeances personnelles.

Le cardinal richelieu : un peu machiavélique sur les bords quand même :p

A part ça, ce sont des hommes au grand coeur, qui n’hésitent pas à croiser le fer dès que leur honneur est en jeu (pour un oui et pour un non d’ailleurs :p). Des serviteurs dévoués, sincères et sur qui on peut compter.

L’histoire est pleine d’intrigues où se mêlent histoires d’amour de nos 4 amis, trahisons, guerres, alliances, l’honneur de la reine, les pièges du cardinal, les vengeances de toute sorte, les duels…

Pas un moment d’ennui en perspective!

Dommage, y a pas de suite ! ouiiiiiiiiiiiin

Il était temps....

10 étoiles

Critique de Bluewitch (Quelque part sous les étoiles, entre Bruxelles et Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 38 ans) - 6 février 2005

On ne dira pas vingt ans après, mais presque, Bluewitch s'attelle enfin à la lecture des Trois Mousquetaires.
Quel plaisir! Se rappeler que lire, c'est aussi fait pour s'amuser... Pour vivre de capes et d'épées, d'amours fantasques et romantiques, pour dénicher personnages au bagout irrésistible, chevaucher les contrées de France, dénouer les intrigues de la Cour, combattre les "méchants" (ben oui, un peu de manichéisme à l'occasion, c'est pas si mal) et sortir (presque) vainqueur.
Du drame à la passion, du terre à terre au fantaisiste, bohème, aventure, histoire et Histoire... Tout y est! Un régal!

Une critique de plus...

9 étoiles

Critique de Bernard2 (ARAMITS, Inscrit le 13 mai 2004, 68 ans) - 1 octobre 2004

Mais inutile, on ne peut pratiquement rien ajouter. Bien sûr, il y a quelques maladresses, Dumas a tellement écrit ! Quelle imagination... Il faut avoir lu pour comprendre, même si c'est parfois un peu long.
Il faut peut-être rappeler que si le contexte historique est réel (Louis XIII, Anne d'Autriche, Richelieu et sa perfidie), l'histoire n'est qu'un roman. Les quatre mousquetaires (d'Artagnan accèdera à ce rang) ont existé, mais on ne sait pratiquement rien des véritables personnages. Tout ce qui est dit sur eux est le fruit de l'imagination de Dumas.

Bof

1 étoiles

Critique de Norway (Entre le Rhin, la Méditerranée et les Alpes !, Inscrite le 7 septembre 2004, 42 ans) - 21 septembre 2004

Je suis désolée de mettre aussi peu de points, mais quand j'ai essayé il y a des années, je n'ai pas trop apprécié car je n'aime pas spécialement les romans de capes et d'épées. je n'ai pas fini la lecture. Désolée pour ceux qui ont adoré ce livre...

cinquième fois

10 étoiles

Critique de Sheena_hisashi (, Inscrite le 20 août 2004, 36 ans) - 20 août 2004

Autant dire que je le connais presque par coeur. C'est un livre qui est tombé entre mes mains à l'âge de douze ans au CDI du collège. Depuis je l'ai relu. Je me suis procuré une édition de 1968 annotée et préfacée par Charles Samaran. Ce que j'apprécie dans ce roman et sa suite? Le côté humain des personnages, où on n'a plus affaire à des héros fougueux, sans faille et sans peur, et qui passent leur temps à envoyer des vannes complètement vaseuses, du style Buffy contre les vampires.

A lire absolument

10 étoiles

Critique de Mademoiselle (, Inscrite le 29 mars 2004, 30 ans) - 22 avril 2004

J'ai lu ce roman pour la première fois il y a déjà quelques années, alors que je n'avais que neuf ans. C'était mon deuxième roman "d'adulte" que je lisais mais c'est surtout un de ceux qui m'ont donné le goût de la lecture. Je me souviens encore de toute l'émotion que j'ai ressentie en le lisant et qui m'est toujours revenue à chaque fois que je l'ai relu. Je découvrais le meilleur exemple du roman "d'aventures" ou de "capes et d'épées". Ce roman est le plus connu d'Alexandre Dumas, mondialement connu même et il le mérite bien. Tout le monde a vu au moins une des nombreuses versions cinématographiques qui en on été faites mais rien ne vaut l'original. Toute bonne bibliothèque se doit de posséder ce livre. Tant qu'une personne ne l'a pas lu, il manque quelque chose à sa culture. On y retrouve tous les ingrédients d'un bon roman: de l'action, du suspens et des personnages hauts en couleurs. Tout le monde a entendu parler de d'Artagnan, Athos, Porthos et Aramis, de Constance Bonacieux, de Milady ou du cardinal de Richelieu, mais comment ne pas trouver intéressants Planchet, Grimaud ou monsieur Bonacieux? Comment, non plus, ne pas frissoner lorsque d'Artagnan frôle la mort ou lors du procès de Milady? "Les trois mousquetaires" est un de ces romans qui vous entraînent dès le début et ne vous lâchent pas tant que vous ne l'avez pas terminé. Si l'épaisseur du livre vous rebute, ne vous inquiétez pas: il se lit très facilement et je le recommande même particulièrement aux personnes qui n'aiment pas lire. Ils pourraient avoir changé d'avis après...

Je viens de le lire une deuxième fois...

10 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 7 juin 2003

et à la fin, j'ai éprouvé le même plaisir qu'à ma première lecture. de plus, j'ai bien relu les notes, surtout celle qui parlaient de Maquet et qui nous donnent le vrai rôle du collaborateur (et pas co-auteur) car si certains passages se retrouvent dans le manuscrit de Maquet, Dumas, pour la version définitive, a modifié ces passages, pour certains, il les a rendus plus "vivants". Je me demande aussi si certaines erreurs (lord Winter passe de comte à baron, Rochefort de comte à chevalier, certaines date sur les billets changent, etc.) n'ont pas été faites exprès par Dumas pour prouver à ses détracteurs que c'était bien lui qui écrivait ses romans et que ses collaborateurs n'étaient pas des "nègres", car si on lit les autres romans du cycle des Mousquetaires, ces erreurs disparaissent ou alors ce qui est possible, je ne les pas aperçues. Je tiens à dire pour conclure à ceux qui hésitent sur le nombre d'étoiles que Dumas en mérite bien 5 pour les bons moment qu'ils nous fait passer.

On peut critiquer Dumas...

8 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 24 mai 2003

...Cependant, l'année dernière, il est quand même rentré au penthéon ce qui est une preuve de son importance dans la littérature française, c'est vrai qu'il y a des faiblesses dans l'écriture de Dumas, mais il a au moins pour lui la qualité de faire des histoires qui plaisent encore aujourd'hui.

Illustration...

7 étoiles

Critique de Pendragon (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 47 ans) - 22 mai 2003

Et pour illustrer ma critique éclair sur le Comte de Monte-Cristo, je ne puis m'empêcher de savourer avec vous cet extrait des Mousquetaires :
- Non, dit d’Artagnan, non, je l'avoue ; c'est le hasard qui m'a mis sur votre route ; j'ai vu une femme frapper à la fenêtre d’un de mes amis. - D’un de vos amis ? interrompit Mme Bonacieux. - Sans doute ; Aramis est un de mes meilleurs amis. - Aramis ! qu’est-ce que cela ? - Allons donc ! allez-vous me dire que vous ne connaissez pas Aramis ? - C'est la première fois que j’entends prononcer ce nom. - C’est donc la première fois que vous venez à cette maison ? - Sans doute. - Et vous ne saviez pas qu'elle fût habitée par un jeune homme ? - Non. - Par un mousquetaire ? - Nullement. - Ce n’est donc pas lui que vous veniez chercher ? - Pas le moins du monde. D'ailleurs, vous l’avez bien vu, la personne à qui j’ai parlé est une femme. - C’est vrai ; mais cette femme est des amies d’Aramis. - Je n'en sais rien. - Puisqu’elle loge chez lui. - Cela ne me regarde pas. - Mais qui est-elle ? - Oh ! cela n’est point mon secret. - Chère madame Bonacieux, vous êtes charmante ; mais en même temps vous êtes la femme la plus mystérieuse… - Est-ce que je perds à cela ? - Non, vous êtes, au contraire, adorable. - Alors, donnez-moi le bras. - Bien volontiers. Et maintenant ? - Maintenant conduisez-moi. - Où cela ? - Où je vais. - Mais où allez-vous ? - Vous le verrez, puisque vous me laisserez à la porte. - Faudra-t-il vous attendre ? - Ce sera inutile. - Vous reviendrez donc seule ? - Peut-être que oui, peut-être que non.
. et ça continue sur deux pages encore, mais mes doigts rendent l’âme tel le fourreau de Cyrano…
Alors que franchement, dire : « d’Artagnan avait un urgent besoin de voir son ami Aramis. Arrivé devant chez celui-ci, il tomba sur une jeune femme inconnue. Dragueur dans l’âme, d'Artagnan ne put s'empêcher de lui faire du gringue et c'est ainsi que naquit l’idylle entre d'Artagnan et Mme de Bonacieux. », c’est quand même plus simple. ;-)

deux écrivains populaires

10 étoiles

Critique de Persée (La Louvière, Inscrit le 29 juin 2001, 66 ans) - 28 avril 2003

Peut-être Dumas et Hugo sont-ils avant tout deux grands écrivains populaires. A leur époque, on diffusait les romans dans les quotidiens sous forme de feuilletons. Il s'agissait de captiver le lecteur. Tous deux pratiquent cet art avec brio. Hugo s'intéressait à la cause du peuple, Dumas ne s'engageait pas.Deux grands, de toute façon. Qui faisaient sans doute partie de ces "rares exceptions" dont parlait un critiqueur à propos du roman historique. Il faut s'intéresser aux exceptions, cela évite les préjugés. Yourcenar, Eco, Flaubert, Mika Waltari, Iain Pears, Maalouf, Volkoff... On continue ?

Une histoire de goût...

10 étoiles

Critique de Folfaerie (, Inscrite le 4 novembre 2002, 48 ans) - 28 avril 2003

Comme le dit si bien Jules, il est pratiquement impossible de comparer ces deux écrivains pour diverses raisons. Mais on peut toujours avoir une préférence sans que cela ne porte ombrage à l'écrivain délaissé. Pour moi, Dumas reste la référence absolue en matière de littérature populaire. C'est lui qui m'a redonné goût à l'Histoire (Ah, les Compagnons de Jéhu, la Dame de Montsoreau, Joseph Balsamo, et tant d'autres...) et je me réjouis que les éditeurs français publient des oeuvres oubliées, année après année. Je relis souvent Dumas, ce que je ne fais jamais avec Hugo, excepté pour les pièces de théâtre qui sont bien supérieures à celles de Dumas (ce n'est que mon humble avis). Et puis malgré la noirceur de certaines époques, la gaîté l'emporte toujours chez Dumas, tout comme la joie de vivre, l'aventure, la bonne chère et l'amitié, bref, c'est un plaisir de replonger dans ses livres. Cela 20 ans que je le lis et je compte bien continuer encore longtemps.

Réponse à Jules.

9 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 28 avril 2003

C'est vrai que ces deux auteurs sont différents (j'ai lu plus de romans de Hugo que de Dumas personnellement). J'ai lu sur un site consacré à Dumas à l'occasion du bicentenaire que lui et Hugo étaient amis (enfin ils se disputaient, se réconciliaient, mais dans l'ensemble leurs relations étaient amicales), mais que l'amitié de Dumas était "plus sincère" que celle du Hugo qui voyait en lui un sérieux concurrent. Il y a aussi le point de vue des collaborateurs Maquet qui collaboré aux mousquetaires, alors que Hugo lui place son histoire dans des lieux qu'il a visité ou sur lesquels il s'est documenté, Dumas était dépensier, donc il écrivait beaucoup et sur plusieurs fronts. C'est vrai que Hugo donne des messages dans ses oeuvres (souvent vrais et dénonçant des sujets encore présents à notre époque). Pour conclure je dirais que ces deux écrivains méritent d'être lus rien que pour leurs styles respectifs.

Réponse à Killeur extrême

9 étoiles

Critique de Jules (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 73 ans) - 28 avril 2003

Cette question me semble vraiment très vaste ! Je n'ai pas lu tout Dumas, ni tout Hugo, loin de là !... De Dumas, j'ai lu "Les trois mousquetaires" et les suites, "Le comte de Montsoreau", "La Reine Margot", "Les deux Diane", "Les quarante cinq", "Le sphinx rouge". J'ai lu moins de Hugo. A priori, je dirais que ces deux auteurs ont des buts tout à fait différents.
Dumas se considérait comme le plus grand auteur des "petits". Par le roman historique il entendait d'abord faire lire les gens et les distraire. Accessoirement, il était content de leur donner des notions de leur Histoire. Mais il ne se prétendait en rien être un auteur à message. Vous constaterez qu'il y en a bien peu dans ses livres, que le peuple n'y joue quasiment aucun rôle, il est plutôt une masse ayant un rôle de figurant. Tout se passe pratiquement au niveau de la noblesse ou du grand clergé. Ce n'est pas non plus du Saint-Simon ! Hugo est un auteur qui a des objectifs, des choses à dire, des messages à faire passer qu'ils soient sociaux, humains ou politiques. Il a mené une carrière politique (plutôt à droite d'ailleurs) avant que de se révolter contre la dictature de Napoléon III et d'être condamné à l'exil. Je vois mal Dumas se lancer dans de telles aventures !... Les comparer me semble très difficile, si pas impossible. Indiscutablement Hugo est un plus grand écrivain et je suis bien convaincu que Dumas lui-même devait le classer parmi les "grands" et même les tout "grands".

Un nouveau débat?

10 étoiles

Critique de Sorcius (Bruxelles, Inscrite le 16 novembre 2000, 47 ans) - 27 avril 2003

Mmm, voilà une question bien compliquée... Je n'avais jamais pensé à comparer ces deux auteurs. Je vais réfléchir à la question qui ouvrira, je l'espère un débat intéressant. :-)

Dumas ou Hugo ???

10 étoiles

Critique de Killeur.extreme (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 35 ans) - 27 avril 2003

J'ai bien aimé la trilogie des Mousquetaires, même si j'ai trouvé que le dernier épisode avait quelques longueurs. Ceci dit, j'ai une question a poser à tous ceux qui liront cette page, Quel est votre ecrivain préféré entre Dumas et Hugo, qui sont tous les deux de grands écrivains, soit dit en passant, Moi personnellement, j'aime bien Dumas car on a du plaisir à lire (Dumas aurait pu être réalisateur s'il était né en 1902 car on lit, on a l'impression de voir un film de cape et d'épées tant le récit est bien fait, la mise en scène), Mais je préfère Hugo, même si le vocabulaire des fois est trop compliqué pour moi, car dans ses romans il donne le fond de sa pensée, dans chacun de ses romans il y met de sa vie, les lieux qu'il a vu, des fois il intervient dans son récit plus en tant que narrateur, mais en tant qu'auteur. Dans la qualité des histoires, c'est kif kif. J'attends vos avis...

Merci à Patman, à Jules et à Dumas

10 étoiles

Critique de Bolcho (Bruxelles, Inscrit le 20 octobre 2001, 69 ans) - 13 mai 2002

Dumas sans qui, peut-être, je n'aurais pas pris plaisir à lire et qui m'a coûté, comme à Jules, cher en piles électriques: Les Trois mousquetaires, Vingt ans après et le Vicomte de Bragelonne...voyez la dépense! Ah ! Lire sous les couvertures Jules, quel plaisir! Je crois que je vais m'y remettre un peu. Mais je ne suis pas sûr que le plaisir soit aussi intense avec un autre que Dumas. Les filles peuvent-elles confirmer qu'elles n'ont pas appris à lire avec Dumas, au contraire de nous tous? Si la véritable différence entre nous, c'était ça? ...

L'autre bicentenaire.

10 étoiles

Critique de Patman (, Inscrit(e) le 5 septembre 2001, 55 ans) - 13 mai 2002

Je profite du site pour rappeler que ce cher Dumas père a AUSSI 200 ans cette année ! Hugo par-ci, Victor par-là, je dis très bien, parlons en, mais n'oublions pas ce fabuleux conteur qu'était Dumas. Il a donné ses lettres de noblesse à la littérature populaire et au roman historique. Juste récompense, il rejoindra Hugo au Panthéon en octobre prochain. N'en déplaise aux sbires du Cardinal !

Aventure-Histoire

9 étoiles

Critique de Neurone (Liège, Inscrit le 1 juillet 2001, 47 ans) - 1 juillet 2001

Cette trilogie d'Alexandre Dumas est une vraie anthologie du "cape et d'épée". Tous les ingrédients s'y retrouvent: fraternité, complots, aventures, guerre, amour, politique. Le tout solidement romancé dans un décor aux accents historiques du 17ème siècle en France. Une anthologie du roman d'aventure. Ne pas oublier l'intérêt historique! Au-delà de la romance, les faits d'époque sont authentiques.

Forums: Les trois mousquetaires

  Sujets Messages Utilisateur Dernier message
  Quand on attaque Dumas comme ça, Poupi frappe! 41 Poupi 17 décembre 2016 @ 18:13
  Les Trois Mousquetaires vs Le Comte de Monte-Cristo 30 Martin1 23 avril 2013 @ 16:33
  Suite des Trois Mousquetaires 6 Bolcho 16 octobre 2005 @ 20:55

Autres discussion autour de Les trois mousquetaires »