Histoire des Treize, roman 1 : Ferragus, chef des Dévorants de Honoré de Balzac

Histoire des Treize, roman 1 : Ferragus, chef des Dévorants de Honoré de Balzac

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Killeur.extreme, le 9 avril 2009 (Genève, Inscrit le 17 février 2003, 39 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (13 835ème position).
Visites : 5 427 

"Histoire des treize" 1/3

Quatrième de couverture qui présente bien le livre
C'est un hasard étrange et regrettable... Auguste de Molincourt marchait avec insouciance dans l'une des rues les plus infâmes de la capitale. Quand tout à coup, il vit, devant lui, la plus jolie femme de Paris s'engouffrant furtivement dans une ignoble petite maison. Madame Desmarets ! La chaste et délicieuse personne... Madame Desmarets, belle, riche, gracieuse, sainte, véritable et pur trésor. Elle, l'exemple de la vertu et de la fidélité conjugale, elle, dans cette crotte à cette heure ! Ah ! Mais il saura pourquoi ! Il saura quel homme elle va rejoindre. Oh, elle a beau supplier, menacer, il préviendra le mari des manigances de cette... catin ! Hélas, ce que sa rage jalouse et délirante ignore, c'est le drame qu'il met en branle... Quelque part dans l'ombre, Ferragus, chef des compagnons de l'ordre des Dévorants, attend son heure...

"Ferragus" est le premier récit mettant en scène les "treize", société secrète de 13 hommes de milieu, d'âge, de croyance, religieuse et politique, différents, mais solidaires chaque fois que l'un d'entre eux a besoin des douze autres.

Ce récit qui mélange roman policier (Balzac étant quand même un des inventeurs du genre avec l'"Auberge Rouge" qui montre comment à partir des faits rapportés le héros devine l'identité du coupable d'un meurtre, ce qui est assez insolite quand on sait que Marcel Aymé définissait Georges Simenon comme "Un Balzac sans les longueurs"), l'enquête de Molincourt et les "accidents" auxquels ils échappe, l'enquête de Jules Desmarets pour confondre sa femme, drame amoureux, Les Desmarets sont un couple vraiment soudé, pourtant un secret (que je ne révèlerai pas car c'est un point capital du roman) entre eux suffira à détruire cet exemple de couple parfait, et humain, les conséquences du drame sur les personnages (difficile d'en dire plus sans trop dévoiler l'intrigue).

Balzac décrit bien l'époque dans laquelle il place son récit, les bals, Paris sous toutes ses coutures, le Paris Bourgeois et les quartiers pauvres. A noter que Balzac n'a pas encore idée de créer la "Comédie humaine", mais il fera revenir "les treize" dans deux autres romans, "la Duchesse de Langeais", dont on parle brièvement au début de l'intrigue et "la fille aux yeux d'or".

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Ferragus, chef des Dévorants [Texte imprimé] Honoré de Balzac éd. présentée, établie et annotée par Roger Borderie
    de Balzac, Honoré de Borderie, Roger (Editeur scientifique)
    Gallimard / Collection Folio.
    ISBN : 9782070416448 ; 6,30 € ; 05/09/2001 ; 272 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Histoire des Treize.

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

La rumeur

7 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 61 ans) - 23 décembre 2020

Madame Jules est l'épouse de monsieur Jules. Madame Jules aime son mari d'un amour pur, sincère et fusionnel. Cet état de chose est presque inconvenant à l'époque où les mariages de l'aristocratie étaient des arrangements qui ne prenaient que peu en compte la réciprocité des sentiments.
Mais que faisait donc ce jour là Madame Jules dans cette rue mal famée devant cette maison à la réputation sulfureuse ? C'est la question que se pose Auguste de Maulincour, jeune officier de cavalerie, se promenant par hasard en apercevant Clémence Desmarets (madame Jules).
La rumeur est donc née. La rumeur est une petite chose de la taille d'un bouton. A force d'être chuchotée, triturée elle prend vite la taille d'une garde robe et devient incontrôlable. Et le ragot parvient vite aux oreilles du mari aimé chez qui le doute s'installe.
Le doute dans le couple est un cancer inguérissable. Le mari désire des explications, l'épouse le supplie de ne pas lui en demander.
Comment se finira donc cette intrigue du plus pur romantisme de Balzac ?


PERSONNAGES

– Clémence DESMARETS : fille de Ferragus, appelée couramment Madame Jules (c'était une enfant naturelle). La plus belle au bal des Birotteau (César Birotteau).

– Jules DESMARETS : agent de change, époux de la précédente (son nom figure dans César Birotteau). Il quitte Paris après la mort de Clémence

– Henri FERRAGUS : nom de guerre (en fait Ferragus XXIII) de Gratien Bourignard, ancien entrepreneur de bâtiment, forçat évadé, père de Clémence. Apparaît aussi sous le nom de Camuset et du comte de Funcal. En 1815 il accompagne de Marsay chez la fille aux yeux d'or.

– Comte de FUNCAL : semble un précurseur de Vautrin.

– Ida GRUGET : couturière, prostituée, maîtresse de Ferragus. Elle se jette dans la Seine et son suicide est évoqué par sa mère dans La Rabouilleuse.

– Auguste de MAULINCOUR : officier de cavalerie (son nom réapparaît dans Le Contrat de mariage et La Duchesse de Langeais).

– Vidame de PAMIERS : ancien commandeur de l'ordre de Malte, ami de la baronne de Maulincour, grand-mère d'Auguste (figure dans Le Contrat de mariage, La Duchesse de Langeais, Le Cabinet des Antiques, Splendeurs et misères des courtisanes).

– Marquis de RONQUEROLLES : un des treize, frère de la comtesse de Sérisy ; il provoque Auguste de Maulincour en duel, et fera partie de l'équipe d'Henri de Marsay (figure dans La Femme de trente ans, Le Père Goriot, Le Contrat de mariage, La Duchesse de Langeais, La Fille aux yeux d'or, Le Lys dans le vallée, L'Interdiction, Le Cabinet des Antiques, Illusions perdues, César Birotteau, Béatrix, Splendeurs et misères des courtisanes, Ursule Mirouët, Un début dans la vie, Les Paysans).

Un suspense quasi-policier dans le Paris trouble

9 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 43 ans) - 24 mars 2020

Jules Desmarets, riche agent de change, brillant parvenu, vit un amour parfait avec Clémence, pour former un couple enviable. Aussi Augustin de Malincour, officier bien né, tombe éperdument amoureux de cette dernière, et découvre qu'elle se rend régulièrement chez des relations troubles. La filer l'amène à découvrir qu'elle est liée à un mystérieux et sulfureux personnage, surnommé Ferragus, ce qui l'épouvante. Jules vient à l'apprendre et à la faire suivre à son tour, pour découvrir le lien pour le moins surprenant, valant circonstance atténuante, qui les rapproche, la chute de ce roman court s'avérant assez dramatique, alors que la solution pourrait paraître s'éclairer.

Ce premier opus de l'Histoire des treize, avec la Duchesse de Langeais et la Fille aux yeux d'or, nous emmène dans les entrailles du Paris trouble du XIXe siècle, côtoyant souvent la haute société. Les regroupements secrets et activités en marge de la légalité et de la moralité attirent l'auteur pour en fomenter un noeud d'intrigues, fait d'histoires personnelles entremêlées. La narration est menée par un suspense, quasi-policier, alimenté avec soin et panache, dans une belle langue. Ce n'est l'oeuvre la plus connue de Balzac, et c'est dommage, tout comme les deux autres oeuvres constituant l'Histoire des treize.

Ferragus

8 étoiles

Critique de Exarkun1979 (Montréal, Inscrit le 8 septembre 2008, 41 ans) - 15 novembre 2012

Le couple Desmarets est tout ce qu'il y a de plus uni. L'amour entre les deux est vraiment profond et sincère. Malheureusement pour eux, Auguste de Molincourt tombe amoureux de Mme Desmarets dès qu'il la voit et se met à la suivre. Il découvrira qu'elle se rend chez un homme appelé Ferragus. Molincourt étant victime de deux tentatives de meurtre décide de se venger en allant révéler les rencontres secrètes de Mme Desmarets à son mari. Cette révélation ébranlera fortement le couple.

Ferragus est une autre très bon roman de Balzac. Il prend bien le temps de construire son histoire. On se demande longtemps quel est le lien entre Ferragus et Mme Desmarets. L'autre interrogation est de savoir si le couple saura résister à cette tempête.

Au fur et à mesure de ses romans, la plume de Balzac se raffine. Voir ça est un des avantages de lire la Comédie Humaine dans l'ordre chronologique.

Forums: Histoire des Treize, roman 1 : Ferragus, chef des Dévorants

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Histoire des Treize, roman 1 : Ferragus, chef des Dévorants".