La fille du samouraï de Dominique Sylvain

La fille du samouraï de Dominique Sylvain

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers

Critiqué par Tistou, le 21 février 2008 (Inscrit le 10 mai 2004, 61 ans)
La note : 5 étoiles
Moyenne des notes : 5 étoiles (basée sur 7 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (43 135ème position).
Visites : 2 664 

9ème roman de la dame

« La fille du samouraï » est à ranger dans la catégorie des polars modernes, à tendance sociétale. On n’est pas dans le domaine Agatha Christie, ou Mary Higgins Clark, voire PD James, où l’intrigue joue un rôle pivot et où les comportements sociaux sont des accessoires de l’histoire. On est ici plutôt dans une filiation genre Fred Vargas, où certes, l’intrigue existe, mais où l’on sent que l’auteuse accorde une grande importance, un plaisir prononcé à l’étude, la description du comportement en société de ses héroïnes/héros. Comme pour Fred Vargas, les héroïnes en question sont un brin atypiques et tout ce beau monde n’évolue pas dans la facilité, l’aisance, bref n’est pas né une cuillère d’argent dans la bouche !
Ici les héroïnes sont deux ; Ingrid Diesel (le nom !) et Lola Jost, ex-commissaire de son état. Pas nées une cuillère d’argent dans la bouche mais dégourdies et n’ayant pas froid aux yeux. Je vous défie néanmoins de rencontrer dans la vraie vie des personnages qui pourraient se comporter ainsi et réussir ce qu’elles font. C’est un peu une limite du genre et, circonstance aggravante, il y a des passages carrément « space » où la vraisemblance est passablement bousculée.

« Posséder un tatouage dorsal englobant votre fesse gauche présentait un gros avantage : il permettait de ne pas se sentir trop nue une fois le dernier vêtement abandonné. Du moins, c’est ainsi qu’Ingrid Diesel vivait la situation alors qu’elle se déhanchait sur la scène du Calypso. Elle laissa glisser le string le long de sa cuisse, tel un petit animal caressant à peine apprivoisé, puis tourna le dos au public. »

En substance, nos deux héroïnes se voient solliciter par un ami, (un peu à part aussi !) pour enquêter à titre privé sur la mort de sa fille officiellement suicidée. Il n’est en rien convaincu et demande donc à Ingrid et Lola de découvrir la vérité. Ce sera bien tortueux. Trop, j’ai trouvé. J’ai eu personnellement un peu de mal à rester dans l’histoire et à garder la cohérence.
J’ai parlé de Fred Vargas. Une même famille d’écriture mais celle-ci a le mérite, même pour ses personnages les plus « torturés », de rester dans la vraisemblance et la cohérence.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La fille du samouraï [Texte imprimé] Dominique Sylvain
    de Sylvain, Dominique
    V. Hamy / Chemins nocturnes (Paris)
    ISBN : 9782878582086 ; EUR 16,00 ; 15/03/2012 ; 319 p. ; Format Kindle
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  Une enquête de Lola Jost et Ingrid Diesel

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Lola et Ingrid mènent l'enquête

8 étoiles

Critique de Dirlandaise (Québec, Inscrite le 28 août 2004, 62 ans) - 21 septembre 2008

Je donne quatre étoiles pour le plaisir que j'ai pris à le lire ! C'est un polar très original et ça fait vraiment changement des enquêtes classiques avec un inspecteur déprimé et déprimant. Le couple Lola et Ingrid est tout ce qu'il y a de sympathique dans le genre Thelma et Louise. L'intrigue est intéressante et mon intérêt a été soutenu du début à la fin. Beaucoup de personnages donc il est bon de prendre des notes afin de se rappeler qui fait quoi ce que j'ai mis en pratique heureusement !

Pour l'écriture, j'ai beaucoup aimé les métaphores et plusieurs m'ont fait sourire en particulier ce "Georges qui rétrécit" et ces "voitures scarabés brillants" et "le monde entier était décidé à monter son inquiétude en mayonnaise bien serrée" et il y en a beaucoup d'autres tout aussi amusantes et bien trouvées. Ça aurait pu devenir insupportable à la longue mais bien dosé, c'est savoureux !

Je ne suis pas parisienne ni française alors je n'ai pas bien compris plusieurs expressions et n'ai pu bien visualiser les différents parcours de nos deux héroïnes. Je ne comprends toujours pas ce qu'est une "locomotive" en parlant d'un mec...

Bref, j'ai beaucoup aimé et je vais devenir une fan de Dominique Sylvain et ferai appel à elle lorsque l'envie d'un bon polar divertissant me prendra !

Pfiouuuu raté!

2 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 43 ans) - 18 septembre 2008

Je me suis pas mal ennuyée avec ce livre. Notamment parce que je lis pas mal de polars et que du coup, j'ai tendance à faire des comparaisons et à être devenue exigeante, avec mes préférences dans le style, mais il n'y a pas que ça. Sans dire que l'auteur écrit mal, je trouve tout de même qu'elle joue beaucoup trop la carte de la simplicité. Tout est formaté: les événements, le style qu'elle veut trépidant comme dans un mauvais film d'action, les personnages par moments caricaturaux... bref, c'est mal fichu. Je n'ai ressenti aucune empathie pour les personnages, encore moins pour l'enquête.
A oublier!

De quoi se faire hara kiri !

4 étoiles

Critique de Débézed (Besançon, Inscrit le 10 février 2008, 70 ans) - 5 septembre 2008

Jusques à la lecture de ce polar, j’avais plutôt fait de belles découvertes chez Viviane Hamy qui possède un catalogue tout à fait intéressant. Mais là, c’est un peu décevant, je ne connais aucun autre ouvrage de Dominique Sylvain mais celui-là est vraiment quelconque !

C’est l’histoire habituelle du faux suicide qui est en fait un vrai meurtre. En la circonstance, Aline, jeune fille un peu rebelle, comédienne par vocation, se jette de la fenêtre d’un grand hôtel parisien. Et alors, le couple fétiche de Sylvain, Lola, la commissaire à la retraite, et Ingrid, l’Américaine masseuse le jour et stripteaseuse la nuit, entre en jeu et mène l’enquête entre les services d’un l’hôpital et le monde des noctambules avec l’appui de toute une bande d’amis et autres relations. Tout ça dans une intrigue qui traîne un peu en longueur et ne sue pas l’évidence avant de s’achever dans un dénouement sans réelle surprise. Un polar banal comme il en existe des piles dans les collections spécialisées à deux sous l’unité.

Ce qui me gêne surtout dans ce bouquin, c’est la piètre qualité de l’écriture, un style à la limite du médiocre, pas de rythme, pas d’effets pour faire monter ou détendre la tension, un vocabulaire basique, des stéréotypes, poncifs et autres lieux communs à foison, … Dominique, je n’ai pas lu tes autre livres mais là c’est pas bon, sauf si c’est fait exprès pour satisfaire la ménagère de moins de cinquante ans ou les bureaucrates épuisés par leurs travaux abêtissants mais tout de même un effort me semble nécessaire ou alors il y a de quoi se faire … hara kiri !

Sans queue ni tête

5 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 39 ans) - 8 août 2008

Même si j’ai moyennement aimé ce roman policier, je ne serai pas aussi sévère que les autres lecteurs qui ont déjà donné leur avis. L’intrigue part sur une base originale. Le sosie de Britney Spears se jette de la fenêtre d’un grand hôtel parisien. Le père de la jeune fille, qui ne croit pas au suicide, charge deux de ses amies, que l’on peut qualifier de on ne peut plus atypiques, de mener l’enquête.

Malheureusement cette bonne idée de départ est assez mal exploitée par Dominique Sylvain. Dès les premières pages, je me suis bien souvent demandée si les deux « détectives » menaient réellement l’enquête sur l’affaire de la jeune morte ou bien si on suivait des péripéties sans queue ni tête. L’enquête part un peu dans tous les sens. Parfois, les indices semblent leur tomber tout cru dans le bec, ou alors, je me suis interrogée sur les raisons de tel ou tel de leurs agissements, qui comme par hasard finissaient par les aider à progresser dans la recherche du meurtrier. Leur parcours est assez mouvementé, mais curieusement, cela ne m’a pas spécialement tenu en haleine !

J’ai quand même trouvé du positif à ce roman. Les deux héroïnes sont sympathiques, elles rabattent avec brio le caquet à certains mâles trop sûrs d’eux et nous font parfois bien rire. Ingrid Diesel se met parfois dans des situations assez rocambolesques, qui ne sont pas sans rappeler Stéphanie Plum, même si c’est quand même beaucoup moins drôle. Un bon point quant même pour la fin, assez surprenante.

Au final, un roman policier qui se laisse lire, assez plaisant mais qui ne laissera pas de traces notables. La construction du scénario présente des failles et l’auteur a fait preuve de nombreuses facilités pour relier les différents éléments entre eux, selon moi. Et je n’ai toujours pas compris le sens du titre …

Aucun intérêt

4 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 49 ans) - 4 août 2008

Ma critique sera courte tant je n’ai pas envie de consacrer trop d’énergie à ce livre !

Et donc, voilà ce que ça donne : lourdeur des dialogues, intrigue bancale, psychologie des personnages peu vraisemblable. Bref, on n’y croit pas une seule seconde. En outre, les deux héroïnes qui mènent l’enquête (c’est beaucoup dire, d’ailleurs) ne présentent aucun intérêt. On frise même le ridicule lorsque l’une des deux se fait torturer et en ressort indemne.

Je répète : mal écrit, mal imaginé, mal ficelé.

Étourdissant

4 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 48 ans) - 7 avril 2008

C’est l’écriture nerveuse et moderne qui m’a séduit pendant les premières pages. J’étais pratiquement essoufflé à tenter de suivre le duo dynamique d’Ingrid et Lola. Pourtant, cette même énergie, à la longue, s’est transformée en désagrément. Le rythme effréné a eu raison de moi. De même, l’avalanche de références culturelles et l’imagerie éclatée tirée d’un croisement entre la bande-dessinée et le télévisuel.

Il faut dire aussi que l’enquête n’est pas fertile en rebondissements. Après le suicide supposé d’Alice, une sosie de Britney Spears, la suite se concentre sur les péripéties du duo de choc plutôt que le crime comme tel. Ainsi, les deux héroïnes font de nombreuses rencontres, mais n’arrivent pas à nous donner l’impression qu’il s’agit d’un polar. Peut-être parce qu’elles ne sont pas des policières ?

Forums: La fille du samouraï

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La fille du samouraï".